Qui est «sans Dieu» aujourd`hui? La Russie dit que ce sont les USA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Qui est «sans Dieu» aujourd`hui? La Russie dit que ce sont les USA

Message par MichelT le Lun 17 Mar 2014 - 13:10

Qui est «sans Dieu» aujourd`hui? La Russie dit que ce sont les USA

source : Le Washington Times – (traduction automatique)

Poutine s'empare question des valeurs traditionnelles

Par Marc Bennetts - spécial The Washington Times

MOSCOU - Au plus fort de la guerre froide, il était courant pour les conservateurs américains d'étiqueter l'URSS un pays officiellement athée de «nation sans Dieu.»

Plus de deux décennies plus tard, l'histoire a bouclé la boucle, alors que c`est le Kremlin et ses alliés dans l'Église orthodoxe russe qui lancent la même allégation contre l`Occident.

De nombreux pays euro-atlantiques se sont éloignés de leurs racines, y compris des valeurs chrétiennes », a déclaré le président russe Vladimir Poutine dans un discours récent. "Des politiques sont poursuivis dans ces pays mettant sur le même niveau une famille multi-enfants et un partenaire de même sexe, sur un même niveau la foi en Dieu et la foi en Satan. C'est le chemin de la dégradation ".

Dans son état de l'adresse de la nation à la mi-Décembre, M. Poutine a également dépeint la Russie comme un ardent défenseur des «valeurs traditionnelles» contre ce qu'il décrit comme un Occident en faillite morale. Le conservatisme social et religieux, l'ancien officier du KGB a insisté, est la seule façon d'empêcher le monde de sombrer dans «l'obscurité chaotique».

Dans le cadre de cette défense de «valeurs chrétiennes», la Russie a adopté une loi interdisant la «propagande homosexuelle» et un autre qui en fait une infraction pénale les insultes contre les sensibilités religieuses des croyants.

La loi sur les sensibilités religieuses a été adoptée à la suite d'une manifestation dans la plus grande cathédrale de Moscou par un groupe de punk rock féminin contre le soutien de l'Église orthodoxe de M. Poutine. Le Télévision russe dit que la protestation "démoniaque" du groupe a été financé par "des Américains."

Les vues de M. Poutine sur l'Occident ont été reprises ce mois-ci par le patriarche Kirill Ier de Moscou, le chef de l'Église orthodoxe, qui a accusé les pays occidentaux de s'engager dans le "désarmement spirituel» de leur peuple.
En particulier, le patriarche Kirill a critiqué les lois dans plusieurs pays européens qui empêchent les croyants d'afficher des symboles religieux, y compris des croix sur des colliers, au travail.

La direction politique générale des politiques [occidentales] et de leurs élites, prend sans doute, un caractère anti-chrétien et antireligieux , dit le patriarche dans les commentaires diffusés à la télévision d`État.

«Nous avons vécu une époque d`athéisme, et nous savons ce que c'est que de vivre sans Dieu», a déclaré le patriarche Kirill. «Nous voulons le crier au monde entier, «Arretez!»

D`autres au sein de l'Église orthodoxe sont allés plus loin en critiquant l'Occident. L`Archiprêtre Vsevolod, un porte-parole de l'église, a suggéré que l`occident moderne n'est pas meilleur pour un croyant chrétien que l'Union soviétique ne l`était.
Les autorités soviétiques ont exécutés quelque 200.000 membres du clergé et des croyants chrétiens entre 1917-1937, selon un rapport de la commission présidentielle de 1995. Des milliers d'églises ont été détruites, et ceux qui ont survécu ont été transformés en entrepôts, en garages ou en musées de l'athéisme.

"La séparation du profane et du religieux est une erreur fatale de l'Occident", a déclaré le père. "C'est un phénomène monstrueux qui a eu lieu seulement dans la civilisation occidentale et qui va finir par tuer l'Occident, à la fois politiquement et moralement."

L'encouragement du Kremlin de valeurs traditionnelles a suscité une augmentation de justicier orthodoxe. Des groupes marginaux tels que l'Union des orthodoxes porte-bannières, un mouvement ultra-conservateur dont le slogan est «l'orthodoxie ou la mort», prennent de l'importance.

Le Patriarche Kirill a honoré le leader du groupe, ouvertement monarchiste et antijuif, Leonid Simonovich, pour services rendus à l'Église orthodoxe. Les porteurs de bannière, qui s'habillent en uniformes paramilitaires noirs ornées de crânes, ont confronté régulièrement les militants homosexuels et libéraux dans les rues de Moscou.


Bien que M. Poutine n'a jamais fait mystère de sa foi chrétienne profonde, sa première décennie au pouvoir a été en grande partie libre de rhétorique ouvertement religieuse.
Peu ou aucune tentative n'a été faite pour imposer un ensemble de valeurs religieuse sur les Russes ou de critiquer l`Occident sur sa morale.

Cependant, depuis son inauguration pour un troisième mandat présidentiel en mai 2012, le leader de plus en plus autoritaire a cherché à atteindre les forces conservatrices, du cœur de la Russie pour le soutien.

«Les Valeurs occidentales, du libéralisme à la reconnaissance des droits des minorités sexuelles, du catholicisme et du protestantisme aux prisons confortables pour les meurtriers, provoquent en nous de l'étonnement et de l'aliénation», a écrit dans un essai récent Yevgeny Bazhanov, recteur de l'Académie diplomatique du ministère russe des Affaires étrangères.
Les analystes suggèrent que le changement de M. Poutine à immobilisme et de la rhétorique anti-occidentale a été déclenché par des manifestations de masse contre son régime qui a secoué la Russie en 2011 et 2012. Le spectacle sans précédent de la dissidence a été mené principalement par, les Moscovites instruits – ayant beaucoup de sympathies pro-occidentales.

«C'est la réponse du gouvernement aux Russes modernisées de plus en plus provocant et indépendants", a déclaré Maria Lipman, analyste au Centre Carnegie de Moscou. (Note perso : Carnegie est une fondation mondialiste) Le gouvernement oppose la majorité conservatrice a la minorité libérale. En conséquence, l`idéologie anti-occidentale s'est transformé en quelque chose qui est presque une idéologie de l'État ".

Mme Lipman, cependant, a suggéré que M. Poutine peut se méfier d'exprimer trop de soutien à l'Église orthodoxe - "un symbole de l'État russe" - de peur qu'elle ne conteste un jour son autorité.

Environ 70 pour cent des Russes se définissent comme chrétiens orthodoxes dans les sondages d'opinion, et l'opposition dans le passé a appelé l'Église à jouer un rôle de médiateur entre le Kremlin et les manifestants.

"En raison de l'évolution de Poutine vers le conservatisme, l'église peut se sentir plus enhardis», a déclaré Mme Lipman. "Donc, Poutine ne saurait trop insister sur l'église dans ses discours, préférant se concentrer pour parler des valeurs traditionnelles. Il se méfie de renforcer le pouvoir de l`église orthodoxe.


En savoir plus: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

MichelT

Date d'inscription : 06/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum