Dimanche : l'Eucharistie, nourriture du chrétien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dimanche : l'Eucharistie, nourriture du chrétien

Message par etienne lorant le Sam 21 Juin 2014 - 16:27

Saint Sacrement du Corps et du Sang du Christ, solennité

Livre du Deutéronome 8,2-3.14b-16a.

Moïse disait au peuple d’Israël : « Souviens-toi de la longue marche que tu as faite pendant quarante années dans le désert ; le Seigneur ton Dieu te l’a imposée pour te faire connaître la pauvreté ; il voulait t’éprouver et savoir ce que tu as dans le cœur : est-ce que tu allais garder ses commandements, oui ou non ?
Il t'a fait connaître la pauvreté, il t'a fait sentir la faim, et il t'a donné à manger la manne - cette nourriture que ni toi ni tes pères n'aviez connue - pour te faire découvrir que l'homme ne vit pas seulement de pain, mais de tout ce qui vient de la bouche du Seigneur.
N'en tire pas orgueil, et n'oublie pas le Seigneur ton Dieu qui t'a fait sortir du pays d'Égypte, de la maison d'esclavage.
C'est lui qui t'a fait traverser ce désert, vaste et terrifiant, pays des serpents brûlants et des scorpions, pays de la sécheresse et de la soif.
C'est lui qui, pour toi, a fait jaillir l'eau de la roche la plus dure. C'est lui qui, dans le désert, t'a donné la manne - cette nourriture inconnue de tes pères - pour te faire connaître la pauvreté et pour t'éprouver avant de te rendre heureux.


Première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 10,16-17.
Frères, La coupe d'action de grâce que nous bénissons, n'est-elle pas communion au sang du Christ ? Le pain que nous rompons, n'est-il pas communion au corps du Christ ?
Puisqu'il y a un seul pain, la multitude que nous sommes est un seul corps, car nous avons tous part à un seul pain.


Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 6,51-58.
Après avoir nourri la foule avec cinq pains et deux poissons, Jésus disait : « Moi, je suis le pain vivant, qui est descendu du ciel : si quelqu'un mange de ce pain, il vivra éternellement. Le pain que je donnerai, c'est ma chair, donnée pour que le monde ait la vie. »
Les Juifs discutaient entre eux : « Comment cet homme-là peut-il nous donner sa chair à manger ? »
Jésus leur dit alors : « Amen, amen, je vous le dis : si vous ne mangez pas la chair du Fils de l'homme, et si vous ne buvez pas son sang, vous n'aurez pas la vie en vous. Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle ; et moi, je le ressusciterai au dernier jour.
En effet, ma chair est la vraie nourriture, et mon sang est la vraie boisson.
Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi, et moi je demeure en lui.
De même que le Père, qui est vivant, m'a envoyé, et que moi je vis par le Père, de même aussi celui qui me mangera vivra par moi. Tel est le pain qui descend du ciel : il n'est pas comme celui que vos pères ont mangé. Eux, ils sont morts ; celui qui mange ce pain vivra éternellement.»


Cy Aelf, Paris

A propos de lui-même, Jésus avait dit aux disciples (en St Jean 4):  « Pour moi, j’ai de quoi manger : c’est une nourriture que vous ne connaissez pas. » Les disciples se disaient entre eux : « Quelqu’un lui aurait-il apporté à manger ? »  Jésus leur dit : « Ma nourriture, c’est de faire la volonté de Celui qui m’a envoyé et d’accomplir son œuvre. »

Cette nourriture n'est donc pas visible, ni palpable, on ne peut la mâcher ni la digérer pour refaire nos fordes physiques. . Mais elle est un ferment, une ferveur, une fièvre; elle est la pression intérieure qui entraîne Jésus de bout en bout. C'est le pain de l'amour de Dieu, c'est un feu qui est de la même nature que celui de la Pentecôte.

De sorte qu'en chaque Eucharistie, par sa communion, le fidèle qui tend à aimer Dieu "de tout son coeur, de toute son âme et de toutes ses forces", se rend lui-même capable d'accomplir les mêmes oeuvres que celles de Jésus. Naturellement, ces oeuvres n'ont pas la même amplitude que celles du Seigneur, mais elles sont tout de même inspirées par Dieu.

Voici donc ce qui rend l'Eucharistie si imporante dans la vie du chrétien. Communier au corps (comme au corps et au sang), c'est se rendre capable d'accomplir des oeuvres semblables.  Non, je ne trahis pas le texte en écrivant cela, je ne fais que le lire:  De même que le Père, qui est vivant, m'a envoyé, et que moi je vis par le Père, de même aussi celui qui me mangera vivra par moi.

Avons-nous bien conscience, lorsque nous allons communier, de l'événement extraordinaire qui se produit en nous ?  Pour moi, je sais que je reçois toujours "force et joie". Cette force et cette joie ne me seront pas d'utilité pour "gagner mon pain à la sueur de mon front", mais elles feront beaucoup plus que cela, car il y a déjà dans chaque communion, un ferment de vie éternelle.

« J’ai envie de crier à ceux qui me demandent si je mange que je mange plus qu’eux, car je suis nourrie par l’Eucharistie du sang et de la chair de Jésus. J’ai envie de leur dire que c’est eux qui arrêtent en eux les effets de cette nourriture, ils en bloquent les effets. » (Marthe Robin)


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

etienne lorant

Date d'inscription : 25/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum