Le livre d`Attali et le Nouvel Ordre Mondial

Aller en bas

Le livre d`Attali et le Nouvel Ordre Mondial Empty Le livre d`Attali et le Nouvel Ordre Mondial

Message par MichelT le Mer 17 Aoû 2011 - 19:12

Une brève histoire de l’avenir par Jacques Attali (2006) pourrait bien décrire le plan des élites (judéo-maconiques) pour le 21e siècle.

Juif français (il a récemment déclaré au Congrès juif européen que la population juive mondiale doit augmenter de 200 millions), Attali est un technocrate de haut niveau travaillant à la mise en place du Nouvel Ordre Mondial.

Jacques Attali a un CV des plus variés. Pendant dix ans il a travaillé comme conseiller de l’ancien président français François Mitterrand. En 1980, il a lancé le programme européen Eurêka (un grand programme européen sur les nouvelles technologies qui a inventé, entre autres, le MP3).

En 1991, il co-fonde la Banque européenne pour la reconstruction et le développement. Il est également à l’origine de la réforme de l’enseignement supérieur, connue sous le nom de LMD, qui vise à uniformiser tous les diplômes européens.

Il a publié plus de 50 livres, vendant plus de 6 millions d’exemplaires à travers le monde. Ils comprennent une biographie élogieuse du banquier Siegmand Warburg.

Il a également écrit une biographie enthousiaste de Karl Marx, arguant que ce dernier était un partisan du libre échange qui était en faveur du capitalisme comme tremplin vers son idéal communiste, et a prédit la mondialisation telle que nous la connaissons aujourd’hui (le Nouvel Ordre Mondial).

Dans « Une brève histoire de l’avenir » Attali prédit que ce siècle va se dérouler en trois phases distinctes.

1. Super-empire = Une ère de privatisation où les grandes sociétés règnent. Il écrit, « l’argent va enfin se débarrasser de tout ce qui le menace-y compris les États-nations, qu’il va progressivement démanteler. » Le marché va devenir la seule loi reconnue mondialement. Un système de pouvoir dont « les structures restent insaisissables, mais dont le but est mondial. »

2. Hyperconflit = Le super-empire va imploser et il y aura une période de chaos dans le monde entier. À partir de 2030 environ, Attali prévoit »des guerres dévastatrices, opposant les nations, les groupes religieux, des entités terroristes, et les pirates du libre-marché les uns aux autres. »

3. Hyperdémocratie (2060) = Epuisée par les guerres et les bouleversements sociaux l’opinion publique mondiale accueillera à bras ouverts « la création d’un gouvernement démocratique mondial« . Ce sera un système collectiviste, tous travaillant vers le « bien commun ».

La sexualité Illuminati

Dans l’avenir, les gens ne s’engageront plus et ne créeront plus de familles. »Le couple ne sera plus le fondement principal de la vie et de la sexualité. [Les gens] préfèront choisir, en toute transparence, l’amour polygame ou polyandre. »

La force motrice de cette tendance est la technologie qui soustrait les jeunes au contrôle parental. La première d’entre elles a été la radio, ce qui a permis aux jeunes:
« De danser en dehors des salles de bal, et donc de ne plus être sous la coupe parentale-libérant la sexualité, les ouvrant à toutes sortes de musiques, du jazz en passant par le rock, et annonçant donc l’entrée des jeunes dans le monde de la consommation, du désir, et de la rébellion. »

Une culture dominée par les médias va créer une population égocentrique qui « sera seulement fidèle vis-à-vis d’elle-même. »

Avec des partenaires qui ne s’accouplent plus pour procréer, « le monde ne sera plus qu’une juxtaposition de solitudes, et l’amour une juxtaposition de masturbations. »

L’objectif des élites est d’obtenir du sexe sans amour afin de contrôler la reproduction. Attali écrit qu’au XXe siècle, la société « a cherché à éliminer le rôle reproducteur de la sexualité en rendant artificielle la maternité, à l’aide de méthodes de plus en plus sophistiquées, les pilules, les accouchements prématurés, la fécondation in vitro, les mères porteuses. »

Dans l’avenir, la société « ira même jusqu’à dissocier la reproduction et la sexualité. La sexualité sera le royaume du plaisir, la reproduction celui des machines. »

Les générations futures « fabriqueront l’être humain comme un objet sur-mesure, dans un utérus artificiel, qui permettra au cerveau de continuer à développer avec des caractéristiques choisies à l’avance. L’être humain sera donc devenu un objet commercial. »

Surveillance

Attali dresse le tableau d’une société de surveillance qui ferait grimacer la Stasi.
Même nos machines à laver comploteront contre nous, tandis que le « conditionnement des produits alimentaires, les « clothing vehicles », et articles de ménage vont devenir « communicatifs ».

Nous vivrons avec des robots qui sont ne sont pas dignes de confiance.
« Les robots domestiques deviendront universels dans la vie quotidienne. Ils seront également en permanence connectés à des réseaux de haut rendements dans l’ubiquité nomade. Ils fonctionneront comme aide domestique, comme moyens auxiliaires pour personnes handicapées ou âgées, en tant que travailleurs et membres des forces de sécurité. Ils deviendront des « gardiens ». »

Toutes nos données seront collectées par les entreprises de sécurité publiques et privées. La principale forme de surveillance seront les appareils de divertissement portatifs. L’embryon de ceci aujourd’hui, c’est l’iPhone qui envoie des données à la NSA.

« L’objet nomade unique sera traçable de façon permanente. Toutes les données qu’il contient, y compris des images de la vie quotidienne de chacun, seront stockées et vendues à des entreprises spécialisées et aux services de police publics et privés. »

A partir de 2050, ces machines auront évolué en ce qu’Attali appelle des « machines d’auto-surveillance » qui permettront à chacun de suivre son propre respect des normes.

Nous surveillerons notre consommation d’eau, d’énergie et de matières premières. Nous aurons même la « possibilité de mesurer, en permanence ou périodiquement, les paramètres de [notre] propre corps. »

« Les puces électroniques, sous-cutanées, enregistreront sans cesse le rythme cardiaque, la pression artérielle, et le taux de cholestérol. Des microprocesseurs connectés à différents organes observeront leur fonctionnement par rapport aux normes. »

Vivant dans l’insécurité et de façon chaotique, nous serons dépendants des compagnies d’assurances pour la sécurité. Ces entreprises feront en sorte que leurs clients « se conforment aux normes afin de minimiser les risques… Elles en arriveront progressivement à dicter des normes planétaires (Que manger? Savoir? Comment conduire? Comment se protéger? Comment consommer? Comment produire?) »

Ces sociétés seront impitoyables.

« Elles pénaliseront les fumeurs, les buveurs, les obèses, les inaptes au travail, les mals protégés, les agressifs, les insouciants, les maladroits, les distraits, les prodigues. L’ignorance, l’exposition aux risques, le gaspillage, et la vulnérabilité seront considérées comme des maladies. »

Les prisons seront progressivement remplacées par une surveillance à distance d’une personne en résidence surveillée.

Immigration

Les flux migratoires s’étendront et submergeront les Etats-nations. « La Grande-Bretagne va devenir un pays d’accueil majeur, en particulier pour les citoyens des pays d’Europe centrale. Ces derniers accueilleront à leur tour des travailleurs ukrainiens, eux-mêmes remplacés par les Russes, qui seront eux-mêmes remplacés par de vastes populations chinoises. »

Les pays résistants apprendront qu’un afflux de population est « la condition de leur survie. » Dans un passage sinistre, Attali parle de hordes en provenance du tiers monde submergeant l’Ouest.

« Des masses de plus en plus nombreuses vont se précipiter aux portes de l’Occident. Ils sont déjà des centaines de milliers chaque mois; ce chiffre passera à plusieurs millions, puis à des dizaines de millions« .

Les États-Unis seront la destination la plus populaire et « En vingt ans, les populations hispaniques et afro-américaines seront près de constituer une majorité aux États-Unis. »

Le nomadisme va également devenir la norme à l’Ouest, « de plus en plus de gens quitteront un pays pour s’installer dans un autre: il n’y aura bientôt plus de dix millions d’entre eux changeant de pays chaque année. »

Notre principale motivation sera l’argent, mais beaucoup s’en iront parce qu’ils sont dégoûtés par leur patrie.

« Ils ne voudront plus dépendre d’un pays dont ils rejettent le régime fiscal, la législation, et même la culture. Et aussi afin de disparaître complètement, de vivre une autre vie. Le monde sera donc de plus en plus rempli de gens qui sont devenus anonymes de leur propre gré, ce sera comme un carnaval où tout le monde – la liberté ultime! – Aura choisi une nouvelle identité pour lui ou elle même« .

L’avenir des Etats-Unis

Le dollar restera prédominant au moins jusqu’en 2025, quand les bailleurs de fonds étrangers vont commencer l’abandonner et que « la pyramide du crédit, fondée sur la valeur du logement américain, va s’effondrer. »

Les États-Unis commenceront alors à ce désagréger, la violence et le chaos en résulteront. Attali déclare, « Ce ne sera pas l’Afrique de demain qui ressemblera un jour à l’Ouest d’aujourd’hui, mais l’Occident tout entier qui pourrait demain évoquer l’Afrique d’aujourd’hui. »

Les États-Unis devront alors remanier leur gouvernement afin de reprendre le contrôle.

« Les États-Unis pourraient alors devenir une social-démocratie de style scandinave, ou une dictature – et peut-être même l’une après l’autre. Ce ne serait pas la première fois qu’une telle surprise se produit: le premier leader a avoir appliqué les principes nécessaires pour sortir de la crise de la [dernière] dépression a été Mussolini, et le second Hitler. Roosevelt est seulement arrivé en troisième position. »

A mesure que le chaos et la violence engloutiront le monde, le christianisme et l’islam se renforceront. La région de la ceinture de la Bible aux Etats-Unis du Sud se mobilisera et pourrait dominer la politique des États-Unis.

« Les États-Unis vers 2040 pourrait alors succomber à la tentation théocratique, explicite ou implicite, sous la forme d’un isolationnisme théocratique dans lequel la démocratie ne serait plus qu’une ombre »

Ce mouvement chrétien pourrait être utilisé dans une guerre contre un Islam mobilisé, qui affaiblirait sans doute et discréditerait les deux religions.

Une alliance internationale chrétienne « pourrait fort bien former des alliances ici et là avec des pirates laïques et des trafiquants d’armes, de femmes et de drogues. »

Cette alliance affrontera « en face à face l’islam – et la lutte sera acharnée. Ils défendront les chrétiens dans les pays où ils sont minoritaires, comme au Liban, en Syrie, en Irak. »

Avant la fin du siècle les États-Unis se désintégreront et seront sous l’autorité d’un gouvernement mondial collectiviste.
Source: henrymakow
Jeudi 23 Décembre 2010

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


MichelT

Date d'inscription : 06/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Le livre d`Attali et le Nouvel Ordre Mondial Empty Re: Le livre d`Attali et le Nouvel Ordre Mondial

Message par MichelT le Mer 17 Aoû 2011 - 19:42

CONVICTIONS POLITIQUES

Il avait commencé à exprimer ses convictions politiques radicales dès les années 70. Dans Économie de l’utopie, paru en 1974, il explique que « seule la stratégie économique chinoise est le modèle à suivre. (...) Celle-ci est basée sur la propriété collective des moyens de production, sur l’égalitarisme économique... ». En 1977, il publie un livre prophétique où il applique cette « économie de l’utopie » à la France.

Dans La nouvelle économie française Attali annonce que « quand commencera le XXIe siècle, la France sera devenue une filiale des États-Unis d’Amérique ou la matrice d’une nouvelle forme de progrès. »

Ces deux livres constituent la source théorique de la politique « hyper-socialiste », de nationalisation et de développement de l’État providence, menée au début du premier mandat de Mitterrand.

C’est au cours de ces quelques années que sont mises en pratique, les convictions profondes de Jacques Attali. Alors qu’on aurait pu y voir, simplement, l’échec flagrant d’une politique anachronique, la France servait, en fait, de cadre expérimental, et le peuple français de cobaye, à l’instauration, quelques décennies plus tard, du nouvel ordre mondial socialiste.

La stratégie d’Attali de faire jouer à la France le rôle de matrice socialiste était un leurre. Il savait pertinemment qu’il orchestrait, sous contrôle des autorités internationales, le sacrifice de la France, à titre expérimental, mais aussi afin d’accélérer son déclin économique, politique et culturel.

À la fin des années 70, la France avait encore un poids et une influence trop importants. Son âme survivait sur les décombres de l’esprit patriotique gaullien. La crise de Mai 68, déclenchée et amplifiée par les services secrets étasuniens en réponse directe aux velléités d’indépendance monétaire de De Gaulle (qui voulait convertir ses dollars en or, et briser ainsi l’hégémonie des États-Unis), n’avait pas réussi à briser suffisamment l’orgueil français. Il fallait une crise économique structurelle pour mettre la France à genoux. Le tandem Attali-Mitterrand s’y employa. Grâce au désastre économique qu’ils ont provoqué, la France pouvait alors être intégrée, très modestement, sans exigence excessive, dans une Union Européenne libérale parfaitement alignée avec les États-Unis.

LA PHASE CAPITALISTE DOIT ALLER JUSQU’À SON TERME,
AFIN DE DISSOUDRE TOUTES LES STRUCTURES TRADITIONNELLES.

Dans le domaine socioculturel, on peut dire d’Attali qu’il est freudo-marxiste. Sa vision des phénomènes sociaux s’inspire directement de Wilhelm Reich qui fut le premier à réaliser une synthèse de Freud et de Marx. Dans « l’économie sexuelle » de Reich, « la psychanalyse est la mère, la sociologie est le père ». Bien qu’Attali se dise croyant, ce que nous développerons un peu plus loin, il considère, comme Reich, qu’il faut laisser libre court à la sexualité naturelle, qu’il encourage même en prédisant la banalisation de toutes les déviances sexuelles. Il anticipe par exemple des relations impliquant des adultes et des « dommages d’enfants ».

Attali, tout comme Reich, sait que la licence sexuelle qu’il prône est une arme de dissolution puissante pour s’attaquer à la cellule familiale, au sentiment national, et à la sensibilité mystique.
Reich a écrit : « Une organisation naturelle de la vie sexuelle sonnerait le glas de la sensibilité mystique sous toutes ses formes ».

HISTOIRE DU FUTUR

Attali dissimule difficilement sa conception néo-marxiste du système socio-économique idéal. Même s’il continue à invoquer des arguments libéraux par pragmatisme (notamment dans le récent rapport de la Commission pour la libération de la croissance française, qu’il a lui-même dirigé), conscient que la phase capitaliste doit aller jusqu’à son terme, afin de dissoudre toutes les structures traditionnelles.

Parallèlement, il révèle, tout de même, « sa claire vision » de l’avenir et « son » plan de manière explicite : suppression des frontières, mélange des peuples et des civilisations, déracinement universel, instauration d’un gouvernement mondial.

Dans l’émission Riposte sur France 5, il annonce presque ouvertement la grande révolution communiste planétaire : « Je suis entièrement d’accord avec Besancenot (porte-parole de la Ligue Communiste Révolutionnaire) s’il était candidat au gouvernement mondial, j’en ai déjà débattu avec lui, son programme est certainement tout à fait respectable, mais il ne peut pas être appliqué autrement qu’à l’échelle mondiale. »

Dans son dictionnaire du XXIe siècle, il parle d’« éveiller une conscience de l’unité planétaire », formule très nouvel âge qui cache en fait simplement une volonté d’internationalisation, d’uniformisation et de contrôle global. Il invite d’ailleurs clairement chaque « sédentaire à faire table rase du passé, à oublier ses traditions ancestrales, à rejeter tout ce qui pouvait le lier à sa communauté d’origine, qu’elle soit nationale, ethnique ou spirituelle. »

Dans Une brève histoire de l’avenir, il précise : « Tout humain deviendra un être sans père ni mère, sans antécédents, sans racines ni postérité, nomade absolu. » Voici un résumé de sa vision du futur.

« Les forces du marché prennent en main la planète. Ultime expression du triomphe de l’individualisme (.,.), l’argent en finira avec tout ce qui peut lui nuire, y compris les États, qu’il détruira peu à peu.

Même les États-Unis d’Amérique succomberont, vers 2035, à la suite d’une très longue bataille, en plein milieu d’une grave crise écologique. Vaincus par les marchés financiers et la puissance des grandes entreprises, épuisés financièrement et politiquement, les États-Unis cesseront de gérer la planète, restant toutefois la puissance majeure d’un monde devenu provisoirement polycentrique.

Puis, vers 2050, le marché, devenu la loi unique du monde, formera ce que je nommerai l’hyperempire, insaisissable et planétaire, créateur de richesses marchandes et d’aliénations nouvelles, de fortunes et de misères extrêmes, la nature y sera mise en coupes réglées ; tout sera privé, y compris l’armée, la police et la justice.

L’être humain sera alors harnaché de prothèses, avant de devenir lui-même un artefact, vendu en série à des consommateurs devenant eux-mêmes artefacts.

De nouveaux objets de consommation majeurs apparaîtront, que je nomme des surveilleurs, permettant de mesurer et contrôler la conformité aux normes : chacun deviendra son propre médecin, professeur, contrôleur.

L’auto-surveillance deviendra la forme extrême de la liberté et la peur de ne pas satisfaire à des normes en sera la limite. Quiconque voudra ne pas faire connaître ses appartenances, ses mœurs, son état de santé ou son niveau de formation, sera a priori suspect. Des compagnies d’assurances, devenues régulateurs du monde, y fixeront les normes auxquelles devront se plier les États, les entreprises et les particuliers. Les ressources se feront plus rares, les robots plus nombreux.

Chacun se verra proposé d’être auto-réparé, puis de produire des prothèses de lui-même, et enfin d’être clone. L’avènement de l’hyperempire, dirigé par des hypernomades au détriment des sédentaires, conduira chacun à devenir le rival de tous. On se battra pour le pétrole, pour l’eau, pour conserver un territoire, pour le quitter, pour imposer une foi, pour en combattre une autre, pour détruire l’Occident, pour faire régner ses valeurs. Des dictatures militaires, confondant armées et polices prendront le pouvoir. Une guerre plus meurtrière que les précédentes, un hyperconflit cristallisant tous les autres, pourrait éclater, anéantissant l’humanité.

À moins que, vers 2060 au plus tôt,

de nouvelles forces déjà à l’œuvre aujourd’hui prennent le pouvoir mondialement, sous l’empire d’une nécessité écologique, éthique, économique, culturelle et politique et qu’elles rendent possible la naissance d’une intelligence universelle, mettant en commun les capacités créatrices de tous les êtres humains, pour les dépasser. Ce sera l’avènement de l’hyperdémocratie. »

Et, bien qu’il ne le précise pas encore pour l’instant, l’instauration d’un communisme global dirigé par une oligarchie théocratique, à la tête de laquelle trônera le nouveau messie, ou plutôt l’antéchrist.

Cette brève histoire de l’avenir est éloquente. Attali annonce officiellement la création du Nouvel Ordre Mondial. Ce qu’il précise par ailleurs, c’est que ce Nouvel Ordre Mondial doit pouvoir exercer, le cas échéant, une domination implacable. Ce qui a le mérite d’être clair quant à la nature totalitaire du nouveau régime planétaire.

Les questions que l’on est en droit de se poser sont les suivantes : D’où vient l’inspiration de celui qui avait prévu, comme il le rappelle fièrement, le basculement géopolitique du monde vers le Pacifique, l’instabilité financière du capitalisme, l’émergence des bulles financières et plus récemment l’apparition du tsunami financier, les enjeux du climat, l’avènement du téléphone portable et d’Internet, entre autres « prémonitions » ?

D’où lui vient cette claire voyance prophétique ? Quelle(s) forces l’animent ? Quels intérêts sert-il fondamentalement ?
Jacques Attali nous donne, lui-même, quelques réponses dans un entretien au Monde des religions.

Il explique sa méthode de travail : « En préparant mes livres, je me demande ce que le judaïsme pense sur le sujet. » Issu d’une famille ultra talmudique, il affirme « étudier les textes juifs et voir un maître une fois par mois. (Avec ce Rabbin) chaque année nous abordons un nouveau thème, motivé par mes curiosités d’écrivain. »

Il reconnaît donc implicitement que c’est bien l’égrégore judaïque qui l’inspire et qui s’exprime à travers ses prophéties.

Dans cet entretien, il explique ses conceptions religieuses et métaphysiques :

« Je ne crois pas en une religion particulière : ma foi est abstraite et ma culture est juive ».

Cette phrase est la matrice du Nouvel Ordre Mondial sur le plan spirituel, avec tout ce qu’elle contient de mensonge et de contradiction.


Elle articule, d’un côté, l’œcuménisme du nouvel âge, qui doit amener à l’établissement d’une seule religion mondiale, dirigée par un messie, reconnu par tous (ce que Jan Van Rickenborg avait annoncé, il y a déjà longtemps dans Démasqué), de l’autre, l’idée que le judaïsme n’est plus une religion concrète, matérialiste, ni même exclusiviste.

Attali oppose sa foi abstraite et sa culture juive, comme si le judaïsme n’avait aujourd’hui plus rien de religieux.

Dans un discours sur Les juifs en France, Attali dit pourtant, au sujet du monothéisme juif, que « monothéisme et juif c’est la même chose, puisque le monothéisme est d’origine juive ».

Cette formule lapidaire est claire, pour lui, les trois grandes religions monothéistes sont juives.

Du christianisme il dit : « Pour moi Jésus est un très grand prophète juif. Il développe et met au jour ce qui existe déjà dans la théologie juive : l’amour de son prochain et l’universalité de Dieu. On peut donc être pleinement juif et suivre la pensée de Jésus. Au fond, la seule chose qui distingue vraiment les juifs des chrétiens, leurs héritiers, c’est que pour les juifs, « Il » viendra, et que pour les chrétiens, « Il » reviendra. »

Il évoque une autre différence majeure, qu’il feint de regretter, alors que c’est ce qui a assuré la force du judaïsme jusqu’à aujourd’hui sur le plan matériel : « Dans le judaïsme, le scandale, c’est la pauvreté. Dans le catholicisme, le scandale c’est la richesse. »

Il sait bien que si, je le cite, « les firmes essentielles d’aujourd’hui sont des propriétés juives » (Les Juifs, le monde et l’argent) c’est grâce à cette divergence dogmatique.

ISLAM, BRAS ARMÉ DU JUDAÏSME
En ce qui concerne l’islam, Attali est particulièrement élogieux :

« L’islam est d’une certaine façon la religion parfaite, dans la mesure ou c’est une religion sans histoire, transcendante et universelle, dans l’abstraction totale, avec un Dieu dénué du moindre anthropomorphisme. Une abstraction du judaïsme et du christianisme de l’époque.

Les rabbins ont tout de suite accepté l’islam comme un monothéisme, le plus pur, même, disait Maimonide. »

Avec ce plaidoyer, Attali nous montre la place centrale que l’islam va jouer dans l’instauration de l’ordre mondial.

Dans un premier temps, l’islam, unanimement admise comme grande religion, va servir de moteur migratoire, et donc de vecteur de dissolution des anciennes structures.

En Europe, par exemple, la question de l’intégration de la Turquie en est la parfaite illustration. Attali y est évidemment très favorable notamment parce que, selon lui, « La France, en raison de ses choix géopolitiques antérieurs, est une nation musulmane ».

L’Islam doit permettre de faire disparaître les vieilles communautés nationales de l’Europe, de brouiller les sentiments identitaires et de déraciner moralement la population de souche.

Dans Europe(s), en 1994, Attali avait déjà prévenu :

« Il faudrait que l’Europe s’accepte non plus comme un club chrétien, mais comme un espace sans frontières, depuis l’Irlande jusqu’à la Turquie, du Portugal à la Russie, de l’Albanie à la Suède, qu’elle privilégie culturellement le nomade par rapport au sédentaire, la tolérance par rapport à l’identité, bref la multi-appartenance par rapport à l’exclusion. »

Si Attali fait l’apologie d’un islam moderne, c’est qu’il sait parfaitement le rôle qui lui est conféré pour aujourd’hui et pour demain. Il sait que fondamentalement, l’islam ne reconnaît de gouvernement que théocratique, et que pour lui le monde est un vaste champ de conquête, un territoire de la guerre, où l’objectif est d’instituer des républiques islamiques. C’est cette radicalité qui sera instrumentalisée lors de la venue du faux messie universel.

La nouvelle religion mondiale disposera alors de la force inquisitrice de l’islam pour imposer son pouvoir totalitaire.

MEDIUM DE L’AGE NOIR

En parfaite connaissance de cause, Jacques Attali, expose et impose « le plan » des autorités planétaires. Sans scrupules, semble-il, il organise la chute de la France dans l’âge noir. Lorsque son Dictionnaire du XXIe siècle fait miroiter une paix universelle, c’est pour mieux faire accepter les nouvelles épidémies, la technologie noire (bio et nano), l’artificialisation de l’environnement, la guerre totale contre la conscience.

EN PARFAITE CONNAISSANCE DE CAUSE, JACQUES ATTALI,
EXPOSE ET IMPOSE « LE PLAN » DES AUTORITÉS PLANÉTAIRES.


Lorsqu’Attali « invente », ou plutôt exprime et ordonne la stratégie de la France pour s’adapter à l’évolution du monde, le citoyen lambda est tenté de croire en sa bonne volonté, en sa loyale intention de défendre l’intérêt de la France avant tout.

Malheureusement, on commence sérieusement à en douter lorsque l’on apprend que ses points de vue sont opposés lorsqu’il est question d’Israël.

Pour la France, il prône l’ouverture des frontières et le métissage mais, en ce qui concerne Israël, il se dit ouvertement inquiet de la dilution de la judaïté. Nul doute qu’il est favorable à l’affirmation et au renforcement de l’influence des juifs dans le monde, ce qui est évidemment incompatible avec la défense des intérêts de la France.

Dans une interview récente dans laquelle on interrogeait Attali sur le fait d’être un surdoué, il raconte une expérience marquante qu’il a vécue à l’École Polytechnique.

Il passait une épreuve de maths de 6 heures. Au bout d’une demi-heure environ, la difficulté était telle que personne ne pouvait même commencer à rédiger une ligne. Alors tout le monde s’est tourné vers lui, il a senti « un basculement » intérieur, et tout lui est apparu clairement. Il a obtenu la note de 19/20, tous les autres ont eu moins de 3/20.

C’est à partir de ce moment précis qu’il a commencé à ressentir une réelle supériorité par rapport aux autres.

Du point de vue occulte - il ne le dit pas évidemment - c’est le moment où il est entré sous le contrôle total de son être aurai, qui devait, dès lors, lui servir d’intermédiaire entre la haute hiérarchie judaïque et sa propre personnalité.

C’est à ce moment précis de doute et de solitude qu’il a définitivement choisi de signer le pacte qui le condamnerait à servir inlassablement son égrégore, en échange du pouvoir et de la reconnaissance qui sont les siens.

Il est donc sorti Major de Polytechnique obtenant des résultats sans précédent. Sa carrière était désormais toute tracée, sous la bénédiction des intelligences planétaires et des lobbies les plus influents de la planète. Il est donc devenu depuis une sorte de médium des puissances occultes qui régissent le plan terrestre. Il accompagne le mouvement de décadence en toute connaissance de cause.

Lorsque son dernier rapport comporte 316 décisions, c’est plus qu’un clin d’œil à sa communauté. L’hébreu se lisant de droite à gauche, il faut comprendre 613, comme les 613 articles que compte le Talmud, ou plus exactement comme les 316 commandements donnés à la France par l’ordre mondial.

Les « gentils français » disposant d’un peu de pouvoir, et qui pourraient y voir quelque chose de choquant, savent maintenant, pour la plupart, que c’est très sérieux et non négociable. Le gouvernement français, tout comme la junte birmane, savent à quoi s’en tenir. Attali, en bon talmudiste, n’est pas dupe.

Attali est chargé de veiller à ce que la prison soit bien gardée. Alors, contrairement à ce que déclare Jean Pierre Elkabbach, le président d’Europe 1, Attali n’est pas « le prophète qui nous donne une chance de nous en sortir ». Il est le médium de l’Age Noir qui, par ses visions hypnotiques, mène sciemment les masses vers leur perdition, sur l’autel de son dieu unique, bel et bien exclusif.

Alexandre Sintile, V.I.T.R.I.O.L

BARUCH LEVI ECRIVIT À KARL MARX CES MOTS PEU CONNUS QUI VALENT LA PEINE D’ETRE REPRODUITS :

Le peuple juif, en tant que collectivité, sera son propre Messie. Sa domination sur le monde sera réalisée par l’union des autres races humaines, l’élimination des frontières et des monarchies, qui sont les bastions du particularisme, et par la constitution d’une république mondiale, au sein de laquelle les juifs jouiront partout de leurs droits
.

Dans cette nouvelle organisation de l’humanité, les fils d’Israël, présentement disperses dans le monde entier, pourront sans obstacle devenir partout l’élément dirigeant, surtout s’ils parviennent à placer les masses ouvrières sous le ferme contrôle de quelques-uns d’entre eux.

Les gouvernements des peuples formant la république mondiale, avec l’aide du prolétariat, sans que cela réclame des efforts, tomberont tous aux mains des juifs, la propriété privée pourra alors être soumise aux gouvernants de race juive qui administreront partout les "biens de l’Etat. Ainsi sera accomplie la promesse du Talmud, selon laquelle les juifs, lorsque les temps seront venus, posséderont les clés des biens de tous les peuples de la Terre.
(cf. Revue de Paris, XXXV, 11, p. 574)*




MichelT

Date d'inscription : 06/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Le livre d`Attali et le Nouvel Ordre Mondial Empty Re: Le livre d`Attali et le Nouvel Ordre Mondial

Message par MichelT le Mer 17 Aoû 2011 - 19:53

Voici pour conclure le texte de l`interview d`un juif talmudique américain qui travaillait a Washington en 1976 - cet interview trop honnete lui a peut-etre couté la vie...

Il disait a peu pres la meme chose que Attali....

texte en anglais -

The interview continued on an almost omniscient plane. "We Jews have put issue upon issue to the American people. Then we promote both sides of the issue as confusion reigns. With their eye's fixed on the issues, they fail to see who is behind every scene. We Jews toy with the American public as a cat toys with a mouse." As the conversation went on into the late hours, one could sense that perhaps America deserves the reign of terror being planned for her. The Jewish mind pits every ethnic group against the other. "The blood of the masses will flow as we wait for our day of world victory," Mr. Rosenthal said coldly

There will be a forced class warfare here in the United States and many will be liquidated. You will unquestionably be among them. The Jews will not be harmed. I'm not boasting! I'm giving you the facts! And it is too late for your Christian followers to put up a defense. That time is long past.

Long, Long Ago we had to become the aggressors!! That is undoubtedly one of our great purposes in life. We are aggressors!! Because you stole your pretended religious beliefs from our Talmud."

L`interview complet
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

MichelT

Date d'inscription : 06/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Le livre d`Attali et le Nouvel Ordre Mondial Empty Re: Le livre d`Attali et le Nouvel Ordre Mondial

Message par Rémi le Mer 17 Aoû 2011 - 21:23

Si l'on en croit ce texte, Jacques Attali aurait vendu son âme au diable pour être aussi clairvoyant.

Qu'en pensez-vous ?


Mon site Web : Garde des trois Blancheurs

Pour la défense de notre Église, une, sainte, catholique et apostolique
Rémi
Rémi
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 08/02/2008
Localisation : Canada, Québec

http://triumcandorumcustodia.org/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Le livre d`Attali et le Nouvel Ordre Mondial Empty Re: Le livre d`Attali et le Nouvel Ordre Mondial

Message par MichelT le Mer 17 Aoû 2011 - 22:42

Attali est influencé par la pensée messianique juive mais il est aussi un membre du tres sélect Club Le Siecle - (haute-maconnerie)


Le Siècle", club d'influence fondé en 1944 (officiellement en 1945) par Georges Bérard-Quélin (membre du Grand Orient de France mort en 1990), eut compté parmi ses membres, entre autres, Martine Aubry, Jean Peyrelevade, Jean-Claude Trichet, Christian Blanc mais aussi Serge July, les frères Attali, Anne Sinclair, Jean Gandois, Serge et Olivier Dassault. C'est une liste loin d'être exhaustive et certains des auteurs d'Europeus en ont même été membres, comme probablement aussi maçons. (source: Europeus)

D'autres membres du Siècle... (liste actualisée en 2010)

Banques et multinationales

Gérard Worms président de la banque Rothschild, administrateur de la Société générale de Belgique (une banque présidée par Etienne Davignon, un membre éminent du Groupe de Bilderberg).
Ernest-Antoine Seillière ex président du MEDEF, président des holdings Wendel Investissement et CGIP. membre du Groupe de Bilderberg
Denis Kessler ex vice-président du MEDEF
Jean-Claude Trichet président de la Banque Centrale Européenne, ancien gouverneur de la Banque de France, membre du Groupe de Bilderberg et de l'IFRI.
Pascal Lamy Directeur de l'OMC (Organisation mondiale du Commerce), ex Commissaire européen au commerce, membre du Groupe de Bilderberg, membre de la branche Europe de la RAND Corporation.
Jean Peyrelevade président du Crédit Lyonnais
Jean-Yves Haberer ex-président du Crédit Lyonnais
Daniel Bouton président de la Société Générale
Claude Bébéar ex-président d'Axa
Louis Schweitzer président de Renault, membre du Groupe de Bilderberg, de l'IFRI, et du Forum de Davos
Michel Bon ex-président de France Telecom
Alain de Pouzilhac président d'Havas (groupe de médias et de publicité)
Maurice Levy président du groupe Publicis
Édouard de Rothschild banquier, homme d'affaires, principal actionaire du journal Libération
Louis Gallois président d'EADS, ex président de la SNCF
Olivier Dassault député UMP, directeur général adjoint de Dassault Aviation
Antoine Guichard PDG du groupe Casino
Bernard Attali ex PDG d'Air France, administrateur d'Eurotunnel et de Air Canada, ex PDG du Gan, magistrat à la Cour des Comptes
Jean-Bernard Lévy PDG de Vivendi Universal
Jean-Marie Messier ex PDG de Vivendi Universal
...

Responsables politiques

Martine Aubry membre du Parti Socialiste, ministre dans plusieurs gouvernements socialistes successifs
Olivier Schrameck directeur de cabinet du premier ministre Lionel Jospin de 1997 à 2002
Lionel Jospin membre du Parti Socialiste, premier ministre de 1997 à 2002
Dominique Strauss-Kahn membre du Parti Socialiste, ancien ministre des Finances de Lionel Jospin. Membre du Groupe de Bilderberg.
Pierre Moscovici, député PS, ancien ministre des affaires européennes
Hubert Vedrine, membre du Parti Socialiste, ancien ministre des Affaires étrangères de Lionel Jospin, ancien Secrétaire Général de l'Elysée sous François Mitterrand. Membre du Groupe de Bilderberg et de l'IFRI.
Jean-Pierre Chevènement, membre du Parti Socialiste, ministre dans plusieurs gouvernements
Laurent Fabius, membre du Parti Socialiste, ex premier ministre, ex ministre des finances
Elisabeth Guigou, membre du Parti Socialiste, ministre dans plusieurs gouvernements
Bernard Kouchner membre du Parti Socialiste, ministre dans plusieurs gouvernements de gauche et de droite, membre du Groupe de Bilderberg
Jacques Attali ex conseiller du président François Mitterrand, ex président de la BERD
Alain Minc consultant, conseiller auprès de plusieurs grands chefs d'entreprises et ministres
Thierry de Montbrial président de l'IFRI, membre du Groupe de Bilderberg
Nicolas Baverez membre du comité directeur de l'Institut Montaigne (autre "club de réflexion important), membre du MEDEF, éditorialiste au Point, ex chroniqueur au Monde et aux Echos, professeur à l'ENA et à l'Université de Lyon III
Nicolas Sarkozy leader de l'UMP (principal parti de droite), ministre des finances et de l'intérieur
Jean-Pierre Raffarin membre de l'UMP, premier ministre de 2002 à 2005
Thierry Breton ex-PDG de France Telecom, ministre UMP des finances de 2005 à 2007
Jean-François Copé ex-ministre UMP du budget
Alain Juppé ex premier ministre de Jacques Chirac, ex ministre de la Défense; actuel ministre des Affaires Etrangères
François Baroin porte-parole du gouvernement et ministre UMP du Budget
Xavier Bertrand ministre UMP de l'Emploi
Eric Woerth ex ministre UMP du budget
Rachida Dati ex ministre UMP de la justice
Eric Besson ex ministre sarkozyste de l'immigration, ex membre du PS
Fadela Amara ex secrétaire d'état chargée de la Ville
Hervé Gaymard député UMP, ex-ministre de l'Economie
Dominique Perben ex-ministre UMP de la Justice
Pierre Méhaignerie député UMP, ex-ministre UDF de la Justice
Jean-Pierre Fourcade sénateur UMP, successivement ministre de l'économie et ministre de l'aménagement du territoire de Valery Giscard d'Estaing
Hervé Mariton député UMP
Françoise de Panafieu député UMP
Christian Jacob député UMP
Jack Lang, député PS, ex ministre de la Culture, ex ministre de l'Education
Catherine Nay conseillère de Sakozy à l'Élysée
Corinne Lepage ancienne ministre de l'environnement
Pierre Joxe ex-ministre PS de l'Intérieur, membre du Conseil Constitutionnel
Pierre Steinmetz membre du Conseil Constitutionnel

Syndicats

Nicole Notat secrétaire général du syndicat CFDT de 1992 à 2002
Jean-Christophe Leduigou responsable chargé des revendications à la CGT

Médias, Edition

Anne Sinclair journaliste, productrice TV
Christine Ockrent journaliste, présentatrice d'émissions politiques, directrice de France 24, épouse de Bernard Kouchner, membre du club Aspen France, du Groupe de Bilderberg et de la French American Foundation
Patrick Poivre d'Arvor journaliste, présentateur du journal télévisé de 20h sur TF1
David Pujadas journaliste, présentateur du journal télévisé de 20h sur France 2
Patrick de Carolis journaliste, ex président de France Télévisions
Rémy Pflimlin actuel président de France Télévisions, ex directeur général de France 3, cousin d'Étienne Pflimlin, président du Crédit Mutuel
Marc Tessier ancien président de France Télévisions
Alexandre Adler éditorialiste au Figaro, membre du Groupe de Bilderberg, proche des néo-conservateurs américain, ami de Richard Perle, de Paul Wolfowitz et de Henry Kissinger
Franz-Olivier Giesbert ex directeur général du Figaro, présentateur d'émission culturelles
Jean-Marie Colombani directeur du journal Le Monde
Denis Jeambar directeur des éditions du Seuil, ex directeur et éditorialiste du magazine L'Express, ex directeur général d'Europe 1
Claude Imbert ex directeur général et éditorialiste du magazine Le Point
Sylvie Pierre-Brossolette rédactrice en chef du magazine Le Point, fille de Claude Pierre-Brossolette, secrétaire général de l'Elysée sous Valéry Giscard d'Estaing, ex PDG du Crédit Lyonnais, ex PDG de la banque Stern
Jean-Marie Cavada journaliste, présentateur, député européen du "Nouveau Centre", ex directeur de l'information de France 3 puis de TF1, ex président de La Ciquième, ex président de Radio France
Nicolas de Tavernost président de M6
Serge July ex-directeur du journal Libération
Laurent Joffrin directeur du journal Libération, ex directeur du Nouvel Observateur
Emmanuel Chain journaliste, ex présentateur de l'émission économique "Capital" sur M6
Bernard Pivot ex présentateur d'émissions télévisées littéraires, membre de l'Académie Goncourt
Michèle Cotta ex-directrice générale de France 2, et ex-directrice du service politique de France 2
Denis Olivennes directeur d'Europe 1, directeur du Pôle information du groupe Lagardère, ex directeur général du Nouvel Observateur
Christopher Baldelli président du directoire de RTL, ex directeur général de M6, ex conseiller de Sarkozy au ministère des Finances
Alain Genestar ex rédacteur en chef de Paris Match (groupe Hachette-Filipacchi), ex directeur de la rédaction du Journal du Dimanche
Julien Kouchner fils de Bernard Kouchner, directeur général de la société de production audiovisuelle CAPA
Marie-Louise Antoni journaliste au Monde
Denis Delmas président de de TNS Sofres (institut de sondages)
Anne-Marie Couderc député UMP et directrice générale du groupe de médias Hachette-Filipacchi
Teresa Cremisi PDG du groupe d'édition Flammarion, ex n°2 des éditions Gallimard
Odile Jacob présidente des éditions Odile Jacob
Pierre Assouline chroniqueur littéraire au Nouvel Observateur et à Lire

Autres

Michel Gaudin préfet de police de Paris
Renaud Denoix de Saint Marc membre du Conseil constitutionnel, ex vice-président du Conseil d'état
Christian Noyer président de la Banque de France, ex directeur de cabinet d'Edouard Balladur, puis d'Edmond Alphandéry et de Jean Arthuis au ministère des finances
Gilles Carez rapporteur de la commission des finances de l'Assemblée nationale
Jean Castex conseiller-maitre à la Cour des Comptes, conseiller régional UMP Languedoc-Roussillon
Richard Decoings directeur de l'Institut d'études politiques de Paris
...


MichelT

Date d'inscription : 06/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Le livre d`Attali et le Nouvel Ordre Mondial Empty Re: Le livre d`Attali et le Nouvel Ordre Mondial

Message par MichelT le Mer 17 Aoû 2011 - 23:03

Un petit vidéo intéressant.

Le temple de Salomon - ou les intérets juifs convergent en partie avec les intérets de la franc-maconnerie.

Franc-macons et Nouvel Ordre Mondial

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

MichelT

Date d'inscription : 06/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Le livre d`Attali et le Nouvel Ordre Mondial Empty Re: Le livre d`Attali et le Nouvel Ordre Mondial

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum