Foi et manque de foi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Foi et manque de foi

Message par etienne lorant le Mer 7 Aoû 2013 - 9:57

Le mercredi de la 18e semaine du temps ordinaire

Livre des Nombres 13,1-2a.25-33.14,1.26-29.34-35.

Dans le désert, le Seigneur dit à Moïse :
« Envoie des hommes en reconnaissance dans le pays de Canaan, que je donne aux fils d'Israël. »
Au bout de quarante jours, ces envoyés revinrent de leur exploration.
Ils allèrent trouver Moïse, Aaron et toute la communauté d'Israël, à Cadès, dans le désert de Parane. Ils firent leur rapport devant eux et devant toute la communauté, et ils leur montrèrent les fruits du pays.
Ils firent ce récit : « Nous sommes allés dans le pays où tu nous as envoyés. C'est vrai qu'il ruisselle de lait et de miel, et vous voyez ses fruits.
Malheureusement le peuple qui l'habite est puissant, ses villes sont fortifiées et très grandes.
Les Amalécites occupent la région du Néguev ; les Hittites, les Jébusites et les Amorites occupent la montagne ; les Cananéens occupent le bord de la mer et les rives du Jourdain. »
Caleb imposa silence au peuple qui entourait Moïse : « Partons à la conquête de ce pays ; nous serons vainqueurs. »
Mais les autres hommes de l'expédition répliquèrent : « Nous ne pouvons pas marcher contre ce peuple, car il est plus fort que nous. »
Et, devant les fils d'Israël, ils se mirent à décrier le pays qu'ils avaient exploré : « Le pays que nous sommes allés reconnaître est un pays qui dévore ceux qui veulent s'y installer. Tous les hommes que nous y avons vus sont de très haute taille.
Nous y avons même vu des géants. A côté d'eux, nous avions l'air de sauterelles, et c'est bien ainsi qu'ils nous voyaient. »
Alors toute la communauté éleva la voix, se mit à crier ; et le peuple gémit toute la nuit.
Le Seigneur dit à Moïse et à son frère Aaron :
« Combien de temps cette communauté mauvaise va-t-elle récriminer contre moi ? Les récriminations des fils d'Israël contre moi, je les ai entendues.
Tu leur diras : « Aussi vrai que je suis vivant, déclare le Seigneur, je vous traiterai selon les paroles mêmes que je vous ai entendu prononcer.
Vous tous qu'on a recensés, les hommes de plus de vingt ans, vous qui avez récriminé contre moi, vos cadavres resteront dans ce désert.
Vous avez exploré le pays pendant quarante jours, chaque jour vaudra une année : vous porterez donc le poids de vos fautes pendant quarante ans, et vous saurez ce que c'est que de m'avoir contre vous.
Moi, le Seigneur, j'ai parlé. C'est ainsi que je traiterai cette communauté mauvaise ameutée contre moi. Dans ce désert ils périront tous : là, ils mourront.
»


Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 15,21-28.
Jésus s'était retiré vers la région de Tyr et de Sidon.
Voici qu'une Cananéenne, venue de ces territoires, criait : « Aie pitié de moi, Seigneur, fils de David ! Ma fille est tourmentée par un démon. »
Mais il ne lui répondit rien. Les disciples s'approchèrent pour lui demander : « Donne-lui satisfaction, car elle nous poursuit de ses cris ! »
Jésus répondit : « Je n'ai été envoyé qu'aux brebis perdues d'Israël. »
Mais elle vint se prosterner devant lui : « Seigneur, viens à mon secours ! »
Il répondit : « Il n'est pas bien de prendre le pain des enfants pour le donner aux petits chiens. -
C'est vrai, Seigneur, reprit-elle ; mais justement, les petits chiens mangent les miettes qui tombent de la table de leurs maîtres. »
Jésus répondit : « Femme, ta foi est grande, que tout se fasse pour toi comme tu le veux ! » Et, à l'heure même, sa fille fut guérie.



Cy Aelf, Paris

Les hommes de plus de vingt ans mourront dans le désert, tandis que la cananéenne, qui n'est pas juive, obtiendra la guérison de sa vie, à cause de sa foi. Tels sont les jugements du Seigneur, et qui d'entre nous pourrait les prévoir ? Mais à pays neufs, jeunes hommes. La premières villes que les juifs rencontreront après avoir passé le Jourdain, c'est Jéricho. Et il suffira aux israélites de
d'en faire le tour plusieurs fois et de pousser leurs cris de guerres pour que les murailles s'effondrent d'elles-mêmes en livrant une armée épouvantée aux mains des jeunes guerriers.

Quant à la Cananéenne, qui est une païenne, elle va, contrairement aux juifs que Jésus a guéris, mais un peu comme le centurion dont le serviteur était mourant, entrer en dialogue avec Jésus - et c'est un dialogue par lequel la foi perce le doute de façon extraordinaire. Si l'on vous traitait de "petits chiens", comment réagiriez-vous ?"  Mais elle a cette réponse inimaginable: "Justement: les petits chiens se nourrissent des restes qui tombent de la table des enfants". Cette observation est également remarquable par sa justesse, car les enfants, à table, ne se préoccupent pas du tout, en mordant dans un petit pain ou un croissant, de ce qui tombera sur le sol. Ce sont bien leurs mères qui passent ensuite !  Ebloui par cette réponse, Jésus lui donne aussitôt satisfaction.

Quant au récit de l'effondrement des murs de Jéricho, pour cette fois, je ne cite pas la Bible mais le poète - j'avais dû l'apprendre par coeur et je la restitue par le coeur:

***


Sonnez, sonnez toujours, clairons de la pensée.
Quand Josué rêveur, la tête aux cieux dressée,
Suivi des siens, marchait, et, prophète irrité,
Sonnait de la trompette autour de la cité,
Au premier tour qu'il fit, le roi se mit à rire ;
Au second tour, riant toujours, il lui fit dire :
« Crois-tu donc renverser ma ville avec du vent ? »
A la troisième fois l'arche allait en avant,
Puis les trompettes, puis toute l'armée en marche,
Et les petits enfants venaient cracher sur l'arche,
Et, soufflant dans leur trompe, imitaient le clairon ;
Au quatrième tour, bravant les fils d'Aaron,
Entre les vieux créneaux tout brunis par la rouille,
Les femmes s'asseyaient en filant leur quenouille,
Et se moquaient, jetant des pierres aux hébreux ;
A la cinquième fois, sur ces murs ténébreux,
Aveugles et boiteux vinrent, et leurs huées
Raillaient le noir clairon sonnant sous les nuées
A la sixième fois, sur sa tour de granit
Si haute qu'au sommet l'aigle faisait son nid,
Si dure que l'éclair l'eût en vain foudroyée,
Le roi revint, riant à gorge déployée,
Et cria : « Ces hébreux sont bons musiciens ! »
Autour du roi joyeux riaient tous les anciens
Qui le soir sont assis au temple, et délibèrent.

A la septième fois, les murailles tombèrent.

Victor Hugo
19 mars 1853. Jersey.

etienne lorant

Date d'inscription : 25/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum