Apprendre à reconnaître la volonté de Dieu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Apprendre à reconnaître la volonté de Dieu

Message par etienne lorant le Jeu 26 Juin 2014 - 10:24

Le jeudi de la 12e semaine du Temps Ordinaire

Deuxième livre des Rois 24,8-17.

Jékonias devint roi de Jérusalem à l'âge de dix-huit ans. Il ne régna que trois mois.
Il fit ce qui est mal aux yeux du Seigneur, comme l'avait fait son père.
En ce temps-là, l'armée de Nabucodonosor, roi de Babylone, monta contre Jérusalem et l'encercla.
Le roi de Babylone vint en personne attaquer la ville, pendant que son armée l'assiégeait.
Alors, Jékonias, roi de Juda, avec sa mère, ses serviteurs, ses nobles et ses dignitaires, se rendit au roi de Babylone, qui les fit prisonniers. C'était en la huitième année du règne de Nabucodonosor.
Celui-ci emporta tous les trésors du Temple et les trésors du palais, après avoir brisé tous les objets en or que Salomon, roi d'Israël, avait fait faire pour le Temple. Tout cela, le Seigneur l'avait annoncé.
Nabucodonosor déporta tout Jérusalem, tous les dignitaires et tous les officiers de l'armée, soit dix mille hommes, sans compter tous les artisans et forgerons : on ne laissa sur place que la population la plus pauvre.
Le roi Jékonias fut emmené à Babylone avec la reine mère, les épouses royales, les dignitaires, l'élite du pays : tous partirent en exil de Jérusalem à Babylone.
Tous les soldats, au nombre de sept mille, les artisans et les forgerons au nombre de mille, tous ceux qui pouvaient combattre, furent emmenés à Babylone par le roi Nabucodonosor.
Celui-ci fit régner, à la place de Jékonias, son oncle Mattania, dont il changea le nom en celui de Sédécias
.
Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 7,21-29.
Comme les disciples s'étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait : « Il ne suffit pas de me dire : 'Seigneur, Seigneur !', pour entrer dans le Royaume des cieux ; mais il faut faire la volonté de mon Père qui est aux cieux.
Ce jour-là, beaucoup me diront : 'Seigneur, Seigneur, n'est-ce pas en ton nom que nous avons été prophètes, en ton nom que nous avons chassé les démons, en ton nom que nous avons fait beaucoup de miracles ? '
Alors je leur déclarerai : 'Je ne vous ai jamais connus. Écartez-vous de moi, vous qui faites le mal ! '
Tout homme qui écoute ce que je vous dis là et le met en pratique est comparable à un homme prévoyant qui a bâti sa maison sur le roc. La pluie est tombée, les torrents ont dévalé, la tempête a soufflé et s'est abattue sur cette maison ; la maison ne s'est pas écroulée, car elle était fondée sur le roc.
Et tout homme qui écoute ce que je vous dis là sans le mettre en pratique est comparable à un homme insensé qui a bâti sa maison sur le sable.
La pluie est tombée, les torrents ont dévalé, la tempête a soufflé, elle a secoué cette maison ; la maison s'est écroulée, et son écroulement a été complet. »
Jésus acheva ainsi son discours. Les foules étaient frappées par son enseignement,
car il les instruisait en homme qui a autorité, et non pas comme leurs scribes.


Cy Aelf, Paris

La déportation des juifs à Babylone a bien évidemment été estimée par les juifs eux-mêmes comme le salaire de leur désobéissance  : "Jékonias devint roi de Jérusalem à l'âge de dix-huit ans. Il ne régna que trois mois.
Il fit ce qui est mal aux yeux du Seigneur, comme l'avait fait son père.
" Pauvre Jékionias, roi à 18 ans, il a - si l'on en croit le narrateur, commis autant de mal devant Dieu que l'avait fait son père durant tout son règne !
Mais le récit ne dit pas de quel mal il s'agit, car l'auteur du texte n'en sait strictement rien. Le narrateur ne sait qu'une chose: si un malheur arrive - et l'exil à Bablylone en est un grand, c'est forcément la conséquence d'une désobéissance à Dieu. Il en a toujours été ainsi, il en sera toujours ainsi.

Comme il est dommage que l'esprit des hommes soit aussi prompt à vouloir trouver des raisons et des causes à tous les évènements !

Dans l'Evangile, Jésus renverse tout cela. Il met en scène des hommes d'apparente bonne volonté, puisqu'ils ont accompli des miracles et même chassé des démons en employant son nom - mais que ce dernier écartera pourtant en leur disant : "Je ne vous ai jamais connus !" Comment est-ce possible ?

L'explication tient dans la parabole de la maison bâtie sur le sable et celle posée sur le roc. Une maison bâtie sur le sable ressemble à une bonne idée mais non réfléchie, dont on n'a examiné ni les tenants, ni les aboutissants. Nombreux sont les architectes qui ont bâti des ponts, mais  en n'examinant la structure du sol que d'un côté du pont et en présupposant que le sous-sol de l'autre côté de la structure serait de même nature. Ainsi, certaines évaluations peuvent être sources de drames. Voir *** ci-dessous.

Mais dans la bouche de Jésus, cette analogie demeure une analogie. Ce qu'il faut accomplir, ce n'est pas ce que nous estimons être la volonté de Dieu, mais c'est reconnaître véritablement quelle est sa volonté  mettre en oeuvre.

Notre prêtre nous a parlé des projets d'aides au développement tels qu'ils sont conçus non dans les pays où l'assistance est requise, mais selon des études dans les pays occidentaux. Le "développement durable", ce n'est pas cela. Mais il consiste tout simplement de demander d'abord aux bénéficiaires quel est leur besoin le plus urgent et comment ils envisagent leur propre avenir: qu'est-ce que le progrès pour vous  et selon vous ?

------------------------------------------------------------------------------------------------------------

***
Le film "La Folie des hommes" est inspiré de faits réels survenus en 1963 dans une vallée des Dolomites en Italie.
Au matin du 9 octobre, 250 millions de m³ de roche se détachèrent du Mont Toc surplombant le barrage de Vajont, ce qui forma une vague de 250 mètres de haut rayant de la carte six communes en contre-bas et causant la mort de 2000 personnes. Le barrage, d'une hauteur de 163 mètres, était à l'époque le plus grand du monde. Dans le quotidien italien Corriere della sera, l'écrivain Dino Buzzati écrivit deux jours après la tragédie : "Une pierre tombe dans un verre rempli d'eau et l'eau déborde sur la nappe. Rien de plus... Mais le verre mesure des centaines de mètres, la pierre est aussi grosse qu'une montagne et en dessous, sur la nappe, des milliers de pauvres bougres sans défense."

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

----------------------------------------------

J'admire personnellement beaucoup la philosophie des projets des "Iles de Paix":

Si je reçois un poisson, je mangerai un jour. Si j’apprends à pêcher, je mangerai toute ma vie.

Le poisson représente l’argent ou la nourriture que l’on pourrait apporter dans ces zones défavorisées. C’est une aide temporaire, qui n’est pas efficace à long terme.

Apprendre à pêcher, c’est apprendre des techniques pour améliorer durablement l’agriculture et l’élevage, avoir plus de nourriture et augmenter ses revenus. C’est se former à l’entretien d’un forage, d’un puits pour avoir accès à de l’eau potable toute l’année. C’est, tout simplement, se forger une autonomie.

- See more at: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

etienne lorant

Date d'inscription : 25/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum