Allemagne: le passé communiste d`Angela Merkel

Aller en bas

Allemagne: le passé communiste d`Angela Merkel Empty Allemagne: le passé communiste d`Angela Merkel

Message par MichelT le Lun 1 Aoû 2016 - 12:10

Le passé trouble d'Angela Merkel

Marcel Linden, correspondante en Allemagne Publié le lundi 16 septembre 2013 à 05h40 - Mis à jour le mercredi 18 septembre 2013  

Tache noire dans le passé est-allemand d’Angela Merkel ? Elle aurait été secrétaire de l’Agitprop à l’Académie des sciences de la RDA. C’est ce que prétendent des chercheurs qui ont travaillé avec elle au début des années 80. La chancelière dément fermement. Agitprop est un reproche qui peut ruiner une carrière politique.
Angela Merkel, fille du pasteur protestant Horst Kasner, n’a pas été membre du parti communiste SED et elle n’a pas non plus été un IM (collaborateur non officiel) de la Stasi. Des agents secrets ont essayé de l’enrôler, mais elle les a éconduits en affirmant qu’elle n’était pas capable de garder un secret. Mais elle a été membre des jeunes pionniers et ensuite de la "Freie Deutsche Jugend" (FDJ), la jeunesse allemande "libre", contrôlée par les communistes.
Si elle n’avait pas adhéré à la FDJ, le régime, méfiant à l’égard des enfants de pasteurs, l’aurait probablement empêchée de faire des études. Après son doctorat de physique à l’université Karl Marx de Leipzig, elle voulait en fait enseigner la physique et le russe, langue qu’elle admire pour sa "douceur", mais les autorités ne l’ont pas permis, toujours à cause de ce préalable.

Pour l’agitation et la propagande

Quand son père et sa mère avaient déménagé de Hambourg en ex-RDA peu après sa naissance en 1954, on avait pareillement interdit à sa mère d’enseigner le latin et l’anglais. Bénéficiant de bons contacts parmi les physiciens de l’Académie des sciences de Berlin-Est, Angela Merkel est alors entrée à l’Institut central de chimie physique de l’Académie des sciences, où elle était toujours membre de la FDJ.

Gunter Walther, qui a été secrétaire (chef) de la FDJ à l’institut en 1980, déclare qu’elle était sa collaboratrice en tant que "secrétaire pour l’agitation et la propagande". Il l’a dit aux journalistes Ralf Georg Reuth et Günther Lachmann, auteurs d’un ouvrage sur "La Première Vie d’Angela M". (*) Le successeur de Walther au poste de secrétaire de la FDJ, Hans-Jörg Osten, prétend la même chose. Günther Krause, un responsable CDU, qui a procuré à Merkel sa circonscription électorale en Poméranie occidentale au scrutin pour le Bundestag en 1990, enfonce le clou : "Merkel a propagé le marxisme-léninisme. L’Agitprop, c’était la troupe qui devait remplir les cerveaux de ce qu’il fallait croire".
Mais Krause est-il digne de confiance ? L’ex-ministre fédéral des Transports de Helmut Kohl a quitté la politique, fait faillite et perdu plusieurs procès pour escroquerie.
Angela Merkel a répliqué : "Agitation et propagande ? Je ne me souviens pas d’avoir agité d’une quelconque façon. J’étais en charge de la culture. J’ai procuré des billets de théâtre et organisé des lectures d’auteur". Dit-elle toute la vérité ?

Au festival de la jeunesse CDU à Schwerin (ex-RDA) le 3 octobre 1991, un an après la réunification, elle aurait apparemment parlé de son action Agitprop. Les mines des auditeurs ouest-allemands se seraient assombries."Je remarquais combien il y avait peu de compréhension mutuelle un an après la réunification et combien il est difficile pour un Allemand de l’Ouest de distinguer entre participation active au système socialiste et adaptation nécessaire et, pour nous ex-citoyens de la RDA, de trouver des standards homogènes pour l’appréciation de la vie en ex-RDA", a-t-elle confié à la journaliste Evelyn Roll.

Permanente du Parti communiste

Reuth et Lachmann, deux journalistes du groupe conservateur "Die Welt", restent méfiants. En inquisiteurs, ils reprochent à Merkel d’avoir été une "Funktionärin" (permanente du Parti communiste), reproche très grave en Allemagne. Ils lui en veulent aussi d’avoir, avant la chute du Mur, milité en "‘Reformkommunistin’ pour un ordre socialiste". Comme si la grande majorité des intellectuels est-allemands n’avait pas partagé cette ligne propagée par Gorbatchev contre Erich Honecker, adversaire de la perestroïka.

(*) Ralf Georg Reuth et Günther Lachmann : "Das erste Leben der Angela M.", éditions Piper.



MichelT

Date d'inscription : 06/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum