Saint-Ephrem, Hymne sur la Nativité

Aller en bas

Saint-Ephrem, Hymne sur la Nativité Empty Saint-Ephrem, Hymne sur la Nativité

Message par jaimedieu le Mer 25 Déc 2013 - 19:53

Saint Ephrem (v. 306-373), diacre en Syrie, docteur de l'Église
Hymnes 5 et 6 sur la Nativité ; SC 459 (trad. cf SC p. 124s)

« Marie retenait tous ces événements et les méditait en son cœur » (Lc 2,19)

En des paroles sublimes,

Brûlante d’amour,

Marie le berçait elle aussi :

« Qui donc m’a donné, à moi la solitaire,

De concevoir et d’enfanter

Celui qui est l’unique et le multiple,

Le tout-petit et le Très-Grand ?

Il est tout entier près de moi,

Et tout entier près de tout l’univers.


Le jour où Gabriel lui-même

Est entré dans ma pauvre maison,

Il m’a rendue soudain

Noble dame autant que servante :

Car j’étais la servante de ta divinité (Lc 1,38),

Mais je suis la mère aussi

De ton humanité,

Mon Seigneur et mon fils !


La servante tout à coup

Est devenue fille de roi,

Par toi, Fils de roi !

À cause de toi, fils de David,

Voici que la plus humble

Dans la maison de David,

Voici qu’une fille de la terre

Parvient jusqu’au ciel,

Par celui qui est du ciel !


Quelle merveille pour moi !

Près de moi repose

Ce nouveau-né, l’Ancien des jours ! (Dn 7,9)

Il fixe son regard sur le ciel tout entier,

Alors que sans répit

Ses lèvres balbutient.

Comme il me ressemble !

Alors qu’avec Dieu

Il parle en silence !


Qui a jamais vu

Un nouveau-né regarder

En tout lieu toutes choses ?

Son regard fait comprendre

Que c’est lui qui dirige

Toute la création de haut en bas.

Son regard fait comprendre

Qu’il commande en maître

À tout l’univers.


Comment ouvrirai-je

Une source de lait

Pour toi, la Source ?

Comment donnerai-je

De la nourriture

À toi qui nourris tout être

De ta table ?

Comment te couvrir de langes,

Toi qui es revêtu de splendeur ? (Ps 103,2)


Ma bouche ne sait pas

Comment te nommer,

Ô Fils du Dieu vivant ! (Mt 16,16)

Si j’ose t’appeler

Fils de Joseph,

Je tremble car tu n’es pas de sa semence…


Bien que tu sois le Fils de l’Unique

Désormais je t’appellerai

Le fils d’un grand nombre,

Car à toi ne suffisent pas

Des milliers de noms :

Tu es fils de Dieu, mais aussi fils de l’homme (Mc 1,1 ; 8,31)

Et puis, fils de Joseph (Lc 3,23)

Et fils de David (Lc 20,41)

Et fils de Marie (Mc 6,3).


jaimedieu
jaimedieu

Féminin Date d'inscription : 02/03/2011
Age : 62
Localisation : Montréal, Québec Canada

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum