Dimanche : le bon Samaritain et l'esprit de la Loi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Dimanche : le bon Samaritain et l'esprit de la Loi

Message par etienne lorant le Sam 13 Juil 2013 - 17:02

Quinzième dimanche du temps ordinaire

Livre du Deutéronome 30,10-14.
Moïse disait au peuple d’Israël : « Écoute la voix du Seigneur ton Dieu, en observant ses ordres et ses commandements inscrits dans ce livre de la Loi ; reviens au Seigneur ton Dieu de tout ton cœur et de toute ton âme.
Car cette loi que je te prescris aujourd'hui n'est pas au-dessus de tes forces ni hors de ton atteinte.
Elle n'est pas dans les cieux, pour que tu dises : « Qui montera aux cieux nous la chercher et nous la faire entendre, afin que nous la mettions en pratique ? »
Elle n'est pas au-delà des mers, pour que tu dises : « Qui se rendra au-delà des mers nous la chercher et nous la faire entendre, afin que nous la mettions en pratique ? »
Elle est tout près de toi, cette Parole, elle est dans ta bouche et dans ton cœur afin que tu la mettes en pratique.


Psaume 19(18),8.9.10.11.
La loi du Seigneur est parfaite,
qui redonne vie ;
la charte du Seigneur est sûre,
qui rend sages les simples.

Les préceptes du Seigneur sont droits,
ils réjouissent le cœur ;
le commandement du Seigneur est limpide,
il clarifie le regard.

La crainte qu'il inspire est pure,
elle est là pour toujours ;
les décisions du Seigneur sont justes
et vraiment équitables :

plus désirables que l'or,
qu'une masse d'or fin,
plus savoureuses que le miel
qui coule des rayons
.

Lettre de saint Paul Apôtre aux Colossiens 1,15-20.
Le Christ est l’image du Dieu invisible, le premier-né par rapport à toute créature,
car c'est en lui que tout a été créé dans les cieux et sur la terre, les êtres visibles et les puissances invisibles : tout est créé par lui et pour lui. Il est avant tous les êtres, et tout subsiste en lui.
Il est aussi la tête du corps, c'est-à-dire de l'Église. Il est le commencement, le premier-né d'entre les morts, puisqu'il devait avoir en tout la primauté. Car Dieu a voulu que dans le Christ toute chose ait son accomplissement total.
Il a voulu tout réconcilier par lui et pour lui, sur la terre et dans les cieux, en faisant la paix par le sang de sa croix.


Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 10,25-37.
Pour mettre Jésus à l'épreuve, un docteur de la Loi lui posa cette question : « Maître, que dois-je faire pour avoir part à la vie éternelle ? » Jésus lui demanda : « Dans la Loi, qu'y a-t-il d'écrit ? Que lis-tu ? » L'autre répondit : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force et de tout ton esprit, et ton prochain comme toi-même. » Jésus lui dit : « Tu as bien répondu. Fais ainsi et tu auras la vie. »
Mais lui, voulant montrer qu'il était un homme juste, dit à Jésus : « Et qui donc est mon prochain ? »
Jésus reprit : « Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho, et il tomba sur des bandits ; ceux-ci, après l'avoir dépouillé, roué de coups, s'en allèrent en le laissant à moitié mort.
Par hasard, un prêtre descendait par ce chemin ; il le vit et passa de l'autre côté.
De même un lévite arriva à cet endroit ; il le vit et passa de l'autre côté.
Mais un Samaritain, qui était en voyage, arriva près de lui ; il le vit et fut saisi de pitié.
Il s'approcha, pansa ses plaies en y versant de l'huile et du vin ; puis il le chargea sur sa propre monture, le conduisit dans une auberge et prit soin de lui. Le lendemain, il sortit deux pièces d'argent, et les donna à l'aubergiste, en lui disant : 'Prends soin de lui ; tout ce que tu auras dépensé en plus, je te le rendrai quand je repasserai. '
Lequel des trois, à ton avis, a été le prochain de l'homme qui était tombé entre les mains des bandits ? »
Le docteur de la Loi répond : « Celui qui a fait preuve de bonté envers lui. » Jésus lui dit : « Va, et toi aussi fais de même.
»

Cy Aelf, Paris

Ce pharisien qui questionne Jésus porte en lui le désir de connaître et de posséder la vérité. Parmi les très nombreux préceptes de l'Ancien Testament (on en compte plus de six cents), quel est donc le principal commandement, celui qui surpasse tous les autres et dont tous les autres découlent ?  Il met Jésus à l'épreuve, sans savoir que lui-même est tout proche de la vérité et qu'il va donner la réponse qui convient : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta force et de tout ton esprit, et ton prochain comme toi-même. »

Il ne reste qu'à se mettre d'accord sur la nature du "prochain", de celui qu'il faut aimer. Qui est-il donc, ce prochain ?
Et Jésus livre cette histoire, tout à fait plausible,  de l'homme laissé pour mort sur la route qui va de Jérusalem à Jéricho. Jéricho, c'est la première ville d'Israël dont s'emparèrent les Juifs après avoir erré quarante ans dans le désert.  C'est une ville frontière, donc une ville marchande, une ville prospère mais plus proche des païens que du temple. Le Samaritain est un commerçant qui est monté à Jérusalem pour ses affaires et qui va bientôt refranchir la frontière.

Le prêtre et le lévite sont-ils coupables de n'être pas venu au secours de l'homme blessé ?  Pas exactement s'ils s'en tiennent strictement à l'une de ces de règles auxquelles ils sont liés par leurs rites. Le prêtre ou le lévite qui auraient touché l'homme laissé pour mort sur le bord de la route se seraient rendus impurs pour l'exercice de leurs fonctions au sein du temple.C'est ici que Jésus intervient pour 'accomplir' la Loi. En effet, si le dogme devient une raison de refuser la charité, alors il faut passer outre. Les deux premiers commandements ne sont pas soumis à l'un quelconque des centaines d'autres. Ainsi, connaître la loi est une chose, mais vivre de l'esprit de la loi est tout autre chose.

Que vivre selon l'esprit de la loi est supérieur à celle-ci, c'est ce que précise la première lecture de ce dimanche: "Elle est tout près de toi, cette Parole, elle est dans ta bouche et dans ton cœur afin que tu la mettes en pratique." Cette Parole n'est-elle pas, en effet, toute proche de nous ? Alors, pourquoi tricher ? Comment dire que l'on croit en Jésus-Christ, si l'on prend prétexte d'avoir d'autres obligations dans la vie que d'aimer son prochain ?  Ce dimanche est donc une bonne occasion de rendre grâce au Seigneur tout en recherchant à accomplir un authentique geste de miséricorde envers l'une quelconque des personnes touchées par la crise.

etienne lorant

Date d'inscription : 25/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum