La lampe allumée doit être visible

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La lampe allumée doit être visible

Message par etienne lorant le Lun 24 Sep 2012 - 10:19

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc 8,16-18.
Comme la foule se rassemblait autour de Jésus, il disait en parabole : " Personne, après avoir allumé une lampe, ne la cache sous un couvercle ou ne la met en dessous du lit; on la met sur le lampadaire pour que ceux qui entrent voient la lumière.
Car rien n'est caché qui ne doive paraître au grand jour ; rien n'est secret qui ne doive être connu et venir au grand jour.
Faites attention à la manière dont vous écoutez. Car celui qui a recevra encore, et celui qui n'a rien se fera enlever même ce qu'il paraît avoir. »


Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris

J'ai accueilli cet Évangile, ce matin, comme un appel à la vigilance. Pour devenir un véritable enfant de Dieu, il ne s'agit certes pas de se contenter de d'accueillir les paroles de grâce sorties de la bouche du Seigneur, mais il faut encore qu'elles éclairent nos vies et, à travers notre façon de vivre, qu'elles éclairent également quiconque vient à nous. A l'inverse, si nous commettons cette fraude de cacher la Parole en nous, il apparaîtra tôt ou tard que nous n'en étions pas dignes, que nous l'avons usurpée - et elle-même se retournera contre nous pour nous accuser.

J'aime particulièrement cette recommandation : "Faites attention à la manière dont vous écoutez". Entendre est moins qu'écouter, mais même si l'on accorde de l'attention à la Parole, il faut également prendre garde à la manière dont nous écoutons - puisque l'on peut très bien écouter avec une intention négative, ou celle de ne retenir que ce qui nous plaira.

D'une manière générale, la beauté, la grandeur, la vertu de la Parole se révéleront avec d'autant plus d'éclat et de puissance à ceux et celles qui auront recherché la vérité sur l'existence humaine avec d'autant plus de désir qu'ils auront connu le malheur. Qui l'auront rencontré dans leurs propres difficultés de vivre, ou autour d'eux. Le malheur pose toujours la question du pourquoi ? Et derrière cette interrogation se tient le Seigneur - qui frappe à la porte de notre coeur.

Le malheur, c'est la mort. Il y a toutes sortes de morts dans nos vies. Mais pour le chrétien, le contraire du malheur n'est pas le bonheur mais la rencontre du Christ - qui seul possède et dit la vérité sur toutes choses. Plusieurs membres de ma famille, en cette année 2012, sont confrontée au malheur: pour l'un, c'est la perte d'emploi consécutif à de nouvelles "politiques d'entreprise" qui consistent à remplacer de bons contrats par des contrats précaires; pour une autre, c'est l'isolement et la nécessité d'accueillir chez soi des personnes dont elle n'aurait pas voulu autrefois; pour moi, en 2003, ce fut la perte de tout revenu durant une quinze mois ... sans laquelle jamais je n'aurais cessé de fumer, sans laquelle je n'aurais pas pris le temps de prier, sans laquelle je n'eus jamais trouvé la théologie qui me convient et qui est celle de la miséricorde divine. Et puis d'ailleurs, sans cette rupture dans ma vie, que j'ai considéré comme un malheur en soi, eh bien, je n'écrirais pas ce partage aujourd'hui.

Lorsque nous regardons vers Jésus, n'est-ce pas d'abord la croix que nous voyons ? Hélas, je crains que quiconque n'a jamais voulu contempler la croix soit entraîné dans toutes sortes de faux apaisements du malheur qui est dans le monde - et c'est pour eux que je prie d'abord.

etienne lorant

Date d'inscription : 25/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum