Carême 2016

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Carême 2016

Message par Titi le Mer 10 Fév 2016 - 9:36

Rappel du premier message :

Mercredi 10 février : mercredi des cendres

Carême dans la ville, par les dominicains :

La parole de Dieu

« Qui de vous, s’il veut bâtir une tour,
ne commence par s’asseoir ? […]
Quel est le roi qui, partant en guerre,
ne commencera par s’asseoir ? »
Évangile selon saint Luc, chapitre 14, versets 28 et 31

La méditation

Avant de partir à la guerre ou de construire une tour, dit Jésus, dans deux petites paraboles, commence par t’asseoir. Pour mieux peser la décision à prendre.
Peut-être est-ce ce qu’il nous faut faire, là, aujourd’hui, en ce début de carême. Pourquoi se lancer dans une démarche de retraite ? Jésus nous invite dans l’évangile de ce mercredi des Cendres à vivre ce temps sous le signe du partage, de la prière et du jeûne. C’est concret. Pourquoi y aurait-il besoin de faire plus ?
Pourquoi prendre un temps quotidien de retour sur soi en suivant cette retraite ?
Eh bien, d’abord parce que ce retour sur soi est avant tout un retour vers ce Dieu que Jésus nous invite à découvrir comme son Père et notre Père. Notre retraite n’est donc pas une invitation à se recueillir, mais à accueillir. Quel sens cela aurait-il de faire l’aumône si je n’accueille d’abord celui ou celle qui me tend la main ? De prier si je n’accueille pas le Dieu qui vient faire sa demeure en moi ? Et de jeûner si je ne m’accueille pas moi-même, dans une démarche de réconciliation souvent nécessaire et même urgente, avec ce que je suis.
On mène souvent une vie de fou. Entrer dans une démarche de retraite, c’est prendre le temps de se poser, de faire silence, de se mettre à l’écoute de sa parole. Une parole pour me découvrir ou me redécouvrir. Non seulement homme ou femme à la dignité unique et incomparable, non seulement croyant en Dieu. Mais redécouvrir que je suis aimé de Dieu. Avec tout ce que je suis, avec tout ce que je fais ou ne fais pas, je suis aimé. Comme ça. Gratuitement. Inconditionnellement. Aimé. Bien aimé.
Quels que soient les déserts de ta vie, c’est maintenant le temps ; « Entre et ferme la porte derrière toi !* » Assieds-toi et entends la voix du Seigneur te murmurer : « C’est la miséricorde que je veux ** ». Ta retraite a commencé. Bonne route.

* Évangile selon saint Matthieu, chapitre 6, verset 6.
** Livre d’Osée, chapitre 6, verset 6.

Méditation enregistrée dans les studios de RCF Poitiers.


Frère Jean-Luc-Marie Fœrster
Couvent de Poitiers

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Titi

Date d'inscription : 28/09/2012

Revenir en haut Aller en bas


Re: Carême 2016

Message par Titi le Sam 5 Mar 2016 - 7:53

samedi 05 mars

carême dans la ville


La parole de Dieu

« Et toi, ton âme sera traversée d’un glaive. »
Évangile selon saint Luc, chapitre 2, verset 35

La méditation

Qui dira la force des mères ? Les mères des victimes, les mères des bourreaux, les mères des larrons, la mère de Jésus. Toutes ces femmes, unies par la douleur de la perte d’un enfant.
J’ai mis du temps à découvrir que beaucoup d’hospitalières, à Lourdes, sont venues un jour pour leur enfant. Et pour trouver en la personne de Marie la Mater dolorosa, la Mère des douleurs. Celles-là ne sont pas toujours les plus bavardes. Elles gardent un secret. Comme une blessure enfouie au plus profond, et qui ne se laisse découvrir qu’avec d’infinies précautions. Elles savent que cette blessure-là n’est pas de celles qui cicatrisent. Le glaive est là, pour toujours. Mais mystérieusement, cette secrète entaille les ouvre aussi, de manière renouvelée, au don d’elles-mêmes, au don de la vie. Toutes ne le savent pas, mais beaucoup le découvrent dans la prière et le service hospitalier. C’est que la pointe du glaive a touché au lieu même où la vie se donne. De certaines blessures jaillit de l’eau. Non seulement le sang. Le sang et l’eau.
En Marie, toutes ces femmes trouvent une sœur, une mère. Marie qui, au dernier jour comme au premier, porte Celui qui porte tout. Dans son ventre et sur ses genoux. À l’heure du Magnificat comme au jour de la croix. Pour elle, miracle : au jour où elle a perdu son enfant, elle s’en est vu confier une multitude. À la parole de Jésus, elle est devenue mère à nouveau. « Voici ton fils » — « Voici ta mère ». Mater Misericordiae, Vita dulcedo et spes nostra, Mère de miséricorde, notre vie, notre douceur, notre espérance.

Méditation enregistrée dans un studio de RCF Alsace web.


Frère Lionel Gentric
Couvent de Strasbourg

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

avatar
Titi

Date d'inscription : 28/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carême 2016

Message par Titi le Dim 6 Mar 2016 - 7:37

dimanche 6 mars

Carême dans la ville

La parole de Dieu

« Un homme avait deux fils. »
Évangile selon saint Luc, chapitre 15, verset 11

La méditation

La parabole du fils prodigue, encore ! Combien de fois l'ai-je entendue ? À force de répétitions, peut-elle encore me surprendre ? L'histoire est trop connue, comme parfois les personnes avec qui nous vivons. Nous n'attendons plus rien d'elles. Pourtant, je vous invite à nous laisser bousculer. À redécouvrir dans cette photo de famille que les années ont rendue invisible, un appel à renouveler nos liens de confiance.
Le père est connu pour son indulgence, sa longanimité. Mais n’offre-t-il pas plutôt l’image d’un père qui ne s’occupe pas de ses enfants, les laissant vivre leur vie au risque de se perdre ?
Et l’aîné : le fils jaloux ? Disons plutôt qu’il n’a pas le temps pour les sentiments. C’est un bourreau de travail, l’homme qui travaille toujours, le successeur de papa. Il n’a jamais eu de véritables contacts, ni avec son frère, ni avec son père et ni sans doute avec le reste de la famille. Seuls comptent ses objectifs à atteindre coûte que coûte. Et le cadet : le fils rebelle ? Il n’a simplement pas de place. Il était toujours resté le petit gamin, à qui on ne demande rien car jugé incapable, ou du moins pas encore capable. Alors il fait ce qu’il veut et un jour, « il rassembla tout ce qu'il avait et partit. » Il disparaît sans laisser de trace.
Où est la maman dans cette parabole ? Absente, semble-t-il. C’est peut-être pourquoi il n’y a pas de place pour les sentiments dans cette famille au début de son histoire. Il faut travailler. Ou bien elle est là , effacée, essayant silencieusement de freiner les conflits. Toujours est-il qu'on ne l'entend pas. Comme invisible. Quel dommage ! Le fils cadet, lui, ose faire du bruit : il claque la porte, et la vie continue. Celle où chaque enfant de la famille suivra son parcours sinueux vers lui-même et vers les autres.
Le carême nous invite au changement. Si celui-ci ne touche pas à notre vie telle qu’elle est, il sera sans effet, sans inspiration. Où en est ma situation personnelle, familiale, professionnelle ? Y a-t-il un changement auquel je suis invité ?


Méditation enregistrée dans un studio de RCF Bruxelles.


Frère Patrick Lens
couvent de Bruxelles

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

avatar
Titi

Date d'inscription : 28/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carême 2016

Message par Titi le Lun 7 Mar 2016 - 7:30

lundi 7 mars

carême dans la ville

La parole de Dieu

« Pas même un chevreau. »
Évangile selon saint Luc, chapitre 15, verset 29

La méditation

En route vers Jérusalem, Jésus raconte la parabole de l’enfant prodigue en s’adressant aux pharisiens. Ceux-ci s’irritent de la présence du mal dans le monde, du laxisme de certains responsables politiques et religieux, des gens qui vivent sans la loi. Perfectionnistes au parcours impeccable, les pharisiens ne sont-ils pas à l'image du fils aîné ?
Quand, après une vie de désordre, le frère cadet de retour à la maison est accueilli dans la joie, quelque chose chez l'aîné se brise et éclate. Pourquoi ce gamin est-il accueilli avec tant d’égards ? Moi, qui ne fais que travailler, où est ma récompense ? Il n’y a pas de justice. Ceux qui travaillent toute leur vie, finalement, ne reçoivent rien.
Le fils cadet, lui, ne doit même pas rendre de comptes. Il est accueilli comme un roi. Assurément, le père est miséricordieux, mais où est sa justice ? Il nous faudra le découvrir. Le fils aîné a toujours fait son devoir, servant son père dans les moindres détails, à l’écart. Mais ceux qui s’effacent ne reçoivent aucune attention. Combien ont expérimenté cette dure réalité ? Vis-à-vis de son père, l'aîné est amer : « Tu ne m’as jamais donné un chevreau pour faire la fête avec mes amis. » Il préfère un contrat clair plutôt qu'un partage de vie gratuit, sans calcul. La froideur d'une transaction plutôt que la chaleur d'une communion. « Tout ce qui est à moi est à toi », essaie encore le père. Mais le fils aîné ne veut plus entrer dans la maison paternelle. Cette fête ne sera pas la sienne.
Notre péché n'est pas forcément dans notre inconduite. N'est-il pas plutôt dans notre relation à Dieu quand nous le tenons à distance ?

Méditation enregistrée dans un studio de RCF Bruxelles.


Frère Patrick Lens
couvent de Bruxelles

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Titi

Date d'inscription : 28/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carême 2016

Message par Titi le Mar 8 Mar 2016 - 7:38

mardi 8 février

carême dans la ville

La parole de Dieu

« Il y a tant d’années que je suis à ton service
sans avoir jamais transgressé tes ordres. »
Évangile selon saint Luc, chapitre 15, verset 29

La méditation

Être en règle, être irréprochable, c'était l'idéal du fils aîné, l'accomplissement de la loi ! Mais le cœur n’y est pas. Son obéissance reste un devoir froid, sans vie. Et le Père se sent si seul. « Tout ce qui est à moi est à toi… » A-t-il jamais été compris par ses enfants ? A-t-il jamais été compris par ce fils aîné toute sa vie à ses côtés ? Quand son frère revient, le jugement de l'aîné est sans appel : la vie avec mon père est injuste, cherchons la consolation ailleurs. Serait-ce que servir son père rendrait triste ? Lui travaillait dans le domaine paternel, nous, nous travaillons dans la vigne du Seigneur. Notre foi nous rend-elle joyeux ?
Dans l'Évangile, un autre homme est reparti tout triste. Lui aussi irréprochable devant la loi. Quand Jésus lui rappelle les commandements, il répond : « Tout cela, je l’ai observé depuis ma jeunesse. »* Droiture parfaite, mais sans écoute, sans dialogue, sans intimité. Une observance sans faille, mais qui ne permet pas de rencontrer Dieu de l'intérieur. « Une seule chose te fait encore défaut : vends tout ce que tu as, distribue-le aux pauvres et tu auras un trésor dans les cieux. » Jésus ne lui donne pas un devoir de plus, mais une invitation à écouter son désir intime, à suivre sa soif d'une plus grande liberté : « Puis viens, suis-moi. »
Revenir en arrière, rembobiner le fil de sa vie n’est pas toujours facile. Cependant, la vie n’est pas un automatisme. La liberté fondamentale de l’homme demeure toujours intacte, de sorte que tu peux toujours changer de direction. « Suis-moi », dit Jésus et « entre dans la joie de ton Seigneur »**.

* Évangile selon saint Luc, chapitre 18, verset 21.
** Évangile selon saint Matthieu, chapitre 25, verset 21.
Méditation enregistrée dans un studio de RCF Bruxelles.


Frère Patrick Lens
couvent de Bruxelles

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

avatar
Titi

Date d'inscription : 28/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carême 2016

Message par Titi le Mer 9 Mar 2016 - 8:53

mercredi 9 mars

carême dans la ville


La parole de Dieu

« Il aurait bien voulu se remplir
avec ce que mangeaient les porcs. »
Évangile selon saint Luc, chapitre 15, verset 16

La méditation

Rappelons-nous qu’une parabole est une invitation à changer notre regard. Dieu serait-il injuste ? En fait, la justice de Dieu dépasse les mesures. En particulier, elle dépasse nos propres mesures. Une parabole ne parle pas d'abord de morale, alors n’y cherchons pas nécessairement un bon ou un mauvais. Une parabole ne parle pas d’une société idéale, alors ne la réduisons pas à ce que nous devrions faire ou non. Une parabole nous parle de Dieu et de la venue de son Royaume, lequel dépasse toutes nos pensées. Car Dieu est le Tout-Autre.
Cela justifie-t-il pour autant l’attitude du père, qui est l’image de Dieu, vis-à-vis de ses deux fils ? Aucun besoin de repentir pour le cadet ! Aucune récompense pour l’aîné, qui a toujours travaillé ! Encore une fois : où est la justice du père ? Le Père voit l’homme dans son néant. Le fils cadet termine sa carrière chez les porcs, l'animal impur. Il se trouve en terre païenne, forcément loin de la Terre promise, loin du bonheur promis, en dehors de la présence de Dieu. Descendant plus bas encore, au-dessous de l'animal impur, « il aurait bien voulu se remplir avec ce que mangeaient les porcs. » Mais, même cela, il ne l'obtient pas. Loin de Dieu, affamé, le voilà face à son néant. N’est-ce pas là le vrai problème pour le père ?
Aussi profond que soit le gouffre du fils cadet, son souvenir de la vie avec le père continue de l'appeler et de creuser en lui l'unique désir de vivre. Non pas survivre, mais vivre. Là où nous sommes, le Père nous voit et met en nous le désir d'une « vie en abondance »*. Quels mots, quelles paroles diraient aujourd'hui ma faim de vivre ?

* Évangile selon saint Jean, chapitre 10, verset 10.
Méditation enregistrée dans un studio de RCF Bruxelles.


Frère Patrick Lens
couvent de Bruxelles

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Titi

Date d'inscription : 28/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carême 2016

Message par Titi le Jeu 10 Mar 2016 - 8:46

jeudi 10 mars

carême dans la ville

La parole de Dieu

« Comme il était encore loin, son père l’aperçut
et fut saisi de compassion. »
Évangile selon saint Luc, chapitre 15, verset 20

La méditation

L’homme sans Dieu n’est ni rejeté, ni jugé. Il ne rend compte à personne. Seul, il est dans la pauvreté absolue. « Abandonné de tous »*, il n'est pourtant pas abandonné. Car son néant fait bouger les entrailles de Dieu comme celles d’une mère. « Une femme peut-elle oublier son nourrisson ? Même si elle l’oubliait, moi, je ne t’oublierais pas**. »
La parabole ne dit pas grand-chose des états d’âme du fils cadet sur le chemin du retour. Juste une parole : « Père, j’ai péché contre le ciel et envers toi. Je ne suis plus digne d’être appelé ton fils. » Une chose est sûre : le fils cadet s’est enrichi d’une expérience qui vaut toute une vie. Il a vu la joie du père alors qu'il était encore loin. Il a été saisi par la joie alors qu'il attendait des reproches. Le plus important pour le père n’est pas que le fils cadet ait gâché son héritage. Non, le plus important, c’est son retour. Il ne reçoit aucun jugement. Un mort qui revient à la vie, la merveille est là. La douleur de l'absence s'efface, la douleur de l'offense disparaît. Mon fils était mort, il est de nouveau vivant !
Où est la morale ? Où est la justice ? Elles existent encore. Mais la joie du retour est bien plus grande. La plupart d’entre nous connaissons nos péchés, car la vie nous instruit. Cependant, le pire des péchés est souvent ailleurs, dans notre méfiance vis-à-vis de Dieu, dans notre vision fausséeacute;e où Dieu ressemble plus à un juge qu’à un Père. C’est un vieux réflexe de méfiance envers Dieu. Bien peu d’entre nous avons vraiment fait l’expérience de la paternité de Dieu. Mais l’Esprit de Jésus nous l’enseignera.

* Livre d'Isaïe, chapitre 53, verset 3.
** Livre d'Isaïe, chapitre 49, verset 15.
Méditation enregistrée dans un studio de RCF Bruxelles.


Frère Patrick Lens
couvent de Bruxelles

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

avatar
Titi

Date d'inscription : 28/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carême 2016

Message par Titi le Ven 11 Mar 2016 - 7:55

vendredi 11 mars

carême dans la ville


La parole de Dieu

« Mon fils était mort et il est revenu à la vie. »
Évangile selon saint Luc, chapitre 15, verset 24

La méditation


« Je ne suis pas digne d'être appelé ton fils », dit le cadet quand il retrouve son père. Mais son père ne le laisse pas terminer sa phrase. Vite un vêtement nouveau ! Vite une bague à son doigt ! Il est son fils bien-aimé, quoi qu'il arrive, quoi qu'il fasse. Tout comme l'aîné. En y regardant de près, n'y a-t-il pas un lien de parenté entre chacun des deux enfants et Jésus ? Des fils à l'image du Fils ?
Le fils aîné réalise le projet de Dieu depuis les origines. Il mène une vie droite, fidèle et obéissante. En demeurant dans la maison familiale, il engage sa vie en réponse à l'appel du père. Père et fils qui devraient être unis dans l'Esprit. Sauf que l'Esprit dans la parabole manque. L'aîné s'éloigne. Non par une décision soudaine, mais parce que les habitudes de la vie prennent la première place sans nous conduire vers la charité. Elles perdent alors leur sens. Jésus est venu pour restaurer ce sens. Il nous donne la mission de transformer nos gestes coutumiers en événements. À nous de donner sens à notre vie en remplissant d'amour nos actes, nos paroles en devenant amour dans tout ce que nous sommes, dans tout ce que nous faisons. « J’aurais beau avoir toute la foi jusqu’à transporter les montagnes, s’il me manque l’amour, je ne suis rien. »* Tel est l'objectif fixé par le Père à ne jamais perdre de vue.
Le fils cadet s'éloigne du père pour aller dans le monde. Son père le voit partir, peut-être comme le Père du ciel voit son Fils partir dans le monde pour devenir homme. La croix est le passage où Dieu vit de l'intérieur la vie loin de tout. Par Jésus, Dieu sait ce que c'est d'être privé, d'être abandonné de tous. « Dieu abandonné de Dieu »**. Maintenant, il sait et ses entrailles en sont remuées.

* Première lettre de saint Paul aux Corinthiens, chapitre 13, verset 2.
** Lemaire Benoît, Thibon Gustave, L'expérience de Dieu avec Gustave Thibon, éd. Fides, p. 26.
Méditation enregistrée dans un studio de RCF Bruxelles.


Frère Patrick Lens
couvent de Bruxelles

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Titi

Date d'inscription : 28/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carême 2016

Message par Titi le Ven 11 Mar 2016 - 7:56

retraite avec les carmes

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Titi

Date d'inscription : 28/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carême 2016

Message par Titi le Sam 12 Mar 2016 - 7:50

La parole de Dieu

« Il fallait festoyer et se réjouir. »
Évangile selon saint Luc, chapitre 15, verset 32

La méditation

Dès le premier jour, l'Esprit de liberté est là et enveloppe le père. La parole de Kahil Gibran « vos enfants ne sont pas vos enfants » pourrait être aussi celle du père. Il veut ses enfants libres. Non des esclaves, mais des fils, debout face à lui. C'est pourquoi il fait le choix d'accéder au désir de son plus jeune fils quand celui-ci veut partir. Une folie. La même que celle de Dieu quand il crée l'homme. Le Père prend le risque de notre liberté, de notre histoire humaine, de ses erreurs, de ses errances et même de ses souffrances. Il prend ce risque parce qu'il sait qu'il aimera toujours ses enfants, quoi qu'il arrive, même s'il lui faut en souffrir. Il sait ou plutôt il espère qu'au bout du compte, ses enfants découvriront son cœur de Père. Un simple regard tourné vers lui suffit. Alors quand revient le prodigue, le père pardonne, sans attendre. À cet instant, lui seul est capable de l’aimer pleinement. Il efface d’une parole la dette du péché. D’un geste, il allège du poids de la faute son fardeau. Il offre à nouveau le trésor d’une liberté pleine et entière à son enfant humilié.
Le temps est venu de festoyer. Vite, tuons, non pas un chevreau, ce serait trop peu, mais un veau gras, l’animal gardé pour l’événement unique dans une vie. La fête préparée par le père a quelque chose de démesuré, de surabondant. Il n’est plus question de Miséricorde, car le passé est oublié. Il n’y a place que pour la fête, la joie d’aimer et d’être aimé, librement. Ce jour-là, Dieu nous surprendra par l’abondance de ses dons. Il nous remplira de sa présence. Le cadet gagne un nouvel héritage, sans prix, un père, son père, notre Père.

Méditation enregistrée dans un studio de RCF Bruxelles.


Frère Patrick Lens
couvent de Bruxelles

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Titi

Date d'inscription : 28/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carême 2016

Message par Titi le Dim 13 Mar 2016 - 20:03

dimanche 13 mars

carême dans la ville


La parole de Dieu

« Jésus est un ami, un ami qui nous aime éperdument,
de toute éternité, et qui ne cesse
de nous poursuivre de son amitié. »
Bienheureux Jean-Joseph Lataste

La méditation

Ah, personne n’a parlé comme cet homme ! Eh bien, disent les légistes, nous allons le coincer, ce rabbi. Soudain, les regards s’orientent vers un groupe étrange : bottes, cris, insultes, choc de pierres, larmes. Une femme est jetée au milieu, devant Jésus, et, miracle de l’amour, l’amante et l’Amant se reconnaissent, amour de chair et de charité. Regard et silence.
Les condamnateurs gênés se reprennent, les mains prêtes à lancer la pierre. Sur elle ? Sur lui ? Prise sur le fait : adultère, elle mérite la mort, c’est la loi. Toi, qu’en dis-tu ? Lui se tait. Je ne suis pas venu pour condamner mais pour sauver. Elle se tait. Si Dieu est pour nous, qui pourrait condamner* ?
Insistance des condamnateurs, ils ne sortiront pas d’ici sans avoir trouvé un motif de condamnation.
Jésus se redresse, maintenant à hauteur d’homme, les yeux baissés. Une parole pleine de douceur sort de sa bouche : « Que celui qui est sans péché lui jette le premier la pierre. »
À nouveau, il se baisse au niveau de la femme : communion d’amour et de peine. Des pas discrets comme un murmure effleurent le sol, devenant peu à peu une houle : ils partent tous, remués au plus profond d’eux-mêmes par ce regard d’une telle innocence. Leur cœur de pierre, dans leurs mains, devient cœur de chair.
Jésus se redresse, heureux, lumineux : « Femme, où sont-ils ? Personne ne t’a condamnée ? » « Personne, Seigneur. » Elle se redresse, les yeux brillants d’une joie neuve. Moi non plus je ne te condamne pas, je ne sais pas condamner, je suis venu sauver, comme toi je ne sais qu’aimer. Va, ne pèche plus.
L’amour a vaincu la haine. Le passé de l’homme endurci est devenu miel en son cœur, le repentir de l’épouse a supplanté la trahison, chacun se retrouve face à sa vérité et fait la paix avec soi-même et avec Dieu.
Hier n’est plus. Le pardon coule en source d’avenir ; aujourd’hui crée du neuf. Ce que j’aime, dit Dieu, c’est la Miséricorde. Elle a toujours le dernier mot.
Sœur Agnès de Jésus Marie

* Lettre de saint Paul aux Romains, chapitre 8, versets 31 et 34.
Méditation enregistrée dans un studio de RCF Besançon.


Fraternité du Bx Lataste

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

avatar
Titi

Date d'inscription : 28/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carême 2016

Message par Titi le Lun 14 Mar 2016 - 9:22

lundi 14 mars

carême dans la ville

La parole de Dieu

« Ah ! De grâce, mes frères, quoi que vous ayez fait,
quoi que vous fassiez, ne désespérez jamais
de la Miséricorde de Dieu. »
Bienheureux Jean-Joseph Lataste

La méditation

Amie de l’aube, jamais je ne t’appellerai « femme adultère ». Je refuse de te coller une étiquette, comme si tu n’étais que cela…
Tu souffres de cette souffrance qui a pour nom la honte. La honte, tu peux l’avoir traversée une heure, six mois, dix ans, elle laisse une trace indélébile en toi.
Un lycéen m’a, un jour, fait comprendre cette honte. Comme toi, sa vie intime a été jetée en pâture, comme toi, il a été mis à nu contre son gré. Lui sur les réseaux sociaux, toi dans le temple de Jérusalem, devant un aréopage de religieux.
Il me disait : « J’ai envie de raser les murs. Non, en fait, j’ai envie de me transformer en mur. » Voilà la honte : emmurer vivant.
Paralysante. Elle ôte les forces physiques et morales, telle est cette honte : mortifère.
Un regard bienveillant, délicat, pudique, aucune question qui pourrait te gêner, rien qui concerne ta vie intime, cette discrétion, nous essayons de la vivre au quotidien. Femme, où sont-ils donc ? Personne ne t’a condamnée ?
Dans ta chair vulnérable, tu entends alors la Parole : « Je vais ouvrir ton tombeau et je t’en ferai sortir. Je te ramènerai sur ta terre. La terre de l’innocence retrouvée, la terre de la réconciliation, te voilà enfin au milieu du temple véritable : le cœur de Dieu. Là, tu accueilles la vie, le don inouï de la Miséricorde.
Moi non plus, je ne te condamne pas. Va, et désormais ne pèche plus. »
Autrement dit, va et désormais crois au pardon sans limite, quoi qu’il arrive…
Amie de l’aurore, l’aube s’est levée, te voilà passée de la honte à la lumière. Pâque de Jésus-Christ. Car le Christ vivant est aussi le Christ de tes abîmes, et le Christ vivant de tes abîmes est aussi celui de ta résurrection.
Frère Jean-Michel Dunand, communion Béthanie

Méditation enregistrée dans un studio de RCF Maguelone (Montpellier)


Fraternité du Bx Lataste

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Titi

Date d'inscription : 28/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carême 2016

Message par Titi le Mar 15 Mar 2016 - 8:00

Mardi 15 mars 2016

carême dans la ville

La parole de Dieu

« L'humilité, la chasteté, la foi,
toutes les vertus sont chères au cœur de Dieu,
mais ce qu'il aime par-dessus tout, c'est d'être aimé. »
Bienheureux Jean-Joseph Lataste

La méditation

Dans les évangiles, deux femmes ont échappé à la lapidation. Nous connaissons le nom de la première : Marie de Nazareth. Son fiancé aurait pu la faire condamner ; Joseph ne l’a pas fait parce qu’il était un homme juste, ouvert au désir de Dieu et à son écoute.
La femme qu’on amène à Jésus n’a pas de nom ou plutôt elle a le mien et le vôtre. Elle peut être chacun de nous avec notre péché, nos refus d’aimer Dieu, les autres ou nous-mêmes, car le péché n’est rien d’autre !
Avec elle nous voici devant non pas un juste mais devant le seul juste, le seul qui peut nous rendre juste à ses yeux, nous ajuster ou nous réajuster à l’amour du Père miséricordieux, donnant ainsi une folle espérance aux plus abîmés, aux plus perdus, aux plus pécheurs. « Va et ne pèche plus » a toute cette signification : Va. Je ne te condamne pas. Je te fais confiance. J’espère en toi. Je t’aime.
Certains voudraient peut-être entendre un explicite : « Je te pardonne. » Mais non. L’absence de condamnation, l’envoi pour une vie nouvelle, là est le pardon. Que veut-on de plus ? La Miséricorde accueille, pardonne, espère.
Le bienheureux Jean Joseph Lataste l’a dit et montré aux 400 détenues de la Maison centrale de Cadillac. Son témoignage et ses paroles ont porté du fruit. Il a simplement prêché l’Évangile de la Miséricorde. Avec la Miséricorde, nous avons de quoi arrêter toutes les lapidations qui pourraient nous atteindre ou par lesquelles nous pourrions atteindre les autres. Lapidations non par les pierres, mais par les paroles jetées qui condamnent, excluent, calomnient, médisent.
Monseigneur Gérard Daucourt

Méditation enregistrée dans un studio de RCF Besançon.


Fraternité du Bx Lataste

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Titi

Date d'inscription : 28/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carême 2016

Message par Titi le Mer 16 Mar 2016 - 7:45

mercredi 16 mars

carême dans la ville

La parole de Dieu

« La main qui a relevé les unes
est la même qui a préservé les autres de tomber. »
Bienheureux Jean-Joseph Lataste

La méditation

Ce qu’ils veulent, c’est mettre Jésus à l’épreuve, pouvoir l’accuser. La situation de cette femme, sa conduite, son salut, tout cela leur importe peu. Car ce qui les scandalise vraiment, eux, les scribes et les pharisiens, ce n’est pas l’adultère de cette femme, c’est la prédication de Jésus. Cette prédication qui rappelle la place juste de la Loi, qui annonce un salut gratuit offert à tous, n’a que faire des mérites et des honneurs de ce monde. Cette prédication démasque le salut qu’ils professent, un salut réservé à une élite de « bons » croyants. Une nouvelle fois, les scribes et les pharisiens se rassemblent pour demander des comptes à Jésus.
Alors Jésus leur donne une double leçon. D’abord, il rappelle que nul n’est exempt de péché : « Celui d’entre vous qui est sans péché, qu’il soit le premier à lui jeter une pierre. » Remarque d’abord la poutre dans ton œil au lieu de te fixer sur la paille dans celui de ton voisin. Apprends aussi à aimer, non pas le péché, mais le pécheur. Le Christ est venu non pour les justes, les bien portants, mais pour les malades, les pécheurs. L’Église, reflet du visage du Christ est un hôpital de campagne, et non pas un tribunal ou un club privé. « Il est inutile de demander à un blessé grave s’il a du cholestérol ou si son taux de sucre est trop haut ! Nous devons soigner les blessures. Ensuite, nous pourrons aborder le reste », nous dit le pape François*. Laissons donc à terre la pierre que nous allions jeter peut-être. Recevons plutôt dans nos mains le baume de la Miséricorde pour guérir nos blessures et panser aussi celles de nos proches.
Frère Thomas-Marie Gilet.

* Entretien du pape François aux Revues culturelles jésuites, août 2013.
Méditation enregistrée dans un studio de RCF Lyon.


Fraternité du Bx Lataste

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

avatar
Titi

Date d'inscription : 28/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carême 2016

Message par Titi le Jeu 17 Mar 2016 - 7:33

jeudi 17 mars

carême dans la ville

La parole de Dieu

« L’homme n'a pas encore parlé
et déjà Dieu a tout compris, tout accordé
il n'a pas encore demandé et déjà il a tout reçu. »
Bienheureux Jean-Joseph Lataste

La méditation

Le peuple assoiffé boit Jésus. Et surprise ! Une femme va venir à lui, malgré elle, jetée à ses pieds, au milieu, par ses accusateurs, qui ne savent pas ce qu’ils font.
Jésus se tait et son corps s’abaisse : mystère de la Parole de Dieu faite chair. Jésus s’abaisse. Son corps, dans son silence enveloppant d’Amour, se fait tout petit aux pieds de la femme, plus bas qu’elle. La seule présence de Jésus parle, cœur à cœur, âme à âme, dans la vérité nue qui rend la femme à sa liberté : « Ne crains pas, je suis le Très-Bas, plus bas que toi, pour qu’en me relevant tu te relèves toi aussi ! »
Quand je suis en adoration devant Jésus-Eucharistie, la présence du ressuscité dans ce petit morceau de pain éclaire doucement, patiemment, mes zones d’ombre. Là, silencieux, il mendie et frappe à la porte de mon cœur. Il voit mon désir et défait imperceptiblement les nœuds de mon âme. Je bois à la source d’eau vive, je reviens à la vie.
Alors Jésus se redresse et il lui dit : « Femme, où sont-ils ? Personne ne t’a condamnée ? » La femme sent comme une eau vive couler sur elle, celle d’un regard qui relève, qui la renvoie à la vie, qui la libère du regard accusateur, du mensonge, et qui la rend à elle-même. Elle se redresse, sort de son silence et proclame sa foi : « Personne, Seigneur ! » Jésus lui dit : « Moi non plus je ne te condamne pas. Va, désormais ne pèche plus ! »
Et toi, où as-tu vu Jésus s’abaisser devant toi pour te relever ?
Sœur Marie-Emmanuelle.

Méditation enregistrée dans un studio de RCF Besançon.


Fraternité du Bx Lataste

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Titi

Date d'inscription : 28/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carême 2016

Message par Titi le Ven 18 Mar 2016 - 8:05

vendredi 18 mars

carême dans la ville

La parole de Dieu

« Dieu est le meilleur de nos amis, et pour un ami, tous les repentirs possibles ne valent pas un bon "je t’aime !" »
Bienheureux Jean-Joseph Lataste

La méditation

Au centre du cercle, au cœur du temple, voilà cette femme, accusée par les hommes du temple, menacée, condamnée bientôt. Sans comprendre ce qu’ils font, ils la placent au milieu, c’est-à-dire là où est Jésus, lui qui est « le milieu de nous », le cœur de nos relations, « l’entre nous », le cœur de Dieu, le point focal de la Miséricorde.
En la mettant au milieu de leur cercle pour l’accuser, les hommes du temple placent la femme en compagnie du Christ, et dans le même mouvement l’accusent, lui, implicitement, de désinvolture devant la loi de Moïse. Subrepticement, Jésus prend la place de la femme, de l’accusée, à tel point que bientôt c’est lui que l’on cherchera à lapider. Ce geste, il le fait avec chacun de nous. La non-condamnation de la femme est en même temps la non-condamnation des scribes et des pharisiens. Ils se sont jugés eux-mêmes, cela suffit. Au cœur de nos fautes, il est là, lui le défenseur. Il nous tient la main et reçoit l’offense à notre place. Jusqu’à la croix, où il a porté la condamnation pour nous en délivrer. Il faut se blottir près de lui, jusqu’à se glisser dans son côté ouvert pour recevoir la vie qu’il offre : « Moi non plus, je ne te condamne pas. »
Le Christ, aujourd’hui, te dit cela à toi. Ce faisant, il te fait naître à la vie. Il te crée du dedans. Il fait de toi, de ta chair, de ta peau, son temple. Dans le Saint des Saints que tu es, il n’y a pas de place pour la condamnation. Ni pour l’accusation.
Sœur Anne Lécu.

Méditation enregistrée dans un studio de RCF Besançon.


Fraternité du Bx Lataste

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Titi

Date d'inscription : 28/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carême 2016

Message par Titi le Ven 18 Mar 2016 - 8:08

retraite avec les carmes

semaine du dimanche 20 au samedi 26 mars

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Titi

Date d'inscription : 28/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carême 2016

Message par Titi le Sam 19 Mar 2016 - 8:18

samedi 19 mars

carême dans la ville


La parole de Dieu

«  Les plus grands pécheurs ont en eux
ce qui fait les plus grands saints.  »
Bienheureux Jean-Joseph Lataste
 
La méditation

À ma sortie de prison, j’avais très peur de dire d’où je venais et que l’on m’interroge sur mon passé. Peur d’être jugé. J’avais l’impression que les yeux du monde entier étaient fixés sur moi, comme sur la femme adultère, pour me condamner parce que j’avais failli à la perfection. Nul homme ou femme n’est parfait. Avoir été condamné à trente-deux ans de prison aux États-Unis fait-il de moi un pécheur pire que celui qui n’a pas connu la prison ? Le monde a le pouvoir de mettre notre corps en prison, mais il ne peut pas emprisonner notre âme. Mon âme appartient à Jésus-Christ, et je suis là pour le servir, fleurir là où j’ai été planté, là où je suis.
Surtout nous rappeler que nous sommes aimés, que je suis aimé. Le Christ a suffisamment aimé la femme adultère pour ne pas la condamner. Jésus lui a pardonné comme il m’a pardonné, à moi, et comme il pardonne à qui vient à lui. Dieu, dans son infinie Miséricorde, désire et peut pardonner au plus endurci des pécheurs. Son pardon et sa Miséricorde ne dépendent de rien, sinon qu’on vienne à lui. Même lorsque notre péché est si grand que — nous semble-t-il — nous sommes au-delà de toute possibilité de rédemption, Dieu nous prend par la main pour nous amener au salut.
Comme la femme adultère, nous sommes dans une situation de grande sainteté, dépouillés de tout, de l'extérieur, pour marcher main dans la main avec Jésus. C’est à moi et à moi seul de prendre la décision de suivre Jésus. La Miséricorde est à ma portée, ouverte à tous.
Et maintenant, mon frère, ma sœur, mon cœur est libre, mon âme est dans la joie à la pensée que la Miséricorde divine s’est répandue sur moi, et de même que la femme adultère a été pardonnée, moi aussi, j’ai reçu la grâce de Jésus. J’en suis plein de gratitude. Que Dieu vous bénisse tous !
Robert Gonzalez, opl


Fraternité du Bx Lataste

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Dernière édition par Titi le Mar 22 Mar 2016 - 8:03, édité 1 fois
avatar
Titi

Date d'inscription : 28/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carême 2016

Message par Titi le Dim 20 Mar 2016 - 8:10

dimanche 20 mars

Carême dans la ville


La parole de Dieu

«  Père, si tu le veux, éloigne de moi cette coupe ;
cependant, que soit faite non pas ma volonté,
mais la tienne.  »
Évangile selon saint Luc, chapitre 22, verset 42
 
La méditation

Nous n’aimons pas la soumission, elle sonne mal à nos oreilles ; elle semble contraire à notre liberté, à notre dignité ! Souvent, même, nous lui préférons la domination, même si notre fond chrétien sait que celle-ci est la conséquence du péché.
En tout cas, pour affronter la jungle des relations de notre monde, nous tentons souvent un équilibre entre les deux sur une ligne de crête périlleuse. « Ni domination, ni soumission » (peut-être le slogan de l’honnête homme du XXIe siècle !).
Malheureusement, le maintien de cette stratégie du « ni-ni » ne dépend pas que de la bonne volonté de chacun. Selon les rencontres, les psychologies, les blessures, la situation ou la philosophie du milieu dans lequel nous sommes, nous nous trouvons tantôt dominés, tantôt dominants… Ce n’est pas agréable, mais la jungle est la jungle et elle ne connaît que la loi du plus fort.
Même l’Évangile semble nous présenter ce diptyque : d’un côté, Jésus, le jour des rameaux, dominant la ville et le peuple de Jérusalem, est accueilli comme un roi par des vivats. D’un autre côté, peu de temps après, devenu faible, il est conspué et mis à mort violemment par ce même peuple… Dominant-dominé : une fatalité !?
Mais voilà que la révélation de Dieu comme Père met fin à cette impasse : certes, face aux réalités si puissantes qu’il affronte, chaque être humain ressent sa fragilité, mais alors qu’il est tenté de sombrer dans les voies du désespoir ou de l’orgueil, il découvre que le regard de Dieu est celui d’un Père qui veut faire Miséricorde. En confiant sa vie, avec ses misères, à celui-là seul qui la respecte et qui l’a créée, non seulement l’être humain ne perd rien de sa dignité, mais il brise toute crainte d’être écrasé par un autre. Jésus qui entre à Jérusalem ne domine pas le peuple, Jésus qui pleure à Gethsémani n’est pas écrasé. C’est toujours Jésus, fils unique du Père des Miséricordes, qui, dans la foule comme dans la solitude, se laisse façonner par « ce que veut le Père » (la Miséricorde) et nous entraîne à sa suite dans ce même amour. Veux-tu marcher avec lui ?

Méditation enregistrée dans les studios de Radio Saint Louis (Martinique)


Frère David Macaire
Archevêque de Saint-Pierre
et Fort-de-France (Martinique)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Titi

Date d'inscription : 28/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carême 2016

Message par Titi le Mar 22 Mar 2016 - 8:06

lundi 21 mars

carême dans la ville

La parole de Dieu

« Marie ayant pris une livre d’un parfum de nard pur,
de grand prix, oignit les pieds de Jésus,
et elle lui essuya les pieds avec ses cheveux ;
la maison fut remplie de l’odeur du parfum. »
Évangile selon saint Jean, chapitre 12, verset 3

La méditation

L’instinct féminin de Marie ne l’a pas trompée : guidée par l’Esprit d’amour, elle pose l’acte qu’il faut, où il faut et quand il faut. À la veille de la Pâque, ce geste de la disciple bien-aimée, celle qui avait « choisi la meilleure part », résume prophétiquement le salut de chacun de nous. C’est un geste d’amour personnel, intime, mais il est en même temps un témoignage qui se répand dans toute la maison jusqu’à nous. Alors que certains y verraient une idolâtrie méprisable aux relents machistes, Marie pose un acte d’authentique adoration. Judas et ceux qui lui ressemblent crient au gâchis, mais elle touche la vérité et la beauté suprêmes que les plus grands philosophes et les prophètes les plus éminents avaient cherchées depuis des siècles. En se mettant au pied de Jésus, Marie les surpasse tous. Elle touche le ciel.
Son geste d’humilité, voire d’humiliation, est une consécration à la seule personne qui peut en être digne : celui qui, par sa mort et sa résurrection, va lui donner de devenir fille du Père éternel. Cette onction de nard pur est son baptême à elle, son plongeon dans la mort du Fils : la pauvre fille trempe les pieds de Jésus dans son parfum, mais c’est du sang de son bien-aimé qu’elle sera ensuite couverte au pied de la croix. Cette femme a tout compris. Pour resplendir de beauté et respirer enfin l’air pur du bonheur, pour laver sa misère, pour être regardée et touchée par le Dieu des Miséricordes, il n’y a qu’un moyen : se donner à Jésus. Par lui, avec lui et en lui, le Père fait Miséricorde.


Méditation enregistrée dans les studios de Radio Saint Louis (Martinique)


Frère David Macaire
Archevêque de Saint-Pierre
et Fort-de-France (Martinique)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Titi

Date d'inscription : 28/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carême 2016

Message par Titi le Mar 22 Mar 2016 - 8:09

mardi 22 mars

Carême dans la ville

La parole de Dieu

« Au cours du repas que Jésus prenait avec ses disciples,
il fut bouleversé en son esprit, et il rendit ce témoignage :
“Amen, amen, je vous le dis : l’un de vous me livrera.” »
Évangile selon saint Jean, chapitre 13, verset 21

La méditation

Peut-on échapper à la volonté du Tout-Puissant ? Visiblement oui, puisque Judas, malgré sa proximité avec Jésus, se laisse tenter par le diable. La tentation a donc des tentacules surprenants et terribles : au cœur de la sainte Cène, au cœur d’un des apôtres choisis par Jésus, la voilà qui fait son œuvre. Cela peut nous faire peur, surtout si on se souvient qu’au début de son ministère, Jésus lui-même, au désert, fut tenté par l’ennemi. Sans succès, certes, mais si le tentateur n’a pas hésité à s’en prendre à lui, qu’adviendra-t-il de nous, pauvres pécheurs ?
On doit admettre que cette réalité reptilienne de notre quotidien est, sinon voulue, en tout cas permise par Notre Père des cieux. Mais alors, pourquoi Dieu, qui veut le bien, peut-il laisser traîner un peu partout en ce monde les serpents perfides dont la morsure fait si mal à notre âme ? Prend-il plaisir à voir ses enfants survivre dans la peur permanente d’être tentés et de chuter ?
Non. Car il a mis en place un plan d’amour plus grand encore, plus parfait, plus complet. Ce plan d’amour se rit des tentations démoniaques et compatit aux chutes humaines conscientes ou inconscientes. Mieux encore, le projet divin se sert des trahisons elles-mêmes pour accroître au maximum sa tendresse et ancrer définitivement les âmes dans la paix. Ce plan se nomme : la Miséricorde. Les tentations sont terribles, elles peuvent nous faire ponctuellement trahir la volonté de Dieu et nous entraîner bien bas, mais la Miséricorde du Père les surpasse. Elle utilise notre péché lui-même pour nous sauver. Nos trahisons ne font que le révéler davantage.
Si Judas avait su ! Et nous qui maintenant savons, quoi qu’il arrive, gardons toujours solidement le bouclier de la foi en la Miséricorde de Dieu.

Méditation enregistrée dans les studios de Radio Saint Louis (Martinique)


Frère David Macaire
Archevêque de Saint-Pierre
et Fort-de-France (Martinique)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Titi

Date d'inscription : 28/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carême 2016

Message par Titi le Mer 23 Mar 2016 - 8:03

mercredi 23 mars

carême dans la ville

La parole de Dieu

« Judas, celui qui le livrait, prit la parole :
“Rabbi, serait-ce moi ?” Jésus lui répond :
“C’est toi-même qui l’as dit !” »
Évangile selon saint Matthieu, chapitre 26, verset 25

La méditation

Une chose est de bénéficier de la Miséricorde divine, de sentir sur soi le tendre regard du Père qui veut par tous les moyens nous faire Miséricorde (qu’il est doux, n’est-ce pas, de se laisser porter par le bon berger, de se laisser consoler de nos égarements, petits et grands, de brebis perdues…). Mais autre chose est de faire nous-mêmes Miséricorde à ceux qui ont planté un couteau dans notre dos et dans notre cœur…
Le petit dialogue entre Jésus et Judas est impressionnant : le Seigneur adresse la parole avec une telle sérénité à celui qui va le trahir, causer sa passion et sa mort ! Sa Parole est dure, mais elle est une sonnette d’alarme empreinte de Miséricorde pour celui qui se trouve déjà comme empli du diable. Elle est comme une anti-tentation, un avertissement pour remettre sur le bon chemin. De notre côté, la Miséricorde dont nous bénéficions appelle l’autre Miséricorde, celle dont nous sommes les acteurs. C’est une constante de l’histoire du salut : le Bon Dieu ne se contente jamais d’être un distributeur de grâces, il fait de ceux qui bénéficient de ses largesses des partenaires. Sa Miséricorde est dynamique ; elle met en mouvement et transforme celui ou celle qui l’a expérimentée. L’Esprit de fils que nous avons reçu remodèle en nous la ressemblance filiale défigurée par le péché. Misericordes sicut Pater (miséricordieux comme le Père), les fils reçoivent le don d’aimer ceux qui leur veulent du mal. Sans être Dieu, sans être jamais nous-même tout à fait purs, nous devenons miséricordieux comme le Père est miséricordieux ; nous pardonnons comme il pardonne.

Méditation enregistrée dans les studios de Radio Saint Louis (Martinique)


Frère David Macaire
Archevêque de Saint-Pierre
et Fort-de-France (Martinique)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


avatar
Titi

Date d'inscription : 28/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carême 2016

Message par Titi le Jeu 24 Mar 2016 - 7:56

jeudi 24 mars

La parole de Dieu

«  Sachant que l’heure était venue pour lui
de passer de ce monde à son Père, Jésus, ayant aimé les siens
qui étaient dans le monde, les aima jusqu’au bout.  »
Évangile selon saint Jean, chapitre 13, verset 1
 
La méditation

Le plan de Dieu est simple : faire de nous ses fils et ses filles. Merveilleuse entreprise du Dieu amour qui veut restaurer la ressemblance initiale défigurée par le vieil homme. Ainsi, tout le ministère de Jésus consiste à faire en sorte que l’homme nouveau agisse comme lui et aime comme lui. Pour cela, il nous a aimés jusqu’au bout, jusqu’au sacrifice de sa vie dont nous faisons mémoire à chaque eucharistie.
L’orgueil humain est malheureusement capable de s’affranchir de tout et d’abord de Dieu. Il est le virus le plus répandu, le plus dangereux et le plus tenace de nos cœurs… Tout péché, même le plus mignon, s’enracine dans un acte d’orgueil : un moment où nous refusons, les yeux dans les yeux, l’amour et l’intelligence divine et choisissons de suivre notre propre désir. C’est pour cela que le Fils de l’homme a pris le chemin de l’abaissement pour sauver ceux que l’orgueil a perdus : il s’abaisse en prenant chair. Il s’abaisse en lavant les pieds de ses disciples. Il s’abaisse en livrant son corps et en versant son sang. Il s’abaisse et cet abaissement n’est qu’amour pour les hommes qu’il vient toucher et consécration à la volonté du Père. Il s’abaisse, mais c’est pour être élevé plus tard au-dessus des cieux. Il s’abaisse pour que, même si nous sommes tombés bien bas, avec lui nous soyons élevés au rang des vrais adorateurs et des vrais frères. Il s’abaisse jusqu’à nos lèvres et nous devenons ce que nous recevons.

Méditation enregistrée dans les studios de Radio Saint Louis (Martinique)




Frère David Macaire
Archevêque de Saint-Pierre
et Fort-de-France (Martinique)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Titi

Date d'inscription : 28/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carême 2016

Message par Titi le Ven 25 Mar 2016 - 8:00

vendredi 25 mars

carême dans la ville

La parole de Dieu

« Quand il eut pris le vinaigre, Jésus dit :
“Tout est accompli.”
Puis, inclinant la tête, il remit l’esprit. »
Évangile selon saint Jean, chapitre 19, verset 30

La méditation

Élevé sur la croix entre ciel et terre, Jésus meurt aujourd’hui. Rien n’est plus laid, esthétiquement comme moralement, que cet événement. Pourtant, c’est par ce signe que Dieu a voulu se faire connaître au monde, c’est en donnant sa vie pour ceux qu’il aime que Jésus est allé au bout de l’amour. Son obéissance sauve le monde par la croix.
Ce signe puissant et bouleversant est au centre de la vie chrétienne et au centre de la vie du monde. Par la mort de Jésus, l’amour du Père des Miséricordes est répandu, la vie du Fils unique jaillit, l’Esprit est remis.
On parle peu de l’action de l’Esprit saint dans la passion du Christ. Et pourtant, c’est lui qui conduit invisiblement chaque événement du ciel et de la terre vers son accomplissement. Il est tout particulièrement présent au moment où le Christ meurt dans un acte d’amour suprême pour le Père miséricordieux et pour les pécheurs. Toujours présent lorsque le mystère de Dieu se déploie, le Saint-Esprit donne à Jésus de souffrir sa Passion dans l’amour.
Les méchants eux-mêmes, en mettant en œuvre leurs desseins funestes, n’ont pas empêché l’Esprit d’accomplir ce que Dieu veut : la Miséricorde et non le sacrifice.
Mais ce n’est pas uniquement Jésus qui fut ce jour-là conduit par l’Esprit. Au Golgotha, c’est toute l’histoire, toutes nos histoires personnelles qui, par l’Esprit, passent par la mort vers la vie ! Depuis lors, la Trinité tout entière bénit ceux qui entrent dans la volonté du Père et accueillent la croix « au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit ».

Méditation enregistrée dans les studios de Radio Saint Louis (Martinique)


Frère David Macaire
Archevêque de Saint-Pierre
et Fort-de-France (Martinique)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Titi

Date d'inscription : 28/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carême 2016

Message par edelweiss le Ven 25 Mar 2016 - 16:06

Merci Titi pour les méditations.
Plus personne ne parle du carême. Aujourd'hui c'est vendredi saint et pas un mot nul part. Notre Seigneur mort par amour pour nous sur la croix le grand oublié.

La croix laisse devant une indifférence totale. Le vendredi saint est juste le jour de départ en vacances pour les 3 jours ou alors le jour d'invitation à des banquets pour les associations.
avatar
edelweiss

Date d'inscription : 17/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carême 2016

Message par Titi le Sam 26 Mar 2016 - 8:28

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] a écrit:Merci Titi pour les méditations.

Avec plaisir Edelweiss Smile

samedi 26 mars

Carême dans la ville

La parole de Dieu

« Les femmes trouvèrent la pierre roulée
sur le côté du tombeau. Elles entrèrent,
mais ne trouvèrent pas le corps du Seigneur Jésus. »
Évangile selon saint Luc, chapitre 24, versets 2 & 3

La méditation

Il n’y a pas grand-chose à faire aujourd’hui. À Jérusalem, c’est le sabbat, la commémoration hebdomadaire du repos divin. Après que tout a été accompli, Dieu s’est reposé. De même, le Fils de l’homme repose au tombeau. L’œuvre du salut, plus admirable encore que l’œuvre de la création, mérite ce grand calme du Samedi saint. Seul le repos apaise le cœur. L’Église aussi, comme les disciples, attend, les yeux fermés.
De fait, il n’y a pas grand-chose à voir dans la nuit. Les saintes femmes attendront le jour pour visiter et embaumer le corps de celui qu’elles aiment, mais le spectacle risque d’être bien triste dans la pénombre du tombeau, elles se dépêcheront. Et pourtant, seule cette nuit permet de voir… Il n’est pas prévu qu’elles s’attardent, elles se tairont, car la mort semble avoir le dernier mot. D’ailleurs, il n’y a pas grand-chose à dire ce matin. Tout a été dit : le Verbe est venu, le Verbe est né, le Verbe a parlé, le Verbe a souffert, le Verbe est mort… Qu’ajouter encore à la plénitude de la révélation ? Seul le silence permet d’entendre.
Rien à faire, rien à voir et rien à dire : le mouvement de l’histoire est comme arrêté. Mais celui du cœur et de l’esprit est d’autant plus en ébullition. Et si repos, nuit ou silence sont une ambiance de mort pour certains, ils signalent le temps de l’espérance pour d’autres. Ceux qui croient que, dans le repos, la vie entre en mouvement ; que la lumière jaillit de la nuit et qu’un cri de victoire viendra transpercer le silence. Tout est en devenir : la vie arrive, le règne de la Miséricorde arrive.

Méditation enregistrée dans les studios de Radio Saint Louis (Martinique)


Frère David Macaire
Archevêque de Saint-Pierre
et Fort-de-France (Martinique)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Titi

Date d'inscription : 28/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carême 2016

Message par Titi le Lun 28 Mar 2016 - 10:25

Dimanche 27 mars

Carême dans la ville

La parole de Dieu

«  C’est alors qu’entra l’autre disciple,
lui qui était arrivé le premier au tombeau.
Il vit, et il crut.  »
Évangile selon saint Jean, chapitre 20, versets 8
 
La méditation

Il l’a voulu ! Il l’a attendu depuis le péché des origines, depuis la création, peut-être même de toute éternité, ce moment de victoire définitive sur le mal, cet instant où sa créature sera rendue aussi belle que possible à son image.
Les prophètes en avaient parlé, les Écritures l’avaient annoncé, viendrait le jour où tout mal et tout péché, et même la mort, seraient vaincus.
Ce que Dieu veut, ce n’est pas la mort, mais la vie. Il ne veut ni le péché, ni la condamnation, mais le pardon et le salut. C’est la Miséricorde qu’il veut et il la réalise par son Fils bien-aimé Jésus-Christ. Et voilà qu’en ce matin de Pâques, une fois pour toutes, la misère des hommes, la condamnation, sont vaincues par la résurrection de celui qui a aimé jusqu’au bout.
Aujourd’hui, Dieu veut mettre un comble à notre joie. Désormais, la source de la grâce est sans limite, ouverte en tout temps pour tous ceux qui ont soif. « Tout est accompli » dans le Christ et le bain de la Miséricorde est prêt pour la multitude. Il ne reste donc qu’à y plonger et à y demeurer fidèlement. Alors s’ouvrira le temps de l’humanité nouvelle, le temps de l’Église, le peuple sanctifié dans la louange et les « Alléluias » par les sacrements du salut.
Et comme sa Miséricorde ne trouve son accomplissement que dans une alliance personnelle avec chacun de nous, notre libre réponse individuelle viendra répondre à la libre initiative divine de répandre largement ses grâces. Allons ! Approchez-vous, tous les boiteux, tous les sourds, tous les aveugles, tous les pauvres et tous les impurs… sanctifiez le saint nom du Dieu qui vous aime. Faites mémoire en tout temps de la Miséricorde illimitée manifestée en ce jour.
Enfin, lorsque, un à un, ses enfants seront revenus de la mort à la vie, du péché au salut, alors s’accomplira la Miséricorde que Dieu veut. Et la fête n’aura pas de fin. Alléluia !

Méditation enregistrée dans les studios de Radio Saint Louis (Martinique)


Frère David Macaire
Archevêque de Saint-Pierre
et Fort-de-France (Martinique)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Titi

Date d'inscription : 28/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carême 2016

Message par Titi le Lun 28 Mar 2016 - 10:30

Retraite avec les Carmes

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Titi

Date d'inscription : 28/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Carême 2016

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum