Entre vraie et fausse miséricorde par l'abbé M.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Entre vraie et fausse miséricorde par l'abbé M.

Message par Rémi le Ven 15 Juil 2016 - 16:43

Cette fausse miséricorde est enseignée par bien des cardinaux, évêques et prêtres, c'est une miséricorde à la sauce Kasper qui demande d'accueillir tout le monde en Église sans les juger et sans leur demander de faire l'effort de se convertir de leurs situations mortelles pour leur âme. Cela est en lien avec ma prière que j'ai posté dernièrement ici :
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]




Entre vraie et fausse miséricorde

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

L'abbé M, un prêtre français, m'envoie cette réflexion que je publie avec grand plaisir, sur ce qu'il voit comme le plus grand danger auxquel nous sommes confrontés aujourd'hui: la miséricorde évangélique authentique et ses caricatures antichristiques largement diffusées et répandues (11/7/2016)



Entre vraie et fausse miséricorde


Abbé M.
11 juillet

* * *

Depuis maintenant des mois, l'ensemble du monde catholique vit au rythme de la dynamique jubilaire censée favoriser une prise de conscience salutaire de la centralité de la miséricorde divine.
Mais qu'entend-t-on précisément par cette expression ?

Les divers discours et publications ne l'abordent souvent que de manière trop superficielle, comme pour en atténuer la portée où en réduire l'exigence. Aussi louable que soit la volonté du Pape de renouveler l'Eglise en la plongeant au cœur même du mystère de la foi, cette démarche n'est pas sans danger. En effet, si l'on n'a pas une compréhension globale et juste du mystère de la miséricorde divine, si la clarté théologique en vient à manquer ou, pire encore, si certains voudraient profiter de l'occasion pour lui donner de nouveaux contours, alors cette année risquerait de conduire le peuple de Dieu à une méprise fatale et aux confusions les plus funestes. Le très grave danger qui guette l'Eglise tient en la possibilité d'une promotion caricaturale du plus grand des attributs de Dieu. Si la tentation d'une miséricorde au rabais et dénaturée devenait effective, nous serions alors confrontés à une imposture substantiellement destructrice de l'ensemble de la vie chrétienne.

La miséricorde divine est un tryptique où chaque élément est vitalement lié aux deux autres. Ce mystère débute avec la prise de conscience de sa propre misère, de son mal, de son péché. Le premier pas correspond à la reconnaissance lucide du péché présent dans sa vie. Ne pas être capable d'ouvrir les yeux sur son mal et ne pas vouloir poser un diagnostic adéquat, assimile le chrétien au malade qui nie sa maladie. Evidemment, sans maladie le médecin est aussi superflu que la Joconde exposée à la vue d'un aveugle. Le mystère de la miséricorde s'enracine donc dans l'humilité qui accueille et accepte, même douloureusement, la vérité. Qui fait la vérité vient à la lumière affirme le Christ... Cette première étape, absolument essentielle, fait malheureusement souvent défaut dans notre monde sécularisé. Pie XII ne constatait-il pas déjà de son temps la prégnance de l'orgueilleuse négation de la notion même de péché, de cet orgueil qui prétend ne plus avoir besoin du Christ Sauveur ?

Le second temps consiste à aller auprès du Seigneur, chargé de son fardeau écrasant, pour implorer humblement son pardon et sa guérison. Seule une disposition intérieure d'ouverture à la Vérité permet à Dieu de déverser sa miséricorde dans le cœur humain de manière à en extirper la gangrène du péché. Il ne peut pleinement agir selon son plan de salut qu'avec le concours de la liberté humaine. La toute-puissance de son Amour infini peut être littéralement muselée par une liberté qui n'en veut pas. Sans le "oui" lucide et confiant de l'homme, Dieu ne peut pratiquement rien pour lui.

Le dernier pas consiste en la décision ferme et persévérante de conformer concrètement sa vie à la volonté de Dieu exprimée par ses Commandements. Autrement dit, la miséricorde divine doit nous convertir au sens le plus fort et nous faire prendre le chemin de la sainteté. Zachée a été transformé par cet amour miséricordieux du Christ au point de réparer ses torts au quadruple. A la pécheresse adultère, le Christ a enjoint de ne plus pécher...

Or, il appert qu'aujourd'hui l'accent est mis presque exclusivement sur un seul de ces trois éléments - l'amour miséricordieux de Dieu. Mais l'oubli de l'exigence de la Vérité et l'occultation implicite de l'impératif de notre correspondance aux Commandements divins, font courir à l'Eglise le risque de formuler une conception de la miséricorde sans relation aucune avec sa compréhension bi-millénaire. L'enjeu de cette année est donc immense. L'Eglise ne serait-elle pas dans l'obligation de devoir choisir entre la fidélité au véritable mystère de la miséricorde et sa caricature antichristique ? Entre la fidélité intransigeante à la volonté divine et la manufacturation d'une doctrine sur mesure, compatible avec l'égoïsme étroit du vieil homme ? Une miséricorde qui ne fait plus porter à l'homme des fruits de sainteté ne serait rien de moins que la perversion la plus subtile et la plus destructrice de la foi catholique. Si un peu de levain fait monter toute la pâte, une erreur affectant la pièce maitresse ruine l'ensemble de l'édifice. Pour le bien du peuple de Dieu, il est donc urgent de démasquer la logique mensongère de cette miséricorde amputée où se mêlent confusément vérité et erreur. Quelle est cette logique?

Elle part de l'affirmation de l'amour infini de Dieu pour nous. C'est vrai ! Elle continue en disant que Dieu aime inconditionnellement l'homme, tel qu'il est et quoi qu'il fasse. C'est encore vrai ! Elle renchérit en faisant remarquer que Dieu fait tout contribuer au plus grand bien de l'homme. C'est toujours vrai ! De cela, on en vient à conclure que l'on peut continuer à vivre sans avoir à se convertir, sans devoir changer de vie puisque de toute façon Dieu continue d'aimer le pécheur d'un même amour. Cette miséricorde d'un nouveau type va même jusqu'à admettre que ceux qui vivent en contradiction objective avec la volonté divine peuvent confortablement continuer sur le même chemin. Cela signifie que tout en continuant à vivre dans un état objectif de péché on pourrait bénéficier des grâces divines... Erreur fatale ! Cette conception complètement erronée de la miséricorde est aux antipodes de l'Evangile qui nous dit "convertissez-vous!". Elle contredit deux milles ans d'enseignement chrétien et de pratique pastorale. Si cette vision de la miséricorde s'imposait dans l'Eglise, elle signerait sa reddition sans condition à l'esprit du monde.

Si la miséricorde dans sa version 2016 devient le prétexte qui cautionne les choix les plus peccamineux et prétend libérer la vie chrétienne des Commandements de Dieu, il faut avoir le courage de dire haut et fort que cette doctrine reflète le visage de l'Antichrist. Cela n'a jamais été le message de l'Evangile et ne le sera jamais.

"C'est ici la persévérance des saints, de ceux qui gardent les Commandement de Dieu et la foi en Jésus" (Ap 14, 12).

_________________
Mon site Web : Garde des trois Blancheurs

Pour la défense de notre Église, une, sainte, catholique et apostolique
avatar
Rémi
Admin
Admin

Masculin Date d'inscription : 08/02/2008
Localisation : Canada, Québec

http://triumcandorumcustodia.org/index.html

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entre vraie et fausse miséricorde par l'abbé M.

Message par Coowar Claude le Ven 29 Juil 2016 - 12:31

Comme étant " Fruit du Mystère ", le Rosaire à travers les Mystères Lumineux au premier mystère relatif consacré au Baptême de Jésus, fait suivre la Miséricorde  de, Mission et Vocation.

Claude. Marie

Coowar Claude

Masculin Date d'inscription : 28/07/2016
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entre vraie et fausse miséricorde par l'abbé M.

Message par edelweiss le Ven 29 Juil 2016 - 17:11

Nous n'entendons plus que parler de miséricorde
Que signifie le mot miséricorde (définition du petit Robert) ?
Pitié par laquelle on pardonne au coupable
Clémence, indulgence contraire de dureté

Il est facile de pardonner lors de faits très graves lorsque l'auteur du mal est repentant.
Mais si ce dernier persiste dans la satisfaction de l'horreur de son péché pouvons nous toujours avoir pitié pour être miséricordieux ?

Je dois bien avouer qu'il m'est impossible d'avoir assez de pitié pour un égorgeur de prêtre qui est satisfait de sa barbarie et qui n'a marqué aucune repentance. Surtout qu'en étant resté vivant il n'aurait pensé qu'en égorger un de plus.

Le Seigneur nous demande d'être miséricordieux
Le Seigneur est miséricordieux
Mais où est la limite entre tout trouver bien et être miséricordieux ?
Attention de ne pas tomber dans le piège d'accepter les péchés les plus horribles au nom de la miséricorde et par ce moyen de dénaturer l'abomination du péché et  de le trouver normal.

Il faut avoir pitié pour l'âme du pécheur, prier pour lui afin qu'il demande à Dieu le pardon de son péché.
Mais il ne faut pas tomber dans le piège d'aller jusqu'à faire la promotion de la religion du criminel dans nos églises au point d'en oublier les différences théologiques car Seul Jésus Christ est Notre Unique Sauveur.
avatar
edelweiss

Date d'inscription : 17/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entre vraie et fausse miséricorde par l'abbé M.

Message par Coowar Claude le Ven 29 Juil 2016 - 17:42

Qui pourrait dire le contraire de ce que vous déclamez. Certes la Miséricorde du péché doit incliner le chrétien vers la mission apostolique par la proclamation de la Parole de Dieu. Mais l'Histoire  se rit de ceux qui se désarment. Nous devons en tirer des leçons. C'est vrai que nous ne sommes (pas encore) dans une guerre de religion. Mais nous sommes dans une guerre d'une religion qui veut nous imposer la sienne par la force et la terreur.

Il faut arrêter d'être naïf. Je ne sais plus quel écrivain qui a écrit à la ma souvenance : l'homme n'est ni ange ni bête. Me permettrais-je d'ajouter: quand il fait l'ange, il devient Bête.

Claude. Ste Marie

Coowar Claude

Masculin Date d'inscription : 28/07/2016
Age : 70

Revenir en haut Aller en bas

Re: Entre vraie et fausse miséricorde par l'abbé M.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum