Fête de Saint Etienne, premier martyr

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Fête de Saint Etienne, premier martyr

Message par etienne lorant le Mer 26 Déc 2012 - 9:51

Livre des Actes des Apôtres 6,8-10.7,54-59.
Étienne, qui était plein de la grâce et de la puissance de Dieu, accomplissait parmi le peuple des prodiges et des signes éclatants.
Un jour, on vit intervenir les gens d'une synagogue (la synagogue dite des esclaves affranchis, des Cyrénéens et des Alexandrins) et aussi des gens originaires de Cilicie et de la province d'Asie. Ils se mirent à discuter avec Étienne, mais sans pouvoir tenir tête à la sagesse et à l'Esprit Saint qui inspiraient ses paroles.
En écoutant cela, ils s'exaspéraient contre lui, et grinçaient des dents.
Mais Étienne, rempli de l'Esprit Saint, regardait vers le ciel ; il vit la gloire de Dieu, et Jésus debout à la droite de Dieu. Il déclara : « Voici que je contemple les cieux ouverts : le Fils de l'homme est debout à la droite de Dieu. »
Ceux qui étaient là se bouchèrent les oreilles et se mirent à pousser de grands cris ; tous à la fois, ils se précipitèrent sur lui, l'entraînèrent hors de la ville et commencèrent à lui jeter des pierres. Les témoins avaient mis leurs vêtements aux pieds d'un jeune homme appelé Saul. Étienne, pendant qu'on le lapidait, priait ainsi : « Seigneur Jésus, reçois mon esprit. »


Psaume 31(30),3bc.4b.6.8a.9b.17.20cd.
Sur ton serviteur, que s'illumine ta face ;
sauve-moi par ton amour.
Tu combles, à la face du monde,
ceux qui ont en toi leur refuge.


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 10,17-22.
Jésus disait à ses disciples : " Méfiez-vous des hommes : ils vous livreront aux tribunaux et vous flagelleront dans leurs synagogues. Vous serez traînés devant des gouverneurs et des rois à cause de moi : il y aura là un témoignage pour eux et pour les païens. Quand on vous livrera, ne vous tourmentez pas pour savoir ce que vous direz ni comment vous le direz : ce que vous aurez à dire vous sera donné à cette heure-là. Car ce n'est pas vous qui parlerez, c'est l'Esprit de votre Père qui parlera en vous.
Le frère livrera son frère à la mort, et le père, son enfant ; les enfants se dresseront contre leurs parents et les feront mettre à mort. Vous serez détestés de tous à cause de mon nom ; mais celui qui aura persévéré jusqu'à la fin, celui-là sera sauvé.



Cette fête de saint Etienne, commémorée le lendemain de Noël, cela peut surprendre, mais l'Eglise commence par là, tout comme la vie de Jésus avait commencé par le massacre des cents innocents. Je m'en suis réjoui, et cela d'autant plus que j'ai appris, durant la nuit de Noël, que des pavés avaient été projetés dans les vitraux de l'église, mais aussi de la chapelle où je vais communier. Qu'on me comprenne bien: je n'approuve pas ces actes que je trouve lâches et ont sans doute été commis par des énergumènes en état d'ivresse avancée. Mais il n'empêche qu'il y a, derrière ces incidents, le signe que le message chrétien continue de heurter les consciences qui s'abandonnent aux vagues des idéologies de ce monde - et, aussi,que la pensée de l'existence d'un Dieu qui en même temps Amour, mais aussi Sainteté et Justice continue de secouer et d'apostropher ceux et d’interpeller les âmes qui s'y sont laissé prendre.

Les persécutions ont été annoncées par Jésus. Il en a fait mention plusieurs fois. Je me souviens également, tiré de l’Évangile selon saint Matthieu (10.34) : "Ne croyez pas que je sois venu apporter la paix sur la terre; je ne suis pas venu apporter la paix, mais l’épée. Car je suis venu mettre la division entre l’homme et son père, entre la fille et sa mère, entre la belle-fille et sa belle-mère; et l’homme aura pour ennemis les gens de sa maison". C'est bien le cas pour moi, car dans ma famille, en ce Noël, il n'y a pas eu le moindre échange de voeux à l'occasion de Noël. Je fus seul le matin de Noël, comme je fus seul à la messe de Toussaint. Eh bien, je porte cela avec le secours de ma Joie. J'ai cette Joie comme Etienne l'a eue et je confirme qu'elle se manifeste dans les moments plus difficiles, quand une partie de moi se rebelle contre l'autre en me disant : "A quoi bon, laisse tomber, ce n'est pas pour une fois..." Ainsi, rien de tel que des évènements contraires, car ce sont des occasions de foi vive et d'autant de rencontres avec Jésus ressuscité !

etienne lorant

Date d'inscription : 25/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum