Forum l'Arche de Marie
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-60%
Le deal à ne pas rater :
GIGABYTE – Disque SSD Interne – 256Go – 2,5″
22.99 € 57.21 €
Voir le deal

Le chapelet de l’Enfant-Jésus dit petite Couronne, pour s’abandonner à Dieu comme un enfant

Aller en bas

Le chapelet de l’Enfant-Jésus dit petite Couronne, pour s’abandonner à Dieu comme un enfant Empty Le chapelet de l’Enfant-Jésus dit petite Couronne, pour s’abandonner à Dieu comme un enfant

Message par Lumen Mer 22 Déc 2021 - 17:42

Le chapelet de l’Enfant-Jésus dit petite Couronne, pour s’abandonner à Dieu comme un enfant


Le chapelet de l’Enfant-Jésus dit petite Couronne, pour s’abandonner à Dieu comme un enfant Carte-priere-Enfant-JesusLe chapelet de l’Enfant-Jésus dit petite Couronne, pour s’abandonner à Dieu comme un enfant Chapelet-enfant-jesus-de-prague_d2e6b857b815151f0aca89fd98cd1756.image.300x300


Approuvée par S.S. PIE IX

Parmi tant de pieuses pratiques par lesquelles on a coutume d’honorer l’Enfant Jésus miraculeux de Prague, il n’en est pas de plus efficace que la dévotion au petit chapelet de l’Enfant Jésus. On doit cette dévotion à la Vénérable Marguerite du Saint-Sacrement, carmélite.

Cette religieuse morte en odeur de sainteté en 1648, à l’âge de 29 ans, se rendit célèbre par une grande dévotion envers l’Enfant Jésus, et par son zèle à la propager. Inspirée d’En-Haut, elle fit un chapelet composé de trois Pater pour honorer la Sainte Famille et de douze Ave Maria en l’honneur des 12 premières années de l’Enfant-Dieu. Jésus lui exprima combien cette pratique était agréable à son Cœur et lui fit voir, dans une révélation, ces petits chapelets brillants d’une lumière surnaturelle. Il promit à la Vénérable que ceux qui le porteraient et le réciteraient avec ferveur conserveraient la pureté et l’innocence.

Du temps de la Vénérable Sœur Marguerite, la récitation du petit chapelet obtint des prodiges de grâces spirituelles et temporelles. L’enfant Jésus continue de prendre plaisir à voir les âmes lui tresser cette couronne, et Il récompense d’une manière royale ceux qui se font les propagateurs de cette dévotion. Voici un fait entre mille: “Une personne, d’un âge fort avancé, ressentait vivement toutes les infirmités de la vieillesse: atteinte surtout de douleurs rhumatismales, elle pouvait à peine faire quelques pas et supportait difficilement son immobilité. Un jour qu’elle était très souffrante, elle reçut la visite d’un prêtre, son neveu, et lui demanda s’il ne connaissait pas quelque moyen de la soulager. Celui-ci lui conseilla de mettre toute sa confiance dans l’Enfant Jésus de Prague. “Ce Divin Enfant, dit-il, fait de véritables prodiges. Récitez son petit chapelet avec grande confiance, cette excellente pratique a tout pouvoir sur Lui.” La brave femme se mit à réciter la Petite Couronne de l’Enfant Jésus en demandant le soulagement de ses douleurs. La grâce si vivement souhaitée ne se fit pas attendre; la souplesse commença à regagner les jambes, si bien qu’après avoir récité un certain nombre de fois le petit chapelet, elle devint aussi alerte qu’auparavant; elle put monter les escaliers, ce qui lui était impossible depuis longtemps, circuler, vaquer à toutes ses occupations sans la moindre gêne. Inutile d’ajouter qu’elle témoigna une reconnaissance sans bornes à son céleste bienfaiteur et qu’elle ne passa aucun jour sans réciter la Petite Couronne, instrument de sa guérison.
Toutes les personnes de sa connaissance qui avaient été témoins de sa paralysie si opiniâtre, s’empressèrent, à leur tour, de réciter la Couronne de l’Enfant Jésus et de mettre toute leur confiance en Lui. Imitons-les, en pensant à ces paroles de la Vénérable Sœur Marguerite : “Qu’on porte et récite le petit chapelet de l’Enfant Jésus comme un mémorial de la grandeur et de l’innocence de Jésus dans la crèche et comme un lien qui nous unit à Lui.”

Dans la formule de bénédiction de la Petite Couronne, le prêtre dit : “Éloignez, Seigneur, de ceux qui portent et récitent cette couronne, en l’honneur des 12 années de la Sainte Enfance de Jésus, les démons qui sèment le mal ; chassez les ennemis tant de l’âme que du corps, gardez-les de tout danger, protégez-les toujours et faites qu’ils arrivent sûrement à la vie éternelle.”

Chacun, après avoir lu ces lignes, voudra en faire l’heureuse expérience. Qu’on récite la Couronne avec piété et confiance tout spécialement pendant l’Avent, durant les fêtes de Noël et le 25ème jour de chaque mois pour honorer la Naissance du Fils de Dieu: “Ce jour est précieux par les grandes grâces que le Divin Enfant daigne répandre”, dit la Vénérable Marguerite du Saint-Sacrement.



Pourquoi le prier ?

Honorer la vie des douze premières années de l’Enfant-Jésus sur terre, c’est honorer ses premières œuvres, en paroles et en actes. C’est chercher à imiter le Christ de la crèche à la Croix. Sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus a révélé par sa vie et ses écrits un chemin de sainteté qui est la petite voie de l’enfance spirituelle. Ce chemin consiste à avoir une confiance absolue et un abandon total dans les mains du Père – comme Jésus, de la crèche à la Croix. Être enfant de Dieu, c’est vivre dans la simplicité et l’humilité envers le Père. Sœur Marguerite recommandait de réciter le chapelet tout spécialement durant les fêtes de Noël et le 25e jour de chaque mois pour honorer la naissance du Christ.


Manière de réciter la Couronne à l’Enfant-Jésus

On commence le chapelet par la croix en récitant l’invocation : « Divin Enfant Jésus, j’adore votre croix et j’accepte toutes celles qu’il vous plaira de m’envoyer. » Chacun des trois gros grains représente une personne de la Sainte Famille : Jésus, Marie et Joseph surnommée « la petite Trinité sur terre ». Sur chaque gros grain, on récite Notre Père, précédé des paroles : « Et le Verbe s’est fait chair, et Il a habité parmi nous. »

Avant le grain de Jésus, on prononce : « Adorable Trinité, nous vous offrons toutes les adorations du Cœur du Saint Enfant Jésus ». Ensuite avant le grain de Marie, on prononce : « Très Sainte Trinité, nous vous offrons ce que vous avez opéré dans l’âme de la Sainte Vierge au moment de l’Incarnation. » Enfin, avant le grain de Joseph, on récite : « Adorable Trinité, nous vous remercions des grâces dont vous avez comblé le glorieux saint Joseph, en vue de Jésus et de Marie. »

Chaque petit grain sert à méditer un des douze mystères de l’Enfant-Jésus : l’incarnation du Verbe ; la visitation ; l’attente de la naissance de Jésus ; la nativité de Jésus ; la présentation de Jésus au Temple ; l’hommage des rois mages ; la fuite en Egypte ; le séjour de la sainte Famille en Egypte ; le retour d’Egypte ; la vie cachée à Nazareth et le recouvrement au Temple.

On récite sur chacun, un Je vous salue Marie précédé des paroles : « Et le Verbe s’est fait chair, et Il a habité parmi nous. » On termine le chapelet sur la médaille ou sur la croix en récitant un Gloire au Père, précédé des paroles « Et le Verbe s’est fait chair, et Il a habité parmi nous ». On peut ajouter une invocation finale : « Saint Enfant-Jésus, bénissez et protégez-nous. »



Sur les sites Marie-Reine et ALETEIA



Lumen
Lumen

Date d'inscription : 09/11/2021
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum