La Sainte Trinité

Aller en bas

La Sainte Trinité Empty La Sainte Trinité

Message par Invité le Ven 30 Oct 2009 - 18:41

Petite révision de catéchisme... en toute pédagogie, avec le professeur Spirago ! Smile


La Très Sainte Trinité



1. La Sainte Trinité est un Dieu en trois personnes.
Les trois personnes s'appellent : Père, Fils et Esprit Saint.


2. Il nous est impossible avec notre faible raison de comprendre cette vérité, on l'appelle donc le mystère de la Sainte Trinité.

Cependant nous pouvons au moyen de la raison éclairée par la foi, arriver à une connaissance très utile des mystères, en considérant certaines analogies de la nature...

Le soleil se voit au ciel, dans l'eau et dans le miroir ; on voit donc trois soleils quoiqu'il n'y en ait qu'un.
Le rayon blanc peut se décomposer en rouge, jaune et bleu ; il est donc à la fois un et triple.
Le globe lumineux du soleil, les rayons qui en émanent, et la chaleur produite par eux, sont trois choses en une.
L'Eglise ne dit pas trois personnes sont une personne, mais trois personnes sont une seule substance. Ceux qui croient cela impossible, blasphèment ce qu'ils ignorent. (St Jude 10)


3. Les trois personnes divines ont en commun, la substance, les qualités et les oeuvres.

Il n'y a donc pas trois dieux, mais un Dieu seulement. Le Père est donc bien un autre que le Fils, parce qu'il diffère quant à la personne ; mais il n'est pas un autre être, parce qu'il n'y a pas une autre substance.
Chaque personne est donc aussi éternelle, omnisciente, toute-puissante, parfaite que l'autre.
La création du monde, la Rédemption, et la Sanctification de l'humanité ont donc été accomplies par les trois personnes en commun.
Néanmoins, on a coutume de dire : Dieu le Père a créé le monde ; Dieu le Fils a sauvé les hommes ; Dieu le Saint Esprit les sanctifie.


4. Les trois personnes divines ne se distinguent que par leur origine.

Le tronc de l'arbre sort de la racine et le fruit vient des deux ; il en est de même des trois personnes divines.
Le Père n'a pas d'origine et ne procède d'aucune autre personne ; mais le Fils procède du Père et l'Esprit Saint procède de l'un et de l'autre.
Le Saint Esprit procède du Père et du Fils comme la chaleur vient du soleil et du rayon (St Thomas d'Aquin), comme le fruit vient à la fois de la racine et du tronc (Tertullien).

Cette différence d'origine est la raison pour laquelle on attribue au Père, les oeuvres de la Toute-Puissance, au Fils celles de la Sagesse, à l'Esprit Saint, celles de la Bonté.


5. La Sainte Trinité nous a été révélée par les paroles de Jésus-Christ.

Jésus-Christ a ordonné à ses apôtres au moment de son Ascension, d'aller, d'enseigner toutes les nations, et de les baptiser au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit (St Matthieu 18,19)


6. La foi en ce mystère est professée publiquement dans le signe de la croix, dans le symbole des Apôtres, dans le Baptême et les autres sacrements, dans les consécrations et bénédictions, et par la fête de la Sainte Trinité.

Ce mystère est en effet le fondement de la religion chrétienne. Sans lui, il est impossible de concevoir la Rédemption par le Fils de Dieu.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

La Sainte Trinité Empty Re: La Sainte Trinité

Message par Invité le Ven 30 Oct 2009 - 21:36

http://www.salve-regina.com/Theologie/trinite_marmion.htm


Il n’y a en Dieu qu’une seule intelligence, une seule volonté, une seule puissance, parce qu’il n’y a qu’une seule nature divine ; mais aussi, il y a distinction de personnes.
Cette distinction résulte des opérations mystérieuses qui s’accomplissent dans la vie intime de Dieu et des relations mutuelles qui dérivent de ces opérations.
Le Père engendre le Fils, et le Saint-Esprit procède du Père et du Fils. " Engendrer, être Père " est la propriété exclusive de la première personne ; " être Fils " est la propriété personnelle du Fils, tout comme " procéder du Père et du Fils par voie d’amour " est la propriété personnelle du Saint-Esprit…

Mais, à part ces propriétés et ces relations, tout est commun aux trois personnes et indivisible entre elles : même intelligence, même volonté, même sagesse, même puissance, même majesté, parce que la même nature divine indivisible est commune aux trois personnes.

Voilà ce que nous pouvons connaître des opérations intimes en Dieu.

Pour ce qui regarde les œuvres " extérieures ", les actions qui s’accomplissent, [selon notre façon de parler], en dehors de Dieu, soit dans le monde matériel, comme l’action de diriger toute créature vers sa fin, soit dans le monde des âmes, comme l’action de produire la grâce, elles sont communes aux trois personnes divines. Pourquoi cela ? Parce que la source de ces opérations, de ces œuvres, de ces actions, est la nature divine, et que cette nature est, pour les trois personnes, une et indivisible ; la sainte Trinité agit dans le monde comme une seule cause unique.

Mais Dieu veut que les hommes reconnaissent et honorent non seulement l’unité divine, mais aussi la Trinité de personnes. C’est pourquoi l’Eglise, par exemple dans sa liturgie, attribue à telle personne divine certaines actions qui se produisent dans le monde et qui, bien que communes aux trois Personnes, ont un rapport spécial ou une intime affinité avec la place, si je puis ainsi parler, qu’occupe telle personne dans la sainte Trinité, avec les propriétés qui lui sont particulières et exclusives.

Ainsi, le Père étant la source, l’origine, le principe des deux autres personnes, – sans que cela implique chez le Père supériorité hiérarchique ou priorité de temps, – les œuvres qui sont produites dans le monde et par lesquelles se trahit surtout le caractère d’origine sont attribuées au Père. Par exemple, la création, par laquelle Dieu a tiré l’univers du néant. Nous chantons dans le Credo : " Je crois en Dieu le Père Tout-Puissant, créateur du ciel et de la terre ". Le Père aurait-il plus de part, manifesterait-il plus de puissance dans cette œuvre que le Fils et le Saint-Esprit ? Non, ce serait une erreur de le croire ; le Fils et l’Esprit-Saint agissent en cela tout autant que le Père, car Dieu opère au dehors par sa toute-puissance, et la toute-puissance est commune aux trois personnes. – Pourquoi alors la sainte Eglise parle-t-elle de la sorte ? Parce que, dans la sainte Trinité, le Père est la première personne, le principe sans principe, d’où procèdent les deux autres personnes ; c’est là sa propriété personnelle, exclusive, qui le distingue du Fils et du Saint-Esprit, et c’est pour que nous n’oubliions pas cette propriété, que les actions " extérieures " qui, par affinité de nature, la mettent en relief, sont attribuées au Père.

De même en est-il pour la personne du Fils. Il est, dans la sainte Trinité, le Verbe, qui procède du Père par voie d’intelligence ; il est l’expression infinie de la pensée divine ; il est surtout considéré comme Sagesse éternelle. – C’est pourquoi les œuvres dans la réalisation desquelles brille surtout la sagesse lui sont attribuées.

De même enfin, pour l’Esprit-Saint. Qu’est-il dans la sainte Trinité ? Il est le terme ultime des opérations divines, de la vie de Dieu en lui-même ; il clôt, pour ainsi parler, le cycle de la vie divine intime ; il est l’achèvement dans l’amour : c’est sa propriété personnelle de procéder à la fois du Père et du Fils par voie d’amour. C’est pourquoi, tout ce qui est œuvre d’achèvement, de perfection, tout ce qui est œuvre d’amour, d’union et par conséquent de sainteté, – car notre sainteté se mesure à notre degré d’union à Dieu, – est attribué au Saint-Esprit. Est-ce qu’il sanctifie plus que le Père et le Fils ? Non, l’œuvre de notre sanctification est commune aux trois personnes divines ; mais, encore une fois, comme l’œuvre de la sainteté dans l’âme est une œuvre de perfectionnement, d’achèvement, d’union, elle est attribuée au Saint-Esprit, parce que, de cette façon, nous nous souvenons plus aisément des propriétés personnelles du Saint-Esprit, pour l’honorer et l’adorer dans ce qui le distingue du Père et du Fils.

Dieu veut, pour ainsi dire, que nous ayons autant à cœur d’honorer sa Trinité de personnes, que d’adorer son unité de nature ; et c’est pourquoi il veut que, même dans son langage, l’Eglise rappelle à ses enfants, non seulement qu’il n’y a qu’un seul Dieu, mais qu’il est aussi en trois Personnes.

C’est là ce qu’on appelle en théologie l’appropriation. Elle a son fondement dans la Révélation ; elle est employée par l’Eglise, elle a pour but de mettre en relief les attributs propres à chaque personne divine. En mettant ainsi en relief ces propriétés, elle nous les fait connaître, elle nous les fait aimer davantage. Saint Thomas dit que c’est pour aider notre foi que l’Eglise, suivant en cela la Révélation, garde cette loi de l’appropriation : Ad manifestationem fidei. Durant toute l’éternité, notre vie, notre béatitude sera de contempler Dieu, de l’aimer, de jouir de lui, tel qu’il est, c’est-à-dire dans l’unité de sa nature et la Trinité de ses personnes. Quoi d’étonnant que Dieu, qui nous prédestine à cette vie et nous prépare cette béatitude, veuille que, dès ici-bas, nous nous souvenions de ses perfections divines, autant de celles de sa nature que des propriétés qui distinguent les personnes ? Dieu est infini et digne de louange dans son unité, il l’est également dans sa Trinité ; et les personnes divines sont aussi admirables dans l’unité de nature qu’elles possèdent d’une façon indivisible, que dans les relations qu’elles ont entre elles et qui fondent leur distinction.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum