Levendredi de la 11ème semaine du Temps Ordinaire

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Levendredi de la 11ème semaine du Temps Ordinaire

Message par etienne lorant le Ven 21 Juin 2013 - 15:39

Deuxième lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 11,18.21b-30. 
Frères, puisque tant d'autres ont des motifs d'orgueil purement humains, je vais donner, moi aussi, mes motifs d'orgueil. 
J'ai honte de le dire : c'est à croire que nous avons été bien faibles avec vous. Si les faux apôtres ont de l'audace - je suis insensé de dire cela - moi aussi j'aurai de l'audace. 
Ils sont Hébreux ? Moi aussi. Ils sont Israélites ? Moi aussi. Ils sont de la descendance d'Abraham ? Moi aussi. 
Ils sont ministres du Christ ? Je le suis plus qu'eux, même si j'ai l'air fou de dire cela. La fatigue, je l'ai connue plus qu'eux ; la prison, plus qu'eux ; les coups, bien davantage ; le danger de mort, très souvent. 
Cinq fois, j'ai reçu des Juifs les trente-neuf coups de fouet ; 
trois fois, j'ai subi la bastonnade ; une fois, j'ai été lapidé ; trois fois, j'ai fait naufrage et je suis resté vingt-quatre heures perdu en mer. 
Souvent à pied sur les routes, avec les dangers des fleuves, les dangers des bandits, les dangers venant des Juifs, les dangers venant des païens, les dangers de la ville, les dangers du désert, les dangers de la mer, les dangers des faux frères. 
J'ai connu la fatigue et la peine, souvent les nuits sans sommeil, la faim et la soif, les journées sans manger, le froid et le manque de vêtements, 
sans compter tout le reste : ma préoccupation quotidienne, le souci de toutes les Églises. Si quelqu'un faiblit, je partage sa faiblesse ; si quelqu'un vient à tomber, cela me brûle. Alors, s'il faut des motifs d'orgueil, c'est dans les signes de ma faiblesse que je mettrai mon orgueil. 

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 6,19-23. 
Comme les disciples s'étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait : « Ne vous faites pas de trésors sur la terre, là où les mites et la rouille les dévorent, où les voleurs percent les murs pour voler. Mais faites-vous des trésors dans le ciel, là où les mites et la rouille ne dévorent pas, où les voleurs ne percent pas les murs pour voler. Car là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur. 
La lampe du corps, c'est l'œil. Donc, si ton œil est vraiment clair, ton corps tout entier sera dans la lumière; mais si ton œil est mauvais, ton corps tout entier sera plongé dans les ténèbres. Si donc la lumière qui est en toi est ténèbres, quelles ténèbres y aura-t-il ! 



S'adressant aux disciples sur la montagne, ce lieu proche des cieux, à mi-chemin entre la terre et le ciel - là où les brebis trouvent un paturage, Jésus parle des du trésor que l'homme possède dans son coeur, mais aussi de l'oeil, l'oeil qui peut en venir à fausser le coeur, que ce soit par des désirs immodérés, soit par des regards accusateurs sur autrui, soit par les fausses images de Dieu qu'il peut concevoir.


Et c'est ainsi que l'apôtre Paul fut d'abord Saül, l'ennemi plein de zèle de cette nouvelle secte religieuse, animée par un 'Christ' qui serait mort pour effacer le péché de tous, et ressuscité puisque la mort ne pouvait le garder.


Mais après sa chute sur le chemin de Damas, celui qui avait le meurtre dans son oeil est devenu tout autre, il est devenu l'homme aux visions exceptionnelles (*) - mais dont il fait peu état. Et il est surtout devenu, à l'image de Jésus, un homme des douleurs, qui veut patiemment tout supporter en vue de la gloire future. 


Et moi, aujourd'hui, je prierai le Seigneur de pouvoir accepter ce qui m'arrive, ce "burn out" inattendu, qui me laisse sans force, inquiet pour l'avenir commun et privé du soutien de ma propre de ma famille.  J'ai voulu m'en ouvrir à notre prêtre, mais il a pris tout mon récit pour une invention  personnelle, quelque chose d'amusant.    

oooo00oooo

(*)
2 Corinthiens 12:1-4

Il faut se glorifier... Cela n'est pas bon. J'en viendrai néanmoins à des visions et à des révélations du Seigneur. 

Je connais un homme en Christ, qui fut, il y a quatorze ans, ravi jusqu'au troisième ciel (si ce fut dans son corps je ne sais, si ce fut hors de son corps je ne sais, Dieu le sait).

Et je sais que cet homme (si ce fut dans son corps ou sans son corps je ne sais, Dieu le sait)

fut enlevé dans le paradis, et qu'il entendit des paroles ineffables qu'il n'est pas permis à un homme d'exprimer.

etienne lorant

Date d'inscription : 25/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum