Si le désir de Dieu est continu,la priere le sera aussi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Si le désir de Dieu est continu,la priere le sera aussi

Message par Francesco le Jeu 17 Jan 2008 - 20:48

[quote]P. Cantalamessa : Si le désir de Dieu est continuel, la prière sera aussi continuelle

Homélie du dimanche 21 octobre

ROME, Vendredi 19 octobre 2007 (ZENIT.org) – Nous publions ci-dessous le commentaire de l’Evangile du dimanche 21 octobre, proposé par le père Raniero Cantalamessa OFM Cap, prédicateur de la Maison pontificale.

Evangile de Jésus Christ selon saint Luc 18, 1-8

Jésus disait une parabole pour montrer à ses disciples qu'il faut toujours prier sans se décourager: « Il y avait dans une ville un juge qui ne respectait pas Dieu et se moquait des hommes.
Dans cette même ville, il y avait une veuve qui venait lui demander : 'Rends-moi justice contre mon adversaire.'
Longtemps il refusa ; puis il se dit : 'Je ne respecte pas Dieu, et je me moque des hommes, mais cette femme commence à m'ennuyer : je vais lui rendre justice pour qu'elle ne vienne plus sans cesse me casser la tête.' »
Le Seigneur ajouta : « Écoutez bien ce que dit ce juge sans justice !
Dieu ne fera-t-il pas justice à ses élus, qui crient vers lui jour et nuit ? Est-ce qu'il les fait attendre ?
Je vous le déclare : sans tarder, il leur fera justice. Mais le Fils de l'homme, quand il viendra, trouvera-t-il la foi sur terre ? »

© Copyright AELF - Paris - 1980 - Tous droits réservés.

Il leur dit une parabole sur la nécessité de prier

L’Evangile commence ainsi : « Jésus disait une parabole pour montrer à ses disciples qu'il faut toujours prier sans se décourager ». Il s’agit de la parabole de la veuve importune. A la question : « Combien de fois faut-il prier ? », Jésus répond : toujours ! La prière, comme l’amour, ne supporte pas le calcul des « fois ». Se demande-t-on peut-être combien de fois par jour une maman aime son enfant, ou un ami son ami ? On peut aimer à des degrés différents mais pas à des intervalles plus ou moins réguliers. Il en est de même pour la prière.

Cet idéal de prière continuelle s’est réalisé de différentes manières, aussi bien en Orient qu’en Occident. La spiritualité orientale l’a mis en pratique avec la prière à Jésus : « Seigneur Jésus Christ, aie pitié de moi ! ». L’Occident a formulé le principe d’une prière continuelle, mais de manière plus souple, afin qu’il puisse être proposé à tous et pas seulement à ceux qui choisissent explicitement la vie monastique. Saint Augustin dit que l’essence de la prière est le désir. Si le désir de Dieu est continuel, la prière est également continuelle, alors que si le désir intérieur est absent, on peut crier sans fin, pour Dieu, c’est comme si on était muet. Mais ce désir secret de Dieu, fait de souvenir, de besoin d’infini, de nostalgie de Dieu, peut rester vivant, même si l’on est contraint à faire autre chose : « Prier longuement ne signifie pas rester longtemps à genou ou les mains jointes, ou parler beaucoup, mais plutôt susciter un élan du cœur continuel et pieux, vers celui que nous invoquons ».

Jésus nous a donné lui-même l’exemple de la prière continuelle. On dit de lui, dans les Evangiles, qu’il priait le jour, à la tombée de la nuit, tôt le matin, et qu’il passait parfois la nuit entière en prière. La prière était ce qui unissait toute sa vie.

L’exemple du Christ nous fait toutefois comprendre une autre chose importante. Il est illusoire de penser pouvoir prier sans cesse, faire de la prière une sorte de respiration constante de l’âme également au milieu des activités de tous les jours, si l’on ne réserve pas aussi à la prière des temps fixes, pendant lesquels on s’y consacre en faisant abstraction de toute autre préoccupation. Le Jésus que nous voyons prier sans cesse est aussi celui qui, comme tout autre juif de l’époque, s’arrêtait trois fois par jour - au lever du soleil, l’après-midi au cours des sacrifices du temple, et au coucher du soleil - , se tournait vers le temple de Jérusalem et récitait les prières rituelles dont le Shema Israel (Ecoute Israël). Le jour du Sabbat il participait lui aussi, avec ses disciples, au culte dans la synagogue, et divers épisodes de l’Evangile se déroulent précisément dans ce contexte.

L’Eglise a fixé, elle aussi, dès qu’elle a commencé à exister, un jour spécial à consacrer au culte et à la prière : le dimanche. Nous savons tous malheureusement ce qu’est devenu le dimanche dans notre société ; le sport, et en particulier le foot, qui était un facteur de divertissement et de détente, est devenu un facteur qui empoisonne le dimanche… Nous devons faire tout notre possible afin que ce jour redevienne, comme il l’était dans les intentions de Dieu lorsqu’il commanda le repos festif, un jour de joie sereine qui renforce notre communion avec Dieu et entre nous, dans la famille et la société.

Les paroles que le martyr Saturnin et ses compagnons adressèrent en 305 au juge romain qui les avait fait arrêter pour avoir participé à la réunion dominicale, sont un encouragements pour nous, chrétiens modernes : « Le chrétien ne peut vivre sans l’Eucharistie dominicale. Ne sais-tu pas que le chrétien existe pour l’Eucharistie et l’Eucharistie pour le chrétien ? »


_________________

Francesco
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 11/01/2008

http://forumarchedemarie.forumperso.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum