Forum l'Arche de Marie
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

« Le pronom "iel" est une attaque anthropologique gravissime »

Aller en bas

« Le pronom "iel" est une attaque anthropologique gravissime » Empty « Le pronom "iel" est une attaque anthropologique gravissime »

Message par Lumen Jeu 25 Nov 2021 - 19:14

« Le pronom "iel" est une attaque anthropologique gravissime »

L’introduction du pronom « iel » dans le dictionnaire le Petit Robert est une nouvelle attaque contre la langue française mais surtout une entreprise de déconstruction de l’homme et de la femme comme êtres sexués.

« Le pronom "iel" est une attaque anthropologique gravissime » Pronom_iel_1

Publié le 22/11/2021 à 11:08


Un pas de plus dans l’écriture inclusive. Après la guerre faite à la règle de grammaire qui utilise le masculin comme pronom neutre pour accorder au pluriel masculin et féminin, après les « e » fourrés partout pour ‘’féminiser’’ une langue qui se soucie de sexe comme d’une guigne (en français un homme est depuis toujours une personne), après le point médian et ses mots à rallonge aussi hideux qu’imprononçables, voilà que le pronom « iel », androgyne, neutre, fluide, entre dans l’édition numérique du Petit Robert. L’attaque contre la langue est grave. L’attaque anthropologique est gravissime.

Au nom d’une prétendue lutte contre les « discriminations » envers les femmes, l’écriture inclusive s’acharne déjà à priver le français de sa cohérence et de sa beauté, brouillant l’expression d’une pensée claire et mettant en péril la fréquentation des grandes œuvres du patrimoine, impossibles à réécrire dans une langue de Huns (Hunes ?). C’est une révolution culturelle en marche, confortée depuis peu par le déferlement de la culture « woke » (« éveillée ») importée des Etats-Unis, où la haine de soi prétend effacer la civilisation occidentale, en faisant table rase de tout passé heureux ou glorieux. Mais avec l’offensive du pronom neutre « iel », c’est du réel lui-même qu’il s’agit de faire table rase. Une chose est de lutter contre des aliénations supposées au nom de l’égalité. Autre chose est de considérer qu’être homme ou femme n’est qu’une convention à détruire.

Un dictionnaire consacre d’ordinaire l’usage établi des mots. Or seuls les militants LGBTQ - et plus -  usent du pronom « iel ». Que les promoteurs de l’initiative commerciale en soient conscients ou non, l’introduction dans le Petit Robert, dictionnaire de référence, d’une machine de guerre « transgenre » revient à donner une caution à la déconstruction de l’être sexué. On force l’usage, on met le public devant le fait accompli. Certes, il y a une levée de boucliers contre l’insulte faite à la langue. L’Académie française, hostile à l’écriture inclusive dès le début, ne se résigne pas à ce nouveau coup (1). Mais voit-on qu’à travers la langue, c’est la déconstruction de la condition humaine qui est désormais en jeu ? Que tout est lié ? Le ministre de l’Education s’insurge contre « iel ». Mais dans une circulaire récente, il favorise l’accueil des demandes de changements de prénom des enfants dits ‘’transgenres’’, organisant ainsi un contournement de la loi tout en donnant, lui aussi, une importance démesurée à un phénomène ultra minoritaire.

Mais la vitesse accélérée avec laquelle les prouesses du numérique prétendent substituer à l’homme vivant son double virtuel, voire un mixte d’homme-machine, en s’appuyant sur les réseaux sociaux de masse pour réussir cette désincarnation, donne toute sa portée à l’offensive du pronom « iel ». Le "métavers’’ de Facebook, où chacun pourra créer son "avatar’’, acheter et consommer pour lui en rêvant sa vie "dans la fluidité de genre’’, est une illustration de ce qui nous attend au bout de la fuite dans le virtuel : un destin de zombie. Les apprentis sorciers de la déconstruction font peser sur la liberté humaine un risque immense.

Qu’il s’agisse de l’apprentissage de la langue ou du questionnement de genre - qui déferle aujourd’hui à l’échelle mondiale -, nos enfants sont en danger. Il faut comprendre jusqu’à quel point. Et refuser la mise à mort, sous toutes ses formes, de la dignité de la personne humaine.


___________________________________
(1) Cf. Jean-Marie Rouart de l’Académie française, dans Le Figaro des 20 et 21 novembre 2021.


Marie-Joëlle Guillaume
« Le pronom "iel" est une attaque anthropologique gravissime » Logo-small
Lumen
Lumen

Date d'inscription : 09/11/2021
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum