Forum l'Arche de Marie
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-40%
Le deal à ne pas rater :
-40% sur le Pack Gaming Mario PDP Manette filaire + Casque filaire ...
29.99 € 49.99 €
Voir le deal

Canceler le Christianisme – traduction d`une vidéo américaine suivie de - États-Unis - La Guerre contre le Christianisme

Aller en bas

Canceler le Christianisme – traduction d`une vidéo américaine suivie de - États-Unis - La Guerre contre le Christianisme Empty Canceler le Christianisme – traduction d`une vidéo américaine suivie de - États-Unis - La Guerre contre le Christianisme

Message par MichelT Mar 8 Juin 2021 - 15:34

Canceler le Christianisme – traduction d`une vidéo américaine  -suivie de : USA : La Guerre contre le Christianisme

et suivie ensuite de: USA : Écoles gouvernementales contre christianisme


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

La vidéo en anglais est sur le site internet: The New American et le titre de l`article est: Cancelling Christianity? They’re Trying, Warns Author


Canceler le Christianisme – Ils essaient nous dit un auteur américain

Traduction approximative – désolé pour les fautes de traduction et orthographe.

Les forces du mal derrière la « Cancel Culture » cherchent à « annuler » le christianisme, avertit l'auteur, pasteur et animateur de radio David Fiorazo dans cette interview à propos de son nouveau livre avec le rédacteur en chef du magazine The New American, Alex Newman. Son nouveau livre, « Annuler le christianisme », explore le programme visant à chasser complètement les chrétiens et leur foi de la place publique et éventuellement à intensifier la persécution, comme cela a déjà commencé dans certains pays occidentaux post-chrétiens. Bien sûr, comme le souligne Fiorazo, Dieu ne peut pas être annulé. Cependant, les chrétiens doivent comprendre les temps, dit-il.

Les forces anti-chrétiennes cherchent a éradiquer toute influence chrétienne dans la vie sociale de manière de plus en plus agressive parce que ils ont rejeté Dieu et ses Commandements ou encore leur conscience coupable de veut pas entendre parler du péché qu`ils aiment; alors c`est un combat sur le concept même de la vie sur terre (Wolrdview concept -  les voies de Dieu ou les voies des hommes). Ces dernières années nous avons vu que – Big Tech – les écoles publiques – les gouvernements mondialistes - les médias d`informations – se tournent de plus en plus contre les Chrétiens et aussi contre ceux qui ne veulent pas accepter leurs visions idéologiques (mondialiste et progressiste) du monde.

Les sociétés ont persécuté le christianisme ou cherché a le réduire depuis 2000 ans alors rien de nouveau sous le soleil. Comment résister alors que cette intolérance a la foi chrétienne arrive maintenant d`un grand nombre de directions en même temps. La discrimination contre la foi chrétienne et les chrétiens est maintenant un fait acceptable et accepté même dans les pays fondés par les chrétiens et ou le droit a la foi chrétienne est protégé par la Constitution. Ces forces anti-chrétiennes, incluant la gauche progressiste (aux USA) s`attaque au Christianisme et maintenant même a la Constitution des USA pour la changer.

Nous devons comme chrétiens aimer nos ennemis, prier pour eux et agir pacifiquement.

Nos grands-parents aux USA – disaient a propos du communisme aux USA – cela ne pourra jamais arrivé dans notre pays – mais les attaques ont été subtiles et très graduelles par une propagande sur les générations. La gauche progressiste a conquis beaucoup de terrain en parti a cause de la passivité, et indifférence de nombreux chrétiens. La philosophie : « C`est vendredi a tous les jours.» « Jouir de la vie maintenant.» « Fais ce que tu veux.» - Ce n`est pas une vision du monde chrétienne. Au contraire le Christ a dit : « Contrôler vos passions – faites pénitence pour vos péchés – prenez vos croix quotidiennes et suivez-moi.» Il y a un prix a payer – Alors beaucoup de chrétiens on pris cela facile, ils dorment au gaz et sont paresseux pour la foi alors que les ennemis de la foi travaillent a double temps pour la détruire.

De nos jours aux USA si vous voulez travailler a cette vision chrétienne du monde vous allez rencontré de l`opposition et Notre-Seigneur Jésus-Christ a dit lui-même : «Il m`ont haï en premier et ils vous haïrons aussi» Les chrétiens en Amérique ont cette mentalité « la Croisière s`amuse» au lieu d`avoir celle d`un cuirassé. Si la moitié de votre armée se pense en voyage de plaisir sur un navire de croisière, ils ne sont pas près pour la lutte spirituelle. ( voir St-Paul apôtre sur le bouclier de la Foi) – les flèches de l`ennemis doivent frapper le bouclier de la foi chrétienne et non pas le dos de ceux qui tournent le dos a l`ennemi en fuyant. Les colons américains disaient nous sommes venu en ce pays pour répandre la foi chrétienne et la gloire de Dieu. Il s`agit ici d`influencer la société et la conduite sociale avec tout le bon qui est dans la Bible , mais il y a eu un sérieux relâchement.

Quelle est la chose que la Cancel Culture et que les forces anti-chrétienne haïssent le plus dans la foi chrétienne? qu`est-ce qui les rends enragés contre la foi chrétienne? Ils ne peuvent plus tolérer d`entendre ce que disent les chrétiens – pourquoi cette haine du christianisme?

La question de faire pénitence pour leurs péchés – la question même d`entendre parler de péchés : puisqu `ils ont rejeté Dieu ils disent : « Comment osez-vous – vous êtes un intolérant» les prêcheurs de tolérance sont souvent eux-même les plus intolérants envers les chrétiens ou ceux qui ne partagent pas leur point de vue. Ils ont la haine de Dieu (Combien sont en état de péché mortel?)– Il est difficile pour nous d`accepter tout cela avec patience mais nous devons aimer notre prochain. Comment aimer ceux qui vous haïsse? Nous avons la prière, les Sacrements, l`Esprit-Saint. Ce sont accusations après accusations – Nous sommes racistes, nous sommes des bigots, des intolérants pleins de haine, parcequ` ils n`aiment pas le message de base des Évangiles - « que tous ont péché et que tous doivent faire pénitence pour leurs péchés.» Nous devons donc nous soumettre a cette autorité supérieure qui est Dieu et suivre les 10 Commandements comme conduite morale dans la vie. Il y a quelques années nous pouvions avoir des débats civilisés avec les opposants même si il y avait différence d`opinion mais actuellement – ils vous disent de vous taire par violence ou intimidation. (Cancel Culture)

Les péchés dont vous ne pouvez plus parler sont souvent les péchés sexuels – pourquoi sont-ils dérangés par tout discours sur les péchés sexuels au point de devenir agressifs, de censurer sur U Tube les débats, ect – Pourquoi ce type de péché est tellement crucial pour ces forces anti-chrétiennes au point qu`ils doivent vous faire taire même si vous répétez simplement ce que dit la Bible a propos de ces péchés.

C`est une haine. Ils veulent vivre a leurs propre condition et que personne ne leur disent comment vivre. Il ne peuvent admettre qu`ils sont dans l`erreur – Ils ont rejeté Dieu exactement comme le dit l`apôtre Saint-Paul dans la Lettre aux Romains chapitre 1, 24 – C`est la dépravation de l`esprit – Il censure la Vérité parce que ils ne veulent pas suivre les 10 Commandements ordonnés par Dieu. Dans les années 1960 – la question de l`avortement et de l`homosexualité était abordé avec une certaine gêne – mais génération après génération avec la propagande incessante de Hollywood , des écoles publiques, des Médias, et de la gauche militante – tout cela a été normalisé selon les buts du communisme. Ils mentent et utilisent la déception pour tromper les jeunes et les gens en général et ils travaillent a faire taire les Chrétiens. Si vous avez été trompé par cette puissante et subtile propagande vous êtes en déni, vous ne voulez pas entendre parler de la Vérité que vous rejetez, vous faites taire votre conscience naturelle qui souffre, vous ne voulez pas vous sentir coupable de péchés, alors vous censurez, vous anesthésiez votre propre conscience ( certains par la drogue, l`alcool , ect)

« Aussi Dieu les a-t-il livrés selon les convoitises de leur cœur a une impureté ou ils avilissent eux-mêmes leurs propre corps, eux qui ont échangé la Vérité de Dieu contre le mensonge, adoré et servi la créature de préférence au Créateur qui est béni éternellement – Amen – leurs femmes ont échangé les rapports naturels pour des rapports contre-nature et les hommes délaissant l`usage naturel de la femme, ont brûlé de désirs les uns pour les autres. Ils n`ont pas jugé bon de garder la vrai connaissance de Dieu.» (Romains 1,24) Romains 1,28 et aussi vrai pour notre époque.

Comment les Chrétiens doivent-ils réagir face a cela? Les grands médias sont souvent contre la foi chrétienne, la cancel culture et la gauche radicale veut faire taire les chrétiens, Big Tech censure, ect

Faire ce que l`on peut chacun a notre niveau – S`instruire de Foi – avoir surtout un meilleurs discernement et de la prudence chrétienne – un exemple rapide aux USA – beaucoup de chrétiens par bonne foi ont soutenu le groupe militant Black Lives Matters a cause du racisme – par contre a cause du manque de prudence chrétienne et du manque de discernement– ils n`ont pas vu que ce mouvement est un mouvement militant de la gauche marxiste – le poing en l`air communiste est un de leur symbole – que ce mouvement a été violent – Il est a la base anti-chrétien – qu`il soutien les mouvements anti-chrétiens – qu`ils reçoivent beaucoup d`argent des mondialistes. Alors il faut avoir beaucoup de discernement car le bien se mêlent souvent avec le mal. Les chrétiens ne doivent pas collaborer en argent, en publicité en soutien a des groupes militants hostiles a la foi chrétienne et a Dieu.

Ne pas collaborer avec le mal, mais l`exposer et vivre en véritable chrétien. Si les chrétiens sont sous le choc, c`est parcequ`ils dorment depuis très longtemps et voilà le résultat. Gardez la Foi et au travail! Le salut de beaucoup d`âmes est en jeu!



USA : La Guerre contre le Christianisme (Extraits et traduction automatique)

The New American -  6 avril 2020

Même si les chrétiens sont condamnés à d'énormes amendes pour avoir agi comme chrétiens et qu'il leur est interdit de pratiquer leur foi dans la sphère publique, les plaintes d'injustice sont accueillies avec mépris.

The War on Christianity -  Rebecca Terrell

« Les chrétiens américains sont-ils persécutés – ou se plaignent-ils simplement ? » demande Larry Eubanks, pasteur de la First Baptist Church de Frederick, Maryland, dans un éditorial d'Ethics Daily. Il soutient que bon nombre des plaintes de mauvais traitements de ses compagnons croyants ne sont qu'un écran de fumée pour leur incapacité à accepter les critiques constructives ou leur refus obstiné d'accepter celles d'autres croyances. S'adressant à ces « pleurnichards », Eubanks les accuse de prétendre irrationnellement à la persécution « lorsque vous êtes critiqué, lorsque quelqu'un n'est pas d'accord avec vous et le dit, ou lorsque vous êtes empêché d'utiliser votre religion pour discriminer les autres ».

Certains chrétiens assimilent le fait de ne pas faire leur chemin dans la sphère politique à une persécution brutale et injuste », opine Adam Lee dans The Guardian. Il se moque des conservateurs américains qui crient au scandale "parce qu'ils n'obtiennent pas ce qu'ils veulent sur le mariage homosexuel ou le mandat de contraception d'Obamacare", qualifiant leurs affirmations de "ridicules et embarrassantes" par rapport à la "véritable persécution" de la conversion forcée et du génocide. auxquels les groupes religieux minoritaires d'autres pays sont confrontés. Cette représentation est-elle exacte ? Les chrétiens américains ne sont-ils rien de plus que des niais inflexibles, incapables de se réconcilier avec une société qui dépasse leur zone de confort ? Ont-ils juste besoin de grandir et d'apprendre à vivre avec ceux qui ne partagent pas leur point de vue ? Qu'en est-il du mandat chrétien « d'aimer vos ennemis et de faire du bien à ceux qui vous haïssent » ?

Ces arguments supposent que les chrétiens sont, en règle générale, intolérants à l'égard d'opinions ou de modes de vie différents des leurs. Il y a du vrai dans cette accusation : une vie morale présuppose l'intolérance de l'immoralité. Dans le passé, cela s'appelait avoir des normes. Mais la définition moderne de l'intolérance comprend une insinuation spécieuse selon laquelle la morale personnelle des chrétiens constitue une menace directe pour la liberté personnelle de chacun. La « tolérance » moderne exige que les chrétiens non seulement supportent la perversion, mais soient également d'accord, l'approuvent et la promeuvent.

La tolérance est la dernière vertu d'une société dépravée », a écrit feu D. James Kennedy, Ph.D., ancien président de Coral Ridge Ministries à Fort Lauderdale, en Floride. « Quand vous avez une société immorale qui a violé de manière flagrante et fière tous les commandements de Dieu, il y a une dernière vertu sur laquelle ils insistent : la tolérance pour leur immoralité. » Cette tolérance déformée couve dans notre culture depuis des décennies. En 1987, Andre Sarano a remporté un prix financé par les contribuables pour sa photographie d'un crucifix immergé dans l'urine. Les chrétiens contribuables indignés ont été réduits au silence et ont dit qu'ils n'avaient pas à le regarder, mais qu'ils devaient respecter le soi-disant droit de l'artiste à s'exprimer. En 1996, Chris Ofili a créé une image déformée intitulée Holy Virgin Mary et l'a ornée d'images pornographiques et de crottes d'éléphant. Le maire de New York de l'époque, Rudy Giuliani, a menacé de retirer le financement du Brooklyn Museum pour l'exposition, mais un tribunal de district américain l'a écrasé, affirmant qu'il y avait eu violation des droits du premier amendement du musée.

Comme on pouvait s'y attendre, les choses se sont aggravées depuis. Qui peut oublier quand A&E a suspendu Phil Robertson de la série télévisée à succès Duck Dynasty en 2013 pour avoir exprimé son opinion selon laquelle l'homosexualité est un péché ? Au lieu de défendre le droit à la liberté d'expression de Robertson, le réseau a flatté les militants indignés et n'a réintégré la célébrité qu'à contrecœur après une violente réaction publique à la suspension. Plus tôt cette même année, Aaron et Melissa Klein, qui possédaient une boulangerie dans l'Oregon appelée "Sweet Cakes", ont refusé - en raison de leurs convictions religieuses - de faire un gâteau de mariage pour un couple de même sexe. Les lesbiennes ont poursuivi en justice, invoquant 88 symptômes étonnants de détresse émotionnelle, y compris des ambiguïtés aussi étranges que «viol mental», «perte aiguë de confiance», «choc» et le trio remarquablement incongru: «perte d'appétit», «digestion altérée, " et " prise de poids ". Pour leurs prétendues transgressions, les Klein ont été condamnés à une amende de 135 000 $, les obligeant à fermer la boulangerie. Aujourd'hui, ils sont toujours en faillite et impliqués dans des batailles d'appels juridiques.

Chrétiens pleurnichards ?

Les cas ci-dessus sont quelques-uns qui ont fait la une des journaux nationaux, mais la discrimination contre les normes chrétiennes est omniprésente et continue. Regardons quelques exemples représentatifs et décidons ensuite si ces chrétiens sont « pleurnichards ». L'automne dernier, l'Assemblée de l'État de Californie a adopté une résolution, l'ACR 99, faisant pression sur le clergé et les éducateurs pour qu'ils cessent de prêcher contre les modes de vie « lesbiens, gays, bisexuels ou transgenres (LGBT) » et les décourageant de s'engager dans une thérapie de conversion, un terme qui fait référence au conseil biblique. pour les personnes aux prises avec l'attirance pour le même sexe. Bien que la résolution n'ait pas force de loi, la prochaine étape logique serait que la Californie promulgue des mesures punitives en cas de non-respect. "C'est l'objectif de l'ACR 99 de criminaliser à terme le choix d'une personne de rechercher des conseils et d'autres services", lit-on dans une analyse du projet de loi du Capitol Resource Institute. Plus de deux douzaines de médecins, conseillers et pasteurs ont également condamné la résolution comme une violation de leur liberté. « Les chefs religieux ont le droit, protégé par la Constitution, d'enseigner la doctrine religieuse conformément à leur foi », lit-on dans leur lettre ouverte, « et les politiciens n'ont pas le droit de dire au clergé ce qui est moral, de dicter le contenu de leurs sermons ou de leur donner des conseils religieux.

Encore plus inquiétant est ce qui se passe dans les salles de classe à travers le pays depuis que la National Education Association (NEA) s'est associée au groupe radical pro-LBGT "Human Rights Campaign" pour créer des "écoles accueillantes" et forcer les enseignants à faire la promotion a leurs élèves de la supposés " confusion de genre ». Écrivant pour The New American, Alex Newman raconte des histoires d'enseignants tels que Peter Vlaming du West Point High School en Virginie, qui « ont déjà été licenciés… pour avoir refusé de parler de filles utilisant des pronoms masculins, et vice-versa ». Un professeur d'éducation physique d'un collège en Floride, Rob Oppedisano, a failli perdre son emploi et son certificat d'enseignement lorsqu'il s'est opposé à l'administration de l'école pour avoir autorisé une fille (qui « s'identifie » comme un garçon) à changer de vêtements et à se doucher dans le vestiaire des garçons. Les administrateurs du district ont fait la sourde oreille lorsqu'il a essayé de souligner comment la situation l'avait si manifestement mis mal a l`aise, en particulier dans un contexte où les accusations de pédophilie sont monnaie courante ces jours-ci. "J'enseigne également un cours sur la santé, et ils commencent à présenter les choses LGBT de manière positive", a déclaré Oppedisano. « Nous sommes censés appeler les enfants par le nom qu'ils préfèrent, puis nous sommes censés essayer de le cacher lorsque leurs parents entrent. » Il a poursuivi : « Si vous êtes chrétien et que vous défendez quelque chose, vous pouvez être assuré… que cela ne sera pas toléré.

Alors que les causes LGBT sont promus et défendus, les causes chrétiennes sont étouffées et ignorées. L'année dernière, les administrateurs d'un lycée de Floride ont contrecarré les tentatives d'étudiants de former un club pro-vie et ont même menacé de licencier les enseignants qui s'étaient portés volontaires pour servir de conseillers pédagogiques. Leur raison : le groupe était trop controversé – une excuse pathétique étant donné que l'école compte 78 clubs approuvés, dont la Gay-Straight Alliance, le Animal Rights Club et Collier Students for Change, une filiale du Parti démocrate de l'État. Ce ne sont là que quelques cas de discrimination approuvée par le gouvernement contre les chrétiens. On pourrait ajouter le refus du Montana d'autoriser les écoles religieuses à accéder à son programme de bourses d'État ; la nouvelle loi à New York qui oblige les groupes pro-vie à embaucher des employés pro-avortement ; l'agent immobilier de Virginie persécuté par le conseil immobilier de son état pour avoir utilisé des références chrétiennes dans la communication numérique ; l'Unité de la Garde nationale de Pennsylvanie qui a tenté d'interdire à un groupe de scoutisme chrétien de visiter ses installations ; Une soupe populaire de Floride a demandé de retirer les bannières chrétiennes et de cesser de distribuer des bibles ou de risquer de perdre le financement de l'USDA ; deux ministres arrêtés pour avoir lu la Bible à haute voix sur le trottoir à l'extérieur d'un Hemet, Californie; et la récente liste noire commerciale de la ville de San Francisco de 22 États dotés de lois pro-vie. Et cette liste n'est que la pointe de l'iceberg ; de nombreux autres exemples pourraient être ajoutés.

Cela explique peut-être pourquoi le Pew Research Center a rapporté l'année dernière que la moitié des adultes américains conviennent que les chrétiens évangéliques sont victimes de discrimination, contre 42% en 2016. Et même si les chrétiens américains ne sont pas confrontés au même type de persécution que leurs semblables dans d'autres pays — torture, viol, trafic d'êtres humains, incendies d'églises et de maisons, meurtre, génocide — ceux qui sont témoins d'une telle barbarie y voit des avertissements pour les États-Unis.  « Il n'y a pas que l`ISIS qui a dévasté l'église ; nos compromis culturels avec le gouvernement et nos divisions les uns par rapport aux autres y ont contribué depuis longtemps. Nous sommes a Damas, un des sièges du christianisme ; et ce qui nous est arrivé peut vous arriver. Faites attention.» Ce sont les paroles d'un missionnaire syrien cité par K.A. Ellis dans le christianisme aujourd'hui. Elle a également cité un dirigeant d'église clandestine au Moyen-Orient qui a averti : « La persécution est plus facile à comprendre lorsqu'elle est physique – torture, mort, emprisonnement. La persécution américaine est comme un stade avancé du cancer ; il vous ronge, mais vous ne pouvez pas le sentir. Elle est dangereuse et insidieuse.»

Canceler le Christianisme – traduction d`une vidéo américaine suivie de - États-Unis - La Guerre contre le Christianisme 898799810
Église détruite en Syrie

Il y a une guerre qui est menée contre les chrétiens du monde et, malheureusement, les chrétiens américains ont été endormis ou réduits au silence », a déclaré Dede Laugensen aux participants de la convention de l'été dernier des National Religious Broadcasters en Californie. Laugensen est directeur exécutif de Save the Persecuted Christians Coalition (SPCC). « Plus de chrétiens sont morts pour leur foi au cours des 100 dernières années que dans tous les siècles précédents depuis l'époque de Jésus », a-t-elle expliqué, décrivant les Américains comme inconscients, endormis dans une « bulle d'ignorance et de distraction soigneusement construite », tandis que les médias et le gouvernement gardent un silence vigilant sur les brutalités dans le monde entier. Ce silence signifie que la plupart des Américains ne savent pas que les chrétiens sont en grande partie le groupe religieux le plus ciblé au monde, avec des persécutions dans certaines régions atteignant des niveaux « génocidaires », selon un rapport de 2019 commandé par le ministre britannique des Affaires étrangères. Le résultat a été un exode massif des régions de la plus grande violence. Par exemple, en moins de 10 ans, la population chrétienne syrienne est passée de 1,7 million à moins de 450 000. En Palestine, les chrétiens représentent moins de 1,5% des habitants. Pourtant, ce sont les pays au plus anciennes racine du christianisme. Frank Gaffney, président et chef de la direction de la SPCC, a déclaré à Troy Anderson de The New American que la persécution des chrétiens dans le monde est « un précurseur de ce qui peut arriver plus près de chez nous si nous ne faisons pas attention et si nous ne faisons pas un meilleur travail que nous n'avons à ce jour pour essayer d'arrêter les atrocités dans le monde.»


Origines révolutionnaires

Quelle est la source de cet animosité ? Pourquoi la croix est-elle destinée à être détruite ? « Rassurez-vous, le pâtissier ici aux États-Unis, la jeune fille de 15 ans détenue par des djihadistes comme esclave à vie au Nigeria, et le Nord-Coréen emprisonné qui meurt lentement de faim pour le crime d'être chrétien, sont victimes de la même guerre brutale qui couve depuis des siècles », a dit Laugensen. « Depuis sa naissance dans les feux de la Révolution française, la gauche politique est en guerre contre la religion et contre la religion chrétienne en particulier », écrit l'auteur à succès du New York Times David Horowitz dans son livre de 2019 Dark Agenda: The War to Destroy Christian America. Troy Anderson, qui a cité favorablement le passage ci-dessus l'année dernière dans son propre article pour la TNA sur la guerre contre le christianisme, dit que la même haine a inspiré les révolutionnaires depuis ce temps.

Il peint un passé effrayant en prologue : En Russie, les partisans du révolutionnaire socialiste Karl Marx ont fait enlever l'enseignement religieux des écoles, interdit la critique de l'athéisme et brûlé plus de 10 000 églises. Lorsque les prêtres ont exigé la liberté de religion, ils ont été exécutés. Entre 1917 et 1935, 130 000 prêtres orthodoxes russes sont arrêtés, dont 95 000 fusillés par des pelotons d'exécution. « Le Manifeste communiste de Karl Marx a fait couler beaucoup d'encre sur la nécessité d'éradiquer la religion et les liens familiaux par tous les moyens nécessaires », explique Charles Scaliger, contributeur de The New American. "Et l'hostilité bien connue du communisme envers Dieu et la famille est partagée par toutes les autres formes de socialisme, bien que derrière un masque plus doux de «tolérance».

La lutte antichrétienne moderne à laquelle nous assistons aux États-Unis est un cas d'école de la « tolérance » du marxisme culturel dans la pratique. Les radicaux en Amérique aujourd'hui n'ont pas le pouvoir politique d'exécuter des personnes religieuses et de détruire leurs lieux de culte, mais ils déclarent ouvertement leur désir d'effacer la religion, a déclaré Horowitz. Ils veulent sauver la race humaine de l'injustice sociale et de l'oppression que la religion inflige prétendument à l'humanité. « La religion doit mourir pour que l'humanité vive », a proclamé le commentateur de gauche Bill Maher dans le documentaire de 2008 Religulous. En réponse, cela vaut la peine de demander exactement ce qui est si offensant, injuste et oppressant dans le credo chrétien ? Entre autres vertus, ses principes encouragent l'honnêteté et l'éthique, interdisent le meurtre et le vol et empêchent un mari ou une femme d'abandonner son conjoint et ses enfants. Les personnes offensées par ces valeurs sont celles qui revendiquent le droit à une version déformée de la soi-disant liberté - ce qu'elles veulent vraiment, c'est l'absence de conscience et une licence pour pratiquer la dépravation. Il est révélateur que les chrétiens ont plus de problèmes avec les radicaux qui font la promotion des programmes LGBT et pro-avortement. "Selon la gauche... les personnes qui s'opposent à l'avortement et au "mariage" homosexuel ont une sorte de maladie mentale", prévient Horowitz. « Stigmatiser ses adversaires est une tactique radicale classique. » En utilisant cette astuce marxiste typique, les gauchistes étiquettent quiconque les censure comme homophobes, xénophobes, ect. "Traiter les critiques de 'phobiques' est une justification pour nier leurs droits au premier amendement" et les réduire au silence.

Cible : la prochaine génération

Mais est-ce que toutes les religions, ou seulement le christianisme, doivent être réduites au silence ? Qu'en est-il de ceux qui adhèrent à des croyances telles que l'hindouisme, le bouddhisme ou l'islam ? Au contraire, les religions non chrétiennes sont choyées et applaudies. Les écoles de Baltimore, dans le Maryland, ont récemment rejoint celles de New York, Detroit et d'autres districts du pays pour fermer pour les soi-disant jours saints du calendrier musulman, malgré le fait qu'aucune autre fête religieuse n'est reconnue. Les fermetures d'écoles autrement programmées – autrefois connues sous les noms chrétiens de Noël et de Pâques – portent désormais les titres insipides de vacances d'hiver et de vacances de printemps. Le bouddhisme et l'hindouisme sont promus d'une manière différente. Depuis plus d'une décennie, les écoles publiques américaines endoctrinent les enfants avec des pratiques mystiques d'Extrême-Orient, masquées sous des programmes dits de « Mindfulness » pour soi-disant promouvoir la gestion du stress. Les jeunes sont obligés de s'asseoir sur le sol de la classe dans la position du lotus, les yeux fermés, les mains posées sur les genoux avec les paumes levées, méditant ou chantant des mantras hindous.

Lorsqu'elle a exposé l'agenda en 2014, la militante chrétienne Debbie Degroff a déclaré : « Il y a de fortes chances que, comme moi, vous n'ayez jamais entendu parler de la pleine conscience jusqu'à aujourd'hui. Quels autres programmes, curriculums et pratiques ignorez-vous ? » Qu'en est-il de l'enseignement de l'activisme social, la pierre angulaire du programme d'études sociales « Civisme pour tous » de New York ? William F. Jasper de The New American affirme que ce dernier programme de propagande n'endoctrine pas seulement de la maternelle à la 12e année dans la théorie de la race ( K-12 critical race theory), la théorie du genre, les droits LGBTQ, la justice sociale, la justice environnementale et un pot-pourri en constante évolution de fait-à- ordonner les griefs marxistes, mais encourage et incite également les étudiants à descendre dans la rue pour démontrer leur zèle juste. Dans le cadre de l'enseignement de l'activisme social, les administrateurs ont donné aux enfants un jour de congé gratuit s'ils assistaient à la grève des jeunes pour le climat 2019 de Greta Thunberg. Le programme vante des causes telles que l'empreinte carbone, la masculinité toxique, l'homophobie, le privilège des blancs, le contrôle des armes à feu, les inégalités économiques et la brutalité policière. «Ils ne savent peut-être ni lire ni écrire, mais ces élèves peuvent déverser tous les tropes « progressistes » sur des problèmes qui exigent leur indignation », explique Jasper.

Comme à New York, les éducateurs de tout le pays ont fait preuve de diligence pour transformer les écoles publiques en camps d'entraînement marxistes anti-américains. La Victims of Communism Memorial Foundation années a mesuré l'efficacité de ces efforts dans un sondage de 2019, qui a révélé qu'un étonnant 70% des millennials (personnes nées dans les 1980 et 1990) sont susceptibles de voter pour un candidat socialiste. Seulement 57 pour cent des personnes interrogées pensent que la Déclaration d'indépendance est une meilleure sauvegarde de la liberté que le Manifeste communiste. Pas étonnant que ce dernier document admette que le but du communisme est de "sauver l'éducation de l'influence de la classe dirigeante", le terme "classe dirigeante" étant une insulte marxiste du 19ème siècle pour la société chrétienne que les révolutionnaires voulaient purger de la culture de l`Europe. S'adressant à leurs opposants, Marx et Engels ont estimé que l'éducation est « déterminée par les conditions sociales dans lesquelles vous éduquez, par l'intervention, directe ou indirecte, de la société au moyen des écoles ». Ils ont ensuite déclaré que les communistes avaient l'intention de « modifier le caractère de cette intervention ». Ainsi, nous avons des programmes tels que Teaching Social Activism, Mindfulness, et le plus nuisible, qui englobe tous les autres, le multiculturalisme, visant à enseigner aux étudiants américains à respecter les autres cultures et à mépriser la leur.

En 1982, le Conseil national d'accréditation de la formation des enseignants a mandaté « l'éducation multiculturelle » comme partie de la formation des enseignants et décrit la philosophie comme « traiter divers groupes culturels et modes de vie comme tout aussi légitimes » . Écrivant pour The New American en 2010, le regretté expert en éducation, le Dr Samuel L. Blumenfeld, a fait une description plus réaliste : L'éducation multiculturelle… légitime des modes de vie et des systèmes de valeurs différents, légitimant ainsi la diversité morale — qui est simplement de l'anarchie morale. Le concept de diversité morale contredit directement le concept biblique d'absolu moral basé sur les Dix Commandements, sur lesquels cette nation a été fondée. Enseigné non pas comme une matière distincte mais grâce à une planification minutieuse et à une intégration dans tous les domaines, le multiculturalisme est donné à la cuillère aux enfants dès leur plus jeune âge à l'école et diminue la fierté du patriotisme et de la culture américaine. Être américain « signifie accepter l'essence de ce que les pères fondateurs ont défendu et pour lesquels ils sont morts. Cette essence est fondée sur des principes bibliques qui incluent le concept d'absolu moral », a déclaré Blumenfeld. « Priver les écoliers de cette connaissance, c'est les priver de leur héritage américain commun. » [b]

[b]«Le but de cet endoctrinement est d'éloigner les jeunes Américains du patriotisme, vers un gouvernement socialiste mondial dans lequel la souveraineté nationale américaine sera abandonnée pour le plus grand bien de la « paix et de la fraternité mondiales »( Gouvernance Mondiale). »
Blumenfeld met en garde les parents contre leur énorme responsabilité de sauvegarder leurs enfants d'un tel « lavage de cerveau socialiste » pour leur enseigner que « cette nation a été créée avec l'aide et les bénédictions de Dieu et que sans Lui, nous serons voués à la même tyrannie et à la même misère qui affligent maintenant les millions de personnes qui vivent sous le paganisme, l'athéisme et le communisme.» Nous sommes déjà là, sous la tyrannie immonde du néo-paganisme, ayant intronisé le libertinage et la débauche de toutes les manières imaginables. Nous avons légitimé  le « mariage homosexuel », justifié le meurtre volontaire en l'appelant « avortement » et subverti le mariage – l'institution sacrée créée par Dieu pour la propagation de la race humaine et l'éducation des enfants – avec l'abolition des enfants jusqu'au dépeuplement et à la prolifération de la cohabitation et du divorce. Le sacrilège des dimanches profanés est universel, de même que les blasphèmes contre Dieu. L'impureté imprègne notre culture dans les vêtements impudiques et les thèmes odieux de la musique et du divertissement.

Quelle est la solution? Jésus-Christ a averti ses apôtres que ce ne serait pas facile : « Si le monde vous déteste, sachez qu'il m'a haï avant vous…. S'ils m'ont persécuté, ils vous persécuteront aussi », (Jean 15,18) lit-on au chapitre 15 du l`Évangile de Saint Jean du Nouveau Testament. Peu importe le coût, les Américains doivent à nouveau imprégner la société civile de principes chrétiens, ou la société ne sera pas civile.




USA : Écoles gouvernementales contre christianisme - Extraits et traduction automatique

Alex Newman – The New American – Titre original : Government Schools vs. Christianity 

Note: Chose semblable au Canada et en France....


L'endoctrinement du gouvernement déguisé en « éducation » a délibérément fait la guerre à la religion biblique, et les mauvais fruits dévastent les USA et ses enfants. Alex Newman

Qu'il s'agisse de chanter les divinités aztèques en Californie ou de forcer les enfants à dénoncer leur «privilège chrétien» devant la classe en Caroline du Nord, les écoles publiques à travers l'Amérique sont devenues des foyers d'extrémisme anti-chrétien. Les points de vue religieux et les rituels hautement controversés de l'hindouisme, de l'islam, du bouddhisme, de l'humanisme et même du paganisme sont désormais omniprésents. Le christianisme, quant à lui, lorsqu'il est mentionné, est dénigré et moqué. Bienvenue dans les écoles publiques américaines du XXIe siècle, où une guerre totale contre le christianisme est à l'ordre du jour.

Malgré le mythe de la « neutralité » religieuse et de la scolarisation «laïque » perpétué  par les responsables scolaire public et leurs apologistes, toute éducation est fondamentalement de nature religieuse. C'est tout aussi vrai dans les écoles publiques des États-Unis que dans les madrasas islamiques du Pakistan. La seule question est de savoir quelle religion et quelle vision du monde sont enseignées. Les parents et même les pasteurs seraient choqués de connaître la vérité. Mais les faits sont là pour que tout le monde puisse les voir, à moins que l'on choisisse de détourner le regard. L'éducation aux USA pendant les 250 premières années du pays était principalement privée et à domicile, et elle était complètement saturée de christianisme. En fait, la toute première loi sur l'éducation jamais adoptée en Amérique du Nord, la Old Deluder Satan Act de 1647 dans la colonie de la baie du Massachusetts, avertissait que l'un des principaux projets de Satan (un prince des Anges déchus) était d'empêcher les hommes de connaître les Saintes-Écritures. Les familles et les églises étaient en grande partie responsables de la scolarisation à cette époque, et tout tournait généralement autour de la Bible. Cette fondation a conduit à la nation la plus libre et la plus prospère de l'histoire de l'humanité – une « ville brillante sur une colline » où régnaient les principes bibliques.

Même si les non-chrétiens et les anti-chrétiens à tendance communiste étaient principalement responsables de la prise de contrôle par le gouvernement de l'éducation en Amérique à partir du milieu des années 1800, il fut un temps où même les écoles publiques américaines auraient pu être décrites comme « chrétiennes ». Les enfants des écoles publiques du pays priaient, lisaient la Bible, apprenaient les dix commandements, utilisaient des livres riches en Saintes-Écritures et étaient généralement éduqués par des enseignants dans une vision du monde biblique. Ces jours sont révolus, cependant, avec les derniers clous dans le cercueil provenant de la Cour suprême au début des années 1960. Mais si les écoles ne sont pas chrétiennes, quelle religion enseignent-elles réellement ? La réponse courte est tout et n'importe quoi sauf la religion biblique.


Comment le christianisme a été évincé


Le remplacement progressif du christianisme dans les écoles publiques a commencé très tôt dans l'histoire de l'éducation gérée par le gouvernement. Tout a commencé avec l'utopiste communiste Robert Owen, le premier défenseur sérieux d'une prise de contrôle totale par le gouvernement de l'éducation en Amérique. Selon Owen, seule la formation gouvernementale des enfants au collectivisme dès leur plus jeune âge pourrait produire des personnes prêtes à se passer de la propriété privée et à vivre pour ce qu'il considérait comme le plus grand bien de la collectivité. Après l'échec de sa commune communiste "New Harmony" dans l'Indiana, Owen a formé ce que le lanceur d'alerte Orestes Brownson a décrit comme une "société secrète calquée sur les Carbonari, une société révolutionnaire secrète italienne du début du XIXe siècle, pour travailler à cet objectif. En surface, Brownson a révélé (après s'être repenti de son implication dans la société secrète d'Owen et avoir tenté de le dénoncer) qu'il y avait deux objectifs principaux pour cette société. Le premier consistait à convaincre le public de soutenir une prise de contrôle de l'éducation par le gouvernement. La seconde était de faire élire des hommes aux législatures qui aideraient à faire avancer cette mission. Mais il y avait un objectif encore plus ambitieux : mettre en place un système national d'écoles publiques obligatoires qui exclurait toute religion. "Le grand objectif était de se débarrasser du christianisme", a averti Brownson.

Les idées radicales d'Owen à l'époque, dont certaines étaient similaires aux divagations de Platon des milliers d'années plus tôt, n'ont pas pris racine aux États-Unis au début. Mais selon l'autobiographie d'Owen, l'ambassadeur de Prusse aux États-Unis a rapporté en Prusse les essais d'Owen préconisant les écoles publiques. À partir de là, le souverain prussien «approuva tellement» ces idées qu'il les ordonna de les adopter dans son royaume. Finalement, ce système éducatif prussien étatique inspirera Horace Mann, un utopiste du Massachusetts qui a également rejeté le christianisme, à le réimporter aux États-Unis. Bien que Mann n'ait pas réussi à supprimer complètement les Saintes-Écritures de l'éducation dans une nation qui était si profondément chrétienne, ses efforts ont jeté les bases d'une «éducation» laïque du gouvernement pour finalement faire de grands progrès. Après avoir terminé son travail dans le Massachusetts, il a parcouru l'Amérique comme un évangéliste itinérant, prêchant la prétendue bonne nouvelle de l'éducation gouvernementale contrôlée par l'État, au profit de l'État. À la fin des années 1800, un autre utopiste anti-chrétien, John Dewey, entrerait en scène dans le but de reprendre l'architecture éducative que Mann avait aidé à mettre en place. Dewey, qui a visité l'Union soviétique et a écrit des rapports élogieux sur les merveilles supposées du communisme, est aujourd'hui presque universellement considéré comme le père fondateur du système scolaire public américain. Outre ses opinions politiques et économiques, ses opinions « religieuses » étaient au centre de ses efforts.

Canceler le Christianisme – traduction d`une vidéo américaine suivie de - États-Unis - La Guerre contre le Christianisme Dewey

Soutenu par l'argent des Rockefeller, Dewey était un ennemi acharné du christianisme. En fait, il était l'un des auteurs et signataires de l'une des attaques publiques les plus effrontées contre la Bible du début du 20e siècle. Surnommé le Manifeste humaniste, c'était une attaque totale contre les Saintes Écriture, dès les premiers mots. « Les humanistes religieux considèrent l'univers comme existant par lui-même et non créé », ont écrit Dewey et ses cohortes dans le premier principe du manifeste. Comparez cela avec les premiers mots de la Bible, Genèse 1 : 1 : « Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre. » Les deux ne peuvent pas être vrais.

L'humanisme est fondamentalement une refonte du mensonge satanique trouvé dans Genèse 3:5 - «Car Dieu sait que le jour où vous en mangerez, vos yeux s'ouvriront, et vous serez comme des dieux, connaissant le bien et le mal.» — que l'homme peut vouloir être son propre dieu. Mais même pour les non-religieux, les opinions religieuses de Dewey ont des implications profondes. Considérez que les pères fondateurs de l'Amérique considéraient comme « évidente » la vérité selon laquelle tous les hommes ont été « créés égaux » et « dotés par leur créateur de certains droits inaliénables ». Ce n'était pas seulement une déclaration religieuse, mais un résumé d'une vérité évidente.  Et pourtant, si les enfants sont endoctrinés à croire en la religion humaniste de Dewey, il ne peut y avoir de droits donnés par Dieu, car il n'y a pas de Dieu pour accorder des droits. Il n'y a pas non plus de normes morales objectives et éternelles. Au-delà de cela, une grande partie du manifeste de Dewey se lit comme une propagande réchauffée du Parti communiste, fustigeant le «motif de profit» tout en appelant à un «changement radical des méthodes, des contrôles et des motivations». « Un ordre économique socialisé et coopératif doit être établi pour que la répartition équitable des moyens de vie soit possible », poursuit le manifeste, ressemblant à la parade sans fin de monstres meurtriers de masse communiste qui ont massacré des dizaines de millions d'innocents dans le 20ème siècle.

Une autre homme impliquée dans le manifeste était Charles Francis Potter. Comme Dewey, Potter a reconnu le rôle critique que jouerait « l'éducation » du gouvernement dans la propagation de la nouvelle religion. « L'éducation est donc un allié le plus puissant de l'humanisme, et chaque école américaine est une école d'humanisme », a écrit Potter dans son livre de 1930 : Humanism: A New Religion. « Que peut faire une réunion d'une école du dimanche théiste pendant une heure une fois par semaine et n'enseigner qu'une fraction des enfants pour endiguer la marée du programme de cinq jours d'enseignement humaniste ? » Les humanistes contemporains ont la même vision de l'éducation. Écrivant dans le magazine The Humanist dans le numéro de janvier-février 1983, John Dunphy a fait écho à Potter. « La bataille pour l'avenir de l'humanité doit être menée et gagnée dans la classe des écoles publiques par des enseignants qui perçoivent correctement leur rôle de prosélytes d'une nouvelle foi », a-t-il soutenu. "La salle de classe doit devenir et deviendra une arène de conflit entre l'ancien et le nouveau - le cadavre pourrissant du christianisme, avec ses maux et sa misère adjacents, et la nouvelle foi de l'humanisme.

Les humanistes déclaraient fièrement que leurs opinions étaient une religion, et la Cour suprême a pratiquement établi l'humanisme comme religion nationale des États-Unis en 1962, lorsque la Haute Cour a statué contre une prière non confessionnelle utilisée à New York dans le tristement célèbre Engel versus Vitale. La prière reconnaissait simplement la dépendance à l'égard de Dieu et demandait ses bénédictions aux parents, aux enseignants et à l'Amérique. L'année suivante, le tribunal de Warren est allé encore plus loin, interdisant la Bible elle-même dans Abington School District v. Schempp.

Selon la Cour, le premier amendement, qui interdisait au Congrès d'adopter des lois concernant l'établissement d'une religion, exigeait l'interdiction de la prière et de la Bible. Le fait qu'un argument aussi absurde puisse même être avancé offre des preuves précieuses de l'ampleur de l'abêtissement qui avait déjà été avancé au début des années 1960. En réalité, lorsque le premier amendement a été écrit et ratifié, de nombreux États avaient établi des églises. L'idée que cela visait à empêcher la prière ou la lecture de la Bible à l'école est tout simplement absurde. Au moins un juge, le juge Potter Stewart, a eu la clairvoyance de mettre en garde contre ce qui se passait réellement. « Un refus d'autoriser des exercices religieux est ainsi considéré, non comme la réalisation de la neutralité de l'État, mais plutôt comme l'établissement d'une religion de laïcité », a averti le juge Stewart dans sa dissidence de 1963 contre l'opinion majoritaire selon laquelle la lecture de la Bible à l'école était en quelque sorte "inconstitutionnel." Il a également noté à quel point il était ironique que le premier amendement, destiné à protéger les droits des États à "suivre leur propre chemin" en matière de religion, "devrait désormais devenir une restriction à leur autonomie".

En bref, la Cour suprême a fait exactement ce que le Congrès avait interdit de faire par le premier amendement - elle a établi l'humanisme de Dewey comme religion nationale. Ce faisant, il a forcé les parents à payer des impôts pour endoctriner leurs enfants dans des «écoles» obligatoires du gouvernement avec cette fausse religion dangereuse, un système de croyances qui est complètement en contradiction avec tous les principes fondateurs des USA. Le fruit est maintenant évident. Fait intéressant, dans son premier discours après avoir quitté le ministère de la Justice, l'ancien procureur général des États-Unis, William Barr, a soulevé des préoccupations constitutionnelles concernant le financement par le gouvernement d'un endoctrinement « militant laïc » se faisant passer pour une « éducation publique » qui n'est pas compatible avec le christianisme. Au même moment où la Cour suprême et l'établissement d'enseignement américain transformaient le paysage culturel américain, l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) faisait également la promotion de l'humanisme dans l'éducation au niveau mondial. Cela suivait simplement l'exemple de son premier directeur, Julian Huxley, qui a été le premier président de la British Humanist Association. Huxley était également un fier mondialiste et eugéniste, ayant même été président de la British Eugenics Society de 1959 à 1962. L'ONU continue fièrement de plaider pour que les écoles publiques façonnent la « spiritualité » des enfants – contre les points de vue bibliques.


Assaut contre l'église


Les données des sondages montrent que l'endoctrinement anti-chrétien des écoles publiques a été un succès incroyable. Pas plus tard que dans les années 1970, bien plus de 90 pour cent des Américains se décrivaient encore comme chrétiens protestants ou catholiques. Selon une enquête de Pew Research, cependant, les milléniaux sont maintenant devenus la première génération de l'histoire américaine où les chrétiens autoproclamés sont officiellement en minorité. Aujourd'hui, moins des deux tiers des Américains se décrivent comme chrétiens lorsqu'on leur pose la question, et les chiffres sont toujours en chute libre. Un étonnant 70 pour cent des milléniaux ont également révélé dans un sondage commandé par la Victims of Communism Memorial Foundation qu'ils voteraient pour les socialistes à l'avenir. Le directeur du Centre de recherche culturelle de l'Université chrétienne de l'Arizona, George Barna, vient de publier une étude qui a révélé que seulement 6% des Américains ont une vision du monde biblique. Environ 88 % ont des opinions décrites comme du « syncrétisme », que Barna a défini comme un « ensemble disparate et irréconciliable de croyances et de comportements qui définissent la vie des gens ». D'autres visions du monde identifiées par Barna incluent l'humanisme séculier, le postmodernisme, le déisme thérapeutique moraliste, le nihilisme, le mysticisme oriental et le marxisme.

En l'absence de changements majeurs dans la façon dont les Américains sont éduqués ou d'une intervention directe de Dieu, la proportion de chrétiens dans la population américaine continuera de diminuer. La raison de ce déclin rapide du christianisme, qui a dominé la vie américaine pendant des siècles, est simple : les parents ont remis leurs enfants à des centres d'endoctrinement anti-chrétiens gérés par le gouvernement. En effet, un rapport relativement récent de l'American Enterprise Institute (AEI) le confirme. Le rapport, intitulé « Promesse et péril : l'histoire de la religiosité américaine et son déclin récent », examine les autres coupables souvent cités tels que l'urbanisation, plus d'éducation, les progrès de la « science », plus de dépenses sociales, etc. Mais il conclut que ceux-ci n'étaient pas à blâmer. Au lieu de cela, la déchristianisation complète de l'Amérique  et du reste du monde occidental est due presque entièrement à l'éducation publique. Les archives historiques montrent que plus un gouvernement laïc dépense d'argent en impôts pour « l'éducation », plus le public se détourne rapidement et complètement de Dieu. « La religiosité de l'enfance a été fortement affectée par les dépenses du gouvernement pour l'éducation », a écrit le chercheur de l'AEI Lyman Stone dans son rapport, déclarant peut-être une évidence. Les sociétés qui dépensaient plus d'argent public pour l'éducation étaient moins religieuses... Ce n'est pas le niveau d'instruction en soi qui réduit la religiosité, mais le contrôle du gouvernement sur l'éducation."

Selon Stone, qui cite de nombreux autres chercheurs et études dans le rapport, l'éducation sécularisée fournie par le gouvernement qui bannit toute mention de Dieu « peut expliquer la quasi-totalité du changement de religiosité ». Comme il l'a dit, « un contrôle gouvernemental de plus en plus sécularisé de l'éducation… peut expliquer pratiquement toute l'augmentation de la sécularisation dans le monde développé ». C'est exactement ce que l'Écriture met en garde à plusieurs reprises. « Forme l`enfant au début de sa carrière; même quand il sera vieux, il ne s'en écartera pas », lit-on dans Proverbes 22 :6. Jésus a averti dans Luc 6 :40 : « Un disciple n'est pas au-dessus de son maître, mais tout disciple accompli sera comme son maître. » Pourtant, les chrétiens américains continuent d'envoyer leurs enfants dans des écoles publiques anti-chrétiennes où ils savent que même les enseignants chrétiens sont soumis à un bâillon total lorsqu'il s'agit de mentionner Dieu. Sous prétexte que leurs enfants soient « sel et lumière », ils envoient leurs garçons et filles non entraînés pour être formés par des ennemis de Dieu en tant qu'enfants dans une guerre spirituelle qui fait rage.


Tout sauf la religion chrétienne


Aujourd'hui, l'humanisme religieux imprègne encore les écoles. Mais il en va de même pour l'occultisme, l'islam, l'hindouisme, le bouddhisme et de nombreuses autres religions étrangères qui sont imposées aux étudiants dans tout le pays. Seuls les principes moraux bibliques, semble-t-il, ne sont pas les bienvenus dans les salles de classe du gouvernement. En avril, par exemple, le California State Board of Education a voté à l'unanimité pour approuver un nouveau « programme d'études modèle d'études ethniques ». Parmi d'autres abominations, les enfants des écoles élémentaires reçoivent l'ordre de chanter devant les divinités aztèques. ( alors que les Aztèques faisaient des sacrifices humains avant l`arrivé des Espagnols au 16 eme siècle qui les ont fait cesser.)

Le paganisme est de plus en plus normalisé à l'échelle nationale. Le paganisme oriental devient également de plus en plus populaire dans les écoles publiques. Partout en Amérique, les enfants sont forcés de participer à des rituels de yoga et à une « méditation transcendantale ». Ces deux activités proviennent de l'hindouisme, une religion connue pour adorer un vaste éventail de divinités. Et les deux sont des « passerelles » vers des pratiques New Age encore plus alarmantes, selon les experts.  Mis à part l'Alabama, qui a interdit le yoga et l'hindouisme dans les écoles, de tels rituels religieux sont devenus monnaie courante dans « l'éducation » gouvernementale. En juillet 2019, le Chicago Tribune a souligné certaines de ces pratiques qui se déroulent dans les écoles publiques de Chicago. Selon les étudiants soumis et forcés de participer aux rituels, des bougies et de l'encens étaient allumés, les fenêtres étaient fermées, tout le monde recevait des fleurs, les instructeurs « scandaient dans une langue étrangère », puis « jetaient du riz, des assaisonnements et des oranges dans une casserole. devant la photo d'un homme. Les élèves ont également été invités à placer des fleurs dans une casserole. Le rituel impliquait même un "mantra secret", ont déclaré des étudiants.  Le bouddhisme New Age a également envahi les salles de classe dans tout le pays sous le couvert de techniques de « méditation » et d'éducation à la « pleine conscience ».

Il est intéressant de noter qu'au moins plusieurs des principaux créateurs de « normes » et de programmes d'enseignement aux États-Unis et dans le monde ont été profondément impliqués dans l'occultisme. Par exemple, le Dr Shirley McCune, qui a aidé à lancer le processus de fédéralisation formelle de l'éducation sous le régime de George H.W. Bush, était co-auteur du livre The Light Shall Set You Free. Entre autres éléments, le livre comprend des informations provenant d'entités spirituelles supposées surnommées « Maîtres ascensionnés ». Soi-disant, tous les « êtres » auront besoin de cette intuition pour éventuellement entrer dans ce que l'on appelle la « cinquième dimension ». Dans un discours aux gouverneurs du pays lors d'un sommet sur l'éducation en 1989 convoqué par le président Bush, McCune, qui était sous contrat avec le département américain de l'Éducation, a noté qu'il y avait une "restructuration totale de notre société" en cours. À l'avant-garde de l'introduction des changements, a-t-elle dit, se trouvaient les écoles publiques, se vantant de la « fonction de changement social des écoles » à travers ce qu'elle a décrit comme une « socialisation anticipée ».

Un autre occultiste clé dont les divagations ont inspiré certains des développements «spirituels» qui se manifestent aujourd'hui dans l'éducation était feu Alice Bailey, qui a fondé la Lucifer Publishing Company (plus tard rebaptisée Lucis Trust) en 1922. Le Secrétaire général adjoint des Nations Unies, Robert Muller, qui a écrit le Le « World Core Curriculum » pour l'UNESCO qui, selon lui, devrait être enseigné dans toutes les écoles de la planète, était un fervent disciple de Alice Bailey. En fait, dans l'avant du manuel de l'enseignant du World Core Curriculum, Muller a admis que sa philosophie éducative était basée sur l'enseignement de Alice Bailey et de son « Maître Ascensionné » Djwal Khul, également connu sous le nom de « le Tibétain ». Bien qu'elles soient presque entièrement inconnues du commun des mortels, Alice Bailey et ses « Maîtres Ascensionnés » reviennent encore et encore dans le monde de l'éducation. Considérez, par exemple, l'engouement pour « l'apprentissage social-émotionnel » (SEL) – essentiellement une nouvelle boîte à outils pour endoctriner les enfants avec une idéologie de gauche radicale – qui a infecté toutes les écoles publiques et même de nombreuses écoles privées ces dernières années.

Selon le Collaborative for Academic, Social, and Emotional Learning (CASEL), la principale organisation promouvant le SEL, l'idée même du SEL est née de réunions à l'Institut Fetzer. Cette sombre organisation « New Age » a été créée par John Fetzer, un fervent dévot de Alice Bailey qui accueillait régulièrement des groupes dans son institut pour réciter la prière de la « Grande Invocation » de Alice Bailey qui lui aurait été donnée par ses Maîtres Ascensionnés. À ce mélange de paganisme et de fausse religion s'ajoutent des stratégies spécialement conçues pour briser les opinions existantes des enfants.


Ce que la Bible et les dirigeants de l'Église ont dit


Ce qui se passe aujourd'hui dans les écoles publiques est un changement radical par rapport à l'éducation chrétienne omniprésente qui a régné en Amérique du début des années 1600 jusqu'au milieu des années 1800. En fait, la descente de l'Amérique dans le paganisme à part entière et même le  a des parallèles étranges avec l'ancien Israël, une nation qui connaissait Dieu mais qui s'est ensuite régulièrement « prostituée » après d'autres dieux. Inévitablement, ce fut un précurseur de jugement et de désastre pour l'ancien Israël. Un sort similaire attend l'Amérique en l'absence d'une correction de cap dramatique. Les données compilées par l'Institut Néhémie depuis la fin des années 1980 sur la vision du monde des enfants issus de foyers chrétiens sont stupéfiantes. À l'aide du test « PEERS », qui mesure la vision du monde dans « la politique, l'économie, l'éducation, la religion et les problèmes sociaux », l'institut classe les personnes dans l'une des quatre catégories. Ceux-ci incluent le théisme biblique, le chrétien modéré, la laïcité et le socialisme. Le test a été passé par environ 125 000 jeunes de familles chrétiennes qui fréquentent des écoles chrétiennes ou publiques, ou qui sont éduqués à la maison.

Ceux qui fréquentent les écoles chrétiennes émergent souvent avec une vision du monde biblique. Cependant, plus de 90 pour cent de ceux qui fréquentent les écoles publiques se retrouvent dans la partie inférieure de la laïcité ou même du socialisme à part entière – malgré leur implication dans l'église et les groupes de jeunes. « Le grand danger pour les familles chrétiennes qui choisissent d'envoyer leurs enfants dans des écoles publiques laïques est de voir leurs jeunes diplômés avec des opinions étatiques, ce qui rendra la foi chrétienne non pertinente a averti Dan Smithwick, président de l'Institut Néhémie. « Je prétends que c'est précisément le système d'éducation étatique qui a conduit plus des deux tiers des jeunes issus de foyers chrétiens à quitter l'église dans l'année suivant leur diplôme d'études secondaires », a-t-il déclaré au magazine The New American. « L'église n'est tout simplement pas valorisée. Il est temps que les dirigeants de l'église et les parents chrétiens prennent des décisions pour assumer la pleine responsabilité et le contrôle de l'éducation de leurs enfants de la maternelle à la 12e année. En effet, la Bible place la responsabilité de l'éducation des enfants sur les parents et non sur le gouvernement. Dans le Deutéronome (Ancien Testament), par exemple, les parents sont chargés d'enseigner la loi de Dieu à leurs enfants tout le temps. Dans Éphésiens 6:4, l'apôtre Paul dit aux pères d'élever leurs enfants dans la discipline et l'exhortation du Seigneur. Et dans Marc 12:17, Jésus dit que les gens devraient donner à César les choses qui sont à César, et à Dieu les choses qui sont à Dieu. Vos enfants appartiennent-ils à César ou à Dieu ?

De divers papes à Martin Luther et d'autres chefs religieux remontant jusqu'aux premiers pères de l'Église, tous ont clairement souligné le rôle des parents et de l'Église dans l'éducation. Le pape Pie XI, a averti que toute « éducation » qui rejette ou néglige la juste formation de la vie chrétienne était « fausse et pleine d'erreurs ». La Bible parle aussi clairement de ce à quoi devrait ressembler l'éducation. Par exemple, les Proverbes informe les lecteurs que la crainte du Seigneur est le début de la connaissance et le début de la sagesse. « La crainte du Seigneur; principe du savoir; les fous dédaignent sagesse et discipline» (Proverbes 1,7).  Et pourtant, le Seigneur ne peut même pas être mentionné dans une école publique. En termes simples, si l'on croit la Bible, il s'ensuit qu'il n'y aura pas de véritable connaissance ou sagesse dans une école publique.[b] En fin de compte, il n'y a que deux options pour ceux qui croient en la Bible : la vraie éducation ou la fausse éducation. En fait, dans deux des récits évangéliques, Jésus le précise encore plus :[b] « Celui qui n'est pas avec moi est contre moi » (Matthieu 12,30). Personne aujourd'hui ne voudrait ou ne pourrait sérieusement prétendre que les écoles d'aujourd'hui sont avec Dieu. Cela ne laisse qu'une seule option. Parents et pasteurs : Vous ne pouvez avoir qu'un seul maître. Décidez ce jour qui vous servirez.

MichelT

Date d'inscription : 06/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum