Heureux sommes-nous !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Heureux sommes-nous !

Message par etienne lorant le Mer 12 Sep 2012 - 11:24

Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens (1Co 7, 25-31)
Frères, au sujet du célibat, je n'ai pas reçu d'ordre spécial du Seigneur, mais je donne mon avis, moi qui suis devenu digne de confiance grâce au pardon du Seigneur. Je pense que le célibat est une chose bonne, étant donné les événements redoutables qui nous attendent ; oui, c'est une chose bonne de vivre ainsi.
Tu es marié ? ne cherche pas à te séparer de ta femme. Tu n'as pas de femme ? ne cherche pas à te marier.
Si cependant tu te maries, ce n'est pas un péché ; et si une jeune fille se marie, ce n'est pas un péché. Mais ceux qui choisissent cette vie y trouveront des épreuves, et c'est cela que moi, je voudrais vous éviter.
Frères, je dois vous le dire : le temps est limité. Dès lors, que ceux qui ont une femme soient comme s'ils n'avaient pas de femme, ceux qui pleurent, comme s'ils ne pleuraient pas, ceux qui sont heureux, comme s'ils n'étaient pas heureux, ceux qui font des achats, comme s'ils ne possédaient rien, ceux qui tirent profit de ce monde, comme s'ils n'en profitaient pas. Car ce monde tel que nous le voyons est en train de passer.


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc (Lc 6, 20-26)
Jésus s'était arrêté dans la plaine, et la foule l'entourait.
Regardant alors ses disciples, Jésus dit : « Heureux, vous les pauvres : le royaume de Dieu est à vous !
Heureux, vous qui avez faim maintenant : vous serez rassasiés !
Heureux, vous qui pleurez maintenant : vous rirez !
Heureux êtes-vous quand les hommes vous haïssent et vous repoussent, quand ils insultent et rejettent votre nom comme méprisable, à cause du Fils de l'homme. Ce jour-là, soyez heureux et sautez de joie, car votre récompense est grande dans le ciel : c'est ainsi que leurs pères traitaient les prophètes.
Mais malheureux, vous les riches : vous avez votre consolation !
Malheureux, vous qui êtes repus maintenant : vous aurez faim ! Malheureux, vous qui riez maintenant : vous serez dans le deuil et vous pleurerez !Malheureux êtes-vous quand tous les hommes disent du bien de vous : c'est ainsi que leurs pères traitaient les faux prophètes
.


J'ai écouté l’Évangile de ce jour dans une joie parfaite. Je peux le dire avec allégresse car durant ma nuit, la peine morale de voir ma désertée par ses proches a laissé la place à la certitude qu'il faut maintenant puiser dans les réserves que j'avais constituées lors du décès de mon père - et cela comprend que je me rétribue moi-même pour les empêchements de travailler; mais ce qui est venu confirmer cette certitude soudaine est plus extraordinaire encore, puisque toutes les douleurs qui demeuraient de ma tendinite se sont envolées - il n'en reste rien du tout. Or, dans l'après-midi, j'avais dû me masser longuement l'épaule avec un gel, après avoir dû soulever ma mère et la déplacer quatre fois durant la journée. Il y a eu d'autres choses encore, mais j'en parlerai quand le moment sera venu.

Cette soudaine guérison et la parfaite compréhension (survenue d'un seul coup d'une manière non pas intuitive, mais lumineuse - comme une évidence) de la juste manière dont je dois agir désormais... ont merveilleusement rencontré les textes de ce jour puisque Jésus affirme qu'en renversant la logique du monde, l'homme entre de plain pied dans le dessein de Dieu. Il a les pieds bien ancrés sur la terre mais sa figure est dans le ciel, son regard perce les nuages et contemple l'azur... comme les mots ne savent rendre ce soulèvement intérieur. Jésus dit pourtant: soyez heureux jusqu'à sauter de joie !

(A l'instant, je viens encore de me tâter l'épaule droite, mais c'est vraiment vrai, je ne ressens aucune douleur !) Very Happy

Dans son épître, saint Paul dit simplement d'accepter la situation dans laquelle la grâce nous a trouvés, l'essentiel est dans le fait de savoir que le temps est court, que le monde est en train de passer, et certes, il passe.

Je bavardais hier avec un homme - un étudiant en médecine - qui soutient que l'euthanasie des personnes qui désormais dépassent cent ans de vie serait une chose "raisonnable". Je lui ai demandé comment il se fait qu'il y a donc deux raisons en ce monde. Oui, la première raison, la raison médicale (elle aussi !), a réussi à prolonger la vie des fumeurs; les anti-cholestérol ont prouvé leur efficacité dans les maladies cardiovasculaires, la prévention des cancers du colon a en sauvés beaucoup - de même avec la pause de ceintures de sécurité dans les voitures, les airbags au volant, etc. Toutes sortes de découvertes et de réglementation dans tous les domaines ont permis aux hommes de prolonger leur vie - et maintenant, il faut changer de raison et provoquer la mort ?

Ce monde passe, en effet, car l'homme est trop changeant et sa sagesse est folie.


etienne lorant

Date d'inscription : 25/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum