Entrer dans le dessein de Dieu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Entrer dans le dessein de Dieu

Message par etienne lorant le Mar 18 Déc 2012 - 11:18

Férie de l'Avent : semaine avant Noël (18 déc.)

Livre de Jérémie 23,5-8.
Voici venir des jours, déclare le Seigneur, où je donnerai à David un Germe juste : il régnera en vrai roi, il agira avec intelligence, il exercera dans le pays le droit et la justice. Sous son règne, le royaume de Juda sera sauvé, et Israël habitera sur sa terre en sécurité. Voici le nom qu'on lui donnera : « Le-Seigneur-est-notre-justice ». Oui, voici venir des jours - déclare le Seigneur - où, pour prêter serment, on ne dira plus : « Par le Seigneur vivant, qui a fait monter du pays d'Égypte les fils d'Israël ». Mais on dira : « Par le Seigneur vivant, qui a fait monter du pays du Nord les hommes de la maison d'Israël, qui les a ramenés de tous les pays où il les avait dispersés, et qui les fait demeurer sur leur propre sol ».


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 1,18-24.
Voici quelle fut l'origine de Jésus Christ. Marie, la mère de Jésus, avait été accordée en mariage à Joseph ; or, avant qu'ils aient habité ensemble, elle fut enceinte par l'action de l'Esprit Saint.
Joseph, son époux, qui était un homme juste, ne voulait pas la dénoncer publiquement ; il décida de la répudier en secret. Il avait formé ce projet, lorsque l'ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit : « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse : l'enfant qui est engendré en elle vient de l'Esprit Saint ; elle mettra au monde un fils, auquel tu donneras le nom de Jésus (c'est-à-dire : Le-Seigneur-sauve), car c'est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. »
Tout cela arriva pour que s'accomplît la parole du Seigneur prononcée par le prophète :
Voici que la Vierge concevra et elle mettra au monde un fils, auquel on donnera le nom d'Emmanuel, qui se traduit : « Dieu-avec-nous ». Quand Joseph se réveilla, il fit ce que l'ange du Seigneur lui avait prescrit : il prit chez lui son épouse



Les textes proposés à la méditation aujourd'hui nous montrent les hommes s'efforçant d'interpréter les desseins de Dieu d'après ce qu'ils connaissent. Ainsi, Jérémie prophétise un "Germe juste" et interprète ce qu'il sera en fonction de l'histoire passée : de même que le peuple a été libéré des mains des égyptiens, de même le peuple en esclavage à Babylone vivra un jour en sécurité sur la terre donnée par Dieu.

Joseph est lui aussi un bon juif, qui désire la justice de Dieu comme tout bon juif. Mais dans le cas intime qui le touche, cette justice implique la répudiation de Marie de par la loi. Son état à ce moment vaut bien l'esclavage: le voici enchaîné à la loi à laquelle il a choisi d'appartenir - et écartelé par son amour pour Marie.

Je crois qu'une telle situation, nous l'avons tous et toutes connue à un moment donné de nos vies. Ce sont des impasses, des épreuves, des occasions que le Seigneur nous envoie pour mesurer la confiance que nous Lui accordons. La vie chrétienne est simple lorsque tout se met en place de la façon dont nous l'avions imaginé. Et puis, d'un seul coup surgit un gros problème, une impossibilité de poursuivre, un changement radical qui nous déroute complètement.

J'ai vécu cela en perdant mon travail durant une période d'un an et trois mois. Quelle panique ! J'ai fini par devoir revenir à la maison des parents - à 46 ans ! Catastrophe, ce n'était pas du tout ce que j'avais pensé ! Assez vite, cependant, la situation s'est améliorée. J'ai dû m'investir dans l'assistance à mon père âgé (dur, dur !) et cela jusqu'à sa fin. Mais, en contre-partie, il m'a mis au courant de ses comptes, m'a demandé de gérer de plus en plus le bon entretien de la maison, etc. Et c'est durant cette période "impossible", que j'ai commencé la lecture du Petit Journal de sainte Faustine, qui allait me conduire à la théologie de la Miséricorde divine, laquelle me pousserait à écrire sur le web, etc.

La parole de l'ange, je ne l'ai pas entendue, ce "Ne crains pas !", mais j'ai tout de même repris confiance et j'ai prié cette année-là plus que jamais. Je partais des heures entières, à pieds, le chapelet en poche. Et j'ai vécu un bonheur intérieur au milieu d'un malheur extérieur: combien de connaissances, me croisant dans la rue, m'ont plaint pour mon échec ! Mais j'ai repris mon travail, j'y suis toujours, j'ai beaucoup appris, j'ai découvert que je savais écrire et le "feu intérieur" qu'apporte l'Eucharistie, j'en vis plus que jamais.

Désormais, je fais une distinction entre "foi" et "foi de confiance". Pour moi (je ne dis pas que cela vaut pour tous), la foi procédait de mon mental : il était raisonnable et bon et juste de croire en Dieu, tandis que la confiance, c'est la foi qui ensemence le coeur et y fait lever le bon grain.

Et l'impasse dans laquelle s'est retrouvé Joseph fut le commencement d'une vie toute nouvelle !

etienne lorant

Date d'inscription : 25/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum