Forum l'Arche de Marie
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -43%
Couette anti-Acariens – 220 x 240 cm – ...
Voir le deal
19.99 €

FRANCAIS, LEVE-TOI !

Aller en bas

FRANCAIS, LEVE-TOI ! Empty FRANCAIS, LEVE-TOI !

Message par Hervé J. VOLTO Lun 25 Nov 2019 - 11:15




La France se trouve à la croisée des chemins : où elle trouve la force d'un sursaut et retrouve ce qui fit sa Grandeur, être la Fille Aînée de l'Eglise et l'Educatrice des Peuples, renouant avec sa vocation Chrétienne, ou bien elle deviendra un simple Land d'une Europe pas très Catholique...

Le Chevalier de Charette, l'un des plus importants chefs de la résistance Contrerévolutionnaire de Vendée, disait en 1793 des fils de la Révolution :

-Notre Patrie à nous, c'est nos villages, nos autels, nos tombaux, tout ce que nos père ont aimé avant nous. Notre patrie, c'est notre terre, notre Foi, notre Roi. Mais leur Patrie à eux, qu'est-ce que c'est, vous le comprenez, vous ? Ils veulent détruire les coutumes, l'ordre la tradition... Alors qu'est-ce que c'est que cette Patrie nargante du passé, sans sans fidélité et sans Amour ? Pour eux, la Patrie semble n'être qu'une idée: pour nous, elle est une terre. Ils l'ont dans leur cerveau : nous, nous l'avons sous nos pieds, c'est plus solide ! On nous dit que nous sommes les suppots des vielles supertitions. : faut rire !... En face de ces démons qui renaissent de siècles en siècles (Renaissance, Réforme, Révolution dite Française), sommes une jeunesse, Messieurs ! La jeunesse de Dieu, la jeunesse de la Fidélité !

A attendre Charette, il semble qu'il y ai deux France : la vraie France, éternelle, née en l'An 496 au baptême de Clovis, Catholique et Royale, et symbolisée par les fleurs de Lys, et une fausse France, née en 1789, idéologique, laïque et anthropocentriste, et symbolisée par le drapeau bleu, blanc, rouge.

Si le Français veut lutter pour la vraie France, il doit apprendre à faire la distinction entre les eux Patries dont parlait Jean de Viguerie et se rappeler qui il est !

Français, souviens toi ! en 496, tu étais un franc et tu te fis baptiser auprès de celui qui était ton Roi, Clovis I° : ce jour là tu adora ce que tu vai brulé et tu brula ce que tu avais aodré. Tu étais un fier Sicambre, qui allait engendrer la race Franque et, avec les Gallo-Romains et les Burgonde, fonder la Gaulle Franque, qui deviendra la France, ton sang étant déjà le creuset de plusieurs peuples “de race blanche et de religon Chrétienne” (Général Charles de Gaulle), le Testament de Saint Rémy donnant à la France sa vocation Catholique.

Français, avec Charles Martel et la francisque à la main, tu arréta en 732 les arabes à Poitier (à moitié ?) au cri de Mont-Joie Saint-Denis ! Mikaël ! Mikaël ! Tu ramassa la corne de Rolland, mort à Roncevault auprès d'Olivier :il brisa son épée Durandal sur le rocher et sa chandon résonne encore dans tes oreilles. Tu sortais de Saint Denis, la bannière rouge à la main, ignorant de chaque péril rencontré, et celle-ci ne sera jamais taché du sang de tes sembables, au contraire de celle aux trois couleurs de la Révolution. En l'An 1066, tu étais conquérant aux cotés du Duc Guillaune de Normandie lorsque tu débarqua sur les côtes d'angleterre et repoussa les troupe d'Arold à la bataille d'Hasttings (14 Octobre 1066) au cri de Diex Aïe !

Français, anymé de la Foi, tu sema sur la terre du Saint Royaume de France des églises et des cathédrales dont les pointes semblaient toucher les nuages du Ciel. C'est entouré de compagnons que tu crééait ces vitraux multicolores qui laisaient passer la lumière du Soleil dans ces maisons du peuple. Tu fus tour à tour apprenti, compagnon, jusqu'à atteindre le degrès de maître damns les corps de métier qui rivaliseront d'exellance.
Français, ensuite, c'est au cri de Deus le veult ! que tu devint Croisé en 1095 : tu répondit à Clermont-Ferran à l'appel du pape Urbain II pour aller légitimement défendre le Saint Sépulcre à Jérusalem face à l'intolérence des turcs seljukides isalmisés, prenant la ville Sainte le 14 Juillet 1099, s'il fallait fêter ce jour là solannellement, et libérant le Tombeaux du Christ le lendemain le 15, après une journée d'héroïques combats, défendant la Croix jusqu'au bout dans la capitale du Royaume Saint de Jérusalem. Tu te battis ensuite contre les armées de Salah al din à un contre vingt, jurant de ne point faillir à la bataille de Montgisard (25 Novembre 1177), et tu aida ton Souverain adolescent Saint Baudoin IV le Roi Lépreux à remonter sur sa selle avant la charge libératrice. Enfin, l'un des tiens, Jean Parisot de La Valette, laissait son nom à la capitale de l'île de Malte, patrie des prestigieux Chevaliers du même nom !

Français, tes villes et tes communes se libéraient des mauvais Seigneurs au nom du Roi comme Louis VI, que tu accompagnait dans les rues escarpées de Montléry (1118). Sous les ordre de Saint-Louis, Etiennes Boileau (1200-1270) rédigeait les us et coutmes des métiers librement organisés sous la protection Royale : déjà, la Monarchie populaire naissant sous l'impulsion de tes Rois Très Chrétiens. Et ton bon Roi Saint Louis IX (1214-1270) rendait la justice sous le chène de Vincennes, à l'image des Rois bibliques, montrant comment l'institution naturelle que tut t'étais choisi était enviée du monde entier. Tes Rois étaient en effet acclamés pour leurs qualités dans l'Europe entière. Tes peuples admiraient leur humilité déployée lors des cérémonies Royales où, tout grands qu'ils étaient, les Rois pratiquaient le toucher et lavaient les pieds des pauvres : le Roi te touche, Dieu te guérisse !!

Français, tu étais la Chevalerie, lorsque, prenant ton épée entre tes mains, tu voyait en elle la continuité de ce que tu étais, au service des valeurs éternelles pour le service des quelles tu combattais. De cette étique Chevaleresque, tu en devint la pratique constante de la force et de l'honneur, la Quête du Saint Graal te donnant une place autour de la Table Ronde. Tu étais l'Amour Courtois quand tu lisais Tristan et Iseult, et moult écrits poétiques innondaient alors ta terre Franque, élevant les âmes dans les approches passionnée ou Dames et Chevaliers se cherchaient.
Français, tu étais la joie de vivre et l'exemple même du sens de la fête lorsqu'en 1214, après t'être battu au cri de Montjoie Saint-Denis ! France en avant ! Mikaël ! Mikaël ! aux côtés de ton Roi Philippe II Auguste à Bouvine... tu fit la fête à Paris pendant 7 jours et 7 nuits afin de Célébrer la vitoire du peuple de France uni à son Roi ! Face à la témérité des coups répétés des anglais lors de la Guerre de Cent Ans, ta témérité te couta chère ! Crécy, Poitier, Verrneuil, Azincourt : tes frères tombèrent mais jamais ne reculèrent.

Français, tu étais la Fidèlité aux côtés de la famille des Ducs de Bourbons, âme parti Armagnac qui luttait contre les perfides Anglo-Bourguignons qui trahissaient la France et son Roi. Tu étais la reconquète lorque que tu guerroya aux côtés du Dogue Noir de Brocéliande, Berttrand Du Guesclain (1320-1380), Chevalier Noble Breton et Connétable de France et de Castille, libérant le territoire Français des grandes compagnies qui terrorisaient les campagnes. Tu était enfin Compagnon de Sainte-Jeanne d'Arc (1412-1431), pour la délivrance miraculeuse d'Orléans au son des cornemuses écossaises : tu étais à toutes les étapes jalonnant la campagne de la Loire et, à Reims, et au Sacre à Reims du Roi Légitime Sacré reconnu comme le recour victorieux pouvant boutter les anglais hors de France.
Français, tu était dans la suite de François I°, lors de sa victoire à Marigan (1515). Ton esprit fut un moment corrompu par les fratricides Guerres de Religions, mais tu su prendre le juste parti parmi les rangs de la Ligue, obligeant le Bon Roi Henri IV à abjurer le protestantisme, Paris valant bien une Messe.

Français, l'Europe parlait ta langue, et tu logeait gracieusement les artistes au Louvre, pour la grandeur de l'esprit, la culture florissant depuis longtemps en France. C'était l'époque des Mousquetaires, dont tu faisat parti et qui servaient le Roi au cri de UN POUR TOUS ET TOUS POUR UN ! relevant D'Artagnan tombé à Maastricht, alors que Cyrano pourfendait la bêtise et la couardise. Tu riais aux éclats lorque tu asistait aux côtés de Louis XIV aux représentations de Molière (1622-1673), tout en admirant sa maîtrise incroyable de la langue de tes ancêtres : ton enfance était alors bercée par les fables de Jean de la Fontaine (1621-1695) ou les contes de Charles Perrault (1628-1705). Tu vis ce même Roi Soleil faire le Grand Siècle Français par un fort protectionisme économique -appellé Colbertisme- assis sur un puissant ordre moral.

Français, certains de tes frères furent damnés lorsqu'ils cessèrent d'être Français pour devenir républicains. Ils partirent pour une conquète incensée de l'Europe avec leur petit caporal parvenu et botté (Guerres napoléonniennes 1803-1815), pour imposer au monde des idées nouelles que les idéologues voulaient universelles. Mais tu les racheta par on sang en Vendée, lorqu'en 1793, tu portais le Lys et la Croix des Saints baptisés face aux armées de la Convention. Tu arborais alors le Sacré Coeur sur ta poitrine, comme jadis la Croix Patée à Clermont-Ferrand. Le parti républicain ordonna de te tuer, mais ta relion t'ordonna de pardonner. Tu traversa la Loire et tu participa à la virée de Galerne, et entre deux messes clandestines, tu allais te confronter à la barbarie révolutionnaire, pour Dieu la France et le Roi. En 1814, tu étais Ultra après avoir été Chevaliers de la Foi.

Français, tu fut la Revanche après la défaite de 1871, face à la prusse protestante de Bismmark (Guerre Franco-Prussienne, 19 Juillet 1870-29 janiver 1871). Tu fut le Sacrifice lorsque de la République décréta la mobilisation générale lors de la Grande Guerre (1914-1918).

Français, voilà ce que tu es quand tu deviens soldat ! Tu fut cependant tarhis par ceux qui te promirent la Der des Der et qui 20 ans plus tard te reverrons au Front, combattre un autre petit caporal, peintre de Munich, enfanté entre autre par le Traité de Versailles (21 Juin 1919). Et lorsque les républicains voulurent liquider l'Algérie Français, tu te leva comme un seul homme le 13 mai 1958 pour faire tomber la IV° République. Mais si tu fut en ton temps parmi les courageux Zouaves Pontificaux du Général Louis de Sonis (1825-1887), on te trouva également parmi les Croix de Feux du Colonnel François de La Rocques (1885-1946), au sein de la Résitance, aux côtés d'Honoré d'Estiennes d'Orves (1901-1941) ou de la Confrérie Notre-Dame du Colonel Rémy (de son vrai nom Gilbert Renault, 1901-1984), Scout de Tradition, ou enfin Royaliste parce que Catholique et Français, pour reprendre le bon môt de Maurice d'Andigné (1844-1926).

Français, tu a été pendant des siècles paysan ou artisan, tu a façonné le paysage de la france de tes constructions issus de ton savoir faire, acquis au ein des corporations de métiers qui étaient pour toi une seconde patrie : forteresses, châteaux, jardins, villages et bourgs, meubles et bijoux, etc... Tu sais que le combat de Maurras fut pour une France un Roi, les plus beaux que l'on ai vu sous le Soleil : la France des Bourbons, de Mesdames Sainte-Marie, Sainte Jeanne d'Arc et Sainte Thérèse, et de Monsieur Saint-Michel !

Français, aujourd'hui tu es meurtris par les délire malsains de la V° République qui fait de la France un pays ingouvernable toujours en grève, ayant un dette abyssale et possédant des banlieus-ghettos devenues ingérables, et qui n'a de cesse de te détruire comme d'aillEurs la Chrétienté. Perte des repaires moraux, délocalisations, chômage, précarité, insécurité, lois liberticides et fiscalité confiscatoire : en ce début de XXI° siècle, ce n'est plus la faute à Mariue Antoinette...

C'est un violent châtiment issu des erreurs passées que tu subit acteulement. Ta musique n'est plus celle de Versailles en chantant les oiseaux mais du bruit martelnt les oreiles de tes enfants onditionnés par un système qui créé des besoins. Tes batiments ne ont plus ces lieux de vie comme jadis tes villes peintes dans les temps clasiqus où ceux-ci se mairaient avec le paysage, fruit de l'Amour entre l'homme ta la nature. Ta vie, que rytmait le temps et la beauté naturelle de chaque chose, est remplacée par un faux confort et un faux luxe détruisant tes riches heures d'entente communautaires : il ne tiens qu'à toi cependant de retrouver ce chemin, Français. De te dresser pour ne pas consantir à la mort...




Hervé J. VOLTO, CJA

Hervé J. VOLTO

Date d'inscription : 19/12/2016

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum