Forum l'Arche de Marie
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-60%
Le deal à ne pas rater :
Bracelet connecté et étance Xiaomi Mi Bande 5 à -60%
19.99 € 49.99 €
Voir le deal

Prière de réparation du Pape Pie XI à faire chaque année en la fête du sacré cœur

Aller en bas

Prière de réparation du Pape Pie XI à faire chaque année en la fête du sacré cœur  Empty Prière de réparation du Pape Pie XI à faire chaque année en la fête du sacré cœur

Message par Titi Sam 5 Juin 2021 - 14:16

MISERENTISSIMUS REDEMPTEUR
ENCYCLIQUE DU PAPE PIE XI
SUR LA
RÉPARATION AU SACRÉ- COEUR À NOS VÉNÉRABLES FRÈRES LES PATRIARCHES, PRIMATS,
ARCHEVÊQUES ET AUTRES ORDINAIRES LOCAUX
EN PAIX ET COMMUNION AVEC LE SIÈGE APOSTOLIQUE.




Vénérables Frères, Santé et Bénédiction Apostolique.

Notre Très Miséricordieux Rédempteur, après avoir opéré le salut de l'humanité sur l'arbre de la Croix et avant de monter de ce monde vers le Père, dit à ses Apôtres et Disciples, pour les consoler dans leur inquiétude : « Voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu'à la consommation du monde." ( Mat. xxviii, 20). Ces paroles, qui sont en effet les plus agréables, sont une cause de tout espoir et de toute sécurité, et elles nous apportent, vénérables frères, un secours prêt, chaque fois que nous regardons autour de cette tour de guet élevée et voyons toute la société humaine travailler au milieu de tant de maux et misères, et l'Église elle-même assaillie sans cesse d'attaques et de machinations. Car comme au commencement cette promesse divine a élevé l'esprit abattu des Apôtres et les a enflammés et enflammés afin qu'ils puissent jeter les graines de l'enseignement de l'Évangile dans le monde entier ; ainsi depuis qu'il a fortifié l'Église jusqu'à sa victoire sur les portes de l'enfer. En effet, Notre Seigneur Jésus-Christ a été avec son Église à chaque époque, mais il a été avec elle avec une aide et une protection plus présentes chaque fois qu'elle a été assaillie par des périls et des difficultés plus graves.Sagesse viii, 1). Mais dans ce dernier âge aussi, « la main du Seigneur n'est pas abrégée » ( Isaïelix, 1), d'autant plus que l'erreur s'est glissée et s'est répandue au loin, de sorte qu'on pourrait bien craindre que les sources de la vie chrétienne ne soient en quelque sorte taries, là où les hommes sont coupés de l'amour et de la connaissance de Dieu. Or, puisqu'il se peut que certaines personnes ne connaissent pas, et d'autres ne tiennent pas compte, des plaintes que le très aimant Jésus a faites lorsqu'il s'est manifesté à Marguerite-Marie Alacoque, et ces choses également qu'en même temps il a demandées et attendu des hommes, pour leur profit ultime, il nous plaît, vénérables frères, de vous parler un instant du devoir de satisfaction honorable que nous devons tous au Très Sacré-Cœur de Jésus, afin que vous puissiez , chacun de vous, enseignez soigneusement à vos troupeaux les choses que nous vous proposons,

2. Parmi les nombreuses preuves de la bienveillance sans bornes de notre Rédempteur, il en est une qui saute aux yeux, à savoir que lorsque la charité du peuple chrétien se refroidissait, la divine Charité elle-même était présentée pour être honorée par un culte, et la richesse de sa générosité a été largement manifestée par cette forme de dévotion dans laquelle le culte est rendu au Très Sacré-Cœur de Jésus, "En qui sont cachés tous les trésors de la sagesse et de la connaissance" ( Colosse . II, 3). Car comme dans les temps anciens où l'humanité sortait de l'arche de Noé, Dieu plaça son "arc dans les nuées" ( Genèseix, 13), brillant comme le signe d'une alliance amicale; ainsi dans les temps les plus turbulents d'une époque plus récente, quand l'hérésie janséniste, la plus rusée de toutes, hostile à l'amour et à la piété envers Dieu, s'insinuait et prêchait que Dieu ne devait pas être aimé comme un père mais plutôt comme un être craint comme un juge implacable ; puis le plus bienveillant Jésus montra son très Sacré-Cœur aux nations élevé comme un étendard de paix et de charité laissant présager une victoire sans doute dans le combat. Et en effet Notre prédécesseur d'heureuse mémoire, Léon XIII, admirant l'opportunité opportune de la dévotion au Très Sacré-Cœur de Jésus, a dit très justement dans sa Lettre encyclique, "Annum Sacrum", "Quand dans les jours proches de son origine, l'Église était opprimée sous le joug des Césars. La croix montrée en haut au jeune empereur était à la fois un présage et une cause de la victoire qui s'ensuivit bientôt. Et ici, aujourd'hui, un autre signe des plus auspicieux et des plus divins s'offre à nos yeux, à savoir le très Sacré-Cœur de Jésus, surmonté d'une Croix qui brille d'un éclat des plus resplendissants au milieu des flammes. C'est là que doivent être placés tous les espoirs, d'où le salut des hommes doit être recherché et attendu."

3. Et c'est à juste titre que cela est dit, Vénérables Frères. Car n'est-ce pas la somme de toutes les religions et donc le modèle d'une vie plus parfaite, contenue dans ce signe des plus auspicieux et dans la forme de piété qui en découle en tant qu'elle conduit plus facilement l'esprit des hommes à une connaissance intime du Christ. Seigneur, et émeut plus efficacement leurs cœurs à l'aimer plus violemment et à l'imiter de plus près ? Il n'est donc pas étonnant que nos prédécesseurs aient constamment défendu cette forme de dévotion la plus approuvée contre les blâmes des calomniateurs, et l'aient exaltée avec éloge et promue avec beaucoup de zèle, selon les besoins du temps et des circonstances. De plus, par l'inspiration de la grâce de Dieu, il est arrivé que la pieuse dévotion des fidèles envers le Très Sacré-Cœur de Jésus s'est considérablement accrue au cours du temps ; de là s'érigent partout de pieuses confréries pour promouvoir le culte du Divin Cœur, de là aussi la coutume de recevoir la Sainte Communion le premier vendredi de chaque mois au désir du Christ Jésus, coutume qui prévaut maintenant partout.

4. Mais assurément parmi les choses qui appartiennent proprement au culte du Très Sacré-Cœur, une place spéciale doit être donnée à cette Consécration, par laquelle nous nous consacrons nous-mêmes et tout ce qui nous appartient au Divin Cœur de Jésus, reconnaissant que nous avons reçu toutes choses de l'amour éternel de Dieu. Lorsque Notre Sauveur avait enseigné à Marguerite-Marie, la plus innocente disciple de son Cœur, combien il désirait que ce devoir de dévotion lui fût rendu par des hommes, mû en cela non pas tant de son propre droit que par son immense charité pour nous. ; elle-même, avec son père spirituel, Claude de la Colombière, en a rendu le premier. Viennent ensuite, au cours du temps, des hommes individuels, puis des familles et associations privées, et enfin des magistrats civils, des cités et des royaumes. Mais depuis le siècle dernier,Luc XIX, 14) : de ladite Consécration éclata contre eux dans la plus vive opposition la voix de tous les clients du Très Sacré-Cœur, comme une seule voix, pour revendiquer sa gloire et faire valoir ses droits : « Le Christ doit règne » (1 Corinthiens XV, 25) ; « Que ton règne vienne » ( Matth . vi, 10). De là enfin, il arriva heureusement qu'au début de ce siècle toute la race humaine que le Christ, en qui toutes choses sont rétablies ( Ephes. I, 10), possède par droit naturel comme sien, était dédiée à le même Très Sacré-Cœur, avec les applaudissements de tout le monde chrétien, par Notre prédécesseur d'heureuse mémoire, Léon XIII.

5. Maintenant que ces choses ont commencé si heureusement et si heureusement, comme nous l'avons enseigné dans notre lettre encyclique "Quas primas", nous-mêmes, consentant à de très nombreux désirs et prières des évêques et du peuple, menés à terme et perfectionnés, par la grâce de Dieu, lorsqu'à la fin de l'année jubilaire, Nous avons institué la fête du Christ Roi de tous, qui sera solennellement célébrée dans tout le monde chrétien. Or, lorsque nous avons fait cela, non seulement nous avons mis en évidence cette souveraineté suprême que le Christ détient sur l'univers entier, sur la société civile et domestique et sur les hommes individuels, mais en même temps nous avons anticipé les joies de ce plus auspicieux jour où le monde entier obéira avec joie et de plein gré à la très douce seigneurie du Christ-Roi. Pour cette raison,

6. Mais à tous ces devoirs, plus spécialement à cette consécration féconde qui fut en quelque sorte confirmée par la sainte solennité du Christ-Roi, il faut ajouter autre chose, et c'est de cela qu'il nous fait plaisir de vous parler plus longuement, Vénérables Frères, à la présente occasion : nous voulons dire ce devoir de satisfaction ou de réparation honorable qui doit être rendu au Très Sacré-Cœur de Jésus. Car si la chose première et principale de la Consécration est que l'amour de la créature soit donné en échange de l'amour du Créateur, une autre chose en découle aussitôt, à savoir qu'au même Amour incréé, s'il en est ainsi négligée par l'oubli ou violée par le délit, une sorte de réparation doit être rendue pour le préjudice, et cette dette est communément appelée sous le nom de réparation.

7. Or, bien qu'en ces deux matières nous soyons poussés par des motifs tout à fait identiques, nous n'en sommes pas moins tenus au devoir de réparation et d'expiation par un certain titre plus valable de justice et d'amour, de justice même, afin que le l'offense offerte à Dieu par nos péchés peut être expiée et que l'ordre violé peut être réparé par la pénitence : et d'amour aussi pour que nous souffrions avec le Christ souffrant et "remplis d'opprobres" ( Lam. III, 30), et pour toute notre pauvreté peut lui offrir un peu de réconfort. Car puisque nous sommes tous pécheurs et chargés de beaucoup de fautes, notre Dieu doit être honoré par nous non seulement par ce culte avec lequel nous adorons Sa Majesté infinie avec l'hommage qui lui est dû, ou reconnaissons Sa suprême domination en priant, ou louons Sa bonté illimitée en actions de grâces ; mais en plus de cela, nous devons faire satisfaction à Dieu le juste vengeur, « pour nos innombrables péchés, offenses et négligences ». À la consécration, donc, par laquelle nous sommes consacrés à Dieu et appelés saints à Dieu, par cette sainteté et cette stabilité qui, comme l'enseigne le Docteur Angélique, sont propres à la consécration (2da. 2dae. qu. 81, a. 8. c. ), il faut ajouter l'expiation, par laquelle les péchés sont entièrement effacés, de peur que la sainteté de la justice suprême ne punisse notre indignité éhontée,

8. De plus, ce devoir d'expiation est imposé à toute la race des hommes puisque, comme nous l'enseigne la foi chrétienne, après la misérable chute d'Adam, infecté par la souillure héréditaire, sujet aux concupiscences et très misérablement dépravé, il aurait été renversé. dans la destruction éternelle. Ceci est en effet nié par les sages de notre siècle, qui, suivant l'ancienne erreur de Pélage, attribuent à la nature humaine une certaine vertu native par laquelle de sa propre force elle peut aller de l'avant vers des choses plus élevées ; mais l'Apôtre rejette ces fausses opinions de l'orgueil humain, nous avertissant que nous « étions par nature des enfants de colère » ( Éphésiensii, 3). Et en effet, dès le commencement, les hommes reconnaissaient en quelque sorte cette commune dette d'expiation et, conduits par un certain instinct naturel, ils s'efforçaient d'apaiser Dieu par des sacrifices publics.

9. Mais aucune puissance créée n'était suffisante pour expier les péchés des hommes, si le Fils de Dieu n'avait assumé la nature de l'homme pour la racheter. Ceci, en effet, le Sauveur des hommes Lui-même a déclaré par la bouche du Psalmiste sacré: "Tu ne voudrais pas de sacrifice et d'oblation: mais tu m'as adapté un corps: Holocaustes pour le péché ne t'a pas plu: alors je dis: Voici, je viens " ( Hébreux x, 5-7). Et en très acte, « Sûrement Il a porté nos infirmités, et nos douleurs... Il a été blessé pour nos iniquités ( Isaias LIII, 4-5), et il porté lui-même nos péchés en son corps sur l'arbre. ... (1 PierreII, 24), "Effacer l'écriture du décret qui était contre nous, qui était contraire à nous. Et Il l'a enlevé du chemin, l'attachant à la croix . . ." ( Colossiens II, 14) "que nous, étant morts aux péchés, vivions selon la justice" (1 Pierre II, 24). Pourtant, bien que la copieuse rédemption du Christ nous ait abondamment pardonné toutes les offenses (Cf. Colossiens II, 13), néanmoins, à cause de cette merveilleuse dispensation divine par laquelle les choses qui manquent aux souffrances du Christ doivent être remplies dans notre chair pour Son corps qui est l'Eglise (Cf. ColossiensI, 24), aux louanges et satisfactions « que le Christ, au nom des pécheurs, a rendues à Dieu », nous pouvons également ajouter nos louanges et satisfactions, et en effet il nous appartient de le faire. Mais nous devons toujours nous souvenir que toute la vertu de l'expiation dépend de l'unique sacrifice sanglant du Christ, qui, sans interruption de temps, est renouvelé sur nos autels d'une manière non sanglante, « Car la victime est une seule et même, la même offrant maintenant par le ministère des prêtres, qui s'offraient alors sur la croix, la seule manière d'offrir étant différente » ( Concile de Trente , session XXIII, chapitre 2). C'est pourquoi à ce très auguste Sacrifice eucharistique doit se joindre une oblation à la fois des ministres et de tous les fidèles, afin qu'eux aussi « se présentent des sacrifices vivants, saints,Romains XII, 1). Bien plus, saint Cyprien n'hésite pas à affirmer que « le sacrifice du Seigneur n'est pas célébré avec une sanctification légitime, à moins que notre oblation et notre sacrifice ne correspondent à sa passion » ( Éphésiens 63). Pour cette raison, l'Apôtre nous avertit que "portant dans notre corps la mortification de Jésus" (2 Corinthiens iv, 10), et ensevelis avec Christ, et plantés ensemble à l'image de sa mort (Cf. Romains vi, 4 -5), il ne faut pas seulement crucifier notre chair avec les vices et les concupiscences (Cf. Galates v, 24), "voler la corruption de cette concupiscence qui est dans le monde" (2 Pierre i, 4), mais "Corinthiens iv, 10) et étant devenus participants de son sacerdoce éternel, nous devons offrir « des dons et des sacrifices pour les péchés » ( Hébreux v, 1). Ceux-là non plus ne jouissent pas seulement d'une participation à ce sacerdoce mystique et à l'office de satisfaction et de sacrifice, que notre Pontife Christ Jésus utilise comme Ses ministres pour offrir l'oblation pure au Nom de Dieu en tout lieu, du lever du soleil au départ. ( Malachie I, 11), mais tout le peuple chrétien appelé à juste titre par le Prince des Apôtres « une génération choisie, un sacerdoce royal » (1 Pierre II, 9), doit offrir pour les péchés à la fois pour lui-même et pour toute l'humanité (Cf. Hébreuxv, 3), à peu près de la même manière que tout prêtre et pontife "pris parmi les hommes, est ordonné pour les hommes dans les choses qui appartiennent à Dieu" ( Hébreux v, 1).

10. Mais plus parfaitement que notre oblation et notre sacrifice correspondent au sacrifice de Notre-Seigneur, c'est-à-dire plus parfaitement nous avons immolé notre amour et nos désirs et crucifié notre chair par cette crucifixion mystique dont parle l'Apôtre, les fruits plus abondants de cette propitiation et de cette expiation, nous les recevrons pour nous-mêmes et pour les autres. Car il y a une union merveilleuse et intime de tous les fidèles avec le Christ, telle que celle qui règne entre le chef et les autres membres ; de plus, par cette mystique communion des saints que nous professons dans le credo catholique, les hommes et les peuples sont unis non seulement les uns aux autres, mais aussi à lui, « qui est la tête, le Christ ; de qui tout le corps, étant compacté et bien unis ensemble, par ce que chaque joint fournit,Ephésiens iv, 15-16). C'est bien ce que le Médiateur de Dieu et des hommes, Jésus-Christ, lorsqu'il était proche de la mort, demanda à son Père : « Moi en eux, et toi en moi, afin qu'ils soient parfaits en un seul » ( Jean XVII, 23).

11. C'est pourquoi, de même que la consécration proclame et confirme cette union avec le Christ, de même l'expiation commence cette même union en lavant les fautes, et la perfectionne en participant aux souffrances du Christ, et la consomme en offrant des victimes pour les frères. Et tel était bien le dessein de Jésus miséricordieux, lorsqu'Il nous montra son Cœur portant autour de lui les symboles de la passion et déployant les flammes de l'amour, afin que de l'un nous puissions connaître l'infinie malice du péché, et dans l'autre nous pourrions admirer la charité infinie de Notre Rédempteur, et ainsi avoir une haine plus véhémente du péché, et faire un retour plus ardent d'amour pour son amour.

12. Et vraiment l'esprit d'expiation ou de réparation a toujours eu la première place dans le culte rendu au Très Sacré-Cœur de Jésus, et rien n'est plus conforme à l'origine, au caractère, à la puissance et aux pratiques distinctives de cette forme de dévotion, telle qu'elle ressort des annales de l'histoire et des coutumes, ainsi que de la sainte liturgie et des actes des Souverains Pontifes. Car lorsque le Christ s'est manifesté à Marguerite-Marie, et lui a déclaré l'infini de son amour, en même temps, à la manière d'un pleureur, il se plaignait que tant et de si grandes blessures lui étaient faites par des hommes ingrats - et nous voudrait que ces paroles dans lesquelles Il a fait cette plainte soient fixées dans l'esprit des fidèles, et ne soient jamais effacées par l'oubli : "Voici ce Cœur" - Il a dit - " Afin que ces défauts puissent être lavés, il recommanda alors plusieurs choses à faire, et en particulier les suivantes comme les plus agréables à lui-même, à savoir que les hommes devraient s'approcher de l'autel dans le but d'expier le péché, en faisant ce qu'on appelle une communion de Réparation, - et qu'ils fassent également des supplications et des prières expiatoires, prolongées pendant une heure entière, - qui est à juste titre appelée "l'Heure Sainte". Ces pieux exercices ont été approuvés par l'Église et ont été aussi enrichis de copieuses indulgences. Afin que ces défauts puissent être lavés, il recommanda alors plusieurs choses à faire, et en particulier les suivantes comme les plus agréables à lui-même, à savoir que les hommes devraient s'approcher de l'autel dans le but d'expier le péché, en faisant ce qu'on appelle une communion de Réparation, - et qu'ils fassent également des supplications et des prières expiatoires, prolongées pendant une heure entière, - qui est à juste titre appelée "l'Heure Sainte". Ces pieux exercices ont été approuvés par l'Église et ont été aussi enrichis de copieuses indulgences. - et qu'ils fassent également des supplications et des prières expiatoires, prolongées d'une heure entière, - ce qu'on appelle à juste titre « l'Heure Sainte ». Ces pieux exercices ont été approuvés par l'Église et ont été aussi enrichis de copieuses indulgences. - et qu'ils fassent également des supplications et des prières expiatoires, prolongées d'une heure entière, - ce qu'on appelle à juste titre « l'Heure Sainte ». Ces pieux exercices ont été approuvés par l'Église et ont été aussi enrichis de copieuses indulgences.

13. Mais comment ces rites d'expiation peuvent-ils apporter du réconfort maintenant, alors que le Christ règne déjà dans la béatitude du Ciel ? A cela nous pouvons répondre en quelques mots de saint Augustin qui sont ici fort à propos : - "Donnez-moi quelqu'un qui aime, et il comprendra ce que je dis" (In Johannis evangelium , tract. XXVI, 4).
Car quiconque a un grand amour de Dieu, s'il regarde en arrière dans le passé, peut méditer sur Christ et le voir travailler pour l'homme, s'affliger, souffrir les plus grandes épreuves, "pour nous les hommes et pour notre salut ", presque épuisé de tristesse, d'angoisse, voire " meurtri pour nos péchés " ( Isaiasliii, 5), et nous guérissant par ses ecchymoses. Et les esprits des pieux méditent sur toutes ces choses avec plus de vérité, parce que les péchés des hommes et leurs crimes commis dans tous les âges étaient la cause pour laquelle Christ a été livré à la mort, et maintenant aussi ils apporteraient d'eux-mêmes la mort à Christ, se joignent aux mêmes douleurs et peines, puisque chacun plusieurs péchés à sa manière est tenu de renouveler la passion de Notre-Seigneur : "Crucifier à nouveau le Fils de Dieu, et se moquer de lui" ( Hébreux vi, 6). Or si, à cause de nos péchés aussi, qui étaient encore dans l'avenir, mais qui étaient prévus, l'âme du Christ s'affligeait jusqu'à la mort, on ne peut douter qu'alors aussi, il tirât déjà un peu de consolation de notre réparation, qui était également prévu, quand "lui apparut un ange du ciel"Luc xxii, 43), afin que son Cœur, oppressé de lassitude et d'angoisse, trouve une consolation. Et ainsi, même maintenant, d'une manière merveilleuse mais vraie, nous pouvons et devons consoler ce Très Sacré-Cœur qui est continuellement blessé par les péchés d'hommes ingrats, puisque - comme nous le lisons aussi dans la liturgie sacrée - le Christ Lui-même, par la bouche du Psalmiste se plaint d'être abandonné par ses amis : « Mon Cœur s'est attendu à l'opprobre et à la misère, et j'en ai cherché un qui s'affligerait avec moi, mais il n'y en avait pas ; et pour un qui me consolerait, et je n'en ai trouvé aucun. " ( Psaume lxviii, 21).

14. A cela s'ajoute que la passion expiatoire du Christ est renouvelée et d'une manière continuée et accomplie dans son corps mystique qu'est l'Église. Car, pour reprendre les mots de saint Augustin, « Le Christ a souffert tout ce qu'il convenait de souffrir ; maintenant rien ne manque de la mesure des souffrances. Ainsi les souffrances s'accomplissaient, mais dans la tête ; il restait encore les souffrances du Christ dans son corps" (In Psaume lxxxvi). Ceci, en effet, Notre-Seigneur Jésus lui-même s'est engagé à expliquer quand, parlant à Saül, « encore expirant les menaces et le massacre » ( Actes ix, 1), Il a dit : « Je suis Jésus que tu persécutes » ( Actesix, 5), signifiant clairement que lorsque des persécutions sont suscitées contre l'Église, le Divin Chef de l'Église est Lui-même attaqué et troublé. C'est donc à juste titre que le Christ, souffrant encore dans son corps mystique, désire nous faire participer à son expiation, et cela est aussi exigé par notre union intime avec lui, car puisque nous sommes « le corps du Christ et membres du membre » ( 1 Corinthiens XII, 27), quelle que soit la souffrance de la tête, tous les membres doivent souffrir avec elle (Cf. 1 Corinthiens XII, 26).

15. Maintenant, combien grande est la nécessité de cette expiation ou de cette réparation, plus spécialement en notre siècle, sera manifeste à quiconque, comme nous l'avons dit au début, examinera le monde, "assis dans la méchanceté" (1 Jean v, 19), avec ses yeux et avec son esprit. Car de toutes parts monte jusqu'à nous le cri des peuples en deuil, et leurs princes ou chefs se sont en effet levés et se sont unis contre le Seigneur et contre son Église (Cf. Psaumeii, 2). Dans toutes ces régions en effet, nous voyons que tous les droits à la fois humains et divins sont confondus. Des églises sont renversées et renversées, des religieux et des vierges sacrées sont arrachés à leurs maisons et sont affligés d'abus, de barbarie, de faim et d'emprisonnement ; des bandes de garçons et de filles sont arrachées du sein de leur mère l'Église, et sont amenées à renoncer au Christ, à blasphémer et à tenter les pires crimes de luxure ; tout le peuple chrétien, tristement découragé et bouleversé, est continuellement en danger de s'éloigner de la foi, ou de subir la mort la plus cruelle. Ces choses en vérité sont si tristes qu'on pourrait dire que de tels événements préfigurent et présagent le "début des douleurs", c'est-à-dire de celles qui seront apportées par l'homme de péché, "Thessaloniciens II, 4).

16. Mais il est encore plus regrettable, Vénérables Frères, que parmi les fidèles eux-mêmes, lavés dans le Baptême du sang de l'Agneau immaculé et enrichis de grâce, il y ait tant d'hommes de toute classe, qui travaillent sous un ignorance incroyable des choses divines et infectés de fausses doctrines, loin de la maison de leur Père, mènent une vie impliquée dans les vices, une vie qui n'est pas éclairée par la lumière de la vraie foi, ni réjouie par l'espoir d'une future béatitude, ni rafraîchie et chérie par le feu de la charité ; de sorte qu'ils semblent vraiment s'asseoir dans les ténèbres et dans l'ombre de la mort. De plus, parmi les fidèles, il y a une insouciance de plus en plus grande de la discipline ecclésiastique et de ces anciennes institutions sur lesquelles repose toute la vie chrétienne, par lesquelles la société domestique est gouvernée, et le caractère sacré du mariage est sauvegardé ; l'éducation des enfants est tout à fait négligée, ou bien elle est dépravée par des flatteries trop indulgentes, et l'Église est même privée du pouvoir de donner aux jeunes une éducation chrétienne ; il y a un triste oubli de la pudeur chrétienne surtout dans la vie et l'habillement des femmes ; il y a une cupidité débridée des choses éphémères, un manque de modération dans les affaires civiques, une ambition sans bornes de la faveur populaire, une dépréciation de l'autorité légitime, et enfin un mépris pour la parole de Dieu, par lequel la foi elle-même est blessée ou mise en cause. péril prochain. il y a un triste oubli de la pudeur chrétienne surtout dans la vie et l'habillement des femmes ; il y a une cupidité débridée des choses éphémères, un manque de modération dans les affaires civiques, une ambition sans bornes de la faveur populaire, une dépréciation de l'autorité légitime, et enfin un mépris pour la parole de Dieu, par lequel la foi elle-même est blessée ou mise en cause. péril prochain. il y a un triste oubli de la pudeur chrétienne surtout dans la vie et l'habillement des femmes ; il y a une cupidité débridée des choses éphémères, un manque de modération dans les affaires civiques, une ambition sans bornes de la faveur populaire, une dépréciation de l'autorité légitime, et enfin un mépris pour la parole de Dieu, par lequel la foi elle-même est blessée ou mise en cause. péril prochain.

17. Mais tous ces maux pour ainsi dire culminent dans la lâcheté et la paresse de ceux qui, à la manière des disciples endormis et en fuite, vacillant dans leur foi, abandonnent misérablement le Christ quand il est opprimé par l'angoisse ou entouré par les satellites de Satan, et dans la perfidie de ceux qui, suivant l'exemple du traître Judas, ou bien prennent témérairement et sacrilègement la table sainte, ou passent au camp de l'ennemi. Et ainsi, même contre notre volonté, la pensée monte dans l'esprit que maintenant approchent ces jours dont Notre-Seigneur a prophétisé : « Et parce que l'iniquité a abondé, la charité de plusieurs se refroidira » ( Matth . xxiv, 12).

18. Or, quiconque parmi les fidèles a pieusement médité sur toutes ces choses doit être enflammé de la charité du Christ dans son agonie et faire un effort plus véhément pour expier ses propres fautes et celles des autres, pour réparer l'honneur du Christ, et de promouvoir le salut éternel des âmes. Et en effet cette parole de l'Apôtre : « Là où le péché a abondé, la grâce a abondé davantage » ( Romainsv, 20) peut être utilisé de manière à décrire cet âge actuel ; car tandis que la méchanceté des hommes a été considérablement augmentée, en même temps, par l'inspiration du Saint-Esprit, une augmentation merveilleuse a été faite dans le nombre des fidèles des deux sexes qui, avec un esprit avide, s'efforcent de satisfaire les nombreux blessures offertes au Divin Cœur, bien plus ils n'hésitent pas à s'offrir au Christ comme victimes. Car, en effet, si quelqu'un s'attarde avec amour sur les choses dont nous avons parlé et les garde profondément ancrées dans son esprit, ce ne peut être qu'il reculera d'horreur devant tout péché comme devant le plus grand mal, et plus que cela. il se soumettra entièrement à la volonté de Dieu, et s'efforcera de réparer l'honneur blessé de la Divine Majesté, aussi bien en priant constamment, que par des mortifications volontaires,

19. Et c'est aussi pour cette raison qu'ont été établies de nombreuses familles religieuses d'hommes et de femmes dont le but est par un service sérieux, de jour comme de nuit, d'accomplir d'une manière ou d'une autre la fonction de l'Ange consolant Jésus dans le jardin ; de là viennent certaines associations d'hommes pieux, approuvées par le Siège Apostolique et enrichies d'indulgences, qui se chargent de ce même devoir de faire l'expiation, devoir qui doit être rempli par des exercices convenables de dévotion et des vertus ; de là enfin, pour omettre d'autres choses, viennent les dévotions et les démonstrations solennelles en vue de réparer l'honneur divin offensé, qui sont inaugurées partout, non seulement par les fidèles pieux, mais par les paroisses, les diocèses et les villes.

20. Ces choses étant ainsi, Vénérables Frères, de même que le rite de la consécration, partant d'humbles débuts, et ensuite plus largement propagé, fut enfin couronné de succès par Notre confirmation ; de même, nous désirons ardemment que cette coutume d'expiation ou de pieuse réparation, depuis longtemps dévotement introduite et dévotement propagée, soit aussi plus fermement sanctionnée par Notre autorité apostolique et plus solennellement célébrée par tout le nom catholique. C'est pourquoi, nous décrétons et ordonnons que chaque année, en la fête du Très Sacré-Cœur de Jésus, - qui fête en effet à cette occasion, nous avons ordonné d'être élevé au degré d'un double de la première classe avec une octave - dans toutes les églises dans le monde entier, la même prière expiatoire ou protestation qu'elle est appelée, à notre très aimant Sauveur,

21. Il n'y a certainement aucune raison de douter, vénérables frères, que de cette dévotion pieusement établie et commandée à toute l'Église, de nombreux bienfaits excellents découleront non seulement des hommes individuels, mais aussi de la société, sacrée, civile et domestique, vu que notre Rédempteur lui-même a promis à Marguerite-Marie que « tous ceux qui rendraient cet honneur à son Cœur seraient dotés d'une abondance de grâces célestes ». Les pécheurs en effet, regardant celui qu'ils ont transpercé ( Jean XIX, 37), émus par les soupirs et les larmes de toute l'Église, en pleurant les injures offertes au Roi suprême, reviendront au cœur ( Isaïe xlvi, 8), de peur qu'ils ne s'endurcissent dans leurs fautes, lorsqu'ils voient Celui qu'ils ont transpercé « venant sur les nuées du ciel » ( Matth.xxvi, 64), trop tard et en vain ils se lamenteront à cause de Lui (Cf. Apoc . i, 7). Mais les justes seront justifiés et sanctifiés encore (Cf. Apoc . xxii. 11) et ils se consacreront entièrement et avec une nouvelle ardeur au service de leur Roi, quand ils le verront méprisé et attaqué et assailli avec tant de de si grandes injures, mais plus que tout ils brûleront de zèle pour le salut éternel des âmes quand ils auront médité sur la plainte de la Divine Victime : « Quel profit y a-t-il dans mon sang ? ( Psaume xxix, 10), et de même sur la joie qui sera ressentie par le même Très Sacré Cœur de Jésus « sur un seul pécheur faisant pénitence » ( Lucxv, 10). Et c'est en effet ce que nous désirons plus spécialement et avec véhémence et nous attendons avec confiance, que le Dieu juste et miséricordieux qui aurait épargné Sodome pour l'amour de dix hommes justes, sera bien plus prêt à épargner toute la race des hommes, quand il les humbles supplications et heureusement apaisées par les prières de la communauté des fidèles priant ensemble en union avec le Christ leur Médiateur et Chef, au nom de tous. Et maintenant, enfin, que la très bienveillante Vierge Mère de Dieu sourie de ce dessein et de nos désirs ; car depuis qu'elle a enfanté pour nous Jésus notre Rédempteur, l'a nourri et l'a offert en victime par la Croix, par son union mystique avec le Christ et sa grâce toute spéciale, elle est également devenue et est pieusement appelée réparatrice. Confiant en son intercession auprès du Christ, qui alors qu'il est le "Timothée II, 5), a choisi de faire de sa Mère l'avocate des pécheurs, la ministre et la médiatrice de la grâce, en gage de dons célestes et en gage de notre affection paternelle, nous vous donnons avec beaucoup d'amour la bénédiction apostolique, vénérables frères. , et à tout le troupeau confié à vos soins.

Donné à Rome, près de Saint-Pierre, le huitième jour de mai 1928, la septième année de Notre Pontificat.

Prière de réparation

O très doux Jésus, dont la charité débordante envers les hommes est très ingrateusement récompensée par un si grand oubli, négligence et mépris, voyez, prosternez-vous devant vos autels, nous nous efforçons par un honneur spécial de réparer la méchante froideur des hommes et le mépris avec lequel votre très Cœur aimant est partout traité.
En même temps, conscients du fait que nous aussi, parfois, nous n'avons pas été exempts d'indignité, et donc émus d'une tristesse véhémente, en premier lieu nous implorons ta miséricorde sur nous, étant préparés par l'expiation volontaire à réparer les péchés nous avons nous-mêmes commis, et aussi pour les péchés de ceux qui errent loin du chemin du salut, soit parce que, s'obstinant dans leur incrédulité, ils refusent de te suivre comme leur berger et leur chef, ou parce que, méprisant les promesses de leur baptême , ils ont rejeté le joug le plus doux de ta loi. Nous nous efforçons maintenant d'expier ensemble tous ces crimes lamentables, et c'est aussi notre propos de réparer chacun d'eux individuellement : pour le manque de pudeur dans la vie et dans l'habillement, pour les impuretés, pour tant de pièges tendus à l'esprit des innocent, pour la violation des jours de fête, pour les horribles blasphèmes contre toi et tes saints, pour les insultes faites à ton vicaire et à l'ordre sacerdotal, pour la négligence du sacrement de l'amour divin ou sa profanation par d'horribles sacrilèges, et enfin pour les péchés publics des nations qui résistent au droits et l'autorité enseignante de l'Église que Tu as instituée. Est-ce que nous pourrions laver ces crimes avec notre propre sang ! Et maintenant, pour réparer l'outrage offert à l'honneur divin, nous t'offrons la même satisfaction que tu as offerte autrefois à ton Père sur la croix et que tu renouvelles sans cesse sur nos autels, nous l'offrons jointe aux expiations. de la Vierge Mère et de tous les Saints, et de tous les pieux chrétiens, promettant de tout notre cœur qu'autant qu'en nous réside, avec l'aide de Ta grâce, nous réparerons nos propres péchés passés, et pour les péchés des autres, et pour la négligence de ton amour sans limites, par une foi ferme, par un mode de vie pur et par une parfaite observance de la loi évangélique, en particulier celle de charité; Nous nous efforcerons également de toutes nos forces d'empêcher que des blessures ne soient offertes à Toi, et nous en rassemblerons autant que possible pour devenir Tes disciples. Recevez, nous vous en supplions, ô très bienveillant Jésus, par l'intercession de la Bienheureuse Vierge Marie, la Réparatrice, l'hommage volontaire de cette expiation, et garantissez, par ce grand don de la persévérance finale, de nous garder très fidèles jusqu'à la mort dans notre devoir et à ton service, afin qu'enfin nous puissions tous venir dans cette patrie, où toi avec le Père et le Saint-Esprit vis et règnes Dieu pour les siècles des siècles. Amen. et pour la négligence de votre amour sans limite, par une foi ferme, par un mode de vie pur, et par une parfaite observance de la loi évangélique, en particulier celle de la charité ; Nous nous efforcerons également de toutes nos forces d'empêcher que des blessures ne soient offertes à Toi, et nous en rassemblerons autant que possible pour devenir Tes disciples. Recevez, nous vous en supplions, ô très bienveillant Jésus, par l'intercession de la Bienheureuse Vierge Marie, la Réparatrice, l'hommage volontaire de cette expiation, et garantissez, par ce grand don de la persévérance finale, de nous garder très fidèles jusqu'à la mort dans notre devoir et à ton service, afin qu'enfin nous puissions tous venir dans cette patrie, où toi avec le Père et le Saint-Esprit vis et règnes Dieu pour les siècles des siècles. Amen. et pour la négligence de votre amour sans limite, par une foi ferme, par un mode de vie pur, et par une parfaite observance de la loi évangélique, en particulier celle de la charité ; Nous nous efforcerons également de toutes nos forces d'empêcher que des blessures ne soient offertes à Toi, et nous en rassemblerons autant que possible pour devenir Tes disciples. Recevez, nous vous en supplions, ô très bienveillant Jésus, par l'intercession de la Bienheureuse Vierge Marie, la Réparatrice, l'hommage volontaire de cette expiation, et garantissez, par ce grand don de la persévérance finale, de nous garder très fidèles jusqu'à la mort dans notre devoir et à ton service, afin qu'enfin nous puissions tous venir dans cette patrie, où toi avec le Père et le Saint-Esprit vis et règnes Dieu pour les siècles des siècles. Amen. Nous nous efforcerons également de toutes nos forces d'empêcher que des blessures ne soient offertes à Toi, et nous en rassemblerons autant que possible pour devenir Tes disciples. Recevez, nous vous en supplions, ô très bienveillant Jésus, par l'intercession de la Bienheureuse Vierge Marie, la Réparatrice, l'hommage volontaire de cette expiation, et garantissez, par ce grand don de la persévérance finale, de nous garder très fidèles jusqu'à la mort dans notre devoir et à ton service, afin qu'enfin nous puissions tous venir dans cette patrie, où toi avec le Père et le Saint-Esprit vis et règnes Dieu pour les siècles des siècles. Amen. Nous nous efforcerons également de toutes nos forces d'empêcher que des blessures ne soient offertes à Toi, et nous en rassemblerons autant que possible pour devenir Tes disciples. Recevez, nous vous en supplions, ô très bienveillant Jésus, par l'intercession de la Bienheureuse Vierge Marie, la Réparatrice, l'hommage volontaire de cette expiation, et garantissez, par ce grand don de la persévérance finale, de nous garder très fidèles jusqu'à la mort dans notre devoir et à ton service, afin qu'enfin nous puissions tous venir dans cette patrie, où toi avec le Père et le Saint-Esprit vis et règnes Dieu pour les siècles des siècles. Amen. par ce grand don de la persévérance finale, pour nous garder très fidèles jusqu'à la mort dans notre devoir et dans ton service, afin qu'enfin nous puissions tous venir dans cette patrie, où toi avec le Père et le Saint-Esprit vis et règnes Dieu pour toujours et jamais. Amen. par ce grand don de la persévérance finale, pour nous garder très fidèles jusqu'à la mort dans notre devoir et dans ton service, afin qu'enfin nous puissions tous venir dans cette patrie, où toi avec le Père et le Saint-Esprit vis et règnes Dieu pour toujours et jamais. Amen.

Pie XI
Titi
Titi

Date d'inscription : 28/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum