Forum l'Arche de Marie
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-47%
Le deal à ne pas rater :
La carte Fnac+ à 7.99€ pour 1 an
7.99 € 14.99 €
Voir le deal

Le jour où Jean Paul II a ordonné à des communistes de reconstruire un sanctuaire

Aller en bas

Le jour où Jean Paul II a ordonné à des communistes de reconstruire un sanctuaire Empty Le jour où Jean Paul II a ordonné à des communistes de reconstruire un sanctuaire

Message par Lumen Lun 20 Juin 2022 - 23:36

Le jour où Jean Paul II a ordonné à des communistes de reconstruire un sanctuaire

Place Saint-Pierre, le 19 juin 1988, la canonisation de 117 martyrs du Vietnam par Jean Paul II a été une cérémonie sans précédent. Jamais autant de martyrs n’avaient été canonisés en même temps. Mais en plus, ce jour-là, il y a eu un quasi-miracle.

Le jour où Jean Paul II a ordonné à des communistes de reconstruire un sanctuaire Web3-la-vang-notre-dame-viet-nam-200-000_sahk980813302990-hoang-dinh-nam-afp
Hoang Dinh Nam | AFP

Marzena Devoud - publié le 20/06/22


Ce 19 juin 1988, dès l’aube, des groupes de fidèles gagnent petit à petit la place Saint-Pierre  ensoleillée. Pas un nuage dans le ciel romain, pour cette belle matinée qui s’annonce historique : c’est en présence de milliers de Vietnamiens qui vivent en exil dans le monde entier que le pape Jean Paul II s’apprête, au cours d’une grande cérémonie, à canoniser 117 martyrs du Vietnam. Un évènement sans précédent : jamais autant de saints n’ont été canonisés le même jour. Depuis longtemps, le pape polonais tenait à rendre ainsi hommage de la façon la plus marquante possible, à cette époque, « à la fidélité au Christ des sept millions de chrétiens que compte actuellement l’Église au Vietnam. »

Mais la détermination du Saint Père ne va pas plaire du tout au gouvernement vietnamien communiste en place. À tel point que ses ambassadeurs vont tenter d’intimider les catholiques vietnamiens vivant aux quatre coins du monde de se rendre à Rome pour la cérémonie. Stefan Wilkanowicz, un intellectuel catholique polonais proche de Jean Paul II, alors membre du Conseil pontifical des laïcs, se souvient très bien des menaces à peine voilées, formulées par les services de l’ambassade du Vietnam en Pologne, à l’égard de son épouse vietnamienne invitée à Rome pour la cérémonie : « À quelques semaines de la canonisation des martyrs dont son ancêtre, Thérèse a reçu plusieurs coups de fil de la part de l’ambassade. On lui annonçait que si jamais elle allait participer à la cérémonie, sa famille restée au Vietnam en subirait des représailles. Nous savions très bien que cela signifiait : des mesures qui pouvaient être terribles… Finalement, je suis allé à Rome seul. Cet exemple, explique à Aleteia Stefan Wilkanowicz, montre le regain fort de tensions entre le Vatican et les autorités communistes, provoquées par l’annonce de ces canonisations. »

Le régime de Hanoï parlait d’une « attaque contre l’unité nationale », il qualifiait les trois siècles de présence de l’Eglise catholique au Vietnam de « 300 ans de collaboration avec le colonialisme ». Rien d’étonnant qu’aucun pèlerin n’a reçu l’autorisation de venir du Vietnam même pour assister à la cérémonie.


La canonisation sous haute tension

Pourtant, face à ces tentatives d’intimidation, Jean Paul II va rester plus que déterminé à honorer les saints martyrs du Vietnam. Parmi eux, des religieux et laïcs vietnamiens ( 37 prêtres, 14 enseignants, un séminariste et 44 laïcs), comme des missionnaires français (deux évêques et huit prêtres des Missions étrangères de Paris) et espagnols (six évêques et cinq prêtres dominicains). Tous persécutés, torturés et morts pour leur foi entre 1745 et 1862.

Stratège, habitué au jeu de force entre l’Eglise et le régime totalitaire dont il a eu l’expérience en Pologne, Jean Paul II décide ce jour-là, de faire indirectement allusion aux critiques émanant des autorités vietnamiennes. Il affirme que les martyrs, tout en restant fidèles à leur foi, sont restés loyaux à leur pays. Il souligne également que l’Église du Vietnam a prouvé de nombreuses fois qu’elle voulait « s’intégrer et apporter fidèlement sa contribution à la construction véritable de la patrie. » Et il va aller encore plus loin, en reprenant et retournant l’argument de l’unité du pays utilisé par Hanoï.

En effet, ce 19 juin 1988, Jean Paul II va faire mémoire de La Vang, le plus grand sanctuaire marial du Vietnam en demandant fermement sa reconstruction « dans un climat de liberté et de paix, et de gratitude envers celle que toutes les générations disent bienheureuse. De sorte que ce sanctuaire puisse favoriser l’unité nationale et le progrès civil et moral du pays ». Cette demande, et le Pape le sait parfaitement bien, vise le cœur de la chrétienté au Vietnam.



Les Vietnamiens viennent se ressourcer au sanctuaire marial de La Vang après deux ans de crise sanitaire
Publié le 26/05/2022[


Du 9 au 13 mai, après plus de deux ans de pandémie, les 40 membres d’une association de mères de la paroisse de Yen Bai, dans le nord du Vietnam, sont venues en pèlerinage au sanctuaire marial national de Notre-Dame de La Vang, dans la province de Quang Tri, dans le centre du Vietnam. Il s’agissait du premier pèlerinage de l’association, créée il y a 17 ans à Yen Bai, au sanctuaire. De nombreux Vietnamiens, y compris d’autres confessions, visitent le sanctuaire de La Vang, fondé il y a 224 ans, au moins une fois dans leur vie, en particulier le 15 août pour l’Assomption.



Le jour où Jean Paul II a ordonné à des communistes de reconstruire un sanctuaire Tuong_Duc_Me_La_Vang


Du 9 au 13 mai, Marie Nguyen Thi Nhai, âgée de 40 ans et mère de deux enfants, est venue pour la première fois en pèlerinage au sanctuaire marial national de Notre-Dame de La Vang, dans la province de Quang Tri, dans le centre du Vietnam. Elle a ramené des chapelets et une statue de Marie de style vietnamien à l’image de Notre-Dame de La Vang. Revenue de pèlerinage, elle décore le coin de prière familial avec des fleurs, avant de prier le chapelet avec sa famille pour des intentions de prière comme la paix et la santé, après deux ans de pandémie. « Nous sommes heureux d’être revenus en paix et d’avoir pu approfondir notre foi grâce à la Vierge, après le pèlerinage », confie-t-elle.

Marie Nhai, qui vend des objets et du linge d’occasion, explique que son activité reprend peu à peu après les difficultés liées à la crise sanitaire. Marie, qui est également responsable adjointe de la Good Mothers Association dans la paroisse de Yen Bai, dans le nord du pays, ajoute que d’autres membres sont sorties de la dépression causée par la pandémie grâce au pèlerinage, et quelles sont revenues enthousiastes à propos de l’apostolat de l’association, qui rassemble des mères catholiques de la paroisse. Les 40 membres de l’association sont parties en car pour La Vang où elles sont restées cinq jours, au sanctuaire situé à près de 800 km de chez elles. Certaines sont également venues avec leur mari et leurs enfants.
Il s’agissait du premier pèlerinage au sanctuaire marial depuis la fondation de l’association locale il y a 17 ans. À cette occasion, durant les cinq jours de pèlerinage, elles ont assisté à la messe, organisé des danses traditionnelles et offrandes de fleurs, acheté des images et des statues de Notre-Dame de La Vang – vêtues à la mode traditionnelle vietnamienne –, et visité plusieurs sites religieux dont la paroisse de Binh Dien, où vivent les villageois de l’ethnie Van Kieu. Elles ont également offert 13 millions de dongs (525 euros) pour soutenir les œuvres d’évangélisation de la paroisse locale.

« Nous avons voulu témoigner de notre gratitude en faisant ce pèlerinage »

« Le pèlerinage a permis de nous ressourcer et d’encourager les membres à s’engager dans des services caritatifs, alors que la pandémie a affecté la santé physique mais aussi psychologique de nombreuses personnes durant deux ans », confie Marie Nguyen Thi Lan, responsable du groupe. La plupart des membres de l’association ont été infectées par le Covid-19 et ont été placées dans des hôpitaux et des centres de quarantaine, où certaines se sont senties angoissées et déprimées.

Beaucoup ont également perdu leur travail durant cette période. Marie Lan, âgée de 71 ans, explique aussi que la pandémie les a empêchées de nettoyer l’église et les locaux paroissiaux, de prendre part aux activités de la chorale, d’assister à la messe et à l’adoration eucharistique, d’offrir des fleurs à la Vierge et d’aider les personnes dans le besoin dans les zones les plus reculées. De plus, la foi de certains a été fortement affectée, même si les célébrations ont repris en avril dernier après la fin de la dernière vague de contagions.

« C’est un miracle d’avoir pu survivre à cette crise sanitaire, et nous avons voulu témoigner de notre gratitude en faisant ce pèlerinage », souligne Marie Lan. « Aujourd’hui, notre priorité est de faire connaître la dévotion à Notre-Dame de La Vang en organisant des danses et des offrandes de fleurs dans les églises », précise-t-elle, en ajoutant qu’elles vont également lancer des collectes de fonds pour les communautés catholiques les plus reculées de la province de Yen Bai. Ainsi, le 23 mai, elles ont dansé pour la première fois dans l’église de My Hung, à près de 40 km de la ville de Yen Bai. Elles ont aussi offert de l’argent et du mobilier à la paroisse. Marie ajoute qu’elles prévoient, en octobre prochain, de visiter des stations missionnaires où vivent des minorités ethniques qui manquent de moyens dans la province de Son La, dans le nord-ouest du Vietnam.

Notre-Dame de La Vang choisie comme patronne de l’archidiocèse de Hué en 2020



Le jour où Jean Paul II a ordonné à des communistes de reconstruire un sanctuaire La_Vang_Church_Built_1928_Destroyed_1972_September_1967
Le sanctuaire Notre-Dame-de-La-Vang, septembre 1967.
Public domain

De nombreux Vietnamiens, y compris d’autres confessions religieuses, visitent le sanctuaire marial, fondé il y a 224 ans, au moins une fois dans leur vie, en particulier à l’occasion du 15 août pour la fête du sanctuaire, le jour de la solennité de l’Assomption. Les pèlerins viennent demander à la Vierge de La Vang de continuer de les soutenir comme elle a protégé leurs ancêtres des persécutions religieuses en 1798, quand beaucoup de catholiques ont dû se cacher dans la jungle pour éviter la répression des autorités locales.

La Vierge est apparue à plusieurs reprises pour les consoler et les inviter à ramasser des plantes dans la jungle pour se soigner, en leur disant : « Ayez confiance en moi, j’ai entendu vos prières, dorénavant, je bénirai ceux qui viendront prier ici. » Beaucoup ont survécu et ont pu rentrer chez eux. En 1860, les habitants ont érigé une première chapelle en toit de chaume, et depuis, ils ont utilisé des plantes et de l’eau du sanctuaire pour soigner différents maux.

Mgr Joseph Nguyen Chi Linh, archevêque de Hué et président de la Conférence épiscopale vietnamienne, a choisi Notre-Dame de La Vang comme patronne de l’archidiocèse en 2020. Ces dernières années, beaucoup de paroisses ont érigé de grandes statues de Notre-Dame de La Vang dans leurs églises pour soutenir la dévotion mariale des fidèles. Le 13 mai dernier, le père Pierre Nguyen Van Doi, curé de la paroisse de Thing Long dans le diocèse de Bui Chu, un berceau du catholicisme dans le nord du Vietnam, a ainsi inauguré une statue dans l’enceinte paroissiale. Près de 300 personnes en costumes traditionnels ont dansé et présenté des offrandes de fleurs devant la statue mariale.

Les catholiques du nord du pays n’ont pas pu venir à La Vang de 1955 à 1975

Les catholiques des diocèses du nord du pays n’ont pas pu venir à La Vang à cause des guerres entre 1955 et 1975. Bartholomée Nguyen Anh Hien, de la paroisse de Tri Buu, située près du sanctuaire, confie que l’histoire des apparitions de La Vang a touché le cœur des gens et qu’elle s’est répandue de génération en génération. Bartholomée Hien, 72 ans, qui a trois enfants et six petits-enfants, explique qu’il passe ses week-ends à prier au sanctuaire. Il ajoute qu’il a commencé à approfondir sa dévotion à la Vierge en mai 1968, quand un obus de mortier a explosé derrière sa maison alors que les 11 membres de sa famille priaient le chapelet. « Nous aurions tous été tués si l’obus avait touché le jardin, nous avons vraiment été sauvés par Notre-Dame de La Vang. »

Le père Bartholomée Hoang Quang Hung, curé de la paroisse de Van Quat Dong, raconte que durant le mois de mai, les familles locales ont l’habitude d’installer des statues mariales dans leurs maisons, où ils prient souvent le chapelet tous les jours durant le « mois de Marie ». Ils décorent leurs maisons et leurs coins de prière, et accueillent les visiteurs avec des gâteaux, des fruits et du thé après avoir prié pour eux, pour renforcer les relations entre voisins. Les enfants dansent également devant les statues mariales tous les samedis avec des offrandes de fleurs. « Le mois des fleurs est une occasion spéciale pour les catholiques de la région, pour montrer leur dévotion fervente et leur gratitude à la Vierge, qui les a gardés en paix malgré les difficultés », confie le prêtre.

(Avec Ucanews)


Le miracle porté par les martyrs canonisés

Connaissant la puissante dévotion des Vietnamiens à Notre Dame de La Vang et portée par la force de cette journée de canonisations si importantes pour l’Église du Vietnam, Jean Paul II décide d’adresser aux autorités communistes la demande de la reconstruction du sanctuaire. À la surprise de tous, les communistes acceptent !

Ainsi, le 15 août 1998, soit dix ans après la canonisation des 117 martyrs, pas moins de 70.000 fidèles ont pu prier ensemble à La Vang, pour le 200e anniversaire des apparitions de la Vierge. Depuis, de nombreux Vietnamiens visitent le sanctuaire marial au moins une fois dans leur vie, en particulier à l’occasion du 15 août, le jour de la solennité de l’Assomption. Un vrai miracle, porté par les martyrs canonisés et les fidèles rassemblés place Saint-Pierre ce 19 juin 1988…
Lumen
Lumen

Date d'inscription : 09/11/2021
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum