Miséricorde divine et pouvoirs humains

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Miséricorde divine et pouvoirs humains

Message par etienne lorant le Lun 11 Aoû 2014 - 10:14

Le lundi de la 19e semaine du temps ordinaire

Livre d'Ézéchiel 1,2-5.24-28c.

Le cinquième jour du quatrième mois, dans la cinquième année qui suivit la déportation à Babylone du roi Jékonias, la parole de Dieu fut adressée au prêtre Ézékiel, dans le pays des Chaldéens, au bord du fleuve Kebar, et la main du Seigneur se posa sur lui.
« J'ai eu cette vision : un vent de tempête, qui venait du nord, un gros nuage, irradié par une succession d'éclairs, et, au milieu, comme un scintillement de vermeil.
Au centre, on aurait dit quatre Vivants qui ressemblaient à des hommes.
J'entendis le bruit de leurs ailes, pareil, quand ils marchaient, au bruit de l'Océan, comme la voix du Tout-Puissant, comme la rumeur de toute une armée. Lorsqu'ils s'arrêtaient, ils laissaient retomber leurs ailes.
On entendit un bruit au-dessus de la voûte qui dominait leurs têtes.
Au-dessus de cette voûte, il y avait comme un trône, qui ressemblait à du saphir ; et, sur ce trône, quelqu'un qui avait l'aspect d'un homme.
Puis j'ai vu comme un scintillement de vermeil, quelque chose comme un feu tout autour. A partir de ses reins, au-dessus et au-dessous, j'ai vu quelque chose comme un feu qui irradiait tout autour.
Comme l'arc-en-ciel dans la nuée un jour de pluie, ainsi apparaissait ce rayonnement : c'était le reflet de la gloire du Seigneur. En voyant cela, je tombai la face contre terre. »



Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 17,22-27.
Comme Jésus et les disciples étaient réunis en Galilée, il leur dit : « Le Fils de l'homme va être livré aux mains des hommes ;
ils le tueront et, le troisième jour, il ressuscitera. » Et ils furent profondément attristés.
Comme ils arrivaient à Capharnaüm, ceux qui perçoivent les deux drachmes pour le Temple vinrent trouver Pierre et lui dirent : « Votre maître paye bien les deux drachmes, n'est-ce pas ? »
Il répondit : « Oui. » Quand Pierre entra dans la maison, Jésus prit la parole le premier : « Simon, quel est ton avis ? Les rois de la terre, sur qui perçoivent-ils les taxes ou l'impôt ? Sur leurs fils, ou sur les autres personnes ? » Pierre lui répondit : « Sur les autres. » Et Jésus reprit : « Donc, les fils sont libres.
Mais il faut éviter d'être pour les gens une occasion de chute : va donc jusqu'au lac, jette l'hameçon, et saisis le premier poisson qui mordra ; ouvre-lui la bouche, et tu y trouveras une pièce de quatre drachmes. Prends-la, tu la donneras pour toi et pour moi. »


Textes de "L'Evangile au quotidien"

Les textes de ce jour, en apparence très éloignés l'un de l'autre, se rencontrent pourtant dans le contraste crée entre la gloire manifestée par Dieu et le pouvoir - exercé et subi par les hommes. Les deux ne sont pas conciliables et ne se rencontrent pas. Quelle est donc la meilleure attitude qu'il faut adopter lorsque l'on est - et nous le sommes tous - soumis à des pouvoirs humains tout en adorant Dieu ?

Jésus donne ici la réponse, une réponse qu'il met en image pour la rendre plus accessible. L'impôt des deux drachmes réclamées à Pierre et Jésus, ils ne sont, dans l'absolu, de les payer. Mais par un tout petit miracle, qui suppose un geste humain, la miséricorde divine vient au secours de quiconque a placé sa foi en Dieu. Ainsi, pour payer l'impôt, Jésus envoie Pierre prendre un seul poisson - et cela suffit.

Que faut-il en déduire ? Il faut continuer d'accorder toute notre attention à la volonté divine. Que survienne un obstacle apparent qui émane du pouvoir exercé par des hommes en ce monde, que notre foi soit assez grande pour - encore - nous en remettre à Dieu. Moi qui ai été inquiété par la justice des hommes, à cause de la méchanceté d'un collègue jaloux et la corruption au sein des pouvoirs locaux, j'ai subi trois années d'une procédure judiciaire... dont je suis sorti entièrement blanchi. En effet, au tribunal, le juge m'a simplement dit: "Rentrez chez vous, je ne peux pas vous juger, vous n'avez pas été "mis en examen" (on dit aussi "inculpé") par un juge d'instruction. L'affaire est close."

Si je m'en suis sorti la tête haute, j'ai dû reconnaître, par la suite, et je l'avoue: j'ai manqué de foi en cette occasion. J'avais pris un avocat connu et très cher, que j'ai payé par mensualité, tout le temps qu'aduré la procédure. J'ai manqué de foi surtout parce que j'ai eu peur: jamais été confronté à la jutice de mon pays.
Mais à cette époque, je ne connaissais pas encore la théologie de la Miséricorde, qui implique une attitude de confiance absolue - à renouveler chaque jour de la vie.

Si donc quelqu'un parmi nous est "dans les problèmes", qu'il confie son inquiétude dans sa prière et qu'il garde calme et confiance : ne sommes-nous pas les brebis du bon pasteur ?

.

etienne lorant

Date d'inscription : 25/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum