Ce qui se cache derrière l'attaque de l'ONU contre l'Église?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Ce qui se cache derrière l'attaque de l'ONU contre l'Église?

Message par MichelT le Mer 12 Fév 2014 - 14:50

Ce qui se cache derrière l'attaque de l'ONU contre l'Église? ( extrait et traduction automatique)
par Anne Hendershott

Comme les fidèles catholiques continuent de composer avec le rapport incendiaire des Nations Unies pour le rapport de la semaine dernière qui attaque l'Église catholique pour ses enseignements sur la contraception, l'avortement et l'homosexualité, il est temps d'examiner de près l'ordre du jour réel de l'Organisation des Nations Unies.

Depuis plus de deux décennies, l'ONU s'est consacré à tenter de diminuer l'influence de l'Église catholique sur les questions de la vie. Nous devons commencer à comprendre pourquoi.

Dans un article Octobre 2013 intitulée Sortir l'Eglise de l'ONU," Austin Ruse, président de Catholic Family et Human Rights Institute (C-FAM), suggère que la raison de l'hostilité de l`ONU à l'Église est parce que l'Église a entravé les objectifs des fanatiques du contrôle de la population (la démographie) de l'ONU. «À partir de la Conférence du Caire en 1994, l'Église a été en mesure de bloquer un droit international à l'avortement ... le Saint-Siège a toujours remis les Catholics for Choice, les Norvégiens, le Fonds des Nations Unies pour la population et tous les autres à la défaite de l'ONU et a l`échec de leurs objectifs. "

Il est probable que le Comité de la semaine dernière de l'ONU sur les droits de l'enfant était un retour de baton. Malgré son statut sans droit de vote à l'Organisation des Nations Unies, le Saint-Siège a résisté comme le principal obstacle à l'objectif de l'ONU de l'accès universel à l'avortement et à la contraception pour les jeunes filles et les femmes à travers le monde. Alors que l'Église n'a pas su convaincre tous les pays, y compris les États-Unis-des maux de l'avortement, le Vatican, en tant qu'État souverain, continue de jouer un rôle important à la table de négociation dans les domaines où l'Église a intérêt à aider pour garantir le droit à la vie et la dignité de la personne.

L'ONU a tenté de mettre fin à cette influence. En 1999, dénonçant le rôle du Vatican qui encourageait les Nations Unies à bloquer le financement de services d'avortement, Frances Kissling, alors présidente de Catholics for Choice-un groupe qui prétend parler au nom des catholiques pro-avortement, un groupe avec seulement quelques adhérents -a commencé une campagne pour retirer le Vatican de l'ONU. Avec une forte visibilité médiatique et une dirigeante financée par l'industrie de l'avortement et les organisations pro-avortement comme les fondations Ford et Rockefeller, l'opération Voir Le changement, Kissling a appelé à une campagne contre le Vatican et a tenté de convaincre les Nations Unies de révoquer le statut du Vatican comme un observateur permanent de l`ONU.

Bien que la campagne de Kissling a été soutenue par l'industrie de l'avortement et a réussi à attirer l'attention du public international sur le statut unique du Vatican à l'ONU, l'opposition aux catholiques for choice a également été forte. Les -Sénateurs Rick Santorum (R-PA) et Bob Smith (R-NH), et le représentant Chris Smith (R-NJ) ont présenté des résolutions au Congrès qui critiques cette campagne En fin de compte, pas un seul État membre n`a signé pour soutenir la campagne de Catholic for Choice.

Pourtant, les efforts visant à expulser le Vatican se poursuivent aujourd'hui. C-FAM Austin Ruse a récemment annoncé que Catholic for Choice a relancé sa campagne exigeant que le statut d'observateur du Vatican soit réduit à celui d'une organisation non-gouvernementales qui rendrait le rôle de l`Église inopérant en lui interdisant de participer aux négociation. Et, comme Ruse, qui dispose d'un siège au premier rang pour les négociations de l'ONU, écrit: «un diplomate norvégien à l'ONU" qui dénigre souvent le Saint-Siège" a suggéré qu'il est temps que le Saint-Siège soit expulsé.

Ce n'est pas une coïncidence que Kirsten Sandberg, président de la commission des Nations Unies sur les droits de l'enfant qui a délivré l'attaque du Vatican la semaine dernière, vient de la Norvège. Exiger que l'Église modifie le droit Canon pour accueillir l'évolution de la culture, le comité de Sandberg "demande instamment que le Saint-Siège revoit sa position sur l'avortement qui met risques évidents sur la vie et la santé des jeunes filles enceintes, et modifiant le Canon 1398 relative à l'avortement en vue d'identifier les circonstances dans lesquelles l'accès aux services d'avortement peut être autorisée. "

Le comité de Sandberg exige que l'Église «évalue les incidences graves de sa position sur la jouissance d`un plus haut niveau de santé des adolescents et de surmonter tous les obstacles et les tabous qui entourent la sexualité des adolescents et qui entravent leur accès à l'information sexuelle et reproductive." En outre, le Comité de Sandberg de l`ONU va au-delà de dénigrer l'Église pour ses enseignements sur l'avortement et la contraception et d'exiger que l'Église «surmonte les tabous» qui entoure la sexualité des adolescents, y compris les comportements homosexuels en changeant l`enseignement l'Église sur les relations homosexuelles afin de se conformer à la culture dominante adoptée par l'ONU.

Bien que le Comité de Sandberg sur les droits de l'enfant a obtenu le plus de publicité, car il est le premier à attaquer directement l'Église, la vérité est que le rapport n'est que le dernier d'une longue série de rapports de l'ONU visant à rendre faire de l'avortement un droit international, et aussi un soutien accru à l'échelle mondiale pour les comportements homosexuels. Un rapport publié le mois dernier par l`UNESCO l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science est intitulé «Enseigner et apprendre: réalisation de qualité pour tous» suggère que le but de l'éducation des enfants ne sont pas simplement d`augmenter l'alphabétisation, mais aussi de leur apprendre «où et comment avoir un avortement" et à mieux accepter les comportements homosexuels.

Le rapport de l'UNESCO dénonce que «dans de nombreuses régions du monde, les gens restent intransigeants dans leurs attitudes envers l'homosexualité." La vérité est que de nombreux pays sont aux prises avec ces nouvelles exigences de l'ONU pour enseigner la tolérance de l'homosexualité dans les programmes scolaires alors que la sodomie et l'homosexualité continuent à être interdit dans leur pays.

Mais, les lois contre l'avortement et l'homosexualité n'ont pas empêché l'UNESCO de promouvoir leur agenda pro-avortement et pro-homosexuel dans le passé. En 2012, Maria Casado, directeur de la présence de l'UNESCO à l'Université de Barcelone, Espagne a appelé à un registre national des médecins qui refusent de pratiquer des avortements. Selon LifeSiteNews, Casedo a exprimé son opposition à des restrictions à l'avortement dans le droit espagnol et a appelé à une définition plus stricte de l'objection de conscience pour les médecins-affirmant que son objectif est de «respecter les droits dans une société démocratique, les droits des femmes ainsi que les droits de médecin ... Lorsque l'objection de conscience est transformée en une position collective pour des raisons idéologiques, il se transforme en désobéissance civile ", nommant l'Église catholique comme responsable dans la mesure où elle favorise l'objection de conscience à l'avortement.

Et, tandis que l'un des objectifs de l'UNESCO et du Comité sur les droits de l'enfant a été le contrôle de la démographie par l'avortement et la contraception, il n'y a aucune autre entité à l'Organisation des Nations Unies qui a travaillé aussi impitoyablement pour le contrôle de la démographie que le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP).
Exposé par Steven Mosher, président de l'Institut de recherche sur la Population, comme étant un participant direct dans les politiques coercitives de l'enfant unique en Chine, le FNUAP est un organisme de développement international qui "promeut le droit de chaque femme, homme et enfant à vivre en bonne santé et l'égalité des chances. "Trois des principaux domaines du travail du FNUAP sont la santé reproductive, l'égalité des sexes, et les stratégies de démographie et de développement. Le principal objectif est d'accroître l'accès à la contraception et à l'avortement en travaillant directement avec les gouvernements à travers le monde.

Les partisans du contrôle de la démographie Bill et Melinda Gates ont aidé les efforts du FNUAP par la Fondation Gates. Les récipiendaires du prix prestigieux du Fonds des FNUAP en 2010, Bill et Melinda Gates ont fait don de plus d'un milliard de dollars à des groupes, y compris de planification familiale du FNUAP; International Planned Parenthood Federation, CARE International- une organisation qui travaille avec l'ONU à faire pression pour la légalisation l'avortement dans plusieurs pays africains, Save the Children-un promoteur important de l'ordre du jour du contrôle de la démographie et de l'Organisation Mondiale de la Santé -.
Partageant la même idéologie que l'ONU, Bill et Melinda Gates voient le contrôle de la population comme la clé de l'avenir. Pour Bill Gates, "il n'y a pas une telle chose comme un pays sain, avec une forte croissance de la population. Que le monde devient de 6000 à 9000 million, toute cette croissance de la population est dans les bidonvilles ".

Lors d'une conférence de la santé des femmes international appelé «Women Deliver» en mai dernier à Kuala Lumpur, Melinda Gates a promis d'élargir l'accès à la planification familiale et a promis de recueillir 4 milliards $ pour fournir des contraceptifs à 120 millions de femmes. Co-parrainée par le FNUAP, UNWomen, l'ONUSIDA, la Fondation Bill et Melinda Gates, et d'autres, y compris la Banque mondiale et l'Organisation mondiale de la santé, la conférence «Women Deliver» comprenait une présentation par l'avorteur de fin de terme LeRoy Carhart qui était là pour instruire les autres sur la meilleure façon de développer des services d'avortement. Les participants ont également entendu des exposés de la plus célèbre promoteur de l'avortement et de l'euthanasie de l'Université de Princeton, le professeur Peter Singer.

Il est probable que l'Organisation des Nations Unies continuera son engagement à élargir l'accès à l'avortement et à la contraception, et en supprimant les tabous qui entourent l'homosexualité dans le monde entier. L'Église catholique est l'un des quelques obstacles à cette expansion. Elle va donc poursuivre ses attaques et l'Eglise a besoin de se préparer. L'Organisation des Nations Unies va tenter de diminuer l'autorité de l'Église en ressuscitant de vieux cas d'abus du clergé et en gonflant les statistiques sur les méfaits du passé par des prêtres.

La poursuite d` une position défensive n'a pas été efficace. Le laïcat catholique devrait exiger que les Nations Unies se tournent vers ses propres échecs pour protéger les enfants. Même Neil MacFarquhar, un journaliste du New York Times, a dû admettre dans un article publié en 2011 que les Nations Unies ont besoin de «se pencher sérieusement sur le traitement des crimes sexuels" par ceux qui sont impliqués dans les missions de maintien de la paix à l'échelle mondiale:

L'article du Times dit que des experts des droits de l'homme et certains États membres reprochent aux Nations Unies d`être laxiste pour elle-même tout en exigeant sa politique de tolérance zéro pour les autres.

Alors que le rapport le plus récent publié par le Comité des Nations Unies sur les droits de l'enfant, l'ONU n'a pas de problème a essayer de salir de "honte" l'Eglise catholique par des allégations sur la pédophilie des prêtres, en revanche, les abus sexuels par des casques bleus de l'ONU eux se poursuivent.
Un rapport publié Septembre dernier à l'ONU décrit des fautes graves d`abus sexuel par des forces de maintien de la paix des Nations Unies au Mali.

Il est peut-être temps pour l'Église, y compris pour les laïcs de résister à l'intimidation par les différents comités de l'Organisation des Nations Unies, y compris le Comité sur les droits de l'enfant. Il est temps de dénoncer le vrai programme de l'ONU et plus particulièrement le FNUAP qui est d`élargir la contraception et la lucrative industrie de l'avortement dans le monde entier, et de rappeler que le véritable protecteur des enfants reste l'Église catholique.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

MichelT

Date d'inscription : 06/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum