Jésus, menacé, poursuit sans faiblir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Jésus, menacé, poursuit sans faiblir

Message par etienne lorant le Ven 4 Avr 2014 - 9:59

Le vendredi de la 4e semaine de Carême

Livre de la Sagesse 2,1a.12-22.

Les impies ne sont pas dans la vérité lorsqu'ils raisonnent ainsi en eux-mêmes :
Attirons le juste dans un piège, car il nous contrarie, il s'oppose à notre conduite, il nous reproche de désobéir à la loi de Dieu, et nous accuse d'abandonner nos traditions.
Il prétend posséder la connaissance de Dieu, et s'intitule fils du Seigneur.
Il est un démenti pour nos idées, sa simple présence nous pèse ;
car son genre de vie s'oppose à celui des autres, sa conduite est étrange.
Il nous regarde comme des gens douteux, se détourne de nos chemins comme s'il craignait de se salir. Il proclame bienheureux le sort final des justes, il se vante d'avoir Dieu pour père.
Voyons si ses paroles sont vraies, regardons où il aboutira.
Si ce juste est fils de Dieu, Dieu l'assistera, et le délivrera de ses adversaires.
Soumettons-le à des outrages et à des tourments ; nous saurons ce que vaut sa douceur, nous éprouverons sa patience.
Condamnons-le à une mort infâme, puisque, dit-il, quelqu'un veillera sur lui. »
C'est ainsi que raisonnent ces gens-là, mais ils s'égarent ; leur méchanceté les a rendus aveugles.
Ils ne connaissent pas les secrets de Dieu, ils n'espèrent pas que la sainteté puisse être récompensée, ils n'estiment pas qu'une âme irréprochable puisse être glorifiée.



Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 7,2.10.14.25-30.
La fête juive des Tentes approchait.
Lorsque les frères de Jésus furent montés à Jérusalem pour la fête, il y monta lui aussi, non pas ostensiblement, mais en secret. La semaine de la fête était déjà à moitié passée quand Jésus monta au Temple et se mit à enseigner.
Quelques habitants de Jérusalem disaient alors : « N'est-ce pas lui qu'on cherche à faire mourir ? Le voilà qui parle ouvertement, et personne ne lui dit rien ! Les chefs du peuple auraient-ils vraiment reconnu que c'est lui le Messie ? Mais lui, nous savons d'où il est. Or, lorsque le Messie viendra, personne ne saura d'où il est. »
Jésus, qui enseignait dans le Temple, s'écria : « Vous me connaissez ? Et vous savez d'où je suis ? Je ne suis pas venu de moi-même : mais celui qui m'a envoyé dit la vérité, lui que vous ne connaissez pas. Moi, je le connais parce que je viens d'auprès de lui, et c'est lui qui m'a envoyé. » On cherchait à l'arrêter, mais personne ne mit la main sur lui parce que son heure n'était pas encore venue.



Cy Aelf, Paris

Jésus vient en cachette pour enseigner. Le messager de Dieu contraint de se glisser en cachette dans la maison de son Père... Imagine-t-on ce que cela représente pour lui ?  

Humainement, je peux effectivement éprouver un sentiment d'incompréhension, de tristesse, de chagrin. Mais je me trompe sans doute. Il n'empêche : ayant croisé une grande malade dans la journée d'hier, étant privé également de rencontres que je désirerais, me retrouvant souvent très isolé, au lieu de tomber dans la déprime, j'ai réagi et j'ai dit: "Je dois aller plus loin que même. Est-ce que je mérite de m'appeler moi-même un chrétien ?  Ce retournement sur moi-même m'a poussé à des choix sévères. Dans la prière et l'offrande, je veux supporter la douleur physique lancinante de ma sciatique et garder mon sourire; je veux être plus régulier et précis dans toutes mes tâches quotidiennes, exactement comme si je n'avais pas de difficultés morales et physiques.  La question définitive est : jusqu'où suis-je vraiment un "enfant de Dieu" ?  Je me dois de montrer l'exemple d'une grande sérénité.

Jésus rencontre donc ceux qui ont déjà résolu de le mettre à l'épreuve - et quelle épreuve, puisque dans la pensée de ses adversaires, il y a, comme le montre la première lecture: les outrages, les tourments, la condamnation à mort et jusqu'à l'exécution. En l’occurrence, Jésus, interpellé, continue de corriger et répondre.

C'est la partie la plus pénible du Carême, du moins pour moi. En réalité, il est heureux que je sois affligé, car cela me prouve à moi-même que ma conversion n'a pas fait de moi "l'homme d'un moment" - mais moi aussi, j'ai un chemin douloureux à gravir puisque ma collaboration à la congrégation dont je croyais être membre depuis longtemps  est toujours remise en question.  Même cela ? Mais c'est l'essentiel pour moi !

etienne lorant

Date d'inscription : 25/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum