Forum l'Arche de Marie
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -24%
Continental Edison – TV LED – HD 32″ ...
Voir le deal
99.99 €
Le Deal du moment : -21%
PC Portable HP Victus Gaming 16,1″FHD + Souris ...
Voir le deal
949.99 €

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe

Page 19 sur 19 Précédent  1 ... 11 ... 17, 18, 19

Aller en bas

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Empty *Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe

Message par Lumen Jeu 18 Nov 2021 - 11:59

Rappel du premier message :

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le seigneur ! *Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Am17412


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 F3e10a12debfc8f4c29c1cf8bfed0b16


Eucharistie du Jeudi 18 Novembre 2021
Jeudi de la 33ème semaine du Temps Ordinaire (Année impaire).

Dédicace des Basiliques de Saint Pierre du Vatican et de
Saint Paul-hors-les-Murs - Mémoire
Saint Odon, deuxième Abbé de Cluny (vers 879-942).
Sainte Rose-Philippine Duchesne, Religieuse de la Société du Sacré Cœur (1769-1852).
Bienheureux Grimoald de la Purification (Ferdinand Santamaria),
Religieux Passioniste (1883-1902).

« Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? »





Textes du jour (1ère lecture, Psaume, Évangile) : Premier livre des Maccabées 2,15-29…
Psaume 50(49),1-2.5-6.14-15…
Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 19,41-44.



*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 0a025453425f5bedd0a3e58c23b2f556--dawn-bible


« Aussitôt Jésus obligea les disciples à monter dans la barque et à le précéder sur l’autre rive, pendant qu’il renverrait les foules. »

Quand il les eut renvoyées, il gravit la montagne, à l’écart, pour prier. Le soir venu, il était là, seul. La barque était déjà à une bonne distance de la terre, elle était battue par les vagues, car le vent était contraire. Vers la fin de la nuit, Jésus vint vers eux en marchant sur la mer. C’est au XIe siècle qu’apparaît dans le martyrologe de Saint-Pierre l’annonce de la dédicace de la basilique, au 18 novembre. Au siècle suivant, les calendriers du Latran et du Vatican ajoutent au même jour la dédicace de Saint-Paul. Jésus a vaincu la mort et le mal, il apaisera la tempête qui secoue encore notre barque. Les épreuves, les tempêtes, et finalement la mort physique ne sont pas épargnées aux croyants. Les eaux sont le symbole des forces du mal et de la mort. La réalité quotidienne est d’affronter les vents contraires et la mer agitée. Jésus domine ces forces du mal, cet évènement est une annonce de la résurrection à venir. Jésus ressuscité est le signe de notre victoire, signe posé dans l’histoire des hommes. Les disciples, pour marcher sur les eaux, ne doivent pas attendre la fin de la tempête qui durera jusqu’à la fin des temps. La présence de Dieu est une présence délicate et ténue qui ne s’impose pas par la force, elle se déploie dans une faiblesse apparente. A la suite de Jésus, les Apôtres Pierre et Paul continuent le même combat.

"En le voyant marcher sur la mer, les disciples furent bouleversés. Ils dirent : « C’est un fantôme. » Pris de peur, ils se mirent à crier.

Mais aussitôt Jésus leur parla : « Confiance ! c’est moi ; n’ayez plus peur ! » Pierre prit alors la parole : « Seigneur, si c’est bien toi, ordonne-moi de venir vers toi sur les eaux. » Jésus lui dit : « Viens ! » Pierre descendit de la barque et marcha sur les eaux pour aller vers Jésus. Mais, voyant la force du vent, il eut peur et, comme il commençait à enfoncer, il cria : « Seigneur, sauve-moi ! » Aussitôt, Jésus étendit la main, le saisit et lui dit : « Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? » Lorsque Pierre suit Jésus sur les eaux agitées, le vent souffle, mais Pierre ne s’en effraye pas, confiant dans la Parole et l’exemple de Jésus. Mais dès que Pierre prend en considération les forces contraires, il prend peur, et il coule. Jésus doit le saisir par la main pour le sauver de la noyade. La délicatesse de Dieu dans sa présence à nos côtés est remarquable. Il ne s’impose pas face aux puissances de la mort et du mal. Nous suivons Jésus à la suite des apôtres malgré notre pauvreté et notre petitesse. Nous marchons sur les eaux de l’adversité avec la grâce de Jésus, avec la force de l’Esprit Saint. Depuis deux mille ans, la puissance de Dieu est donnée à tous ceux qui mettent leur confiance en Jésus.

« Et quand ils furent montés dans la barque, le vent tomba. »

Alors ceux qui étaient dans la barque se prosternèrent devant lui, et ils lui dirent : « Vraiment, tu es le Fils de Dieu ! » En invitant Pierre à le suivre, Jésus l’invite à participer à sa victoire sur la mort et le mal. Nous faisons confiance à la Parole de Jésus, à son invitation à participer dès ici-bas à sa victoire. Jésus le premier a traversé la mort sans être englouti par les eaux. La puissance de vie de Jésus ne s’impose pas avec fracas sur les puissances de mort. Jésus marche sur les eaux. Il est le maître de la vie, il connaît la puissance de vie qui l’habite. Il laisse la mer et le vent se déchaîner car ils ne peuvent rien contre lui. Ainsi, Jésus nous assure que nous aussi, avec lui, nous traverserons les eaux de la mort. Nous aurons, nous aussi, à marcher sur des eaux agitées et à affronter des vents contraires. C’est quand Jésus sera monter dans notre barque que nous serons vainqueur avec lui. Nous comprenons que Pierre ait douté de sa capacité à résister aux éléments qui se déchaînaient contre lui. En Jésus réside la plénitude de la divinité, et rien ne peut l’engloutir. Marcher sur les eaux, signifie pour nous la rencontre de Jésus dans le quotidien au temps de l’Eglise.



Nous demandons à Jésus de nous envelopper de sa tendresse pour que nous n’ayons rien à craindre dans la mission qu’il nous donne.



*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Pzore_15
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]





HYMNE : EN TOUTE VIE LE SILENCE DIT DIEU

En toute vie le silence dit Dieu,
Tout ce qui est tressaille d'être à lui !
Soyez la voix du silence en travail,
Couvez la vie, c'est elle qui loue Dieu !

Pas un seul mot, et pourtant c'est son Nom
Que tout sécrète et presse de chanter :
N'avez-vous pas un monde immense en vous ?
Soyez son cri, et vous aurez tout dit.

Il suffit d'être, et vous vous entendrez
Rendre la grâce d'être et de bénir ;
Vous serez pris dans l'hymne d'univers,
Vous avez tout en vous pour adorer.

Car vous avez l'hiver et le printemps,
Vous êtes l'arbre en sommeil et en fleurs ;
Jouez pour Dieu des branches et du vent,
Jouez pour Dieu des racines cachées.

Arbres humains, jouez de vos oiseaux,
Jouez pour Lui des étoiles du ciel
Qui sans parole expriment la clarté ;
Jouez aussi des anges qui voient Dieu.



HYMNE : TU ES VENU, SEIGNEUR

Tu es venu, Seigneur,
Dans notre nuit,
Tourner vers l’aube nos chemins ;
Le tien pourtant reste caché,
L’Esprit seul nous découvre
Ton passage.

Pour nous mener au jour,
Tu as pris corps
Dans l’ombre humaine où tu descends.
Beaucoup voudraient voir et saisir :
Sauront-ils reconnaître
Ta lumière ?

Nous leur disons : « Voyez
Le grain qui meurt !
Aucun regard ne l’aperçoit ;
Mais notre cœur peut deviner
Dans le pain du partage
Sa présence. »

Puis nous portons vers toi,
Comme un appel,
L’espoir des hommes d’aujourd’hui.
Mûris le temps, hâte le jour,
Et que lève sur terre
Ton Royaume !



HYMNE : JOIE ET LUMIÈRE DE LA GLOIRE ÉTERNELLE DU PÈRE,

R/Joie et lumière
De la gloire éternelle du Père,
Le Très-Haut, le Très-Saint !
Ô Jésus Christ !

Oui, tu es digne d’être chanté
Dans tous les temps par des voix sanctifiées,
Fils de Dieu qui donnes vie :
Tout l’univers te rend gloire.

Parvenus à la fin du jour,
Contemplant cette clarté dans le soir,
Nous chantons le Père et le Fils
Et le Saint-Esprit de Dieu.



Oraison du matin (Office des Laudes).
Dieu qui as séparé la lumière et les ténèbres,
toi qui as appelé la lumière « jour » et les ténèbres « nuit »,
arrache aussi nos cœurs à l'obscurité du péché et
fais-nous parvenir à la vraie Lumière qui est Le Christ.
Lui qui règne avec Toi et Le Saint-Esprit, maintenant
et pour les siècles des siècles. Amen.



*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 5b232911






*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Gif-an10


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Deus_abba_omnipotens_pater_gloire_au_pere_et_a_son_amour_mere_eugenie_ravasio*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Trinite-et-marie-5a699c*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 LA%2BSANTA%2BTRINIDAD%2BY%2BMARIA
Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !


Je T'aime Dieu ma Force, mon Bonheur et mon Unique Espérance !

Sub tuam misericordiam confugimus, Dei Genitrix !


Dernière édition par Lumen le Ven 26 Nov 2021 - 21:37, édité 2 fois (Raison : correction titre)
Lumen
Lumen

Date d'inscription : 09/11/2021
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Empty Re: *Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe

Message par Lumen Mar 16 Mai 2023 - 15:23

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez
comme est bon le seigneur !
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Am17412


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 F3e10a12debfc8f4c29c1cf8bfed0b16


Eucharistie du Mardi 16 Mai 2023
Mardi de la 6ème semaine de Pâques.


Saint Honoré, Evêque d'Amiens (+ 600)
Saints moines martyrs en Palestine, 44
Martyrs de la laure de Saint-Sabas (+ 616)
Saint Hardini, Moine maronite libanais (+ 1858)
Bienheureux Simon Stock, Carme anglais
(+ v. 1265)
Bienheureux Michel Wozniak, Prêtre polonais
martyr à Dachau (+ 1942)
Bienheureux Vladimir Ghika, Prince roumain,
Prêtre de Paris, Martyr à Bucarest :
« Un apôtre de la Charité et un précurseur
de l’œcuménisme » (1873-1954).
Vénérable Marie-Clément Joseph Staub,
Fondateur des Sœurs de Sainte Jeanne
d'Arc (+ 1936).


NOMINIS : Saints, Saintes et Fêtes du Jour
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(h tt p s : // nominis . cef . fr)





Textes de la messe du jour

Livre des Actes des Apôtres 16, 22-34… Psaume 138(137), 1-2a.2bc-3.7c-8… Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 16, 5-11.:


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Esprit10
Je vous enverrai l’Esprit de vérité, dit le Seigneur; il vous
conduira dans la vérité tout entière.


Commentaire de ce jour.


Je m'en vais

« Je m’en vais », dit Jésus. De fait c’est un discours d’adieux qu’il adresse aux siens après l’institution de l’Eucharistie ; et l’insistance de Jésus sur son départ fait monter la tristesse dans le cœur des disciples.

Qu’y a-t-il dans cette tristesse ? L’impression qu’ils vont rester sans berger, et comme orphelins ; le sentiment d’une solitude qui approche et d’un rêve qui s’éloigne, la certitude d’une perte définitive.

La tristesse, c’est l’ombre de la mort qui vient troubler la vie. Accepter la tristesse, c’est donner la victoire aux forces de la mort. « Mort, où est ta victoire ? » - La victoire de la mort en nous, c’est la tristesse ; et c’est bien pourquoi, selon Jean de la Croix, la tristesse est l’une des passions humaines que nous avons à mortifier.

Jésus reproche aux disciples cette tristesse, parce qu’elle tourne le dos au plan d’amour de Dieu et parce que Jésus y voit avant tout un manque de foi et une méprise.

Car son départ, loin d’être le signe d’un échec, sera surtout son retour au Père et le sommet de gloire de toute sa vie. Si les disciples font erreur, c’est parce qu’ils ne cherchent pas à entrer dans le paradoxe des voies de Dieu et qu’ils ne se posent pas les vraies questions : « Aucun de vous ne me demande : où vas-tu ? »

Où vas-tu ? Vers qui vas-tu ? La voilà, la vraie question, la seule question qui importe. C’est toujours la gloire qui est l’explication dernière de tout le destin de Jésus comme du destin de tout homme et de toute femme ; et si les disciples regardaient le départ de Jésus dans cette perspective de la gloire, ils quitteraient toute tristesse : « Si vous m’aimiez, leur dit Jésus, vous vous réjouiriez de ce que je vais vers le Père, car le Père est plus grand que moi. »

Mais ce départ, qui va épanouir Jésus dans la gloire, est aussi désirable pour les disciples eux-mêmes : « Il est préférable pour vous que je m’en aille, car si je ne m’en vais pas, le Paraclet ne viendra pas vers vous, mais si je pars, je vous l’enverrai »

Il est bon, il est préférable pour nous aussi que Jésus ait achevé son œuvre, car, de la gloire où il est, il nous envoie son Esprit Paraclet qui sera avec nous pour toujours.

Nous ne sommes donc pas défavorisés par rapport à la génération qui vu et touché Jésus, car la présence invisible de l’Esprit Paraclet est meilleure pour nous que la présence visible du Jésus terrestre. C’est Jésus lui-même qui l’affirme : « Bienheureux ceux qui croiront sans avoir vu »... « moi, je vous dis la vérité : il est préférable pour vous que moi, je m’en aille. »

Certes, la présence visible, tangible, de Jésus n’était pas un handicap pour la foi, lorsque ses contemporains acceptaient de voir en lui l’Envoyé de Dieu. Mais le régime actuel de notre foi est meilleur encore, parce que désormais toute vie et tout amour émanent de Jésus en gloire, parce que désormais l’histoire du monde et notre propre histoire sont happées par cette gloire du Fils, parce que l’Esprit Paraclet, « qui achève toute sanctification », éveille chaque jour en nous la certitude que Dieu a réussi, que le Christ est vainqueur, et qu’il ouvre pour nous une existence nouvelle, déjà en prise sur la gloire.



Frère Jean Lévêque, carme, de la Province de Paris
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Siteon0-5a7f7


*******


Autre commentaire de ce jour.


« C'est votre intérêt que je m'en aille »

Aujourd'hui, l'Évangile nous présente une conception profonde de la réalité de l'Ascension du Seigneur.
Dans la lecture de l'Évangile de Jean du Dimanche de Pâques, Jésus dit à Marie Madeleine de “cesser s'accrocher à Lui” car «Je ne suis pas encore monté vers Le Père» (Jn 20,17).
Dans l'Évangile d'aujourd'hui Jésus se rend compte que «parce que je vous ai parlé ainsi, votre cœur est plein de tristesse» mais que «c'est dans votre intérêt que Je m'en aille» (Jn 16,6-7). Jésus doit monter vers Le Père.
Néanmoins, Il est toujours présent parmi nous.

Comment peut-il partir et rester en même temps? Ce mystère nous a été expliqué par notre saint Père Benoît XVI: «Etant donné que Dieu renferme l'univers tout entier, l'Ascension du Seigneur signifie que Le Christ ne s'est pas éloigné de nous mais qu'au contraire, en demeurant avec Le Père, Il est désormais à côté de chacun de nous pour toujours».

Notre Espérance se trouve dans Le Seigneur. Par sa victoire sur la mort Il nous a donné une Vie que la mort ne pourra jamais détruire: Sa Vie.
Sa Résurrection veut dire que ce qui était spirituel devient réel. Rien ne peut nous séparer de l'Amour de Dieu.
Rien ne peut diminuer notre Espérance. Les négations du monde ne peuvent rien contre les affirmations de Jésus.

Le monde imparfait dans lequel nous vivons, où nous voyons souffrir les innocents, pourrait nous rendre pessimistes.
Mais Jésus nous a transformés en éternels optimistes.

La présence vivante de Jésus dans notre communauté, dans notre famille, et dans tous les aspects de notre société, que nous pouvons sans erreur appeler “Chrétiens”, nous donne une raison d'avoir l'Espérance.
La présence vivante de Jésus dans chacun de nous, nous a remplis de Joie. Peu importe la quantité de mauvaises nouvelles que les médias se réjouissent de nous présenter, les bonnes choses qu'il y a dans le monde surpassent les mauvaises parce que Jésus est monté vers Le Père.
En effet, Il est monté au Ciel, mais Il ne nous a pas abandonnés.



Abbé Joseph A. PELLEGRINO (Tarpon Springs, Florida, États-Unis).
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


*******


Autre commentaire de ce jour.


“En fait de justice”

On ne pourrait rien comprendre aux entretiens après la Cène si l’on y cherchait tout de suite des consignes morales. Et pourtant les paroles de Jésus concernent bien notre vie concrète; mais ce qui passe en premier, dans ces chapitres inépuisables de l'Évangile de Jean, c’est le regard sur Jésus, en cette heure où il est entré, l’heure de la passion glorifiante, où va se jouer notre salut.

Et Jésus, à ce moment de la Cène, commence par exprimer un regret : "Aucun de vous ne me demande: Où vas-tu ?". Demander à Jésus : "Où vas-tu ?", ce serait lui demander le sens de sa mort, et donc le sens de toute sa vie. Et Jésus répond, à cette question que personne ne lui a posée : "Maintenant je vais à celui qui m’a envoyé".

Or cette révélation, qui aurait dû illuminer le cœur des disciples, ne leur apporte que du chagrin, comme à nos communautés, qui se croient orphelines parce que Jésus un instant les laisse au pied de la croix. D’où la remarque de Jésus, où perce un deuxième regret : "Parce que je vous ai dit cela, la tristesse remplit votre cœur". Voilà les disciples en deuil de Jésus, alors qu’il ne cesse de leur parler de sa venue, de sa présence, de sa manifestation.

Quelques instants plus tard (16,21), Jésus reprendra ce thème de la tristesse (lupè) à propos de la femme qui enfante: la tristesse des disciples, c’est un moment d’appréhension qui précède l’éclosion de la vie. Mais dès maintenant, comme antidote au chagrin du départ, et pour inverser le deuil en espérance, Jésus, de nouveau,  promet l’Esprit Paraclet. C’est un des passages les plus denses de tout le quatrième évangile, et il ne livre son sens qu’à partir des grands axes de la théologie johannique.

Quand viendra le Paraclet, "il confondra le monde", le monde du refus; c’est-à-dire qu’il mettra au cœur des disciples la certitude que le monde du refus est dans son tort, "en matière de péché, de justice et de jugement".

En matière de péché, puisque justement le péché par excellence est de refuser la lumière.

En matière de justice, ajoute Jésus. Mais qu’est-ce que la justice, au sens de l’Ancien Testament, repris ici par Jésus ? Pour nous, modernes, la justice consiste à rendre à chacun selon ses mérites, ses droits ou ses besoins. Cette justice sociale se trouve bien dans la Bible, notamment chez les prophètes, mais ici le sens est tout autre. Est juste, dans l’Ancien Testament, la personne ou la chose qui correspond bien à ce qu’on est en droit d’attendre d’elle. Ainsi les "balances de justice" d’Amos correspondent à ce qu’on attend d’une balance, à savoir qu’elle indique des poids exacts. C’est également en ce sens d'une "attente" que Dieu se montre "juste". Il est juste non  pas parce qu’il se plie à des normes de justice qui lui seraient imposées de l’extérieur, mais  parce qu’il correspond  bien à ce que son peuple est en droit d’attendre de lui, étant donné son parti pris d’Alliance : Dieu se montre cohérent avec son propos de salut. De la même manière le croyant se montre "juste" envers Dieu dans la mesure où il s’ajuste à son plan d’amour, et toute la morale de l’Ancien Testament peut se résumer dans l’harmonie des deux justices : la justice prévenante de Dieu envers l’homme, et la réponse "ajustée" de l’homme à son Dieu. On comprend dès lors comment la première communauté chrétienne a pu voir en Jésus le Juste par excellence, le Fils de Dieu pleinement ajusté au dessein de son Père (Act 3,14; 7,52; 22,14). C’est très précisément de cette justice de Jésus qu’il est question à cet endroit du discours d’adieux: le Père va la manifester en ressuscitant son Fils et en le prenant avec lui dans la gloire. "Je vais au Père, dit Jésus, et vous ne me verrez plus". Personne ne pourra contester la "justice" du Ressuscité; le Paraclet lui-même l’attestera dans le coeur de chacun des disciples.

Le Paraclet, enfin, mettra le monde dans son tort en matière de jugement. Apparemment c’est Jésus qui va être condamné; en réalité le triomphe, tout proche, de Jésus marquera la défaite définitive du Chef du refus : "C’est maintenant le jugement de ce monde; maintenant le Prince de ce monde va être jeté bas; et moi, une fois élevé de terre, je les attirerai tous à moi" (Jn 12,31s).

 Ainsi tout se tient : péché des hommes, justice de Jésus, jugement de l’ennemi.

Le péché des hommes consiste avant tout à ne pas croire en Jésus ressuscité, en Jésus le Juste. Pourtant c’est cette justice de Jésus, sa victoire de Pâques, qui détrône le faux prince de ce monde

Voilà les certitudes qui nous fortifient, parce que nous sommes habités par l’Esprit Paraclet.

Voilà les grandes lueurs qui éclairent pour nous toute l’histoire des hommes, et qui nous permettent d’avancer, dans le monde du refus ou de l’indifférence, porteurs d’une espérance pour tous et pour chacun. Une espérance qui tient en deux mots : Jésus ressuscité.



Frère Jean Lévêque, carme, de la Province de Paris
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Siteon0-5a7f7


Pensées pour l'évangile d'aujourd'hui

« Qui, après avoir entendu les noms que l’on donne à l’Esprit, ne se sent pas encouragé et n’élève pas sa pensée vers la nature divine ? "Esprit ferme", "Esprit généreux", "Esprit Saint" sont ses qualificatifs propres et particuliers » (Saint Basile le Grand)

« L’Esprit Saint nous convertit en fils et filles de Dieu. Il nous donne la même responsabilité que Dieu par rapport à son monde, à l’humanité tout entière. Il nous apprend à regarder le monde, les autres et nous-mêmes avec les yeux de Dieu » (Benoît XVI)

« Depuis Pâques, c’est l’Esprit Saint qui "confond" le monde en matière de péché (Jn 16,8-9), à savoir que le monde n’a pas cru en Celui que le Père a envoyé. Mais ce même Esprit, qui dévoile le péché, est le Consolateur qui donne au cœur de l’homme la grâce du repentir et de la conversion » (Catéchisme de l’Eglise Catholique, nº 1.433)









*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 5b23299d




*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Gif-an10

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Deus_abba_omnipotens_pater_gloire_au_pere_et_a_son_amour_mere_eugenie_ravasio*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Trinite-et-marie-5a699c*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 LA%2BSANTA%2BTRINIDAD%2BY%2BMARIA

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !


Je T'aime Dieu ma Force, mon Bonheur et mon Unique Espérance !

Sub tuam misericordiam confugimus, Dei Genitrix !




Lumen
Lumen

Date d'inscription : 09/11/2021
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Empty Re: *Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe

Message par Lumen Mer 17 Mai 2023 - 18:10

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez
comme est bon le seigneur !
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Am17412


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 F3e10a12debfc8f4c29c1cf8bfed0b16


Eucharistie du Mercredi 17 Mai 2023
Mercredi de la 6ème semaine de Pâques.


Saint Pascal Baylon, Frère Mineur o.f.m.
en Espagne (1540-1592).
Saint Pierre Liéou Ouen Yen, Martyr en
Chine (+ 1834)
Sainte Giulia Salzano, Vierge, Fondatrice de
la Congrégation des : « Sœurs catéchistes
du Sacré-Cœur » (1846-1929).
Bienheureuse Antonia Mesina, Martyre à
Orgolosa en Sardaigne (+ 1935).
Bienheureux Ivan Ziatyk, Prêtre de la
Congrégation du Très Saint Rédempteur
et Martyr (+ 1952).


NOMINIS : Saints, Saintes et Fêtes du Jour
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(h tt p s : // nominis . cef . fr)





Textes de la messe du jour

Livre des Actes des Apôtres 17, 15.22-34.18,1... Psaume 148(147), 1-2.11-12ab.12c-14a.14bcd... Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 16, 12-15.:


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 J_et_e10
« L’Esprit de vérité vous conduira dans la vérité tout entière » (Jn 16, 12-15)


Commentaire de ce jour.


Il me glorifiera

Il y a tant de choses que Jésus depuis longtemps aurait voulu nous dire, et que nous sommes, aujourd’hui encore, incapables de porter !

Ce sont des flashes de lumière sur Dieu et la vie de Dieu, sur les chemins de Dieu en nous et nos chemins vers Dieu, sur la personne et le rôle de Jésus lui-même dans le dessein de Dieu pour le monde et pour nous : bref, tout ce que Jésus appelle la vérité. D’où vient que nous utilisons si pauvrement notre potentiel de vérité ? D’où vient que nous déchiffrons si mal le nom de grâce écrit sur notre caillou blanc ?

Probablement du fait que nous nous en tenons trop à nos propres ressources, que notre cœur se disperse et se fixe là où sont ses trésors. Il reste si peu de place en nous, non pas pour le « Dieu inconnu », mais pour l’inconnu de Dieu !

Mais surtout, ce qui nous manque, c’est que nous ne savons pas, que nous n’osons pas, « nous laisser à l’Esprit », comme on disait au grand siècle (Mr Olier). C’est lui, le Paraclet, qui doit et qui veut nous mener jusqu’à la « vérité tout entière »; c’est lui qui dès aujourd’hui nous guide dans le pays de la vérité où Jésus nous a introduits.

Et comment nous enseigne-t-il toutes choses ? En nous remémorant ce que Jésus, déjà, nous a dit.

L’Esprit Paraclet est toujours lui-même en écho de ce qui se dit en Dieu et de ce que Dieu dit ; et il se fait en nous l’écho vivant de ce que Jésus a révélé. Il rend vivant en nous l’écho de sa parole. Cette parole de vérité qui est commune à Jésus et au Père et qui dit pour nous le passé de l’Alliance, le présent de l’amour et tout ce qui doit venir, le Paraclet l’entend en Dieu, la reçoit du Christ en gloire, et nous la communique pour nous acheminer nous aussi vers le Père. Et par cette anamnèse, l’Esprit Paraclet glorifie le Fils de Dieu : « Il me glorifiera, annonce Jésus, car il recevra de ce qui est à moi et il vous l’annoncera. »

Qu’est-ce, en effet, que la gloire pour Jésus, sinon le secret indicible de son intimité avec le Père, le mystère de l’amour partagé ? Pour l’Esprit Paraclet, glorifier Jésus, c’est ouvrir aux hommes cette intimité, leur donner part aux échanges du Père et du Fils. Et cela, il le fait de manière privilégiée lorsqu’il intériorise en nous la parole de Jésus. Partout dans l’Église et le monde où cette parole est annoncée, partagée, méditée, le Paraclet glorifie Jésus.

C’est le mystère qui s’accomplit en chaque liturgie de la parole; c’est la recréation intérieure que nous vivons aux heures bénies de l’oraison, quand l’Esprit vient « illuminer les yeux de notre cœur » (E 1, 18). Cela passe par nous, cela se passe en nous, quand « Dieu, le Créateur de la lumière, brille dans nos cœurs pour y faire resplendir la connaissance de sa gloire, qui est sur la Face du Christ » (2 Co 4, 6).

Lorsque nous laissons la parole de Jésus résonner au plus profond, au plus vrai, au plus libre de nous-mêmes, nous laissons l’Esprit Paraclet glorifier le Fils de Dieu. C’est déjà le début de la vie éternelle.



Frère Jean Lévêque, carme, de la Province de Paris
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Siteon0-5a7f7


*******


Autre commentaire de ce jour.


Lui me glorifiera, car il recevra ce qui vient de Moi
pour vous le faire connaître.

« J’aurais encore beaucoup de choses à vous dire » : Jésus n’aurait-il pas eu le temps de nous enseigner tout ce qu’il a à nous transmettre de la part du Père ?
« Mais pour l’instant vous n’avez pas la force de les porter ». Voilà plutôt l’explication. Il y a bien des choses difficiles à accepter, même pour nous qui connaissons le mystère de la Résurrection.
Il ne va pas de soi d’accepter que la glorification du Fils se fasse à travers un chemin de souffrance, il ne va pas de soi de ne pas voir celui que nous aimons, il ne va pas de soi d’engager sa vie sur un acte de Foi.
Ces résistances, tout explicables qu’elles soient, nous maintiennent dans la pénombre. Jésus ne peut donc pas tout nous dire, un contact trop brusque avec la pleine lumière aveugle.

Aussi Le Seigneur prévoit-il que nous soyons éclairés de l’intérieur, il a décidé de placer la Lumière de la Vérité à l’intérieur de nos cœurs.
Il compte nous envoyer L’Esprit de Vérité, c’est-à-dire L’Esprit qui vient du cœur du Père et qui nous y conduit.
Il ne s’agit pas d’une force extérieure et anonyme. L’Esprit vient de Dieu et « il redira tout ce qu’il a entendu » de Lui.
Son enseignement est en parfaite dépendance de l’Enseignement de Jésus. L’Esprit ne parle pas de Lui-même, il dit ce qu’il entend, il donne ce qu’il prend au Fils, de la même manière que Le Fils dispose de ce qui est au Père.
Du Père au Fils, et du Fils à L’Esprit, la communication est totale, la source unique.

Ainsi, loin de dire l’avenir ou de compléter ce que Jésus n’aurait pas dit, L’Esprit de Vérité éclaire à partir du mystère du Christ ce que nous avons à vivre.
Car c’est bien de notre Vie qu’il s’agit. L’Esprit ne se substitue jamais à nous, il ne parle jamais pour nous, il n’agit jamais à notre place.
Il révèle le sens, il mène vers la Vérité, il glorifie Le Fils en nous faisant prendre la mesure de son enseignement, il nous donne la force de le vivre.
Nous avons donc à laisser cet hôte intérieur prendre toute la place dont il a besoin pour nous assister dans notre quête du Christ et notre marche vers la Vérité.



Frère Dominique, Moine de la Famille de Saint Joseph.
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 LOGO_FSJ_2017.png


*******


Autre commentaire de ce jour.


Quand il viendra, Lui, L’Esprit de Vérité, il vous conduira
dans la Vérité tout entière.

On parle du rôle qu’aura L’Esprit dans l’Église quand il aura été donné. En partie, c’est un rôle qu’il remplissait déjà dans l’Ancien Testament, comme on peut le voir au Psaume 25.
Fais-moi connaître, Yahvé, tes voies; enseigne-moi tes sentiers.
Dirige-moi dans ta Vérité, enseigne-moi; c’est Toi, Le Dieu de mon Salut.
...(Toi) qui remets dans la voie les égarés. (Psaume 25,4-5.8)

Il est celui qui montre le chemin, et qui aide à rester sur ce chemin. Il a un rôle de révélateur mais il est aussi celui qui procure la force de vivre cette révélation.

C’est ce qu’amenait à sa pleine réalisation Le Christ quand il disait: Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie. (Jean 14,6)
Maintenant que Le Christ est retourné dans sa Gloire et qu’il est invisible pour les disciples c’est L’Esprit qui est donné pour remplir ce rôle dans l’Église.
Il est le révélateur, L’Esprit de Vérité qui guide vers la Vérité tout entière. Non pas qu’il y ait une nouvelle révélation car Jésus est la révélation définitive.
Mais il éclaire la révélation; il fait pénétrer le mystère de Dieu à travers les paroles et les actions du Christ.
C’est ce que disait Jésus de L’Esprit de Vérité: Il enseignera tout et vous rappellera tout ce que j’ai dit. (Jean 14,26)

L’Esprit n’est pas seulement un révélateur d’une connaissance qui serait abstraite, théorique. Il s’agit d’une connaissance vécue et, dans ce sens, on peut parler de Lui comme d’un guide. Ce rôle et cette présence de guide apparaît continuellement dans la description de la vie de l’Église primitive dans le livre des Actes.
Les apôtres doivent trouver des solutions et agir dans des situations complètement nouvelles. Philippe qui, guidé par L’Esprit, donne le Baptême à l’eunuque de la reine d’Éthiopie, Pierre qui va chez un centurion romain et prend un repas avec des mets pas nécessairement kasher, la création des diacres, l’envoi de Barnabé et Paul en mission dans des territoires païens, l’abolition de la circoncision pour les Grecs convertis.
C’est en étant attentif à la présence de L’Esprit qu’on a trouvé les solutions pour permettre à l’Église de continuer l’œuvre du Christ.
Finalement, c’est L’Esprit qui donne la Vie que Le Christ apportait, cette Vie qui fait des disciples des enfants de Dieu et qui nous permet d’appeler Dieu, Père, Abba. (Galates 4,6-7; Romains 8,15)
C’est L’Esprit de Dieu qui habite dans les disciples et qui les fait reproduire l’image de son Fils. (Romains 8,9.29)



Père Jean Gobeil, s.j.
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Villa_Loyola_teil


Pensées pour l'évangile d'aujourd'hui

« De cette communion avec l'Esprit viennent la pénétration des mystères, la distribution des dons de grâce, la vie surnaturelle ; de là proviennent la permanence dans la vie divine et le désir le plus sublime : que l'homme devienne comme Dieu » (Saint Basile le Grand).

« La Pentecôte est ceci : Jésus, et à travers Lui Dieu lui-même, vient à nous et nous attire en Lui. "Il envoie l'Esprit Saint" - ainsi s'exprime l'Ecriture. Quel effet cela a-t-il ? Je voudrais tout d'abord noter deux aspects : l'Esprit Saint, à travers lequel Dieu vient à nous, nous apporte la vie et la liberté (Benoît XVI)

« Tous les fidèles ont part à la compréhension et à la transmission de la vérité révélée. Ils ont reçu l’onction de l’Esprit Saint qui les instruit et les conduit vers la vérité toute entière (cf. Jn 16, 13) » (Catéchisme de l’Eglise Catholique, nº 91)









*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 5b23299d




*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Gif-an10

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Deus_abba_omnipotens_pater_gloire_au_pere_et_a_son_amour_mere_eugenie_ravasio*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Trinite-et-marie-5a699c*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 LA%2BSANTA%2BTRINIDAD%2BY%2BMARIA

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !


Je T'aime Dieu ma Force, mon Bonheur et mon Unique Espérance !

Sub tuam misericordiam confugimus, Dei Genitrix !




Lumen
Lumen

Date d'inscription : 09/11/2021
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Empty Re: *Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe

Message par Lumen Jeu 18 Mai 2023 - 14:20

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez
comme est bon le seigneur !
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Am17412


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 F3e10a12debfc8f4c29c1cf8bfed0b16


Eucharistie du Jeudi 18 Mai 2023
Solennité de la Fête de L’Ascension de
Notre Seigneur Jésus, Année A.


Saint Jean Ier, Pape (53e) de 523 à
526 et martyr (+ 526)
Saint Eric de Suède, Roi de Suède (+ 1160)
Saint Félix de Cantalice, Capucin à Rome
(1515-1587).
Bienheureux Stanislas Kubski et Martin Oprzadek
Prêtres martyrs du nazisme (+ 1942)


NOMINIS : Saints, Saintes et Fêtes du Jour
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(h tt p s : // nominis . cef . fr)





Textes de la messe du jour

Livre des Actes des Apôtres 1, 1-11… Psaume 47(46), 2-3.6-7.8-9… Lettre de saint Paul Apôtre aux Éphésiens 1, 17-23… Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 28, 16-20.:


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 373076b62f195854febfdc344f8b7931
Allez ! De toutes les nations faites des disciples, dit le Seigneur.
Moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde.


Commentaire de ce jour.


Ascension

Saint Paul écrivait aux chrétiens de Colosses :

« Du moment que vous êtes ressuscités avec le Christ, recherchez les choses d’en haut, là où se trouve le Christ assis à la droite de Dieu » (Col 3, 1).

Or, dans le récit de l’ascension de Jésus, les messagers s’adressent aux disciples en leur disant : « Gens de Galilée, pourquoi restez-vous là à regarder le ciel ? »

Serait-ce donc que saint Luc contredit saint Paul ? Regarder le ciel, est-ce notre devoir, ou est-ce un luxe qui nous démobilise ? En relisant l’Écriture, en pénétrant davantage dans le mystère de l’Ascension, nous pouvons répondre : tout dépend de la qualité de notre regard.

Si nous regardons vers le ciel comme des gens frustrés et des orphelins, si nous scrutons le ciel vide comme Marie de Magdala fouillait des yeux le tombeau vide, et surtout si notre regard déçu nous tient lieu de réponse au mystère, alors nous encourons le reproche des messagers : « Pourquoi restez-vous là plantés à regarder le ciel ? »

Mais si notre regard est un regard de foi, tout change ! Si nous disons :

« Seigneur, de là où je suis, je te rejoins par la foi dans la gloire où tu es ; Seigneur, tu es assis pour toujours à la droite de Dieu, tu vis assis, glorieux, et rien ni personne ne te fera lever jusqu’à la fin des temps ; Seigneur, je le crois, tout pouvoir t’a été donné au ciel et sur la terre. »

Si notre regard dit cela au Christ Seigneur, alors ne nous lassons pas de rechercher les choses d’en haut, là où notre amour retrouve le Christ, assis à la droite de Dieu, pour le repos et pour une œuvre incessante dans le cœur des hommes.

Si notre regard est porteur d’espérance, alors il rend gloire à Dieu et à son Christ.

La dernière image que les disciples ont gardée dans les yeux, c’est celle de Jésus, les mains levées, bénissant, et c’est en bénissant qu’il a été emporté au ciel, c’est-à-dire dans le monde de la gloire, dans le monde de Dieu.

La dernière parole qu’ils ont entendue de la bouche du Ressuscité, c’est : « Je suis avec vous, tous les jours, jusqu’à la fin des temps ». « Vous êtes mes témoins pour toutes les nations … Vous allez recevoir la force d’en haut ».

Et c’est pourquoi le départ de Jésus, son départ définitif, (après ses quarante jours d’apparitions), loin de nous laisser tristes et paralysés, galvanise toutes les forces de notre fidélité, car nous savons ce que Jésus glorieux attend de nous :

* - tout d’abord demeurer dans la ville : resserrer dans la joie nos liens d’Église, les liens de sa communauté ;

* - puis bénir Dieu ensemble dans son temple,

* - attendre ensemble le moment où, d’en haut, nous serons « revêtus de puissance », c’est-à-dire : attendre la promesse de Dieu, l’Esprit Paraclet, unanimes dans la prière avec la Mère de Jésus ;

* - et puis partir... Partir sur place, laisser partir au loin notre amour jusqu’aux confins de l’œuvre du Christ, jusqu’aux extrémités du monde, jusqu’au dernier village où l’Évangile est annoncé ; et, plus immédiatement repartir chaque jour pour vivre l’Évangile et témoigner de Jésus, au milieu de ceux qu’il nous donne à aimer, à comprendre, à porter :

les petits, qui entendent si peu parler de Dieu et de son Christ, les jeunes, qui ont tant besoin de nous voir espérer, l’époux ou l’épouse, trop souvent renvoyé (e) à sa solitude, parce qu’on laisse grandir au foyer des habitudes d’égoïsme ou des réflexes d’agressivité, le frère ou la sœur, dans la communauté, isolé (e) dans sa fidélité ou dans sa souffrance, et qui a l’impression de n’exister pour personne.

Oui, partons avec la force d’en haut, et quand la fatigue survient, quand le courage fléchit, quand la joie de servir risque de nous quitter, regardons là-bas, regardons le ciel. Jésus, les bras levés, nous suit du regard et nous bénit.



Frère Jean Lévêque, carme, de la Province de Paris
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Siteon0-5a7f7


*******


Autre commentaire de ce jour.


Ascension du Seigneur

C’est l’heure pour moi de retourner vers mon Père et votre Père. Cela pourrait faire penser que Jésus abandonne les siens. À l’Ascension, Jésus demande à ses disciples d’être ses témoins. Il ne les abandonne pas, il ne laisse pas seul : « Je vous enverrai l’Esprit et vous serez revêtus d’une puissance d’en haut. » Voilà donc les apôtres envoyés pour être les témoins du Christ Ressuscité, plein de l’Esprit Saint. Voilà aussi notre mission.

Depuis la résurrection, Jésus est présent, sa lumière irradie les yeux de notre cœur. Avec l’Ascension, Jésus, fait confiance à ses disciples, à l’être humain, et il lui confie la mission de témoigner de ce qu’ils ont vus, de ce qu’ils ont entendus. Jésus prend place au cœur même de leur vie, de notre vie ; en eux, en nous ; dans leur cœur, dans notre cœur ; mais aussi dans leur intelligence, leur mémoire et leur volonté ; mais aussi dans notre intelligence, notre mémoire et notre volonté.

Il est là en eux, en nous, comme force et lumière sur le chemin de vie. Et il nous accepte tel que nous sommes, avec nos faiblesses, nos péchés et nos erreurs. Jésus accepte de cheminer avec nous, de nous accompagner dans nos beaux comme dans nos moins beaux moments de vie. Il marche à notre rythme de croissance.

Jésus invite ses apôtres à passer d’apôtres à témoins, de disciples à ami dans le Seigneur, et à le faire découvrir et aimer. Être témoin du Christ, c’est laisser passer l’esprit de Jésus, sa manière d’être et de vivre, à travers nos actes de charités et nos paroles de vie : « ce n’est pas moi qui vous parle, c’est le Christ vivant en moi qui vous enseigne, disait St Paul.

Être disciples, c’est se laisser façonner par l’Amour, se laisser transfiguré par Sa présence, Son amour, Sa miséricorde, et ensuite aimer, donner, servir.

Et nous devenons pleinement homme et pleinement femme, vitraux façonnés par le Ressuscité, laissant passer la lumière du Christ sous une multitudes de couleurs et de formes.

L’Ascension, accomplit le salut du genre humain, crée un espace intérieur pour l’œuvre de la foi dans un monde vivant sans foi ni loi. Et l’Esprit « me glorifiera, car il reprendra ce qui vient de moi pour vous le faire connaître. » (Jean)

De même, St Paul atteste aux Corinthiens, que « nul ne peut dire que Jésus est Seigneur sans l’Esprit saint. » Car seul l’Esprit Saint en s’unissant à notre esprit peut révéler les mystères de la Foi, de l’Espérance et de l’Amour.

Jésus, en disparaissant de nos yeux, ouvre notre cœur, notre esprit, notre intelligence et notre volonté à l’Esprit Saint pour recevoir le don de la Foi, témoigné de la Bonne Nouvelle et aimer comme Dieu aime et nous aime.



Père André S.J.
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Villa_Loyola_teil


*******


Autre commentaire de ce jour.


« Tout pouvoir m'a été donné au ciel et sur la terre »

Aujourd'hui, il nous est donné de contempler la bénédiction par les mains – ce dernier geste du Seigneur sur terre (Lc 24,51). Ou bien ces empreintes gravées sur un monticule – le dernier signe visible du passage de Dieu sur notre terre. Il arrive parfois que ce monticule soit représenté comme une roche, et l’empreinte de ses pas reste gravée non pas sur la terre, mais bien sur le roc. Comme si l’allusion était faite à cette pierre qu’Il avait annoncée et qui bientôt sera scellée par le vent et le feu de la Pentecôte. Depuis l’Antiquité, l’iconographie emploie ces symboles suggestifs, notamment ce nuage mystérieux – ombre et lumière tout à la fois - qui accompagne tant de manifestations de Dieu depuis l’Ancien Testament. Le visage du Seigneur nous éblouira.

Saint Léon le Grand nous aide à méditer cet évènement : « ce qui était visible en notre Sauveur est passé dans ses mystères ». Dans quels mystères ? Ceux-là mêmes qu’Il a confiés à son Église. Le geste de sa bénédiction se déploie dans toute la liturgie, les traces sur la terre marquent le chemin des sacrements. Et ce chemin nous conduit à la plénitude de la rencontre définitive avec Dieu.

Au cours de ces quarante jours, les Apôtres auront eu le temps de s’habituer à cette autre façon d’être du Maître – comme nous le rapportent les exégètes - Il « n’apparaît » pas, mais – selon une traduction fidèle - Il se « laisse voir ». Ainsi, au moment de cette dernière rencontre, l’étonnement ressurgit. Car ils découvrent que dorénavant, non seulement ils annonceront la Parole, mais ils insuffleront la vie et la santé, avec le geste visible et la parole audible, par le baptême et par tous les autres sacrements.

“Toute autorité m’a été donnée au ciel et sur la terre” (Mt 28,18). Tout pouvoir.... Aller vers toutes les Nations... Et enseigner à observer tout... Et Il sera avec eux – avec son Église, avec nous - tous les jours jusqu’à la fin des temps (cf. Mt 28,19-20). Ce “tout” retentit à travers l’espace et le temps, nous réaffirmant dans notre espérance.



Dr. Josef ARQUER (Berlin, Allemagne)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Pensées pour l'évangile d'aujourd'hui

« Les Apôtres ont d’autant plus profité de l’Ascension du Seigneur que tout ce qui les effrayait avant, s’est ensuite converti en joie. A partir de ce moment-là, ils ont élevé toute la contemplation de leur âme vers la divinité assise à la droite du Père » (Saint Léon le Grand)

« l’Ascension de Jésus au ciel constitue la fin de la mission que le Fils a reçue du Père et le début de la continuité de cette mission par l’Eglise, qui durera jusqu’à la fin des temps et jouira de l’aide du Seigneur ressuscité » (François)

« "La tradition et la Sainte Ecriture sont reliées et elles communiquent étroitement entre elles. Car toutes deux jaillissent d’une source divine identique, ne forment pour ainsi dire qu’un tout et tendent à une même fin". L’une et l’autre rendent présent et fécond dans l’Église le mystère du Christ qui a promis de demeurer avec les siens" pour toujours, jusqu’à la fin du monde » (Mt 28, 20) » (Catéchisme de l’Eglise Catholique, n° 80)










*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 5b23299d




*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Gif-an10

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Deus_abba_omnipotens_pater_gloire_au_pere_et_a_son_amour_mere_eugenie_ravasio*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Trinite-et-marie-5a699c*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 LA%2BSANTA%2BTRINIDAD%2BY%2BMARIA

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !


Je T'aime Dieu ma Force, mon Bonheur et mon Unique Espérance !

Sub tuam misericordiam confugimus, Dei Genitrix !




Lumen
Lumen

Date d'inscription : 09/11/2021
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Empty Re: *Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe

Message par Lumen Ven 19 Mai 2023 - 17:56

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez
comme est bon le seigneur !
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Am17412


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 F3e10a12debfc8f4c29c1cf8bfed0b16


Eucharistie du Vendredi 19 Mai 2023
Vendredi de la 6ème semaine de Pâques.


Saint Urbain Ier, Pape (17e) de 222
à 230 (+ 230)
Saint Yves Hélory de Kermartin, Avocat puis
Prêtre et Juge en Bretagne (1250-1303).
Saint Célestin V, Pape (192e) en 1294 (+ 1296).
Saint Crispin de Viterbe, Capucin italien (+ 1750).
Sainte Marie-Bernarde, Fondatrice de la
Congrégation des Sœurs Missionnaires
Franciscaines de Marie Auxiliatrice (+ 1924).
Bienheureuse Pina Suriano, laïque italienne,
Fondatrice de l'association des Filles de Marie
(+ 1950)


NOMINIS : Saints, Saintes et Fêtes du Jour
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(h tt p s : // nominis . cef . fr)





Textes de la messe du jour

Livre des Actes des Apôtres 18, 9-18… Psaume 47(46), 2-3.4-5.6-7… Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 16, 20-23a.:


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Jesus-and-john-at-the-last-supper-by-josef-sedmak-1-
Vous aussi, maintenant, vous êtes dans la peine, mais je vous reverrai,
et votre cœur se réjouira; et votre joie, personne ne vous l’enlèvera.


Commentaire de ce jour.


Votre tristesse se changera en joie

« Lorsque la femme enfante, elle est triste, parce que son heure est venue. »

Voilà bien une parole inépuisable du Seigneur, une parole venue du tréfonds de l’expérience humaine, et qui renvoie le cœur humain inlassablement à lui-même et à Dieu.

L’image de la femme qui enfante dans la souffrance était déjà connue de l’Ancien Testament. Dans le livre d’Isaïe, en particulier, elle décrit la cité sainte, saisie par les douleurs et donnant le jour à un peuple nouveau, au temps du Messie.

Ici, la femme qui enfante, c’est la communauté des disciples directs de Jésus : leur souffrance, lors de la mort du Christ, ne sera qu’une épreuve provisoire, transitoire. Bientôt ils se réjouiront que Jésus, nouvel Adam, soit passé au monde définitif.

La femme dans les douleurs, c’est également l’Église, en butte tout au long du temps à la persécution du « monde », au sens johannique, c’est-à-dire le monde du refus : « Dans le monde, disait Jésus, vous aurez de la souffrance ; mais courage, j’ai vaincu le monde » (Jn 16, 33). Ces souffrances de l’Église sont toujours fécondes, puisque, en rendant ainsi témoignage à son Seigneur, elle réalise son avènement parmi les hommes. Et de même que la Passion de Jésus se poursuit dans la passion de l’Église, la joie des premiers disciples lors de la résurrection se continue dans la joie permanente des chrétiens que Jésus vient « revoir » jour après jour.

Jésus, qui, à Gethsémani, a été « triste à en mourir », ne nous promet pas de nous éviter toute tristesse, mais, à ses yeux, il ne peut y avoir de tristesse définitive : « elle se changera en joie », c’est promis ! Il n’y a pas non plus de tristesse stérile, puisque toute souffrance assumée pour le Christ enfante en nous l’homme nouveau. Et surtout, toute tristesse doit s’effacer devant le regard du Ressuscité : « Je vous reverrai, et votre cœur se réjouira. » Jésus ne dit pas ici : « vous me verrez », mais »je vous reverrai », car son regard précède le nôtre, tout comme son amour nous devance.

Quand l’heure vient pour une communauté d’enfanter dans la douleur et l’incertitude une nouvelle manière d’être d’Église et d’être au monde, son premier réflexe est souvent d’abattement et de crainte. La vie qu’elle porte en elle va prendre un visage qu’elle ne pouvait pas deviner. Quelque chose d’elle-même va la quitter qui va devenir autonome, et qu’elle ne pourra ni renier ni contraindre. Et surtout la souffrance est là, dont on ne sait ni quand elle vient ni jusqu’où elle ira.

Mais une communauté qui vit vraiment du Seigneur peut faire confiance aux lois de la vie et de la nouvelle naissance. La souffrance, Dieu lui-même la fera oublier, dans la joie de découvrir ce qui sera venu au monde.

Quand l’heure vient pour chacun et chacune de passer un peu plus, un peu mieux, un peu plus vite de ce monde au Père, la tentation se glisse parfois en nous de contourner la souffrance ou l’ascèse, de fuir la lumière qui s’approche, ou de reculer indéfiniment les échéances de la vérité.

Des choix s’imposent : on les évite. Des clarifications seraient nécessaires : on se réfugie dans l’à peu près. Des arrachements seraient libérateurs : on préfère garder de vieilles servitudes.

Et on retarde d’autant la joie de l’enfantement : comme l’enfant insensé dont parle Osée le prophète, on s’empêche soi-même de naître. Et c’est cela qui perpétue la tristesse.

Viens, Seigneur ; viens me revoir, en traversant mes peurs et mes tristesses. Apporte-moi ta joie que personne ne pourra me ravir. Donne-moi, par ton Esprit Paraclet, de te connaître et de comprendre ta route. Alors je ne t’interrogerai plus sur rien, parce que d’avance tu m’as répondu.



Frère Jean Lévêque, carme, de la Province de Paris
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Siteon0-5a7f7


*******


Autre commentaire de ce jour.


Une joie fondée sur la communion avec Dieu par la médiation du Christ Jésus

Notre expérience nous montre que la vie est un combat, une lutte entre le bien et le mal. Notre corps est le théâtre d’un affrontement continuel entre des virus qui tentent de nous détruire et notre système immunitaire qui les repousse et nous défend. Ce combat physique manifeste d’une manière sensible une lutte plus profonde en chacun de nous entre notre volonté attirée vers le bien et notre égoïsme qui refuse l’amour, l’ouverture de soi à l’autre. En chacun de nous, nous découvrons un « monstre » et un « ange. qui s’affrontent pour nous attirer dans des directions opposées.

Lorsque ces combats deviennent virulents, ils éclatent comme des crises, des tentations qui nous déchirent, nous tirant vers deux pôles opposés, le malheur et la mort ou le bonheur et la vie. Cet affrontement impose sa violence à chacun de nous, mais encore plus à l’ensemble de l’Église, avant d’atteindre l’apothéose du rassemblement universel dans le Royaume de notre Père.

La joie de la mère qui succède à sa souffrance était une comparaison traditionnelle dans le judaïsme pour évo¬quer les derniers temps, l’époque que devait instaurer le Messie. Dans le déroulement de l’histoire du salut – collectif et individuel – la souffrance précède la joie, le don de soi par amour est le prélude nécessaire de l’éblouissement, c’est à travers la croix que le chrétien s’ouvre à la résurrection.

En opposition au monde, dont la joie éphémère et superficielle cache mal son angoisse profonde, la présence glorieuse du Christ communiquera au croyant une joie fondée sur la communion avec Dieu. Mais cette communion à la Source de la vie et du bonheur n’est possible que par la médiation du Christ Jésus. Comblé de cette joie qui élimine tout doute et toute question, le chrétien s’émerveillera que ses prières, adressées à Dieu au nom de Jésus, en communion avec sa volonté, sont toujours exaucées.



Père Jean-Louis D’Aragon S.J.
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Villa_Loyola_teil


*******


Autre commentaire de ce jour.


« Votre peine se changera en joie »

Aujourd'hui, nous commençons les Dix jours du Saint-Esprit. En revivant le Cénacle, nous voyons la Mère de Jésus, Mère du Bon Conseil, converser avec les Apôtres. Conversation cordiale et riche! Ils se rappellent toutes les joies partagées avec le Maître. Les journées pascales, l'Ascension et les promesses de Jésus. Les souffrances des jours de la Passion sont devenues joie. Quelle chaleureuse ambiance dans ce Cénacle ! Et celle qui les attend, selon ce que Jésus leur a dit !

Nous, nous savons que Marie, Reine des Apôtres, Épouse du Saint-Esprit, Mère de l'Église naissante, nous guide pour recevoir les dons et les fruits du Saint-Esprit. Les dons, c'est la voile du bateau quand elle se déploie et que le vent - symbole de la grâce - lui est propice : que le chemin est facile et rapide!

À nous aussi le Seigneur promet de convertir en joie nos fatigues: « Votre joie, personne ne vous l'enlèvera » (Jn 16,22), « votre joie sera parfaite » (Jn 16,24). Au Psaume 126, 6 : « il s'en va, il s'en va en pleurant, il jette la semence; il s'en vient, il s'en vient en chantant, il rapporte les gerbes ».

Toute cette semaine, la liturgie nous parlera de rajeunissement, d'exultation (sauts de joie), de félicité sûre et perpétuelle. Tout nous portera à vivre d'oraison. Saint Josémaria nous dit : « Je veux que tu sois toujours content, car la joie fait partie intégrante de ton chemin. - Demande pour tous cette même joie surnaturelle ».

Pour sa santé physique et surnaturelle, l'être humain a besoin de rire. L'humour de bon aloi apprend à vivre. Saint Paul dira : « Nous savons que Dieu fait tout concourir au bien de ceux qui l'aiment » (Rom 8,28). Voilà une bonne oraison jaculatoire: «Tout est pour le bien!»; « Omnia in bonum ! ».



Abbé Joaquim FONT i Gassol (Igualada, Barcelona, Espagne)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Pensées pour l'évangile d'aujourd'hui

« A la naissance du Seigneur, les anges chantent remplis de joie. Comment, donc, la petitesse de l’homme ne pourrait-elle pas de réjouir devant cette œuvre inénarrable de la miséricorde divine, quand même les chœurs sublimes des anges y trouvaient un plaisir si intense ? » (Saint Léon le Grand)

« N’importe quelle raison peut effacer la joie de l’homme, n’importe quelle difficulté. Mais cette joie, que le Seigneur nous donne, nous fait profiter de l’espoir de le rencontrer, même dans les moments les plus obscurs » (François)

« (…) Le Christ qui a tout assumé afin de tout racheter est glorifié par les demandes que nous offrons au Père en son Nom (cf. Jn14, 13). C’est dans cette assurance que Jacques et Paul nous exhortent à prier en toute occasion » (Catéchisme de l’Eglise catholique, n° 2.633)










*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 5b23299d




*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Gif-an10

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Deus_abba_omnipotens_pater_gloire_au_pere_et_a_son_amour_mere_eugenie_ravasio*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Trinite-et-marie-5a699c*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 LA%2BSANTA%2BTRINIDAD%2BY%2BMARIA

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !


Je T'aime Dieu ma Force, mon Bonheur et mon Unique Espérance !

Sub tuam misericordiam confugimus, Dei Genitrix !




Lumen
Lumen

Date d'inscription : 09/11/2021
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Empty Re: *Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe

Message par Lumen Sam 20 Mai 2023 - 12:09

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez
comme est bon le seigneur !
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Am17412


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 F3e10a12debfc8f4c29c1cf8bfed0b16


Eucharistie du Samedi 20 Mai 2023
Samedi de la 6ème semaine de Pâques.


Sainte Lydie, Commerçante en pourpre
convertie par Saint Paul (Ier siècle)
Saint Bernardin de Sienne, Frère mineur (+ 1444)
Saint Archange Tadini, Prêtre et Fondateur
de la Congrégation des « Sœurs Ouvrières de
la Sainte Maison de Nazareth » (1846-1912).
Saint Protais Chong, Martyr à Séoul en Corée
(+ 1839)
Bienheureuse Josepha Hendrina Stenmanns
Cofondatrice des Missionnaires servantes du
Saint Esprit (+ 1903)


NOMINIS : Saints, Saintes et Fêtes du Jour
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(h tt p s : // nominis . cef . fr)





Textes de la messe du jour

Livre des Actes des Apôtres 18, 23-28... Psaume 47(46), 2-3.8-9.10... Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 16, 23b-28.:


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Chu-giai-Tin-Mung-Mt-1034-111-960x802


Commentaire de ce jour.


"Ce que vous demanderez à mon Père"

À partir du moment où Jésus, victorieux de la mort, reviendra vers ses disciples, ils jouiront de deux privilèges : - d'une part ils seront si intimes avec Dieu que leurs demandes seront exaucées; - d'autre part ils comprendront que Jésus est la révélation définitive du Père.

 Le privilège d'être exaucé découle directement de la présence du Paraclet.

Parce que les disciples seront habités par le Paraclet, ils resteront unis à Jésus; or Jésus a promis : "Si vous demeurez en moi, vous demanderez ce que vous voudrez, et cela vous arrivera" (Jn 15,7). En effet, unis à Jésus, les disciples seront tout proches du Père qui est un avec Jésus. D'où l'insistance du Maître : non seulement les choses doivent être demandées au nom de Jésus, mais elles seront données au nom de Jésus.

Jusqu'à l'Heure de Jésus, c'est-à-dire jusqu'à son passage de ce monde au Père, les disciples n'ont rien demandé "au nom de Jésus", c'est-à-dire en union vitale avec lui, et en s'appuyant à la fois sur ce qu'il est et sur ce qu'il fait pour le salut des hommes. Mais quand l'Heure sera accomplie, cette Heure qui englobe à la fois la Passion, la Résurrection et le don du Paraclet, les disciples auront tous accès au Père, par un seul Esprit (E 2,18). Comment dès lors ne seraient-ils pas exaucés?

 "Demandez et vous recevrez", ajoute Jésus. Et dans ce contexte du discours après la Cène, les demandes des chrétiens ne concernent pas les besoins ordinaires de la vie. Il s'agit de choses qui, si elles sont accordées, "glori­fieront le Père dans le Fils" (14,13s), de choses qui regardent la vie chrétienne et la continuation de l'œuvre de Jésus, cette œuvre par laquelle Jésus glorifiait le Père durant son ministère (17,4); il s'agit de choses qui rendront fructueux le travail du Paraclet (14,15-17). Et c'est pourquoi, lorsque les disciples seront exaucés, leur joie sera parfaite, car cette réponse de la bonté de Dieu leur apportera la certitude qu'ils sont aimés de lui; elle sera le signe de sa présence fidèle et le sceau de son amitié apposé sur la vie des croyants.

 Puis Jésus reprend et développe ce thème de l'intimité avec le Père :

"Ce jour-là vous demanderez en mon nom,

et je ne vous dis pas que je prierai le Père pour vous,

car le Père lui-même vous aime".

Jésus ne veut pas dire qu'il cessera d'intercéder, mais que son intercession n'aura pas d'épaisseur, tellement le Père sera proche de ses enfants. Plus que jamais la médiation de Jésus sera nécessaire pour donner les hommes au Père et le Père aux hommes; mais cette médiation établira entre le Père et les disciples une relation d'amour si intime, en Jésus et par Jésus, qu'ils auront tous accès au cœur de Dieu, comme autant de fils et de filles.

Le Père nous entourera du même amour dont il a aimé Jésus (17,25s), et le Père, Jésus et les disciples seront un (17,21-23). Jésus n'aura pas à prier le Père en faveur des chrétiens, car la prière des chrétiens sera la prière de Jésus. En quelque sorte, dans sa gloire le Christ ne priera pas seulement pour les siens: il priera avec eux dans son Église, au moment où eux-mêmes prieront par lui, avec lui et en lui.

 La seule condition, pour être aimé à ce point par Dieu le Père, c'est d'aimer le Christ comme celui qui est sorti de Dieu, et d'accueillir le Christ comme celui qui est la révélation du Père.

Cela encore, cette intelligence plénière du rôle de Jésus et du mystère de sa personne, est un privilège que Dieu accordera progressivement aux croyants après l'Heure de Jésus.

Et Jésus embrasse encore une fois du regard toute son œuvre de rédemption : venu dans le monde pour s'unir tous les hommes, il quitte le monde pour que la plénitude de son union au Père rejaillisse en gloire jusque dans son humanité sainte.

Alors viendra l'Esprit, qui poursuivra son œuvre, et qui murmurera en son nom jusqu'à la fin des temps dans chaque cœur de baptisé : "Viens vers le Père !"

C'est là l'esquisse de la vie éternelle, que Dieu nous donne de vivre sur cette terre.

Plus profonde que les remous de notre cœur, plus réelle que nos lassitudes et tous nos désarrois,

l'amitié de Dieu est là, déjà là, don totalement gratuit, offre permanente d'un dialogue de joie.

À une seule condition, qui est elle-même un signe de sa grâce :

il faut laisser Dieu nous aimer "comme il a résolu dans son cœur".



Frère Jean Lévêque, carme, de la Province de Paris
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Siteon0-5a7f7


*******


Autre commentaire de ce jour.


Comprendre les signes

Dans l’Évangile de Jean, toutes les paroles et tous les signes opérés par Jésus possèdent une double signification, qui provient de la double dimension de sa personne, à la fois humaine et divine. Jésus, Fils de Dieu et Fils de l’homme, a une nature visible, et c’est à travers son humanité que le croyant découvre sa divinité. Tout ce qui provient de Jésus possède donc ces deux dimensions, humaine et divine. Ce sont des signes dont il faut découvrir la face cachée à travers la réalité sensible. Telle est la révélation du Père par l’intermédiaire de son Fils incarné dans notre monde.

Même pour les disciples de Jésus, tout était énigmatique, parce que leur foi n’était pas parfaite et que la lumière de l’Esprit leur manquait. « C’est par ta lumière que nous voyons la lumière », s’écrie le psalmiste. (Ps 36,10) Mais “l’heure vient” où l’Esprit sera la lumière de tous les disciples du Christ : il leur rappellera et leur expliquera tout ce que Jésus a dit et fait. Telle est la richesse et la garantie de la tradition chrétienne, mouvement de vie et de pensée à travers les siècles, dirigée par l’Esprit du Christ Jésus.

Tous les disciples de Jésus comprendront alors que le Christ est si étroitement uni au Père – “Moi et le Père, nous sommes un” (10,30) – que la prière au nom de Jésus est la même que celle qu’ils adressent au Père.

Les trois étapes du Verbe incarné

Jésus rappelle le coeur de la foi chrétienne, avec les trois moments de sa carrière (v.28). Il préexistait en Dieu avant la création du monde, « Au commencement était le Verbe ». Il s’est incarné en venant dans le monde « Et le Verbe s’est fait chair ». Il retourne maintenant dans la gloire du Père, « Père, glorifie ton Fils pour que le Fils te glorifie. » (Jn 17,1)



Père Jean-Louis D’Aragon S.J.
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Villa_Loyola_teil


*******


Autre commentaire de ce jour.


« Je suis sorti du Père (…). Maintenant, je quitte le monde,
et je pars vers Le Père »

Aujourd'hui, l'Évangile nous laisse entendre des paroles d'adieu tendres de la part de Jésus. Il nous fait part de son mystère le plus précieux, Dieu Père est à la fois son origine et son destin : « Je suis sorti du Père, et je suis venu dans le monde; maintenant, je quitte le monde, et je pars vers Le Père » (Jn 16,28).

Cette vérité concernant la Deuxième Personne de la Trinité ne devrait jamais cesser de résonner dans nos cœurs : vraiment, Jésus est Le Fils de Dieu, Le Père Divin est son commencement et en même temps sa fin.

Pour tous ceux qui croient tout savoir sur Dieu, mais qui mettent en doute la Filiation Divine de Jésus, l'Évangile d'aujourd'hui a quelque chose d'important à leur dire : “Celui” que les Juifs appellent Dieu est celui qui a envoyé Jésus, et Il est donc par conséquent, Le Père des Chrétiens.
Ces paroles nous disent clairement que nous ne pouvons vraiment connaître Dieu que si nous acceptons cette Vérité: que ce même Dieu est Le Père de Jésus.

Cette Filiation Divine de Jésus nous rappelle un autre aspect fondamental de notre vie : nous, les Baptisés, nous sommes des fils de Dieu dans Le Christ par L'Esprit-Saint.
Cela renferme un des plus beaux mystères pour nous tous : cette paternité adoptive de Dieu envers les hommes se distingue de l'adoption humaine en ce qu'elle a un fondement réel dans chacun de nous, puisqu'elle entraîne une nouvelle naissance.
Par conséquent, celui qui a été introduit dans la grande Famille Divine ne sera plus jamais un inconnu.

C'est pour cela, que le jour de l'Ascension la Messe nous rappelle, lors de la prière commune que nous tous, les fils, nous avons tous suivis les pas de Jésus : « Dieu qui élève Le Christ au-dessus de tout, ouvre-nous à la joie et à l'action de grâce, car l'Ascension de Ton Fils est déjà notre victoire : nous sommes les membres de son Corps, il nous a précédés dans la Gloire auprès de Toi, et c'est là que nous vivons en Espérance ».
Enfin, aucun Chrétien devrait ne se “décrocher” de ce Corps, puisque tout ceci est plus important que n'importe quel marathon ou n'importe quelle course, car la ligne d'arrivée n'est autre que le Ciel c'est à dire Dieu Lui-même!



Abbé Xavier ROMERO i Galdeano (Cervera, Lleida, Espagne).
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Pensées pour l'évangile d'aujourd'hui

« La gloire de Dieu c’est que l’homme vive, et la vie de l’homme c’est la vision de Dieu » (Saint Irénée de Lyon)

« Après la grande découverte de Jésus-Christ en entrant dans le terrain de la foi, nous trouvons souvent une vie sombre, dure, difficile, un semis de larmes, mais nous sommes sûrs que la lumière du Christ, finalement, nous donne une belle récolte » (Benoît XVI)

« Plus encore, ce que le Père nous donne lorsque notre prière est unie à celle de Jésus, c’est "l’autre Paraclet, pour être avec vous à jamais, l’Esprit de Vérité" (Jn 14, 16-17). Cette nouveauté de la prière et de ses conditions apparaît à travers le Discours d’adieu. Dans l’Esprit Saint, la prière chrétienne est communion d’amour avec le Père, non seulement par le Christ, mais aussi en Lui » (Catéchisme de l’Eglise Catholique, nº 2615)










*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 5b23299d




*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Gif-an10

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Deus_abba_omnipotens_pater_gloire_au_pere_et_a_son_amour_mere_eugenie_ravasio*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Trinite-et-marie-5a699c*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 LA%2BSANTA%2BTRINIDAD%2BY%2BMARIA

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !


Je T'aime Dieu ma Force, mon Bonheur et mon Unique Espérance !

Sub tuam misericordiam confugimus, Dei Genitrix !




Lumen
Lumen

Date d'inscription : 09/11/2021
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Empty Re: *Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe

Message par Lumen Dim 21 Mai 2023 - 14:54

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez
comme est bon le seigneur !
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Am17412


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 F3e10a12debfc8f4c29c1cf8bfed0b16


Eucharistie du Dimanche 21 Mai 2023
Septième Dimanche de Pâques, Année A.


Saint Constantin Ier le Grand, Empereur
romain (+ 337).
Saint Eugène de Mazenod, Évêque de Marseille,
Fondateur de la Congrégation des
« Oblats de Marie Immaculée » (1782-1861).
Saint Cristóbal Magallanes, Prêtre, et ses
24 compagnons, Martyrs mexicains (+ 1927).
Bienheureux Manuel Gómez González et Adílio
Daronch, Martyrs au Brésil (+ 1924)
Bienheureux Pierre Claverie et 18 compagnons
Martyrs en Algérie entre 1994 et 1996 (XXe siècle)
Bienheureux moines de Tibhirine, Christian,
Christophe, Luc, Michel, Bruno, Célestin et
Paul, martyrs en Algérie (+ 1996)


NOMINIS : Saints, Saintes et Fêtes du Jour
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(h tt p s : // nominis . cef . fr)





Textes de la messe du jour

Livre des Actes des Apôtres 1, 12-14… Psaume 27(26), 1.4.7-8a… Première lettre de saint Pierre Apôtre 4, 13-16… Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 17, 1-11a.:


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 II.4-12-29


Commentaire de ce jour.


« Père, l’heure est venue »

Longtemps après les événements de la Passion et de la Résurrection, après avoir médité durant des années les paroles de Jésus, Jean a voulu fixer pour nous le testament spirituel de son Maître. Il l’a fait dans cette longue prière du chapitre 17, qui nous apporte un écho direct du repas d’adieux du Seigneur. On l’appelle souvent prière sacerdotale, parce que Jésus l’a prononcée au moment où il allait librement donner sa vie pour le salut du monde.

C’est bien une prière, en effet : Jésus « lève les yeux au ciel », selon son habitude. Il s’adresse à Dieu en lui disant : « Abba, Père ». C’était, dans sa langue, un nom de tendresse filiale, et cette familiarité de Jésus avec Dieu dans sa prière avait toujours frappé ses disciples.

Par ailleurs certaines phrases de cette prière rappellent les demandes du Notre Père :

* - « Que ton nom soit sanctifié » reparaît ici sous une autre forme : « Que ton Fils te glorifie … Tu m’as donné ton nom ».
* - « Que ta volonté soit faite » devient ici, dans la bouche de Jésus : « J’ai achevé l’œuvre que tu m’as donné à faire ».
* - « Délivre-nous du mal » affleure plus loin dans cette même prière : « Père, garde-les du mauvais ».
L’Évangéliste nous a donc conservé là quelque phrases typiques de la prière de Jésus; mais deux traits nouveaux donnent à ces confidences du dernier soir une tonalité toute spéciale.

Tout d’abord, en même temps qu’il prie son Père, Jésus semble s’adresser à nous. Il prie tout haut, et se révèle à travers sa prière. Il se découvre à nous comme le confident du Père, et il parle de la joie qu’ils avaient ensemble avant que le monde commençât, avant qu’il y eût des hommes pour connaître ou rejeter Dieu, avant que fût lancée l’histoire de la liberté et du salut.

Un autre trait inattendu de cette prière sacerdotale est que Jésus commence ainsi : « Père, l’heure est venue ». D’instinct nous comprenons que Jésus veut parler de ses souffrances qui approchent et de sa mort, qu’il a plusieurs fois prédite. Mais il y a plus. Car Jésus parlait souvent de « son heure ». Il disait : « Mon heure n’est pas encore venue », l’heure où « le Fils de l’Homme doit être glorifié ». Pour Jésus, l’Heure englobait tout son passage au Père, et donc à la fois ses souffrances, sa mort, sa résurrection, son entrée dans la gloire, et même, semble-t-il, le don de l’Esprit Saint aux hommes. L’heure de Jésus, c’est une sorte de grand moment qui commence dans le temps et qui débouche dans l’éternité, dans la gloire.

« Père, l’heure est venue » : Jésus est conscient que la mort désormais est inéluctable ; mais pour lui cette mort va marquer l’entrée dans la vie nouvelle.

Nous comprenons alors l’insistance avec laquelle Jésus revient, au cours de la Cène, sur le thème de la gloire : « Père, l’heure est venue; glorifie ton Fils ». Étrange prière … Mais Jésus, par deux fois, explique pourquoi il demande d’être glorifié.

La première raison est qu’il est en train de terminer sa mission terrestre : « J’ai achevé l’œuvre que tu m’as donné à faire ; et maintenant, Père, glorifie-moi auprès de toi ». Le deuxième motif est que Jésus, une fois glorifié dans son humanité sainte, va continuer son œuvre sans plus être bridé par les limites terrestres : « Père, glorifie ton Fils, afin que ton Fils te glorifie ». Et comment Jésus va-t-il s’y prendre désormais, au-delà de la mort, pour glorifier le Père ? - En « donnant la vie éternelle » à tous ceux que le Père lui a donnés. Ainsi, en demandant d’être glorifié, Jésus se soucie encore de nous, pour nous introduire dans la vie, dans sa vie.

La vie éternelle, qui oserait en parler, si Jésus n’en avait fait le centre de son message ? Souvent elle fait peur ; on a l’impression qu’elle passe comme une ombre sur les joies que la vie peut offrir, et volontiers on en écarte le souvenir, comme si, à force de l’oublier, elle finirait par devenir moins nécessaire ; comme si, à force d’illusions, nous pourrions éluder le grand passage par la mort corporelle.

L’heure est venue pour Jésus ; l’heure viendra pour nous de « passer de ce monde au Père », et c’est bien pourquoi le Christ veut donner dès à présent à notre existence toute sa densité, tout son poids d’amour et de service. Pour ceux qui suivent Jésus Christ, la vie vraie, la vie digne de Dieu et de l’homme, la vie éternelle, commence non pas au-delà, mais en deçà de la mort, sur le versant terrestre ; et c’est le grand secret de bonheur que l’Évangile crie ou murmure au monde.

« La vie éternelle, explique l’Évangile de Jean, c’est qu’ils te connaissent, toi le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ ». Et pour Jean, comme pour les prophètes et les psalmistes, connaître Dieu ne consiste pas à accumuler des notions abstraites, comme dans un catéchisme où le cœur n’aurait jamais sa part. Connaître Dieu, c’est entrer dans son intimité ; connaître Jésus Christ, c’est devenir jour après jour son compagnon, son disciple, son confident ; comme ces hommes qui l’avaient suivi depuis les débuts en Galilée et à qui Jésus pouvait dire, quelques heures avant sa mort : « Je ne vous appelle plus mes serviteurs, mais mes amis »(Jn 15,15).

Cette amitié invisible de Dieu et de son Christ, cette présence impalpable qui nous paraît à certaines heures si irréelle, sont en définitive plus vraies, plus réelles encore et plus solides que tous les appuis humains de notre bonheur. Dieu veut réussir l’homme pour toujours ; il veut éterniser son amitié avec nous, et c’est pourquoi il nous envoie l’Esprit.

Une rencontre personnelle avec Jésus sauveur, une amitié grandissante avec le Ressuscité, c’est cela, pas moins que cela, que nous ambitionnons aussi pour tous ceux à qui nous sommes envoyés. Ils sont dans le monde, comme nous-mêmes nous sommes dans le monde, mais le Père des donnera à Jésus, comme il nous a donnés nous-mêmes à celui qui est mort pour nous. Leur attente nous crée des devoirs, leur confiance nous contraint à l’authenticité. Parce que le Seigneur lui-même nous a consacrés à son service, notre témoignage pèsera ce que pèse notre priè­re, notre rencontre des hommes vaudra ce que vaut notre accueil de Dieu. L’Esprit Saint, en tout temps, nous fait percevoir la demande qu’ils nous adressent sans toujours oser la formuler : "Toi qui connais Dieu, que peux-tu me dire de la vie éternelle ?



Frère Jean-Christian Lévêque, o.c.d.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Siteon0-5a7f7


*******


Autre commentaire de ce jour.


« Père, glorifie-moi, je trouve ma gloire en eux »

Entre l'Ascension et la Pentecôte, ce dimanche est un dimanche de méditation et de recueillement en union avec le groupe des disciples de Jésus revenus au Cénacle. Ils se laissent habiter par une absence qu'ils sentent remplie de fruits qu'ils n'ont pas encore découverts.

C'est pourquoi, ils se recueillent en communauté de foi en Celui qu'ils ont fréquenté, avec qui ils ont mangé et bu et qui les as laissés lors de l'Ascension dont nous avons célébré la solennité jeudi dernier.

Les textes de la messe d’aujourd’hui veulent nous aider à entrer dans ce temps de recueillement avant la fête de la Pentecôte.

I – Les fruits de l’absence

La deuxième lecture tirée de la première lettre attribuée à saint Pierre nous invite à entrer dans la participation vécue et intime au mystère de la Passion du Christ. « Communiez aux souffrances du Christ ».

Cette invitation n’est pas de trop car les premiers chrétiens auxquels s’adresse la lettre de saint Pierre connaissent le rejet de leurs frères et sœurs juifs comme Jésus l’a connu. Ils apportent un message renversant qui contredit toutes les aspirations du peuple élu et qui est un scandale pour les païens. Ils sont insultés à cause du nom du Christ. Ils souffrent, non pour des crimes réels : vols, meurtres etc., mais parce qu’ils sont identifiés comme « chrétiens », nouveau nom qu’on leur applique qui vient du mot « Christ ».

Que faire alors, si ce n’est de regarder vers leur Maître qui est venu comme un agneau souffrant pour le péché du monde et mourant sur une croix dans de terribles souffrances. La croix devient ainsi le symbole de ce nouveau peuple de Dieu que sont les disciples de Jésus, les « chrétiens ».

Ce contexte réel et concret de l’action de Dieu pour son peuple ne conduit pas à la mort pour autant. Il est, au contraire, signe de vie. Jésus est ressuscité et son Père le glorifie pour son obéissance et pour le don de sa vie. Ses disciples, les « chrétiens », témoignent d’une gloire à venir, d’une glorification dont ils ont reçu les prémices dans la résurrection de Jésus et dans leur baptême qui les unit à lui dans le passage de la mort à la vie.

C’est pourquoi, ils peuvent se réjouir et être dans l’allégresse. Ils ne sont pas écrasés par le péché. Jésus l’a vaincu. Il a triomphé du mal et le Père l’a accueilli près de lui dans la gloire pour l’éternité.

Il - Le sens de la glorification de Jésus

Cette glorification de Jésus est décrite avec emphase et avec amour par l’extrait de l’évangile de saint Jean qui situe ces réflexions avant la mort de Jésus. Elles gardent pour nous toute leur actualité car elles décrivent une absence qui est loin d’être le vide et la noirceur.

L’absence physique du Maître ouvrira la porte à ce que Jésus décrit comme sa « gloire ». Ce mot nous est assez étranger. Il est encore utilisé pour les sportifs des Jeux Olympiques, les stars des prix de cinéma et que sais-je ? Au Québec, une équipe de hockey très célèbre, les Canadiens de Montréal, porte le surnom « les Glorieux ».

Saint Jean décrit la « gloire du Fils » non comme un cadeau personnel ou une récompense pour une performance, mais comme une mission qui le tourne vers les autres.

Le Fils a tout reçu du Père. Il donnera la vie éternelle à tous ceux et celles qui l’accueilleront les faisant entrer dans la connaissance personnelle du seul et vrai Dieu et de son envoyé, Jésus-Christ.

La mission du Fils s’inscrit dans la vie des disciples de Jésus. Ils sont remplis de Lui et ils en témoignent dans leur vie. Sans être retirés du monde, ils témoignent d’une vie autre, d’un monde autre, que Jésus ailleurs appelle le Royaume de Dieu. Nous le demandons à chaque fois que nos récitons le Notre Père lorsque nous disons « Que ton règne vienne. Que ta volonté soit faite ».

III – Application

Dans l’attente de méditer sur le mystère de la Pentecôte que nous célèbrerons dimanche prochain, restons, nous aussi, au Cénacle pour approfondir tout ce qui nous a été présenté dans les dimanches du carême et les dimanches de Pâques.

Laissons retomber nos émotions et nos pensées. Mettons-nous à l’écoute de l’Esprit qui est en nous. Ouvrons la Parole de Dieu à l’occasion pour nous en nourrir. Regardons autour de nous pour voir comment mettre en pratique les suites de nos méditations. Car nous savons que désormais nous sommes envoyés pour partager ce qui nous fait vivre dans la foi au Christ mort et ressuscité.

Conclusion

Ces invitations que je viens de vous faire prendrons corps si nous savons nous approcher avec confiance de celui qui s’est fait notre nourriture dans son Corps et son Sang auxquels nous communions à chaque messe.

Reprenant le début de la deuxième lecture, je vous dis en le transposant un peu : « Puisque nous avons communié aux souffrances du Christ, réjouissons-nous, afin d’être dans la joie et l’allégresse que sa gloire se révélera parfaitement un jour. »

Amen !



Mgr Hermann Giguère P.H.
Faculté de théologie et de sciences religieuses
de l'Université Laval
Séminaire de Québec

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Titre_15669677


Pensées pour l'évangile d'aujourd'hui

« Le Christ s’est abaissé afin que, en étant le premier à revenir au royaume, Il soit pour nous le début et le chemin vers la gloire royale » (Saint Cyrille d’Alexandrie)

« Pour connaître Jésus, il faut ouvrir trois portes. La première porte : prier Jésus. La deuxième porte : célébrer Jésus [par les sacrements]. La prière ne suffit pas, la joie de la fête est nécessaire. La troisième porte : imiter Jésus » (François)

« Dans cette prière pascale, sacrificielle, tout est "récapitulé" en Lui (cf. Ep 1, 10) : Dieu et le monde, le Verbe et la chair, la vie éternelle et le temps, l’amour qui se livre et le péché qui le trahit, les disciples présents et ceux qui croiront en Lui par leur parole, l’abaissement et la Gloire (…) » (Catéchisme de l’Eglise Catholique, nº 2748)










*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 5b23299d




*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Gif-an10

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Deus_abba_omnipotens_pater_gloire_au_pere_et_a_son_amour_mere_eugenie_ravasio*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Trinite-et-marie-5a699c*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 LA%2BSANTA%2BTRINIDAD%2BY%2BMARIA

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !


Je T'aime Dieu ma Force, mon Bonheur et mon Unique Espérance !

Sub tuam misericordiam confugimus, Dei Genitrix !




Lumen
Lumen

Date d'inscription : 09/11/2021
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Empty Re: *Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe

Message par Lumen Lun 22 Mai 2023 - 15:02

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez
comme est bon le seigneur !
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Am17412


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 F3e10a12debfc8f4c29c1cf8bfed0b16


Eucharistie du Lundi 22 Mai 2023
Lundi de la 7ème semaine de Pâques.


Saint Émile, Martyr à Carthage (+ v. 250)
Saint Loup, Evêque de Limoges (+ 632)
Sainte Rita (Marguerita) de Cascia, Veuve
puis Religieuse (1381-1457).
Bienheureuse Humilité de Faenza, Ermite
puis fondatrice d'un monastère (+ 1310)
Bienheureuse Marie-Dominique Brun Barbantini
Fondatrice des religieuses ministres des malades
de Saint-Camille (+ 1868)
Vénérable Teodora Campostrini, Fondatrice des
Minimes de la charité de Notre Dame des
douleurs (+ 1860)
Vénérable José Pio Gurruchaga Castuariense
Prêtre diocésain, fondateur des auxiliaires
paroissiales du Christ-Prêtre (+ 1967)


NOMINIS : Saints, Saintes et Fêtes du Jour
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(h tt p s : // nominis . cef . fr)





Textes de la messe du jour

Livre des Actes des Apôtres 19, 1-8... Psaume 68(67), 2-3.4-5.6-7ab... Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 16, 29-33.:


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 C8cbee5832e14c607f6cc7ba0a58b6a4


Commentaire de ce jour.


Jamais seul

« Vous allez être dispersés, chacun allant de son côté, et vous me laisserez seul ».

Jésus a connu la solitude, beaucoup plus qu’on ne le pense, la solitude de ceux qui ne biaisent pas avec leur mission et qui acceptent de porter sans se faire porter, de servir sans se faire servir. Et de sa solitude, Jésus parle à plusieurs reprises.

Une première fois après son discours sur le pain de vie, dans la synagogue de Capharnaüm : « À partir de ce moment beaucoup de ses disciples reculèrent, et ils ne circulaient plus avec lui ». Au point que Jésus a demandé aux Douze : « Est-ce que vous aussi, vous allez partir ? » (Jn 6, 66s).

Un autre moment, terrible, de la solitude de Jésus a été la nuit de l’agonie, lorsque, revenant vers ses disciples, il les trouva endormis : « Ainsi, leur dit-il, vous n’avez pas eu la force de veiller une heure avec moi ? » (Mt 26, 40).

Mais lors de la Cène, ce dernier repas qu’il a partagé avec un traître et onze lâches, Jésus a entrevu une autre désertion des disciples, celle qui allait avoir lieu au moment de son arrestation : « Alors, raconte saint Marc, ses disciples l’abandonnèrent et prirent la fuite » (Mc 14, 50).

Jésus a donc souffert de la solitude, mais il ne s’y arrêtait jamais, car sa solitude humaine était habitée par une présence infiniment douce et forte, celle de son Père, source de sa mission et modèle de son action :

« Mon jugement est véritable, parce que je ne suis pas seul, mais il y a moi et celui qui m’a envoyé » (8, 16). « Celui qui m’a envoyé est avec moi, et il ne m’a pas laissé seul, car moi, c’est ce qui lui plaît que je fais toujours » (8, 29).

Ainsi Jésus, qui a certainement été peiné du manque de courage des disciples, n’en a jamais été paralysé, parce qu’il vivait constamment pour le plaisir de Dieu, dans le souvenir du Père.

Savons-nous vivre notre solitude ? Solitude des parents, qui voient leurs enfants « partir chacun de son côté » ; solitude des époux, qui traverse parfois même l’amour le plus fidèle ; solitude des consacrés, qui ont voué à Dieu, en une fois, toutes leurs forces d’aimer, misant loyalement sur la force du soutien fraternel, et qui s’aperçoivent, les années passant, que la communauté est avant tout le lieu où l’on donne, où l’on sert, où l’on s’oublie, avant d’être le lieu où l’on trouve stimulation et réconfort.

Nous que Jésus nous a rassemblé (e) s pour que nous offrions ensemble, au nom de toute l’Église missionnaire, le sacrifice de louange ou le sacrifice « du soir » de la vie, savons-nous habiter, assumer, dépasser notre solitude ? Savons-nous en faire un lieu d’intimité avec le Père ?

« Je ne suis pas seul, disait Jésus, parce que le Père est avec moi ».

Vivre sa solitude comme Jésus l’a vécue, c’est ne rien attendre, ne rien guetter, ne rien réclamer pour soi, et se remettre chaque jour en route vers la solitude des autres ; c’est s’estimer heureux, « bienheureux », d’être regardé, aimé, visité, par Dieu au cœur de Père ; c’est ne jamais s’étonner de rencontrer la croix à la suite de Jésus ou de trouver, à certains jours, même les meilleurs amis dispersés ou endormis.

Vivre notre solitude comme celle de Jésus, c’est laisser, au cours de nos journées, une place grandissante à la tendresse de Dieu.

Alors il devient possible, non seulement d’aller jusqu’au bout de notre dévouement, mais de vivre chaque heure pour le plaisir du Père et de rester en acte d’offrande. Alors notre solitude devient « sonore », toute bruissante des louanges de l’Église et de la rumeur du monde à sauver. Au creux de cette solitude, Jésus nous donne un cœur universel.

On n’est jamais seul quand on vit pour Lui seul.



Frère Jean Lévêque, carme, de la Province de Paris
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Siteon0-5a7f7


*******


Autre commentaire de ce jour.


Pourtant je ne suis pas seul, puisque le Père est avec moi. (Jean 16,32)

Tu parles ouvertement, disent les disciples. Tu sais toutes choses. Nous croyons que tu es venu de Dieu. Jésus est ironique : Vous croyez maintenant. Quand viendra l’heure de la Passion vous me laisserez seul mais le Père est avec moi. Cette parole, dit Jésus, est pour que les disciples trouvent la paix en lui et ils en auront besoin dans le monde quand ils rencontreront la détresse. Ils doivent avoir confiance en lui parce qu’il est vainqueur du monde.

Ce texte se situe avant la Passion. Il est tiré du discours d’adieu. Mais il est un encouragement non seulement pour ce qui arrivera pendant la Passion mais aussi pour le temps après l’Ascension, le temps de l’Église.

Jésus vient de terminer un passage en disant que le Père aime les disciples parce qu’ils aiment le Christ et qu’ils croient en lui. Il résume sa personne et sa mission en disant:
Je suis sorti d’auprès du Père et venu dans le monde. De nouveau je quitte le monde et je vais vers le Père. (Jean,16,28)

Les disciples se réjouissent de la façon dont Jésus parle. Il ne parle pas en parabole ou avec des comparaisons. Ce qu’il dit est à prendre à la lettre. C’est clair. Et sur ce, ils font un très bel acte de foi, semblable à celui que Pierre avait fait à la fin discours sur le pain de vie : Seigneur, à qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle. Nous, nous croyons, et nous avons reconnu que tu es le Saint de Dieu. (Jean 6,68-69)

Les disciples disent : Maintenant nous savons que tu sais toutes choses…voilà pourquoi nous croyons que tu es venu de Dieu. ( Jean 16,30)

C’est un acte de foi mais il n’est pas assez profond pour empêcher qu’ils soient dispersés et qu’ils laissent Jésus seul quand viendra l’arrestation. Jésus leur laisse entendre cela. Ils seront dispersés : c’est un euphémisme pour dire qu’ils l’abandonneront et le laisseront seul. Mais Jésus, comme pour éviter que ce soit un blâme, ajoute le correctif important : Pourtant je suis pas seul, puisque le Père est avec moi. (Jean 16,32) En outre, il ne veut pas que cette faiblesse future les écrase et leur fasse perdre la paix : Je vous ai dit cela pour que vous ayez la paix en moi.

Ce langage est particulièrement révélateur et dépasse les disciples de la dernière Cène pour rejoindre les disciples d’après l’Ascension. Pour rejoindre l’Église. Jésus accepte les disciples avec leurs faiblesses, avec leurs hésitations et leur lenteur. Et ceci reste toujours vrai. La foi n’est pas vis-à-vis de soi-même mais bien vis-à-vis du Christ. La foi n’est pas une certitude en notre force et en l’absence de faiblesse. Elle est une certitude en la présence du Christ et dans le fait qu’il continue à être le vainqueur du monde. Le grec littéral de cette phrase est très clair. Jésus dit : Ayez confiance: moi, je suis vainqueur du monde.

Je suis vainqueur : un parfait grec, c’est-à-dire j’ai vaincu et je continue à vaincre… les forces du mal.



Père Jean Gobeil S.J.
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Villa_Loyola_teil


*******


Autre commentaire de ce jour.


« Ayez confiance : moi, je suis vainqueur du monde »

Aujourd'hui, nous avons le sentiment que la foi en Jésus décline dans le monde. Il y a trop d'informations qui vont à l'encontre du soutien moral que nous recherchons dans une vie intégralement fondée sur l'Évangile. Les valeurs d'une société de consommation, du capitalisme, de la sensualité et du matérialisme sont à la mode et vont à l'encontre de tout ce qui pourrait s'associer aux exigences de l'Évangile. Néanmoins, cet ensemble de valeurs et de manières de vivre n'apportent ni l'épanouissement personnel ni la paix intérieure, mais au contraire ne nous apportent que malheur et inquiétude. Ne croyez-vous pas que c'est à cause de cela que les gens se promènent dans la rue renfrognés, renfermés sur eux mêmes et inquiets pour leur avenir incertain, car justement ils ont misé leur avenir sur le prix d'une voiture, d'un appartement ou des vacances qu'ils ne peuvent pas se payer ?

Les paroles de Jésus nous invitent à la confiance : « Mais ayez confiance: moi, je suis vainqueur du monde » (Jn 16,33), c'est-à-dire que par sa Passion, sa Mort et sa Résurrection Il a obtenu la vie éternelle, la vie qui n'a pas d'obstacles, celle qui n'a pas de limites car elle a vaincu toutes les limites et a surmonté les épreuves.

Ceux qui appartiennent au Christ vaincront les difficultés comme Il l'a fait, même si nous devons pour cela passer par différentes morts et résurrections successives, non voulues certes, mais endurées par le même Mystère Pascal du Christ. Est-ce que la perte d'un ami n'est pas une mort ? La séparation d'un être cher ? L'échec d'un projet ou bien simplement d'être confrontés aux limites de par notre fragilité humaine ?

Mais « en tout cela nous sommes les grands vainqueurs grâce à celui qui nous a aimés » (Rm 8,37). Soyons des témoins de l'amour de Dieu, parce que « le Puissant fit (...) des merveilles » (Lc 1,49) pour nous tous, et Il nous aide à surmonter toute difficulté y compris la mort, car le Christ nous transmet le Saint Esprit.



Abbé Jordi CASTELLET i Sala (Sant Hipòlit de Voltregà, Barcelona, Espagne).
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Pensées pour l'évangile d'aujourd'hui

« Pendant tout ce temps qui s’est écoulé entre la résurrection du Seigneur et son ascension, voilà de quoi la providence divine s’est occupée, voilà ce qu’elle a enseigné, voilà ce qu’elle a fait comprendre au yeux et aux cœurs de ses amis : on reconnaitrait que le Seigneur Jésus est vraiment ressuscité, lui qui vraiment était né, avait souffert et était mort vraiment » (Saint Léon le Grand)

« Mais il importe ici de bien saisir le secret de la joie insondable qui habite Jésus, et qui lui est propre. Si Jésus rayonne une telle paix, une telle assurance, une telle allégresse, une telle disponibilité, c’est à cause de l’amour ineffable dont il se sait aimé de son Père » (Saint Paul VI)

« (…) La vertu de force rend capable de vaincre la peur, même de la mort, d’affronter l’épreuve et les persécutions. Elle dispose à aller jusqu’au renoncement et au sacrifice de sa vie pour défendre une juste cause. (…) "Dans le monde, vous aurez de l’affliction, mais courage, moi j’ai vaincu le monde" (Jn 16,33) » (Catéchisme de l’Eglise Catholique, nº1.808)










*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 5b23299d




*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Gif-an10

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Deus_abba_omnipotens_pater_gloire_au_pere_et_a_son_amour_mere_eugenie_ravasio*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Trinite-et-marie-5a699c*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 LA%2BSANTA%2BTRINIDAD%2BY%2BMARIA

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !


Je T'aime Dieu ma Force, mon Bonheur et mon Unique Espérance !

Sub tuam misericordiam confugimus, Dei Genitrix !




Lumen
Lumen

Date d'inscription : 09/11/2021
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Empty Re: *Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe

Message par Lumen Mar 23 Mai 2023 - 14:44

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez
comme est bon le seigneur !
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Am17412


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 F3e10a12debfc8f4c29c1cf8bfed0b16


Eucharistie du Mardi 23 Mai 2023
Mardi de la 7ème semaine de Pâques.


Saint Didier, Évêque de Vienne et
Martyr (+ v. 607)
Saint Jean-Baptiste de Rossi, Prêtre (1698-1764).
Bienheureux Joseph Kurzawa et Vincent Matuszewski,
Prêtres et martyrs en Pologne (+ 1940)
Bienheureuse Maria Gargani, Fondatrice des
'Apostole del Sacro Cuore' (+ 1973)
Vénérable Zacarías Salterain di Santa Teresa
Carme espagnol en Inde (+ 1957)
Vénérable María Esperanza de la Cruz, Cofondatrice
des Missionnaires augustiniennes (+ 1967)


NOMINIS : Saints, Saintes et Fêtes du Jour
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(h tt p s : // nominis . cef . fr)





Textes de la messe du jour

Livre des Actes des Apôtres 20, 17-27... Psaume 68(67), 10-11.20-21... Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 17, 1-11a.:


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 64ff4ed03538b3d9bc5af686e0e038e2


Commentaire de ce jour.


Jésus leva les yeux au Ciel et dit : « Père, l’heure est venue.
Glorifie Ton Fils afin que Le Fils te glorifie.

Nous venons de fêter l’Ascension et nous nous dirigeons vers la Pentecôte que nous Célèbrerons Dimanche prochain.
Autrement dit nous sommes dans le temps de l’attente de la réalisation de la promesse faite par Jésus à ses disciples de leur envoyer L’Esprit-Saint.
Au point où nous en sommes du cycle de la Liturgie, nous sommes un peu comme au Cénacle. Le Seigneur est remonté auprès de Son Père tout en nous promettant de ne pas nous laisser orphelins et de revenir vers nous (Jn 14, 18).
Mais nous ne savons pas encore avec précision en quoi consistera ce nouveau mode de présence, purement spirituelle, du Seigneur à nos côtés. Nous savons seulement que « nous allons recevoir dans les jours qui viennent, une force, celle du Saint-Esprit, qui viendra sur nous » (Ac 1, 8).

Pour bien comprendre qui est L’Esprit-Saint, la Prière Sacerdotale de Jésus, que nous trouvons dans l’Évangile de ce jour, nous est d’un grand secours et ce, même si la parole « Esprit-Saint » n’y figure à aucun moment.
Regardons d’un peu plus près. Jésus, avant d’entrer dans sa Passion, lève les yeux vers Son Père et commence à s’adresser à Lui en ces termes : « Père, l’heure est venue. Glorifie Ton Fils, afin que Le Fils te glorifie. »
Le Père a glorifié Jésus en le manifestant comme Son Fils par l’exaltation de la Croix et l’Ascension. C’est ce que Jésus lui demandait : « Toi, Père, glorifie-moi maintenant auprès de Toi : donne-moi la Gloire que j’avais auprès de Toi dès avant le commencement du monde » (Cf. Évangile).
L’exaltation marque l’avènement de l’heure et en allant au bout de la Mission qui lui a été confiée Jésus glorifie Son Père.
L’Ascension quant à elle nous révèle le sens de la mort du Seigneur : l’abaissement du Fils est en fait une élévation parce que par Lui l’homme a de nouveau accès au Père : « il s’est fait obéissant jusqu’à la mort et la mort de la Croix ; c’est pourquoi Dieu l’a exalté » (Cf. Ph 2).
A l’Ascension, Le Père se révèle Père en élevant Celui qui s’est pleinement manifesté comme Fils par son Obéissance.

Mais si Jésus demande au Père de le glorifier c’est afin qu’il le glorifie à son tour. Nous touchons ici l’essence de la Mission du Fils : révéler et sanctifier le Nom du Père.
Voilà comment Le Fils glorifiera Le Père : en le révélant et en le sanctifiant. Comment ? Par le don de L’Esprit-Saint.
C’est ici qu’il est capital de remarquer que dans la Prière Sacerdotale de Jésus, il est implicitement fait référence à L’Esprit-Saint chaque fois que l’on parle du don réciproque entre Le Père et Le Fils et du don du Fils aux hommes.
Car la dynamique du don caractérise en propre la troisième personne de la Trinité.

Nous comprenons comment, à la Pentecôte, Le Fils glorifie Le Père, lorsqu’il envoie L’Esprit qui révèle Le Père plein d’Amour et de Tendresse et qui fait que chacune de nos vies se trouve sanctifiée par sa présence aimante et miséricordieuse.
A la Pentecôte, le cœur des croyants, animés par L’Esprit-Saint, peut se tourner vers Celui duquel le péché les avait éloignés et l’appeler à nouveau « Abba, Père… ».

La Liturgie de ce jour nous invite à prier avec insistance tout au long de cette semaine pour que Le Fils glorifie Le Père en chacune de nos vies par le don de L’Esprit-Saint.
Tout procède du Père, qui glorifie Son Fils en lui communiquant sa propre Vie dans L’Esprit.

Le Fils à son tour, grâce au pouvoir qu’il a acquis sur toute chair par son incarnation, glorifie son Église en répandant sur elle ce même Esprit par lequel elle lui est unie, et en Lui au Père. C’est ainsi que la Gloire de Dieu descend du Ciel sur Terre.

Comme les Apôtres qui d’un seul cœur, au Cénacle, participaient fidèlement à la prière avec Marie, désirons-nous ardemment que L’Esprit vienne en nous pour nous glorifier ?
Désirons-nous que le Nom du Père soit sanctifié en chacun de nous, en d’autres termes que « nous soyons saints et immaculés en sa présence, dans l’Amour » (Cf. Ep 1, 4) ?
L’attitude de prière est fondamentale pour recevoir L’Esprit-Saint car elle nous établit dans une totale disponibilité au don de Dieu.

Rappelons-nous aussi que c’est d’abord par son exaltation sur la Croix que Le Père a glorifié Le Fils. Autrement dit, la conséquence s’impose à nous : c’est à travers les souffrances voire les persécutions qui nous seront imposés ici-bas à cause de notre appartenance au Christ que le Père nous glorifiera.
Le Père nous glorifiera parce que dans ces moments d’épreuves nous seront configurés au Christ, devenant à notre tour des fils dans Le Fils. Il nous glorifiera parce qu’il fera reposer sur nous Son Esprit qui fait de nous des fils nous faisant goûter déjà la Vie éternelle qu’il veut nous donner en plénitude.

En retour, notre témoignage glorifiera Le Père car il manifestera à la face du monde le visage de Celui qui donne sens à toute notre Vie, Celui de qui nous venons et vers qui nous allons pour partager sa Vie Divine.
Notre témoignage se fera alors porteur de Vie éternelle pour ceux qui en seront témoins et une fois encore glorifiera le Nom du Père : « la Vie éternelle, c’est de te connaître Toi le seul Dieu, le vrai Dieu, et de connaître Celui que tu as envoyé, Jésus-Christ » (Cf. Évangile).



Frère Élie, Moine de la Famille de Saint Joseph.
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 LOGO_FSJ_2017.png


*******


Autre commentaire de ce jour.


"J'ai achevé l'œuvre"

« L’heure est venue », dit Jésus ; et son discours d’adieu se transforme en prière.

L’heure de la passion glorifiante va commencer. Désormais Jésus ne sera plus dans le monde, et dès lors prendra fin le mode habituel de sa présence. Tout ce que les disciples « ont vu, entendu, touché du verbe de vie » (1 Jn 1, 2), tout cela, éclairé par l’Esprit Paraclet, continuera de nourrir leur foi et leur espérance ; mais ils ne connaîtront plus le Christ « selon la chair », selon leurs approches limitées et coutumières, et devront le rejoindre sous les signes de l’absence.

Avant de quitter ce monde pour aller au Père, Jésus embrasse du regard toute sa vie, et la résume en quatre phrases : Père, je t’ai glorifié sur la terre, j’ai achevé l’œuvre que tu m’as donné à faire, j’ai manifesté ton nom aux hommes que tu m’as donnés, je leur ai donné les paroles que tu m’as données.

Tout, dans la vie de Jésus, a glorifié le Père, les trente ans de Nazareth comme les quelques années intenses du ministère public. Un seul projet l’habitait : achever l’œuvre du Père, manifester son nom, c’est-à-dire dévoiler l’être de Dieu à partir de son action. Si bien que l’œuvre de Jésus sur terre a culminé dans sa mission de révélateur : il a donné aux hommes la parole reçue du Père. C’est la fidélité à cette mission qui a concentré sur lui toute la haine du monde et qui l’a amené jusqu’au procès et jusqu’à la croix.

À l’imitation du Christ sauveur, notre pèlerinage sur terre n’a qu’un but : glorifier le Père en portant du fruit, le fruit caché du silence de notre Nazareth, le fruit tangible de notre témoignage, le fruit plus douloureux de nos épreuves dans la prière ou dans la disponibilité à l’Église.

Deux visées sont inséparables, dans notre vie comme dans le projet de Jésus : la gloire du Père et le salut du monde. Notre mère sainte Thérèse a eu de cela une conscience de plus en plus vive, et elle n’a cessé de rappeler à la fois l’urgence d’une vraie gratuité contemplative et l’impact apostolique de toute vie de prière.

L’œuvre que Dieu nous confie et qu’il nous faut achever est faite, au Carmel, à la fois de silence et de parole. Notre retrait du monde et notre souci du monde manifestent tous deux le nom du Père ; ils grandissent tous deux en même temps que notre identification au Christ et à la mesure de notre amour pour lui.

Mais seul l’Esprit Saint peut unifier notre cœur dans la réponse à ce double appel, lui qui est maître des temps, des désirs et des rythmes.

C’est lui que nous appelons comme la force de cohésion et d’élan de l’Église. C’est lui qui veut mener chacun à la vérité tout entière et qui veut nous prendre tous sous son ombre.

Pour glorifier le Père, pour entrer dans l’œuvre du Fils, un seul réflexe peut suffire, que les hommes du grand siècle avaient si bien saisi : « se laisser à l’Esprit ».



Frère Jean Lévêque, carme, de la Province de Paris
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Siteon0-5a7f7


*******


Autre commentaire de ce jour.


« Père, glorifie ton Fils »

Devant la perspective de la Passion qui approche Jésus prie le Père. Il demande au Père de glorifier le Fils afin que celui-ci glorifie le Père en donnant la vie éternelle à ceux que le Père lui a donnés. La vie éternelle c’est de connaître le Père et celui qu’il a envoyé.

Jésus a accompli la mission que le Père lui avait confiée et il lui demande maintenant de lui redonner la gloire qu’il avait avant le commencement du monde.

Il a fait connaître le nom du Père aux disciples que ce dernier lui avait donnés et ils ont gardé sa parole. Ils ont reconnu que les paroles de Jésus lui avaient été données par le Père et qu’il était venu du Père, envoyé par lui.

Sa prière est pour ces disciples non pour le monde, ceux qui sont dominés par les forces du mal. Jésus va quitter le monde mais ses disciples sont encore dans le monde. Eux sont à Dieu et Jésus trouve sa gloire en eux.

La prière commence par “Père”, probablement par le terme familier Abba qui sera adopté par les disciples à la suite du Christ. Marc dit que c’est la façon de prier de Jésus au jardin de Gethsemani (Marc 14,36).

La gloire du Père et la gloire du Fils sont intimement reliées. Par la gloire de Dieu on entend, dans l’Ancien Testament, une manifestation de la grandeur de Dieu comme sa puissance ou sa Providence. Le Fils a glorifié le Père d’abord en le faisant connaître : J’ai manifesté ton nom à ceux que tu as tirés du monde pour me les donner. (Jean 17,6)

Le nom, pour les hébreux, c’est la personne. Ce qu’il a révélé de la personne de Dieu c’est cet aspect de Père et de son amour qui est allé jusqu’à donner son Fils. Il l’a aussi fait “connaître” en donnant aux disciples les paroles que le Père lui avait données (Jean 17,8). La vie éternelle c’est qu’ils te connaissent toi le seul et vrai Dieu et celui que tu as envoyé. (Jean 17,5)

Or, connaître pour les hébreux ce n’est pas faire une expérience intellectuelle comme de posséder des informations. C’est faire l’expérience d’une présence. Pour Jésus, faire connaître c’est introduire dans la vie du Père et faire participer à l’intimité de sa vie. C’est cela avoir la Vie éternelle.

Par la Passion où il donne sa vie, Jésus glorifie le Père en montrant jusqu’où va son amour.

La gloire du Père et celle du Fils sont intimement reliées. Mais c’est particulièrement par la Passion et la Résurrection que le Christ retrouve sa gloire qui est d’être auprès du Père. C’est dans le retour au Père, qu’il retrouve toute sa gloire.

Donne-moi la gloire que j’avais auprès de toi avant le commencement du monde. (Jean 17,5)



Père Jean Gobeil S.J.
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Villa_Loyola_teil


Pensées pour l'évangile d'aujourd'hui

« De telle façon que nous ne sommes plus qu’une seule chose dans le Père, le Fils et le Saint Esprit : une seule chose par l’identité de condition, par l’assimilation que l’amour opère, par la communion de la sainte humanité du Christ et par la participation de l’unique et Saint Esprit » (Saint Cyrille d’Alexandrie)

« Connaître Jésus signifie connaître le Père, et connaître le Père cela veut dire entrer en réelle communion avec l’Origine même de la vie, de la lumière et de l’amour » (Benoît XVI)

« La vigilance du cœur est rappelée avec insistance en communion à la sienne. La vigilance est "garde du cœur" et Jésus demande au Père de "nous garder en son Nom" (Jn 17, 11). L’Esprit Saint cherche à nous éveiller sans cesse à cette vigilance. Cette demande prend tout son sens dramatique par rapport à la tentation finale de notre combat sur terre ; elle demande la persévérance finale." Je viens comme un voleur : heureux celui qui veille !" (Ap 16, 15) » (Catéchisme de l’Eglise Catholique, 2849)










*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 5b23299d




*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Gif-an10

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Deus_abba_omnipotens_pater_gloire_au_pere_et_a_son_amour_mere_eugenie_ravasio*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Trinite-et-marie-5a699c*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 LA%2BSANTA%2BTRINIDAD%2BY%2BMARIA

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !


Je T'aime Dieu ma Force, mon Bonheur et mon Unique Espérance !

Sub tuam misericordiam confugimus, Dei Genitrix !





Lumen
Lumen

Date d'inscription : 09/11/2021
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Empty Re: *Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe

Message par Lumen Mer 24 Mai 2023 - 9:14

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez
comme est bon le seigneur !
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Am17412


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 F3e10a12debfc8f4c29c1cf8bfed0b16


Eucharistie du Mercredi 24 Mai 2023
Mercredi de la 7ème semaine de Pâques.


Fête de Sainte Marie Auxiliatrice, secours des Chrétiens.

Saint Manahène, Docteur et prophète
dans l'Église qui était à Antioche
Saints Donatien et Rogatien, Martyrs
à Nantes (+ v. 304)
Bienheureux Louis-Zéphyrin Moreau,
Évêque et Fondateur des : Sœurs de
Saint-Joseph et Sœurs de Sainte-Marthe
(1824-1901).
Vénérable María de Jesús de Ágreda
Mystique, Religieuse espagnole (+ 1665)


NOMINIS : Saints, Saintes et Fêtes du Jour
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(h tt p s : // nominis . cef . fr)





Textes de la messe du jour

Livre des Actes des Apôtres 20, 28-38... Psaume 68(67), 29-30.33.34c.35a.36... Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 17, 11b-19.:


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 E4472a18f72a123c48b71cabb25fab75
« Père saint, garde mes disciples unis dans ton nom, le nom que tu m’as donné,
pour qu’ils soient un, comme nous-mêmes.


Commentaire de ce jour.


Père Saint, garde mes disciples unis dans ton Nom, le Nom que tu m’as donné,
pour qu’ils soient un, comme nous-mêmes.

On entend souvent dire : « Notre monde est dur ; notre monde est fou » ; et il est bien vrai que les problèmes liés au pouvoir de la science sur la vie, à la survie de l’homme dans son environnement naturel, aux mutations de la société et aux crises économiques, ont pris depuis les dernières décennies une dimension planétaire, et que les hommes, même lorsqu’ils acceptent de travailler ensemble, parviennent de plus en plus difficilement à maîtriser l’accélération de tous ces phénomènes.

C’est pourtant dans ce monde-là que Le Christ nous veut, comme témoins de son message, ce monde où l’homme fait des merveilles et prend la mesure de sa pauvreté : « Je ne te demande pas de les retirer du monde, dit Jésus à Son Père, mais de les garder du Mauvais; [..] Sanctifie-les ».
Au cœur de ce monde que Dieu aime mais qui est travaillé par les forces du refus, de la révolte et de l’athéisme, Le Père va donc nous garder et nous sanctifier, en réponse à la Prière de Jésus.
Il nous garde, non pas en nous rendant étrangers à notre monde, non pas en nous isolant comme dans une bulle où nous respirerions seulement l’air de la Foi et de l’Espérance, mais en nous fortifiant intérieurement, par Son Esprit, contre les mensonges de l’esprit du mal, contre les contagions de l’intelligence et du cœur, contre nos propres tristesses et nos découragements.

Il nous garde, Dieu Notre Père, et il nous sanctifie ; il nous « consacre », c’est-à-dire qu’il nous met à part pour Lui-même et nous fait entrer dès maintenant dans sa Vie, dans son projet, dans sa Lumière, que l’on ne voit jamais des yeux du corps mais qui est en nous certitude pour l’intelligence et joie pour le cœur.
Pour nous sanctifier ainsi, pour nous rapprocher chaque jour de son intimité, Dieu, en vrai Père, nous offre un chemin privilégié : sa Parole transmise par Jésus, l’Envoyé, et sa Vérité contenue tout entière en Jésus, qui est son message et sa bouche.

C’est ainsi que Jésus peut demander pour nous à Son Père : « Consacre-les par la Vérité : ta Parole est Vérité » ; comme s’il disait : « Fais-les passer en Toi, par ta Vérité que je leur apporte. Que ma Parole, reçue dans la Foi, les établisse en communion avec Toi ! »
La seule Vérité qui soit digne d’être servie plus que tout, c’est le dessein de Dieu sur l’homme et sur le monde, tel qu’il nous est révélé en Jésus Christ ; la Vérité dont le monde a soif, c’est que Dieu veut tout réconcilier dans Son Fils et que cette promesse de Paix et d’unité passe par la Pâque de Jésus.

C’est de cette certitude, en effet, que nous vivons vraiment, c’est là que nous puisons la Lumière et la Joie, nous qui assumons tant de tâches pour servir Dieu en nos frères.
Cette amitié de Dieu, cette Vie du Père dans laquelle Jésus nous introduit, est finalement plus vraie, plus intense et plus nécessaire que tous nos projets, toutes nos quêtes et toutes nos soifs.

Plus nous faisons confiance au Père, et plus nous parvenons à faire de sa Volonté notre nourriture; et L’Esprit que nous appelons vient nous le redire avec force et douceur : Dieu, qui nous garde et nous sanctifie en ce monde, est la grande affaire de notre cœur, la grande urgence de la Vie, pour nous-mêmes et ceux que nous aimons.

Il s’agit donc, pour ceux qui ont réellement rencontré Le Fils de Dieu, de situer à leur vraie place les vérités partielles et décevantes, et de vivre résolument au compte du Royaume.
Au-delà de toutes les tranquillités factices, de toutes les conquêtes de l’amour-propre, de tous les cloisonnements égoïstes, il s’agit, retrouvant le dynamisme de notre Baptême, de replacer notre existence dans la Vérité de Dieu, et de nous remettre en chemin avec la hâte des voyageurs, avec la Joie de ceux qui ont trouvé le trésor et la perle.
Et le premier signe que nous donnons à Dieu de cette harmonie profonde avec son dessein, c’est notre union fraternelle.
Toute ambition communautaire, tout désir d’influence, et même tout projet de témoignage doivent céder le pas devant l’objectif fixé par Jésus Lui-même et qui gardera toujours la priorité : parvenir à l’unité parfaite.
Consacrés par une même Vérité, voués ensemble à Jésus-Vérité, les disciples vont être un comme sont un Le Père et Le Fils.

Alors notre vie, même dans le silence, deviendra une Parole pour le monde. « Ainsi, dit Jésus, le monde croira que tu m’as envoyé ».
Oui, le monde, à ses heures d’angoisse ou de désespoir, pourra croire que le Salut est venu et qu’il demeure offert à jamais.
Il commencera à deviner que Dieu nous a aimés d’un Amour inimaginable, et qu’il nous aime encore comme il a aimé Son propre Fils.

Chacune de nos journées deviendra un cantique nouveau au Dieu qui consacre et qui envoie. Notre long cheminement, personnel et communautaire, dans l’enthousiasme comme à travers la monotonie, l’insécurité ou la souffrance, sera illuminé par une certitude, celle-là même que Jésus est venu apporter au monde : Dieu veut nous prendre dans sa Gloire.
La route montera toujours : nous le savions quand nous l’avons choisie; mais déjà, sur la montagne, Jésus nous fait signe.



Frère Jean Lévêque, carme, de la Province de Paris
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Siteon0-5a7f7


*******


Autre commentaire de ce jour.


Jésus priait ainsi : « Père Saint »

La première partie du chapitre 17 qu’on appelle la prière pour l’unité portait surtout sur le mot gloire ou glorification. La “Gloire” de Dieu dans l’Ancien Testament est ce qui manifeste quelque chose de la grandeur ou de la présence de Dieu.
Le Christ dans cette partie repasse sa vie devant Le Père. Il parle d’ailleurs comme si tout était terminé.

Je t’ai glorifié (i.e. manifesté) en faisant connaître ton Nom (i.e. la personne du Père).
Pour continuer cette glorification, il demande à Dieu de le glorifier, ce qui sera réalisé lorsque Dieu manifestera sa puissance sur la mort en le ressuscitant.
Il sera aussi glorifié par ceux à qui il a fait connaître les Paroles du Père et qui l’ont accepté.

La seconde partie de cette prière est ce que nous avons ici. On parle de la sainteté du Père et de la sainteté future des disciples.

Jésus commence par une adresse qu’on ne retrouve pas ailleurs : Père Saint.
Dans l’ancien Testament, ce qualificatif est souvent attribué à Dieu sous la forme du Saint d’Israël. Saint veut d’abord dire complètement séparé, complètement différent de la sphère du profane.
Parler de la sainteté de Dieu, c’est parler de sa transcendance. Il est le tout-autre et ne peut être confondu avec la Création même si elle est très bonne.
La meilleure vision et en même temps la meilleure révélation de la sainteté de Dieu se trouve dans la vision d’Isaïe au chapitre 6.

Cette vision survient au moment où Israël regrette la mort du roi Ozias qui a été un bon roi pour Israël. La vision va révéler à Isaïe qui est le vrai roi d’Israël et sera le point de départ de la vocation d’Isaïe dont toute la vie sera mêlée à la politique pour rappeler à Israël que Yahvé est leur roi et qu’il passe avant tout.
L’année de la mort du roi Ozias, je vis Le Seigneur assis sur un trône grandiose et surélevé. Sa traîne emplissait le sanctuaire. Des séraphins se tenaient au-dessus de Lui, ayant chacun six ailes, deux pour se couvrir la face (par peur de voir Yahvé), deux pour se couvrir les pieds, deux pour voler. Ils se criaient l’un à l’autre ces paroles : Saint, saint, saint (un superlatif) est Yahvé Sabaot (des armées Célestes), sa Gloire emplit toute la Terre.
Les montants des portes vibrèrent au bruit de ces cris et le Temple était plein de fumée (signe de la présence de Yahvé au Sinaï et dans la tente de la rencontre).

Alors je dis : Malheur à moi, je suis perdu ! Car je suis un homme aux lèvres impures, j’habite au sein d’un peuple aux lèvres impures, et mes yeux ont vu le Roi, Yahvé Sabaot (des armées Célestes).
C’est une vision de perfection, de grandeur, de transcendance. Isaïe est conscient d’un autre monde où on n’a pas le droit d’être, d’où la frayeur.
Un ange va purifier sa bouche, c’est-à-dire le rendre capable de transmettre les Paroles de Dieu.

Alors j’entendis la voix du Seigneur qui disait : Qui enverrai-je ? Qui ira pour nous ? Et je dis : Me voici, envoie-moi.
Ce me voici est aussi la réponse d’Abraham, la réponse de Samuel et la réponse de Marie : il représente l’engagement de toute la personne.
Isaïe a eu la vision de la sainteté et de la perfection de Dieu mais il a eu aussi la révélation que Dieu veut communiquer sa sainteté.
C’est ce qui lui permet de répondre à l’appel de Dieu.

Quand Le Christ s’adresse à Dieu en disant Père Saint, il emploie deux mots qui représentent des contraires : Saint représente la distance infranchissable de la transcendance de Dieu, et Père représente la proximité, l’intimité, l’immanence.

Dieu qui est Saint veut être Notre Père et nous communiquer sa sainteté.
Dieu, qui est Saint et à ne pas confondre avec nul autre, veut se communiquer; il veut communiquer sa sainteté à nous aussi.



Père Jean Gobeil S.J.
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Villa_Loyola_teil


Pensées pour l'évangile d'aujourd'hui

« La totalité des fidèles, nés par le baptême, sont nés avec le Christ à sa naissance, tout comme ils ont été crucifiés avec le Christ lors de sa passion et ont été ressuscités à sa résurrection » (Saint Léon le Grand)

« La prière de Jésus à la veille de sa passion a résonné aujourd’hui dans l’Evangile : "Qu’ils soient un comme nous-mêmes". De cet amour éternel entre le Père et le Fils, qui s’étend jusqu’à nous par l’Esprit Saint, provient la force de notre mission et de notre communion fraternelle » (François)

« La prière de l’Heure de Jésus, appelée à juste titre "prière sacerdotale" (cf. Jn 17), récapitule toute l’Economie de la création et du salut. Elle inspire les grandes demandes du "Notre Père" » (Catéchisme de l’Eglise Catholique, n° 2.758)










*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 5b23299d




*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Gif-an10

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Deus_abba_omnipotens_pater_gloire_au_pere_et_a_son_amour_mere_eugenie_ravasio*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Trinite-et-marie-5a699c*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 LA%2BSANTA%2BTRINIDAD%2BY%2BMARIA

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !


Je T'aime Dieu ma Force, mon Bonheur et mon Unique Espérance !

Sub tuam misericordiam confugimus, Dei Genitrix !




Lumen
Lumen

Date d'inscription : 09/11/2021
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Empty Re: *Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe

Message par Lumen Jeu 25 Mai 2023 - 10:39

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez
comme est bon le seigneur !
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Am17412


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 F3e10a12debfc8f4c29c1cf8bfed0b16


Eucharistie du Jeudi 25 Mai 2023
Jeudi de la 7ème semaine de Pâques.


Saintes Marie-Jacobé et Salomé, Disciples
du Christ (Ier siècle)
Saint Urbain Ier, Pape (17e) de 222 à
230 (+ 230)
Saint Bède le Vénérable, Moine, Docteur
de l'Église (+ 735)
Saint Grégoire VII, Pape (155e) de 1073
à 1085 (+ 1085)
Sainte Marie-Madeleine de Pazzi, Carmélite (+ 1607)
Sainte Madeleine-Sophie Barat, Fondatrice
de l'Institut des religieuses du Sacré-Coeur (+ 1865)
Saints Cristóbal Magallanes et ses 24 compagnons
Martyrs mexicains (+ 1927)


NOMINIS : Saints, Saintes et Fêtes du Jour
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(h tt p s : // nominis . cef . fr)





Textes de la messe du jour

Livre des Actes des Apôtres 22, 30.23,6-11... Psaume 16(15), 1-2a.5.7-8.9-10.11... Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 17, 20-26.:


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 YK1022908_450x@2x
Que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi,
et moi en toi. Qu’ils soient un en nous, eux aussi... »


Commentaire de ce jour.


« Moi en eux, et Toi en Moi »

Quand nous pensons à l’unité, nous le faisons un peu comme des coupables, parce que nous avons en mémoire les grandes déchirures de l’Église au cours de l’histoire, les guerres de religion, la concurrence dans les pays de Mission, et, plus près de nous, les difficultés qui subsistent entre Catholiques de sensibilités différentes.
L’unité nous semble lointaine, difficile, improbable à court terme.

Quand Jésus, lui, nous parle de l’unité, elle redevient une Espérance, une promesse, une certitude.
Car l’unité vers laquelle nous sommes en marche existe déjà en Dieu.
Jésus l’a souvent dit : « Je suis dans Le Père, et Le Père est en Moi. Le Père et Moi, nous sommes un ».
Et le lien vivant de cette union du Père et du Fils, c’est Le Saint-Esprit, depuis toujours et pour toujours.

Cette intimité, cette réciprocité d’Amour du Père et du Fils, voilà ce que Jésus nous offre comme modèle pour notre unité fraternelle.
Dans sa Prière, quelques heures avant de mourir, il demande à Son Père : « Que tous soient un comme Toi, Père, tu es en Moi, et Moi en Toi ».
Mais l’unité de Jésus avec Son Père est mieux encore qu’un modèle. C’est comme un espace où Dieu nous accueille pour y vivre notre unité de Chrétiens : « Qu’ils soient un en nous », dit Jésus.

Quand nous cherchons l’unité, en paroisse, en groupe de Mission, en Communauté, en famille ou en couple, nous venons en quelque sorte habiter ensemble dans l’Amour de Dieu ; nous réchauffons notre amour à l’Amour même de Dieu.
Mais, direz-vous, même pour nous qui avons la Foi, Dieu n’est pas évident ! Il faut le vouloir pour le rejoindre ; il faut un effort pour tourner vers Lui notre regard ; il faut à chaque fois un supplément de courage pour réentendre son invitation !

Rassurons-nous : tout cela, Dieu le sait. Et pour nous conforter sur le chemin de la Foi, il nous réserve une aide merveilleuse, une trouvaille de son cœur : il vient vivre en nous son unité. C’est bien en effet ce que dit Jésus : « Que tous ils soient un comme nous sommes un, Moi en eux et Toi en Moi ».
Moi en eux … au cœur de la Communauté et au cœur de chacun se trouve Jésus, le Vivant. Toi en Moi … à l’intime de Jésus se trouve Le Père, source de toute vie, origine de toute Mission. Voilà le mystère, voilà le cadeau inouï de Dieu : Le Père et Le Fils, unis par L’Esprit-Saint, viennent vivre leur Amour dans ce profond nous-mêmes que nous n’atteignons jamais et que nous appelons notre âme, notre cœur, notre liberté.

Dieu est toujours le premier à nous aimer. Cela veut dire que nous ne sommes jamais sans Amour, même aux heures les plus douloureuses et les plus sombres, même quand nous sommes visités par la solitude parce que la vie a fait le vide autour de nous, même quand on a vingt ans et que l’on ne sait pas encore avec qui l’on va partir pour une route de bonheur et de partage.

Dieu est le premier à nous aimer. C’est Lui qui éveille en nous la source de l’Amour et qui l’alimente au long des mois et des années.
Parce que nous sommes aimés, nous trouvons la force de construire l’Amour du couple, sans nous arrêter aux blessures superficielles de l’amour-propre ; parce que nous sommes aimés, nous trouvons la Patience de cheminer avec les enfants, même aux âges difficiles ; parce que nous sommes aimés, nous abordons ceux et celles que Dieu met sur notre route avec des mains qui ne font jamais mal, avec des mots qui ne ferment jamais le cœur, avec un regard qui ouvre toujours l’Espérance.

Dieu est le premier à nous aimer, et surtout il nous aime tels que nous sommes, même quand nous n’arrivons pas à nous aimer nous-mêmes.
Avec Dieu il n’est jamais trop tard ; avec Dieu on n’est jamais trop loin, parce qu’il vient Lui-même pour effacer toute distance, pour écarter toute crainte.

Aujourd’hui encore Le Christ vient à nous par le signe du pain partagé, pour nous faire passer, tous et chacun, à l’Amour du Père qui est toute sa Vie.
Il vient vivre en nous son Amour pour Le Père : ouvrons-nous à L’Esprit qu’il nous envoie. Il est le sceau de l’unité du Père et du Fils ; qu’il vienne sceller tous nos gestes de Bonté, de Patience et d’Amour.



Frère Jean Lévêque, carme, de la Province de Paris
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Siteon0-5a7f7


*******


Autre commentaire de ce jour.


L’unité des croyants dans le Père et le Fils

Jésus avait déjà demandé l’unité pour ses disciples (17,11). Il insiste maintenant en explicitant le motif de cette supplique : Pour que le monde croie que tu m’as envoyé (v.20); pour que le monde connaisse que tu m’as envoyé (v.23). Le but de l’unité consiste donc de permettre à l’Église de réaliser sa mission : amener le monde à croire que le Père est présent dans le Fils, ce qui est le coeur de la foi.

Et pourquoi le monde croira-t-il ? Parce qu’un groupe aussi uni que la communauté chrétienne ne pourra exister sans l’intervention de Dieu, unique source d’amour, de vie et d’unité. Bien plus, l’union intime entre les chrétiens rendra comme sensible au monde le mystère d’amour et de communion mutuelle du Père et du Fils.

L’unité des croyants est produite par une seule cause : leur amour réciproque, manifes¬tation authentique de la même vie qui les anime. Et cet amour, le seul véritable, ne peut exis¬ter qu’en vertu de l’amour du Christ pour eux, amour qui a pour source ultime l’amour du Père pour son Fils : Comme le Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimés. (15,9)

L’unité chrétienne découle essentiellement de l’adhésion de tous les membres au Christ, de l’insertion de toutes les branches dans la vraie vigne. Les liens qui rattachent les fidèles à leur Seigneur se ramènent aux relations de foi et de connaissance, d’amour et d’obéissance, procurant l’existence mutuelle dans le Père et dans le Fils, en union avec tous les croyants. Cette habitation mutuelle – moi en eux et toi en moi (17,23) – est l’expression la plus profonde du mystère de l’unité.

Unis au Père par le Fils

En conséquence de l’union des croyants dans le Christ et de celle du Fils avec le Père, les fidèles sont unis au Père par la médiation de Jésus. Les relations réciproques exprimant l’unité du Christ et des siens, ainsi que celles du Christ et de son Père se retrouvent entre le Père et les chrétiens. Le Père a discerné les disciples et les a donnés à son Fils. Il les aime comme son Fils : Tu les as aimés comme tu m’as aimé. (17,23) Et cet amour se répand en libéralité : don de l’Esprit, du vrai pain du ciel, de la vie éternelle en son Fils. Enfin le Père demeure d’une manière per¬manente en celui qui aime son Fils (14,23).

Les disciples, de leur côté, entretiennent les mêmes relations à l’égard du Père. Ils le connaissent (14,7), ils l’aiment (1 Jn 4,10.19-21 ; 5,1s) et ils manifestent leur amour dans l’obéissance à ses commandements, en particulier au commandement de croire en son Fils et de s’aimer les uns les autres. Enfin ils demeurent en lui. Nous sommes dans le véritable Dieu en son Fils Jésus Christ. (1 Jn 5,20) Telle est donc la perfection de l’unité : tous les croyants rassemblés par le Christ en lui-même, qui les unit au Père : Moi en eux et toi en moi, pour qu’ils soient parfaitement un. (17,23)

Unis dans la gloire avec leur Seigneur

La prière de Jésus se termine sur une vision de l’au-delà, dans la gloire, dans l’amour et dans l’unité. Parvenus au terme de leur pèlerinage terrestre dans la foi, les disciples jouiront d’une participation définitive à la gloire de la vie divine en vertu de la communion à leur Seigneur.

La réponse du Père à l’ouverture dans l’obéissance de son Fils se manifeste dans le don. Le verbe donner, qui reparaît quinze fois dans cette prière, exprime l’amour effectif du Père pour son Fils et l’amour du Fils pour ses disciples. Le Père a donné à son Fils l’oeuvre à accomplir, c’est-à-dire l’ensemble de l’histoire du salut. Cette oeuvre comprend le nom du Père que Jésus révèle, les paroles du Fils, tous les disciples qui croiront au Christ, la gloire que le Fils recevra et qu’il communiquera à ses disciples.

L’histoire dynamisée par l’amour

Au moment où Jésus prononce cette prière, il se trouve avec ses disciples pour leur léguer son testament. Mais il apparaît également comme ayant déjà quitté le monde: Je ne suis plus dans le monde (17,11). Il est glorifié dans son union à son Père, exalté à sa droite. Lien vivant entre le Père et ses disciples dans le monde, Jésus est le grand prêtre parfait.

À ce tableau de l’au-delà éternel, Jésus rattache l’ensemble de l’histoire : le Père lui a manifesté son amour avant la création du monde. (17,24) L’union de Jésus et de son Père se réalise par l’amour. Or c’est cet amour du Père pour son Fils qui donne la plénitude de sens à toute l’histoire humaine dans laquelle le Verbe s’est incarné. En effet, l’objectif central de cet amour du Père pour le monde est de donner la vie éternelle à tous ceux qui croient en son Fils devenu homme (3,16). Ainsi l’amour du Père se manifeste sans cesse depuis le début de la création jusqu’au terme de l’histoire humaine. L’amour de Dieu enserre donc et anime toute la marche de l’humanité.

Découverte dans l’émerveillement

Cette connaissance du Père par son Fils n’est pas donnée en un instant; une telle ex¬périence se réalise suivant les possibilités humaines, en progrès constant dans le temps. En fait, une telle connaissance ne sera jamais complétée, définitive. Son progrès implique une découverte, un émerveillement et une action de grâce continuelle, qui constitue le bonheur du croyant. Le Seigneur glorifié promet aux siens qu’il leur communiquera cette connaissance sans fin du nom du Père. Il s’est engagé auparavant à leur envoyer le Paraclet, l’Esprit saint, qui leur enseignera toutes choses (14,26) et qui les fera accéder à la vérité tout entière (16,13).

Or le coeur de cette révélation continuelle est l’amour de Dieu pour son Fils à qui les croyants s’identifient. Cet amour du Père vivifiera l’âme de chaque chrétien et sera la force vitale qui régira les rapports entre les croyants et qui réalisera leur unité. C’est seulement à cette condition que le Seigneur Jésus, incarnation de l’amour de Dieu (1 Jn 4,10), sera vivant en eux et parmi eux, dans l’Église.

Conclusion: le chrétien interpellé

Le début de cette prière pourrait donner l’impression que Jésus prie seulement pour lui-même. En effet, il considère d’abord son union intime avec son Père dans une glorifica¬tion mutuelle (17,1-2.4-5). Mais il indique bien vite que cette glorification englobe tous ceux que le Père lui a donnés, afin qu’il leur communique la vie éternelle (17, 2-3).

Sa relation avec le Père d’ailleurs doit servir d’idéal pour les chrétiens dans leur union au Christ. La nature des croyants consiste à reproduire les mêmes caractéristiques qui déterminent l’union du Fils à son Père. C’est pourquoi les chrétiens seront séparés du monde (17, 6.14.16), comme Jésus qui n’appartient pas au monde. (17, 16) Mais ils continueront dans le monde à approfondir leur foi, afin de prolonger dans l’histoire la mission de leur Seigneur (17, 18).

Leur unité engagera le monde à croire au Père présent dans son Fils qu’il a envoyé (17, 21.23). Cette unité sera le résultat de l’amour de Dieu, qui, par le Christ, sera en chacun d’eux et qui rendra possibles leurs relations de mutuelle affection (17, 26). Envoyés par le Fils glorifié, ils seront les témoins de l’amour du Père, qui, seul, peut donner une pleine significa¬tion et une espérance sans limites à l’histoire humaine.



Père Jean-Louis D’Aragon S.J.
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Villa_Loyola_teil


Pensées pour l'évangile d'aujourd'hui

« Je remarque comment vos sentiments s’élèvent avec les miens vers les choses célestes. Nous avons passé un bon moment à profiter d’une lumière commune, nous sommes remplis de bonheur et de joie ; cependant, même si nous nous séparons maintenant les uns des autres, essayons de ne pas nous séparer de Lui » (Saint Augustin)

« La fidélité jusqu’à la mort des martyrs, la proclamation à tous de l’Evangile, ont leurs racines dans l’amour de Dieu et dans le témoignage que nous devons donner de cet amour dans notre vie quotidienne » (François)

« (...) C’est pourquoi Jésus lui-même a prié à l’heure de sa passion, et Il ne cesse de prier le Père pour l’unité de ses disciples : " ... Que tous soient un. Comme Toi, Père, Tu es en Moi et Moi en Toi, qu’eux aussi soient un en Nous, afin que le monde croie que Tu M’as envoyé " (Jn 17, 21). Le désir de retrouver l’unité de tous les chrétiens est un don du Christ et un appel de l’Esprit Saint » (Catéchisme de l’Eglise Catholique, nº 820)










*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 5b23299d




*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Gif-an10

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Deus_abba_omnipotens_pater_gloire_au_pere_et_a_son_amour_mere_eugenie_ravasio*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Trinite-et-marie-5a699c*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 LA%2BSANTA%2BTRINIDAD%2BY%2BMARIA

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !


Je T'aime Dieu ma Force, mon Bonheur et mon Unique Espérance !

Sub tuam misericordiam confugimus, Dei Genitrix !




Lumen
Lumen

Date d'inscription : 09/11/2021
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Empty Re: *Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe

Message par Lumen Ven 26 Mai 2023 - 9:56

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez
comme est bon le seigneur !
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Am17412


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 F3e10a12debfc8f4c29c1cf8bfed0b16


Eucharistie du Vendredi 26 Mai 2023
Vendredi de la 7ème semaine de Pâques.


Saint Bérenger, Moine de Saint-Papoul (+ 1093)
Saint Philippe Néri, Prêtre, Fondateur de
la Société des Prêtres de l'Oratoire du
Divin Amour (1515-1595).
Saints Jean Doan Trinh Hoan et Matthieu
Nguyen Van Phuong, Martyrs au Vietnam (+ 1861)
Bienheureux Henri Planchat, Ladislas Radigue
et 3 compagnons, Martyrs de la Commune (+ 1871)
Vénérable Marie-Thérèse Dupouy Bordes
Fondatrice des Missionnaires des Sacrés Coeurs
de Jésus et Marie (+ 1953)


NOMINIS : Saints, Saintes et Fêtes du Jour
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(h tt p s : // nominis . cef . fr)




Textes de la messe du jour

Livre des Actes des Apôtres 25, 13-21... Psaume 103(102), 1-2.11-12.19-20ab... Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 21, 15-19.:


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Iii_3-10
« Simon, fils de Jean, m’aimes- tu vraiment, plus que ceux-ci ? »
Il lui répond : « Oui, Seigneur ! Toi, tu le sais : je t’aime. » Jésus lui dit :
« Sois le berger de mes agneaux. »


Commentaire de ce jour.


« Simon, fils de Jean, m’aimes-tu vraiment, plus
que ceux-ci ? »

La péricope évangélique de ce jour est extraite de la première finale du quatrième Évangile. Il s’agit du merveilleux dialogue entre Jésus ressuscité et Pierre sur les bords du lac de Tibériade.

Par trois fois Jésus demande à Pierre : « M’aimes-tu ? ». Certes, cette insistance marque la gravité de l’appel divin et ne peut que rappeler à Pierre sa triple trahison.
Mais lorsqu’on voit qu’en grec, le verbe traduit en français par « aimer » n’est pas toujours le même, le sens de cet échange entre Pierre et le Ressuscité atteint une profondeur insoupçonnée.

En effet, en faisant attention à la nuance qui apparaît entre les termes dans l'original grec, on traduirait plutôt : « M'aimes-tu plus que les autres ? » ; puis simplement : « M'aimes-tu d'un amour de charité ? » ; et enfin : « M'aimes-tu d'un amour d'amitié ? »
L’intensité dans le questionnement de Jésus va donc en décroissant. Étonnant car nous aurions plutôt attendu que Jésus invite d’abord Pierre à l’aimer d’un amour naturel d’amitié et ensuite d’un amour surnaturel de charité.

Face à l’enchaînement de ces demandes, on devine aisément le désarroi de Pierre, qui par sa trahison, a fait l'expérience de son impuissance à aimer Jésus d'un amour de charité.
Ne voulant pas mentir à nouveau, il répond par un humble aveu : « Oui, Seigneur, je t'aime, mais d'un simple amour humain : je ne suis pas capable de mieux, tu le sais ! »

A chacun de ces aveux d'impuissance – mais qui sont autant de déclarations de son désir d'aimer en vérité - Jésus répond en confiant à Pierre le soin de ses brebis.
On comprend alors que par les trois questions qu’il lui adresse, Jésus n’a pas l’intention d’accuser Pierre en référence à sa triple trahison.
Jésus ne veut enfermer personne dans son péché mais au contraire l’en libérer.

Jésus met Pierre devant son désir de l’aimer de tout son cœur, de toute son âme et de toute sa force mais également devant son incapacité à le réaliser par ses propres forces.
Il s’agit ici pour Jésus de sortir Pierre de sa culpabilité en réveillant en lui le désir de le suivre. La seule chose que Jésus ajoute à cela c’est de permettre à Pierre de reconnaître que sans son aide il ne pourra y arriver par lui-même : « Pais mes brebis. En vérité, en vérité, je te le dis, quand tu étais jeune, tu nouais ta ceinture et tu allais où tu voulais ; lorsque tu seras devenu vieux, tu étendras les mains et c’est un autre qui nouera ta ceinture et qui te conduiras là où tu ne voudrais pas. »

Cette phrase a été comprise comme une prophétie de la mort dont le premier des apôtres glorifierait Son Seigneur.
Autrement dit, Notre Seigneur révèle à Pierre qu’il arrivera un jour à l’aimer d’un parfait Amour de Charité – à travers le don de sa Vie dans le Martyre – mais que ce sera par la grâce de celui qui lui aura passé la ceinture et conduit au lieu du témoignage d’où spontanément sa volonté humaine l’avait éloigné durant la Passion.

D’ici-là, Jésus se contente bien de son pauvre amour humain dans la mesure où Pierre s’en sert de tremplin pour aller plus haut. « Suis-moi » : c'est sur le chemin de l'Amour de Charité, qui consiste à tout donner et à se donner soi-même, que Pierre est convié à la suite de son Maître dans la force de L'Esprit.
Et ce second appel que Jésus adresse à son apôtre est d’autant plus décisif qu’il est enraciné dans l'expérience éprouvante de la fragilité du disciple, mais aussi de la fidélité inconditionnelle de son Maître.

« En ce jour, Seigneur, nous voulons prendre à notre compte cet appel que tu adressas à Pierre. Fais-nous éprouver combien par nous-mêmes nous sommes incapables de t’aimer comme nous le désirons.
A travers ton ‘suis-moi’, puissions-nous réentendre cette parole de l’Écriture : ‘Il est fidèle le Dieu qui t’appelle, c’est encore Lui qui accomplira cela’, pour nous appuyer dessus chaque jour de notre vie. »



Frère Élie, Moine de la Famille de Saint Joseph.
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 LOGO_FSJ_2017.png


*******


Autre commentaire de ce jour.


Seigneur, Toi, tu sais tout : tu sais bien que je t’aime. »
Jésus lui dit : « Sois le berger de mes brebis.

Le vrai représentant du Christ

Jésus pose trois fois à Pierre la même question, "M'aimes-tu ?", qui rappelle le triple reniement, puisque Pierre devient triste à la troisième interrogation de Son Seigneur, comme si Jésus doutait de son Amour et de son dévouement. Pierre rachète sa triple défaillance par sa triple profession d'amour et de fidélité.

Mais l'accent dans ces questions porte surtout sur le lien étroit entre l'autorité conférée à Pierre dans la communauté – "pais mes brebis" - et l'Amour du Seigneur – "m’aimes-tu ?". Jésus reprend l'image séculaire du pasteur, dont l'autorité sur les brebis consiste à les conduire, à les nourrir, à les protéger et à les amener ensemble dans l'unique bercail.

Pour exercer l'autorité, Pierre, qui représente tous ceux qui recevront du Seigneur un mandat d'autorité dans l'Église, doit avoir en lui l'Amour du Christ, qui rayonnera sur les brebis. Sans amour, aucune autorité, quelle qu'elle soit, ne peut produire des fruits.

Cette autorité ne se limite pas à celle qui se concentre dans un titre, évêque, prêtre, parents,… Elle s’applique à toute personne qui a reçu de Dieu une valeur, un don, qu’elle a le devoir de communiquer : la vie biologique ou spirituelle, l’éducation,…
Nous avons tous reçu de notre Créateur des dons que nous n'avons pas le droit de conserver pour nous-mêmes.
Pour les communiquer, il faut avoir en nous l'Amour de Dieu.
L’efficacité de toute communication se mesure avant tout à l’Amour que nous éprouvons à l’égard de la personne à qui nous nous adressons.

Fidélité à la suite du Christ

Cet Amour du Seigneur se manifeste dans la fidélité à suivre Le Christ, chacun selon la vocation qu'il a reçue.
Celle de Pierre consistera à "étendre les mains" comme son Maître. Les trois expressions, "étendre les mains", "nouer la ceinture", "être conduit là où on ne voudrait pas" décrivent la crucifixion.
Comme tout Chrétien, Pierre rendra vivante en lui la figure du Christ par son "Martyre", son "témoignage", car tel est le sens du mot "Martyre" en grec.
Cette prophétie de Jésus est la mention la plus ancienne du Martyre de Pierre, probablement à Rome, vers l'année 67.

Le genre d'exécution que subira Pierre sera le même que celui de Jésus. Aussi l'interprétation semblable de cette mort, qui "glorifiera Dieu", reparaît ici pour Pierre, comme pour Jésus, qui avait expliqué que son élévation de terre, sur la Croix, procurerait la Gloire de Son Père.

Comment la mort de Jésus, celle de Pierre et de tout Chrétien peut-elle procurer la Gloire de Dieu, alors que la mort paraît la pire tragédie?
L'offrande de sa vie à Dieu dans l'abandon confiant de soi-même dans la Foi constitue la preuve extrême de l'Amour.
Cette ouverture du cœur à Dieu lui permet de se rendre présent et d’apparaître dans celui qui lui a tout donné.
La Gloire de Dieu est cette présence lumineuse en celui qui l'accueille.

La relation d’Amour mutuel, devenue parfaite dans le don total, produit l’union intime du Père et du Fils, qui habitent l’un dans l’autre, et qui, de même, vivent dans une habitation mutuelle en chaque croyant.



Père Jean-Louis D’Aragon S.J.
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Villa_Loyola_teil


Pensées pour l'évangile d'aujourd'hui

« L’amour n’est pas une question de miracles mais simplement de vertu : "l’amour est l’accomplissement de toute loi" (Rm13,10). Aimez-vous les uns les autres et vous ressemblerez ainsi aux apôtres, vous serez les premiers » (Saint Jean Chrysostome)

« "Est-ce tu aimes ?" a une signification universelle, une valeur durable. Il construit dans l’histoire de l’humanité, le monde du bien » (Saint Jean-Paul II)

« Jésus a confié à Pierre une autorité spécifique. Le "pouvoir des clefs" désigne l’autorité pour gouverner la maison de Dieu, qui est l’Église. Jésus, "le Bon Pasteur" (Jn 10, 11) a confirmé cette charge après sa Résurrection : " Pais mes brebis" » (Jn 21, 15-17) (Catéchisme de l’Eglise Catholique, nº 553)










*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 5b23299d




*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Gif-an10

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Deus_abba_omnipotens_pater_gloire_au_pere_et_a_son_amour_mere_eugenie_ravasio*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Trinite-et-marie-5a699c*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 LA%2BSANTA%2BTRINIDAD%2BY%2BMARIA

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !


Je T'aime Dieu ma Force, mon Bonheur et mon Unique Espérance !

Sub tuam misericordiam confugimus, Dei Genitrix !



Lumen
Lumen

Date d'inscription : 09/11/2021
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Empty Re: *Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe

Message par Lumen Sam 27 Mai 2023 - 12:14

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez
comme est bon le seigneur !
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Am17412


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 F3e10a12debfc8f4c29c1cf8bfed0b16


Eucharistie du Samedi 27 Mai 2023
Samedi de la 7ème semaine de Pâques.


Saint Augustin de Cantorbéry, Moine
Bénédictin et Archevêque (534-605).
Saint Jean le Russe (+ 1730)
Saintes Barbe Kim et Barbe Yi, Martyres
en Corée (+ 1839)
Saint Athanase Bazzekuketta, Martyr en
Ouganda (+ 1886)
Bienheureux Edmond D., Richard H.,
Jean H. et Richard H., Prêtres et martyrs
en Angleterre (+ 1590)


NOMINIS : Saints, Saintes et Fêtes du Jour
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(h tt p s : // nominis . cef . fr)




Textes de la messe du jour

Livre des Actes des Apôtres 28, 16-20.30-31… Psaume 11(10), 4.5.7… Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 21, 20-25.:


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 HOMILIA-OPTIMIZADA


Commentaire de ce jour.


"Toi, suis-moi !"

Ce que l’Eglise nous fait lire dans la finale de l'Évangile de Jean, c’est une sorte d’évangile de l’amitié :

- amitié des apôtres galiléens qui partent pour la pêche,

- amitié de Jésus, le Ressuscité, qui partage avec eux un repas de pain et de poisson,

- amitié de Pierre pour Jésus, réaffirmée trois fois après le triple reniement,

- amitié de Jésus pour Pierre, qui le suivra jusqu’à la mort violente,

- amitié, enfin, de Pierre et de Jean, nouée depuis longtemps à la pêcherie, au bord du lac, et que Jésus a mainte fois mise à profit en vue du Royaume.

 Pierre aurait pu se contenter de la consigne que Jésus lui laissait: «Toi, Pierre, suis-moi!», consigne qui était à la fois un programme de vie et une prédiction sur sa mort; mais Pierre, qui se soucie de Jean, son ami, s’enhardit à demander à Jésus : « Et lui, Seigneur ? »

La réponse de Jésus reste volontairement vague pour l’avenir : "Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne, que t’importe! Toi, suis-moi!". Apparemment ces paroles de Jésus ne concernent que les deux disciples; en fait elles contiennent pour nous tous, disciples du Seigneur, une grande leçon de liberté spirituelle.

 Pierre et Jean  sont tous deux les amis du Seigneur, et même tous deux des amis privilégiés; or leurs destins seront très différents : Pierre, berger du troupeau, n’aura pas le temps de sentir la fatigue d’une vie de prédication, il mourra sous Néron; Jean sera le témoin de Jésus dans la durée, il aura à transmettre la flamme de la révélation aux deux générations suivantes. Ainsi, à ses amis, à ses témoins, Jésus ne demande ni la même vie, ni la même mort; et la conséquence pour nous est immédiate : nous n’aurons à copier la mort de personne sur terre, et nous n’avons aucune vie à imiter. Nous n’avons pas à regarder autour de nous, à droite ou à gauche, pour apprendre comment moduler notre réponse à Dieu, et il serait illusoire de chercher des repères pour nous-mêmes dans le cheminement des autres. "Que t’importe ce que j’attends de l’autre, nous dit Jésus. Toi, suis-moi!". À quoi fera écho la consigne de Paul: "Que chacun donne comme il a résolu dans son cœur".

Nous ne pouvons ni prévoir ni mesurer ce que Dieu donne aux autres et ce que Dieu demande à d’autres, parfois proches de nous et très chers. Jésus adresse à chacun/e un appel précis, personnel, singulier, et personne ne peut jauger la fidélité d’autrui. L’important, pour tout disciple, est de ne pas mettre de limites à sa propre réponse : "Toi, suis-moi !"

 Certes les chrétiens prennent souvent des engagements tout-à-fait similaires : deux époux se promettent fidélité et soutien, au sein d’un unique foyer; les consacré(e)s d’un même ordre promettent tous à Dieu la pauvreté et l’obéis­sance dans le cadre parfaitement repérable d’une même institution; et il est clair que ces promesses faites à Dieu demeurent la pierre de touche de la fécondité ou du vide de nos existences : "Toi, suis-moi. C’est ton devoir de me suivre, et c’est ton vrai bonheur". Mais la mesure, la pesée, le discernement, ne valent qu’à l’intime de chaque conscience. Je ne puis absolument pas, à partir de ce que Dieu me demande, deviner ni mesurer ce qu’il demande à l’autre.

Le sérieux ou la misère de notre réponse à Jésus est finalement affaire personnelle; c’est le test de notre amour pour lui, et nous ne pouvons ni nous en remettre paresseusement à la fidélité des autres, ni tirer un alibi de leurs faiblesses.

Nous sommes toujours tentés de lire notre vie dans le miroir de l’opinion des autres ou de lire leur vie au miroir de notre propre senti. Jésus nous ôte doucement le miroir des mains : "Que t’importe ! Toi, suis-moi".



Frère Jean Lévêque, carme, de la Province de Paris
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Siteon0-5a7f7


*******


Autre commentaire de ce jour.


« C’est ce disciple qui a écrit ces choses; son témoignage est vrai »

Illusion humaine !

La comparaison entre Pierre et le disciple bien-aimé revient de nouveau à propos de leur avenir. Le désir de connaître l’avenir a toujours préoccupé les humains depuis le début de l’histoire. Même le patriarche Joseph, en Égypte, pratiquait la divination avec de l’eau sur laquelle on versait quelques gouttes d’huile. La forme des gouttes d’huile sur l’eau permettait de présager l’avenir (Gen 44,5).

Il est vrai que le disciple bien-aimé ne sera pas martyr à la manière de Jésus et de Pierre, mais il témoignera à sa manière, d’une façon permanente par son Évangile (21, 24). Chacun(e) doit être un témoin du Seigneur Jésus, à sa manière avec ses talents, selon la vocation reçue de Dieu.

L’auteur de ce chapitre, au nom de sa communauté, corrige avec insistance une fausse interprétation d’une parole de Jésus. Plusieurs fidèles entretenaient l’espoir que le Seigneur reviendrait bientôt d’une manière glorieuse et définitive, au moins avant que disparaisse la première génération chrétienne, celle des témoins qui avaient connu Jésus. Ceux-ci en effet établissaient un lien direct et vivant entre les croyants de la fin du 1er siècle et le Christ Jésus. La disparition de celui qu’ils considéraient comme le plus éminent témoin de cette génération perturba, semble-t-il, les membres de l’Église johannique. Cette espérance du retour du Seigneur s’appuyait sur la promesse de Jésus, dans son discours d’adieu : « Après être allé vous préparer une place, je reviendrai et je vous prendrai auprès de moi » (14, 3). Mais quand reviendra-t-il et de quelle manière ? Jésus ne le précise pas, car l’avenir est objet de foi et de confiance, mais non pas de planification humaine.

Une source inépuisable !

Une nouvelle conclusion de l’Évangile (21, 25) s’inspire de la précédente (20, 30s). Elle y ajoute toutefois l’idée que le mystère du Seigneur Jésus déborde toutes les interprétations, car sa richesse est inépuisable. Tous les ouvrages de la tradition chrétienne développeront et adapteront cette révélation divine que rapportent les évangiles et l’ensemble de la Bible. Mais l’immense et riche tradition à travers les siècles n’ajoute aucun élément strictement nouveau au cœur de la révélation de Dieu, elle a pour fonction d’en développer la richesse et de l’adapter aux nouvelles circonstances de l’histoire. En effet, Dieu le Père a tout donné dans son Fils incarné, dans le mystère de son triomphe de la vie sur la mort.[/b]



Père Jean-Louis D’Aragon S.J.
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Villa_Loyola_teil


*******


Autre commentaire de ce jour.


« Le monde entier ne suffirait pas pour contenir les livres qu’on écrirait »

Dès l'origine du monde, Jésus-Christ vit en nous; il opère en nous tout le temps de notre vie…; il a commencé en soi-même et il continue dans ses saints une Vie qui ne finira jamais…
Si « le monde entier n'est pas capable de contenir tout ce que l'on pourrait écrire de Jésus », de ce qu'il a fait, ou dit, et de sa vie en lui-même, si l'Évangile ne nous en crayonne que quelques petits traits, si la première heure est si inconnue et si féconde, combien faudrait-il écrire d'évangiles pour faire l'histoire de tous les moments de cette Vie Mystique de Jésus-Christ, qui multiplie les merveilles à l'infini et les multipliera éternellement, puisque tous les temps, à proprement parler, ne sont que l'histoire de l'Action Divine ?

Le Saint-Esprit a fait marquer en caractères infaillibles et incontestables quelques moments de cette vaste durée ; il a ramassé dans les Écritures quelques gouttes de cette mer; il a fait voir par quelles manières secrètes et inconnues il a fait paraître Jésus-Christ au monde…

Le reste de l'histoire de cette divine action qui consiste dans toute la Vie Mystique que Jésus mène dans les âmes saintes, jusqu'à la fin des siècles, n'est que l'objet de notre Foi…
Le Saint-Esprit n'écrit plus d'évangile que dans les cœurs; toutes les actions, tous les moments des saints sont l'évangile du Saint-Esprit; les âmes saintes sont le papier, leurs souffrances et leurs actions sont l'encre.
Le Saint-Esprit, par la plume de son action, écrit un évangile vivant.
Et on ne pourra le lire qu'au jour de la gloire où, après être sorti de la presse de cette vie, on le publiera.

Ô la belle histoire ! Le beau livre que L'Esprit-Saint écrit présentement ! Il est sous la presse, âmes saintes, il n'y a point de jour qu'on n'en arrange les lettres, que l'on n'y applique l'encre, que l'on n'en imprime les feuilles.
Mais nous sommes dans la nuit de la Foi : le papier est plus noir que l'encre…; c'est une langue de l'autre monde, on n'y comprend rien; vous ne pouvez lire cet évangile que dans le Ciel.



Père Jean-Pierre de Caussade (1675-1751), Jésuite.
L’Abandon à la Providence divine, ch. 11, § 191s



Pensées pour l'évangile d'aujourd'hui

« Les jours qui s'écoulèrent entre la résurrection du Seigneur et son ascension, mes bien-aimés, n'ont pas été dépourvus d'événements : de grands mystères y ont reçu leur confirmation, de grandes vérités y ont été révélées » (Saint Léon le Grand)

« Aujourd’hui encore, la suite du Christ est exigeante ; elle signifie apprendre à avoir le regard de Jésus, à le connaître intimement, à l’écouter dans la Parole et à le rencontrer dans les Sacrements ; elle signifie encore apprendre à conformer sa propre volonté à la Sienne » (Benoît XVI)

« Le disciple du Christ ne doit pas seulement garder la foi et en vivre, mais encore la professer, en témoigner avec assurance et la répandre : "Tous doivent être prêts à confesser le Christ devant les hommes et à le suivre sur le chemin de la Croix, au milieu des persécutions qui ne manquent jamais à l’Église" (Concile Vatican II) » (Catéchisme de l’Eglise Catholique, nº 1.816)











*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 5b23299d




*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Gif-an10

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Deus_abba_omnipotens_pater_gloire_au_pere_et_a_son_amour_mere_eugenie_ravasio*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Trinite-et-marie-5a699c*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 LA%2BSANTA%2BTRINIDAD%2BY%2BMARIA

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !


Je T'aime Dieu ma Force, mon Bonheur et mon Unique Espérance !

Sub tuam misericordiam confugimus, Dei Genitrix !





Lumen
Lumen

Date d'inscription : 09/11/2021
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Empty Re: *Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe

Message par Lumen Dim 28 Mai 2023 - 12:54

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez
comme est bon le seigneur !
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Am17412


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 F3e10a12debfc8f4c29c1cf8bfed0b16


Eucharistie du Dimanche 28 Mai 2023

Solennité de la Fête de la Pentecôte, Année A.

Saint Germain, Abbé puis Évêque de Paris (v. 496-576).

NOMINIS : Saints, Saintes et Fêtes du Jour
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(h tt p s : // nominis . cef . fr)





Textes de la messe du jour

Livre des Actes des Apôtres 2, 1-11… Psaume 104(103), 1ab.24ac.29bc-30.31.34… Première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens 12, 3b-7.12-13… Séquence… Évangile de Jésus Christ selon saint Jean 20, 19-23.:


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 A552c3415294209c39394ddd152f530a
« Tous furent remplis de l’Esprit Saint et se mirent à parler en d’autres langues » (Ac 2, 1-11)


Commentaire de ce jour.


la loi nouvelle donnée par Jésus est gravée dans les cœurs au jour de la Pentecôte

Le récit des actes des apôtres que nous venons d’entendre commence par “le jour de la Pentecôte étant arrivé…” (Ac 2,1). Comme la fête de Pâque, chronologiquement, la Pentecôte est d’abord une fête juive. Si la passion de Jésus a correspondu avec la fête juive de la Pâque, c’est que Jésus, le messie attendu, accomplissait cette Pâque qui libère pleinement le Peuple de Dieu. Nous ne pouvons comprendre la Pâque chrétienne qu’en considérant la première Pâque juive dont elle est l’accomplissement. De même, pour la Pentecôte, la venue de l’Esprit Saint sur la première communauté chrétienne en ce jour de fête juive n’est pas un hasard. Le sens chrétien de cette fête trouve ses racines dans celui que donnaient les juifs au jour de la Pentecôte.

Cinquante jours après Pâque, les juifs célèbrent la fête de la Pentecôte, dont le premier sens est celui de l’offrande des prémices des récoltes au Seigneur. Mais rapidement un autre sens va s’imposer dans la liturgie juive, en lien avec l’exode. D’après des calculs rabbiniques, la loi fut donnée à Moïse au Sinaï 50 jours après la première Pâque. C’est ce sens qui a guidé St Luc pour la rédaction du récit de la Pentecôte dans les actes des apôtres puisqu’il reprend les traits spécifiques de la manifestation de Dieu au Sinaï : un terrible coup de vent et le feu. C’est d’ailleurs en effectuant ce rapprochement que les premières communautés chrétiennes recherchent le sens profond du don de l’Esprit Saint. Dans son traité sur le Saint Esprit, St Augustin écrit : « qui ne serait frappé de cette coïncidence et en même temps de cette différence ? Cinquante jours séparent la célébration de la Pâque du jour où Moïse reçut la loi écrite par le doigt de Dieu sur les tables ; et pareillement, cinquante jours après la mort et la résurrection de celui qui, comme un agneau, fut conduit à l’immolation, le doigt de Dieu, c’est-à-dire l’Esprit Saint, remplit lui même les fidèles réunis ensemble » (De Spir. Litt. 16, 28). Du coup les prophéties de Jérémie et d’Ezéchiel sur la nouvelle alliance trouvent leur accomplissement : « Voici l’alliance que je conclurai avec la maison d’Israël après ces jours-là, oracle du Seigneur. Je mettrai ma loi au fond de leur être et je l’écrirai sur leur cœur. » (Jr 31, 33)

Avec la nouvelle alliance, d’une loi extérieure et écrite, reprenant un ensemble d’obligation morale et cultuelle, nous passons à une loi intérieure, présence divine au cœur de l’homme. C’est ce qu’Ezéchiel avait entrevu lorsqu’il disait : « Je vous donnerai un cœur nouveau, je mettrai en vous un esprit nouveau (…). Je mettrai en vous mon Esprit et je ferai que vous marchiez selon mes lois et que vous observiez et pratiquiez mes coutumes. » (Ez 36, 26-27) La fête de la Pentecôte est donc pour le chrétien celle du don de la loi véritable qu’est l’Esprit Saint répandu dans nos cœurs. C’est dans cette perspective que se comprend le chapitre 8 de l’épître aux Romains dont nous avons lu un extrait et où Paul oppose la loi de l’Esprit qui donne vie à la loi de Moïse qui est incapable de sauver. Toute loi, tout texte écrit, au mieux, donne la connaissance du bien et du mal, mais ce n’est pas la loi écrite qui nous permet de réaliser le bien. L’apôtre précise dans l’épître aux Galates, « en effet, s’il nous avait été donné une loi capable de communiquer la vie, alors la justice procèderai de la Loi. » (Ga 3, 21)

C’est pourquoi la loi nouvelle donnée par Jésus n’est pas, au sens strict, celle promulguée au mont des béatitudes, mais celle gravée dans les cœurs au jour de la Pentecôte. Certes, on peut considérer que les préceptes évangéliques sont plus parfaits et plus élevés que ceux de la loi de Moïse, toutefois, à eux seuls, ils seraient restés tout aussi inefficaces. S’il avait suffi de proclamer de nouveaux commandements, on ne pourrait expliquer la nécessité salutaire de la Passion du Christ ni celle de la venue de l’Esprit Saint. Il aurait suffi pour Jésus d’indiquer la bonne la loi à suivre, puis de mourir paisiblement en bon maître de sagesse entouré de ses disciples parvenus à la perfection grâce à son enseignement. Or la vie des apôtres nous montre que cela ne suffisait pas, eux qui ont dès le début écouté et suivi Jésus, furent incapable de lui être fidèles ; et ils restaient enfermés jusqu’à la venue de l’Esprit.

Un théologien orthodoxe écrivait : « les apôtres eurent l’avantage d’être instruit de toute doctrine et qui plus est, par le Sauveur lui-même, ils furent spectateurs de toutes les grâces déversées par lui dans la nature humaine et de toutes les souffrances endurées pour les hommes. Ils le virent même mourir, ressusciter et monter au ciel, pourtant, bien qu’ayant connu tout cela, tant qu’ils ne reçurent pas l’Esprit Saint au jour de Pentecôte, ils ne montrèrent rien de nouveau, de noble, de spirituel, de meilleur qu’auparavant. Mais quand vint pour eux le temps où le Paraclet fit irruption dans leur âme, alors ils devinrent des hommes nouveaux et ils embrassèrent une vie nouvelle ; ils furent des guides pour les autres et firent brûler la flamme de l’amour du Christ en eux-mêmes et dans les autres. De la même manière Dieu conduit à la perfection tous les saints venus après eux. »

Sans la grâce du Saint Esprit, même l’Évangile donc, même le commandement nouveau de l’amour mutuel, serait resté une loi ancienne, une lettre stérile. Car le commandement nouveau ne l’est pas quant à la lettre, il est nouveau, car l’amour est répandu dans nos cœurs par l’Esprit Saint qui est lui la loi nouvelle. Cette nécessité du don de l’Esprit pour accéder à la vie promise, et l’inefficacité de tout discours, St Thomas d’Aquin l’assure dans sa Somme Théologique quand il commente l’affirmation de Paul “la lettre tue, seul l’Esprit vivifie”. « La lettre, dit saint Thomas, désigne tout texte écrit qui demeure extérieur à l’homme, fût-ce le texte des préceptes moraux contenus dans l’Évangile. » Il en conclut que même la lettre de l’Évangile tuerait, si, à l’intérieur de l’homme, ne s’y adjoignait la grâce guérissante de la foi. ( S. Th. I-IIae, q. 106 a.2).

Ainsi, en ce jour de Pentecôte, nous devons nous rappeler que le plus important pour notre vie spirituelle, ce n’est pas la connaissance de la lettre de l’évangile ni des commandements, mais d’accueillir et développer la présence de l’Esprit Saint en nos cœurs. C’est cette présence en moi qui fait de moi un chrétien, un disciple de Jésus. Tous mes efforts pour progresser doivent trouver en cette présence leur source, et s’appuyer sur elle plus que sur notre propre volonté. Car l’Esprit Saint a été répandu en nos cœurs pour être notre guide, notre force et notre lumière, mieux que tout guide ou lumière extérieure à nous même. L’Esprit saint, c’est la loi de Dieu inscrit dans nos cœurs.



Frère Antoine-Marie Leduc, o.c.d.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Siteon0-5a7f7


*******


Autre commentaire de ce jour.


« Ils se trouvaient tous ensemble »

La première lecture tirée des Actes des Apôtres nous en met plein la vue. Quelle conclusion pour la fête de Pâques qui a duré cinquante jours (c’est ce que veut dire le mot Pentecôte qui vient du grec). S’arrêter aux détails de ce merveilleux récit, pilier de la prédication des Apôtres, n’est pas interdit. Mais il semble important aussi de cerner quelques éléments essentiels dans les aspects multiples de cette solennité illustrant l’action de l’Esprit Saint dans les débuts de l’Église.

I – La scène de l’effusion de l’Esprit

Commençons par situer la scène de l’événement de la Pentecôte.

Après l’Ascension, saint Luc raconte que les Apôtres dont il donne les noms se retrouvaient dans ce qu’il appelle la Chambre Haute – que la tradition a nommé le Cénacle -, qu’ils y choisirent Mathias comme remplaçant de Judas qui avait trahi Jésus. Les Douze y demeuraient « assidus a la prière, avec des femmes, avec Marie la mère de Jésus et avec ses frères. » (Actes des Apôtres 1, 14).

Cette note est importante pour nous. Elle nous autorise à penser que lorsque saint Luc écrit au début du récit de la Pentecôte, « les frères se trouvaient réunis tous ensemble », il s'agit du même groupe.

C'est important pour nous. Pourquoi ? Parce qu’au Cénacle l’Esprit Saint ne s’est pas manifesté seulement aux Douze Apôtres qui deviendront les messagers privilégiés de l’Évangile. Il est aussi descendu sur tout le groupe. « Tous furent remplis d’Esprit Saint : ils se mirent à parler en d’autres langues, et chacun s’exprimait selon le don de l’Esprit». (Actes des Apôtres 2, 4) C’est pourquoi, on voit souvent des icônes où Marie est au milieu des apôtres et sur elle, comme sur eux, plane une colombe ou descendent des langues de feu, symboles de l’Esprit Saint.

Ainsi, la mission d’annoncer l’Évangile n’est pas réservée aux prêtres et aux évêques. Elle touche tous les chrétiens représentés par Marie, plusieurs femmes et de nombreux frères.

C’est un beau message que confirme, si c’était nécessaire, la deuxième lecture où saint Paul emploie l’image du Corps pour montrer que chaque partie a sa place et où il rappelle aux Corinthiens que « chacun reçoit le don de manifester l’Esprit en vue du bien de tous ».

Il n’y a aucune limite au don de l’Esprit. Et pour être plus clair encore, saint Paul précise que « tous, Juifs ou païens, esclaves ou hommes libres, nous avons été baptisés dans l’unique Esprit pour former un seul corps ».

II- Les deux facettes de l’action de l’Esprit Saint

Regardons maintenant comment s’actualise l’action de l’Esprit d’après le récit de la Pentecôte.

Elle s’actualise dans deux directions « ad extra » et « ad intra » disaient les théologiens.

« Ad extra » : c’est l’action de l’Esprit qui est dirigée vers l’extérieur, qui se répand sans limites, une expansion que Jésus voit jusqu’aux extrémités de la terre. Pour ce faire, Jésus rappelle souvent, comme il le fait ici, que ses disciples sont envoyés. « De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. ». Et dans l’évangile que nous avons lu, il souligne, parmi plusieurs autres, un des aspects essentiels de cet envoi : porter le pardon à tous, manifester à toute personne la miséricorde de Dieu Père.

« Ad intra » : c’est l’intériorisation de l’action de l’Esprit qui habite dans le baptisé. La personne baptisée se voit et se sent remplie d’une puissance et d’une audace qui ne viennent pas d’elle-même. Mais ce qui est encore plus frappant, c’est qu’elle est entraînée à vivre une expérience unique de rencontre de Jésus Seigneur Ressuscité des morts. Désormais, elle ne peut s’empêcher de partager cette richesse qui donne sens à sa vie illuminée par la présence continuelle de l’Esprit Saint.

III – Les retombées

L’action de l’Esprit s’est manifestée avec éclat le jour de la Pentecôte. Et elle s’est continuée dans les siècles suivants, jusqu’à nous. Les Douze Apôtres, de peureux et craintifs qu’ils étaient, sont devenus des prédicateurs convaincants. Ils ont proclamé avec insistance et sans répit que le Jésus qui avait été crucifié était ressuscité, qu’il était Celui qu’on attendait, que Dieu l’avait établi Seigneur pour donner la vie à toute personne qui s’approcherait de lui dans la foi et une conversion sincère. C’est ce qu’on appelle le « kérygme » ou première proclamation de l’Évangile qui est des plus actuelle pour nous.

« Quant à nous, il nous est impossible de nous taire sur ce que nous avons vu et entendu » disaient-ils devant le Conseil suprême et le grand prêtre qui les interrogeaient. (Actes 4, 20) De même les autres disciples dont on parle furent les relais de cette prédication. Ils se réunissaient, ils mettaient tout en commun, ils se supportaient au point ou leur groupe augmentait rapidement. Ils donnaient ainsi le témoignage d’une vie transformée par l’amour de Dieu et le souci des autres. (Actes des Apôtres 2, 41-47)

Conclusion

Que cette solennité de la Pentecôte cette année soit pour nous l’occasion de prendre conscience de l’action de l’Esprit Saint toujours présente dans les personnes et dans l’Église. Lorsqu’on voit, dans les églises anciennes, la chute des vocations et des baptêmes, la raréfaction des personnes pratiquantes, le mépris qui fond souvent sur ces Églises à cause de leurs limites et de leurs erreurs passées, les poursuites pour abus sexuels etc. nous avons besoin de revenir à cette conviction que Dieu n'abandonne pas son Église.

L’action de l’Esprit Saint peut nous révéler encore des surprises. L’élection du Pape François en fut une, comme on le voit par la richesse de son ministère. D’autres surprises nous attendent si nous savons, comme disciples, autour de Marie, nous unir dans la prière et demander pour notre temps une nouvelle Pentecôte et une nouvelle effusion de l’Esprit Saint.

Amen !



Mgr Hermann Giguère P.H.
Faculté de théologie et de sciences religieuses
de l'Université Laval
Séminaire de Québec

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Titre_15669677


Pensées pour l'évangile d'aujourd'hui

« Là où est l’Eglise, il y a aussi l’Esprit de Dieu ; et là où est l’Esprit de Dieu, il y a aussi l’Eglise et toute grâce » (Saint Irénée de Lyon)

« Le sacrement de Pénitence, découle directement du mystère pascal. Le pardon n’est pas le fruit de nos efforts, mais un don, un don de l’Esprit Saint, qui nous remplit de la pluie de miséricorde et de grâce qui coule sans cesse du cœur grand ouvert du Christ crucifié et ressuscité » (François)

« Le Symbole des Apôtres lie la foi au pardon des péchés à la foi en l’Esprit Saint, mais aussi à la foi en l’Eglise et en la communion des saints. C’est en donnant l’Esprit Saint à ses apôtres que le Christ ressuscité leur a conféré son propre pouvoir divin de pardonner les péchés » (Catéchisme de l’Eglise Catholique, nº 976)










*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 5b23299d




*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Gif-an10

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Deus_abba_omnipotens_pater_gloire_au_pere_et_a_son_amour_mere_eugenie_ravasio*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Trinite-et-marie-5a699c*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 LA%2BSANTA%2BTRINIDAD%2BY%2BMARIA

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !


Je T'aime Dieu ma Force, mon Bonheur et mon Unique Espérance !

Sub tuam misericordiam confugimus, Dei Genitrix !




Lumen
Lumen

Date d'inscription : 09/11/2021
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Empty Re: *Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe

Message par Lumen Hier à 15:14

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez
comme est bon le seigneur !
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Am17412


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 F3e10a12debfc8f4c29c1cf8bfed0b16


Eucharistie du Lundi 29 Mai 2023

L’Église fait mémoire (obligatoire, avec lectures propres)
de la Fête de Marie, Mère de l’Église.


Saint Jean de Thessalonique, Néomartyr
de l'Église orthodoxe (+ 1802)
Sainte Ursule Ledochowska, Vierge et
Fondatrice des « Ursulines du Cœur de
Jésus Agonisant » (1865-1939).
Saint Paul VI, Pape (262ème) de 1963 à
1978 (+ 1978) - Mémoire (facultative)


NOMINIS : Saints, Saintes et Fêtes du Jour
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(h tt p s : // nominis . cef . fr)




Textes de la messe du jour

1ère lecture : Ac 1, 12-14… Psaume : 87 (86), 1-2.3./5.6-7… Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean 19, 25-34.:


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 4cd91808d0492f412e10b477bb0cf359


Commentaire de ce jour.


"Femme, voici ton fils"


"Femme, dit Jésus aux noces de Cana, que me veux-tu ? Mon heure n’est pas encore venue !"

"Femme" ... quelle étrange manière, pour un fils, de s’adresser à sa mère ! En fait, dans la bouche de Jésus, c’était un terme de courtoisie, qu’il employait volontiers quand il conversait avec une femme, que ce soit la Samaritaine, la Cananéenne, la femme toute courbée dans la synagogue (Lc 13,12, la pécheresse adultère, eu encore Marie de Magdala.

Dire "femme" en s’adressant à Marie, ce n’était pas, de la part de Jésus, la marque d’une moindre affection, puisqu’il reprendra la même expression au moment de mourir sur la croix, donc à un moment où la Mère et le Fils seront en communion intense de volonté et d’offrande. En désignant, au pied de la croix, le disciple bien-aimé, Jésus dira : "Femme, voici ton fils".

C’est donc volontairement que Jésus, à Cana et à la croix, donne à Marie, en public, non  pas un nom de relation familiale, le nom tendre qu’il employait à Nazareth, mais le nom de sa fonction dans  le plan de Dieu. Rappelons-nous le récit du péché des origines, au  livre de la  Genèse (Gn 3) et ce que Dieu disait au Tentateur : "J’établirai une inimitié entre toi et la femme, entre ta race et sa race : celle-ci t’écrasera la tête". Cette femme annoncée, qui par sa descendance doit être victorieuse du Prince de ce monde, cette mère, active pour le salut des hommes, c’est celle du Messie-Sauveur; et c’est bien ainsi que Jésus comprend le rôle de sa propre Mère.

A Cana, Marie est déjà cette femme promise; mais l’heure n’est pas encore venue où elle doit entrer pleinement, visiblement, dans son rôle. À la croix, au contraire, l’heure de Jésus est là, cette heure mystérieuse qui appartient à la fois au temps des hommes et à l’éternité de Dieu, cette heure qui englobe à la fois les souffrances de Jésus, sa mort, sa résurrection, sa glorification, et même le don de l’Esprit à l’humanité. C’est l’heure où "le Prince de ce monde est jeté dehors", l’heure où triomphe le Messie, l’Envoyé de Dieu, l’heure de la victoire, aussi, pour la Femme, sa Mère, l’heure où, selon les Pères de l’Église, l’Ève première fait place à l’Ève nouvelle, où la première Ève, qui enfantait des êtres mortels, fait place à Marie, l’Ève nouvelle qui enfante pour la vie, dans les douleurs de sa compassion au Calvaire.

"Femme, dit Jésus en croix, voici ton fils"; et, en désignant le disciple, il montrait à Marie chacun de nous. Une nouvelle maternité commença alors pour Marie, ou plutôt une nouvelle manière de vivre sa maternité. C’est le moment où elle inaugura cette maternité heureuse et inquiète qui durera jusqu’à la fin des temps, puisque désormais Marie prendra en charge tous les frères et toutes les sœurs de Jésus, menacés en même temps qu’elle-même, attaqués dans leur espérance, et qui risquent de perdre cœur. En effet, comme le révèle l’Apocalypse dans son langage symbolique, le Dragon, l’antique serpent, frustré dans sa haine par l’ascension au ciel de l’Enfant mâle, Jésus-Messie, a entrepris de guerroyer contre la femme et le reste de sa descendance, contre la Mère du Messie et tous les fils et filles qu’elle a reçus d’avance au pied de la croix (Apoc 12).

Ainsi Jésus attendait son heure. Si, à Cana, il semble freiner délicatement l’intervention limitée de sa Mère, c’est qu’il se réservait, à l’Heure de sa passion glorifiante, de faire éclater toute limite et de proclamer les dimensions universelles de sa maternité.

Là justement est le mystère de Marie, la merveille de Dieu inaccessible à notre regard. De Marie, la servante, l'Évangile nous dit simplement, pour l’épisode de Cana : “La Mère de Jésus était là”. Elle était là, très présente dans le brouhaha de la noce; elle était là, douce et discrète, effacée et efficace, très active et vigilante. Elle était là, à la croix, douloureuse et impuissante; et elle est encore là, dans l’Église, comme la Femme au destin immense, comme la  Mère farouche et toute sainte dont les bras protégeront, dans tous les siècles, la multitude des frères et des sœurs  de Jésus.

Comment allier tant de puissance et tant de tendresse? Comment la Vierge des pauvres peut-elle porter une telle majesté ? Comment une femme de chez nous peut-elle être si près de Dieu ? À ces questions, trop grandes pour notre intelligence, trop grandes pour notre cœur, l’Église, au long du temps, répond en admirant inlassablement le chef d’œuvre de Dieu, et en redisant, comme un psaume d’action de grâces :

“Sainte Marie, Mère de Dieu,
Mère de la Vie et Mère des vivants”.



Frère Jean Lévêque, carme, de la Province de Paris
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Siteon0-5a7f7


*******


Autre commentaire de ce jour.


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Marie_mere_de-l%C3%A9glise


Bienheureuse Vierge Marie, Mère de l’Église.


En ce lundi de la Pentecôte, nous fêtons la bienheureuse Vierge Marie, Mère de l’Église. La Bible nous montre que Marie a eu un rôle très important dans la vie de l’Église. La première lecture nous dit que la mère de Jésus était présente au Cénacle. Elle a prié avec les apôtres qui imploraient l’Esprit Saint. Dès sa naissance, l’Église est conduite maternellement par la Vierge Marie : “Tous, d’un même cœur, étaient assidus à la prière, avec des femmes, avec Marie, la Mère de Jésus (Actes 1, 14)

Prier d’un même cœur, c’est ce que doit faire toute assemblée ; avec Marie et avec les apôtres, nous sommes la même Église. Marie est toujours là pour nous renvoyer au Christ. Comme aux noces de Cana, elle ne cesse de nous redire : “Faites tout ce qu’il vous dira.” Cette fête d’aujourd’hui voudrait nous ramener à quelque chose d’essentiel : l’Église ne peut se passer de la prière. Elle est aussi nécessaire que l’oxygène l’est au corps.

C’est vrai, si la prière devait cesser dans l’Église, celle-ci étoufferait aussi sûrement que le corps qui manquerait d’oxygène. Et quand nous parlons de l’Église, ce n’est pas seulement l’institution : l’Église c’est chacun de nous ; nous en sommes les membres. Si nous ne prions pas, nous étouffons la présence de Dieu en nous. Prendre au moins quelques minutes pour prier chaque jour, ce n’est pas du temps perdu. Se rassembler le dimanche à l’église est absolument essentiel. Le concile Vatican II nous l’a rappelé à sa manière : “L’Eucharistie es source et sommet de toute vie chrétienne et de toute évangélisation.”

La prière permet à ‘Esprit Saint de s’infiltrer en nous, dans notre intelligence et notre cœur. C’est comme un goutte-à-goutte qui nous permet de recevoir la vie de Dieu. Elle nous entraîne à vivre de plus en plus au rythme de Dieu. Elle nous débarrasse progressivement des obstacles qui encombrent notre cœur et notre esprit. Ces obstacles, nous les connaissons bien : ils s’appellent orgueil, égoïsme, mensonge, préjugés, violences, jugement des autres. La prière nous permet de retrouver peu à peu la présence de Dieu en nous. L’Église est née de la prière du Christ et de celle des apôtres. C’est aussi par notre prière que l’Église continue à naître chaque jour.

En fait, ce n’est pas nous qui prions mais le Christ en nous. Il reste entièrement tourné vers le Père et vers les disciples. Il nous apprend à ne pas rapetisser la prière au niveau de nos seuls besoins personnels et familiaux. Quand nous prions, c’est l’air d’en haut que nous respirons. Et Marie est là pour présenter notre prière à Dieu. Elle ne cesse jamais d’intercéder pour nous et pour le monde.

L’Évangile vient nous rappeler un message de la plus haute importance : “Près de la croix de Jésus, se tenait Marie, sa mère… et le disciple que Jésus aimait.” Ce disciple, c’est Jean ; c’est aussi chacun de nous. Nous sommes tous les disciples bien-aimés de Jésus. Il nous confie à Marie et il nous la confie. Jésus et Marie s’aiment tellement qu’ils partagent tous deux le même amour pour tous les hommes. Le disciple préféré de Jésus est devenu aussi l’enfant préféré de Marie.

C’est cette maman que Jésus nous donne pour qu’elle fasse pour nous ce qu’elle a fait pour lui. Nous pouvons tous nous réfugier auprès d’elle. Quand nous faisons appel à elle, elle accourt. Son amour ne nous fera jamais défaut. En même temps, Jésus nous confie sa Mère et il nous demande de la prendre chez nous. Nous sommes invités à l’accueillir chez nous avec respect et surtout beaucoup d’amour. N’hésitons pas à lui ouvrir la porte de notre vie et de notre cœur, même si le ménage n’est pas bien fait. Elle n’a pas peur des situations compliquées. Elle ne cherche qu’à dénouer les nœuds qui font obstacle à notre union à Dieu. Marie est le plus sûr chemin pour apprendre à connaître et aimer Jésus. Qu’elle soit toujours avec nous pour en être les messagers.



Père Jean Compazieu
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Jean-201
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


*******


Autre commentaire de ce jour.


« Voici ta mère »


Aujourd'hui, nous faisons mémoire de Marie, Mère de l’Église. De ce sens, nous comprenons la maternité spirituelle de Marie en connexion avec l’Eglise qui est en soi Mère du peuple de Dieu car « on ne peut avoir Dieu pour Père si on n’a pas l’Église pour Mère » (Saint Cyprien). Marie est Mère du Fils de Dieu mais aussi Mère de ceux qui aiment son Fils et les bien-aimés de son Fils en conformité avec « Femme, voilà ton fils; disciple, voilà ta mère » (Jn 19,26-27), dit Jésus. Livrant son corps aux hommes et remettant son esprit à son Père, Jésus a donné même sa Mère à ses amis.

Et le plus grand amour est celui que Jésus aime l’Eglise (Ep 5,25) dont font partie ses amis. Ainsi, les enfants adoptifs de Dieu ne peuvent-ils avoir Jésus pour frère que s’ils n’ont pas Marie pour Mère parce que, tout en aimant son Fils, Marie aime l’Eglise dont elle est membre éminent. Ce qui signifie que Marie n’est pas supérieur à l’Eglise mais elle est « mère des membres du Christ » (Saint Augustin).

Le Concile Vatican II ajoute que la naissance de Marie a coopéré « à la naissance dans l'Eglise des fidèles qui sont les membres de ce Chef (Jésus) » (Lumen Gentium, n. 53). En plus, étant au centre des apôtres au cénacle (Ac 1,14), Marie, Mère de l’Église rappelle la présence, le don et l’action du Saint-Esprit dans l’Eglise missionnaire. En implorant le Saint-Esprit au cœur de l’Église, Marie prie avec l’Eglise et prie pour l’Eglise car, « élevée dans la gloire du ciel, elle accompagne et protège l’Église de son amour maternel » (Préface de la messe Marie, Mère de l’Église). Marie prend soin de ses fils; on peut donc la confier toute la vie de l’Eglise come Paul VI qui a dit : « O Vierge Marie, Mère très auguste de l’Eglise, nous te recommandons toute l’Eglise et le concile œcuménique ! ».



Abbé Alexis MANIRAGABA (Ruhengeri, Rwanda)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Pensées pour l'évangile d'aujourd'hui

« Quelle Mère si remplie d’amour nous avons ! Devenons ses semblables et imitons-là dans son amour ! Elle a éprouvé de la compassion pour nous au point de considérer comme rien sa perte matérielle et sa souffrance physique ! » (Saint Bonaventure)

« La Mère du Rédempteur nous précède et nous confirme sans cesse dans la foi, dans la vocation et dans la mission. Par son exemple d’humilité et de disponibilité à la volonté de Dieu Elle nous aide à traduire notre foi en une annonce de l’Evangile joyeuse et sans frontières » (François)

« Au terme de cette mission de l’Esprit, Marie devient la "Femme", nouvelle Eve "mère des vivants", Mère du "Christ total". C’est comme telle qu’elle est présente avec les Douze, "d’un même cœur, assidus à la prière" (Ac 1,14), à l’aube des "derniers temps" que l’Esprit va inaugurer le matin de la Pentecôte avec la manifestation de l’Eglise » (Catecismo de la Iglesia Católica, nº 726)











*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 5b23299d




*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Gif-an10

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Deus_abba_omnipotens_pater_gloire_au_pere_et_a_son_amour_mere_eugenie_ravasio*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Trinite-et-marie-5a699c*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 LA%2BSANTA%2BTRINIDAD%2BY%2BMARIA

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !


Je T'aime Dieu ma Force, mon Bonheur et mon Unique Espérance !

Sub tuam misericordiam confugimus, Dei Genitrix !




Lumen
Lumen

Date d'inscription : 09/11/2021
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Empty Re: *Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe

Message par Lumen Aujourd'hui à 10:44

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez
comme est bon le seigneur !
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Am17412


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 F3e10a12debfc8f4c29c1cf8bfed0b16


Eucharistie du Mardi 30 Mai 2023
Mardi de la 8ème semaine du Temps Ordinaire (Année impaire).


Saint Basile l'Ancien Et sainte Emmélie,
parents d'une étonnante famille de saints (+ 349)
Sainte Dymphne de Gheel, Vierge, martyre,
VIe ou VIIe siècle
Saint Hubert, Évêque de Tongres et Mästricht
- fête au martyrologe romain (+ 727)
Saint Ferdinand III le Saint, Roi de Castille
et de Léon (+ 1252)
Sainte Jeanne d'Arc, Vierge 'pucelle d'Orléans',
Patronne secondaire de la France (1412-1431)
Saint Joseph Marello, Evêque, fondateur des
Oblats de saint Joseph (+ 1895)


NOMINIS : Saints, Saintes et Fêtes du Jour
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(h tt p s : // nominis . cef . fr)




Textes de la messe du jour

Livre de Ben Sira le Sage 35, 1-15... Psaume 50(49), 4-6.7-8.14.23... Évangile de Jésus Christ selon saint Marc 10, 28-31.:


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 A967ba76d3a322eeaa3e77390ff5cf89


Commentaire de ce jour.


En ce temps déjà le centuple


"Sept fois plus", dit Ben Sira; "au centuple",dit Jésus : Dieu n'est jamais en reste de générosité ! À Dieu tout est possible, nous disait Jésus dans l'Évangile d'hier, tout, même de faire entrer un riche dans le Règne , même de nous donner un cœur de pauvre quand, de nous-mêmes, nous n'y parvenons pas.

           Sommes-nous des riches, sommes-nous des pauvres, devant les exigences du Royaume ? Nous serions bien incapables de le dire, mais d'une chose, en tout cas, nous sommes sûrs, comme saint Pierre et les autres disciples, c'est que nous avons voulu tout quitter pour suivre le Fils de Dieu. La réponse de Jésus à Pierre est une promesse solennelle, qui vaut pour nous aujourd'hui : "En vérité je vous le dis, personne n'aura laissé maison, frères, sœurs, mère, père, enfant, champs, à cause de moi et à cause de l'Évangile, sans recevoir au centuple maintenant, en ce temps-ci, maison, frères, sœurs, mère, enfant, champs, avec des persécutions, et dans le monde à venir, la vie éternelle".

           Tout y est : le cadre du bonheur : la maison, les champs, la sécurité des horizons familiers, et les partenaires du bonheur : les frères et sœurs avec qui l'on partage, mère et père où puisent les racines de notre cœur, les enfants pour qui l'on rêve et pour qui l'ont bâtit. Puisque nous sommes sur cette terre "des voyageurs", Jésus aurait pu aller d'emblée à l'essentiel, et dire : "Ceux qui ont quitté tout cela recevront la vie éternelle dans le monde à venir". Eh bien non ! Il s'attarde sur le temps du passage, sur ce que nous avons à vivre "maintenant en ce temps-ci", nous qui sommes voués au Christ, à l'Évangile et à la prière.

           Dès maintenant nous recevons le centuple, car nous avons encore à aimer. Le Royaume de Dieu ne nous fait pas faire l'économie de l'affectivité; mais notre affectivité elle-même prend les dimensions du Royaume. Tout passe au pluriel : là où nous ne disions "moi", nous disons "nous". Tout passe à l'universel : "miens sont les champs, miennes les maisons", partout où le Seigneur m'envoie; "miens" sont les frères et sœurs, et les mères" du monde entier, parce que le Christ donne à mon amour la dimension du sien. "Miens sont les enfants", les enfants que je n'aurai jamais, qui ne seront jamais à moi, parce qu'ils sont les enfants de Dieu.

           Et pourtant, cet universel est vécu au quotidien, car c'est dans le quotidien que Dieu travaille et que tout lui est possible. Dès lors l'amour d'une sœur pour ses sœurs universelles se vivra au jour dans le quotidien des visages, du support et du service. Les sœurs universelles seront aimées à travers quinze ou vingt sœurs bien journalières et sans surprise, des blanches et des noires, des vaillantes et des fatiguées, des âgées et des jeunes, des libérées et des douloureuses; des sœurs à aimer au nom de Jésus, c'est-à-dire avec un cœur qui ne possède plus, qui n'accapare plus, qui n'enferme plus et ne s'enferme plus.

           Ce sont les sœurs, les frères, du centuple, les sœurs données pour ce temps-ci, pour vivre avec elles le temps des persécutions, c'est-à-dire une destinée paradoxale où l'amour de Dieu est la source, le but et le moyen de toutes choses, où le don au Christ est le seul critère du bonheur, où l'Évangile est la seule assurance est la seule ambition.



Frère Jean Lévêque, carme, de la Province de Paris
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Siteon0-5a7f7


*******


Autre commentaire de ce jour.


« Vous recevrez, en ce temps déjà, le centuple, avec des persécutions, et,
dans le monde à venir, la vie éternelle »

Pierre déclare à Jésus : Voilà que nous avons tout quitté pour te suivre. C’est une sorte de question. Jésus répond : Qui aura quitté des parents, une maison ou une terre recevra dès maintenant au centuple parents, terre, maison et des persécutions et dans le monde à venir la vie éternelle. Beaucoup de premiers seront les derniers et les derniers seront les premiers.

Ce texte est à relier à ce qui précède. Jésus a offert à un jeune homme riche de le suivre à condition de se dégager de ses richesses. Le jeune homme, incapable de faire cette séparation, s’en est allé tout triste. Jésus, alors, a déclaré qu’il était plus facile à un chameau de passer à travers le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer dans le Royaume de Dieu. C’est une façon imagée (et peut-être humoristique) de dire que c’était impossible. Les disciples sont consternés et demandent qui sera alors sauvé. Jésus répond que ce qui est impossible aux hommes est possible à Dieu. Dieu seul peut sauver, répètera Paul. Et pour suivre Jésus,.il faut le suivre, lui : car on ne peut le suivre en restant attaché à un autre maître, a déclaré Jésus. Il a illustré cela de différentes façons.

Le premier appel des disciples a été : Viens et suis-moi. Pour le suivre dans ses missions en Galilée comme Jacques et Jean, ils ont dû abandonner bateau, filets et père (Marc 1,9).Ensuite, quand il les a envoyés en mission, il leur a défendu de compter sur des sécurités matérielles (Marc 6,8). Ils doivent être détachés et libres pour être au service d’un seul Maître.

Tous ces exemples servent de rappel aux premiers chrétiens comme les lecteurs de Marc. La conversion, pour eux, a parfois sinon souvent, exigé des ruptures avec le clan ou la famille. Par contraste avec le jeune homme riche qui n’a pu faire une telle séparation Pierre pose la question: Et nous, qui avons tout quitté pour te suivre, qu’est-ce qu’on a ? A-t-il quitté réellement tant que cela ? Nous y reviendrons mais Jésus répond quand même.

Sa réponse veut attirer l’attention de Pierre sur ce qu’il a reçu. Ils ont parents, maison, terre au centuple…Des images qui montrent qu’ils ont reçu un amour que Dieu seul peut donner et qu’il déborde les anciennes limites. Il peut demander une rupture mais la loi de l’amour du prochain n’est pas disparue. Et, par ailleurs, il peut demander une rupture mais une exclusion n’est pas toujours nécessaire, comme on peut le voir avec Pierre.

Jésus a demandé à Pierre de le suivre mais ne lui a pas demandé de vendre son bateau puisqu’après la résurrection Pierre y est revenu pour aller pêcher. Et c’est en revenant de la pêche qu’il a vu quelqu’un qui l’attendait sur la rive. Il finit par reconnaître le Seigneur qui lui demanda d’apporter quelques-uns de ses poissons. Bien sûr, pour le suivre, Pierre avait abandonné sa maison à Capharnaüm, et sa belle-mère… mais son épouse ? Il semble bien que, du temps de Paul, elle l’accompagnait dans ses missions, puisque ce dernier dit aux Corinthiens :

N’avons-nous pas le droit d’emmener avec nous une femme chrétienne, comme les autres apôtres, et les frères du Seigneur et Céphas (Pierre) ? (1 Cor,9,5)

Mais, pour Pierre, elle n’enlevait certainement pas la première place à Jésus.



Père Jean Gobeil S.J.
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Villa_Loyola_teil


*******


Autre commentaire de ce jour.


Personne n'aura quitté, à cause de moi et de l'Évangile, une maison, sans qu'il reçoive, en ce temps déjà, le centuple, et, dans le monde à venir, la vie éternelle»

Aujourd'hui, comme ce maître qui allait chaque matin au village afin de recruter la main d'œuvre pour travailler dans sa vigne, le Seigneur cherche des disciples, des gens qui le suivent, des amis. Son appel est universel. Il s'agit d'une offre fascinante ! Le Seigneur met en nous sa confiance. Mais il pose une condition pour être son disciple, condition qui peut nous décourager : il faut quitter « une maison, des frères, des sœurs, une mère, un père, des enfants, ou une terre» «à cause de moi et de l'Évangile » (Mc 10,29).

Et il n'y a pas de contreprestation ? Il n'y aura pas de récompense ? Ceci nous donnera-t-il quelque type de bénéfice ? Pierre, au nom des Apôtres, rappelle au Maître : « Voilà que nous avons tout quitté pour te suivre » (Mc 10,28). C'est sa façon de lui demander : que tirerons-nous de tout cela ?

La promesse du Seigneur est généreuse : « En ce temps déjà, le centuple (…) et, dans le monde à venir, la vie éternelle » (Mc 10,30). Personne ne peut surpasser cette générosité. Mais il ajoute: « Avec des persécutions ». Jésus est réaliste et ne veut pas nous tromper. Être son disciple, si nous le sommes à part entière, implique difficultés et problèmes. Mais Jésus considère les persécutions et les difficultés comme une récompense, dans la mesure où elles nous aident à grandir, si nous savons les accepter comme une occasion de grandir en maturité et en responsabilité. Tout ce qui est occasion de sacrifice nous rend semblable à Jésus-Christ qui nous sauve à travers sa mort sur la Croix.

Nous sommes toujours à temps de faire rétrospective sur notre vie et de nous rapprocher de Jésus-Christ. Ce temps nous permet — à travers la prière et les sacrements — d'examiner si parmi les disciples qu'Il cherche nous nous y trouvons, et nous verrons également quelle devrait être notre réponse à cet appel. Parmi certaines réponses radicales (comme celle des Apôtres) il en existe bien d'autres. Pour plusieurs, quitter « une maison, des frères, des sœurs, une mère, un père… » signifiera laisser tout ce qui nous empêche de vivre avec intensité l'amitié avec Jésus-Christ et, conséquemment, agir comme ses témoins devant le monde. Et ceci ne te paraît-il pas urgent ?



Abbé Jordi SOTORRA i Garriga (Sabadell, Barcelona, Espagne)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]



Pensées pour l'évangile d'aujourd'hui

« Car, je vous le dis: personne n'aura quitté…” Cela ne veut pas dire que nous quittons nos parents, en les laissant sans porter secours, ni que nous nous séparons de nos femmes, sinon que nous préférions l’honneur de Dieu à tout ce qui est périssable » (Saint Veda Le Vénérable)

« Sans aucun doute les manières plus précises de suivre Le Christ sont graduées par Lui Même d’après les conditions, les possibilités, les missions, les charismes des personnes et des groupes » (Saint Jean Paul II)

« Parce qu'ils sont les membres du Corps dont le Christ est la Tête (cf. Ep 1:22), les chrétiens contribuent par la constance de leurs convictions et de leur mœurs, à l'édification de l'Église. L'Église grandit, s'accroît et se développe par la sainteté de ses fidèles, jusqu'à ce que "soit constitué l'homme parfait dans la force de l'âge, qui réalise la plénitude du Christ" » (Ep 4:13). (CEI n 2.045)











*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 5b23299d




*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Gif-an10

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Deus_abba_omnipotens_pater_gloire_au_pere_et_a_son_amour_mere_eugenie_ravasio*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Trinite-et-marie-5a699c*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 LA%2BSANTA%2BTRINIDAD%2BY%2BMARIA

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !


Je T'aime Dieu ma Force, mon Bonheur et mon Unique Espérance !

Sub tuam misericordiam confugimus, Dei Genitrix !




Lumen
Lumen

Date d'inscription : 09/11/2021
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 19 Empty Re: *Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 19 sur 19 Précédent  1 ... 11 ... 17, 18, 19

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum