Forum l'Arche de Marie
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-35%
Le deal à ne pas rater :
WD Elements Disque dur portable externe 5 To USB 3.0
99.99 € 152.99 €
Voir le deal

Sermons de Pierre Lombard – le Maître des Sentences (Pietro Lombardo – 1100 à 1160 Ap J.C.)

Aller en bas

Sermons de Pierre Lombard – le Maître des Sentences (Pietro Lombardo – 1100 à 1160 Ap J.C.) Empty Sermons de Pierre Lombard – le Maître des Sentences (Pietro Lombardo – 1100 à 1160 Ap J.C.)

Message par MichelT le Ven 3 Juil 2020 - 14:15

Sermons de Pierre Lombard – le Maitre des Sentences (Pietro Lombardo - italien de naissance il fait son ministère à Paris – 1100 à 1160 Ap J.C.)  (Extraits)

Source : Pierre Lombard – Évêque de Paris dit le Maître des Sentences – son époque- sa vie – ses écrits – par l`abbé Protois – Paris année 1881

Table des matières

Sermon pour l`Avent et le temps de Noël
Sermon pour le Carême et la Semaine Sainte
Sermon pour l`Annonciation
Sermon sur la Croix
Sermon pour la Trinité
Sermon pour la fête de l`Ascension

Sermons de Pierre Lombard – le Maître des Sentences (Pietro Lombardo – 1100 à 1160 Ap J.C.) 9782204096560

Sermon pour l`Avent et le temps de Noël

Mystère admirable dans lequel une Vierge sainte conçut et enfanta de sa propre substance, par l`opération du Saint Esprit, et sans le concours de l`homme, un Fils consubstantiel au Père! Mystère étrange et ineffable dans lequel Celui qui est le Fils de Dieu, c`est fait aussi le fils de l`homme! Ce grand évènement, révélé au Prophète Daniel en particulier par le ministère d`un Ange est souvent annoncé dans les saintes Écritures ou nous voyons comme dans un miroir, tout-à-la fois et la dignité de notre première origine, et l`infortune de notre ruine, et le bienfait de notre réparation par la grâce, et la sainteté de notre future glorification.

Pierre Lombard montre le triste état du monde avant la venue du Sauveur

« L`humanité, dit-il, gisait en proie a de nombreuses maladies. Comme la femme dont parle l`Évangile, elle avait dépensé toutes ses ressources au profit de plusieurs médecins, sans en recevoir aucun soulagement (Marc 5,26). Mais l`Emmanuel est venu, et il a dissipé le nuage du péché et de l`ignorance qui couvrait la terre; il a ouvert les yeux des aveugles et les oreilles des sourds; il a guéri les boiteux qui ne savaient pas marcher dans la voie de la Foi et des bonnes œuvres en les faisant bondir des abîmes du vice vers les hauteur de la vertu; il a délié la langue des muets, paralysée par Satan, afin qu`elle pût chanter a Dieu des cantiques de louanges.»

Le second sermon de l`Avent montre l`accomplissement de la prophétie de Jacob; Le sceptre ne sortira pas de Juda (la tribu de Juda), jusqu'à ce que vienne Celui qui doit être envoyé et qui sera l'attente des nations (Genèse 49,10 ). Celui qui devait être envoyé dit Pierre Lombard, le Christ est venu; mais d`ou est-il venu? Ou et pourquoi est-il venu? Il répond aux deux premières questions par cette paroles de Jésus-Christ lui-même : «Je suis sorti de mon Père, et je suis venu en ce monde.» (Jean 16,28)

«De toute éternité, il est sorti du sein de Dieu le Père a qui il est égal en toutes choses et il est venu dans le temps sur la terre. Cependant il était déjà dans le monde lisons nous dans St-Jean (Jean 1,10) et l`Évangéliste ajoute : il est venu dans ses propres domaines et les siens de l`ont pas reçu (Jean 1,11). Il est donc venu l`a où il était; car étant Dieu il n`est absent, ni de l`orient, ni de l`occident, ni des montagnes les plus désertes; et d`un autre côté il n`est pas non plus renfermé dans un lieu ni circonscrit dans un espace mais il est essentiellement et tout entier partout et toujours, puisqu`il a dit : Je remplis le Ciel et la Terre (Jérémie 23,24). Il est cette Sagesse dont parle le roi Salomon, qui tend et arrive à ses fins avec force, et qui dispose tout avec douceur (Sagesse 8,1). Elle arrive à ses fins avec force, parce qu’elle meut, régit et ordonne toutes choses, puisque toutes choses sont en elle; elle est plus ancienne que toutes choses, tout en demeurant toujours la même dans une immuable éternité. Elle gouverne le monde sans changer avec les temps et les lieux. Sa substance en effet est en toutes choses, puisque toutes choses sont en elle ; elle est plus ancienne que toutes choses, puisqu ' elle était avant que rien ne fût ; elle est en dehors de tout, car elle est au - dessus de tout; elle est enfin plus nouvelle que tout, puisqu ' elle est tout et qu ' elle a donné à tout le commencement. Elle est donc temporelle quoique sans durée , toute entière partout quoique sans lieu , changeant tout sans changer elle -même. Et pourtant les prophètes ont annoncé que cette même Sagesse, c 'est à - dire le Christ, devait être envoyée , et l'Évangile nous dit qu ' elle est venue. Que signifie ce langage ? En voici l' explication . Le Christ a été envoyé , et il est venu sur la terre , lorsqu 'il s 'est anéanti , prenant la forme d ' esclave, lorsqu ' il a paru et vécu au milieu des hommes. Il n 'est donc pas venu dans le monde, en changeant de lieu , car il était déjà dans le monde, mais en se revêtant de notre chair , et cela , afin de se montrer à nous conforme à nous-mêmes.»

Dans le sermon – In Nativitate Domini – il est surtout question du mode de l`Incarnation.

«Le Christ était un Dieu infiniment riche en Dieu le Père par qui tout a été créé, et il s`est fait pour nous pauvre et enfant. Il a pris sur Lui notre pauvreté afin de nous communiquer ses richesses. Il s`est fait humble et petit, pour nous élever; il s`est fait pauvre afin de nous donner le Royaume des Cieux; il s`est fait enfant afin que nous devenions ses propres enfants. Dieu sans doute aurait pu nous sauver d`une autre manière, mais il n`aurait pu trouver un remède mieux adapté a notre misère, car l`homme qui était tombé par l`orgueil devait être relevé par l`humilité. L`enfant pauvre qui nous a sauvé est passé de la prison et des chaînes au repos et à la gloire. Car injustement saisi, tourmenté et crucifié, il a patiemment souffert ces choses conformément à la volonté de son Père; mais par cette obéissance il a conquis la dignité royale et, en récompense, Dieu l`a exalté et il lui a donné un nom qui est au-dessus de tous les noms. Si, en effet, la Passion du Christ nous a montré la faiblesse de son humanité, sa résurrection a fait éclater à nos yeux sa divinité. Réjouissons-nous donc et célébrons par d`harmonieux cantiques la naissance de cet enfant, préparons à notre Roi dans nos cœurs une habitation digne de Lui, en nous purifiant de nos péchés; car aujourd`hui, ce Roi, notre Dieu a pris sur lui notre nature, il a arraché à notre usurpateur ses dépouilles; il a donné la santé aux malades, la liberté aux captifs, aux exilés un héritage, et par sa victoire sur nos ennemis, il nous a rendu la paix.»


Dans le Sermon pour la fête de la Purification de Notre-Dame ( 2 Février), Pierre Lombard explique pourquoi le Christ voulût être présenté au Temple quarante jours après sa naissance. Ce fut, dit-il, non point pour son bien personnel, car ni lui ni sa mère n`avaient besoins d`être purifiés, mais dans notre intérêt et afin de nous donner un exemple d`humilité. Notre auteur montre ensuite comment la vie toute entière du Sauveur a été pour nous une magnifique leçon de pauvreté et de mépris du monde. Il termine par des réflexions pieuses sur le symbolisme des deux oiseaux qui furent offerts pour Jésus au jour de sa présentation au temple. La tourterelle est l`image de l`innocence, la colombe est l`image de la simplicité. Leur chant a lui-même une signification mystérieuse; car elles gémissent et figurent ainsi les larmes du repentir.


Sermon pour le Carême

Comment l`âme s`éloigne de Dieu, comment elle revient à Lui; tel est le plan général du discours pour l`ouverture du Carême. ( In Capite Jejeuii)

«Quatre causes entraînent loin de Dieu notre pauvre et malheureuse âme pour l`exiler dans la région des ténèbres et dans les ombres de la mort – La première est cette joie mondaine qui fait que dans la prospérité, alors que tout réussi au gré de nos désirs, nous plaçons toutes nos affections dans les richesses et les honneurs.  La seconde cause qui nous détourne de Dieu est la tristesse immodérée que fait naître en nous l`absence des biens temporels ou la multitude de nos péchés. La troisième est l`hypocrisie, le vice de ceux qui cherchent à paraître au dehors autres qu`ils ne sont intérieurement... C 'est le loup dissimulé sous une peau de brebis , c 'est le serpent caché sous le plumage de la colombe. – La quatrième, enfin , et la plus dangereuse , c'est l'orgueil. .. Né dans le Ciel, il s 'attaque aux âmes élevées, luttant jusque sous le cilice et la cendre ; il est la source de tout péché ; il sévit encore, après que tous les vices ont disparu , et il est le dernier vaincu , car il se glisse partout, même dans les bonnes actions ».

Telles sont les quatre causes qui nous éloignent de Dieu. L`on revient à Lui en substituant aux joies criminelles du monde «la joie dans le Seigneur», a la tristesse coupable un efficace repentir, aux artifices de l`hypocrisie, une sincère et véritable piété, a l`orgueil frivole et a la présomptueuse vanité la perfection de l`humilité. Le Sermon se termine par une exhortation a la pénitence pendant ce temps de Carême. Pierre Lombard dit que celle-ci pour être parfaite, doit comprendre la contrition du cœur, la confession des péchés et la pénitence. Il montre d`après l`Écriture, la nécessité de ces trois conditions et explique les différentes manières de satisfaire à Dieu.

«L`on satisfait par le jeûne, par la prière et par l`aumône. Il ne suffit pas, et même, il est inutile de faire des privations corporelles, si nous ne mortifions pas aussi notre âme par une sorte d`abstinence spirituelle en corrigeant nos défauts et en évitant le péché. Il y a aussi une double prière, et celle qui s`échappe des lèvres ne peut rien sans celle qui doit sortir du fond de notre cœur. L`aumône également est corporelle ou spirituelle; la première ouvre la main et vient en aide aux malheureux; l`autre ramène à Dieu celui qui s`égare et absout celui qui nous offense; l`une distribue les bienfaits, l`autre pardonne les injures et travaille à la conversion des pécheurs. Le jeûne sans l`aumône n`a aucune valeur, et la prière ne pénètre pas jusqu`au Ciel, si nous ne lui donnons les deux ailes de la charité et de la mortification. C`est en vain que vous tendez en priant vos mains vers le Seigneur, si vous ne les étendez pas, selon votre pouvoir, vers le pauvre qui vous implore. Nous devons faire le bien à tous, mais surtout à ceux qui sont nos frères dans la foi, et parmi ces derniers, principalement aux prédicateurs, parce qu`ils se sont fait pour le Christ, les serviteurs des hommes afin de les instruire par les paroles de la vérité et de les sanctifier par l`exemple d`une vie sainte. »

Le onzième sermon a été, comme l`indique son titre ( In die Cineris ad poenitentes) composé pour le Mercredi des Cendres (ouverture du Carême) et adressé aux pénitents; on appelait ainsi les chrétiens, qui, en punition des fautes graves et publiques, étaient retranchés temporairement de la communion de l'Église et exclus de la participation aux sacrements . Le texte est emprunté au Livre des Proverbes : « Jusqu 'à quand dormiras -tu , ô paresseux , et quand donc sortiras tu de ta torpeur ? Encore un peu de repos , et la pauvreté fondra sur toi comme un homme armé, et la misère comme un ravisseur (Proverbe 6. 9 ) . »

« De même qu`aux vigilants est promis le Royaume, ainsi la Sagesse menace les endormis d`une ruine éternelle. Il ne s`agit pas ici du sommeil de nos corps, mais du sommeil de nos âmes, de ce sommeil qui loin de les reposer les accables, et qu`on appelle l`oisiveté ou la paresse. Daigne Seigneur, détourner toujours un tel sommeil de nos yeux.»

Plus loin nous trouvons un très beau développement de ces paroles de la sainte Écriture : « Va vers la fourmi, paresseux, considère ses voies et apprends à son école la sagesse. Sans être guidée par un maître , elle prépare sa nourriture pendant l' été , et rassemble ses provisions pendant la moisson ( Proverbe 6,6). »

«Par là Dieu semble nous dire : Si les exhortations du prédicateur ne vous touchent pas, apprenez par l'exemple de la fourmi le sage amour du travail. En effet si ce petit, animal, sans le secours d 'un chef, et dépourvu de raison , se précautionne pour l'avenir , conduit par son seul instinct, à plus forte raison , vous, ô homme créé à l'image de Dieu , destiné à contempler un jour sa gloire , aidé par l'enseignement des docteurs, ayant pour guide le Créateur lui-même, devez - vous amasser présentement, en multipliant vos bonnes œuvres, les fruits qui vous seront nécessaires pour vivre dans l'éternité . La vie présente est semblable au temps de la moisson et de l`été, parce qu`il nous faut maintenant cueillir au milieu des ardeurs de la tentation les mérites qui nous donnerons droit aux futures récompenses. Le jour du jugement, au contraire, sera comme l`hiver, parce qu`alors il ne nous sera plus possible de travailler pour notre subsistance mais chacun devra sortir du grenier de ses propres actions ce qu`il y aura renfermé. Sors donc de ta somnolence, sois vigilant et garde avec soin ton cœur. Réveillez-vous âmes languissantes! Assez longtemps mes frères, vous êtes restez dans l`inaction et dans les désordres du péché. C`est pourquoi l`Apôtre vous appelle en disant : O vous qui dormez, engourdis dans une coupable négligence et dans l`oubli de Dieu, relevez-vous par la pénitence, marchez en avant, méprisez la terre, détestez vos fautes, reprenez vie par la confession et par la pratique du bien, abandonnez votre vie passée, revêtez-vous de l`homme nouveau.  Vous avez été jusqu`ici des hommes de la terre et mené une vie terrestre en vous conduisant selon la chair, appliquez-vous désormais par une vie toute céleste à devenir des hommes du Ciel.»

La suite du discours contient de pieuses réflexions sur la bonté de Dieu, sur l`ingratitude des pécheurs, et sur les salutaires effets du Sacrement de Pénitence.


Sermon - In Ramis Palmarum (Dimanche des Rameaux)


La première partie nous montre le démon (l`ange déchu) sans cesse occupé à tendre aux hommes toutes sortes d`embûches afin de les perdre et de les précipiter dans l`abîme. Parmi ceux que Satan ( un prince des anges déchus), réussit à faire tomber, les uns se laissent aller au désespoir comme Judas, les autres soutenus par la foi et l`espérance pleurent amèrement comme l`apôtre Saint Pierre et se convertissent. Viennent ensuite des considérations sur la chute du chef des apôtres et sur la manière dont il s`est relevé.

« Il a effacé, dit Pierre Lombard, par une triple confession de son amour, le crime de son triple reniement. Dieu permis qu`il tomba, lui, le premier des apôtres, afin qu`il apprit par sa faute combien il doit être miséricordieux pour les fautes des autres; et il l`a relevé après sa chute, afin de montrer aux pécheurs par son exemple le principe et les conditions de leur propre résurrection.  En effet la profession de foi et l`amour de Pierre suivit ses pleurs; Il pleura après être sorti; il sortit quand Jésus l`eût regardé. Il ne serait pas sorti et il n`aurait pas pleuré si le Seigneur n`avait jeté sur lui un regard. Ce regard de Jésus est bon; il n`accable pas le pécheur, il le fortifie; il ne l`aveugle pas, il l`éclaire, il ne le condamne pas, il le guérit. Ce regard est un secours et une lumière, il ne vient pas d`un cœur ennemi et irrité, mais d`un cœur propice et compatissant. Le Seigneur regarda donc Pierre, pour que celui-ci considérât sa faute, pour qu`en la considérant il en eut horreur et en rougit, pour qu`en rougissant il s`en corrigeât. Ce regard est salutaire car il met le pécheur face a face avec son péché, et il lui fait considérer avec sollicitude l`objet de sa négligence avait d`abord méprisé; ce qui n`aurait pas lieu, sans le regard du Seigneur, c`est-à-dire sans le secours de la grâce.»

«Mes frères, prions le Seigneur de nous regarder comme il a regardé Saint-Pierre, afin qu`a son exemple, éclairé par la grâce, nous sortions dehors avec l`apôtre. Sortir dehors c`est découvrir les blessures secrètes et les maladies cachées de notre âme; c`est dépouiller le vieil homme avec ses actions et se revêtir de l`homme nouveau, de manière à pouvoir dire avec Saint Paul : «Ce n`est plus moi qui vis, mais c'est Jésus-Christ qui vit en moi.» Sortir dehors, c 'est se dégager des mauvaises pensées dont le tumulte nous empêche d 'entendre la voix de Dieu . Le pécheur, après être ainsi sorti , doit pleurer amèrement ses fautes ; il doit enfin donner à l'adorable Trinité un triple témoignage de son amour.»


L`Église comme une cité assiégée

Pierre Lombard nous parle de la guerre faite par le démon ( l`ange déchu) contre l`Église. Il compare celle-ci a une cité. Cette cité est petite, si l`on compare au petit nombre des élus la multitude des réprouvés, mais elle est inexpugnable et invincible parce qu ' elle a de solides remparts et des fondations bien assises. Elle est en effet fondée sur la pierre, c'est - à - dire sur le Christ.  Le Maître des Sentences nous trace le plan de la cité qu`on appelle l`Église. Elle forme un carré qui a pour côté les quatre vertus cardinales. Elle a pour porte les quatre Évangélistes. Les douze apôtres sont douze tours qui la protègent. Enfin dans ses parties supérieures elle est abritée par le bouclier du Saint Esprit.

Après cette description de la cité nous assistons a la lutte qu`elle soutien sans cesse contre le démon ( l`ange déchu), ce roi dont notre faiblesse plutôt que son propre courage fait la grandeur et la force. Ce ravageur des nations est venu escorté des puissances infernales, mettre le siège devant la Cité de Dieu. Il l`a environné de retranchements, qui sont les sept péchés capitaux. Il a investi la place d`ouvrage d`attaque, qui sont les péchés des fidèles, les menaces ou les violences des persécuteurs, les charmes dangereux de la prospérité et l`hérésie. Ce sont là les portes de l`enfer dont le Seigneur a dit qu`elles ne prévaudront pas contre l`Église. Celle-ci a trouvé en Jésus-Christ un vaillant défenseur au milieu de la lutte. Il est venu à nous de la part de Dieu, plein de grâce et de vérité. Il a vaincu par l`humilité et la pauvreté le cruel tyran de l`humanité ( l`ange déchu), il a délivré l`homme et sauvé la sainte cité. La fin du discours fait allusion au Dimanche des Rameaux.

« C`est pour célébrer la gloire du Christ et son triomphe sur l`enfer que la Sainte Église fait en ce jour avec le signe et l`étendard de la croix une solennelle procession en portant a la main des rameaux, des fleurs et des palmes. Ces choses figurent la perfection chrétienne; la verdure des rameaux est le symbole d`une foi incorruptible, les fleurs sont l`image des vertus qui doivent briller en nous; les feuillage des palmes représentent les bonnes actions dont nous devons revêtir nos âmes.»


Après le Sermon pour la Fête des Rameaux, vient celui de la Fête de l`Annonciation (25 mars) – In Annuntiatione Dominica – La première partie montre la perpétuelle virginité de Marie et la seconde les bienfaits de la Rédemption.

«Ève a causé à ses descendantes trois sorte de maux, a savoir, l`assujettissement a la domination de l`homme, la conception dans le péché, et l`enfantement dans la douleur. Mais dans la Vierge aucune concupiscence charnelle ne s'est mêlée à l'acte par lequel elle a conçu ; cette conception n 'a été la cause d 'aucune tristesse ; et elle a enfanté sans difficulté ni douleur ... Ainsi donc, aucune corruption n ' a déshonoré l’incarnation du Verbe dans le sein de Marie , et, quoi qu`en disent les hérétiques, ce sein virginal est demeuré pur et sans tache : lorsqu’ il a conçu et engendré. Il n 'y a d 'ailleurs en cela aucune impossibilité si l`on considère la puissance de Dieu. Remarqué en effet comment le rayon du soleil en pénétrant dans le cristal, le traverse sans le perforer, et en sort sans le briser. Or, a plus forte raison le sein de la vierge a-t-il pu rester intact et pur. Et d`un autre côté, pourquoi l`incrédulité refuserait-elle a Dieu le pouvoir de former un être humain dans le sein d`une femme sans le concours de l`homme, lorsque ce même Dieu, sans le concours ni d`un homme, ni d`une femme, a fait le premier homme.»  


Le Triomphe de Jésus-Christ sur la Croix

«Quelle humilité! Le Dieu de gloire s`est abaissé jusqu`a l`incarnation, jusqu`a devenir participant a notre mortalité, jusqu`a être tenté par le démon (l`ange déchu), jusqu`à être tourné en dérision par le peuple, jusqu`aux crachats, aux liens, aux soufflets, et aux fouets, jusqu`a la mort, et non pas à une mort quelconque, mais a la plus ignominieuse, celle de la croix. Voilà un grand exemple d`humilité donné aux hommes et un remède salutaire pour leur orgueil! Voilà la perfection de l`obéissance et l`idéal de l`amour! Humilité profonde! Le Fils de Dieu, en effet, s`est soumis à un triple anéantissement. Il s`est anéanti jusqu`a la chair, jusqu`a la croix et jusqu`a la mort. Devant ce spectacle le Ciel s`étonne, la terre est dans l`admiration, l`homme tremble, le monde angélique est saisi de stupeur. Évènement sans exemple, humilité sans mesure, don inestimable, bienfait immérité! Le Très-Haut a voulu s`associer à nous afin de nous enrichir, il est descendu afin de nous élever. Le Christ a daigné souffrir pour nous la faim et la soif, lui qui est pour nous la voie, la vérité et la vie, la voie par ses exemples, la vérité par ses promesses, et la vie par la récompense éternelle. Vous donc qui m`écoutez, considérez avec soin, retenez fidèlement, méditez avec amour ce que l`Évangile raconte de la Passion du Fils Unique du Père Tout-Puissant; car dans ce récit tout est fait soit pour toucher les cœurs, soit pour frapper les esprits, soit pour calmer les âmes et les enflammer de l`amour du Sauveur. Ce n`est pas sans raison, en effet, qu`il a voulu nous racheter au prix de tant de labeurs, lui qui, soutenant toutes choses par la puissance de sa parole (Épître aux Hébreux 1,3), pouvait par son seul commandement opérer notre délivrance. Mais le Seigneur vit la grandeur de notre perversité, il considéra l`ingratitude du cœur, et de peur que l`homme, après avoir méconnu le bienfait de sa condition première, fit également peu de cas de sa réparation, la Sagesse éternelle opéra celle-ci avec beaucoup de peines et de souffrances. Immense fut le prix, mais grand fut le résultat.»



Le Christ par son sang a délivré l`homme de la tyrannie du démon ( de l`ange déchu)- Voici une définition de l`homme de bien.

«Chacun de nous est comme une famille. Le maître de la maison , c 'est l'esprit, l'âme en est la maîtresse, et le corps y fait l' office de serviteur. L 'homme en qui ces trois choses s'appliquent d 'un commun accord à l’accomplissement du devoir, on l'appelle l'homme de bien.»


Le vingt-troisième sermon : De Paschali Tempore Sive Ante Passionem est un véritable traité de la vie chrétienne (Prêché pendant la période pascale).

«Nous sommes en exil et en guerre. Car la vie de l`homme sur la terre est un combat et une épreuve. C`est pourquoi la Sagesse nous dit : Mon fils, en t'approchant du service de Dieu , sois ferme dans la justice et prépare dans la crainte ton âme à la tentation ( Ecclésiastique 2,1 ). En effet ceux qui veulent se soumettre au joug de la divine perfection rencontrent beaucoup de tentations. Il y a la tentation des difficultés qui découragent, il a celle des plaisirs qui séduisent.»

Suit une énumération des ennemis contre lesquels le chrétien doit combattre. C`est d`abord le démon (l`ange déchu et ses tentations), puis la chair qui est comme un serpent endormi dans notre sein. Il y a aussi les hommes qui viennent à nous, sous un extérieur de paix et de religion, cachant un cœur de loup sous une peau de brebis, ayant du miel sur les lèvres et un dard derrière le dos. Un quatrième ennemi c`est le monde qui par ses scandales, ou par ses attraits, ou enfin par de perfides embûches, nous détourne de l`amour du Royaume Céleste.   Tels sont les obstacles et les dangers dont notre faiblesse est environnée. Il faut donc prendre la croix et la portée par le contrôle de nos passions et obéir aux divins préceptes. Pierre Lombard distingue quatre espèces de croix. La première est celle que le Christ porta et dont les bras s`étendent jusqu`a l`amour des ennemis. C`est la croix des âmes et celle que le Sauveur nous a recommandé de porter après lui. Il y a en second la croix de la pénitence; c`est celle des âmes qui se relèvent après être tombées, c`est celle que porta le bon larron crucifié a la droite de Notre-Seigneur. Elle consiste dans la contrition du cœur, dans la confession des péchés, et dans la satisfaction, toutes choses qui furent pratiquées avec éclat par le bon larron quand il s`écria qu`il avait reçu ce que méritaient ses actions. Une troisième croix est celle endurée sans espérance intérieure de la récompense céleste; c`est à elle que fut suspendue le mauvais larron du côté gauche, lequel souffrit les mêmes douleurs que son compagnon, mais les souffrit sans humilité et sans résignation, en murmurant et en s`abandonnant au désespoir, a la colère et a l`orgueil. Il y a une quatrième croix, celle de l`hypocrisie; elle est portée par ceux qui; afin de paraître mortifiés aux yeux des hommes, se montrent avec un extérieur austère et un visage exténué; leur mobile n`est point la religion ni l`amour de Dieu, mais la recherche de la faveur populaire.

«Tout homme, dit Pierre Lombard, bon gré mal gré porte la croix sur la terre, soit pour son bonheur, soit pour son malheur. Heureux celui qui porte la croix de la pénitence, mais plus heureux celui qui porte celle de la charité! Heureux celui qui suit le bon larron, mais bien plus heureux celui qui imite la Sauveur du monde!»


Sermon pour la Trinité

Dans le sermon - De Trinitate (la Trinité) – Pierre Lombard développe ce texte du prophète Jérémie : «Convertissez-vous a moi, enfants rebelles, dit le Seigneur, et je vous introduirai dans Sion» (Jérémie 3,14). De là deux parties : nécessité de la conversion et avantage du retour vers Dieu.

1 – La conversion est chose difficile, et l`âme pour revenir à Dieu rencontre sur sa route beaucoup d`obstacles. Ce sont les sept péchés capitaux, la vaine gloire qui enfle, la colère qui trouble, l`envie qui désunit, la paresse qui décourage, l`avarice qui agite et tourmente, la gourmandise qui abaisse et dégrade, la luxure enfin qui souille et flétrit. Telles sont les entraves qui retiennent l`âme enchaînée dans le péché; mais nous triomphons de toutes ces difficultés si nous prenons pour guide le Saint-Esprit.

2 – Le retour vers Dieu a pour effet de rétablir dans notre âme l`image de Dieu. Cette idée est familière à Pierre Lombard, et dans ses sermons, il aime à y revenir sans cesse. L`état de grâce pour lui, c`est la ressemblance avec Dieu. Dans cet état, l`âme est belle de la beauté divine. Cette beauté qui fait la gloire et la dignité de l`homme aux yeux du Créateur, nous la perdons par le péché. Pécher, c`est cessé d`être l`image de Dieu; se convertir c`est lui redevenir semblable.


Sermon pour la fête de l`Ascension

Le dernier sermon – In Ascensione – L`Ascension – contient de très belles pensées, exprimées dans un style élégant et concis.

Le Christ est venu nous racheter en parcourant successivement plusieurs étapes. Il est descendu du Ciel dans le sein d`une Vierge, du sein de Marie dans la crèche, de la crèche a la mort, de la mort au sépulcre, et enfin du sépulcre dans les limbes. Le Sauveur en venant délivrer l`homme, a daigné descendre ainsi, parce que nous avions fait en Adam une triple chute. Par suite du péché de notre premier père nous étions tombés de la justice dans l`iniquité, du repos dans le malheur, et de la béatitude dans la mort. C`est pourquoi le Christ est descendu par degré sur la terre. Il est remonté au Ciel de la même façon et il y a eu une triple étape dans son Ascension. La première fut sa Résurrection glorieuse. Il parcourut la seconde quand il alla s`asseoir à la droite de Dieu le Père. La troisième fut la collation qui lui fut faite par le Tout-Puissant du sublime pouvoir de juger les vivants et les morts. De ces trois exaltations la première fut la récompense de sa mort, la seconde fut le prix de ses souffrances, la troisième fut le dédommagement de l`injuste sentence dont il avait été victime. A la suite de Jésus-Christ nous devons monter au Ciel de trois manières, a savoir par la pureté de notre cœur, par l`innocence de nos actions, et par les fruits de nos vertus.

MichelT

Date d'inscription : 06/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum