Toujours prêts à répondre à l'appel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Toujours prêts à répondre à l'appel

Message par etienne lorant le Mar 5 Nov 2013 - 9:33

Le mardi de la 31e semaine du temps ordinaire

Lettre de saint Paul Apôtre aux Romains 12,5-16b.

De même, dans le Christ, tous, tant que nous sommes, nous formons un seul corps ; tous et chacun, nous sommes membres les uns des autres.
Et selon la grâce que Dieu nous a donnée, nous avons reçu des dons qui sont différents. Si c'est le don de prophétie, il faut se régler sur la foi; si c'est le don de servir, il faut servir; si l'on est fait pour enseigner, que l'on enseigne; pour encourager, que l'on encourage. Celui qui donne, qu'il soit simple ; celui qui dirige, qu'il soit actif ; celui qui se dévoue aux malheureux, qu'il ait le sourire.
Que votre amour soit sans hypocrisie. Fuyez le mal avec horreur, attachez-vous au bien.
Soyez unis les uns aux autres par l'affection fraternelle, rivalisez de respect les uns pour les autres. Ne brisez pas l'élan de votre générosité, mais laissez jaillir l'Esprit ; soyez les serviteurs du Seigneur. Aux jours d'espérance, soyez dans la joie; aux jours d'épreuve, tenez bon; priez avec persévérance.
Partagez avec les fidèles qui sont dans le besoin, et que votre maison soit toujours accueillante.
Bénissez ceux qui vous persécutent ; souhaitez leur du bien, et non pas du mal.
Soyez joyeux avec ceux qui sont dans la joie, pleurez avec ceux qui pleurent.
Soyez bien d'accord entre vous ; n'ayez pas le goût des grandeurs, mais laissez-vous attirer par ce qui est simple.



Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 14,15-24.
Au cours du repas chez un chef des pharisiens, en entendant parler Jésus, un des convives lui dit : " Heureux celui qui participera au repas dans le royaume de Dieu!"
Jésus lui dit : « Un homme donnait un grand dîner, et il avait invité beaucoup de monde.
A l'heure du dîner, il envoya son serviteur dire aux invités : 'Venez, maintenant le repas est prêt. '
Mais tous se mirent à s'excuser de la même façon. Le premier lui dit : 'J'ai acheté un champ, et je suis obligé d'aller le voir ; je t'en prie, excuse-moi. '
Un autre dit : 'J'ai acheté cinq paires de bœufs, et je pars les essayer ; je t'en prie, excuse-moi. '
Un troisième dit : 'Je viens de me marier, et, pour cette raison, je ne peux pas venir. '
A son retour, le serviteur rapporta ces paroles à son maître. Plein de colère, le maître de maison dit à son serviteur : 'Dépêche-toi d'aller sur les places et dans les rues de la ville, et amène ici les pauvres, les estropiés, les aveugles et les boiteux. '
Le serviteur revint lui dire : 'Maître, ce que tu as ordonné est fait, et il reste de la place. '
Le maître dit alors au serviteur : 'Va sur les routes et dans les sentiers, et insiste pour faire entrer les gens, afin que ma maison soit remplie.
Car, je vous le dis, aucun de ces hommes qui avaient été invités ne profitera de mon dîner. ' »


Cy Aelf, Paris
[/i]
Comme il répond au convive qui se réjouit à la pensée d'un repas dans le Royaume des Cieux, Jésus calme son enthousiasme. Il adviendra de cette invitation tout à fait particulière ce qu'il arrive bien souvent entre les hommes sur la terre. A moins d'être tout particulièrement attaché à la personne qui invite à son banquet, les invités s'arrangeront pour éviter de s'y rendre en usant d'excuses qui sont toutes plausibles, évidentes. La vérité est plus simple: ces invités n'ont pas envie de se déranger.

Il se reproduit alors un renversement. Les premiers liens sont rompus, l'invitation est alors étendue à tous, quels que soient leur situation, leur rang, leur activité. Bien évidemment, tous ceux qui traversent une période de vide ou de difficultés profiteront de l'aubaine !

Le lien entre la première et la seconde lecture tient au fait que les fidèles, dès le premier appel, doivent se tenir prêts. Et afin d'être bien disposé et toujours prêt à rendre compte à Dieu, c'est dans le quotidien qu'il faut s'exercer. N'est-il pas tout simplement formidable de vivre au quotidien avec en permanence la contemplation de la vie éternelle dans les Cieux ? C'est pourquoi saint Paul conseille, dans les occasions les plus courantes, de laisser l'Esprit saint accomplir son oeuvre.
Si nous sommes peu enclins à laisser l'Esprit œuvrer pour de petites choses de la vie courante, serons-nous prêts pour les choses importantes ?

Nous devons donc en tout temps être au travail en nous-mêmes en vue du Royaume.

etienne lorant

Date d'inscription : 25/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum