Le jeudi de la 10e semaine du Temps Ordinaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le jeudi de la 10e semaine du Temps Ordinaire

Message par etienne lorant le Jeu 13 Juin 2013 - 9:38

Deuxième lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 3,15-18.4,1.3-6.
Et aujourd'hui encore, quand les fils d'Israël lisent les livres de Moïse, un voile leur recouvre le cœur. Quand on se convertit au Seigneur, le voile tombe. 
Or, le Seigneur, c'est l'Esprit, et là où l'Esprit du Seigneur est présent, là est la liberté. Et nous, les Apôtres, qui n'avons pas, comme Moïse, un voile sur le visage, nous reflétons tous la gloire du Seigneur, et nous sommes transfigurés en son image avec une gloire de plus en plus grande, par l'action du Seigneur qui est Esprit. 
C'est pourquoi nous ne perdons pas courage, puisque Dieu, dans sa miséricorde, nous a confié un si grand ministère ; 
Et si la Bonne Nouvelle que nous annonçons reste encore voilée, elle n'est voilée que pour ceux qui vont à leur perte, 
pour les incrédules dont l'intelligence a été aveuglée par le dieu de ce monde (Satan) : il les empêche de voir resplendir dans l'Évangile la gloire du Christ, lui qui est l'image de Dieu. 
En effet ce que nous proclamons, ce n'est pas nous-mêmes ; c'est ceci : Jésus Christ est Seigneur, et nous sommes vos serviteurs, à cause de Jésus. 
Car le Dieu qui a dit : La lumière brillera au milieu des ténèbres, a lui-même brillé dans nos cœurs pour faire resplendir la connaissance de sa gloire qui rayonne sur le visage du Christ.


Psaume 85(84),9ab.10.11-12.13-14.
Amour et vérité se rencontrent, 
justice et paix s'embrassent


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 5,20-26.
Comme les disciples s'étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait : « Je vous le déclare : Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens, vous n'entrerez pas dans le Royaume des cieux. 
Vous avez appris qu'il a été dit aux anciens : Tu ne commettras pas de meurtre, et si quelqu'un commet un meurtre, il en répondra au tribunal. 
Eh bien moi, je vous dis : Tout homme qui se met en colère contre son frère en répondra au tribunal. Si quelqu'un insulte son frère, il en répondra au grand conseil. Si quelqu'un maudit son frère, il sera passible de la géhenne de feu. 
Donc, lorsque tu vas présenter ton offrande sur l'autel, si, là, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi, 
laisse ton offrande là, devant l'autel, va d'abord te réconcilier avec ton frère, et ensuite viens présenter ton offrande. 
Accorde-toi vite avec ton adversaire pendant que tu es en chemin avec lui, pour éviter que ton adversaire ne te livre au juge, le juge au garde, et qu'on ne te jette en prison. 
Amen, je te le dis : tu n'en sortiras pas avant d'avoir payé jusqu'au dernier sou.

Cy Aelf, Paris

Pour l'apôtre Paul, il est tout à fait clair qu'en ne recevant pas la Parole, en refusant d'écouter le Christ, les fils d'Israël ont gardé leurs coeurs voilés. Quant aux païens qui n'accueillent pas l'annonce de l'Evangile, ils sont incrédules parce leur intelligence est aveuglée par le diable. Chez les uns, un voile empêche les coeurs de recevoir le ministère de l'Esprit, chez les autres, c'est l'esprit du monde, l'esprit des richesses qui domine encore. 

Dans ces conditions, la justice et la paix peuvent-elles s'embrasser, l'amour et la vérité peuvent-elles se rencontrer ?  Non, car cela n'est possible qu'en Jésus-Christ, avec le secours et le conseil de l'Esprit-Saint.

Jésus explique cela aux disciples dans l'Evangile. Comment la justice des disciples peut-elle dépasser celle des scribes et des pharisiens - dont c'est la spécialité !  Tout simplement parce qu'il ne faut pas juger. Saint Luc reprend le même enseignement de Jésus lorsqu'il écrit : 
 - "Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux. Ne jugez pas, et vous ne serez pas jugés ; ne condamnez pas, et vous ne serez pas condamnés. Pardonnez, et vous serez pardonnés. Donnez, et vous recevrez : une mesure bien pleine, tassée, secouée, débordante, qui sera versée dans votre tablier ; car la mesure dont vous vous servez pour les autres servira aussi pour vous."

Le récit de l'adversaire avec lequel nous sommes en chemin, c'est notre frère en humanité à qui nous ne voulons pas pardonner et que nous refusons d'aimer. Si nous ne pardonnons pas, si nous n'acceptons pas - à cause de l'amour de Dieu, de supporter avec patience et charité nos adversaires en ce monde, alors nous faisons le jeu du diable qui nous accusera devant Dieu au jour du jugement. 

Pardonner, c'est donner malgré tout. C'est donner encore en débit du refus de l'autre. C'est aussi imiter Dieu dans sa miséricorde, car Lui continue de déverser nous sa grâce et le feu de son Esprit en dépit de nos refus. 

Béni soit Dieu !

etienne lorant

Date d'inscription : 25/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum