Le désir et l'abandon du désir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le désir et l'abandon du désir

Message par etienne lorant le Ven 13 Juin 2014 - 17:22

Le vendredi de la 10e semaine du Temps Ordinaire

Premier livre des Rois 19,9.11-16.

Lorsque le prophète Élie fut arrivé à l'Horeb, il entra dans une caverne et y passa la nuit.
La parole du Seigneur lui fut adressée : « Sors dans la montagne et tiens-toi devant le Seigneur, car il va passer. » A l'approche du Seigneur, il y eut un ouragan, si fort et si violent qu'il fendait les montagnes et brisait les rochers, mais le Seigneur n'était pas dans l'ouragan ; et après l'ouragan, il y eut un tremblement de terre, mais le Seigneur n'était pas dans le tremblement de terre ;
et après ce tremblement de terre, un feu, mais le Seigneur n'était pas dans ce feu ; et après ce feu, le murmure d'une brise légère.
Aussitôt qu'il l'entendit, Élie se couvrit le visage avec son manteau, il sortit et se tint à l'entrée de la caverne. Alors il entendit une voix qui disait : « Que fais-tu là, Élie ? »
Il répondit : « J'éprouve une ardeur jalouse pour toi, Seigneur, Dieu de l'univers, car les fils d'Israël ont abandonné ton Alliance, renversé tes autels, et tué tes prophètes par l'épée. Je suis le seul à être resté et ils cherchent à me tuer. »
Le Seigneur lui dit : « Repars vers Damas, par le chemin du désert. Arrivé là, tu consacreras par l'onction Hazaël comme roi de Syrie ;
puis tu consacreras Jéhu, fils de Namsi, comme roi d'Israël ; et tu consacreras Élisée, fils de Shafate, comme prophète pour te succéder. »



Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 5,27-32.

Comme les disciples s'étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait : " Vous avez appris qu'il a été dit : Tu ne commettras pas d'adultère.
Eh bien moi, je vous dis : Tout homme qui regarde une femme et la désire a déjà commis l'adultère avec elle dans son cœur.
Si ton œil droit entraîne ta chute, arrache-le et jette-le loin de toi : car c'est ton intérêt de perdre un de tes membres, et que ton corps tout entier ne soit pas jeté dans la géhenne.
Et si ta main droite entraîne ta chute, coupe-la et jette-la loin de toi : car c'est ton intérêt de perdre un de tes membres, et que ton corps tout entier ne s'en aille pas dans la géhenne.
Il a été dit encore : Si quelqu'un renvoie sa femme, qu'il lui donne un acte de répudiation.
Eh bien moi, je vous dis : Tout homme qui renvoie sa femme, sauf en cas d'union illégitime, la pousse à l'adultère ; et si quelqu'un épouse une femme renvoyée, il est adultère.


Cy Aelf, Paris

Le thème principal des lectures de ce jour est le désir.  Le désir sous toutes ses formes, désir de possession de biens matériels (qui apparaît dans l'affaire de la vigne désirée par le roi Acab et obtenue de manière criminelle par Jézabel, sa femme); le désir sexuel qu'évoque Jésus dans l'Evangile; le désir de connaître Dieu par des représentations - c'est ainsi que le prophète Elie s'attendait à rencontrer Dieu d'abord dans un puissant ouragan, puis un tremblement de terre, puis un feu - mais c'est dans une brise légère que la rencontre a lieu.

Ce que propose Jésus dans l'Evangile, c'est de trancher net dans le désir humain. C'est pourquoi l'oeil avide et la main qui saisit doivent toujours demeurer sous un contrôle radical. Ce n'est pas pour rien que Jésus est parti au désert pour se confronter au démon - qui se fait le premier ennemi de l'homme en suscitant le désir jusqu'à l'exacerbation.

Faut-il donc devenir ascète ?  Sans doute, mais cela ne se passe pas comme nous l'imaginons souvent, ni comme certains livres nous décrivent la démarche des ascètes.  Je peux rapporter ici que mon désir de rompre avec le tabac s'est heurté durant des années à ce que je croyais être la faiblesse de ma volonté. C'est la tenue d'un petit journal spirituel, un carnet de "chutes" et de "victoires" qui m'a permis de découvrir que je fumais plus en certaines occasions "conflictuelles" que lorsque j'étais en harmonie avec moi-même.
Et finalement, en voulant me fier à ma propre volonté, je me débattais vainement contre moi-même.
La délivrance n'est pas venue de  l'effort, de la décision, de l'investissement de "moi-même".  C'est plutôt le contraire: d'abord parce que j'ai demandé d'être délivré et ensuite, parce que j'ai abandonné ma volonté. Autrement dit: j'ai accepté de passer au travers de l'épreuve, je m'y suis laissé entraîner, j'ai accepté par avance les malaises que je devrais traverser.

La souffrance du manque est apparue le deuxième jour, mais elle s'est accompagnée d'une joie extraordinaire, une joie de la même qualité que celle que j'avais ressentie lors de ma conversion.

Et pour conclure (mais c'est un avis personnel): tout être humain qui désire rencontrer Dieu, doit d'abord abandonner ce désir. Qu'il se mettre à prier et il verra sa vie changer. Non seulement cela, mais il constatera qu'elle est effectivement toute changée : ce qu'il désirait autrefois a disparu; les relations qu'il avait nouées, il n'en a plus qu'un souvenir vague; ses "grandes" histoires d'amour lui paraissent fort peu de choses. Il est autre pour lui-même, car c'est le Seigneur qui le conduit. Et toute crainte disparaît.


.

etienne lorant

Date d'inscription : 25/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum