Dieu est Amour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dieu est Amour

Message par etienne lorant le Sam 21 Juin 2014 - 10:29

Le samedi de la 11e semaine du Temps Ordinaire

Deuxième livre des Chroniques 24,17-25.

Après la mort du prêtre Joad, les chefs de Juda vinrent se prosterner devant le roi Joas, et le roi les écouta. Les habitants de la Judée abandonnèrent le temple du Seigneur, Dieu de leurs pères, pour adorer les arbres sacrés et les idoles. À cause de cette infidélité, la colère de Dieu s'abattit sur Juda et sur Jérusalem. Pour les ramener à lui, Dieu envoya chez eux des prophètes. Ceux-ci transmirent le message, mais personne ne les écouta.
Dieu revêtit de son esprit Zacharie, le fils du prêtre Joad. Zacharie se présenta devant le peuple et lui dit : « Ainsi parle Dieu : Pourquoi transgressez-vous les commandements du Seigneur ? Cela fera votre malheur : puisque vous avez abandonné le Seigneur, le Seigneur vous abandonne. »
Ils s'ameutèrent alors contre lui et, par ordre du roi, le lapidèrent sur le parvis du Temple.
Le roi Joas, en faisant mourir Zacharie, fils de Joad, oubliait la bonté que celui-ci lui avait témoignée. Zacharie s'était écrié en mourant : « Que le Seigneur le voie, et qu'il fasse justice ! »
Or, à la fin de l'année, l'armée syrienne monta contre le roi Joas et pénétra en Juda et à Jérusalem. Ses hommes massacrèrent tous les chefs du peuple et envoyèrent toutes les dépouilles au roi de Damas.
L'armée syrienne ne comptait qu'un petit nombre d'hommes, et pourtant le Seigneur leur livra une armée très importante, parce que les Judéens avaient abandonné le Seigneur, Dieu de leurs pères ; et Joas reçut le châtiment qu'il méritait.
Lorsque les Syriens partirent, le laissant dans de grandes souffrances, ses serviteurs complotèrent contre lui parce qu'il avait répandu le sang du fils du prêtre Joad, et ils le ]tuèrent dans son lit. Il mourut, et on l'ensevelit dans la cité de David, mais non pas dans le tombeau des rois.


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 6,24-34.
Comme les disciples s'étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait : « Aucun homme ne peut servir deux maîtres : ou bien il détestera l'un et aimera l'autre, ou bien il s'attachera à l'un et méprisera l'autre. Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l'Argent.
C'est pourquoi je vous dis : Ne vous faites pas tant de souci pour votre vie, au sujet de la nourriture, ni pour votre corps, au sujet des vêtements. La vie ne vaut-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que les vêtements ?
Regardez les oiseaux du ciel : ils ne font ni semailles ni moisson, ils ne font pas de réserves dans des greniers, et votre Père céleste les nourrit. Ne valez-vous pas beaucoup plus qu'eux ?
D'ailleurs, qui d'entre vous, à force de souci, peut prolonger tant soit peu son existence ?
Et au sujet des vêtements, pourquoi se faire tant de souci ? Observez comment poussent les lis des champs : ils ne travaillent pas, ils ne filent pas. Or je vous dis que Salomon lui-même, dans toute sa gloire, n'était pas habillé comme l'un d'eux. Si Dieu habille ainsi l'herbe des champs, qui est là aujourd'hui, et qui demain sera jetée au feu, ne fera-t-il pas bien davantage pour vous, hommes de peu de foi ?
Ne vous faites donc pas tant de souci ; ne dites pas : 'Qu'allons-nous manger ? ' ou bien : 'Qu'allons-nous boire ? ' ou encore : 'Avec quoi nous habiller ? '
Tout cela, les païens le recherchent. Mais votre Père céleste sait que vous en avez besoin.
Cherchez d'abord son Royaume et sa justice, et tout cela vous sera donné par-dessus le marché.
Ne vous faites pas tant de souci pour demain : demain se souciera de lui-même ; à chaque jour suffit sa peine.


Cy Aelf, Paris

Chaque fois que l'homme s'éloigne de Dieu pour vivre à sa façon, selon ses goûts et ses désirs, mais aussi selon ses propres idées et sa conception de la vie, des malheurs surviennent immanquablement.

Cependant, dans l'ancien testament, les juifs attribuent les revers de fortune et les malheurs à leur désobéissance. "Puisque vous abandonnez le Seigneur, le Seigneur vous abandonne", dit le texte. On est pris tout entier dans une relation d'obéissance et de soumission à l'autorité divine. Mais en réalité, Dieu n'est pas ainsi. Il est compris comme tel, comme étant l'autortié absolue, mais lorsqu'il se manifeste à Elie, dans un précédent, rien ne se passe comme Elie avait songé.

Je cite ici un commentaire que j'ai trouvé intéressant:

Élie attend que la montagne se mette à trembler, que les éclairs zèbrent le ciel, qu'un feu dévore la montagne et qu'un ouragan dévaste ce pays rebelle et mette à genoux, par la force, ce peuple qui ne veut pas respecter le Seigneur. Or voilà qu'effectivement l'ouragan se déchaîne "mais Dieu n'est pas dans l'ouragan", Après l'ouragan, il y a un tremblement de terre "mais Dieu n'est pas dans le tremblement de terre." Ensuite il y a un feu, comme celui du Buisson Ardent, un feu comme celui qui dévorait la montagne du temps de Moïse, "mais Dieu n'est pas dans le feu". Élie est dérouté. Dieu n'est pas dans la force, Dieu n'est pas dans la puissance, Dieu n'est pas dans la violence. Alors arrive le murmure d'une brise légère et Élie comprend que Dieu est dans le murmure de cette brise légère, que Dieu se révèle à lui dans la douceur et la faiblesse. Élie voile sa face car il sait que Dieu vient se manifester à lui.

C'est Jésus qui nous montre le vrai visage de Dieu. Il est Père et il est tout amour. Il est amour et Il ne peut se manifester aux hommes que dans ce type de relation. Puisqu'il n'y a pas d'amour sans liberté, Dieu ne nous force ra jamais à l'aimer.

Avec Jésus, Dieu tout-puissant devient donc notre Père. Un Père qui est semblable à un père de famille, et c'est ainsi que Jésus le présente à ses disciples. Qu'ils ne se fassent pas tant de soucis, mais qu'ils se consacrent à rechercher le Royaume et sa justice: tout le reste, ils l'obtient par surcroît.

Aujourd'hui, je peux moi-même remercier le Père. Au cours des dernières semaines, je m'étais fait beaucoup de soucis au sujet de mon avenir. Mais dans la soirée d'hier, j'ai découvert que ma fin de carrière ne posera pas les grandes difficultés financières auxquelles je m'attendais. En réalité je n'aurais qu'à procéder à des "ajustements", mais ce sont en réalité mes relations avec les organismes de l'Etat qui m'ont toujours posé problème.  Cet apaisement est une grâce !


.
(Lire ici: "Dieu ne se manifeste pas dans la force" : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

etienne lorant

Date d'inscription : 25/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum