Dimanche: saint Pierre et saint Paul, solennité

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dimanche: saint Pierre et saint Paul, solennité

Message par etienne lorant le Sam 28 Juin 2014 - 19:06

Saint Pierre et saint Paul, Apôtres, solennité

Livre des Actes des Apôtres 12,1-11.

A cette époque, le roi Hérode Agrippa se mit à maltraiter certains membres de l'Église.
Il supprima Jacques, frère de Jean, en le faisant décapiter.
Voyant que cette mesure était bien vue des Juifs, il décida une nouvelle arrestation, celle de Pierre. On était dans la semaine de la Pâque.
Il le fit saisir, emprisonner, et placer sous la garde de quatre escouades de quatre soldats ; il avait l'intention de le faire comparaître en présence du peuple après la fête.
Tandis que Pierre était ainsi détenu, l'Église priait pour lui devant Dieu avec insistance.
Hérode allait le faire comparaître ; la nuit précédente, Pierre dormait entre deux soldats, il était attaché avec deux chaînes et, devant sa porte, des sentinelles montaient la garde.
Tout à coup surgit l'ange du Seigneur, et une lumière brilla dans la cellule. L'ange secoua Pierre, le réveilla et lui dit : « Lève-toi vite. » Les chaînes tombèrent de ses mains.
Alors l'ange lui dit : « Mets ta ceinture et tes sandales. » Pierre obéit, et l'ange ajouta : « Mets ton manteau et suis-moi. »
Il sortit derrière lui, mais, ce qui lui arrivait grâce à l'ange, il ne se rendait pas compte que c'était vrai, il s'imaginait que c'était une vision.
Passant devant un premier poste de garde, puis devant un second, ils arrivèrent à la porte en fer donnant sur la ville. Elle s'ouvrit toute seule devant eux. Une fois dehors, ils marchèrent dans une rue, puis, brusquement, l'ange le quitta.
Alors Pierre revint à lui, et il dit : « Maintenant je me rends compte que c'est vrai : le Seigneur a envoyé son ange, et il m'a arraché aux mains d'Hérode et au sort que me souhaitait le peuple juif.
»



Deuxième lettre de saint Paul Apôtre à Timothée 4,6-8.17-18.
Me voici déjà offert en sacrifice, le moment de mon départ est venu.
Je me suis bien battu, j'ai tenu jusqu'au bout de la course, je suis resté fidèle.
Je n'ai plus qu'à recevoir la récompense du vainqueur : dans sa justice, le Seigneur, le juge impartial, me la remettra en ce jour-là, comme à tous ceux qui auront désiré avec amour sa manifestation dans la gloire.
Le Seigneur, lui, m'a assisté. Il m'a rempli de force pour que je puisse annoncer jusqu'au bout l'Évangile et le faire entendre à toutes les nations païennes.
J'ai échappé à la gueule du lion ; le Seigneur me fera encore échapper à tout ce qu'on fait pour me nuire. Il me sauvera et me fera entrer au ciel, dans son Royaume. A lui la gloire pour les siècles des siècles. Amen
.



Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 16,13-19.
Jésus était venu dans la région de Césarée-de-Philippe, et il demandait à ses disciples : « Le Fils de l'homme, qui est-il, d'après ce que disent les hommes ? »
Ils répondirent : « Pour les uns, il est Jean Baptiste ; pour d'autres, Élie ; pour d'autres encore, Jérémie ou l'un des prophètes. »
Jésus leur dit : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? »
Prenant la parole, Simon-Pierre déclara : « Tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant ! »
Prenant la parole à son tour, Jésus lui déclara : « Heureux es-tu, Simon fils de Yonas : ce n'est pas la chair et le sang qui t'ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux.
Et moi, je te le déclare : Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église ; et la puissance de la Mort ne l'emportera pas sur elle.
Je te donnerai les clefs du Royaume des cieux : tout ce que tu auras lié sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu auras délié sur la terre sera délié dans les cieux.
»


Cy Aelf, Paris

En découvrant les lectures de ce dimanche, je me suis demandé, pour moi-même, jusqu'à quel point j'en suis arrivé dans mon témoignage de foi. Qui sait, qui peut dire où vont nous entraîner les dérives de notre société ?  Outre la théorie du "genre", le mariage pour tous, la procréation médicalement assistée... de nouvelles lois viennent soutenir l'euthanasie et le suicide médicalement assisté...  sans oublier l'avortement que l'on commence à pratiquer "ex utero", etc.

Si la vie humaine perd de sa valeur, si elle est mise en balance avec les idéologies, jusqu'où irons-nous, et quel sera le sort des fidèles chrétiens ?  Bref, n'allons-nous pas connaître une nouvelle époque où le témoignage chrétien ira de nouveau jusqu'au martyre ?

Je me suis déjà posé la question. S'il est tout à fait normal et lucide, pour un chrétien, de se poser cette question, c'est que depuis le commencement, nous savons que notre adversaire ne fait pas partie des êtres humains, mais qu'il s'agit du diable, de l'antique serpent qui a introduit la mort dans le monde.

Les ennemis de saint Paul comme de saint Pierre n'étaient pas les Romains : Rome tout entière est devenue chrétienne !  Mais la confrontation se poursuit et nous y sommes entraînés.

J'ai bien envie, ici, aujourd'hui, moi qui suis belge, de rappeler le cas du roi Baudouin, fervent catholique,  qui refusa catégoriquement de signer la Loi instituant l'avortement:




Il n'y a pas seulement à un roi que peut se poser la question du témoignage "jusqu'au bout" - dans le cas précis, le roi se déclarait prêt à abdiquer et le royaume aurait pu devenir république.

Ce ne sont certes pas des hommes et des femmes qu'il nous appartient de juger, mais de savoir jusqu'à quel point nous sommes disposés à résister au mal, quelles que soient nos conditions actuelles d'existence.

.

etienne lorant

Date d'inscription : 25/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum