Évangile du jour: commentaires des pères de l'Église catholique

Page 5 sur 25 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 15 ... 25  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Évangile du jour: commentaires des pères de l'Église catholique

Message par jaimedieu le Dim 10 Aoû 2014 - 17:58

Rappel du premier message :

Dimanche 10 août

Commentaire du jour
Origène (v. 185-253), prêtre et théologien
Commentaire sur l'évangile de Matthieu, livre 11, ch. 5-6 ; PG 13, 913 ; SC 162 (trad. SC p. 287s rev.)

« Passons sur l'autre rive » (Lc 8,22)


     « Jésus a obligé les disciples à monter dans la barque et à le précéder sur l'autre rive, pendant qu’il renvoyait les foules. » Les foules ne pouvaient pas partir vers l'autre rive ; elles n'étaient pas des Hébreux au sens spirituel du mot, qui se traduit : « les gens de l'autre rive ». Cette œuvre était réservée aux disciples de Jésus : partir pour l'autre rive, dépasser le visible et le corporel, ces réalités temporaires, et arriver les premiers vers l'invisible et l'éternel… Et pourtant les disciples n’ont pas pu précéder Jésus sur l'autre rive…; il voulait peut-être leur apprendre par l'expérience que sans lui il n'était pas possible d’y arriver… Qu'est-ce que cette barque dans laquelle Jésus oblige les disciples à monter ? Ne serait-ce pas la lutte contre les tentations et les circonstances difficiles ?…

     Ensuite il a gravi la montagne, à l'écart, pour prier. Pour qui prie-t-il ? Probablement pour les foules, pour que, renvoyées après avoir mangé les pains bénis, elles ne fassent rien de contraire à ce renvoi de Jésus. Pour les disciples aussi…, pour qu’il ne leur arrive rien de mal sur la mer à cause des vagues et du vent contraire. J'ai bien envie de dire que c'est grâce à la prière que Jésus adresse à son Père que les disciples n'ont subi aucun dommage, alors que la mer, les vagues et le vent s’acharnaient contre eux...

     Et nous, si un jour nous sommes aux prises avec des tentations inévitables, souvenons-nous que Jésus nous a obligés à nous embarquer ; il n'est pas possible de parvenir à l'autre rive sans supporter l'épreuve des vagues et du vent contraire. Puis, quand nous nous verrons entourés par des difficultés nombreuses et pénibles, fatigués de naviguer au milieu d’elles avec la pauvreté de nos moyens, pensons que notre barque est alors au milieu de la mer, et que ces vagues cherchent à « nous faire naufrage dans notre foi » (1Tm 1,19)… Soyons sûrs alors que vers la fin de la nuit, quand « la nuit sera avancée et le jour tout proche » (Rm 13,12), le Fils de Dieu arrivera près de nous afin de nous rendre la mer bienveillante en marchant sur ses eaux.    

(source: Évangile au quotidien)

jaimedieu

Féminin Date d'inscription : 02/03/2011
Age : 59
Localisation : Montréal, Québec Canada

Revenir en haut Aller en bas


Re: Évangile du jour: commentaires des pères de l'Église catholique

Message par jaimedieu le Jeu 4 Déc 2014 - 7:38

Commentaire de l'Évangile de jeudi le 4 décembre

Sainte Thérèse d'Avila (1515-1582), carmélite, docteur de l'Église
Le Chemin de la perfection, ch. 32, 5-9

« Il ne suffit pas de me dire ' Seigneur, Seigneur '...; il faut faire la volonté de mon Père »

Il semble très facile de dire qu'on livre sa volonté au pouvoir d'un autre. Mais quand on en vient à l'épreuve, on comprend qu'il n'y a rien de si difficile que de s'y conformer comme il faut... Le Seigneur sait ce que chacun peut supporter ; et quand il rencontre une âme forte, il ne s'arrête pas jusqu'à ce qu'il ait accompli en elle sa volonté.

Je veux vous exposer ou vous rappeler ce qu'est sa volonté. Ne craignez pas qu'il veuille vous donner des richesses, des plaisirs, des honneurs, ni tous les autres biens de la terre. Il vous aime trop pour cela, et il estime trop le présent que vous lui offrez : voilà pourquoi il veut vous récompenser dignement et vous donne son Royaume, même dès cette vie.

Voulez-vous savoir comment il se comporte envers ceux qui lui font sincèrement cette demande : « Que ta volonté soit faite » ?... Voyez ce que le Père a donné à son Fils qu'il aimait au-dessus de tout, par là vous connaîtrez quelle est sa volonté. Oui, tels sont les dons qu'il nous fait en ce monde. Il les mesure à son amour pour nous. Il en donne plus à ceux qu'il aime plus, et moins à ceux qu'il aime moins. Il se règle aussi d'après le courage qu'il découvre en chacun de nous et l'amour que nous avons pour lui. Il voit qu'on est capable de souffrir beaucoup pour lui quand on l'aime beaucoup, mais de souffrir peu quand on l'aime peu. Je suis persuadée que la mesure de notre force de supporter une grande croix ou une petite, c'est la mesure de notre l'amour. Voilà pourquoi, si cet amour est en vous, vous veillerez, en parlant à un si grand Seigneur, à ce que vos paroles ne soient pas de purs compliments... Si nous n'abandonnons pas complètement notre volonté au Seigneur, pour qu'il prenne lui-même soin de tous nos intérêts, il ne nous laissera jamais boire à sa fontaine d'eau vive.

jaimedieu

Féminin Date d'inscription : 02/03/2011
Age : 59
Localisation : Montréal, Québec Canada

Revenir en haut Aller en bas

Re: Évangile du jour: commentaires des pères de l'Église catholique

Message par jaimedieu le Ven 5 Déc 2014 - 4:10

Commentaire de l'Évangile de vendredi le 5 décembre

Saint Augustin (354-430), évêque d'Hippone (Afrique du Nord) et docteur de l'Église

« Que tout se fasse pour vous selon votre foi »


Les foules suivent Jésus, les nations et les peuples croient en lui. Et voici deux aveugles qui sont assis au bord de la route (Mt 20,29s) : c'est l'image des fidèles qui s'attachent à lui en croyant aux mystères de son humanité. Ils désirent l'illumination d'en haut, ils demandent quelques rayons de lumière sur le Verbe éternel. L'humanité du Christ est la voie qui mène au salut. C'est au passage de Jésus, c'est par la foi à l'Incarnation et à la Passion du Fils de Dieu qu'ils s'efforcent d'obtenir ce qu'ils désirent. Jésus, en effet, passe, pour ainsi dire, dans le mystère de sa vie mortelle ; c'est l'œuvre qu'il réalise, qui mesure son passage dans le temps.

Pour se faire entendre de lui, il faut élever la voix avec force, il faut dominer le bruit et le tumulte de la foule, il faut prier avec insistance et persévérance. Ce sont les impulsions de la chair qui en foule désordonnée assiègent l'âme quand elle désire contempler la lumière éternelle, qui s'opposent à ses efforts. C'est l'influence des remous de la société des hommes charnels qui vient gêner la méditation de l'esprit. Il faut une très grande vigueur spirituelle pour surmonter tous ces obstacles.

Jésus a dit : « On donnera à celui qui demande, qui cherche trouve, on ouvrira à celui qui frappe » (Mt 7,8). Ainsi, quand il entend ceux qui, dans l'ardeur de leur désir, parviennent jusqu'à lui, Jésus s'arrête sur la route ; il touche ces aveugles qui demandent la lumière et il les illumine. Mystère admirable !

C'est Jésus qui passe : son apparition dans l'infirmité de la chair est pour un moment. C'est Jésus qui s'arrête : l'éternité du Verbe est stable, et elle renouvelle tout, immuable en elle-même. La foi à l'Incarnation dans le temps nous prépare à l'intelligence du mystère éternel de Dieu.

jaimedieu

Féminin Date d'inscription : 02/03/2011
Age : 59
Localisation : Montréal, Québec Canada

Revenir en haut Aller en bas

Re: Évangile du jour: commentaires des pères de l'Église catholique

Message par jaimedieu le Sam 6 Déc 2014 - 5:34

Commentaire de l'Évangile de samedi le 6 décembre

Saint [Padre] Pio de Pietrelcina (1887-1968), capucin

« Voyant les foules, il eut pitié d'elles parce qu'elles étaient fatiguées et abattues »

L'espérance en la miséricorde inépuisable de Dieu nous soutient dans le tumulte des émotions et le flot des contrariétés ; c'est avec confiance que nous accourons au sacrement de pénitence où le Seigneur nous attend à tout moment comme un Père de miséricorde. Certes, devant lui nous sommes bien conscients de ne pas mériter son pardon ; mais nous ne doutons pas de sa miséricorde infinie. Oublions donc nos péchés, comme Dieu l'a fait avant nous.

Il ne faut plus revenir, ni par la pensée ni en confession, sur les fautes déjà accusées lors de confessions précédentes. Grâce à notre repentir sincère, le Seigneur les a pardonnées une fois pour toutes. Vouloir revenir sur des fautes déjà pardonnées seulement pour en être encore une fois absous, ou seulement parce que nous doutons qu'elles aient été réellement et pleinement pardonnées, cela ne doit-il pas être vu comme un manque de confiance envers la bonté de Dieu ?

Si cela peut t'apporter quelque réconfort, tu peux repenser aux offenses que tu as faites à la justice de Dieu, à sa sagesse, à sa miséricorde, mais uniquement pour pleurer des larmes salutaires de repentir et d'amour.


jaimedieu

Féminin Date d'inscription : 02/03/2011
Age : 59
Localisation : Montréal, Québec Canada

Revenir en haut Aller en bas

Re: Évangile du jour: commentaires des pères de l'Église catholique

Message par jaimedieu le Dim 7 Déc 2014 - 5:35

Commentaire de l'Évangile de dimanche le 7 décembre

Saint François de Sales (1567-1622), évêque de Genève et docteur de l'Église
Sermon pour le quatrième dimanche de l'Avent

« Préparez le chemin du Seigneur »

Puisque notre divin Sauveur est proche, que faut-il faire pour nous préparer à son avènement ? Saint Jean Baptiste l'enseigne : « Faites pénitence, dit-il, abaissez ces monts d'orgueil et remplissez ces vallées de tiédeur et de pusillanimité, puisque le salut est proche ». Ces vallées ne sont autres que la crainte, laquelle, quand elle est trop grande, nous porte au découragement. Le regard des grandes fautes commises apporte avec soi un étonnement et une crainte qui abat le cœur. Voilà les vallées qu'il faut remplir de confiance et d'espérance, pour l'avènement de notre Seigneur.

« Abaissez les montagnes et les collines » : quelles sont-elles, sinon la présomption, l'orgueil et l'estime qu'on a de soi, qui est un très grand empêchement pour l'avènement de notre Seigneur, lequel a coutume d'humilier et d'abaisser les superbes, car il va pénétrant au fond du coeur, pour découvrir l'orgueil qui y est caché. « Aplanissez les chemins, redressez ceux qui sont tortueux, pour les rendre égaux. » C'est comme s'il disait : « Redressez tant d'intentions obliques, pour n'avoir plus que celle de plaire à Dieu en faisant pénitence, ce qui doit être le but auquel nous devons tous viser ».

Redressez les chemins, rendez égales vos humeurs par la mortification de vos passions, inclinations et aversions. Oh, que c'est une chose désirable que cette égalité d'esprit et d'humeur ; que nous devons travailler fidèlement à acquérir ! Car nous sommes plus variables et inconstants qu'il ne se peut dire. L'on trouvera des personnes qui maintenant étant de bonne humeur seront d'une conversation agréable et joyeuse ; mais tournez la main, vous les trouverez chagrins et inquiets — en somme, les chemins tortueux et raboteux à redresser pour l'avènement de notre Seigneur.

jaimedieu

Féminin Date d'inscription : 02/03/2011
Age : 59
Localisation : Montréal, Québec Canada

Revenir en haut Aller en bas

Re: Évangile du jour: commentaires des pères de l'Église catholique

Message par jaimedieu le Lun 8 Déc 2014 - 5:42

Commentaire de l'Évangile de lundi le 8 décembre

Catéchisme de l'Église catholique
§ 490-493

« Je te salue, Comblée-de-grâce »

Pour être la mère du Sauveur, Marie « a été pourvue par Dieu de dons à la mesure d'une si grande tâche » (Vatican II LG 56). L'ange Gabriel, au moment de l'Annonciation la salue comme « pleine de grâce ». En effet, pour pouvoir donner l'assentiment libre de sa foi à l'annonce de sa vocation, il fallait qu'elle soit toute portée par la grâce de Dieu.

Au long des siècles l'Église a pris conscience que Marie, « comblée de grâce » par Dieu, avait été rachetée dès sa conception. C'est ce que confesse le dogme de l'Immaculée Conception, proclamé en 1854 par le Pape Pie IX : « La bienheureuse Vierge Marie a été, au premier instant de sa conception, par une grâce et une faveur singulière du Dieu tout-puissant, en vue des mérites de Jésus Christ, Sauveur du genre humain, préservée intacte de toute souillure du péché originel ».

Cette « sainteté éclatante absolument unique » dont elle est « enrichie dès le premier instant de sa conception » (LG 56) lui vient tout entière du Christ : elle est « rachetée de façon éminente en considération des mérites de son fils » (LG 53). Plus que toute autre personne créée, le Père l'a « bénie par toutes sortes de bénédictions spirituelles, aux cieux, dans le Christ » ; il l'a « élue en lui, dès avant la fondation du monde, pour être sainte et immaculée en sa présence, dans l'amour » (Ep 1,3-4).

Les Pères de la tradition orientale appellent la Mère de Dieu « la Toute Sainte » (Panaghia) ; ils la célèbrent comme « indemne de toute tache de péché, ayant été pétrie par l'Esprit Saint, et formée comme une nouvelle créature ». Par la grâce de Dieu, Marie est restée pure de tout péché personnel tout au long de sa vie.

jaimedieu

Féminin Date d'inscription : 02/03/2011
Age : 59
Localisation : Montréal, Québec Canada

Revenir en haut Aller en bas

Re: Évangile du jour: commentaires des pères de l'Église catholique

Message par jaimedieu le Mar 9 Déc 2014 - 4:41

Commentaire de l'Évangile de mardi le 9 décembre

Saint Claude la Colombière (1641-1682), jésuite
Sermon prêché à Londres devant la duchesse d'York

Le Fils de Dieu vient à notre recherche

Représentez-vous la désolation d'un pauvre berger dont la brebis s'est égarée. On n'entend dans toutes les campagnes voisines que la voix de ce malheureux qui, ayant abandonné le gros du troupeau, court dans les bois et sur les collines, passe à travers les fourrés et les buissons, en se lamentant et criant de toute sa force et ne pouvant se résoudre à rentrer qu'il n'ait retrouvé sa brebis et qu'il ne l'ait ramené à la bergerie.

Voilà ce qu'a fait le Fils de Dieu lorsque les hommes s'étaient soustraits par leur désobéissance à la conduite de leur Créateur ; il est descendu sur la terre et n'a épargné ni soins ni fatigues pour nous rétablir dans l'état duquel nous étions déchus. C'est ce qu'il fait encore tous les jours pour ceux qui s'éloignent de lui par le péché ; il les suit, pour ainsi dire, à la trace, ne cessant de les rappeler jusqu'à ce qu'il les ait remis en voie de salut. Et certes, s'il n'en usait pas de la sorte, vous savez que c'en serait fait de nous après le premier péché mortel ; il nous serait impossible d'en revenir. Il faut que ce soit lui qui fasse toutes les avances, qu'il nous présente sa grâce, qu'il nous poursuive, qu'il nous invite à avoir pitié de nous-mêmes, sans quoi nous ne songerions jamais à lui demander miséricorde...

L'ardeur avec laquelle Dieu nous poursuit est sans doute un effet d'une très grande miséricorde. Mais la douceur dont ce zèle est accompagné marque une bonté encore plus admirable. Nonobstant le désir extrême qu'il a de nous faire revenir, il n'use jamais de violence, il n'emploie pour cela que les voies de la douceur. Je ne vois nul pécheur, en toute l'histoire de l'Évangile, qui ait été invité à la pénitence autrement que par des caresses et par des bienfaits.







jaimedieu

Féminin Date d'inscription : 02/03/2011
Age : 59
Localisation : Montréal, Québec Canada

Revenir en haut Aller en bas

Re: Évangile du jour: commentaires des pères de l'Église catholique

Message par jaimedieu le Mer 10 Déc 2014 - 5:37

Commentaire de l'Évangile de mercredi le 10 décembre

La Règle du Maître, règle monastique du 6ème siècle

« Venez à moi, vous tous qui peinez »

Nous parcourions l'itinéraire de cette vie dans l'ignorance des bonnes actions et dans l'incertitude de l'épreuve qu'est la mort. Notre voyage à travers le monde nous avait chargés d'un gros fardeau de négligence pécheresse... Soudain, vers l'orient, nous avons aperçu une source d'eau vive que nous n'espérions pas. Tandis que nous nous hâtions vers elle, la voix de Dieu s'est fait entendre en nous criant : « Vous qui avez soif, venez à l'eau ! » (Is 55,1) Nous voyant approcher, chargés de lourds bagages, elle a repris : « Venez à moi, vous tous qui peinez et qui êtes chargés, et je vous soulagerai ». Et quand nous avons entendu cette voix pleine de bonté, nous avons jeté nos bagages a terre. Pressés par la soif, nous nous sommes étendus sur le sol pour puiser avidement à la source ; nous avons bu longuement, et nous nous sommes relevés renouvelés.

Après nous être remis debout, nous sommes restés là, tout stupéfiés, dans l'excès de notre joie. Nous regardions le joug que nous avions péniblement porté en chemin, et ces bagages qui nous avaient fatigué jusqu'à en mourir, ignorants que nous étions. Tandis que nous étions absorbés dans nos considérations, de nouveau nous avons entendu la voix qui sortait de la source qui nous avait rendu la vie : « Chargez-vous de mon joug ; mettez-vous à mon école, car je suis doux et humble de cœur et vous trouverez le repos pour vos âmes. Mon joug est aisé et mon fardeau léger ». A ces mots nous nous sommes dit l'un à l'autre : « Ne revenons pas en arrière après avoir trouvé la vie grâce à une telle source... Ne reprenons pas le bagage de nos péchés que nous avons jeté loin de nous en allant à la source baptismale... Maintenant nous avons reçu la sagesse de Dieu... Nous avons été invités au repos par la voix du Seigneur ».

jaimedieu

Féminin Date d'inscription : 02/03/2011
Age : 59
Localisation : Montréal, Québec Canada

Revenir en haut Aller en bas

Re: Évangile du jour: commentaires des pères de l'Église catholique

Message par jaimedieu le Jeu 11 Déc 2014 - 5:04

Commentaire de l'Évangile de jeudi le 11 décembre

Saint Augustin (354-430), évêque d'Hippone (Afrique du Nord) et docteur de l'Église
Traité anti-donatiste « Contre les lettres de Petilianus »

« Tous les prophètes, ainsi que la Loi, ont parlé jusqu'à Jean »

Jusqu'à Jean Baptiste la Loi et les prophètes comportaient des préfigurations qui avaient pour but d'annoncer l'avenir. Mais les sacrements de la nouvelle Loi, ceux de notre temps, attestent la venue de ce que les anciens proclamaient à venir. Et Jean a été, de tous les précurseurs du Christ, le messager qui l'annonce de plus près.

Car tous les justes et tous les prophètes des siècles antérieurs avaient désiré voir l'accomplissement de ce qu'ils discernaient déjà dans cet avenir dont l'Esprit Saint leur soulevait le voile. Le Seigneur Jésus le dit en personne : « Bien des justes et bien des prophètes ont désiré voir ce que vous voyez et ne l'ont pas vu, entendre ce que vous entendez et ne l'ont pas entendu » (Mt 13,17). C'est pourquoi il a été dit de Jean Baptiste qu'il était « plus que prophète » et qu'« aucun des enfants des femmes ne l'a surpassé » (Mt 11,9-11).

En effet, les justes des premiers temps avaient eu seulement la faveur d'annoncer le Christ ; Jean Baptiste, lui, a eu la grâce de l'annoncer encore absent et de le voir enfin présent. Il a vu à découvert celui que les autres ont désiré voir. C'est pourquoi le signe de son baptême appartient encore à l'annonce du Christ qui vient, mais à l'extrême limite de l'attente. Jusqu'à lui, il y avait eu des prédictions du premier avènement du Seigneur ; maintenant, après Jean, cet avènement du Christ, on ne le prédit plus, on le proclame.

jaimedieu

Féminin Date d'inscription : 02/03/2011
Age : 59
Localisation : Montréal, Québec Canada

Revenir en haut Aller en bas

Re: Évangile du jour: commentaires des pères de l'Église catholique

Message par jaimedieu le Ven 12 Déc 2014 - 6:24

Commentaire de l'Évangile de vendredi le 12 décembre

Saint Clément d'Alexandrie (150-v. 215), théologien

« La sagesse de Dieu se révèle juste » : Dieu nous appelle à la conversion

Personne ne saurait être touché des exhortations des autres saints comme de celles du Seigneur lui-même, avec tout son amour pour les hommes, car il n'a pas d'autre préoccupation que celle de sauver l'homme. Il crie donc, pour presser les hommes de se sauver : « Le Royaume des cieux est proche » (Mc 1,15). Il cherche à convertir les hommes qui viennent à lui. De la même façon l'apôtre du Seigneur se fait...l'interprète de la voix de Dieu : « Le Seigneur est proche ; prenez garde que nous ne soyons surpris et trouvés vides » (cf Ph 4,5; 1Th 5,4)

Mais vous, ressentez-vous si peu de crainte, ou plutôt, êtes-vous assez incrédules pour ne pas croire ni au Seigneur lui-même ni à Paul, surtout quand il est enchâiné pour le Christ ? (Ph 1,13) « Goûtez et voyez combien le Seigneur est bon ! » (Ps 33,9) La foi vous introduira, l'expérience vous enseignera, l'Écriture, comme un pédagogue, vous guidera. Elle vous dit : « Écoutez-moi, mes petits, je vais vous apprendre la crainte du Seigneur », puis, quand déjà on croit, elle ajoute : « Quel est l'homme qui veut la vie, qui désire voir de beaux jours ? (Ps 33,12-13) -–C'est nous, dirons-nous, les adorateurs du bien, les émules des bons. —Écoutez donc, ' vous qui êtes loin ', écoutez, ' vous qui êtes près ' » (Is 57,19) Le Verbe ne s'est caché de personne ; c'est une lumière commune. Il brille pour tous les hommes ; il n'y a pas d'étranger pour lui.

Hâtons-nous donc vers le salut, vers la nouvelle naissance. Hâtons-nous, nous qui sommes le grand nombre, de nous réunir en un seul troupeau (Jn 10,16), poursuivons l'unité en suivant le seul Christ. Ainsi l'union de beaucoup de voix, quand leur dissonance et leur dispersion auront été soumises à l'harmonie divine, constituera finalement une seule symphonie. Et le chœur, obéissant à son maître, le Verbe, ne trouvera son repos qu'en la vérité même, quand il pourra dire : « Abba, Père » (Mc 14,36).

jaimedieu

Féminin Date d'inscription : 02/03/2011
Age : 59
Localisation : Montréal, Québec Canada

Revenir en haut Aller en bas

Re: Évangile du jour: commentaires des pères de l'Église catholique

Message par jaimedieu le Sam 13 Déc 2014 - 5:22

Commentaire de l'Évangile de samedi le 13 décembre

Saint Ambroise (v. 340-397), évêque de Milan et docteur de l'Église

Élie et le jeûne

« Il marchera devant Dieu avec l'esprit et la puissance d'Élie » (Lc 1,17)

Qu'est-ce que le jeûne, sinon l'essence et l'image du ciel ? Le jeûne est le réconfort de l'âme, la nourriture de l'esprit. Le jeûne est la vie des anges ; le jeûne est la mort du péché, la destruction des fautes, le remède du salut, la racine de la grâce, le fondement de la chasteté. Par cette échelle, on parvient plus rapidement auprès de Dieu. Élie est monté par cette échelle, avant de monter par le char ; et en partant vers le ciel, il a laissé à son disciple cet héritage de la sobriété et de l'abstinence (cf 2R 2,11-15).

C'est dans cette force et cet esprit d'Élie que Jean est venu (Lc 1,17). En effet, au désert lui aussi s'adonnait au jeûne, et sa nourriture était des sauterelles et du miel sauvage (Mt 3,4). Pour cette raison, celui qui l'avait emporté par sa maîtrise de soi sur la capacité de la vie humaine a été considéré non comme un homme, mais comme un ange. Nous lisons à son sujet : « Il est même plus qu'un prophète. C'est celui dont il est écrit : Voici que j'envoie mon ange devant ta face pour préparer le chemin devant toi » (Mt 11,9-10 grec ; Ex 23,20). Qui aurait pu par une force humaine monter sur des chevaux de feu, sur un char de feu, mener une course à travers les airs [comme Élie], sinon celui qui avait transformé la nature du corps humain par la force du jeûne qui lui accorde une nature impérissable ?

jaimedieu

Féminin Date d'inscription : 02/03/2011
Age : 59
Localisation : Montréal, Québec Canada

Revenir en haut Aller en bas

Re: Évangile du jour: commentaires des pères de l'Église catholique

Message par jaimedieu le Dim 14 Déc 2014 - 5:41

Commentaire de l'Évangile de dimanche le 14 décembre

Saint Augustin (354-430), évêque d'Hippone (Afrique du Nord) et docteur de l'Église


« Il est venu pour rendre témoignage à la Lumière »

Comment le Christ est-il venu ? Il est apparu en homme. Parce qu'il était homme à ce point que Dieu était caché en lui, un homme remarquable a été envoyé devant lui pour faire reconnaitre qu'il était plus qu'un homme, lui, le Christ... Qui était-il, celui qui devait ainsi rendre témoignage à la Lumière ? Un être remarquable, ce Jean, un homme d'un haut mérite, d'une grâce éminente, d'une grande élévation. Admire-le, mais comme on admire une montagne : la montagne reste dans les ténèbres tant que la lumière ne vient pas l'envelopper : « Cet homme n'était pas la Lumière ». Ne prends pas la montagne pour la lumière ; ne va pas te briser contre elle, bien loin d'y trouver du secours.

Et que faut-il admirer alors ? La montagne, mais comme montagne. Elève-toi jusqu'à celui qui éclaire cette montagne qui est dressée pour recevoir, la première, les rayons du soleil, afin de les renvoyer à tes yeux... De nos yeux, on dit aussi qu'ils sont des lumières ; et pourtant si on n'allume pas de lampe la nuit ou si le soleil ne se lève pas durant le jour, nos yeux s'ouvrent en vain. Jean lui-même était ténèbres avant d'être illuminé ; il n'est devenu lumière que par cette illumination. S'il n'avait pas reçu les rayons de la Lumière, il serait demeuré ténèbres comme les autres...

Et la Lumière elle-même, où est-elle ? « la Lumière véritable qui illumine tout homme en venant dans ce monde » ? (Jn 1,9) S'il illumine tout homme, il illuminait aussi Jean, par qui il voulait être manifesté... Il venait pour des intelligences infirmes, pour des cœurs blessés, pour des âmes aux yeux malades..., des gens incapables de le voir directement. Il a couvert Jean de ses rayons. En proclamant qu'il avait été lui-même illuminé, Jean a fait connaître Celui qui illumine, Celui qui éclaire, Celui qui est la source de tout don.

jaimedieu

Féminin Date d'inscription : 02/03/2011
Age : 59
Localisation : Montréal, Québec Canada

Revenir en haut Aller en bas

Re: Évangile du jour: commentaires des pères de l'Église catholique

Message par jaimedieu le Lun 15 Déc 2014 - 4:38

Commentaire de l'Évangile de lundi le 15 décembre

Saint Bède le Vénérable (v. 673-735), moine, docteur de l'Église

« Tous tiennent Jean pour un prophète »

Si nous cherchons pourquoi Jean baptisait, lui dont le baptême ne pouvait cependant pas remettre les péchés, la raison en est claire : c'est que, pour être fidèle à son ministère de précurseur, il devait baptiser avant le Seigneur de même qu'il était né avant lui, qu'il prêchait avant lui et qu'il mourrait avant lui. En même temps, c'était pour empêcher que la querelle envieuse des Pharisiens et des scribes n'ait prise sur le ministère du Seigneur, dans le cas où il aurait donné le premier le baptême aux hommes. « Le baptême de Jean, d'où venait-il ? Du ciel ou des hommes ? » Comme ils n'oseraient pas nier qu'il vienne du ciel, ils seraient contraints de reconnaître que les œuvres de celui que Jean prêchait étaient elles aussi accomplies par un pouvoir venant du ciel. Cependant, si le baptême de Jean ne remettait pas les péchés, il n'en était pas pour autant sans fruit pour ceux qui le recevaient... Il était un signe de foi et de repentir, c'est-à-dire qu'il rappelait que tous devraient s'abstenir du péché, pratiquer l'aumône, croire au Christ, et se hâter vers son baptême, dès qu'il paraîtrait, afin d'y être lavés pour la rémission de leurs péchés.

Par ailleurs, le désert où Jean demeurait représente la vie des saints coupés des plaisirs de ce monde. Qu'ils vivent dans la solitude ou mêlés aux foules, sans cesse ils tendent de toute leur âme à se détacher des désirs du monde présent ; ils trouvent leur joie à ne s'attacher qu'à Dieu, dans le secret de leur cœur, et à ne mettre qu'en lui leur espérance. C'est vers cette solitude de l'âme, si chère à Dieu, que le prophète désirait aller, avec le secours de l'Esprit Saint, quand il disait : « Qui me donnera les ailes de la colombe pour que je m'envole et me repose ? » (Ps 54,7)

jaimedieu

Féminin Date d'inscription : 02/03/2011
Age : 59
Localisation : Montréal, Québec Canada

Revenir en haut Aller en bas

Re: Évangile du jour: commentaires des pères de l'Église catholique

Message par jaimedieu le Mar 16 Déc 2014 - 4:26

Commentaire de l'Évangile de mardi le 16 décembre

Bienheureux Guerric d'Igny (v. 1080-1157), abbé cistercien
5e sermon pour l'Avent

Se convertir aux appels de Jean Baptiste, qui prépare la voie du Seigneur

C'est une joie pour moi, frères, d'évoquer avec vous cette voie du Seigneur...dont Isaïe fait un si bel éloge : « Il y aura...dans la terre aride et déserte, un chemin et une route... Cette route sera appelée voie sacrée » (Is 35,7-8), parce qu'elle est la sanctification des pécheurs et le salut de ceux qui sont perdus...

« Aucun impur n'y passera. » Cher Isaïe, ceux qui sont impurs passeront donc par une autre voie ? Ah non ! Que tous viennent plutôt à cette route-ci, qu'ils y avancent ! C'est surtout pour les impurs que le Christ l'a tracée, lui qui « est venu chercher et sauver ce qui était perdu » (Lc 19,10)... Alors l'impur va passer par la voie sacrée ? A Dieu ne plaise ! Aussi souillé qu'il soit en l'abordant, il ne le sera plus quand il y passera ; car dès qu'il y aura mis le pied, sa souillure disparaîtra. La voie sacrée, en effet, est ouverte à l'homme impur, mais dès qu'elle l'accueille, elle le purifie en effaçant tout le mal qu'il a commis... Elle ne le laisse pas passer avec sa souillure, car elle est la « voie resserrée » et pour ainsi dire, le « trou d'aiguille » (Mt 7,14 ; 19,24)...

Si donc tu es déjà sur la route, ne t'en écarte pas ; sinon, le Seigneur te laisserait « errer dans la voie de ton propre cœur » (Is 57,17)... Si tu trouves la route trop étroite, considère le terme où elle te conduit... Mais si ton regard ne va pas jusque-là, fais confiance à Isaïe, le voyant. Lui qui distinguait à la fois l'étroitesse et le terme de la route, il ajoutait : « Sur ce chemin marcheront les libérés, les rachetés du Seigneur ; ils arriveront à Sion avec des clameurs de joie. Un bonheur sans fin transfigurera leur visage. Ils obtiendront allégresse et joie. Douleurs et plainte prendront la fuite » (35,9-10).

jaimedieu

Féminin Date d'inscription : 02/03/2011
Age : 59
Localisation : Montréal, Québec Canada

Revenir en haut Aller en bas

Re: Évangile du jour: commentaires des pères de l'Église catholique

Message par jaimedieu le Mer 17 Déc 2014 - 5:12

Commentaire de l'Évangile de mercredi le 17 décembre

Saint Hippolyte de Rome (?-v. 235), prêtre et martyr
Réfutation de toutes les hérésies, 10, 33-34 ; GCS 26, 289-293

De la même pâte que nous

Nous avons appris que ce Verbe, la Parole de Dieu, a pris chair d'une vierge et qu'il a porté l'homme ancien en rénovant sa nature. Nous savons que l'humanité du Verbe est faite de la même pâte que nous. Car s'il n'était pas ainsi, c'est en vain qu'il nous aurait commandé de l'imiter comme notre maître. Si cet homme est d'une autre nature, comment peut-il me prescrire de faire comme lui, à moi qui suis faible par nature ? Et alors où est sa bonté, sa justice ?

Pour bien faire comprendre qu'il n'est pas différent de nous, il a voulu supporter la fatigue et connaître la faim ; il n'a pas refusé d'avoir soif, il a trouvé son repos dans le sommeil, il n'a pas refusé la souffrance, il s'est soumis à la mort et il a rendu manifeste sa résurrection. En tout cela il a offert comme prémices sa propre humanité afin que toi, dans ta souffrance, tu ne perdes pas courage mais que, reconnaissant que tu es toi-même homme, tu attendes toi aussi ce que le Père a donné à cet homme-là.

jaimedieu

Féminin Date d'inscription : 02/03/2011
Age : 59
Localisation : Montréal, Québec Canada

Revenir en haut Aller en bas

Re: Évangile du jour: commentaires des pères de l'Église catholique

Message par jaimedieu le Jeu 18 Déc 2014 - 5:26

Commentaire de l'Évangile de jeudi le 18 décembre

Saint Bernard (1091-1153), moine cistercien et docteur de l'Église
Homélies sur ces paroles de l'Évangile : « L'ange fut envoyé ».

« Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse »


« Joseph, l'époux de Marie, était juste et ne voulait pas la dénoncer ; il décida donc de la renvoyer secrètement. » (Mt 1,19) Parce qu'il était juste, il ne voulait pas la déshonorer. Il n'aurait pas été juste, ni s'il s'était fait son complice après l'avoir jugée coupable, ni si, reconnaissant son innocence, il l'avait condamnée. C'est pourquoi il prit le parti de la renvoyer secrètement. Mais pourquoi la renvoyer ?... Pour la même raison, disent les Pères, qui incitait Pierre à repousser le Seigneur en disant : « Eloigne-toi de moi, Seigneur, car je suis un pécheur » (Lc 5,8). De même le centurion lui fermait sa porte en disant : « Seigneur, je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit » (Mt 8,8) .

Joseph, qui se considérait comme pécheur, se disait qu'il était indigne de garder plus longtemps dans sa maison une femme dont l'excellence et la supériorité lui inspiraient la vénération et la crainte. Il la voyait porter en elle le signe indubitable de la présence divine ; incapable de comprendre le mystère, il voulait la renvoyer. Saint Pierre a craint la toute-puissance divine ; le centurion a été effrayé par la présence de la majesté du Christ. Joseph, en homme qu'il était, a été saisi d'épouvante devant un miracle si neuf et un mystère si impénétrable ; c'est pour cela qu'en secret il méditait de renvoyer Marie. Ne vous étonnez pas de voir Joseph se juger indigne de vivre aux côtés de la Vierge enceinte ; sainte Elisabeth non plus n'a pas pu supporter sa présence sans être saisie de crainte et de respect : « Comment se fait-il que la Mère de mon Seigneur vienne à moi ? » (Lc 1,43)...

Pourquoi la renvoyer en secret ? Pour qu'on ne cherche pas la cause de leur séparation et qu'on ne vienne pas exiger des explications. Qu'aurait pu répondre ce juste à...des gens toujours prêts à contester ? S'il avait dévoilé ses pensées, s'il s'était dit convaincu de la pureté de sa fiancée, ces gens sceptiques l'auraient tourné en dérision, et ils auraient lapidé Marie... Joseph a eu donc raison, lui qui ne voulait ni mentir ni diffamer... Mais l'ange lui dit : « Ne crains pas ! Ce qui est né en elle vient de l'Esprit Saint».

jaimedieu

Féminin Date d'inscription : 02/03/2011
Age : 59
Localisation : Montréal, Québec Canada

Revenir en haut Aller en bas

Re: Évangile du jour: commentaires des pères de l'Église catholique

Message par jaimedieu le Ven 19 Déc 2014 - 5:42

Commentaire de l'Évangile de vendredi le 19 décembre

Saint Augustin (354-430), évêque d'Hippone (Afrique du Nord) et docteur de l'Église

Le silence de Zacharie

La naissance de Jean rencontre l'incrédulité et son père devient muet ; Marie croit à celle du Christ et elle le conçoit par la foi... Si nous ne sommes pas capables de scruter les profondeurs d'un si grand mystère, faute de capacité ou de temps, vous serez mieux instruits par celui qui parle en vous, même en mon absence, celui à qui vous pensez avec affection, celui que vous avez accueilli dans votre cœur, celui dont vous êtes devenus les temples (cf 1Co 3,16).

Zacharie se tait et perd la parole jusqu'à la naissance de Jean, précurseur du Seigneur, qui lui rend la parole. La parole lui est rendue à cause de la naissance de celui qui est la voix. Car on demandait à Jean qui annonçait déjà le Seigneur : « Qui es-tu ? » Et il a répondu : « Je suis la voix qui crie dans le désert » (Jn 1,23). La voix, c'est Jean, tandis que le Seigneur est la Parole : « Au commencement était le Verbe » (Jn 1,1). Jean, c'est la voix pour un temps ; le Christ c'est le Verbe au commencement, c'est le Verbe éternel.


jaimedieu

Féminin Date d'inscription : 02/03/2011
Age : 59
Localisation : Montréal, Québec Canada

Revenir en haut Aller en bas

Re: Évangile du jour: commentaires des pères de l'Église catholique

Message par jaimedieu le Sam 20 Déc 2014 - 6:42

Commentaire de l'Évangile de samedi le 20 décembre

Saint Bernard (1091-1153), moine cistercien et docteur de l'Église
Sermon pour l'Annonciation

« Voici la servante du Seigneur »

« L'ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth. » Vous êtes surpris que Nazareth, cette petite cité, soit honorée du message d'un grand Roi, et de quel message ! Mais un grand trésor est caché dans cette bourgade : il est caché aux hommes, non à Dieu. Marie, n'est-elle pas le trésor de Dieu ? Partout où elle se trouve, le cœur de Dieu la suit. Ses yeux sont sur elle ; il ne quitte pas du regard son humble servante.

Si le Fils unique de Dieu le Père connaît le ciel, il connaît aussi Nazareth. Comment ne connaîtrait-il pas sa patrie et son héritage ? Il tient le ciel de son Père, Nazareth de sa mère, puisqu'il se dit à la fois le Fils de David et le Seigneur (Mt 22,42s)...

« Ne crains pas Marie : tu as trouvé grâce auprès de Dieu. » Et quelle grâce ! Une grâce pleine, unique, singulière...: d'autant plus singulière qu'elle est pour tous les hommes... Grâce unique, puisque seule, ô Marie, tu as la plénitude ; grâce universelle, puisque tout ce que Dieu a créé a sa part de cette plénitude : « Tu es bénie entre les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni » (Lc 1,42). Il n'est que pour toi le fruit de tes entrailles, mais par ta médiation il parvient aux âmes de tous... En toi seule ce Roi si riche s'est anéanti, ce grand souverain s'est humilié, ce Dieu infini s'est fait petit. Il s'est mis au-dessous des anges (He 2,7) ; vrai Dieu et Fils de Dieu, il s'est incarné. Mais à quelle fin ? Pour nous enrichir tous de sa pauvreté, nous élever par son abaissement, nous grandir en se faisant petit, nous unir à Dieu en se faisant homme, afin que nous commencions à n'être avec lui qu'un même esprit (2Co 8,9; 1Co 6,17).

jaimedieu

Féminin Date d'inscription : 02/03/2011
Age : 59
Localisation : Montréal, Québec Canada

Revenir en haut Aller en bas

Re: Évangile du jour: commentaires des pères de l'Église catholique

Message par jaimedieu le Dim 21 Déc 2014 - 6:27

Commentaire de l'Évangile de dimanche le 20 décembre

Saint Jean-Paul II (1920-2005), pape

« Réjouis-toi, comblée de grâce »

La joie est une composante fondamentale du temps sacré qui commence. L'Avent est un temps de vigilance, de prière, de conversion, en plus d'une attente fervente et joyeuse. Le motif est clair : « Le Seigneur est proche » (Ph 4,5).

La première parole adressée à Marie dans le Nouveau Testament est une invitation joyeuse : « Exulte, réjouis-toi ! » (Lc 1,28 grec). Une telle salutation est liée à la venue du Sauveur. À Marie la première est annoncée une joie qui par la suite sera proclamée à tout le peuple (Lc 2,10) ; elle y participe d'une manière et dans une mesure extraordinaire. En elle la joie de l'ancien Israël se concentre et trouve sa plénitude ; en elle le bonheur des temps messianiques éclate irrévocablement. La joie de la Vierge Marie est en particulier celle du « petit reste » d'Israël (Is 10,20s), des pauvres qui attendent le salut de Dieu et qui font l'expérience de sa fidélité.

Pour participer à cette fête nous aussi il est nécessaire d'attendre avec humilité et d'accueillir le Sauveur avec confiance. « Tous les fidèles, qui par la liturgie vivent l'esprit de l'Avent, en considérant l'amour inexprimable avec lequel la Vierge Mère attendait le Fils, seront amenés à la prendre comme modèle et à se préparer pour aller à la rencontre du Seigneur qui vient, ' vigilants dans la prière et remplis d'allégresse ' » (Paul VI, Marialis cultus 4 ; Missel romain).

jaimedieu

Féminin Date d'inscription : 02/03/2011
Age : 59
Localisation : Montréal, Québec Canada

Revenir en haut Aller en bas

Re: Évangile du jour: commentaires des pères de l'Église catholique

Message par jaimedieu le Lun 22 Déc 2014 - 5:12

Commentaire de l'Évangile de lundi le 22 décembre

Saint Louis-Marie Grignion de Montfort (1673-1716), prédicateur, fondateur de communautés religieuses
Traité de la vraie dévotion à la Vierge Marie, 1-6

« Il s'est penché sur son humble servante »

Marie a été très cachée dans sa vie ; c'est pourquoi elle est appelée par le Saint Esprit et l'Église « Alma Mater » : Mère cachée et secrète. Son humilité a été si profonde qu'elle n'a point eu sur la terre d'attrait plus puissant et plus continuel que de se cacher à elle-même et à toute créature, pour n'être connue que de Dieu seul.

Dieu, pour l'exaucer dans les demandes qu'elle lui fit de la cacher, appauvrir et humilier, a pris plaisir à la cacher dans sa conception, dans sa naissance, dans sa vie, dans ses mystères, dans sa résurrection et assomption, à l'égard de presque toute créature humaine. Ses parents même ne la connaissaient pas ; et les anges se demandaient souvent les uns aux autres : « Quae est ista ? Qui est celle-là ? » (Ct 6,10) parce que le Très-Haut la leur cachait ; ou, s'il leur en découvrait quelque chose, il leur en cachait infiniment davantage...

Que de choses grandes et cachées ce Dieu puissant a faites en cette créature admirable, comme elle est elle-même obligée de le dire, malgré son humilité profonde : « Le Puissant fit pour moi des merveilles ». Le monde ne les connaît pas, parce qu'il en est incapable et indigne.

jaimedieu

Féminin Date d'inscription : 02/03/2011
Age : 59
Localisation : Montréal, Québec Canada

Revenir en haut Aller en bas

Re: Évangile du jour: commentaires des pères de l'Église catholique

Message par jaimedieu le Mar 23 Déc 2014 - 6:21

Commentaire de l'Évangile du 23 décembre

Saint Augustin (354-430), évêque d'Hippone (Afrique du Nord) et docteur de l'Église

« Que sera donc cet enfant ? »

Quelle merveille ! Le messager naît avant celui qui le fait venir au monde. Jean est bien la voix, et Jésus le Verbe, la Parole de Dieu (Mt 3,3 ; Jn 1,1)… La parole naît d'abord dans l'esprit, puis elle suscite la voix qui l'énonce ; la voix s'exprime par les lèvres et fait connaître la parole à ceux qui l'écoutent. Ainsi le Christ est resté en son Père, par qui Jean a été créé comme toute chose, mais Jean est sorti d'une mère et a donné à tous les hommes de connaître le Christ. Celui-ci était le Verbe, dès le commencement, avant que le monde existe ; Jean a été, à la fin, la voix qui a précédé la venue du Verbe. La parole naît de la pensée ; la voix sort du silence.

Ainsi en enfantant le Christ, Marie croit, tandis qu'avant d'engendrer Jean, Zacharie est frappé de mutisme. L'un sort d'une jeunesse en fleur, l'autre naît d'une vieille femme affaiblie. La Parole habite le cœur de celui qui pense ; la voix expire dans l'oreille de celui qui écoute. Peut-être même est-ce le sens de ce mot de Jean : « Il faut qu'il grandisse et que moi je diminue » (Jn 3,30). Car les prédictions de la Loi et des prophètes, parues avant le Christ comme une voix avant le Verbe, ont continué jusqu'à Jean, en qui cessent les dernières préfigurations. Ensuite, la grâce de l'Évangile et l'annonce du Royaume des cieux qui ne connaîtra pas de fin portent du fruit et croissent sur la terre entière.

jaimedieu

Féminin Date d'inscription : 02/03/2011
Age : 59
Localisation : Montréal, Québec Canada

Revenir en haut Aller en bas

Re: Évangile du jour: commentaires des pères de l'Église catholique

Message par jaimedieu le Mer 24 Déc 2014 - 4:47

Commentaire de l'Évangile de mercredi le 24 décembre

Liturgie byzantine

Bethléem, prépare-toi, il vient !

Bethléem, prépare-toi : les portes de l'Éden s'ouvrent pour tous. Réjouis-toi, Éphrata (Mi 5,1), car dans la grotte la Vierge fait fleurir l'arbre de vie... Le Christ s'approche pour nous servir ; il prend, lui, le Créateur, la forme de l'œuvre de ses mains. Riche de sa divinité et plein de miséricorde, il apporte au malheureux Adam une création et une naissance nouvelles. Il incline les cieux, et du sein de la Vierge il s'approche de nous, revêtu de notre chair. Il va naître dans la grotte de Bethléem, selon les Écritures ; il va paraître comme un enfant, lui qui donne la vie aux enfants dans le sein de leur mère.

Allons à sa rencontre ; allons à Bethléem dans la joie et l'âme en fête. Le Seigneur...vient chez lui comme un étranger ; accueillons-le afin de devenir les hôtes de son paradis et d'y demeurer par la miséricorde de celui qui naît dans l'étable. Déjà s'ouvrent à nous les portiques de l'Incarnation du Verbe de Dieu.

Cieux, soyez dans la joie ! Anges, tressaillez d'allégresse ! Que la terre et ceux qui l'habitent se livrent à la joie avec les bergers et les mages ! La Vierge Marie s'avance, portant un vase d'albâtre plein de parfum ; elle l'apporte dans la grotte, afin d'embaumer nos âmes de son parfum dans l'Esprit Saint. Accourez, puissances des anges ! Vous qui habitez Bethléem, préparez la crèche, car le Christ est en chemin, la Sagesse s'avance. Fidèles, recevez donc nos vœux ; peuples, disons pour réjouir la Mère de Dieu : « Béni soit celui qui vient, notre Dieu ! » (Mt 21,9) Le Christ notre Dieu va paraître au grand jour ; il ne tardera pas. Il va naître d'une Vierge immaculée ; bientôt il reposera dans la grotte... Mène le choeur, Isaïe, annonce le Verbe de Dieu, prophétise-nous comment le buisson de la Vierge est en feu sans se consumer (Ex 3,2)... L'astre mystérieux qui s'arrête au-dessus de l'étable désigne l'Auteur de la vie, le Seigneur qui vient sauver tous les hommes.

jaimedieu

Féminin Date d'inscription : 02/03/2011
Age : 59
Localisation : Montréal, Québec Canada

Revenir en haut Aller en bas

Re: Évangile du jour: commentaires des pères de l'Église catholique

Message par jaimedieu le Jeu 25 Déc 2014 - 4:13

Commentaire de l'Évangile de jeudi le 25 décembre

Saint Basile (v. 330-379), moine et évêque de Césarée en Cappadoce, docteur de l'Église
Homélie pour la Nativité du Christ

La naissance du sauveur, mort de la mort

Dieu sur terre, Dieu parmi les hommes ! Ce n'est plus celui qui donne sa Loi au milieu des éclairs, au son de la trompette sur la montagne fumante, au sein de l'obscurité d'un orage terrifiant (Ex 19,18), mais celui qui s'entretient avec douceur et bonté, dans un corps humain, avec ses frères. Dieu dans notre chair ! Ce n'est plus celui qui n'agit que par moments, comme chez les prophètes, mais celui qui assume pleinement la nature humaine et qui, par sa chair qui est notre chair, élève à lui toute l'humanité.

Comment la lumière est-elle venue en tous par un seul ? De quelle manière la divinité est-elle dans la chair ? Comme le feu dans le fer... : tout en demeurant à sa place, le feu communique au fer sa propre ardeur ; il n'est pas du tout diminué par cela mais il remplit entièrement le fer auquel il se communique. De la même manière Dieu, le Verbe qui « a demeuré parmi nous », n'est pas sorti hors de lui-même ; le Verbe qui s'est fait chair ne s'est pas soumis au changement ; le ciel n'a pas été privé de celui qui le contenait et la terre a accueilli celui qui est dans les cieux...

Entre pleinement dans ce mystère : Dieu est venu dans la chair afin de tuer la mort qui s'y cachait. De même que les médicaments nous guérissent lorsqu'ils sont assimilés par le corps, de même que l'obscurité qui règne dans une maison est dissipée quand la lumière y entre, ainsi la mort qui nous tenait en son pouvoir a été anéantie par la venue de notre Dieu. De même que la glace formée pendant la nuit fond sous la chaleur des rayons du soleil, ainsi la mort a régné jusqu'à l'avènement du Christ. Mais lorsque le Soleil de justice s'est levé (Ml 3,20), « la mort a été engloutie dans la victoire » (1 Co 15,54), elle ne pouvait pas supporter cette présence de la vraie vie... Rendons gloire avec les bergers, dansons en chœur avec les anges, « car aujourd'hui nous est né un Sauveur, qui est le Messie, le Seigneur » (Lc 2,11)... Fêtons le salut du monde, le jour de la naissance de toute l'humanité.

jaimedieu

Féminin Date d'inscription : 02/03/2011
Age : 59
Localisation : Montréal, Québec Canada

Revenir en haut Aller en bas

Re: Évangile du jour: commentaires des pères de l'Église catholique

Message par jaimedieu le Ven 26 Déc 2014 - 5:37

Commentaire de l'Évangile de vendredi le 26 décembre

Saint Fulgence de Ruspe (467-532), évêque en Afrique du Nord

Couronnés ensemble par l'humble Roi de gloire

Hier nous fêtions la naissance dans le temps de notre roi éternel ; aujourd'hui nous fêtons le combat victorieux de son soldat... Notre roi, lui qui est le Très-Haut, est venu à nous dans l'humilité, mais il ne pouvait pas venir les mains vides : il a apporté à ses soldats la plus grande des grâces. Il ne s'est pas contenté de les couvrir de richesses, il leur a aussi donné une force invincible au combat : il leur a fait le don de la charité, qui conduit les hommes à partager la vie de Dieu...

La charité, cet amour qui a fait descendre le Christ sur la terre, a élevé Étienne de la terre au ciel... Pour obtenir la couronne signifiée par son nom, Étienne avait donc pour armes la charité. Grâce à elle, il était entièrement vainqueur. C'est par amour de Dieu qu'il n'a pas reculé devant ses ennemis et par amour du prochain qu'il a intercédé pour ses bourreaux. Par cette charité, il incitait les égarés à se corriger ; par elle, il priait pour éviter le châtiment à ses meurtriers. Soutenu par cet amour, il a vaincu Saul, qui était rempli de fureur, et celui qu'il avait eu pour persécuteur sur la terre, il a obtenu de l'avoir comme compagnon dans le ciel. Son amour saint et indéfectible désirait gagner à lui par sa prière ceux qu'il n'avait pas pu convertir par ses avertissements... Et c'est pourquoi maintenant Paul partage le bonheur d'Étienne. Avec Étienne il jouit de la gloire du Christ, avec Étienne il exulte, avec Étienne il règne. Là où Étienne est monté le premier, lapidé sous les yeux de Paul, là aussi Paul est monté avec l'aide des prières d'Étienne.

jaimedieu

Féminin Date d'inscription : 02/03/2011
Age : 59
Localisation : Montréal, Québec Canada

Revenir en haut Aller en bas

Re: Évangile du jour: commentaires des pères de l'Église catholique

Message par jaimedieu le Sam 27 Déc 2014 - 5:03

Commentaire de l'Évangile de samedi le 27 décembre

Jean Scot Érigène (?-v. 870), bénédictin irlandais
Homélie sur le prologue de l'évangile de Jean

« Ce qui était depuis le commencement..., ce que nous avons contemplé..., nous vous l'annonçons » (1Jn 1,1-3)

Pierre et Jean courent tous deux au tombeau. Le tombeau du Christ c'est l'Écriture sainte, dans laquelle les mystères les plus obscurs de sa divinité et de son humanité sont défendus, si j'ose dire, par une muraille de rocher. Mais Jean court plus vite que Pierre, car la puissance de la contemplation totalement purifiée pénètre les secrets des œuvres divines d'un regard plus perçant et plus vif que la puissance de l'action, qui a encore besoin d'être purifiée.

Pierre entre cependant le premier dans le tombeau ; Jean le suit. Tous deux courent, et tous deux entrent. Ici Pierre est l'image de la foi, et Jean représente l'intelligence... La foi doit donc entrer la première dans le tombeau, image de l'Écriture sainte, et l'intelligence entrer à sa suite...

Pierre, qui représente aussi la pratique des vertus, voit par la puissance de la foi et de l'action le Fils de Dieu enfermé d'une manière inexprimable et merveilleuse dans les limites de la chair. Jean, lui, qui représente la plus haute contemplation de la vérité, admire le Verbe de Dieu, parfait en lui-même et infini dans son origine, c'est-à-dire dans son Père. Pierre, conduit par la révélation divine, regarde en même temps les choses éternelles et les choses de ce monde, unies dans le Christ. Jean contemple et annonce l'éternité du Verbe pour le faire connaître aux âmes croyantes.

Je dis donc que Jean est un aigle spirituel au vol rapide, qui voit Dieu ; je l'appelle théologien. Il domine toute la création visible et invisible, il va au-delà de toutes les facultés de l'intellect, et il entre divinisé en Dieu qui lui donne en partage sa propre vie divine.

jaimedieu

Féminin Date d'inscription : 02/03/2011
Age : 59
Localisation : Montréal, Québec Canada

Revenir en haut Aller en bas

Re: Évangile du jour: commentaires des pères de l'Église catholique

Message par jaimedieu le Dim 28 Déc 2014 - 5:56

Commentaire de l'Évangile de dimanche le 28 décembre

Saint Jean Chrysostome (v. 345-407), prêtre à Antioche puis évêque de Constantinople, docteur de l'Église
Homélie pour Noël

« Le père et la mère de l'enfant s'étonnaient de ce qu'on disait de lui »

Que puis-je dire de ce mystère ? Je vois un ouvrier, une mangeoire, un enfant, des langes, l'enfantement d'une vierge privée de tout le nécessaire, toutes les marques de l'indigence, tout le fardeau de la pauvreté. Avez-vous jamais vu la richesse dans une telle pénurie ? Comment celui qui était riche s'est-il fait pauvre pour nous (2Co 8,9) au point que, privé de berceau et de couvertures, il est couché dans une dure mangeoire ? ... Ô richesse immense, sous les apparences de la pauvreté ! Il dort dans une mangeoire et il ébranle l'univers. Lui qui est serré dans ses langes, il brise les chaînes du péché. Alors qu'il ne peut pas prononcer un mot, il a instruit les mages pour qu'ils rentrent par un autre chemin. Le mystère dépasse la parole !

Voici le bébé enveloppé de langes, couché dans une mangeoire ; il y a là aussi Marie, à la fois vierge et mère ; il y a encore Joseph qu'on appelle son père. Celui-ci a épousé Marie, mais le Saint Esprit a couvert Marie de son ombre. C'est pourquoi Joseph était angoissé, ne sachant comment appeler l'enfant... Dans cette anxiété, un message lui a été apporté par un ange : « Ne crains pas, Joseph, l'enfant qui est engendré en elle vient de l'Esprit Saint » (Mt 1,20)... Pourquoi le Sauveur est-il né d'une vierge ? Jadis Eve, qui était vierge, s'est laissé séduire et a enfanté la cause de notre mort ; Marie, ayant reçu de l'ange la Bonne Nouvelle, a enfanté le Verbe fait chair qui nous apporte la vie éternelle.

jaimedieu

Féminin Date d'inscription : 02/03/2011
Age : 59
Localisation : Montréal, Québec Canada

Revenir en haut Aller en bas

Re: Évangile du jour: commentaires des pères de l'Église catholique

Message par jaimedieu le Lun 29 Déc 2014 - 4:58

Commentaire de l'Évangile de lundi le 29 décembre

Sainte Thérèse d'Avila (1515-1582), carmélite, docteur de l'Église
Le Chemin de la perfection

« Syméon prit l'enfant dans ses bras »

Dans l'oraison de quiétude, le Seigneur commence à nous montrer qu'il entend notre prière et nous accorde son Royaume, afin que nous puissions véritablement le bénir et sanctifier son nom, et que nous incitions tous les hommes à faire de même. C'est quelque chose de surnaturel et que nous ne pouvons pas procurer par nos efforts, quels qu'ils soient.

Ici, en effet, l'âme se plonge dans la paix, ou, pour mieux dire, le Seigneur l'y plonge par sa présence, ainsi qu'il l'a fait envers le juste Syméon. Alors toutes les puissances de l'âme s'apaisent, et elle comprend, par un mode de compréhension très différent de celui qui nous vient par le moyen des sens extérieurs, qu'elle est tout près de son Dieu, et que, pour un peu, elle en viendrait à être par l'union une même chose avec lui. Ce n'est pas qu'elle le voie des yeux du corps ni de ceux de l'âme ; le juste Syméon, lui aussi, ne voyait au-dehors que l'auguste petit Pauvre, et, aux langes qui l'enveloppaient, au petit nombre de ceux qui lui faisaient cortège, il aurait pu le prendre pour le fils de pauvres gens, plutôt que pour le Fils du Père céleste. Mais l'Enfant lui-même lui a fait savoir qui il était. Ici, c'est de la même manière que l'âme comprend ; avec moins de clarté toutefois, parce qu'elle ne sait pas encore comment elle comprend. Seulement, elle se rend compte qu'elle se trouve dans le Royaume, ou du moins près du Roi qui doit le lui donner, et elle est saisie d'un si grand respect qu'elle n'ose lui faire aucune demande.

jaimedieu

Féminin Date d'inscription : 02/03/2011
Age : 59
Localisation : Montréal, Québec Canada

Revenir en haut Aller en bas

Re: Évangile du jour: commentaires des pères de l'Église catholique

Message par jaimedieu le Mar 30 Déc 2014 - 4:29

Commentaire de l'Évangile de mardi le 30 décembre

Saint Clément d'Alexandrie (150-v. 215), théologien
Protreptique 1,6-8

Le chant nouveau : « Anne proclamait les louanges de Dieu »

Comme le Verbe, la Parole de Dieu, était d'en haut, il était et il est le divin commencement de toutes choses. Mais maintenant qu'il a reçu comme nom Celui-qui-a-été-consacré, le nom de Christ, je l'appelle « un chant nouveau » (Ps 33, 144, 149, etc). Le Verbe nous faisait exister depuis longtemps, car il était en Dieu ; par lui notre existence est bonne. Ce Verbe vient d'apparaître aux hommes, lui Dieu et homme ; il est la cause pour nous de tous les biens. Ayant appris de lui à bien vivre, nous sommes introduits par lui dans la vie éternelle. Car selon l'apôtre du Seigneur « la grâce de Dieu s'est manifestée pour le salut de tous les hommes. Elle nous apprend à rejeter le péché et les passions d'ici-bas, pour vivre dans le monde présent en hommes raisonnables, justes et religieux, en attendant la bienheureuse espérance, la manifestation de la gloire de Jésus Christ, notre grand Dieu et notre Sauveur » (Tt 2,11-13).

Voilà le chant nouveau : la manifestation du Verbe qui était au commencement et qui vient de briller parmi nous... Car celui qui existait comme Sauveur depuis toujours vient d'apparaître, celui qui est Dieu est apparu comme maître, le Verbe par qui tout a été fait est apparu (Jn 1,10). Comme créateur, il donnait la vie au commencement ; maintenant, étant apparu comme maître, il enseigne à bien vivre, de façon à nous procurer un jour, en tant que Dieu, la vie éternelle. Ce n'est pas aujourd'hui la première fois qu'il nous a pris en pitié à cause de notre égarement : c'est dès le commencement.

jaimedieu

Féminin Date d'inscription : 02/03/2011
Age : 59
Localisation : Montréal, Québec Canada

Revenir en haut Aller en bas

Re: Évangile du jour: commentaires des pères de l'Église catholique

Message par jaimedieu le Mer 31 Déc 2014 - 15:28

Commentaire de l'Évangile de mercredi le 31 décembre

Bienheureux John Henry Newman (1801-1890), théologien, fondateur de l'Oratoire en Angleterre
Sermon « The Incarnation », PPS, t. 2, n°3

« Et le Verbe s'est fait chair »

Le Verbe était dès l'origine, le Fils Unique de Dieu. Avant que les mondes soient créés, avant même que soit le temps, il était, dans le sein du Père éternel, Dieu de Dieu et Lumière de Lumière, suprêmement béni dans la connaissance qu'il avait du Père et dans la connaissance que le Père avait de lui, recevant de lui toute perfection divine mais toujours un avec celui qui l'avait engendré. Comme il est dit au début de l'Évangile : « Au commencement était le Verbe, et le Verbe était auprès de Dieu, et le Verbe était Dieu »...

Il aurait pu en vérité, lorsque l'homme est tombé, demeurer dans la gloire qu'il avait avec le Père avant la création du monde. Mais cet amour insondable qui s'était montré à l'origine de notre création, insatisfait de voir son œuvre gâtée, l'a fait descendre du sein de son Père pour accomplir sa volonté et réparer le mal dont le péché était cause. Avec une indulgence admirable, il est venu, non plus revêtu de puissance, mais de faiblesse, sous la forme d'un serviteur, sous l'apparence de l'homme déchu qu'il avait dessein de relever. Ainsi il s'est humilié, souffrant toutes les infirmités de notre nature, semblable à notre chair pécheresse, pareil au pécheur à l'exception du péché, pur de toute faute mais soumis à toute tentation, et à la fin « obéissant jusqu'à la mort, à la mort sur la croix » (Ph 2,8)...

Ainsi le Fils de Dieu est devenu le Fils de l'homme — mortel, mais non pécheur ; héritier de nos infirmités, non de notre faute ; rejeton de l'ancienne race, mais « commencement de la nouvelle création de Dieu » (cf Ap 3,14). Marie, sa mère..., a été choisie pour donner une nature créée à celui qui était son Créateur. Ainsi il est venu en ce monde, non pas sur les nuées du ciel, mais né ici-bas, né d'une femme ; lui, fils de Marie, et elle, mère de Dieu... Il était vraiment Dieu et homme, mais une seule personne..., un seul Christ.

jaimedieu

Féminin Date d'inscription : 02/03/2011
Age : 59
Localisation : Montréal, Québec Canada

Revenir en haut Aller en bas

Re: Évangile du jour: commentaires des pères de l'Église catholique

Message par jaimedieu le Jeu 1 Jan 2015 - 6:44

Commentaire de l'Évangile de jeudi le 1er janvier 2015

Saint Jean-Paul II (1920-2005), pape
Homélie du 1er janvier 1979

Jour de la Mère, jour de la paix

Aujourd'hui, l'Église vénère particulièrement la maternité de Marie, qui est comme l'ultime message de l'octave de Noël. Une naissance parle toujours de la mère, de celle qui donne la vie, qui donne un homme au monde. Le premier jour de la nouvelle année est le jour de la Mère : nous la voyons, telle qu'elle est représentée dans tant de tableaux et de sculptures, avec l'enfant dans ses bras, l'enfant à son sein... Il n'est pas d'image plus connue et qui évoque avec plus de simplicité le mystère de la naissance du Seigneur que celle de la Vierge à l'enfant. N'est-elle pas la source de notre particulière confiance ?...

Mais il est aussi une autre image de la Mère portant son fils dans ses bras, c'est la Pietà qui est dans cette basilique. Marie porte Jésus qui a été descendu de la croix... ; après la mort, il revient entre les bras qui, à Bethléem, l'ont offert comme Sauveur du monde.

Je voudrais donc aujourd'hui unir notre prière pour la paix à cette double image..., à cette maternité que l'Église vénère d'une façon particulière en l'octave de Noël. C'est pourquoi je dis : « Mère, qui sais ce que signifie porter dans ses bras le corps de son enfant mort, de celui auquel on a donné la vie, épargne à toutes les mères de cette terre la mort de leurs enfants, les tourments, l'esclavage, les destructions de la guerre, les persécutions, les camps de concentration, les prisons. Conserve-leur la joie de faire naître un homme, de développer la vie en lui. Au nom de cette vie, au nom de la naissance du Seigneur, implore avec nous la paix, la justice dans le monde. Mère de la paix, dans toute la beauté et la majesté de ta maternité, que l'Église vénère et que le monde admire, sois avec nous à chaque instant. Fais que cette année nouvelle soit une année de paix, en vertu de la naissance et de la mort de ton Fils. » Amen !




jaimedieu

Féminin Date d'inscription : 02/03/2011
Age : 59
Localisation : Montréal, Québec Canada

Revenir en haut Aller en bas

Re: Évangile du jour: commentaires des pères de l'Église catholique

Message par jaimedieu le Ven 2 Jan 2015 - 6:36

Commentaire de l'Évangile de vendredi le 2 janvier

Homélie attribuée à saint Hippolyte de Rome (?-v. 235), prêtre et martyr
Homélie du 4e siècle pour l'Épiphanie, la Sainte Théophanie ; PG 10, 852 (trad. coll. Icthus, v. 8, p. 253 rev.)

« Je ne suis pas le Messie »

Honorons avec révérence la compassion d'un Dieu venu sauver et non juger le monde. Jean, le précurseur du Maître, qui jusque-là avait ignoré ce mystère, lorsqu'il a appris que Jésus était vraiment le Seigneur, a crié à ceux qui venaient se faire baptiser : « ' Engeance de vipères ' (Mt 3,6), pourquoi me regardez-vous avec tant d'insistance ? Ce n'est pas moi le Christ. Je suis un serviteur et non le Maître. Je suis un simple sujet, non le roi. Je suis une brebis, non le pasteur. Je suis un homme, non un Dieu. J'ai guéri la stérilité de ma mère en venant au monde, je n'ai pas rendu féconde sa virginité ; j'ai été tiré d'en bas, je ne suis pas descendu des hauteurs. J'ai lié la langue de mon père (Lc 1,20), je n'ai pas déployé la grâce divine... Je suis vil et tout petit, mais après moi vient celui qui est avant moi (Jn 1,30).

« Il vient après, dans le temps ; mais avant, il était en la lumière inaccessible et inexprimable de la divinité. ' Il vient, celui qui est plus puissant que moi, et je ne suis pas digne de lui retirer ses sandales. Lui, vous baptisera dans l'Esprit et le feu ' (Mt 3,11). Moi, je suis subordonné ; il est libre. Je suis assujetti au péché, lui détruit le péché. J'enseigne la Loi, lui porte la lumière de la grâce. Je prêche en esclave, il légifère en maître. J'ai pour couche le sol, lui les cieux. Je baptise du baptême de repentir, lui donne la grâce de l'adoption. ' Il vous baptisera dans l'Esprit et le feu. ' Pourquoi m'honorer ? Je ne suis pas le Christ. »

jaimedieu

Féminin Date d'inscription : 02/03/2011
Age : 59
Localisation : Montréal, Québec Canada

Revenir en haut Aller en bas

Re: Évangile du jour: commentaires des pères de l'Église catholique

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 0:54


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 25 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 15 ... 25  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum