Forum l'Arche de Marie
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-50%
Le deal à ne pas rater :
Trottinette électrique OCEAN DRIVE A9 avec clignotants
299.99 € 599.99 €
Voir le deal

Avis de publication: Théorie de l'un multiple de Paul-Emmanuel Stradda

Aller en bas

Avis de publication: Théorie de l'un multiple de Paul-Emmanuel Stradda Empty Avis de publication: Théorie de l'un multiple de Paul-Emmanuel Stradda

Message par rafael22 Sam 20 Juin 2015 - 7:26

Bonjour à vous,

Je me permets de vous écrire afin de vous faire part d’un avis de publication.

Il s’agit de : Théorie de l’un multiple, Essai de métaphysique réflexive de Paul-Emmanuel Stradda (697 pages et publié aux Editions du Net, juin 2015).


Voir détail ci-après.


Très bien cordialement,

L’ouvrage Théorie de l’un multiple s’articule autour de trois grandes parties : la première intitulée L’être relationnel porte son attention avant tout sur « l’être total et l’être intelligible » et traite ensuite de la vérité de l’être, de la pluralité, de la totalité et de la transcendance. L’ontologie ne peut qu’affirmer et explorer l’unité comme étant le reflet de la multiplicité et de l’intelligibilité. Ainsi, l’unité et l’intelligibilité sont premières dans l’être et se définissent l’une par l’autre. La vérité de l’intelligence est une profondeur d’être qui présuppose une disposition potentielle à l’intelligible. C’est de l’être que la raison reçoit ses lumières, c’est en lui qu’elle pense. Tout commence par l’affirmation de l’être qui s’offre à l’intelligence et s’impose à elle dans l’acte d’intelligible. L’être sera donc une réalité plénière, multiple et intelligible. L’être sera toujours une relation. Que l’unité soit une exigence, une vérité ; le multiple n’en reste pas moins une réalité, une totalité. La seconde partie L’un multiple présente à la fois les deux données que sont l’être et l’unité et montre leur lien nécessaire. Ainsi, la multiplicité est une loi universelle de l’être. Les êtres sont multiples et chacun d’eux est multiple en lui-même. Cependant, la multiplicité suppose l’unité ; elle n’est multiple jusqu’au bout que si elle s’accorde à l’unité. Sans unité, pas de multiplicité. La multiplicité n’est et ne peut être que multiplicités d’unités, car une multiplicité qui ne serait pas une multiplicité d’unités serait multiplicité de rien. La troisième partie L’unicité de l’être s’inscrit dans le prolongement de l’être et de l’unité. En effet, par rapport à l’être et l’unité, l’unicité semble constituer l’une des premières valeurs de l’être. C’est la richesse de l’être qui transparaît dans l’unicité et c’est la pluralité qui se lit à travers l’unicité. Si la pluralité est distinction, la distinction est identité. Il faut reconnaître que le rapport entre l’être et l’unité est la condition nécessaire de la connaissance, la voie ouverte vers la vérité. « Personne, dit Tauler, n’entend mieux la vraie distinction que ceux qui sont entrés dans l’unité » ; et de même « personne ne connaît vraiment l’unité s’il ne connaît aussi la distinction », rajouta J. Maritain.
rafael22
rafael22

Masculin Date d'inscription : 15/08/2010
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum