Forum l'Arche de Marie
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-37%
Le deal à ne pas rater :
Couette 2 places (220×240) – Polyester – Fabrication Française
29 € 46 €
Voir le deal
-25%
Le deal à ne pas rater :
-25% Figurines Funko – Calendrier d’Avent Harry Potter 2022
18 € 24 €
Voir le deal

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe

Page 13 sur 13 Précédent  1, 2, 3 ... 11, 12, 13

Aller en bas

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Empty *Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe

Message par Lumen Jeu 18 Nov 2021 - 11:59

Rappel du premier message :

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez comme est bon le seigneur ! *Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Am17412


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 F3e10a12debfc8f4c29c1cf8bfed0b16


Eucharistie du Jeudi 18 Novembre 2021
Jeudi de la 33ème semaine du Temps Ordinaire (Année impaire).

Dédicace des Basiliques de Saint Pierre du Vatican et de
Saint Paul-hors-les-Murs - Mémoire
Saint Odon, deuxième Abbé de Cluny (vers 879-942).
Sainte Rose-Philippine Duchesne, Religieuse de la Société du Sacré Cœur (1769-1852).
Bienheureux Grimoald de la Purification (Ferdinand Santamaria),
Religieux Passioniste (1883-1902).

« Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? »





Textes du jour (1ère lecture, Psaume, Évangile) : Premier livre des Maccabées 2,15-29…
Psaume 50(49),1-2.5-6.14-15…
Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 19,41-44.



*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 0a025453425f5bedd0a3e58c23b2f556--dawn-bible


« Aussitôt Jésus obligea les disciples à monter dans la barque et à le précéder sur l’autre rive, pendant qu’il renverrait les foules. »

Quand il les eut renvoyées, il gravit la montagne, à l’écart, pour prier. Le soir venu, il était là, seul. La barque était déjà à une bonne distance de la terre, elle était battue par les vagues, car le vent était contraire. Vers la fin de la nuit, Jésus vint vers eux en marchant sur la mer. C’est au XIe siècle qu’apparaît dans le martyrologe de Saint-Pierre l’annonce de la dédicace de la basilique, au 18 novembre. Au siècle suivant, les calendriers du Latran et du Vatican ajoutent au même jour la dédicace de Saint-Paul. Jésus a vaincu la mort et le mal, il apaisera la tempête qui secoue encore notre barque. Les épreuves, les tempêtes, et finalement la mort physique ne sont pas épargnées aux croyants. Les eaux sont le symbole des forces du mal et de la mort. La réalité quotidienne est d’affronter les vents contraires et la mer agitée. Jésus domine ces forces du mal, cet évènement est une annonce de la résurrection à venir. Jésus ressuscité est le signe de notre victoire, signe posé dans l’histoire des hommes. Les disciples, pour marcher sur les eaux, ne doivent pas attendre la fin de la tempête qui durera jusqu’à la fin des temps. La présence de Dieu est une présence délicate et ténue qui ne s’impose pas par la force, elle se déploie dans une faiblesse apparente. A la suite de Jésus, les Apôtres Pierre et Paul continuent le même combat.

"En le voyant marcher sur la mer, les disciples furent bouleversés. Ils dirent : « C’est un fantôme. » Pris de peur, ils se mirent à crier.

Mais aussitôt Jésus leur parla : « Confiance ! c’est moi ; n’ayez plus peur ! » Pierre prit alors la parole : « Seigneur, si c’est bien toi, ordonne-moi de venir vers toi sur les eaux. » Jésus lui dit : « Viens ! » Pierre descendit de la barque et marcha sur les eaux pour aller vers Jésus. Mais, voyant la force du vent, il eut peur et, comme il commençait à enfoncer, il cria : « Seigneur, sauve-moi ! » Aussitôt, Jésus étendit la main, le saisit et lui dit : « Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? » Lorsque Pierre suit Jésus sur les eaux agitées, le vent souffle, mais Pierre ne s’en effraye pas, confiant dans la Parole et l’exemple de Jésus. Mais dès que Pierre prend en considération les forces contraires, il prend peur, et il coule. Jésus doit le saisir par la main pour le sauver de la noyade. La délicatesse de Dieu dans sa présence à nos côtés est remarquable. Il ne s’impose pas face aux puissances de la mort et du mal. Nous suivons Jésus à la suite des apôtres malgré notre pauvreté et notre petitesse. Nous marchons sur les eaux de l’adversité avec la grâce de Jésus, avec la force de l’Esprit Saint. Depuis deux mille ans, la puissance de Dieu est donnée à tous ceux qui mettent leur confiance en Jésus.

« Et quand ils furent montés dans la barque, le vent tomba. »

Alors ceux qui étaient dans la barque se prosternèrent devant lui, et ils lui dirent : « Vraiment, tu es le Fils de Dieu ! » En invitant Pierre à le suivre, Jésus l’invite à participer à sa victoire sur la mort et le mal. Nous faisons confiance à la Parole de Jésus, à son invitation à participer dès ici-bas à sa victoire. Jésus le premier a traversé la mort sans être englouti par les eaux. La puissance de vie de Jésus ne s’impose pas avec fracas sur les puissances de mort. Jésus marche sur les eaux. Il est le maître de la vie, il connaît la puissance de vie qui l’habite. Il laisse la mer et le vent se déchaîner car ils ne peuvent rien contre lui. Ainsi, Jésus nous assure que nous aussi, avec lui, nous traverserons les eaux de la mort. Nous aurons, nous aussi, à marcher sur des eaux agitées et à affronter des vents contraires. C’est quand Jésus sera monter dans notre barque que nous serons vainqueur avec lui. Nous comprenons que Pierre ait douté de sa capacité à résister aux éléments qui se déchaînaient contre lui. En Jésus réside la plénitude de la divinité, et rien ne peut l’engloutir. Marcher sur les eaux, signifie pour nous la rencontre de Jésus dans le quotidien au temps de l’Eglise.



Nous demandons à Jésus de nous envelopper de sa tendresse pour que nous n’ayons rien à craindre dans la mission qu’il nous donne.



*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Pzore_15
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]





HYMNE : EN TOUTE VIE LE SILENCE DIT DIEU

En toute vie le silence dit Dieu,
Tout ce qui est tressaille d'être à lui !
Soyez la voix du silence en travail,
Couvez la vie, c'est elle qui loue Dieu !

Pas un seul mot, et pourtant c'est son Nom
Que tout sécrète et presse de chanter :
N'avez-vous pas un monde immense en vous ?
Soyez son cri, et vous aurez tout dit.

Il suffit d'être, et vous vous entendrez
Rendre la grâce d'être et de bénir ;
Vous serez pris dans l'hymne d'univers,
Vous avez tout en vous pour adorer.

Car vous avez l'hiver et le printemps,
Vous êtes l'arbre en sommeil et en fleurs ;
Jouez pour Dieu des branches et du vent,
Jouez pour Dieu des racines cachées.

Arbres humains, jouez de vos oiseaux,
Jouez pour Lui des étoiles du ciel
Qui sans parole expriment la clarté ;
Jouez aussi des anges qui voient Dieu.



HYMNE : TU ES VENU, SEIGNEUR

Tu es venu, Seigneur,
Dans notre nuit,
Tourner vers l’aube nos chemins ;
Le tien pourtant reste caché,
L’Esprit seul nous découvre
Ton passage.

Pour nous mener au jour,
Tu as pris corps
Dans l’ombre humaine où tu descends.
Beaucoup voudraient voir et saisir :
Sauront-ils reconnaître
Ta lumière ?

Nous leur disons : « Voyez
Le grain qui meurt !
Aucun regard ne l’aperçoit ;
Mais notre cœur peut deviner
Dans le pain du partage
Sa présence. »

Puis nous portons vers toi,
Comme un appel,
L’espoir des hommes d’aujourd’hui.
Mûris le temps, hâte le jour,
Et que lève sur terre
Ton Royaume !



HYMNE : JOIE ET LUMIÈRE DE LA GLOIRE ÉTERNELLE DU PÈRE,

R/Joie et lumière
De la gloire éternelle du Père,
Le Très-Haut, le Très-Saint !
Ô Jésus Christ !

Oui, tu es digne d’être chanté
Dans tous les temps par des voix sanctifiées,
Fils de Dieu qui donnes vie :
Tout l’univers te rend gloire.

Parvenus à la fin du jour,
Contemplant cette clarté dans le soir,
Nous chantons le Père et le Fils
Et le Saint-Esprit de Dieu.



Oraison du matin (Office des Laudes).
Dieu qui as séparé la lumière et les ténèbres,
toi qui as appelé la lumière « jour » et les ténèbres « nuit »,
arrache aussi nos cœurs à l'obscurité du péché et
fais-nous parvenir à la vraie Lumière qui est Le Christ.
Lui qui règne avec Toi et Le Saint-Esprit, maintenant
et pour les siècles des siècles. Amen.



*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 5b232911






*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Gif-an10


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Deus_abba_omnipotens_pater_gloire_au_pere_et_a_son_amour_mere_eugenie_ravasio*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Trinite-et-marie-5a699c*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 LA%2BSANTA%2BTRINIDAD%2BY%2BMARIA
Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !


Je T'aime Dieu ma Force, mon Bonheur et mon Unique Espérance !

Sub tuam misericordiam confugimus, Dei Genitrix !


Dernière édition par Lumen le Ven 26 Nov 2021 - 21:37, édité 2 fois (Raison : correction titre)
Lumen
Lumen

Date d'inscription : 09/11/2021
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Empty Re: *Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe

Message par Lumen Jeu 17 Nov 2022 - 12:45

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez
comme est bon le seigneur !
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Am17412


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 F3e10a12debfc8f4c29c1cf8bfed0b16


Eucharistie du Jeudi 17 Novembre 2022
Jeudi de la 33ème semaine du Temps Ordinaire (Année paire).


Saint Longin, Père du Désert en
Egypte (IVe siècle)
Saint Grégoire de Tours, Évêque (539-595).
Sainte Hilda, Abbesse en Angleterre (+ 680).
Sainte Élisabeth de Hongrie, Veuve, Tertiaire
de Saint-François, Patronne du Tiers-Ordre
Franciscain (1207-1231).


NOMINIS : Saints, Saintes et Fêtes du Jour
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(h tt p s : // nominis . cef . fr)





Textes de la messe du jour

PREMIÈRE LECTURE :
« Toi, l’Agneau, tu fus immolé, rachetant
pour Dieu, par ton sang, des gens de
toute nation » (Ap 5, 1-10)


Lecture de l'Apocalypse de saint Jean, Apôtre

Moi, Jean,
   j’ai vu,
dans la main droite de celui qui siège sur le Trône,
un livre en forme de rouleau,
écrit au-dedans et à l’extérieur,
scellé de sept sceaux.
   Puis j’ai vu un ange plein de force,
qui proclamait d’une voix puissante :
« Qui donc est digne d’ouvrir le Livre
et d’en briser les sceaux ? »
   Mais personne, au ciel, sur terre ou sous la terre,
ne pouvait ouvrir le Livre et regarder.
   Je pleurais beaucoup,
parce que personne n’avait été trouvé digne
d’ouvrir le Livre et de regarder.
   Mais l’un des Anciens me dit :
« Ne pleure pas.
Voilà qu’il a remporté la victoire,
le lion de la tribu de Juda,
le rejeton de David :
il ouvrira le Livre aux sept sceaux. »

   Et j’ai vu,
entre le Trône, les quatre Vivants et les Anciens,
un Agneau debout, comme égorgé ;
ses cornes étaient au nombre de sept,
ainsi que ses yeux, qui sont les sept esprits de Dieu
envoyés sur toute la terre.
   Il s’avança et prit le Livre
dans la main droite de celui qui siégeait sur le Trône.
   Quand l’Agneau eut pris le Livre,
les quatre Vivants et les vingt-quatre Anciens
se jetèrent à ses pieds.
Ils tenaient chacun une cithare
et des coupes d’or pleines de parfums
qui sont les prières des saints.

   Ils chantaient ce cantique nouveau :    
« Tu es digne, de prendre le Livre
et d’en ouvrir les sceaux,
car tu fus immolé,
rachetant pour Dieu, par ton sang,
des gens de toute tribu,
langue, peuple et nation.
   Pour notre Dieu, tu en as fait
un royaume et des prêtres :
ils régneront sur la terre. »

           – Parole du Seigneur.


PSAUME :
(Ps 149, 1-2, 3-4, 5-6a.9b)

R/ Peuple de prêtres, peuple de rois,
chante ton Seigneur !
ou  Alléluia !
(cf. Ap 5, 10)

Chantez au Seigneur un chant nouveau,
louez-le dans l’assemblée de ses fidèles !
En Israël, joie pour son créateur ;
dans Sion, allégresse pour son Roi !

Dansez à la louange de son nom,
jouez pour lui, tambourins et cithares !
Car le Seigneur aime son peuple,
il donne aux humbles l’éclat de la victoire.

Que les fidèles exultent, glorieux,
criant leur joie à l’heure du triomphe.
Qu’ils proclament les éloges de Dieu,
c’est la fierté de ses fidèles.


ÉVANGILE :  
« Ah ! si toi aussi, tu avais reconnu en ce jour
ce qui donne la paix ! » (Lc 19, 41-44)


Alléluia. Alléluia.
Aujourd’hui, ne fermez pas votre cœur,
mais écoutez la voix du Seigneur.
Alléluia. (cf. Ps 94, 8a.7d)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là,
   lorsque Jésus fut près de Jérusalem,
voyant la ville, il pleura sur elle, en disant :
   « Ah ! si toi aussi, tu avais reconnu en ce jour
ce qui donne la paix !
Mais maintenant cela est resté caché à tes yeux.
   Oui, viendront pour toi des jours
où tes ennemis construiront des ouvrages de siège contre toi,
t’encercleront et te presseront de tous côtés ;
   ils t’anéantiront,
toi et tes enfants qui sont chez toi,
et ils ne laisseront pas chez toi pierre sur pierre,
parce que tu n’as pas reconnu
le moment où Dieu te visitait. »

  – Acclamons la Parole de Dieu.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 5b7f075a0659f838a6555f20cbc04f65


commentaire du jour.

Lorsque Jésus fut près de Jérusalem, voyant la ville,
il pleura sur elle
                                                                                                                                 
Quand Jésus fut proche de Jérusalem, il pleura. C’est la seule et unique fois où Saint Luc nous montre Jésus pleurer.
Il pleure parce que le désastre qui menace Jérusalem n’est pas le fruit de la fatalité mais la triste conséquence du choix du peuple saint qui a refusé que son roi règne sur lui, qui n’a pas accepté l’instauration du Règne de paix que Jésus désirait inaugurer.

Pourtant Dieu semble avoir une part dans ce désastre : « Mais cela est resté caché à tes yeux » dit en effet Jésus, de façon assez mystérieuse. L’emploi du passif désigne en effet une expression de la volonté et de l’action de Dieu.
Le Seigneur a-t-il réellement voulu pour son peuple les atrocités que décrit Jésus ? Lui a-t-il sciemment caché les chemins du bonheur ?

Il est vrai que Jésus n’est pas le seul à prophétiser la chute de Jérusalem, les prophètes l’ont fait avant lui. Ils ont effectivement annoncé qu’il était dans les plans de Dieu de châtier son peuple et de faire connaître sa Parole aux païens.
Cela ne manque pas de nous conforter dans nos interrogations. Oser attribuer à la main de Dieu l’incendie du Temple et la destruction de la Ville ! Voici que Dieu se montre bien inhumain.

Mais on trouve également, nous le savons, d’autres témoignages dans la Parole de Dieu, qu’il ne faut pas occulter. On trouve des manifestations de confiance en Dieu remarquables, qui nous font nous souvenir de la recherche de Job : nous acceptons le bonheur comme un don de Dieu, dès lors comment ne pas accueillir de même le malheur ?

Ainsi, ce genre de discours est une porte ouverte à l’Espérance. La Bible sait que Dieu est Tendresse et Miséricorde. S’il châtie, cela ne peut jamais être son dernier mot. Voir dans la prophétie de Jésus une décision de Dieu est aussi avoir le courage de l’espérance quand les événements accablent le peuple et le poussent à lire dans les catastrophes qu’il subit sa fin inexorable.
D’ailleurs, un malheur, s’il vient de Dieu, n’est jamais aussi redoutable que s’il vient des hommes. Car Lui a le sens de la mesure. Lui veut notre Bonheur et ne saurait nous abandonner à notre malheur.

Les larmes de Jésus sont donc versées sur les souffrances inutiles auxquelles nous nous exposons nous-mêmes par manque de confiance en Dieu.
Jésus regrette le chemin qu’a choisi la ville bien-aimée car il sait où il la conduit. Il a tout fait pour la prévenir, l’éduquer, lui permettre de reconnaître que Celui qu’elle attend depuis si longtemps la visite aujourd’hui.
Mais elle a choisi l’isolement et le durcissement. Le Seigneur a donc permis qu’elle s’aveugle. Si elle n’a pas entendu son chant d’amour, au moins entendra-t-elle le cri de ses enfants et reviendra-t-elle vers le seul qui peut faire son Bonheur. Mais quel gâchis d’en passer par là…

Puissions-nous toujours garder un cœur disponible et prompt à reconnaître dans les événements de notre vie, les plus beaux comme les plus sombres, la présence bienveillante de Notre Seigneur.
Et surtout, que jamais nous n’ayons à faire pleurer Jésus par notre endurcissement et notre aveuglement, par des souffrances ou des mutilations qu’il aurait voulu nous éviter, pour peu que nous le laissions diriger notre vie.
Que l’Esprit de Vie nous rende disponibles à l’enseignement de Jésus qui vient nous visiter dans l’espoir immense d’être accueilli.



Frère Dominique, Moine de la Famille de Saint Joseph.
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 LOGO_FSJ_2017.png


Autre commentaire de ce jour.

« Si toi aussi, tu avais reconnu en ce jour ce qui peut te donner la Paix ! »

Aujourd'hui, l'image que nous offre l'Évangile est celle d'un Jésus qui « pleura » (Lc 19,41) sur le sort de la cité élue qui n'a pas reconnu la présence de son Sauveur. La connaissance de l'actualité nous permet d'appliquer facilement cette lamentation à la ville qui est tout à la fois sainte et source de divisions.

Mais, au-delà, nous pouvons identifier Jérusalem avec le peuple élu: l'Église et, par extension, le monde dans lequel elle doit accomplir sa mission.
Nous découvrirons alors une société qui, même si elle a atteint des sommets dans le domaine de la technologie et de la science, gémit et pleure, car elle vit entourée de l'égoïsme de ses membres, car elle a bâti autour d'elle les murs de la violence et du désordre moral, car elle foule aux pieds ses enfants, les traînant dans les chaînes d'un individualisme déshumanisant. Ce que nous découvrirons, c'est un peuple qui n'a pas su reconnaître le Dieu qui le visitait (cf. Lc 19,44).

Nous, Chrétiens, ne pouvons cependant demeurer dans cette pure lamentation. Nous ne pouvons être des prophètes de malheur, mais des hommes d'Espérance.
Nous connaissons la fin de l'histoire, nous savons que Le Christ a fait tomber les murs, qu'Il a brisé les chaînes: les larmes qu'Il répand dans cet Évangile préfigurent le sang par lequel Il nous a sauvé.

De fait, Jésus est présent dans son Église, spécialement à travers les plus nécessiteux. Nous devons remarquer cette présence pour comprendre la Tendresse du Christ envers nous: son Amour est si élevé, nous dit Saint Ambroise, qu'Il s'est fait petit et humble pour que nous devenions grands; Il s'est laissé attacher par des langes comme un bébé, pour nous libérer des liens du péché; Il s'est laissé clouer sur la croix pour que nous soyons comptés parmi les étoiles du Ciel…
Aussi devons-nous rendre grâce à Dieu et découvrir la présence parmi nous de Celui qui nous visite et nous rachète.



Abbé Blas RUIZ i López (Ascó, Tarragona, Espagne).
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Pensées pour l'évangile d'aujourd'hui

« Je suis horrifié de penser au danger que parfois, par manque de considération ou parce que je suis absorbé dans des choses vaines, j’oublie l’amour de Dieu et que je sois pour le christ motif de honte et d’opprobre » (saint Basile le Grand)

« Le Dieu véritable sort à notre rencontre avec la désarmante douceur de l’amour » (Benoît XVI)

« (…) Quand Jérusalem est en vue, [Jésus] pleure sur elle et exprime encore une fois le désir de son cœur : "Ah ! Si en ce jour tu avais compris, toi aussi, le message de paix ! Mais, hélas, il est demeuré caché à tes yeux" (Lc 19, 41-42) » (Catéchisme de l’Eglise catholique, n° 558)








*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 5b23299d




*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Gif-an10

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Deus_abba_omnipotens_pater_gloire_au_pere_et_a_son_amour_mere_eugenie_ravasio*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Trinite-et-marie-5a699c*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 LA%2BSANTA%2BTRINIDAD%2BY%2BMARIA

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !


Je T'aime Dieu ma Force, mon Bonheur et mon Unique Espérance !

Sub tuam misericordiam confugimus, Dei Genitrix !


Dernière édition par Lumen le Sam 19 Nov 2022 - 12:11, édité 2 fois (Raison : C'est comme dans la parabole du bon grain et l'ivraie : erreurs "semées" sciemment après mon postage que je dois sans cesse corrigées...)
Lumen
Lumen

Date d'inscription : 09/11/2021
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Empty Re: *Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe

Message par Lumen Ven 18 Nov 2022 - 14:50

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez
comme est bon le seigneur !
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Am17412


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 F3e10a12debfc8f4c29c1cf8bfed0b16


Eucharistie du Vendredi 18 Novembre 2022
Fête de la Dédicace des Basiliques de Saint Pierre du
Vatican et de Saint Paul-hors-les-Murs.


Sainte Aude Ou Odette, Vierge à
Paris (Ve siècle)
Saint Odon, deuxième Abbé de Cluny (vers 879-942).
Sainte Rose-Philippine Duchesne, Religieuse de
la Société du Sacré Cœur (1769-1852).
Bienheureux Grimoald de la Purification (Ferdinand
Santamaria), Religieux Passioniste (1883-1902).


NOMINIS : Saints, Saintes et Fêtes du Jour
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(h tt p s : // nominis . cef . fr)





Textes de la messe du jour

PREMIÈRE LECTURE :
« Je pris le petit livre de la main de l’ange,
et je le dévorai » (Ap 10, 8-11)


Lecture de l'Apocalypse de saint Jean, Apôtre

Moi, Jean,
   la voix que j’avais entendue, venant du ciel,
me parla de nouveau et me dit :
« Va prendre le livre ouvert
dans la main de l’ange
qui se tient debout sur la mer et sur la terre. »
   Je m’avançai vers l’ange
pour lui demander de me donner le petit livre.
Il me dit :
« Prends, et dévore-le ;
il remplira tes entrailles d’amertume,
mais dans ta bouche il sera doux comme le miel. »
   Je pris le petit livre de la main de l’ange,
et je le dévorai.
Dans ma bouche il était doux comme le miel,
mais, quand je l’eus mangé,
il remplit mes entrailles d’amertume.
   Alors on me dit :
« Il te faut de nouveau prophétiser
sur un grand nombre de peuples,
de nations, de langues et de rois. »

           – Parole du Seigneur.


PSAUME :
(Ps 118 (119), 14.24, 72.103, 111.131)

R/ Qu’elle est douce à mon palais,
ta promesse !
(Ps 118, 103a)

Je trouve dans la voie de tes exigences
plus de joie que dans toutes les richesses.
Je trouve mon plaisir en tes exigences :
ce sont elles qui me conseillent.

Mon bonheur, c’est la loi de ta bouche,
plus qu’un monceau d’or ou d’argent.
Qu’elle est douce à mon palais ta promesse :
le miel a moins de saveur dans ma bouche !

Tes exigences resteront mon héritage,
la joie de mon cœur.
La bouche grande ouverte, j’aspire,
assoiffé de tes volontés.


ÉVANGILE :  
« De la maison de Dieu, vous avez fait une
caverne de bandits » (Lc 19, 45-48)


Alléluia. Alléluia.
Mes brebis écoutent ma voix, dit le Seigneur ;
moi, je les connais, et elles me suivent.
Alléluia. (Jn 10, 27)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là,
   entré dans le Temple,
Jésus se mit à en expulser les vendeurs.
Il leur déclarait :
   « Il est écrit :
Ma maison sera une maison de prière.
Or vous, vous en avez fait une caverne de bandits. »
   Et il était chaque jour dans le Temple pour enseigner.
Les grands prêtres et les scribes, ainsi que les notables,
cherchaient à le faire mourir,
   mais ils ne trouvaient pas ce qu’ils pourraient faire ;
en effet, le peuple tout entier,
suspendu à ses lèvres, l’écoutait.

  – Acclamons la Parole de Dieu.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 36cf0cf05cda4d6996bdfd0ed2994cee


commentaire du jour.

Une maison de prière
                                                                                                                                 
« Ma maison s’appellera maison de prière. » C’était un projet de Dieu, une décision de Dieu, notifiée par un prophète au peuple revenu de l’Exil. C’était en même temps l’affirmation d’un dessein de salut universel :

« Les fils d’Israël qui se sont attachés au Seigneur pour le servir [. .],
je les conduirai à ma montagne sainte,
je les réjouirai dans ma maison de prière.
Leurs sacrifices seront acceptés sur mon autel,
car ma maison s’appellera maison de prière pour tous les peuples
. » (Is 56, 6-7)

Pour tous les peuples ! L’engagement de Dieu perdure et même se renforce dans la nouvelle alliance où le temple de Dieu n’est plus fait de main d’hommes. Le Corps du Christ ressuscité est en effet pour tous les hommes le lieu de Dieu : « dans le Christ habite corporellement la plénitude de la divinité » (Col 1, 19) ; c’est dans le Christ que tous les hommes rencontrent Dieu, c’est par le Christ que montent vers Dieu toutes leurs prières et toutes leurs offrandes. Par lui, avec lui et en lui sont rendus au Père tout-puissant, dans l’unité de l’Esprit, tout honneur et toute gloire, par les hommes de toute langue, de tout peuple et de toute culture.

À l’image de ce rassemblement universel dans l’unique Corps du Christ, chacune de nos communautés, à partir des pierres vivantes que nous sommes, « grandit en un temple saint, dans le Seigneur » (Ep 2, 21). Chaque communauté est appelée à devenir le lieu de Dieu, le lieu où Dieu œuvre pour l’unité et le salut des hommes, le lieu d’où montent louanges et sacrifices « pour la gloire de Dieu et le salut du monde. »

Et le projet de Dieu oriente encore aujourd’hui notre vécu communautaire : notre maison fraternelle est et doit devenir la maison de prière du Seigneur, une maison de prière pour tous les peuples, parce que nous y portons dans le silence le souci de la mission de l’Église, et parce que dans les pauvres limites d’un cloître nous vivons l’universel.
« Ma maison sera appelée maison de prière ». Ce désir et cette promesse de Dieu, qui réveillent notre communauté, sollicitent également chaque sœur d’une manière personnelle et irremplaçable.

Chacune pour sa part, chacune en son corps et en son cœur, est et devient la maison de prière du Dieu de miséricorde. « Méditant jour et nuit la loi du Seigneur et veillant dans la prière », chacune, unie à la prière du Christ, Fils de Dieu, exerce au nom de tous les hommes la fonction orante de l’Église épouse.
Et la question que Jésus nous pose à travers cette page d’Évangile, entre en résonance avec son premier appel dans le premier désert. C’est une question qui nous tient « éveillés dans notre foi » et qui nous ramène avec douceur au « grand silence du dedans » : « Qu’as-tu fait de ma maison ? »



Fr. Jean-Christian Lévêque, o.c.d.
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Siteon0-5a7f7


Autre commentaire de ce jour.

« Ma maison sera une maison de prière »

Aujourd'hui, le geste de Jésus est prophétique. À la façon des anciens prophètes, Il réalise une action symbolique, pleine de sens pour l'avenir. En expulsant du temple les marchands qui vendaient les victimes destinées aux offrandes et en évoquant le fait que « la maison de Dieu sera une maison de prière » (Is 56,7), Jésus annonce la nouvelle situation qu'Il vient instaurer, où les sacrifices d'animaux n'ont plus leur place. Saint Jean définira le culte nouveau comme une « adoration du Père en esprit et en vérité » (Jn 4,24). La figure doit céder le pas à la réalité. Saint Thomas d'Aquin disait poétiquement : « Et antiquum documentum / novo cedat ritui » (« Que l'Ancien Testament laisse la place au Nouveau »).

Le Rite Nouveau, c'est la parole de Jésus. Aussi saint Luc a-t-il uni à la scène de la purification du temple, une présentation de Jésus prêchant là chaque jour. Le culte nouveau est centré sur la prière et l'écoute de la Parole de Dieu. Mais en réalité, le centre du centre de l'institution chrétienne est la personne vivante de Jésus Lui-même, qui offre sa chair et répand son sang sur la croix et nous les donne dans l'Eucharistie. Saint Thomas le dit aussi avec élégance : « Recumbens cum fratribus (…) se dat suis manibus » (« Assis à table avec ses frères (…) il se donne de ses propres mains »).

Dans le Nouveau Testament inauguré par Jésus les bœufs et les vendeurs d'agneaux ne sont plus nécessaires. Tout comme, « le peuple tout entier était suspendu à ses lèvres » (Lc 19,48), nous ne devons pas aller au temple pour immoler des victimes, mais pour recevoir Jésus, le véritable agneau immolé pour nous une fois pour toutes (cf. He 7,27), et unir notre vie à la sienne.



Abbé Josep LAPLANA OSB Moine de Montserrat (Montserrat, Barcelona, Espagne)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Pensées pour l'évangile d'aujourd'hui

« Courez tous vers Jésus-Christ comme le seul temple de Dieu, comme l’unique autel : Lui est un, et procédant du Père unique, il est resté uni à lui, et vers lui il est retourné dans l’unité » (saint Ignace d’Antioche)

« Le Temple avec son culte a été "démoli" dans la crucifixion du Christ ; à sa place se trouve maintenant l’Arche de l’Alliance vivante de Jésus-Christ crucifié et ressuscité » (Benoît XVI)

« Jésus est monté au Temple comme au lieu privilégié de la rencontre de Dieu. Le Temple est pour lui la demeure de son Père (…). Après sa Résurrection, les apôtres ont gardé un respect religieux pour le Temple ( Ac 2, 46) » (Catéchisme de l’Eglise catholique, n° 584)








*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 5b23299d




*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Gif-an10

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Deus_abba_omnipotens_pater_gloire_au_pere_et_a_son_amour_mere_eugenie_ravasio*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Trinite-et-marie-5a699c*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 LA%2BSANTA%2BTRINIDAD%2BY%2BMARIA

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !


Je T'aime Dieu ma Force, mon Bonheur et mon Unique Espérance !

Sub tuam misericordiam confugimus, Dei Genitrix !


Dernière édition par Lumen le Mar 22 Nov 2022 - 14:57, édité 2 fois (Raison : Logo https://www.carmel.asso.fr/)
Lumen
Lumen

Date d'inscription : 09/11/2021
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Empty Re: *Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe

Message par Lumen Sam 19 Nov 2022 - 12:01

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez
comme est bon le seigneur !
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Am17412


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 F3e10a12debfc8f4c29c1cf8bfed0b16


Eucharistie du Samedi 19 Novembre 2022
Samedi de la 33ème semaine du Temps Ordinaire (Année paire).


Saint Abdias, Prophète (VIe siècle av. J.-C.)
Saint Anastase II, Pape (50e) de 496 à 498 (+ 498)
Ste Mechtilde (ou Mathilde) de Hackeborn (ou de Helfta),
Moniale et Mystique allemande (1241-1298).
Saint Raphaël de Saint-Joseph (Joseph Kalinowski),
Prêtre et Carme polonais o.c.d. (1835-1907).


NOMINIS : Saints, Saintes et Fêtes du Jour
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(h tt p s : // nominis . cef . fr)





Textes de la messe du jour

PREMIÈRE LECTURE :
« Ces deux prophètes avaient causé bien du
tourment aux habitants de la terre »
(Ap 11, 4-12)


Lecture de l'Apocalypse de saint Jean, Apôtre

Moi, Jean, j’ai entendu une voix qui disait :
« Les deux témoins chargés de prophétiser,
   ce sont eux les deux oliviers, les deux chandeliers,
qui se tiennent devant le Seigneur de la terre.
   Si quelqu’un veut leur faire du mal,
un feu jaillit de leur bouche et dévore leurs ennemis ;
oui, celui qui voudra leur faire du mal,
c’est ainsi qu’il doit mourir.
   Ces deux témoins ont le pouvoir de fermer le ciel,
pour que la pluie ne tombe pas
pendant les jours de leur prophétie.
Ils ont aussi le pouvoir de changer l’eau en sang
et de frapper la terre de toutes sortes de fléaux,
aussi souvent qu’ils le voudront.
   Mais, quand ils auront achevé leur témoignage,
la Bête qui monte de l’abîme leur fera la guerre,
les vaincra et les fera mourir.
   Leurs cadavres restent sur la place de la grande ville,
qu’on appelle, au sens figuré, Sodome et l’Égypte,
là où leur Seigneur aussi a été crucifié.
   De tous les peuples, tribus, langues et nations,
on vient regarder leurs cadavres pendant trois jours et demi,
sans qu’il soit permis de les mettre au tombeau.
   Les habitants de la terre s’en réjouissent,
ils sont dans la joie, ils échangent des présents ;
ces deux prophètes, en effet, avaient causé bien du tourment
aux habitants de la terre.
   Mais, après ces trois jours et demi,
un souffle de vie venu de Dieu entra en eux :
ils se dressèrent sur leurs pieds,
et une grande crainte tomba sur ceux qui les regardaient.
   Alors les deux témoins entendirent
une voix forte venant du ciel, qui leur disait :
« Montez jusqu’ici ! »
Et ils montèrent au ciel dans la nuée,
sous le regard de leurs ennemis.

           – Parole du Seigneur.


PSAUME :
(Ps 143 (144), 1, 2, 9-10)

R/ Béni soit le Seigneur, mon rocher !
(Ps 143, 1a)

Béni soit le Seigneur, mon rocher !
Il exerce mes mains pour le combat,
il m’entraîne à la bataille.

Il est mon allié, ma forteresse,
ma citadelle, celui qui me libère ;
il est le bouclier qui m’abrite,
il me donne pouvoir sur mon peuple.

Pour toi, je chanterai un chant nouveau,
pour toi, je jouerai sur la harpe à dix cordes,
pour toi qui donnes aux rois la victoire
et sauves de l’épée meurtrière David, ton serviteur.


ÉVANGILE :  
« Il n’est pas le Dieu des morts, mais
des vivants » (Lc 20, 27-40)


Alléluia. Alléluia.
Notre Sauveur, le Christ Jésus, a détruit la mort ;
il a fait resplendir la vie par l’Évangile.
Alléluia. (2 Tm 1, 10)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là,
   quelques sadducéens
– ceux qui soutiennent qu’il n’y a pas de résurrection –
s’approchèrent de Jésus
   et l’interrogèrent :
« Maître, Moïse nous a prescrit :
Si un homme a un frère
qui meurt en laissant une épouse mais pas d’enfant,
il doit épouser la veuve
pour susciter une descendance à son frère.
   Or, il y avait sept frères :
le premier se maria et mourut sans enfant ;
   de même le deuxième, puis le troisième épousèrent la veuve,
et ainsi tous les sept :
ils moururent sans laisser d’enfants.
   Finalement la femme mourut aussi.
   Eh bien, à la résurrection,
cette femme-là, duquel d’entre eux sera-t-elle l’épouse,
puisque les sept l’ont eue pour épouse ? »

   Jésus leur répondit :
« Les enfants de ce monde prennent femme et mari.
   Mais ceux qui ont été jugés dignes
d’avoir part au monde à venir
et à la résurrection d’entre les morts
ne prennent ni femme ni mari,
   car ils ne peuvent plus mourir :
ils sont semblables aux anges,
ils sont enfants de Dieu
et enfants de la résurrection.
   Que les morts ressuscitent,
Moïse lui-même le fait comprendre
dans le récit du buisson ardent,
quand il appelle le Seigneur
le Dieu d’Abraham, Dieu d’Isaac, Dieu de Jacob.
   Il n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants.
Tous, en effet, vivent pour lui. »
   Alors certains scribes prirent la parole pour dire :
« Maître, tu as bien parlé. »
   Et ils n’osaient plus l’interroger sur quoi que ce soit.

  – Acclamons la Parole de Dieu.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 6b78e3f8629e71c6911ff3ef2192dce6


commentaire du jour.

La femme aux sept maris
                                                                                                                                 
Cet épisode de l'Évangile se situe vers la fin de la vie de Jésus. De tous côtés on essaie de le prendre au piège de ses propres paroles, et tous ses adversaires se liguent contre lui :

- les pharisiens, maîtres à penser des classes moyennes,
- les politiciens partisans du roi Hérode,
- les sadducéens dont nous parle le texte d'aujourd'hui.

Qui étaient-ils, ces sadducéens ? C'étaient les descendants d'une très vieille famille sacerdotale, celle de Sadoq. (...) Ils revendiquaient la plus haute charge religieuse de la nation, celle de grand prêtre, qui comportait un pouvoir politique. Par exemple le sadducéen Caïphe, qui condamnera Jésus, était à la fois grand prêtre et chef de l'état, sous la tutelle de l'occupant romain. (...).

L'idée de la résurrection des morts, il faut le souligner, était, à l'époque, relativement récente, puisqu'elle n'était apparue clairement, pour la première fois, qu'au deuxième siècle avant le Christ, dans le livre de Daniel et le livre des Martyrs d'Israël (Dn 12,1-3 ; 2 Ma 7,9-11.23.29).

Les pharisiens admettaient la résurrection corporelle; les sadducéens y étaient farouchement opposés, et c'est pourquoi ils arrivent auprès de Jésus avec une histoire montée de toutes pièces. Ils voudraient démontrer à la foule que l'idée de la résurrection est impensable, et par là ils espèrent discréditer l'enseignement de Jésus.

L'exemple, bien sûr, est totalement inventé, pour poser le problème de la résurrection d'une manière embarrassante : « À la résurrection, de qui cette femme sera-t-elle l'épouse ? La Loi ne peut aboutir à des situations aussi absurdes; donc la résurrection n'existe pas ! »

Jésus n'entre pas dans le jeu de ses ennemis, mais il répond successivement sur deux points :

Tout d'abord il rappelle le comment de la résurrection.

(...) selon Jésus, lorsque nous ressusciterons, nous ne deviendrons pas des anges, mais « comme » des anges. Nous aurons un corps de gloire, mais nos désirs ne seront plus les mêmes. Ce qui comptera dans la vie future, ce sera d'être fils et filles de Dieu. Certes, les époux de la terre se retrouveront, mais pour vivre en plénitude ce qu'ils auront cherché à deux sur la terre : l'amour de Dieu. La vie de Dieu sera tellement fascinante et le rayonnement de sa joie tellement intense que les époux, dans la gloire, n'auront de regard que pour Lui et de bonheur qu'en Lui. De même qu'ici-bas la prière inspirée par l'Esprit est au-delà de tous les mots et les contient tous, de même la communion des élus avec Dieu sera au-delà de toutes les amitiés et les contiendra toutes. (...)

Puis Jésus réaffirme solennellement la certitude de la résurrection ; et il va droit à l'essentiel.

Nous ressusciterons parce que la puissance de Dieu nous ressuscitera. (...) « Dieu n'est pas un Dieu de morts, mais de vivants ». Si donc, lors de l'épisode du Buisson ardent, Dieu déclare à Moïse : « Je suis le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac et le Dieu de Jacob », c'est que ces hommes, bien que morts, sont gardés en vie et en dialogue avec Lui, prêts pour la résurrection.

De plus quand Dieu nous ressuscitera, il ne nous rendra pas la même vie, précaire et limitée, qu'auparavant, mais une vie entièrement nouvelle, qui sera une participation à la vie du Christ ressuscité, et donc une communion totale et définitive avec le Dieu vivant.

La question des sadducéens, loin de désarçonner Jésus, lui a donc permis de jeter une lumière nouvelle sur la mort et la vie. Pour Jésus, la vie future de l'homme est d'avance enclose dans la vie de Dieu, et c'est parce que Dieu est vivant que nous vivrons avec lui. Dès lors, pour notre foi la résurrection est certaine, même si ses modalités sont encore entourées de mystère. Nous savons que tout l'homme vivra de la vie nouvelle inaugurée par la victoire du Premier-né, et quand des interrogations montent en nous touchant l'au-delà, notre seul recours est de regarder le Christ qui est venu et d'attendre le Christ qui viendra et qui vient; notre seul réflexe doit être d'écouter de nouveau la parole de Jésus à Marthe :

« Je suis la résurrection. Qui croit en moi, fût-il mort, vivra ;
et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais.
Crois-tu cela ? » (Jn 11,26-26)



Fr. Jean-Christian Lévêque, o.c.d.
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Siteon0-5a7f7

Autre commentaire de ce jour.

« Il n'est pas le Dieu des morts, mais des vivants; tous vivent en effet pour lui »

Aujourd'hui, la parole de Dieu nous parle du sujet capital de la résurrection des morts. Curieusement, comme les Saducéens, nous aussi nous nous exténuons à poser des questions inutiles et mal placées. Nous voulons trouver une solution aux questions de l'au-delà en employant des critères d'ici bas, alors que dans le monde à venir tout sera différent: «Mais ceux qui ont été jugés dignes d'avoir part au monde à venir et à la résurrection d'entre les morts ne se marient pas» (Lc 20,35). Si nous partons de bases erronées nous arriverons à des conclusions erronées.

Si nous nous aimions plus et mieux, cela ne nous étonnerait pas qu'au ciel il n'existe pas cette exclusivité d'amour que nous vivons sur terre, cela se comprend car nous sommes limités, car il nous est difficile de sortir de notre cercle. Mais au ciel nous nous aimerons tous d'un cœur pur, sans jalousie ni envies, et non seulement notre époux ou épouse, nos enfants ou ceux de notre famille, mais tout le monde, sans exception ni discrimination de langue, pays, race ou culture, puisque « l'amour vrai atteint une grand force » (Saint Paulin de Nola)

Il est très salutaire d'entendre ces mots de l'écriture qui sortent de la bouche de Jésus lui-même. Cela nous fait du bien car il se pourrait qu'agités par tant de choses qui ne nous laissent même pas le temps de penser et subissant l'influence de la culture qui nous entoure qui semble nier l'existence de la vie éternelle, nous pourrions en arriver à douter de la résurrection des morts. Oui, cela nous fait du bien que le Seigneur lui-même nous dise qu'il y a un futur au-delà de la destruction de notre corps humain et de ce monde passager : « Quant à dire que les morts doivent ressusciter, Moïse lui-même le fait comprendre dans le récit du buisson ardent, quand il appelle le Seigneur: le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac, le Dieu de Jacob. Il n'est pas le Dieu des morts, mais des vivants; tous vivent en effet pour lui » (Lc 20, 37-38).



Abbé Ramon CORTS i Blay (Barcelona, Espagne)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Pensées pour l'évangile d'aujourd'hui

« Si je ressuscitais en un corps spirituel, ce ne serait plus moi qui ressusciterait : comment pourrait-il en effet y avoir une véritable résurrection si ma chair n’était pas une vraie chair ? » (Saint Grégoire le Grand)

« Mais sur cette terre déjà, dans la prière, dans les Sacrements, dans la fraternité, nous rencontrons Jésus et son amour, et ainsi, nous pouvons avoir un avant-goût de la vie ressuscitée » (François)

« "Qu’est-ce que "ressusciter" ? (…). Dieu dans sa Toute-Puissance rendra définitivement la vie incorruptible à nos corps en les unissant à nos âmes, par la vertu de la Résurrection de Jésus » (Catéchisme de l’Eglise Catholique, nº 997)








*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 5b23299d




*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Gif-an10

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Deus_abba_omnipotens_pater_gloire_au_pere_et_a_son_amour_mere_eugenie_ravasio*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Trinite-et-marie-5a699c*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 LA%2BSANTA%2BTRINIDAD%2BY%2BMARIA

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !


Je T'aime Dieu ma Force, mon Bonheur et mon Unique Espérance !

Sub tuam misericordiam confugimus, Dei Genitrix !


Dernière édition par Lumen le Mar 22 Nov 2022 - 14:20, édité 1 fois (Raison : Logo Carmel.asso.fr)
Lumen
Lumen

Date d'inscription : 09/11/2021
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Empty Re: *Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe

Message par Lumen Dim 20 Nov 2022 - 16:49

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez
comme est bon le seigneur !
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Am17412


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 F3e10a12debfc8f4c29c1cf8bfed0b16


Eucharistie du Dimanche 20 Novembre 2022
Solennité de la Fête de Jésus-Christ,
Roi de l’Univers visible et invisible, Année C.


Dédicace de la cathédrale Notre-Dame de la Sède,
Anniversaire de la consécration de la cathédrale
de Tarbes
Saint Edmond le Martyr, Roi d'Est-Anglie (841-870).
Bienheureuse Marie-Fortunata Viti, Moniale
Bénédictine à Veroli dans le Latium (1827-1922).
Bienheureux Martyrs du Mexique, Joseph Anaclet
Gonzales Flores et ses compagnons, Martyrs au
Mexique (1927-1928)
Bienheureuses Marie des Miracles (Ortells Gimeno),
Angèle de Saint-Joseph (Françoise Loret Marti) et
leurs compagnes, Clarisses et Martyres (+ 1936).
Vénérable Ovide Charlebois, Évêque canadien (+1933).



NOMINIS : Saints, Saintes et Fêtes du Jour
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(h tt p s : // nominis . cef . fr)








Textes de la messe du jour

PREMIÈRE LECTURE :
« Ils donnèrent l’onction à David pour
le faire roi sur Israël » (2 S 5, 1-3)


Lecture du deuxième livre de Samuel

En ces jours-là,
   toutes les tribus d’Israël vinrent trouver David à Hébron
et lui dirent :
« Vois ! Nous sommes de tes os et de ta chair.
   Dans le passé déjà, quand Saül était notre roi,
c’est toi qui menais Israël en campagne et le ramenais,
et le Seigneur t’a dit :
‘Tu seras le berger d’Israël mon peuple,
tu seras le chef d’Israël.’ »
   Ainsi, tous les anciens d’Israël
vinrent trouver le roi à Hébron.
Le roi David fit alliance avec eux, à Hébron,
devant le Seigneur.
Ils donnèrent l’onction à David
pour le faire roi sur Israël.

   – Parole du Seigneur.


PSAUME :
(Ps 121 (122), 1-2, 3-4, 5-6)

R/ Dans la joie, nous irons
à la maison du Seigneur.
(cf. Ps 121, 1)

Quelle joie quand on m’a dit :
« Nous irons à la maison du Seigneur ! »
Maintenant notre marche prend fin
devant tes portes, Jérusalem !

Jérusalem, te voici dans tes murs :
ville où tout ensemble ne fait qu’un !
C’est là que montent les tribus, les tribus du Seigneur,
là qu’Israël doit rendre grâce au nom du Seigneur.

C’est là le siège du droit,
le siège de la maison de David.
Appelez le bonheur sur Jérusalem :
« Paix à ceux qui t’aiment ! »


DEUXIÈME LECTURE :
« Dieu nous a placés dans le Royaume
de son Fils bien-aimé » (Col 1, 12-20)


Lecture de la lettre de saint Paul
Apôtre aux Colossiens

Frères,
   rendez grâce à Dieu le Père,
qui vous a rendus capables
d’avoir part à l’héritage des saints,
dans la lumière.
   Nous arrachant au pouvoir des ténèbres,
il nous a placés dans le Royaume de son Fils bien-aimé :
   en lui nous avons la rédemption,
le pardon des péchés.

   Il est l’image du Dieu invisible,
le premier-né, avant toute créature :
   en lui, tout fut créé,
dans le ciel et sur la terre.
Les êtres visibles et invisibles,
Puissances, Principautés,
Souverainetés, Dominations,
tout est créé par lui et pour lui.
   Il est avant toute chose,
et tout subsiste en lui.

   Il est aussi la tête du corps, la tête de l’Église :
c’est lui le commencement,
le premier-né d’entre les morts,
afin qu’il ait en tout la primauté.
   Car Dieu a jugé bon
qu’habite en lui toute plénitude
   et que tout, par le Christ,
lui soit enfin réconcilié,
faisant la paix par le sang de sa Croix,
la paix pour tous les êtres
sur la terre et dans le ciel.

   – Parole du Seigneur.


ÉVANGILE :
« Jésus, souviens-toi de moi quand tu viendras
dans ton Royaume » (Lc 23, 35-43)


Alléluia. Alléluia.
Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur.
Béni soit le Règne qui vient, celui de David notre père.
Alléluia. (cf. Mc 11, 9b.10a)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

 En ce temps-là,
on venait de crucifier Jésus,
           et le peuple restait là à observer.
Les chefs tournaient Jésus en dérision et disaient :
« Il en a sauvé d’autres :
qu’il se sauve lui-même,
s’il est le Messie de Dieu, l’Élu ! »
   Les soldats aussi se moquaient de lui ;
s’approchant, ils lui présentaient de la boisson vinaigrée,
   en disant :
« Si tu es le roi des Juifs,
sauve-toi toi-même ! »

Il y avait aussi une inscription au-dessus de lui :
« Celui-ci est le roi des Juifs. »
   L’un des malfaiteurs suspendus en croix
l’injuriait :
« N’es-tu pas le Christ ?
Sauve-toi toi-même, et nous aussi ! »
   Mais l’autre lui fit de vifs reproches :
« Tu ne crains donc pas Dieu !
Tu es pourtant un condamné, toi aussi !
   Et puis, pour nous, c’est juste :
après ce que nous avons fait,
nous avons ce que nous méritons.
Mais lui, il n’a rien fait de mal. »
   Et il disait :
« Jésus, souviens-toi de moi
quand tu viendras dans ton Royaume. »
   Jésus lui déclara :
« Amen, je te le dis :
aujourd’hui, avec moi, tu seras dans le Paradis. »

   – Acclamons la Parole de Dieu.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Christ12


commentaire du jour.


Christ, Roi de l’Univers; Luc 23,35-43
                                                                                                                                 
Au temps du Christ, quand on menait un homme au supplice, sur tout le parcours jusqu’au lieu de l’exécution le condamné portait une pancarte blanche, ou encore on la faisait porter devant lui. On y inscrivait en lettres noires ou rouges le motif du châtiment.

C’est ainsi qu’on a pu lire, fixée au-dessus de la croix de Jésus, une inscription avec ces quelques mots méprisants : « Ho basileus tôn Ioudaiôn houtos : cet individu est le roi des Juifs ».

Or, à cette même époque, la région appelée Palestine n’était pas sans roi. Elle en avait même deux : Hérode Antipas (4 av. - 39 ap.) en Galilée et en Transjordanie, et Philippe (4 av.- 34 ap.) dans le Golan.

Seule la Judée, avec Jérusalem, était contrôlée directement par le procurateur romain.

Si les juges de Jésus, en particulier le romain, avait pu retenir contre lui ce grief politique : « Il a voulu se faire roi », c’est que spontanément, durant la vie publique de Jésus, beaucoup de croyants, surtout dans le peuple, avaient reconnu en lui le Messie attendu par Israël, et un Messie Roi. On espérait que Jésus prendrait en main les destinées politiques du pays, lui qui avait su nourrir toute une foule en pleine campagne. On attendait de lui qu’il secoue le joug de l’occupant et qu’il redonne à son peuple l’indépendance d’autrefois.

Jésus, lui, se méfiait de cet enthousiasme et de ce que les gens mettaient sous le titre : Messie, fils de David. Fils de David, il l’était; Messie, il l’était, lui l’Envoyé de Dieu; mais il ne voulait pas qu’on l’assimile aux rois terrestres. C’est pourquoi, au cours de son procès, il répondra à Pilate : « Ma royauté n’est pas de ce monde » (Jn 18,36).

La scène de la crucifixion nous permet de mesurer à la fois la force de l’espérance que Jésus avait suscitée et le désarroi de la foule devant un Messie crucifié.

Saint Luc nous décrit quatre groupes d’hommes autour de la croix : le peuple, qui regarde ; les chefs juifs, qui ricanent ; les soldats romains, qui se moquent. Jésus en croix est bien, comme le dira Paul, « un scandale pour les Juifs et une folie pour les païens » (1 Co 1,23). Quant au quatrième groupe, ce sont les deux malfaiteurs crucifiés avec Jésus : l’un se révolte et fait chorus avec les moqueurs, le second espère, et se désolidarise de la haine.

À quatre reprises revient le verbe sauver, en liaison avec le nom de Messie (Christ) ou de roi :

« Il en a sauvé d’autres, qu’il se sauve lui-même, s’il est le Christ, l’Élu ! »
« Si tu es le roi des Juifs, sauve-toi toi-même ! »
« N’es-tu pas le Christ ? Sauve-toi toi-même, et nous aussi ! »

Sans le savoir, sans s’en douter, ces hommes qui défient Jésus nous orientent vers l’essentiel du mystère de ses souffrances et de sa mort : Jésus ne veut pas se sauver de la croix, parce qu’il veut nous sauver par sa croix, par l’amour qu’il donne au Père sur la croix. Car c’est l’amour qui est force de salut, et non la souf-france par elle-même.

Nous tenons là, face à Jésus souffrant, une lumière qui éclaire notre propre destin et le destin de tous ceux que nous aimons. Jésus ne nous sauve pas de la croix, de notre croix, mais il nous sauve par sa croix, c’est-à-dire par l’amour qu’il nous a prouvé sur la croix; et il nous offre de faire à notre tour de notre croix une preuve d’amour.

Il nous a dit lui-même : « Celui qui veut me suivre, qu’il prenne sa croix ». Où est-elle, notre croix ? - C’est le réel de notre existence, le quotidien de nos vies, tout autant que les grandes épreuves; c’est ce que nous avons à porter pour rester fidèles à Jésus Christ et pour le servir dans nos frères, et puis aussi tout ce que nous assumons librement par amour pour mieux reproduire l’image du Fils Premier-né.

Jésus nous redit : « Prends ta croix, la croix de ton combat pour l’authenticité chrétienne, la croix de ton effort de charité, la croix de ton souci missionnaire; je vais te montrer comment la porter par amour. »

C’est ainsi que notre vie est livrée au Christ, Roi de l’univers, et vécue au compte de l’Envoyé de Dieu : notre vie n’est plus à nous-mêmes, mais à celui qui pour nous est mort et ressuscité, le Premier-né d’entre les morts. Et cette destinée pascale, inscrite déjà dans notre baptême, est la même, fondamenta-lement, pour toutes les filles de Dieu, pour une mère de famille comme pour une carmélite, pour une étudiante comme pour une employée, pour une jeune en recherche comme pour une aïeule qui achève sa vie. C’est dans le quotidien que l’on acquiesce à la volonté du Père et que l’on rencontre la croix; c’est dans le quotidien que l’on dit à Dieu son amour. Car c’est bien d’amour et de joie chrétienne qu’il s’agit.

C’est dans notre vie de tous les jours que le Christ Messie veut être roi, parce qu’il est roi avant tout sur des cœurs libres. Sa royauté n’est pas de ce monde : elle ne remplace pas les structures politiques, elle ne s’impose ni par la force ni par l’asservissement des consciences. La royauté de Jésus, c’est le rayonnement universel de sa parole, c’est l’illumination de chaque cœur de croyant, c’est l’incendie de la charité jusqu’aux confins de la terre, à commencer par l’incendie de notre cœur, où tout doit prendre feu « pour la gloire de Dieu et le salut du monde ».


Fr. Jean-Christian Lévêque, o.c.d.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Siteon0-5a7f7


Autre commentaire de ce jour.

Celui-ci est le Roi des Juifs

Aujourd'hui, l'Évangile nous fait soulever les yeux vers la Croix sur laquelle Le Christ agonise au Calvaire.
Là, nous voyons le Bon Berger qui donne sa vie pour ses brebis. Placée au-dessus de sa tête, une inscription dit : « Celui-ci est le roi des Juifs » (Lc 23,38).
Celui-ci, qui souffre atrocement et dont le visage est si défiguré, peut-t-il vraiment être le Roi?
Comment est-ce possible?
Le bon larron, un des deux malfaiteurs suspendus à la croix à droite et à gauche de Jésus, l'a parfaitement compris.
Il lui dit, d'une voix suppliante : « Jésus, souviens-toi de moi quand tu viendras inaugurer ton Règne » (Lc 23,42).
La réponse de Jésus est réconfortante et assurée: «Amen, je te le déclare: aujourd'hui, avec Moi, tu seras dans le Paradis» (Lc 23,43).

Oui, avouons donc que Jésus est le Roi. "Roi" avec majuscule. Personne ne sera jamais à la hauteur de sa puissance.
Le Règne de Jésus n'est pas de ce monde. C'est un Règne où l'on entre par la conversion Chrétienne.
Un Règne de vérité et de vie, Règne de sainteté et de grâce, Règne de Justice, d'Amour et de Paix. Un Règne qui est naît du Sang et de l'eau qui jaillirent du côté de Jésus-Christ.

Le Règne de Dieu fût le sujet principal du prêche du Seigneur. Il invitait tout le monde sans cesse à y entrer.
Un jour, dans le Sermon sur la montagne, Il a proclamé « bienheureux les pauvres d'esprit, parce qu'à eux appartient le Royaume des Cieux ».

Origène, en glosant ces paroles de Jésus « En effet, voilà que le Règne de Dieu est au milieu de vous » (Lc 17,21), explique que « celui qui prie pour que vienne le Royaume de Dieu prie avec raison qu'en lui s'élève, fructifie, s'achève le Règne de Dieu ».
Et il ajoute que « le Royaume de Dieu en nous, alors que nous progressons toujours, atteindra sa perfection, quand s'accomplira la parole de l'apôtre : lorsqu'Il aura soumis tous Ses ennemis, Le Christ remettra le Royaume à Dieu le Père, afin que Dieu soit tout en tous ».
L'auteur nous exhorte à dire toujours « Que ton nom soit sanctifié, que ton Règne vienne ».

Vivons d'ores et déjà le Règne avec sainteté, et témoignons de lui avec la Charité qui authentifie la Foi et l'Espérance.



Abbé Joan GUITERAS i Vilanova (Barcelona, Espagne).
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Pensées pour l'évangile d'aujourd'hui

« Entre les hommes, le châtiment suit la confession ; en revanche, devant Dieu, le salut suit la confession » (saint Jean Chrysostome)

« La promesse de Jésus au bon larron nous ouvre un grand espoir. Le Seigneur donne toujours plus, il est si généreux, il donne toujours plus que ce qu’on lui demande : tu lui demandes qu’il pense à toi et il t’emmène dans son Royaume » (François)

« (…) La parabole du pauvre Lazare et la parole du Christ en Croix au bon larron (cf. Lc 23,43) (…) parlent d’une destinée ultime de l’âme (cf. Mt 16, 26) qui peut être différente pour les unes et pour les autres » (Catéchisme de l’Eglise catholique, n° 1.021)









*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 5b23299d




*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Gif-an10

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Deus_abba_omnipotens_pater_gloire_au_pere_et_a_son_amour_mere_eugenie_ravasio*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Trinite-et-marie-5a699c*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 LA%2BSANTA%2BTRINIDAD%2BY%2BMARIA

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !


Je T'aime Dieu ma Force, mon Bonheur et mon Unique Espérance !

Sub tuam misericordiam confugimus, Dei Genitrix !
Lumen
Lumen

Date d'inscription : 09/11/2021
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Empty Re: *Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe

Message par Lumen Mar 22 Nov 2022 - 14:51

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez
comme est bon le seigneur !
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Am17412


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 F3e10a12debfc8f4c29c1cf8bfed0b16


Eucharistie du Lundi 21 Novembre 2022
Lundi de la 34ème semaine du Temps Ordinaire (Année paire).

Fête de la Présentation de la Très Sainte Vierge Marie au Temple.

Saint Gélase Ier, Pape (49ème) de 492 à 496 (+ 496).
Saint Dimitri de Rostov, Higoumène en Ukraine
puis métropolite de Rostov (+ 1709)
Bienheureuse Françoise Siedliska, Fondatrice des
religieuses de la Sainte Famille de Nazareth (+ 1902)
Bienheureuse Clelia Merloni, Fondatrice italienne
de l'Institut de l'Apostolat du Sacré-Cœur de Jésus (+ 1930)
Vénérable Emmmanuel d'Alzon, Fondateur des
Augustins et des Oblates de l'Assomption (+ 1880)
Vénérable Julia Navarrete Guerrero, Religieuse
méxicaine fondatrice des Filles de la Très Pure
Vierge Marie (+ 1974)


NOMINIS : Saints, Saintes et Fêtes du Jour
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(h tt p s : // nominis . cef . fr)





Textes de la messe du jour

PREMIÈRE LECTURE :
« Ils portent, inscrits sur leur front, le nom du
Christ et celui de son Père » (Ap 14, 1-3.4b-5)


Lecture de l'Apocalypse de saint Jean, Apôtre

Moi, Jean,
   j’ai vu :
et voici que l’Agneau se tenait debout sur la montagne de Sion,
et avec lui les cent quarante-quatre mille
qui portent, inscrits sur leur front,
le nom de l’Agneau et celui de son Père.
   Et j’ai entendu une voix venant du ciel
comme la voix des grandes eaux
ou celle d’un fort coup de tonnerre ;
mais cette voix que j’entendais
était aussi comme celle des joueurs de cithare
qui chantent et s’accompagnent sur leur cithare.
   Ils chantent un cantique nouveau devant le Trône,
et devant les quatre Vivants et les Anciens.
Personne ne pouvait apprendre ce cantique
sinon les cent quarante-quatre mille,
ceux qui ont été rachetés et retirés de la terre.
   Ceux-là suivent l’Agneau partout où il va ;
ils ont été pris d’entre les hommes,
achetés comme prémices pour Dieu et pour l’Agneau.
   Dans leur bouche, on n’a pas trouvé de mensonge ;
ils sont sans tache.

           – Parole du Seigneur.


PSAUME :
(Ps 23 (24), 1-2, 3-4ab, 5-6)

R/ Voici le peuple de ceux qui cherchent
ta face, Seigneur.
(Ps 23, 6)

Au Seigneur, le monde et sa richesse,
la terre et tous ses habitants !
C’est lui qui l’a fondée sur les mers
et la garde inébranlable sur les flots.

Qui peut gravir la montagne du Seigneur
et se tenir dans le lieu saint ?
L’homme au cœur pur, aux mains innocentes,
qui ne livre pas son âme aux idoles.

Il obtient, du Seigneur, la bénédiction,
et de Dieu son Sauveur, la justice.
Voici le peuple de ceux qui le cherchent !
Voici Jacob qui recherche ta face !


ÉVANGILE :  
« Jésus vit une veuve misérable mettre deux
petites pièces de monnaie » (Lc 21, 1-4)


Alléluia. Alléluia.
Veillez, tenez-vous prêts :
c’est à l’heure où vous n’y pensez pas
que le Fils de l’homme viendra.
Alléluia. (Mt 24, 42a.44)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là,
comme Jésus enseignait dans le Temple,
   levant les yeux, il vit les gens riches
qui mettaient leurs offrandes dans le Trésor.
   Il vit aussi une veuve misérable
y mettre deux petites pièces de monnaie.
   Alors il déclara :
« En vérité, je vous le dis :
cette pauvre veuve a mis plus que tous les autres.
   Car tous ceux-là, pour faire leur offrande,
ont pris sur leur superflu
mais elle, elle a pris sur son indigence :
elle a mis tout ce qu’elle avait pour vivre. »

  – Acclamons la Parole de Dieu.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 C65221715ee6896544647c3d9c5704a8


commentaire du jour.

En vérité, je vous le dis : cette pauvre veuve a mis
plus que tout le monde.
                                                                                                                                 
L’adresse du discours de Jésus ne laisse aucune ambiguïté : « en vérité je vous le dis ». C’est à nous que Jésus s’adresse personnellement, c’est à nous qu’il donne cette veuve en exemple, à nous qu’il livre la mise en garde associée.

La première exigence pour nous est celle de l’écoute. En effet, il faut être particulièrement vigilant pour remarquer la scène que Jésus porte à notre attention. On voit beaucoup de monde dans le temple. Beaucoup d’allers et venues. Beaucoup d’ostentation. Des gens importants, des gens qui apportent de riches offrandes. Beaucoup d’hommes et d’animaux. Des marchands et des prêtres, des pèlerins et des badauds. Et une veille femme.

On entend également beaucoup de bruit dans le temple. Beaucoup de cris et de prières, de lamentations et de discussions. Des pas qui se pressent, des sabots qui résistent. Des pièces d’or et des vases sacrés. Et deux piécettes qui tombent dans un tronc.

« Levant les yeux » sur les réalités d’en haut, Jésus ne voit que cette vieille femme, il n’entend que ces deux piécettes.

« Cette pauvre veuve a mis plus que tout le monde », affirme-t-il. Certes non, dirait l’évidence : deux fois dix centimes !
Mais Jésus n’a pas le même regard que nous. Nous, nous évaluons ce que nous donnons. Nous le comptons en fonction de ce qu’il nous a coûté, de ce à quoi nous avons renoncé, de ce à quoi nous aurions pu prétendre.
A nos propres yeux, notre don dit notre valeur, nos moyens, nos qualités ou tout au moins notre générosité.
Cependant Jésus ne regarde pas ce que nous donnons, mais ce que nous gardons. Voilà ce qui fait la différence entre la vieille femme et les riches qui déposent leur offrande dans le trésor : elle n’a rien gardé. « Aimer, c’est tout donner » reprend en écho Sainte Thérèse.

Jésus nous alerte ainsi sur le danger qu’il y a à pervertir la dynamique du don de soi. Elle peut devenir, par nos calculs experts, une subtile machine à faire du profit, que ce soit en termes de réputation, d’autosatisfaction ou de reconnaissance de soi.
Pire, comme c’est le cas pour les scribes de l’Évangile, en espèces sonnantes et trébuchantes.

A l’exemple de cette femme que Jésus désigne, celui qui donne comme Dieu aime qu’on le fasse, ne compte que sur Le Seigneur.
On ne peut tout donner que lorsqu’on a déjà rencontré Dieu dans sa providence ; on ne peut risquer une telle vulnérabilité que lorsqu’on a placé sa confiance dans Le Seigneur qui est notre rempart ; on ne peut oser une telle dépendance qu’après avoir découvert le Père, source de tous bienfaits.

Or il ne se révèle que dans le silence de nos vies. Préparons donc nos cœurs à sa rencontre en fuyant le tumulte qui les agite, les pensées futiles et les calculs mesquins, les projets insipides et les vaines rivalités, pour découvrir la source de tout Amour qui se livre à nous sans rien attendre en retour et sans rien retenir pour lui.

Seigneur Jésus, tu vas te donner à nous dans cette Eucharistie, sans rien retenir pour toi, en désirant nous combler de ta grâce.
Donne-nous de t’accueillir comme tu te donnes, sans rien retenir pour nous, en ne gardant dans nos cœurs aucun attachement qui puisse faire obstacle à ta venue.
Nous t’avons fêté comme notre roi, viens régner dans nos vies.



Frère Dominique, Moine de la Famille de Saint Joseph.
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 LOGO_FSJ_2017.png


Autre commentaire de ce jour.

Elle a pris sur son indigence : elle a donné tout ce qu'elle avait pour vivre

Aujourd'hui, comme toujours il y a des petites choses qui passent inaperçues, petites aumônes, petits sacrifices, petites prières (jaculatoires), mais ce qui semble petit et sans importance constitue parfois la matière ainsi que la finition des chefs d'œuvre: il en est ainsi des chefs d'œuvre en art et de l'œuvre maximale de la sainteté personnelle.

Du fait qu'elles passent inaperçues, l'honnête intention de ces petites choses est garantie: en les accomplissant nous ne cherchons pas la reconnaissance d'autrui ni la gloire humaine.
Seul Dieu les découvrira dans nos cœurs, ainsi que Jésus est le seul à reconnaître la générosité de la veuve.
Il est quasiment certain que la pauvre femme n'a pas annoncé son geste par une fanfare de trompettes et il se pourrait même qu'elle ait eu honte et se soit sentie ridicule face au regard des riches qui donnaient des sommes importantes et se vantaient de cela.

Néanmoins, sa générosité, qui lui donne des forces au milieu de son indigence, a mérité l'éloge du Seigneur qui voit dans le cœur des hommes:
« En vérité, je vous le dis: cette pauvre veuve a mis plus que tout le monde. Car tous ceux-là ont pris sur leur superflu pour faire leur offrande, mais elle, elle a pris sur son indigence: elle a donné tout ce qu'elle avait pour vivre » (Lc 21, 3-4).

La générosité de la pauvre veuve est une bonne leçon pour nous tous, les disciples du Christ. Nous pouvons donner beaucoup, comme les riches « les gens riches qui mettaient leurs offrandes dans le tronc du trésor » (Lc 21,1) mais rien de cela n'aura de la valeur si nous donnons "des restes", sans amour ni esprit de générosité, sans faire une offrande de nous-mêmes.
Saint Augustin nous dit : « Ils regardaient les grandes offrandes des riches, en les louant pour cela. Même si après ils ont vu la veuve, combien d'entre eux ont vu ses deux piécettes ? Elle a donné tout ce qu'elle possédait. Et elle avait beaucoup car elle avait Dieu dans son cœur. Mieux vaut avoir Dieu dans son âme que de l'or dans le tronc du trésor ».
Et c'est vrai: si nous sommes généreux avec Dieu, Il le sera encore plus avec nous.



Abbé Àngel Eugeni PÉREZ i Sánchez (Barcelona, Espagne).
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Pensées pour l'évangile d'aujourd'hui

« Ne comptez jamais les pièces que vous donnez, parce que moi je vous dis toujours : si quand vous donnez l’aumône la main gauche ne doit pas savoir ce que fait la droite, la droite non plus ne doit pas le savoir » (Saint Joseph-Benoît Cottolengo)

« L’Ecriture nous invite à considérer l’aumône avec un regard plus profond, qui transcende la dimension purement matérielle, elle nous enseigne qu’il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir » (Benoît XVI)

« Le dixième commandement défend la cupidité déréglée, née de la passion immodérée des richesses et de leur puissance » (Catéchisme de l’Eglise Catholique, n° 2.552)








*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 5b23299d




*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Gif-an10

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Deus_abba_omnipotens_pater_gloire_au_pere_et_a_son_amour_mere_eugenie_ravasio*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Trinite-et-marie-5a699c*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 LA%2BSANTA%2BTRINIDAD%2BY%2BMARIA

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !


Je T'aime Dieu ma Force, mon Bonheur et mon Unique Espérance !

Sub tuam misericordiam confugimus, Dei Genitrix !

Lumen
Lumen

Date d'inscription : 09/11/2021
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Empty Re: *Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe

Message par Lumen Mar 22 Nov 2022 - 16:06

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez
comme est bon le seigneur !
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Am17412


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 F3e10a12debfc8f4c29c1cf8bfed0b16


Eucharistie du Mardi 22 Novembre 2022
Mardi de la 34ème semaine du Temps Ordinaire (Année paire).


Sainte Cécile de Rome, Vierge et Martyre († 230).
- Mémoire obligatoire
Bienheureux Thomas (Tommaso) Reggio. Archevêque
de Gênes et Fondateur de la Congrégation des
Sœurs de Sainte-Marthe (1818-1901).
Vénérable Nunzio Russo, Prêtre, Fondateur de la
Congrégation des Filles de la Croix (+ 1906)


NOMINIS : Saints, Saintes et Fêtes du Jour
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(h tt p s : // nominis . cef . fr)





Textes de la messe du jour

PREMIÈRE LECTURE :
« Elle est venue, l’heure de la moisson,
car la moisson de la terre se dessèche »
(Ap 14, 14-19)


Lecture de l'Apocalypse de saint Jean, Apôtre

Moi, Jean,
   j’ai vu :
et voici une nuée blanche,
et sur cette nuée, quelqu’un siégeait,
qui semblait un Fils d’homme.
Il avait sur la tête une couronne d’or
et, à la main, une faucille aiguisée.
   Un autre ange sortit du Sanctuaire.
Il cria d’une voix forte à celui qui siégeait sur la nuée :
« Lance ta faucille et moissonne :
elle est venue, l’heure de la moisson,
car la moisson de la terre se dessèche. »
   Alors, celui qui siégeait sur la nuée
jeta la faucille sur la terre,
et la terre fut moissonnée.

   Puis un autre ange sortit du Sanctuaire qui est dans le ciel ;
il avait, lui aussi, une faucille aiguisée.
   Un autre ange encore sortit, venant de l’autel ;
il avait pouvoir sur le feu.
Il interpella d’une voix forte
celui qui avait la faucille aiguisée :
« Lance ta faucille aiguisée,
et vendange les grappes de la vigne sur la terre,
car les raisins sont mûrs. »
   L’ange, alors, jeta la faucille sur la terre,
il vendangea la vigne de la terre
et jeta la vendange dans la cuve immense de la fureur de Dieu.

           – Parole du Seigneur.


PSAUME :
(Ps 95 (96), 10, 11-12a, 12b-13ab, 13bcd)

R/ Il vient, le Seigneur,
il vient pour juger la terre.
(cf. Ps 95, 13)

Allez dire aux nations : « Le Seigneur est roi ! »
Le monde, inébranlable, tient bon.
Il gouverne les peuples avec droiture.

Joie au ciel ! Exulte la terre !
Les masses de la mer mugissent,
la campagne tout entière est en fête.

Les arbres des forêts dansent de joie
devant la face du Seigneur, car il vient,
car il vient pour juger la terre.

Le Seigneur vient pour juger la terre.
Il jugera le monde avec justice,
et les peuples selon sa vérité !


ÉVANGILE :  
« Il n’en restera pas pierre sur pierre » (Lc 21, 5-11)


Alléluia. Alléluia.
Sois fidèle jusqu’à la mort, dit le Seigneur,
et je te donnerai la couronne de la vie.
Alléluia. (Ap 2, 10)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là,
   comme certains parlaient du Temple,
des belles pierres et des ex-voto qui le décoraient,
Jésus leur déclara :
   « Ce que vous contemplez,
des jours viendront
où il n’en restera pas pierre sur pierre :
tout sera détruit. »
   Ils lui demandèrent :
« Maître, quand cela arrivera-t-il ?
Et quel sera le signe que cela est sur le point d’arriver ? »
   Jésus répondit :
« Prenez garde de ne pas vous laisser égarer,
car beaucoup viendront sous mon nom,
et diront : “C’est moi”,
ou encore : “Le moment est tout proche.”
Ne marchez pas derrière eux !
   Quand vous entendrez parler de guerres et de désordres,
ne soyez pas terrifiés :
il faut que cela arrive d’abord,
mais ce ne sera pas aussitôt la fin. »

   Alors Jésus ajouta :
« On se dressera nation contre nation,
royaume contre royaume.
   Il y aura de grands tremblements de terre
et, en divers lieux, des famines et des épidémies ;
des phénomènes effrayants surviendront,
et de grands signes venus du ciel. »

  – Acclamons la Parole de Dieu.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 544855c496b13f67f84ef4e68b0b7a2a


commentaire du jour.

« Ce que vous contemplez, des jours viendront où il n’en restera
pas pierre sur pierre : tout sera détruit. »
                                                                                                                                 
« Certains disciples de Jésus parlaient du Temple, admirant la beauté des pierres et les dons des fidèles.
Jésus leur dit : ‘Ce que vous contemplez, des jours viendront où il n'en restera pas pierre sur pierre : tout sera détruit’
».
Devant la grandeur, le faste et le luxe du Temple, on comprend que ces paroles de Jésus avaient de quoi apparaître comme blasphématoires aux Juifs de l’époque. D’ailleurs elles seront le motif de sa condamnation.

Dans le cas présent, l’auditoire de Jésus y voit une prédiction de la fin du monde et se presse pour le questionner afin de savoir quand cela se réalisera : « Maître, quand cela arrivera-t-il, et quel sera le signe que cela va se réaliser ? »
Jésus ne va pas répondre à leur demande tout simplement parce que le plus important n’est pas là : « Prenez garde de ne pas vous laisser égarer, car beaucoup viendront sous mon nom en disant : 'C'est moi', ou encore : 'Le moment est tout proche.' Ne marchez pas derrière eux !

Quand vous entendrez parler de guerres et de soulèvements, ne vous effrayez pas : il faut que cela arrive d'abord, mais ce ne sera pas tout de suite la fin.
»
La question n’est pas tant de savoir quand le monde doit finir et quand se produira la Parousie mais bien plutôt de savoir si je serais prêt à reconnaître et à accueillir dans ma vie le Ressuscité s’il se présentait à moi ici et maintenant !
Voilà pourquoi Jésus associe les signes de la fin des temps et la destruction de Jérusalem avec ceux de sa Parousie.

Mais attention, si guetter avec frénésie le retour glorieux du Seigneur se révèlerait être un piège, il en serait de même de tomber dans une sorte de désenchantement n’attendant et n’espérant plus rien y compris le retour glorieux de Notre Seigneur.
En réalité, les deux tentations sont là tapies à notre porte. Il s’agit pour nous à la fois de désirer la venue du Seigneur et d’ordonner notre agir à ce désir.

Pour nous exhorter à cette persévérance et à cette vigilance dans notre désir de sa venue glorieuse, Jésus s’exprimera un peu plus loin par ces mots : « Tenez-vous sur vos gardes, de peur que vos cœurs ne s’appesantissent dans la débauche, l’ivrognerie, les soucis de la vie, et que ce Jour-là ne fonde soudain sur vous comme un filet ; car il s’abattra sur tous ceux qui habitent la surface de la Terre.
Veillez donc et priez en tout temps, afin d’avoir la force d’échapper à ce qui doit arriver, et de vous tenir debout devant Le Fils de l’Homme
» (Lc 21, 34-36).

« Seigneur, daigne, selon la richesse de ta Gloire, nous armer de puissance par Ton Esprit pour que se fortifie en nous l’homme intérieur et que nous demeurions vigilants dans le combat.

Seigneur Jésus-Christ, habite dans nos cœurs par la Foi et enracine-nous dans l’Amour (Cf. Eph 3, 16).
Que nous ne perdions jamais le souvenir de ta présence agissante en nos vies pour que le jour où tu te présenteras, nous puissions te reconnaître et te choisir pour l’éternité.
»



Frère Elie, Moine de la Famille de Saint Joseph.
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 LOGO_FSJ_2017.png


Autre commentaire de ce jour.

« Des jours viendront où il n'en restera pas pierre sur pierre »

Aujourd'hui, nous écoutons étonnés le sévère avertissement du Seigneur : « Ce que vous contemplez, des jours viendront où il n'en restera pas pierre sur pierre: tout sera détruit » (Lc 21,6).
Ces paroles de Jésus sont aux antipodes d'une autre qui se nomme "culture du progrès infini de l'humanité" ou plutôt de quelques petits cerveaux technoscientifiques et politico-militaires de l'espèce humaine, en une imparable évolution.

À partir d'où ? Jusqu'où ? Ça, personne ne le sait ni ne peut le savoir, à l'exception, en dernière instance, d'une soi-disant matière éternelle qui nie Dieu en usurpant ses attributs.
Comme ils essaient de nous faire communier à des roues de moulin ceux qui rejettent la communion avec la finitude et la précarité propres de la condition humaine!

Nous, les disciples du Fils de Dieu fait homme, de Jésus, nous écoutons ses paroles et, les faisant nôtre, nous les méditons.
Voici ce qu'Il nous dit : « Prenez garde de ne pas vous laisser égarer » (Lc 21,8). C'est Celui qui est venu rendre témoignage à la vérité qui nous le dit, en affirmant que ceux qui sont dans la vérité écoutent sa voix.

Et voici encore qu'Il nous assure : « Ce ne sera pas tout de suite la fin » (Lc 21,9). Ce qui veut dire, d'un côté, que nous disposons d'un temps pour nous sauver et qu'il nous appartient d'en profiter; et, d'un autre côté, qu'en en tout cas la fin viendra.
Oui, Jésus viendra « juger les vivants et les morts », comme nous le confessons dans le Credo.

Lecteurs de Contempler l'Évangile d'aujourd'hui, chers frères et amis : quelques versets plus loin, Jésus nous encourage et nous console par ces autres paroles qu'en son Nom je vous répète : « Celui qui persévèrera jusqu’au bout sera sauvé » (Lc 21,19).

En une résonnance cordiale, exhortons-nous les uns les autres avec l'énergie d'un hymne chrétien catalan: « Persévérons, car nous touchons déjà la cime de la main ! ».



+ Abbé Antoni ORIOL i Tataret (Vic, Barcelona, Espagne).
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Pensées pour l'évangile d'aujourd'hui

« Pour éviter toute question indiscrète de ses disciples sur le moment de son avènement, le Christ a déclaré : "Il ne vous appartient pas de connaître les jours et les temps". Il a voulu nous cacher cela pour nous maintenir en état de veille » (Saint Ephrem le Syrien)

« La suspension du sacrifice quotidien et la destruction du Temple ont dû provoquer une terrible commotion. Dieu, qui avait mis son nom dans ce Temple et qui mystérieusement y habitait, l’abandonna ; ce n’était plus sa demeure sur terre. L’Ancien Testament devait ainsi être compris d’une nouvelle manière ! » (Benoît XVI)

« Jésus (…) s’est identifié au Temple en se présentant comme la demeure définitive de Dieu parmi les hommes. C’est pourquoi sa mise à mort corporelle annonce la destruction du Temple qui manifestera l’entrée dans un Nouvel âge de l’histoire du salut : "L’heure vient où ce n’est ni sur cette montagne ni à Jérusalem que vous adorerez le Père" (Jn 4, 21) » (Catéchisme de L’Eglise Catholique, nº 586)








*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 5b23299d




*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Gif-an10

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Deus_abba_omnipotens_pater_gloire_au_pere_et_a_son_amour_mere_eugenie_ravasio*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Trinite-et-marie-5a699c*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 LA%2BSANTA%2BTRINIDAD%2BY%2BMARIA

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !


Je T'aime Dieu ma Force, mon Bonheur et mon Unique Espérance !

Sub tuam misericordiam confugimus, Dei Genitrix !
Lumen
Lumen

Date d'inscription : 09/11/2021
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Empty Re: *Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe

Message par Lumen Mer 23 Nov 2022 - 15:32

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez
comme est bon le seigneur !
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Am17412


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 F3e10a12debfc8f4c29c1cf8bfed0b16


Eucharistie du Mercredi 23 Novembre 2022
Mercredi de la 34ème semaine du Temps Ordinaire (Année paire).


Saint Clément I, Pape (4ème) de 88 à 97 et
Martyr († 100) - Mémoire (facultative)
Saint Séverin de Paris, Ermite à Paris (+ v. 540)
Saint Colomban, Abbé de Luxeuil en Bourgogne et de
Bobbio en Emilie (v. 543-615) - Mémoire (facultative)
Sainte Vulfétrude, Abbesse à Nivelles, nièce de
sainte Gertrude (+ 669)
Bienheureuse Marguerite de Savoie, Tiers-Ordre
de Saint Dominique (+ 1464)
Vénérable Maria Teresa De Vincenti, Religieuse
italienne fondatrice (+ 1936)


NOMINIS : Saints, Saintes et Fêtes du Jour
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(h tt p s : // nominis . cef . fr)





Textes de la messe du jour

PREMIÈRE LECTURE :
« Ils chantent le cantique de Moïse et le
cantique de l’Agneau » (Ap 15, 1-4)


Lecture de l'Apocalypse de saint Jean, Apôtre

Moi, Jean,
   j’ai vu dans le ciel un autre signe, grand et merveilleux :
sept anges qui détiennent sept fléaux ;
ce sont les derniers,
puisque s’achève avec eux la fureur de Dieu.

   J’ai vu comme une mer de cristal, mêlée de feu,
et ceux qui sont victorieux de la Bête, de son image,
et du chiffre qui correspond à son nom :
ils se tiennent debout sur cette mer de cristal,
ils ont en main les cithares de Dieu.
   Ils chantent le cantique de Moïse, serviteur de Dieu,
et le cantique de l’Agneau.
Ils disent :
   « Grandes, merveilleuses, tes œuvres,
Seigneur Dieu, Souverain de l’univers !
Ils sont justes, ils sont vrais, tes chemins,
Roi des nations.
   Qui ne te craindrait, Seigneur ?
À ton nom, qui ne rendrait gloire ?
Oui, toi seul es saint !

Oui, toutes les nations viendront
   et se prosterneront devant toi ;
oui, ils sont manifestés, tes jugements. »

           – Parole du Seigneur.


PSAUME :
(Ps 97 (98), 1, 2-3ab, 7-8, 9)

R/ Grandes, merveilleuses, tes œuvres,
Seigneur Dieu, Souverain de l’univers !

(Ap 15, 3b)

Chantez au Seigneur un chant nouveau,
car il a fait des merveilles ;
par son bras très saint, par sa main puissante,
il s’est assuré la victoire.

Le Seigneur a fait connaître sa victoire
et révélé sa justice aux nations ;
il s’est rappelé sa fidélité, son amour,
en faveur de la maison d’Israël.

Que résonnent la mer et sa richesse,
le monde et tous ses habitants ;
que les fleuves battent des mains,
que les montagnes chantent leur joie.

À la face du Seigneur, car il vient
pour gouverner la terre,
pour gouverner le monde avec justice
et les peuples avec droiture !


ÉVANGILE :  
« Vous serez détestés de tous, à cause de mon nom.
Mais pas un cheveu de votre tête ne sera perdu »
(Lc 21, 12-19)


Alléluia. Alléluia.
Sois fidèle jusqu’à la mort, dit le Seigneur,
et je te donnerai la couronne de la vie.
Alléluia. (Ap 2, 10)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples :
   « On portera la main sur vous et l’on vous persécutera ;
on vous livrera aux synagogues et aux prisons,
on vous fera comparaître devant des rois et des gouverneurs,
à cause de mon nom.
   Cela vous amènera à rendre témoignage.
   Mettez-vous donc dans l’esprit
que vous n’avez pas à vous préoccuper de votre défense.
   C’est moi qui vous donnerai un langage et une sagesse
à laquelle tous vos adversaires
ne pourront ni résister ni s’opposer.
   Vous serez livrés même par vos parents,
vos frères, votre famille et vos amis,
et ils feront mettre à mort certains d’entre vous.
   Vous serez détestés de tous, à cause de mon nom.
   Mais pas un cheveu de votre tête ne sera perdu.
   C’est par votre persévérance que vous garderez votre vie. »

  – Acclamons la Parole de Dieu.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 33ba4f65d7fdd275cee5b946ef471d72


commentaire du jour.

« Vous serez détestés de tous, à cause de mon nom.
Mais pas un cheveu de votre tête ne sera perdu »
                                                                                                                                 
« On portera la main sur vous et l’on vous persécutera… Ce sera pour vous l’occasion de rendre témoignage. » Voici la récompense attribuée au disciple du Christ : la persécution qui lui donnera l’occasion de rendre témoignage. Rendre témoignage de l’amour dont Dieu nous a aimé en son Fils Jésus Christ venu nous sauver. En effet, Jésus nous a aimé sans retour en se donnant tout entier pour nous. Et c’est bien dans ce mouvement que nous sommes invités à entrer lorsque nous devenons sujets de persécutions.

Tout disciple est appelé à être martyr parce que c’est là le témoignage – « martyre » signifie « témoignage » - le plus parfait que peut rendre celui qui a choisi de mettre ses pas dans ceux du Christ. Jésus nous dit dans l’évangile (Mc 8, 34) : “Si quelqu’un veut marcher derrière moi, qu’il se renie lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive.” La sainteté chrétienne consiste bien dans cette sequela Christi (« suite du Christ ») dont le martyre constitue l’idéal de perfection en tant que manière la plus parfaite d’imiter le Christ dans son don d’amour total pour les hommes. Etre martyr, rendre témoignage, c’est accomplir cette parole de saint Paul dans toute sa radicalité : « Ce n’est plus moi qui vit, c’est le Christ qui vit en moi. Ma vie présente dans la chair, je la vis dans la foi au Fils de Dieu qui m’a aimé et s’est livré pour moi » (Ga 3, 20).

Le martyre, s’il peut aller jusqu’à la mort, commence par les persécutions subies au nom du Seigneur. Mais si ces dernières manifestent la perfection du disciple, c’est moins parce qu’elles conduisent à reproduire dans sa chair et dans son âme les souffrances du Christ que parce qu’elles permettent de trouver Dieu c’est-à-dire de trouver Jésus-Christ par qui on trouve le Père. Cette thématique est largement développée par saint Ignace d’Antioche dans ses écrits. Pour lui, “Atteindre le Christ” ou “être trouvé dans le Christ” (Ephés. 11, 1 ; Trall. 2, 2), tel est le but de la vie et de la mort du chrétien. Ce n’est pas les persécutions, ni la mort, en tant que telles que le disciple recherche, c’est Jésus-Christ qui est la vie véritable : « Pas un cheveu de votre tête ne sera perdu. C’est par votre persévérance que vous obtiendrez la vie » (Cf. Evangile).

Cette page d’évangile nous amène à nous interroger. Notre attitude de chrétien ne saurait ne pas susciter de réactions. Attention aux lieux où l’on observe le plein consensus. Attention aux lieux où l’on s’applaudit les uns les autres, où l’on s’entoure de privilèges. Le chrétien qui se veut véritable disciple du Christ ne saurait s’accommoder de cela. Certes, parfois l’on aspire à un peu de repos. Mais il s’agit de nous rappeler que le véritable repos, nous ne le trouverons qu’en Dieu seul. Le moyen le plus sûr de le trouver ? Passer avec lui par la croix pour ressusciter avec lui à la vie éternelle.

Au cœur même des souffrances subies à cause de lui, le Christ ne nous abandonne pas : « Mettez-vous dans la tête que vous n’avez pas à vous soucier de votre défense. Moi-même, je vous inspirerai un langage et une sagesse à laquelle tous vos adversaires ne pourront opposer ni résistance ni contradiction » (Cf. Evangile). Fort de cette Parole du Seigneur, nous pouvons réentendre cette invitation d’Issac de Ninive : « Même s’ils te persécutent, toi, ne persécute pas. Même s’ils te crucifient, toi, ne crucifie pas. Même s’ils t’offensent, toi, n’offense pas. Même s’ils te calomnient, toi, ne calomnie pas. »

« Esprit de force et d’amour, assiste-nous pour faire de nous des témoins authentiques de l’Evangile, de véritables disciples du Christ qui n’hésitent pas, dans la charité, à payer de leur personne là où leur témoignage de chrétiens l’exige. »



Frère Elie, Moine de la Famille de Saint Joseph.
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 LOGO_FSJ_2017.png


Autre commentaire de ce jour.

"A cause de mon nom" (Lc 21,12-19)

Jésus, dans l'évangile que nous lisions hier, annonçait de grands signes pour la fin des temps. Aujourd'hui, envisageant le temps de l'Église, qui sera pour les disciples le temps du témoignage, il évoque les souffrances et les persécutions qui attendent les croyants fidèles de la part de leurs frères juifs puis de la part des païens :

"Avant tout cela (donc bien avant les événements de la fin)
on portera la main sur vous et on vous persécutera;
on vous livrera aux synagogues, on vous mettra en prison,
on vous traînera devant des rois et des gouverneurs, à cause de mon nom."


"À cause de mon nom", c'est-à-dire, dans le langage de Jésus, "à cause de ce que je suis pour vous et à cause de ce que j'ai fait pour votre salut".

"À cause de mon nom, ajoute Jésus, vous serez haïs de tous", parfois même de vos père et mère, de vos frères, de votre parenté ou de vos amis. Effectivement le rejet de Jésus parlera parfois plus fort que les liens du sang, comme on l'a vu ici ou là dans les pays totalitaires. Parfois on jouera sur les liens du sang pour écarter l'influence de Jésus, comme on le voit chez nous lorsque des parents veulent étouffer dans le cœur d'une fille ou d'un fils le désir de servir l'Évangile ou de se donner à Dieu.

Jésus ne laissera pas ses témoins seuls et désarmés devant l'épreuve.

Tout d'abord il promet de se charger lui-même de leur défense : "Moi, je vous donnerai une bouche et une sagesse que ne pourront contrarier ni contredire aucun de ceux qui seront contre vous". Jésus lui-même donnera à ses témoins un langage, une aisance de parole et une force de conviction, qui étonneront les ennemis et les témoins eux-mêmes.

Mais Jésus, qui promet son aide puissante, réclame de son témoin une confiance totale : "Mettez-vous dans le cœur que vous n'avez pas à préparer votre défense". Ainsi, quand nous sommes traînés devant le tribunal des autres, si c'est pour la cause de Jésus, pour l'honneur de Jésus, pour le service de Jésus, il nous faut renoncer à toute polémique, à toute argumentation, à toute stratégie de défense, car "le Seigneur nous enseignera à l'heure même ce qu'il faut dire" (Lc 12,12).

Quelle que soit la force de la persécution, quelle que soit l'injustice des attaques, "pas un cheveu de notre tête ne sera perdu", c'est-à-dire que Jésus nous prouvera sa fidélité jusque dans les détails les plus humbles de notre vie de témoins.

C'est son amour qui sera vainqueur, et ses promesses paieront toujours au centuple la foi qu'il nous demande. La vie est au bout; c'est lui qui nous l'assure. Ce qu'il nous demande, c'est de tenir l'épreuve en faisant fond sur lui : "C'est par votre constance que vous prendrez possession de la vie".

De ce courage dans la durée (hypomonè), de cette endurance des témoins, Jésus parlait déjà dans la parabole du semeur, lorsqu'il disait : "Ce qui est dans la bonne terre, ce sont ceux qui entendent la parole dans un cœur loyal et bon, qui la retiennent et qui portent du fruit à force de persévérance".

C'est par la constance que l'on porte du fruit. C'est par la constance qu'on laisse agir Jésus lorsqu'il veut, par lui-même, être vainqueur du monde.



Fr. Jean-Christian Lévêque, o.c.d.
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Siteon0-5a7f7


Pensées pour l'évangile d'aujourd'hui

« La patience est la racine et la défense de toutes les vertus : elle consiste à tolérer les maux d’autrui avec un esprit calme, et à n’avoir aucun ressentiment envers celui qui nous les cause » (Saint Grégoire le Grand)

« C’est la grâce que nous devons demander : la persévérance. Et que le Seigneur nous préserve des fantasmes triomphalistes. Le triomphalisme n’est pas chrétien, il ne vient pas du Seigneur. Le chemin de tous les jours, en présence de Dieu : c’est le chemin du Seigneur. Allons-y pour lui ! »(François)

« Le martyre est le suprême témoignage rendu à la vérité de la foi ; il désigne un témoignage qui va jusqu’à la mort. Le martyr rend témoignage au Christ, mort et ressuscité, auquel il est uni par la charité. Il rend témoignage à la vérité de la foi et de la doctrine chrétienne […] » (Catéchisme de l’Eglise Catholique, n° 2.473)








*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 5b23299d




*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Gif-an10

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Deus_abba_omnipotens_pater_gloire_au_pere_et_a_son_amour_mere_eugenie_ravasio*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Trinite-et-marie-5a699c*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 LA%2BSANTA%2BTRINIDAD%2BY%2BMARIA

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !


Je T'aime Dieu ma Force, mon Bonheur et mon Unique Espérance !

Sub tuam misericordiam confugimus, Dei Genitrix !
Lumen
Lumen

Date d'inscription : 09/11/2021
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Empty Re: *Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe

Message par Lumen Jeu 24 Nov 2022 - 15:16

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez
comme est bon le seigneur !
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Am17412


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 F3e10a12debfc8f4c29c1cf8bfed0b16


Eucharistie du Jeudi 24 Novembre 2022
Jeudi de la 34ème semaine du Temps Ordinaire (Année paire).


Saints Martyrs du Viêt-Nam, André Dung Lac, Prêtre,
et ses 116 Compagnons, Martyrs entre 1745 et
1862. - Mémoire (obligatoire)
Saintes Flora et Maria, vierges et Martyres (+ 851).
Saint Pierre Dumoulin-Borie, Martyr à Dong-Hoï,
au Tonkin (+ 1838)
Saint Jean-Théophane Vénard, Missionnaire,
Martyr au Tonkin (+ 1861)
Bienheureuse Marie-Anne (Maria Anna) Sala,
Religieuse de la Congrégation des Sœurs
de Sainte-Marceline (1829-1891).


NOMINIS : Saints, Saintes et Fêtes du Jour
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(h tt p s : // nominis . cef . fr)




Textes de la messe du jour

PREMIÈRE LECTURE :
« Elle est tombée, Babylone la Grande ! »
(Ap 18, 1-2.21-23 ; 19, 1-3.9a)


Lecture de l'Apocalypse de saint Jean, Apôtre

Moi, Jean,
   j’ai vu descendre du ciel un autre ange,
ayant un grand pouvoir,
et la terre fut illuminée de sa gloire.
   Il s’écria d’une voix puissante :
« Elle est tombée, elle est tombée,
Babylone la Grande !
La voilà devenue tanière de démons,
repaire de tous les esprits impurs,
repaire de tous les oiseaux impurs,
repaire de toutes les bêtes impures et répugnantes !
   Alors un ange plein de force
prit une pierre pareille à une grande meule,
et la précipita dans la mer, en disant :
« Ainsi, d’un coup, sera précipitée Babylone, la grande ville,
on ne la retrouvera jamais plus.
   La voix des joueurs de cithares et des musiciens,
des joueurs de flûte et de trompette,
chez toi ne s’entendra jamais plus.
Aucun artisan d’aucun métier
chez toi ne se trouvera jamais plus,
et la voix de la meule
chez toi ne s’entendra jamais plus.
   La lumière de la lampe
chez toi ne brillera jamais plus.
La voix du jeune époux et de son épouse
chez toi ne s’entendra jamais plus.
Pourtant, tes marchands étaient les magnats de la terre,
et tes sortilèges égaraient toutes les nations ! »
   Après cela, j’entendis comme la voix forte
d’une foule immense dans le ciel, qui proclamait :
« Alléluia !
Le salut, la gloire,
la puissance à notre Dieu.
   Ils sont vrais, ils sont justes,
ses jugements.
Il a jugé la grande prostituée
qui corrompait la terre par sa prostitution ;
il a réclamé justice du sang de ses serviteurs,
qu’elle a versé de sa main. »
   Et la foule reprit :
« Alléluia !
La fumée de l’incendie s’élève pour les siècles des siècles. »
   Puis l’ange me dit :
« Écris :
Heureux les invités
au repas des noces de l’Agneau ! »

           – Parole du Seigneur.


PSAUME :
(Ps 99 (100), 1-2, 3, 4, 5)

R/ Heureux les invités
au repas des noces de l’Agneau !

(Ap 19, 9a)

Acclamez le Seigneur, terre entière,
servez le Seigneur dans l’allégresse,
venez à lui avec des chants de joie !

Reconnaissez que le Seigneur est Dieu :
il nous a faits, et nous sommes à lui,
nous, son peuple, son troupeau.

Venez dans sa maison lui rendre grâce,
dans sa demeure chanter ses louanges ;
rendez-lui grâce et bénissez son nom !

Oui, le Seigneur est bon,
éternel est son amour,
sa fidélité demeure d’âge en âge.


ÉVANGILE :  
« Jérusalem sera foulée aux pieds par des païens,
jusqu’à ce que leur temps soit accompli »
(Lc 21, 20-28)


Alléluia. Alléluia.
Redressez-vous et relevez la tête,
car votre rédemption approche.
Alléluia. (Lc 21, 28)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples :
   « Quand vous verrez Jérusalem encerclée par des armées,
alors sachez que sa dévastation approche.
   Alors, ceux qui seront en Judée,
qu’ils s’enfuient dans les montagnes ;
ceux qui seront à l’intérieur de la ville,
qu’ils s’en éloignent ;
ceux qui seront à la campagne,
qu’ils ne rentrent pas en ville,
   car ce seront des jours où justice sera faite
pour que soit accomplie toute l’Écriture.
   Quel malheur pour les femmes qui seront enceintes
et celles qui allaiteront en ces jours-là,
car il y aura un grand désarroi dans le pays,
une grande colère contre ce peuple.
   Ils tomberont sous le tranchant de l’épée,
ils seront emmenés en captivité dans toutes les nations ;
Jérusalem sera foulée aux pieds par des païens,
jusqu’à ce que leur temps soit accompli.
   Il y aura des signes dans le soleil, la lune et les étoiles.
Sur terre, les nations seront affolées et désemparées
par le fracas de la mer et des flots.
   Les hommes mourront de peur
dans l’attente de ce qui doit arriver au monde,
car les puissances des cieux seront ébranlées.
   Alors, on verra le Fils de l’homme venir dans une nuée,
avec puissance et grande gloire.

   Quand ces événements commenceront,
redressez-vous et relevez la tête,
car votre rédemption approche. »

  – Acclamons la Parole de Dieu.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Otkrovenie-Iisusa-Hrista-2


commentaire du jour.

Alors, on verra Le Fils de l'homme venir dans la nuée, avec grande Puissance et grande Gloire.
                                                                                                                                 
Notre texte fait partie d’un ensemble (19,28 - 21-37) qui relate l’enseignement de Jésus à Jérusalem.
Cet enseignement, à part quelques attaques et controverses avec les sadducéens, est adressé aux disciples et ce sera le dernier enseignement avant la Passion.
Il y a donc un élément de préparation pour des temps très difficiles. On entend Jésus avertir ses disciples :
C’est par votre constance que vous sauverez vos vies. (21,19)

Le prophète Habaquq, en des temps difficiles s’était plaint énergiquement à Dieu et s’attendait à une réponse sévère.
Au lieu de cela, Yahvé était venu lui dire : prends une tablette et écris car c’est important. Si le terme tarde, attends-le : il viendra sûrement, sans faillir.

Mais en attendant :
Le juste vivra par sa fidélité. (Hab.2,4)
A la fidélité de Dieu doit répondre la fidélité du croyant.

Jésus terminera son enseignement en déclarant :
Veillez donc et priez en tout temps afin d’avoir la force d’échapper à tout ce qui doit arriver et de vous tenir debout devant Le Fils de l’homme. (21,36)

Une difficulté pour les premiers disciples et ensuite pour les premiers Chrétiens sera celle de croire que la manifestation visible et glorieuse du Royaume de Dieu était pour bientôt.
Ainsi, après avoir été témoin de la Passion, devant Le Christ ressuscité des disciples demandent: Seigneur, est-ce maintenant le temps où tu vas restaurer la royauté en Israël ? (Actes 1,6)

Après l’Ascension, on pense au retour glorieux du Christ et à l’avènement du Royaume. Ainsi, les Thessaloniciens de Paul s’inquiètent pour ceux qui sont morts avant le retour du Christ et Paul les rassurent en disant :
Nous, les vivants, nous qui seront encore là pour l’avènement du Seigneur, nous ne devancerons pas ceux qui seront endormis. (1 Thess.4,15)

Les Thessaloniciens sont rassurés mais certains, dans l’attente de ce retour prochain du Christ, arrêtent de travailler, ce qui requiert une seconde lettre de Paul.

Au temps où Luc recueille les traditions et écrit son Évangile, après la destruction du Temple de Jérusalem, le problème est encore là : celui de vivre dans l’attente du monde nouveau.
Il va donc réussir à mettre une séparation entre les paroles de Jésus qui parlent de la fin du monde suivi de son retour glorieux et des autres paroles qui parlent de la destruction du Temple, de la fin d’Israël, des persécutions et des épreuves des Chrétiens.

Le retour glorieux est important pour soutenir l’espérance dans les épreuves. Mais il faut avoir de l’Espérance non pas pour attendre un futur qui est hors de notre portée mais bien pour faire face à un présent et se tenir debout devant Le Fils de l’homme qui est invisible mais qui est là. (Luc 21,36)



Père Jean Gobeil, s.j.
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Villa_Loyola_teil


Autre commentaire de ce jour.

"Redressez-vous, relevez la tête !" (Lc 21,20-28)

Deux images, en surimpression : cela suffit à saint Luc pour évoquer la pensée de Jésus sur l'histoire des hommes et la fin des temps.

Au premier plan : la chute de Jérusalem, avec le cortège habituel des catastrophes nationales : massacres, dispersion, captivité.

En arrière-fond : la venue en gloire du Fils de l'Homme, que Luc peint avec les couleurs vives traditionnelles des apocalypses, sur l'horizon de la fin du monde.

Entre les deux : "le temps des nations", ou des païens, qui donne au tableau la profondeur de champ, mais dont Jésus n'a jamais précisé la durée : "Il ne vous appartient pas, disait-il, de connaître les temps et les moments que le Père a fixés de sa propre autorité" (Ac 1,7). Le temps des nations, c'est le temps de la mission, le temps de l'Église, de la patience et du service; c'est notre temps de disciples, témoins de Jésus-Christ.

Toutes les composantes du malheur semblent s'être donné rendez-vous dans ce fragment de discours. Jésus y parle de dévastation, de détresse, d'angoisse et de frayeur. Puis, brusquement, balayant d'un revers de main toutes les ombres et tous les fantasmes de souffrance, il exhorte les disciples à l'espérance et à la fierté :

"Lorsque cela commencera d'arriver,
redressez-vous et relevez la tête, car votre délivrance est proche !"


Quand les épreuves commenceront à s'accumuler, quand toute issue sera fermée, quand la violence semblera victorieuse, "redressez-vous, relevez la tête !"

Quand tout appui se sera éloigné, quand Dieu lui-même vous paraîtra trop absent pour écouter, trop lointain pour répondre, redites-vous : "La délivrance est proche; le Fils de l'Homme vient nous sauver !"

Cette consigne d'espérance, la génération du Christ l'a ressaisie lors de la chute de la Ville sainte; le peuple de Dieu tout entier l'entendra de nouveau au terme de l'histoire; mais elle vient nous surprendre et nous réconforter, nous les témoins de Jésus, tout au long du temps des nations, en chaque aujourd'hui de l'Église.

Chaque épreuve du peuple saint réédite en effet la détresse de Jérusalem et anticipe sur les douleurs dernières qui marqueront l'avènement du Fils de l'Homme. Mais, en raison de la folie d'amour que Dieu a faite pour le monde, il est encore plus vrai de dire que chaque épreuve, personnelle ou communautaire, nous situe, dans la foi, entre les deux victoires du Christ: sa victoire de Pâques, après le Golgotha, et sa victoire à la fin des temps, qui nous fera surgir de la mort.

C'est pourquoi, dans toutes ces paroles de Jésus sur les détresses de l'histoire et sur la fin du monde, nous avons à entendre avant tout un appel à la vigilance, personnelle et communautaire, et une promesse de la gloire.

Certes, le monde connaît des soubresauts, en ce début du nouveau millénaire; certes nous percevons le désarroi de tant d'hommes et de femmes, de tant de jeunes, qui ne trouvent plus de repères face à un avenir qui leur semble menaçant; et nous nous surprenons nous-mêmes à retomber dans la crainte, comme sous le coup d'un esprit de servitude (Rm 8,15). Mais nous avons reçu, en réalité, l'Esprit de filiation, qui nous fait crier, depuis la terre des hommes: "Abba, Père !"

Voilà pourquoi, par fidélité au Dieu de notre appel, et en solidarité avec ceux qui n'ont pas d'espérance, humblement, joyeusement, "nous nous redressons et relevons la tête", pour rendre témoignage, dès aujour-d'hui, à la victoire de Jésus.



Fr. Jean-Christian Lévêque, o.c.d.
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Siteon0-5a7f7


Pensées pour l'évangile d'aujourd'hui

« Attendez, attendez, vous ne savez pas quand viendra le jour ni l’heure. Veillez avec soin car tout se passe avec brièveté » (Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus)

« Les éléments cosmiques passent, tandis que la Parole de Jésus est le véritable "firmament" sous lequel l’homme peut demeurer » (Benoît XVI)

« […] Jusqu’à ce que tout lui ai été soumis (cf. 1Cor 15,28), "jusqu’à l’heure où seront réalisés les nouveaux cieux et la nouvelle terre" où la justice habite, l’Eglise en pèlerinage porte dans ses sacrements et ses institutions, qui relèvent de ce temps, la figure du siècle qui passe […] » (Catéchisme de l’Eglise Catholique, n° 671)








*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 5b23299d




*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Gif-an10

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Deus_abba_omnipotens_pater_gloire_au_pere_et_a_son_amour_mere_eugenie_ravasio*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Trinite-et-marie-5a699c*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 LA%2BSANTA%2BTRINIDAD%2BY%2BMARIA

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !


Je T'aime Dieu ma Force, mon Bonheur et mon Unique Espérance !

Sub tuam misericordiam confugimus, Dei Genitrix !
Lumen
Lumen

Date d'inscription : 09/11/2021
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Empty Re: *Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe

Message par Lumen Ven 25 Nov 2022 - 16:09

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez
comme est bon le seigneur !
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Am17412


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 F3e10a12debfc8f4c29c1cf8bfed0b16


Eucharistie du Vendredi 25 Novembre 2022
Vendredi de la 34ème semaine du Temps Ordinaire (Année paire).


Sainte Catherine d'Alexandrie, vierge et
Martyre (IVe s.). - Mémoire (facultative)
Bienheureuse Béatrix d'Ornacieux, Fondatrice
du monastère d'Eymeux (Drôme) (+1303)
Bienheureuse Élisabeth Achler, surnommée la Bonne,
Religieuse du Tiers-Ordre de Saint François  (+1480)
Vénérable Raffaello Delle Nocche, Fondateur des
religieuses disciples de Jésus Eucharistie (+1960)


NOMINIS : Saints, Saintes et Fêtes du Jour
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(h tt p s : // nominis . cef . fr)




Textes de la messe du jour

PREMIÈRE LECTURE :
« Les morts furent jugés selon leurs actes. La
Jérusalem nouvelle, je l’ai vue qui descendait
du ciel » (Ap 20, 1-4.11 – 21, 2)


Lecture de l'Apocalypse de saint Jean, Apôtre

Moi, Jean,
   j’ai vu un ange qui descendait du ciel ;
il tenait à la main la clé de l’abîme
et une énorme chaîne.
   Il s’empara du Dragon, le serpent des origines,
qui est le Diable, le Satan,
et il l’enchaîna pour une durée de mille ans.
   Il le précipita dans l’abîme,
qu’il referma sur lui ;
puis il mit les scellés
pour que le Dragon n’égare plus les nations,
jusqu’à ce que les mille ans arrivent à leur terme.
Après cela, il faut qu’il soit relâché
pour un peu de temps.

   Puis j’ai vu des trônes :
à ceux qui vinrent y siéger
fut donné le pouvoir de juger.
Et j’ai vu les âmes de ceux qui ont été décapités
à cause du témoignage pour Jésus,
et à cause de la parole de Dieu,
eux qui ne se sont pas prosternés devant la Bête et son image,
et qui n’ont pas reçu sa marque sur le front ou sur la main.
Ils revinrent à la vie,
et ils régnèrent avec le Christ pendant mille ans.

   Puis j’ai vu un grand trône blanc
et celui qui siégeait sur ce trône.
Devant sa face, le ciel et la terre s’enfuirent :
nulle place pour eux !
   J’ai vu aussi les morts, les grands et les petits,
debout devant le Trône.
On ouvrit des livres,
puis un autre encore : le livre de la vie.
D’après ce qui était écrit dans les livres,
les morts furent jugés selon leurs actes.
   La mer rendit les morts qu’elle retenait ;
la Mort et le séjour des morts
rendirent aussi ceux qu’ils retenaient,
et ils furent jugés, chacun selon ses actes.
   Puis la Mort et le séjour des morts
furent précipités dans l’étang de feu
– l’étang de feu, c’est la seconde mort.
   Et si quelqu’un ne se trouvait pas inscrit dans le livre de la vie,
il était précipité dans l’étang de feu.

   Alors j’ai vu un ciel nouveau et une terre nouvelle,
car le premier ciel et la première terre s’en étaient allés
et, de mer, il n’y en a plus.
   Et la Ville sainte, la Jérusalem nouvelle,
je l’ai vue qui descendait du ciel, d’auprès de Dieu,
prête pour les noces, comme une épouse parée pour son mari.

           – Parole du Seigneur.


PSAUME :
(Ps 83 (84), 3, 4, 5-6a.8a)

R/ Voici la demeure de Dieu avec
les hommes.
(Ap 21, 3b)

Mon âme s’épuise à désirer
les parvis du Seigneur ;
mon cœur et ma chair sont un cri
vers le Dieu vivant !

L’oiseau lui-même s’est trouvé une maison,
et l’hirondelle, un nid pour abriter sa couvée :
tes autels, Seigneur de l’univers,
mon Roi et mon Dieu !

Heureux les habitants de ta maison :
ils pourront te chanter encore !
Heureux les hommes dont tu es la force :
ils vont de hauteur en hauteur.


ÉVANGILE :  
« Lorsque vous verrez arriver cela,
sachez que le royaume de Dieu est
proche » (Lc 21, 29-33)


Alléluia. Alléluia.
Redressez-vous et relevez la tête,
car votre rédemption approche.
Alléluia. (Lc 21, 28)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là,
   Jésus dit à ses disciples cette parabole :
« Voyez le figuier et tous les autres arbres.
   Regardez-les :
dès qu’ils bourgeonnent,
vous savez que l’été est tout proche.
   De même, vous aussi,
lorsque vous verrez arriver cela,
sachez que le royaume de Dieu est proche.
   Amen, je vous le dis :
cette génération ne passera pas
sans que tout cela n’arrive.
   Le ciel et la terre passeront,
mes paroles ne passeront pas. »

  – Acclamons la Parole de Dieu.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 07bdf0877e0e27e92008650bd8af74c4


commentaire du jour.

Le Ciel et la Terre passeront, mes paroles ne passeront pas.
                                                                                                                                 
Pourquoi Jésus insiste-t-il si souvent sur la fin des temps et sur sa venue? Le terme de tout mouvement est le moment suprême, celui qui donne un sens à tout ce qui précède, soit, négativement, le vide et la ruine de ce qu’on pensait avoir réalisé, ou, positivement, le couronnement d’une histoire qui atteint son plein épanouissement.

Le Christ annonce ici la Pâques ultime, le passage éblouissant du monde présent à l’ère de l’au-delà.
À l’époque de l’Exode, Dieu avait appelé son peuple à quitter l’esclavage en Égypte pour passer à la liberté, d’abandonner la mort pour aller vers la vie de la Terre promise.
Cette “Pâque” était la préfiguration du passage que Le Christ nous invite à franchir pour quitter ce monde de misère pour celui de la Vie éternelle, qu’il nous invite à partager avec Lui.

L’avenir demeure toujours l’inconnu qui inquiète ou même qui fait peur. Il suscite l’effroi, parce qu’on se regarde, pour estimer que nous n’avons pas la force pour dominer une situation nouvelle.
Au contraire de cette réaction apeurée, Jésus nous enseigne la confiance et l’espérance. Pour la personne croyante au contraire, qui regarde avec Foi son Seigneur et non pas elle-même, l’avenir n’est plus source de peur, mais d'espoir.

Jésus et les premiers Chrétiens
Jésus aborde la dernière semaine de sa mission terrestre, qui culminera le vendredi suivant. Ce n’est ni l’angoisse, ni le doute qui l’agitent, mais c’est avec un regard de confiance et de sérénité qu’il aborde ce moment crucial.
Son attitude héroïque devient l’exemple et la source de la persévérance des premiers Chrétiens.

Ils forment un groupe peu nombreux, pauvre, qui subit la persécution des Juifs et des Romains.
Cette persécution s’étendra sur près de trois siècles, durant lesquels l’Église n’aura pas le droit légalement d’exister. Pour les Juifs devenus Chrétiens, leur patrie, la Palestine, Jérusalem, leur capitale, et le Temple, le sanctuaire sacré, ne sont plus que des ruines. Tout paraît susciter le désespoir.

L’enseignement de Jésus
La destruction du monde présent prélude à la naissance d’un monde nouveau. Jésus nous exhorte à ne pas nous installer dans le présent de l’esclavage.
Un regard lucide sur les conditions dans notre monde nous révèle combien nous sommes esclaves, dépendant de la boisson, de la drogue, du plaisir sexuel,…

La destruction de ce monde marque le début de notre Salut, l’aurore du Règne de Dieu. Créés pour la liberté, nous devons couper les liens qui nous retiennent prisonniers, qui nous aliènent et qui nous empêchent d’être nous-mêmes.

L’espérance se ravive à la vue des bougeons de cette vie nouvelle. Jésus offre l’exemple du figuier.
Toute la nature qui fleurit, au printemps, annonce la splendeur de l’été. La venue du Seigneur apportera cette explosion de lumière, de liberté et de vie.
Pour y prendre part, il faut toujours être prêts, guetter l'aurore avec confiance et raviver sans cesse notre espérance.



Père Jean Gobeil, s.j.
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Villa_Loyola_teil


Autre commentaire de ce jour.

Vous n'avez qu'à les regarder pour savoir que
l'été est déjà proche.

Les textes apocalyptiques que nous avons médités cette semaine, la dernière du Temps Ordinaire, sont de ceux qui pourraient nous faire redouter l’avènement définitif du Royaume. Or la parole de ce jour, qui évoque dans une parabole la venue de l’été, leur fait immédiatement suite et ne doit pas en être séparée.
L’événement que nous attendons est donc aussi doux qu’un matin de printemps.

Il y a bien entendu une relation de simple analogie : de même que les bourgeons annoncent la venue de l’été, de même les signes que nous avons évoqués annoncent la proximité du Royaume de Dieu.
Mais s’il n’y avait pas, entre ces deux termes, d’autre point commun que l’annonce d’une venue, Jésus aurait tout aussi bien pu parler d’une cité assiégée qui voit venir l’armée ennemie ou d’une épidémie que l’on voit progresser de ville en ville.

Or, il choisit de comparer la venue du Royaume à celle de l’été, la saison de la fécondité, le temps de l’épanouissement.
Le terme vers lequel nous marchons n’est donc pas la mise en péril d’un bonheur mais l’accès au plein épanouissement de la Vie.
Voir venir le Royaume procure autant de joie que la douceur d’un matin de printemps.

Dès lors, il n’y a plus à rentrer la tête dans les épaules, en espérant courageusement que les catastrophes annoncées concernent les Chrétiens d’un temps à venir et de préférence lointain. Ce que nous attendons bouleversera effectivement l’univers, mais sera une joie enfin parfaite, une espérance enfin comblée, ce sera le jour du Seigneur.

De plus, Jésus nous implique très clairement dans cette attente : « de même, vous aussi », précise-t-il, pour éviter que nous pensions à nous échapper !
Et il insiste : « Amen, je vous le dis, cette génération ne passera pas sans que tout arrive ».

Nous sommes concernés parce qu’il en va du Royaume comme de la Résurrection. Nous sommes en effet ressuscités avec Le Christ, cependant Le Christ nous ressuscitera « au dernier jour ».
Cette tension entre ce qui est là, ce qui est déjà donné, et ce qui vient, la promesse de la plénitude du don, est celle où nous vivons.
Il ne s’agit pas d’un casse-tête mais d’une grâce merveilleuse de pouvoir déjà vivre des biens du monde à venir.
Or, cela n’est possible que dans L’Esprit-Saint. La génération dont parle Jésus, celle qui verra le jour du retour définitif du Seigneur, est donc celle qui est née au jour de la Pentecôte, elle est l’Église.

Nous sommes donc bien cette génération, gratifiée de L’Esprit de Dieu, liée au Christ par le Baptême, la génération pour qui « tout » doit arriver.
La vie, le cœur, le monde de chaque croyant est effectivement ébranlé depuis le jour où il a reçu l’Évangile de Vérité, depuis l’instant où il a choisi Le Christ.

La liturgie nous donne de prendre conscience du temps où nous vivons. Nous quittons une année liturgique, un peu comme nous devons chaque jour quitter le monde où nous vivons, et nous nous apprêtons à entrer dans une année nouvelle, nous nous apprêtons à célébrer la venue du Seigneur dans notre monde, car il est l’Emmanuel, Dieu parmi nous.

Entre ces deux mystères, se tient le mystère de la vie filiale vécue au quotidien, l’exigence où nous sommes de ne pas nous installer et d’accueillir dans nos vies Le Seigneur qui se présente en vainqueur.

Donne-nous Seigneur Jésus de découvrir la richesse et la douceur de ces temps qui sont les derniers.
Ravive en nous la joie de faire partie de cette génération qui attend ton retour.
Permets-nous de nous montrer dignes de la grâce que tu nous fais, en évaluant notre vie et notre monde à la mesure de ta Parole.
Car nous le croyons fermement : « le Ciel et la Terre passeront, tes paroles ne passeront pas ».



Frère Dominique, Moine de la Famille de Saint Joseph.
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 LOGO_FSJ_2017.png


Pensées pour l'évangile d'aujourd'hui

« La vérité souffre, mais elle ne périt pas » (Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus)

« Le temps n’est pas une réalité étrangère à Dieu. Le temps a été "touché" par le Christ, le Fils de Dieu et de Marie, et il a reçu de Lui de nouvelles et surprenantes significations : il est devenu le "temps sauveur", c’est-à-dire, le dernier temps du salut et de la grâce » (François)

« (...) Le Royaume de Dieu est avant nous. Il s’est approché dans le Verbe incarné, il est annoncé à travers tout l’Evangile, il est venu dans la mort et la Résurrection du Christ (...)” (Catéchisme de l’Eglise Catholique, nº 2816)








*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 5b23299d




*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Gif-an10

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Deus_abba_omnipotens_pater_gloire_au_pere_et_a_son_amour_mere_eugenie_ravasio*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Trinite-et-marie-5a699c*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 LA%2BSANTA%2BTRINIDAD%2BY%2BMARIA

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !


Je T'aime Dieu ma Force, mon Bonheur et mon Unique Espérance !

Sub tuam misericordiam confugimus, Dei Genitrix !
Lumen
Lumen

Date d'inscription : 09/11/2021
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Empty Re: *Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe

Message par Lumen Sam 26 Nov 2022 - 11:40

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez
comme est bon le seigneur !
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Am17412


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 F3e10a12debfc8f4c29c1cf8bfed0b16


Eucharistie du Samedi 26 Novembre 2022
Samedi de la 34ème semaine du Temps Ordinaire (Année paire).


Saint Sirice Pape (38e) de 384
à 399 (+ 399)
Saint Conrad, Évêque de Constance  en
Allemagne (900 - 975) - Mémoire (facultative)
Saint Innocent d'Irkoutsk, Missionnaire en
Sibérie (+ 1731)
Fête de Saint Léonard de Port-Maurice, Prêtre
Franciscain (1676-1751).
Bienheureuse Gaetana Sterni, Fondatrice des
Filles de la Divine Volonté (1827-1889)
Bienheureux Jacques (Giacomo) Alberione, Prêtre
et Fondateur de la « Famille Paulinienne » (1884-1971).


NOMINIS : Saints, Saintes et Fêtes du Jour
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(h tt p s : // nominis . cef . fr)




Textes de la messe du jour

PREMIÈRE LECTURE :
« La nuit aura disparu, le Seigneur Dieu
les illuminera » (Ap 22, 1-7)


Lecture de l'Apocalypse de saint Jean, Apôtre

Moi, Jean,
   l’ange me montra l’eau de la vie :
un fleuve resplendissant comme du cristal,
qui jaillit du trône de Dieu et de l’Agneau.
   Au milieu de la place de la ville,
entre les deux bras du fleuve,
il y a un arbre de vie
qui donne des fruits douze fois :
chaque mois il produit son fruit ;
et les feuilles de cet arbre sont un remède pour les nations.
   Toute malédiction aura disparu.
Le trône de Dieu et de l’Agneau sera dans la ville,
et les serviteurs de Dieu lui rendront un culte ;
   ils verront sa face,
et son nom sera sur leur front.
   La nuit aura disparu,
ils n’auront plus besoin de la lumière d’une lampe
ni de la lumière du soleil,
parce que le Seigneur Dieu les illuminera ;
ils régneront pour les siècles des siècles.
   Puis l’ange me dit :
« Ces paroles sont dignes de foi et vraies :
le Seigneur, le Dieu qui inspire les prophètes,
a envoyé son ange
pour montrer à ses serviteurs ce qui doit bientôt advenir.
   Voici que je viens sans tarder.
Heureux celui qui garde les paroles
de ce livre de prophétie. »

           – Parole du Seigneur.


PSAUME :
(Ps 94 (95), 1-2, 3-5, 6-7)

R/  Marana tha !
Viens, Seigneur Jésus !

(1 Co 16, 22b ; Ap 22, 20c)

Venez, crions de joie pour le Seigneur,
acclamons notre Rocher, notre salut !
Allons jusqu’à lui en rendant grâce,
par nos hymnes de fête acclamons-le !

Oui, le grand Dieu, c’est le Seigneur,
le grand roi au-dessus de tous les dieux :
il tient en main les profondeurs de la terre,
et les sommets des montagnes sont à lui ;
à lui la mer, c’est lui qui l’a faite,
et les terres, car ses mains les ont pétries.

Entrez, inclinez-vous, prosternez-vous,
adorons le Seigneur qui nous a faits.
Oui, il est notre Dieu ;
nous sommes le peuple qu’il conduit,
le troupeau guidé par sa main.


ÉVANGILE :  
« Restez éveillés et priez en tout temps :
ainsi vous aurez la force d’échapper à
tout ce qui doit arriver » (Lc 21, 34-36)


Alléluia. Alléluia.
Restez éveillés et priez en tout temps :
ainsi vous pourrez vous tenir debout
devant le Fils de l’homme.
Alléluia. (Lc 21, 28)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples :
   « Tenez-vous sur vos gardes,
de crainte que votre cœur ne s’alourdisse
dans les beuveries, l’ivresse et les soucis de la vie,
et que ce jour-là ne tombe sur vous à l’improviste
   comme un filet ;
il s’abattra, en effet,
sur tous les habitants de la terre entière.
   Restez éveillés et priez en tout temps :
ainsi vous aurez la force
d’échapper à tout ce qui doit arriver,
et de vous tenir debout devant le Fils de l’homme. »


  – Acclamons la Parole de Dieu.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Jzosus29


commentaire du jour.

Exhortation à la vigilance et la prière
                                                                                                                                 
Pour être pleinement présent en ce monde dans l’attente de la venue du Fils de l’homme, prions !

Notre vie quelle est-elle ? Comment évolue-t-elle au fil des jours, des mois, des années… il y a une profonde illusion à croire qu’elle est prise dans une régularité. Non elle avance, elle se déploie où elle se trouve et, à un moment, elle s’effondre et tombe, en s’anéantissant… Elle tombe, ne serait-ce que par le vieillissement, mais bien d’autres causes peuvent agir… Et, c’est là, en ce point, surtout là en fait, que la Bonne Nouvelle de Jésus Christ vient retentir en nous… Ce passage de Saint Luc nous plonge dans notre situation commune. La situation de l’homme, de tout homme, là où le Seigneur vient nous rejoindre. C’est bien en ce lieu où doit s’amorcer, pour chacun, le temps de l’attente véritable au cœur de notre situation, en notre monde. De précieuses indications sur la manière d’être nous sont données dans ce passage de Saint Luc, indications qui peuvent accompagner toute notre existence. Tentons de percevoir cette situation en sa profondeur, notre situation, de comprendre ce qui retourne notre façon de la voir, de nous approprier ce qui nous est demandé au cœur de cette situation par le Seigneur… Ce dimanche 29 novembre 2015, nous rentrons encore une fois dans l’esprit de l’Avent !

1. « La crainte des malheurs arrivant sur le monde » En ces jours de grave crise pour notre pays, nous comprenons bien mieux qu’à d’autres époques de notre histoire commune ce que peut vouloir dire que « les puissances des cieux soient ébranlées ». Nous concevons que le monde dans lequel nous évoluons puisse vaciller, se décomposer. Avec l’ensemble des relations, des manières de faire, de voir, de dire qui ne marchent plus. Tout semble ne plus avoir le moindre poids, la moindre consistance, je ne puis plus me situer, je suis perdu. L’activité s’arrête, la base de l’échange n’existe plus. Cela peut être aussi, pour ma vie propre, le geste que je ne puis plus poser, le souvenir que je perds et qui me fait tourner en rond. Tout se grippe, s’effondre, toute nouveauté devient inquiétante, angoissante… Nous comprenons alors qu’une peur terrible puisse nous saisir, lorsque nos repères s’effondrent… Etre dans cette situation, nous ouvre à une nouvelle manière de nous ouvrir à la Bonne Nouvelle, en regardant aussi autrement notre situation. Car, tout ne s’effondre pas, il nous est dit qu’un subsiste, qu’un se tient, qu’un vient… Le Fils de l’homme ! Et ce Fils de l’homme vient nous révéler ce qui compte vraiment en nos vies !

2. « On verra le Fils de l'homme venir dans la nuée » Un Fils d’homme apparaît. Il se tient en ce monde qui s’effondre. Il tient parce qu’il ne dépend pas de ce système, de ce monde, il n’est pas lié à lui, il vient en ce monde de la nuée. Il prend son appui sur autre chose que le monde. Il ne tient pas à lui, il n’est pas tenu par le monde. Il est libre par rapport au monde. Il tient d’un autre. Il vient avec puissance et gloire. Il se manifeste, il manifeste ce à quoi il tient, ce qui le tient, la relation vivante avec son Dieu. Il est l’homme fort qui remet les choses à leur place. Son surgissement manifeste l’inconsistance de ce sur quoi nous, les hommes, prenions appui. L’effondrement du monde et le surgissement du Fils de l’homme manifestent la vérité profonde de la situation, la possibilité qui nous est offerte, a contrario, d’être pleinement nous-mêmes. Nous pouvons être pleinement nous-mêmes, nous développer, nous tenir droit… en nous situant justement dans la situation, en la prenant pour ce qu’elle est vraiment.

3. « Restez éveillés et priez en tout temps » Dès lors, nous pouvons comprendre la juste manière de vivre pour nous en ce monde, en l’absence manifeste de ce Fils d’homme qui va venir. Nous pouvons accepter notre situation, en sachant que le monde ne peut nous satisfaire, qu’il est irrémédiablement limité. Nous devons, nous pouvons porter cette incomplétude du monde, ne pas nous fier à lui aussi bien dans l’excès du travail, que dans celui de la jouissance. Nous sommes appelés à bien davantage, et nous ne cherchons qu’à manifester ce davantage en notre vie. La prière signe en nous ce désir, cette attente, cette capacité de témoigner, cette capacité à tenir dans l’incomplétude des choses et des êtres… La prière nous maintient dans la vérité de notre situation, qui ne peut nous combler. Avec elle, nous supportons notre précarité, nous l’apprécions même. La précarité est ce qui ne peut s’obtenir que par la prière, c’est ce que dit son sens étymologique. Ainsi, nous restons libres par rapport à la situation. Alors, lorsqu’il viendra nous pourrons aller à lui, parce que nous n’aurons cessé de l’attendre en ce monde, sans être du monde. L’effondrement du monde ne nous abattra pas, au contraire nous donnera de manifester ce sur quoi nous tenons : l’attente de sa venue. En nous tenant droit, nous manifesterons que nous sommes devenus pleinement et simplement humains, des fils d’homme.



père Jean-Luc Fabre
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Image%2F0931903%2F20200118%2Fob_4df7d8_hoa


Autre commentaire de ce jour.

Comme un filet

Les années passent, au service du Seigneur ; et normalement notre vie toute donnée à la prière et au service fraternel devrait devenir de plus en plus libre et légère sous le regard de Celui qui nous aime. À cela tendent tous nos efforts spirituels et toutes nos conversions, et c’est bien le désir que fait monter en nous la parole de Jésus.

Pourtant, même quand nous cherchons loyalement notre chemin de fidélité, nous prenons conscience, de loin en loin, d’une pesanteur qui s’est installée en nous malgré nous, et qui nous empêche d’être heureux sans contrainte de l’appel et de la présence du Seigneur.

Pesanteur de l’intelligence, qui devient comme rétive aux choses de Dieu et aux approches de son mystère. Pesanteur de notre mémoire, qui demeure collée aux événements quotidiens et ne se nourrit plus des merveilles de la foi. Pesanteur de notre désir, qui ne vise plus, apparemment, que des joies immédiates ou des facilités à court terme.

« Tenez-vous sur vos gardes, nous dit Jésus aujourd’hui, de peur que vos cœurs ne s’appesantissent ». Et il mentionne les dangers de la débauche et de l’ivrognerie, dont par grâce, heureusement, nos sommes préservés ; mais il ajoute, comme cause d’appesantissement, « les soucis de la vie », les soucis pour la vie, qui habitent tous les cœurs humains, même au cloître.

Selon Jésus, un cœur appesanti est un cœur qui perd ses réflexes et sa présence aux êtres et aux événements. Un cœur immergé dans les soucis « biotiques » (mérimnai biôtikai) devient vulnérable à l’imprévu; il se laisse surprendre et paralyser. Si nous ne restons pas sur nos gardes, « le Jour de Dieu fondra sur nous comme un filet » de chasseur, qui interdit tout mouvement, toute échappée, toute fuite.

Le remède est simple, et Jésus y revient souvent quand il parle de l’avenir et des événements ultimes qui accompagneront son retour : « Veillez et priez en tout temps ». C’est tout le programme spirituel de l’Avent qui va commencer : demeurer vigilants, quel que soit notre passé de louange et de service, et rester par la prière en dialogue d’amour avec le Seigneur de notre appel.

Le Jour du Seigneur n’est pas redoutable pour ceux qui l’attendent, le guettent et le préparent ; et la venue du Fils de l’Homme ne surprendra pas ceux qui chaque jour vivent dans sa lumière. Si nous veillons, debout, pour appeler et servir Celui qui vient, nous serons debout devant lui dès qu’il paraîtra. Non pas debout comme raidis dans notre fierté et notre triomphe, mais debout dans le respect et la confiance, pour accueillir le Seigneur en gloire et pour entrer, heureux, dans son accueil et sa gloire.

Vigilance et prière seront pour nous, durant l’Avent, comme deux visages de notre espérance. Ce seront aussi pour nous, au cœur de l’Église, deux manières de vivre d’amour et de porter le monde, à l’imitation de la Mère du Messie.



Fr. Jean-Christian Lévêque, o.c.d.
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Siteon0-5a7f7


Pensées pour l'évangile d'aujourd'hui

« Nous devons être patients et persévérer, mes chers frères, pour que, après avoir été admis à l’espoir de la vérité et de la liberté, nous puissions atteindre la vérité et la liberté elles-mêmes » (Saint Cyprien)

« La nostalgie de l’esclavage se cache dans notre cœur, car il est apparemment plus rassurant, encore plus que la liberté, qui a beaucoup plus de risques. Comme nous aimons être mis en cage par de nombreux feux d’artifice, beaux en apparence mais qui en réalité ne durent que quelques instants » (François)

« La variété des péchés est grande. L’Écriture en fournit plusieurs listes. L’épître aux Galates oppose les œuvres de la chair au fruit de l’Esprit : "On sait bien tout ce que produit la chair : fornication, impureté, débauche, idolâtrie, magie, haines, discorde, jalousie, emportements, disputes, dissensions, scissions, sentiments d’envie, orgies, ripailles et choses semblables – et je vous préviens, comme je l’ai déjà fait, que ceux qui commettent ces fautes là n’hériteront pas du Royaume de Dieu" (5, 19-21) » (Catéchisme de l’Eglise Catholique, nº 1852)








*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 5b23299d




*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Gif-an10

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Deus_abba_omnipotens_pater_gloire_au_pere_et_a_son_amour_mere_eugenie_ravasio*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Trinite-et-marie-5a699c*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 LA%2BSANTA%2BTRINIDAD%2BY%2BMARIA

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !


Je T'aime Dieu ma Force, mon Bonheur et mon Unique Espérance !

Sub tuam misericordiam confugimus, Dei Genitrix !

Lumen
Lumen

Date d'inscription : 09/11/2021
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Empty Re: *Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe

Message par Lumen Dim 27 Nov 2022 - 17:58

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez
comme est bon le seigneur !
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Am17412


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 F3e10a12debfc8f4c29c1cf8bfed0b16


Eucharistie du Dimanche 27 Novembre 2022
L’Église Célèbre la Fête du 1er Dimanche de l’Avent, Année A.

Fête de Notre-Dame de la Médaille Miraculeuse (1830).
Fête de la Vierge Marie en son icône du signe
Miracle commémoré chaque année
Sainte Bilhilde, Fondatrice du monastère
d'Altmunster à Mayence (VIIIe siècle)
Saint Maxime de Lérins (ou de Riez), Évêque
de Riez (+ v. 460).
Saint Virgile, Abbé et Évêque de Salzbourg (+ 784).



NOMINIS : Saints, Saintes et Fêtes du Jour
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(h tt p s : // nominis . cef . fr)








Textes de la messe du jour

PREMIÈRE LECTURE :
Le Seigneur rassemble toutes les nations
dans la paix éternelle du royaume de
Dieu (Is 2, 1-5)


Lecture du livre du prophète Isaïe

Parole d’Isaïe,
– ce qu’il a vu au sujet de Juda et de Jérusalem.

   Il arrivera dans les derniers jours
que la montagne de la maison du Seigneur
se tiendra plus haut que les monts,
s’élèvera au-dessus des collines.
Vers elle afflueront toutes les nations
   et viendront des peuples nombreux.
Ils diront : « Venez !
montons à la montagne du Seigneur,
à la maison du Dieu de Jacob !
Qu’il nous enseigne ses chemins,
et nous irons par ses sentiers. »
Oui, la loi sortira de Sion,
et de Jérusalem, la parole du Seigneur.

   Il sera juge entre les nations
et l’arbitre de peuples nombreux.
De leurs épées, ils forgeront des socs,
et de leurs lances, des faucilles.
Jamais nation contre nation
ne lèvera l’épée ;
ils n’apprendront plus la guerre.

   Venez, maison de Jacob !
Marchons à la lumière du Seigneur.

   – Parole du Seigneur.


PSAUME :
(Ps 121 (122), 1-2, 3-4ab, 4cd-5, 6-7, 8-9)

R/ Dans la joie, nous irons
à la maison du Seigneur.
(cf. Ps 121, 1)

Quelle joie quand on m’a dit :
« Nous irons à la maison du Seigneur ! »
Maintenant notre marche prend fin
devant tes portes, Jérusalem !

Jérusalem, te voici dans tes murs :
ville où tout ensemble ne fait qu’un !
C’est là que montent les tribus,
les tribus du Seigneur.

C’est là qu’Israël doit rendre grâce
au nom du Seigneur.
C’est là le siège du droit,
le siège de la maison de David.

Appelez le bonheur sur Jérusalem :
« Paix à ceux qui t’aiment !
Que la paix règne dans tes murs,
le bonheur dans tes palais ! »

À cause de mes frères et de mes proches,
je dirai : « Paix sur toi ! »
À cause de la maison du Seigneur notre Dieu,
je désire ton bien.


DEUXIÈME LECTURE :
« Le salut est plus près de nous »
(Rm 13, 11-14a)


Lecture de la lettre de saint Paul
Apôtre aux Romains

Frères,
   vous le savez : c’est le moment,
l’heure est déjà venue de sortir de votre sommeil.
Car le salut est plus près de nous maintenant
qu’à l’époque où nous sommes devenus croyants.
   La nuit est bientôt finie,
le jour est tout proche.
Rejetons les œuvres des ténèbres,
revêtons-nous des armes de la lumière.
   Conduisons-nous honnêtement,
comme on le fait en plein jour,
sans orgies ni beuveries,
sans luxure ni débauches,
sans rivalité ni jalousie,
   mais revêtez-vous du Seigneur Jésus Christ.

   – Parole du Seigneur.


ÉVANGILE :
Veillez pour être prêts (Mt 24, 37-44)


Alléluia. Alléluia.
Fais-nous voir, Seigneur, ton amour,
et donne-nous ton salut.
Alléluia. (Ps 84, 8)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

 En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples :
   « Comme il en fut aux jours de Noé,
ainsi en sera-t-il lors de la venue du Fils de l’homme.
   En ces jours-là, avant le déluge,
on mangeait et on buvait, on prenait femme et on prenait mari,
jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche ;
   les gens ne se sont doutés de rien,
jusqu’à ce que survienne le déluge qui les a tous engloutis :
telle sera aussi la venue du Fils de l’homme.
   Alors deux hommes seront aux champs :
l’un sera pris, l’autre laissé.
   Deux femmes seront au moulin en train de moudre :
l’une sera prise, l’autre laissée.
   Veillez donc,
car vous ne savez pas quel jour
votre Seigneur vient.
   Comprenez-le bien :
si le maître de maison
avait su à quelle heure de la nuit le voleur viendrait,
il aurait veillé
et n’aurait pas laissé percer le mur de sa maison.
   Tenez-vous donc prêts, vous aussi :
c’est à l’heure où vous n’y penserez pas
que le Fils de l’homme viendra. »

   – Acclamons la Parole de Dieu.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Dfrr9t10


commentaire du jour.


« Veillez donc, car vous ne connaissez pas le jour où votre Seigneur viendra. »
                                                                                                                                 
La venue du Seigneur fait partie intégrante du mystère Chrétien. Entrer dans le temps de l’Avent, c’est entrer dans le temps où l’Église fait mémoire de la venue glorieuse du Seigneur, où elle l’invoque et où elle l’attend.
Au cœur de la Prière Eucharistique, après le récit de l’institution, nous proclamons le mystère de la Foi en affirmant : « Nous attendons ta venue dans la Gloire » ou bien en reprenant l’ancienne invocation des chrétiens : « Viens, Seigneur Jésus. »
Lorsque nous professons notre Foi, nous confessons : « Il reviendra dans la Gloire pour juger les vivants et les morts. »
C’est sous l’aspect du Jugement que les lectures de ce Dimanche nous proposent de considérer l’événement final et décisif de l’histoire du Salut, prophétisé par Isaïe, annoncé par l’Évangile comme la venue du Fils de l’Homme, et présenté par Saint Paul comme une norme de notre vie quotidienne.
Au dire du prophète Isaïe, proclamer la venue du Seigneur a un impact puissant sur l’histoire des peuples.
En effet cet événement final juge les violences et les guerres que les hommes déchainent. Les armes seront détruites et transformées : « On ne s’entrainera plus pour la guerre. »

Au dire de Jésus et de l’apôtre Paul, proclamer la venue du Seigneur a un impact puissant également sur notre vie quotidienne.
L’inconscience et l’ignorance coupables où les hommes s’anesthésient sont dénoncées. Les comportements immoraux où ils se perdent sont rejetés.

En faisant un parallèle entre le déluge qui bouleverse la routine peinarde de la génération de Noé et la venue du Fils de l’Homme, l’Évangile nous avertit de ne pas faire naufrage, de ne pas couler dans la banalité des jours.
La génération de Noé n’est pas décrite par Jésus comme mauvaise ou incroyante, mais simplement comme inconsciente.
« Les gens ne se sont doutés de rien ». Ils périssent par manque de discernement, sans savoir pourquoi.
Par contre, Noé a su discerner : ainsi il se sauve lui-même et sauve l’avenir.
Discerner l’aujourd’hui sauve l’avenir. C’est cela qu’on appelle la responsabilité. La faute, s’il faut parler de faute, entrevue dans l’Évangile, est l’irresponsabilité par absence de discernement.

La venue du Seigneur n’engage pas seulement à veiller pour ne pas nous laisser surprendre par les catastrophes qui tissent l’histoire dramatique de ce monde.
La venue glorieuse du Seigneur nous engage aussi à veiller sur la vérité de notre propre cœur.

La mention des deux personnes engagées dans un même travail, que rien ne semble distinguer, dont l’une cependant est prise et l’autre laissée, indique que ce qui peut rester caché dans la vie quotidienne sera manifesté à la venue du Seigneur.
La différence se fait dans l’intériorité invisible.
« Ne va pas au dehors, rentre en toi-même. C’est dans l’homme intérieur qu’habite la vérité », nous rappelle Saint Augustin.

« Veillez donc, car vous ne connaissez pas le jour où votre Seigneur viendra. »
Dans un magnifique sermon, le Bienheureux John Henry Newman considère que « ce mot veiller est un mot remarquable parce que l’idée n’est pas si évidente qu’il pourrait sembler à première vue.
Nous ne devons pas seulement croire, mais veiller; pas seulement craindre mais veiller; pas seulement aimer mais veiller; pas seulement obéir mais veiller…
Veiller pourquoi ? Pour ce grand événement, la venue du Christ. La plupart d’entre nous ont une idée générale de ce que l’on entend par croire, craindre, aimer, obéir; mais peut-être ne comprenons-nous pas ce que l’on entend par veiller ?

Veiller c’est, nous dit-il, le seul critère qui départage et distingue les Chrétiens : « Les vrais Chrétiens, quels qu’ils soient, veillent, les Chrétiens inconséquents ne veillent pas. »
« Veillez… Tenez-vous donc prêts, vous aussi. »
La petite Thérèse exprime cette dimension essentielle de notre vie Chrétienne lorsque dans son rêve du mois de mai 1896 elle demande à la Vénérable Anne de Jésus :
« Dites-moi si le bon Dieu me laissera longtemps sur Terre ? Viendra-t-il bientôt me chercher ?…
Dites-moi encore si le bon Dieu ne me demande pas quelque chose de plus que mes pauvres petites actions et mes désirs ? Est-il content de moi ?
»
Et nous-mêmes, attendons-nous avec ardeur la venue du Seigneur, qui mettra à nu la vérité sur la relation de chaque homme à Dieu et prononcera la parole définitive sur toute l’histoire ?


Frère Philippe Hugelé, o.c.d.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Siteon0-5a7f7


Autre commentaire de ce jour.

Veiller et se tenir prêt

Ce dimanche, nous débutons une nouvelle année liturgique, l’année A, durant laquelle, nous entendrons davantage l’Évangile de Matthieu. Cette nouvelle année liturgique débute avec le temps dit de l’Avent.

Le Missel romain précise ce qu’est le temps de l’Avent : « Le temps de l’Avent a une double caractéristique : c’est à la fois un temps de préparation aux solennités de Noël où l’on commémore le premier avènement du Fils de Dieu parmi les hommes, et un temps où, par ce souvenir, les âmes sont tournées vers le second avènement du Christ à la fin des temps. Le temps de l’Avent se présente donc, pour ces deux raisons, comme un temps de prière et joyeuse attente » (voir n°39, Normes universelles de l’année liturgique).
L’essentiel nous est ici précisé pour saisir le vrai sens de l’Avent. Il nous prépare à célébrer la nativité du Fils de Dieu qui a pris chair de la Vierge Marie, par l’action de l’Esprit Saint. Nous pointons ici le mystère de l’incarnation de Dieu. L’Avent nous rappelle aussi que toute l’Église est dans l’attente de la venue du Christ dans la gloire. Le temps de l’Avent, nous devons enfin le vivre dans une attitude de prière et de joie.
Accueillir la venue du Christ, le Sauveur du monde, appelle à la conversion. L’extrait de la lettre de saint Paul aux Romains et celui de l’Évangile nous donnent des balises pour vivre pleinement ce temps de l’Avent.

Paul nous invite à « sortir de [notre] sommeil » car le « salut est « plus près de nous maintenant (…) La nuit est bientôt finie, le jour est tout proche. » Jésus est bien celui qui apporte le salut à toute l’humanité. Nous devons nous réveiller pour l’accueillir vraiment dans nos vies et désirer son salut pour nous.


Il y a un appel à sortir de nos routines, de nos habitudes parfois automatiques, surtout celles qui nous éloignent vraiment du chemin du Christ et de son Église. De quels « sommeils » devons-nous nous réveiller ? Chacun est interrogé personnellement…

Saint Paul dresse également des attitudes à adopter :

* Rejeter « les œuvres des ténèbres » et revêtir les « armes de la lumière ». La lutte contre le péché et contre le mal est ici évoqué : ceux que nous commettons et ceux des autres…

* Se conduire honnêtement. L’honnêteté est la qualité d’une personne honnête, c’est-à-dire qui agit avec droiture et loyauté et de façon vertueuse. L’honnêteté nous rappelle aussi le sens du devoir et de la responsabilité. Nous avons tous manqué d’honnêteté dans des actes de nos vies. Nous n’avons pas toujours le sens moral dans l’entreprise de certaines situations. Le risque serait de nous habituer à nos malhonnêtetés.

Que ce temps de l’Avent nous donne vraiment de répondre à cet appel de Paul à se conduire honnêtement, « sans orgies ni beuveries, sans luxure ni débauches, sans rivalité ni jalousie ». Chacun sait en conscience sur quels points il a à travailler et à se convertir…

* Paul nous invite enfin à revêtir le Christ. Il s’agit de nous laisser envelopper par le Christ, d’entrer dans une intimité profonde avec lui, lui consacrer du temps dans la prière et la méditation de la Parole de Dieu. Revêtir le Christ pour pouvoir porter un regard de bienveillance sur notre prochain et un regard d’espérance sur notre monde. Revêtir le Christ, c’est laisser ses sentiments et son amour nous animer afin de pouvoir porter ces regards.

Dans l’Évangile, Jésus évoque clairement sa venue dans la gloire. Il nous invite à deux attitudes : veiller et se tenir prêt. Veiller, car nous ne savons pas quel jour le Seigneur viendra. Ce jour, nul ne peut le prédire ou le calculer. Se tenir prêt, car ce sera au moment où nous ne le penserons pas que le Christ fera sa venue dans la gloire. Ce jour, nul ne peut le prévoir ou le déterminer.

L’Évangile invite à une vigilance profonde. Tout peut arriver à tout moment. Nous sommes appelés à être éveillés en discernant les signes de l’Esprit Saint à l’œuvre en ce monde, y compris lorsque nous sommes heurtés par les difficultés de la vie.

Jésus nous exhorte à veiller. La liturgie dominicale est l’expression de cette veille de l’Église : « Nous attendons ta venue dans la gloire », proclamons-nous dans l’anamnèse à chaque eucharistie. Ne négligeons pas l’Eucharistie durant ce temps de l’Avent.

Demandons au Seigneur que nous puissions tirer leçon des enseignements qui nous sont faits en ce dimanche. À tous et à chacun, bon temps de l’Avent et belle marche vers Noël.



Père Rodolphe EMARD
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Bannsedifop


Pensées pour l'évangile d'aujourd'hui

« Tu mourras comme tu as vécu » (Saint Augustin)

« Veillez!». C’est une exhortation salutaire, qui nous rappelle que la vie n’a pas seulement une dimension terrestre, mais qu’elle se projette dans “l’au-delà”, comme une petite plante qui germe dans la terre et s’ouvre vers le ciel » (Benoit XVI)

« L’Eglise, spécialement pendant les temps de l’Avent, du Carême et surtout pendant la nuit de Pâques, relit et revit tous ces événements de l’histoire du salut dans le « aujourd’hui » de sa Liturgie » (Catéchisme de l’Eglise Catholique, n° 1.095)








*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Avent-20-300x111




*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 5b23299d




*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Gif-an10

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Deus_abba_omnipotens_pater_gloire_au_pere_et_a_son_amour_mere_eugenie_ravasio*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Trinite-et-marie-5a699c*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 LA%2BSANTA%2BTRINIDAD%2BY%2BMARIA

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !


Je T'aime Dieu ma Force, mon Bonheur et mon Unique Espérance !

Sub tuam misericordiam confugimus, Dei Genitrix !
Lumen
Lumen

Date d'inscription : 09/11/2021
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Empty Re: *Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe

Message par Lumen Lun 28 Nov 2022 - 15:16

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez
comme est bon le seigneur !
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Am17412


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 F3e10a12debfc8f4c29c1cf8bfed0b16


Eucharistie du Lundi 28 Novembre 2022
Lundi de la 1ère semaine de l'Avent (Année paire).


Saint Sosthène, Disciple et compagnon
de Saint Paul (Ier siècle)
Saint Théodore de Rostov, Fondateur du monastère
de la Dormition de la Mère de Dieu (+ 1395)
Saint Jacques de la Marche, Frère Mineur à
Naples (1391-1476).
Sainte Catherine Labouré, Vierge, Religieuse des
Filles de la Charité (1806-1876).


NOMINIS : Saints, Saintes et Fêtes du Jour
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(h tt p s : // nominis . cef . fr)




Textes de la messe du jour

PREMIÈRE LECTURE :
« Il sera la splendeur des rescapés
d'Israël » (Is 4, 2-6)


Lecture du livre du prophète Isaïe

Ce jour-là,
le Germe que fera grandir le Seigneur
sera l’honneur et la gloire des rescapés d’Israël,
le Fruit de la terre sera leur fierté et leur splendeur.
         Alors, ceux qui seront restés dans Sion,
les survivants de Jérusalem,
seront appelés saints :
tous seront inscrits à Jérusalem
pour y vivre.
         Quand le Seigneur aura lavé la souillure des filles de Sion,
purifié Jérusalem du sang répandu,
en y faisant passer le souffle du jugement,
un souffle d’incendie,
         alors, sur toute la montagne de Sion,
sur les assemblées qui s’y tiennent,
le Seigneur créera
une nuée pendant le jour
et, pendant la nuit, une fumée
avec un feu de flammes éclatantes.
Et au-dessus de tout,
comme un dais, la gloire du Seigneur :
         elle sera, contre la chaleur du jour, l’ombre d’une hutte,
un refuge, un abri contre l’orage et la pluie.

                       – Parole du Seigneur.


PSAUME :
(Ps 121 (122), 1-2, 3-4ab, 4cd-5, 6-7, 8-9)

R/ Dans la joie, nous irons
à la maison du Seigneur.

(cf. Ps 121, 1)

Quelle joie quand on m’a dit :
« Nous irons à la maison du Seigneur ! »
Maintenant notre marche prend fin
devant tes portes, Jérusalem !

Jérusalem, te voici dans tes murs :
ville où tout ensemble ne fait qu’un !
C’est là que montent les tribus,
les tribus du Seigneur,

C'est là qu'Israël doit rendre grâce
au nom du Seigneur ;
c’est là le siège du droit,
le siège de la maison de David.

Appelez le bonheur sur Jérusalem :
« Paix à ceux qui t’aiment !
Que la paix règne dans tes murs,
le bonheur dans tes palais ! »

À cause de mes frères et de mes proches,
je dirai : « Paix sur toi ! »
À cause de la maison du Seigneur notre Dieu,
je désire ton bien.


ÉVANGILE :  
« Beaucoup viendront de l’orient et de l’occident
et prendront place au festin du royaume des
Cieux » (Mt 8, 5-11)


Alléluia. Alléluia.
Viens, Seigneur, notre Dieu,
délivre-nous. Montre-nous ton
visage et nous serons sauvés.
Alléluia. (cf. Ps 79, 4)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là,
comme Jésus était entré à Capharnaüm,
un centurion s’approcha de lui et le supplia :
« Seigneur, mon serviteur est couché, à la maison, paralysé,
et il souffre terriblement. »
Jésus lui dit :
« Je vais aller moi-même le guérir. »
Le centurion reprit :
« Seigneur, je ne suis pas digne
que tu entres sous mon toit,
mais dis seulement une parole
et mon serviteur sera guéri.
Moi-même qui suis soumis à une autorité,
j’ai des soldats sous mes ordres ;
à l’un, je dis : “Va”, et il va ;
à un autre : “Viens”, et il vient,
et à mon esclave : “Fais ceci”, et il le fait. »
À ces mots, Jésus fut dans l’admiration
et dit à ceux qui le suivaient :
« Amen, je vous le déclare,
chez personne en Israël, je n’ai trouvé une telle foi.
Aussi je vous le dis :
Beaucoup viendront de l’orient et de l’occident
et prendront place avec Abraham, Isaac et Jacob
au festin du royaume des Cieux. »

  – Acclamons la Parole de Dieu.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 9468343f3b9097c741d5a4e4ca2d677a


commentaire du jour.

« Un centurion de l'armée romaine vint à Lui »
                                                                                                                                 
Les centurions constituaient le coeur d’une légion romaine. Au temps de Jésus, les Romains, ces étrangers païens, occupaient le pays et suscitaient la haine des Juifs. Les évangiles au contraire présentent les centurions sous un jour favorable. Rappelons-nous celui, qui, devant Jésus mourant en croix, donne la réponse à la question que les gens se posaient tout au long de l’Évangile de Marc, « Qui est donc cet homme ? » Le centurion de garde s’écrie à la mort du Christ : « En vérité, cet homme était Fils de Dieu. » (Mc 15, 39) Cet officier et celui dont il est question aujourd’hui préfiguraient les païens qui, en grand nombre, entrèrent par la suite dans l’Église.

Selon la loi ancienne, un maître avait tous les droits sur son esclave et aucun devoir envers lui. L’esclave était sa chose, comme un animal, et il lui appartenait. Aussi la générosité du centurion qui aborde Jésus et la peine qu’il ressent à cause de la paralysie dont souffre son esclave – il est au lit et souffre terriblement – contrastent avec la dureté des maîtres de cette époque, et surtout avec la rudesse des officiers romains.

Non seulement ce capitaine de l’armée se montre sensible et solidaire d’un pauvre, son esclave, mais il a une foi admirable en Jésus. Dans un premier moment, il expose seulement le mal dont souffre son esclave; il demande discrètement à Jésus de le soulager et, peut-être, de le guérir. En réponse au centurion, Jésus, comprenant le but de sa démarche, lui déclare qu’il ira le guérir. Exaucé par cette déclaration, cet homme n’a plus rien à ajouter.

Et pourtant il sait que Jésus ne peut entrer dans une maison païenne sans encourir une impureté légale, dont il devra se purifier pendant une semaine. Il a conscience que le peuple le considère comme un pestiféré, dont le contact est contagieux. En dépit de sa force militaire et de la peur qu’il inspire, il éprouve un sentiment d’indignité, Je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit. Pour lui, Jésus possède un pouvoir qui dépasse celui qu’il exerce sur ses soldats et ses esclaves, mais dont l’efficacité est du même genre. Le Christ peut commander à la paralysie comme lui, l’officier et le maître, à ses soldats ou à ses esclaves. Selon la crédulité de cette époque, il fallait toucher un malade pour le guérir. Mais la foi de ce païen va plus loin que cette crédulité magique, car il croit que la seule parole de Jésus produit l’effet désiré, même s’il ne voit pas ou ne touche pas l’esclave paralysé.

Une telle foi chez un païen suscite l’admiration de Jésus. Les seuls moment où les évangélistes signalent l’admiration de Jésus, c’est lorsqu’il découvre la foi de son interlocuteur. « Comme ta foi est grande ! » (Mt 15, 28), répondra-t-il à la femme cananéenne, une autre païenne. Ici, il s’adresse à la foule et il introduit son admiration par la formule solennelle : « Amen, je vous le déclare ».

Jésus compare cette foi à l’incompréhension et au refus que son peuple lui a opposés, ce peuple héritier des ancêtres, Abraham, Isaac et Jacob. Dieu avait promis à ce peuple, qu’il avait choisi, la participation au banquet céleste. Mais, pour entrer dans le Royaume de la vie et du bonheur, il fallait s’ouvrir par la foi à l’invitation de Dieu proclamée par son Fils. Aussi Jésus, tout attristé, constate avec douleur : « Les héritiers du Royaume seront jetés dehors. »

En refusant l’invitation, les héritiers ont malheureusement choisi les ténèbres de l’extérieur. Mais ce n’est pas Dieu ou Jésus qui condamne, car il dira clairement: « Moi (et le Père en lui), je ne juge personne » (Jn 8,15). En quoi donc consistent le jugement et la condamnation ? « La lumière (le Christ) est venu dans le monde et les humains ont préféré les ténèbres à la lumière » (Jean 3,19). Celui qui refuse de croire et d’accueillir la lumière et la vie se condamne lui-même. La peine du condamné vient de la frustration d’un bien nécessaire à son bonheur, dont il s’est privé librement.

Après avoir guéri un lépreux et un paralytique, Jésus soulage la belle-mère de Pierre, qui souffre d’un autre mal, la fièvre. La communication avec la malade s’établit, cette fois, par le toucher. La guérison est instantanée : « Il lui prit la main, et la fièvre la quitta. » La suite peut surprendre: « Elle se leva et elle les servait. » Pour l’évangéliste, ce service montre que la guérison est parfaite et qu’un don reçu gratuitement ne peut être conservé égoïstement pour soi-même, mais il doit se traduire en service pour le bien du prochain.

La réputation de Jésus se répand dans le peuple, qui lui amène de nombreux possédés, qui ne sont plus libres, parce qu’ils sont habités et dominés comme des esclaves. Cette domination, qui détruit la liberté et qui empêche de se posséder soi-même, est une tragédie qui sévit à toutes les époques. C’est « par sa parole », semblable à la parole créatrice de Dieu (Gen 1,3.6…), que Jésus les guérit. L’évangéliste voit dans le Christ guérisseur la figure du Serviteur souffrant (Isaïe 53,4), qui, non seulement redonne la santé, mais qui, par amour, a pris sur lui nos faiblesses et nos maladies. Matthieu annonce ainsi que Jésus en croix prendra sur lui toute la misère du monde.



Père Jean-Louis D’Aragon SJ
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Villa_Loyola_teil


Autre commentaire de ce jour.

« Beaucoup viendront de l’orient et de l’occident et prendront place
avec Abraham, Isaac et Jacob au festin du Royaume des Cieux »

Le temps de l’Avent dans lequel nous venons d’entrer, attire d’emblée notre attention sur la dimension universelle du Salut.
Dans la première lecture, nous entendons Isaïe prophétiser : « Il arrivera dans l’avenir que la montagne du Temple du Seigneur sera placée à la tête des montagnes et dominera les collines.

Toutes les nations afflueront vers elle, des peuples nombreux se mettront en marche, et ils diront : ‘Venez, montons à la montagne du Seigneur, au Temple du Dieu de Jacob"
».

Dans l’Évangile, Jésus annonce : « Beaucoup viendront de l’orient et de l’occident et prendront place avec Abraham, Isaac et Jacob au festin du Royaume des Cieux ».
Avec ces paroles, nous reprenons conscience que ce que nous nous préparons à cueillir le jour de Noël c’est bien le « Germe » de la Vie éternelle que Dieu veut faire croître dans le cœur de tous les hommes.

Le fait que ce soit la Foi d’un centurion romain, c’est-à-dire d’un païen, qui nous soit proposée comme modèle nous remet en question.
Et si ce temps de l’Avent nous permettait de rompre avec nos habitudes religieuses pour retrouver la fraîcheur et la ferveur d’une Foi renouvelée et salutaire parce qu’animée et motivée par la Charité ?

La ville de Capharnaüm est qualifiée dans les Évangiles de « carrefour des nations ». Là aussi, il s’agit d’un renvoi à l’universalité du Salut apporté par Jésus.
Un homme, un centurion romain, s’avance hors de cette ville. Il se dirige vers Jésus et le supplie :
« Seigneur, mon serviteur est au lit, chez moi, paralysé, et il souffre terriblement ».

Le vocable « Seigneur » laisse entendre qu’il voit en Jésus bien plus qu’un simple thaumaturge.
Et la gratuité de sa démarche ne fait que le confirmer. En effet, il est remarquable que ce dont il fait part en premier lieu à Jésus ce soit la souffrance de son serviteur.
C’est la Compassion pour son esclave qui l’anime dans sa requête auprès de Jésus et non pas l’opportunité que lui soit rendu celui qui travaillait pour lui.
C’est gratuitement qu’il demande sa guérison sans aucune arrière-pensée d’en tirer un quelconque profit.

En outre, ce centurion est conscient de ne rien mériter. En raison de sa condition de païen et pour éviter à Jésus de contracter une souillure rituelle en entrant chez lui, il déclare : « Seigneur, je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit ».
Et pourtant il croit : « Mais dis seulement un mot et mon serviteur sera guéri ».

Il croit du plus profond de son cœur que l’Amour du Christ lui est acquis à lui aussi, le païen, ainsi qu’à son serviteur.
Il sait que cet Amour ne s’exige pas comme on pourrait commander à un subalterne d’accomplir les ordres qu’on lui aurait donnés.
Il sait que pour être reçu, cet Amour a seulement besoin qu’on le reconnaisse pour ce qu’il est : gratuit.
Voilà la raison pour laquelle Jésus fait l’éloge de la Foi de cet homme, Foi naissante mais toute-puissante sur le Cœur de Dieu car animée par la Compassion et l’Humilité.

« Durant ce temps de l’Avent, ravive en nous Seigneur une Foi vivante, animée par la Charité, une Foi humble et confiante dans la gratuité de ton Amour.
Qu’à l’exemple de ce centurion de Capharnaüm notre cœur s’ouvre aux souffrances qui nous entourent et qu’il se remplisse de Compassion.

Oui Seigneur, ravive en nous le désir que tous les hommes soient sauvés, libérés de la paralysie de la souffrance et du péché.
Ouvre nos cœurs aux dimensions du tien, nous pourrons alors recevoir en plénitude la Joie et la Paix de Noël
. »



Frère Élie, Moine de la Famille de Saint Joseph.
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 LOGO_FSJ_2017.png


Pensées pour l'évangile d'aujourd'hui

« Qu’est-ce que nous pensons que Jésus a loué concernant la foi du centurion ? L’humilité. L’humilité du centurion était la porte par laquelle le Seigneur est entré » (Saint Augustin)

« Le Seigneur s’émerveilla de ce centurion. Il s’émerveilla de sa foi. C’est la raison pour laquelle, il a non seulement trouvé le Seigneur, mais il a également ressenti la joie d’avoir été trouvé par le Seigneur. C’est très important! » (François)

« Devant la grandeur de ce sacrement [l’Eucharistie], le fidèle ne peut que répondre humblement et avec une foi ardente la parole du Centurion: ‘Seigneur, je ne suis pas digne de te recevoir, mais dis seulement une parole et je serai guéri’ » (Catéchisme de l’Eglise Catholique, n° 1.386)








*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 5b23299d




*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Gif-an10

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Deus_abba_omnipotens_pater_gloire_au_pere_et_a_son_amour_mere_eugenie_ravasio*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Trinite-et-marie-5a699c*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 LA%2BSANTA%2BTRINIDAD%2BY%2BMARIA

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !


Je T'aime Dieu ma Force, mon Bonheur et mon Unique Espérance !

Sub tuam misericordiam confugimus, Dei Genitrix !
Lumen
Lumen

Date d'inscription : 09/11/2021
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Empty Re: *Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe

Message par Lumen Mar 29 Nov 2022 - 15:26

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez
comme est bon le seigneur !
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Am17412


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 F3e10a12debfc8f4c29c1cf8bfed0b16


Eucharistie du Mardi 29 Novembre 2022
Mardi de la 1ère semaine de l'Avent (Année paire).


Saint Sernin (ou Saturnin), Évêque et
Martyr (+ vers 250).
Saint François-Antoine Fasani, Prêtre de l’Ordre
des Mineurs conventuels (1681-1742).
Bienheureux Denis de la Nativité (Pierre Berthelot)
et Rédempt de la Croix (Thomas Rodriguez de Cusna),
Martyrs. (+ 1638)
Bienheureuse Marie-Madeleine de l'Incarnation
Fondatrice de l'institut de l'Adoration Perpétuelle du
Très Saint Sacrement (+ 1824)


NOMINIS : Saints, Saintes et Fêtes du Jour
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(h tt p s : // nominis . cef . fr)




Textes de la messe du jour

PREMIÈRE LECTURE :
« Sur lui reposera l’esprit du Seigneur »
(Is 11, 1-10)


Lecture du livre du prophète Isaïe

En ce jour-là,
un rameau sortira de la souche de Jessé, père de David,
un rejeton jaillira de ses racines.
Sur lui reposera l’esprit du Seigneur :
esprit de sagesse et de discernement,
esprit de conseil et de force,
esprit de connaissance et de crainte du Seigneur
– qui lui inspirera la crainte du Seigneur.
Il ne jugera pas sur l’apparence ;
il ne se prononcera pas sur des rumeurs.
Il jugera les petits avec justice ;
avec droiture, il se prononcera
en faveur des humbles du pays.
Du bâton de sa parole, il frappera le pays ;
du souffle de ses lèvres, il fera mourir le méchant.
La justice est la ceinture de ses hanches ;
la fidélité est la ceinture de ses reins.

Le loup habitera avec l’agneau,
le léopard se couchera près du chevreau,
le veau et le lionceau seront nourris ensemble,
un petit garçon les conduira.
La vache et l’ourse auront même pâture,
leurs petits auront même gîte.
Le lion, comme le bœuf, mangera du fourrage.
Le nourrisson s’amusera sur le nid du cobra ;
sur le trou de la vipère, l’enfant étendra la main.
Il n’y aura plus de mal ni de corruption
sur toute ma montagne sainte ;
car la connaissance du Seigneur remplira le pays
comme les eaux recouvrent le fond de la mer.

Ce jour-là, la racine de Jessé
sera dressée comme un étendard pour les peuples,
les nations la chercheront,
et la gloire sera sa demeure.

– Parole du Seigneur.


PSAUME :
(71 (72), 1-2, 7-8, 12-13, 17)

R/ En ces jours-là fleurira la justice,
grande paix jusqu’à la fin des temps.

(cf. 71, 7)

Dieu, donne au roi tes pouvoirs,
à ce fils de roi ta justice.
Qu’il gouverne ton peuple avec justice,
qu’il fasse droit aux malheureux !

En ces jours-là, fleurira la justice,
grande paix jusqu’à la fin des lunes !
Qu’il domine de la mer à la mer,
et du Fleuve jusqu’au bout de la terre !

Il délivrera le pauvre qui appelle
et le malheureux sans recours.
Il aura souci du faible et du pauvre,
du pauvre dont il sauve la vie.

Que son nom dure toujours ;
sous le soleil, que subsiste son nom !
En lui, que soient bénies
toutes les familles de la terre ;
que tous les pays le disent bienheureux !


ÉVANGILE :  
« Jésus exulta de joie sous l’action de
l’Esprit Saint » (Lc 10, 21-24)


Alléluia. Alléluia.
Voici qu’il vient avec puissance,
notre Seigneur, pour éclairer les
yeux de ses serviteurs
Alléluia.

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

À l'heure même, Jésus exulta de joie
sous l’action de l’Esprit Saint,
et il dit :
« Père, Seigneur du ciel et de la terre,
je proclame ta louange :
ce que tu as caché aux sages et aux savants,
tu l’as révélé aux tout-petits.
Oui, Père, tu l’as voulu ainsi dans ta bienveillance.
Tout m’a été remis par mon Père.
Personne ne connaît qui est le Fils, sinon le Père ;
et personne ne connaît qui est le Père, sinon le Fils
et celui à qui le Fils veut le révéler. »

Puis il se tourna vers ses disciples
et leur dit en particulier :
« Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez !
Car, je vous le déclare :
beaucoup de prophètes et de rois
ont voulu voir ce que vous-mêmes voyez,
et ne l’ont pas vu,
entendre ce que vous entendez,
et ne l’ont pas entendu. »

  – Acclamons la Parole de Dieu.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 543ad98c179ebe997a15aaf7d496f83b


commentaire du jour.

"Heureux les yeux qui voient ce que vous voyez"
                                                                                                                                 
L'un des traits les plus attachants de la personnalité de Jésus, c'est qu'il savait s'étonner. Hier nous le voyions admirer la foi d'un centurion romain (Mt 8,4-11); aujourd'hui l'Évangile de Luc nous rapporte un de ses cris de joie, un de ses enthousiasmes. Et quel est le motif de cette exultation dans l'Esprit Saint ? - la pédagogie du Père, qui sait comment révéler son plan d'amour aux tout-petits, à ceux qui ne peuvent s'appuyer sur aucune culture, qui ne peuvent se targuer d'aucune expérience particulière ni du monde ni des hommes.

Entrer dans le projet de Dieu, le découvrir au cœur de l'histoire, ce n'est pas le privilège "des sages et des savants", des spécialistes de la prospective; et parfois, même, la sagesse et la science peuvent fermer l'horizon de la foi. À l'inverse, il ne s'agit pas de disqualifier le savoir humain ni la passion de connaître qui nous habite : il faut seulement que toute prétention fasse silence, que le disciple soumette son intelligence à "l'obéissance de la foi" (Ga 3,2), qu'il accueille dans sa vie l'initiative de Dieu et les inventions de son amour. C'est cela avant tout "être tout-petit".

Vient ensuite une confidence de Jésus, qui éclaire ce qu'il vient de dire à propos de la révélation du Père :    
 
"Tout m'a été confié par mon Père, [..]
personne ne connaît qui est le Père, sinon le Fils, et celui à qui le Fils veut le révéler."


Ainsi le Père et le Fils sont tous deux à l'œuvre pour manifester le projet du salut des hommes. La révélation part du bon plaisir du Père, mieux: de son vouloir bienveillant : "Oui, Père, tu l'as voulu ainsi dans ta bonté"; et cette même révélation passe par la volonté du Fils, qui est le seul à connaître le Père. Ce que Jésus exprimera équivalemment dans l'entretien après la Cène, lorsqu'il dira à son Père en parlant des hommes :


       
"Ils étaient à toi, et tu me les as donnés,
        et ils ont gardé ta parole.
         Maintenant ils savent que tout ce que tu m'as donné vient de toi;
         car les paroles que tu m'as données, je les leur ai données."
(Jn 17,8)

On comprend dès lors cette action de grâces de Jésus, au moment où les soixante-douze reviennent d'une première mission, tout joyeux : "Seigneur, même les démons nous sont soumis en ton nom !" Les disciples ont pu constater que Dieu agit puissamment par le Nom de Jésus de Nazareth, et que vraiment Dieu a remis tout pouvoir à son Fils. De ces Galiléens, ni particulièrement savants ni forcément très expérimentés, Dieu a su toucher le cœur; il a fait d'eux des messagers du Règne advenu, et déjà leurs noms sont inscrits dans le ciel. C'est de tout cela que Jésus remercie le Père.

"Heureux, ajoute Jésus, les yeux qui voient ce que vous voyez". Ces paroles, que Luc situe dans le même contexte du retour de mission, Matthieu les cite au beau milieu du discours en paraboles, où elles prennent encore plus de valeur : "À ces gens-là, je parle en paraboles [pour les forcer à réfléchir], parce qu'ils voient sans voir, [..] mais vous, heureux sont vos yeux parce qu'ils voient, heureuses vos oreilles parce qu'elles entendent."

C'est la béatitude des yeux clairs, des cœurs perméables à la tendresse de Dieu, de tous ceux qui savent saisir la chance que Dieu leur offre. C'est la béatitude de tous ceux qui accueillent la révélation bouleversante du Père par le Fils, cette annonce qui dépasse les plus belles intuitions des prophètes. Béatitude qui remet en marche, ensemble, des filles de Dieu toutes aimées du Père, toutes sauvées par le sang de Jésus, toutes marquées du sceau de l'Esprit, et qui fait se lever chacune, là où elle est, forte de l'espérance des pauvres.



Jean Lévêque, carme, de la Province de Paris
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Siteon0-5a7f7


Autre commentaire de ce jour.

« Beaucoup de prophètes et de rois ont voulu voir
ce que vous voyez »

La plénitude de la Foi Chrétienne : « Abraham…a tressailli d’allégresse à la pensée qu’il verrait mon jour. Il l’a vu et a été dans la joie » (Jn 8,56).
Selon ces paroles de Jésus, la Foi d’Abraham était dirigée vers lui ; elle était, en un sens, une vision anticipée de son mystère.
Ainsi le comprend Saint Augustin quand il affirme que les patriarches seront sauvés par la Foi : non la Foi dans Le Christ déjà venu, mais la Foi dans Le Christ qui allait venir, la Foi tendue vers l’événement futur de Jésus.

La Foi Chrétienne est centrée sur Le Christ, elle est confession que Jésus est Le Seigneur et que Dieu l’a ressuscité des morts (Rm 10,9).
Toutes les lignes de l’Ancien Testament se rassemblent dans Le Christ.
Il devient le « oui » définitif à toutes les promesses, le fondement de notre « Amen » final à Dieu (cf 2Co 1,20).
L’histoire de Jésus est la pleine manifestation de la fiabilité de Dieu. Si Israël rappelait les grands actes d’Amour de Dieu, qui formaient le centre de sa confession et ouvraient le regard de sa Foi, désormais la vie de Jésus apparaît comme le lieu de l’intervention définitive de Dieu, la manifestation suprême de son Amour pour nous.

La Parole que Dieu nous adresse en Jésus n’est pas une parole supplémentaire parmi tant d’autres, mais sa Parole éternelle (He 1,1-2).
Il n’y a pas de garantie plus grande que Dieu puisse donner pour nous assurer de son Amour, comme nous le rappelle Saint Paul (Rm 8,31s).
La Foi Chrétienne est donc Foi dans le plein Amour, dans son pouvoir efficace, dans sa capacité de transformer le monde et d’illuminer le temps.
« Nous avons reconnu l’Amour que Dieu a pour nous, et nous y avons cru » (1Jn 4,16).
La Foi saisit, dans l’Amour de Dieu manifesté en Jésus, le fondement sur lequel s’appuient la réalité et sa destination ultime.



Pape François.
Encyclique « Lumen fidei / La Lumière de la Foi », §15 (trad. Libreria Editrice Vaticana).



Pensées pour l'évangile d'aujourd'hui

« Avant, quelle idée de Dieu l’homme aurait-il pu se faire si ce n’était que celle d’une idole fabriquée par son cœur ? C’était incompréhensible. Mais maintenant il a voulu être compris. De quelle façon ? Eh bien, en étant étendu dans une crèche. Quand je médite sur cela, ma pensée monte jusqu´à Dieu » (Saint Bernard)

« Jésus se remplit de joie en l’Esprit Saint et loua le Père. Voici la vie intérieure de Jésus : sa relation avec le Père dans l’Esprit. Jésus est la proximité de la tendresse du Père envers nous » (François)

« La liturgie chrétienne possède une double dimension. D’une part, l’Eglise, unie à son Seigneur et sous l’action de l’Esprit Saint´ (Lc10,21), bénit le Pèrepour son Don ineffable´ (2Co 9,15) grâce à l’adoration, la louange et l’action de grâces. D’autre part, (...) l’Eglise ne cesse de présenter au Père `l’offrande de ses propres dons´ et d’implorer d'envoyer l’Esprit Saint vienne sur celle-ci, sur elle-même, sur les fidèles et sur le monde entier, afin que (...) ces bénédictions divines portent des fruits de vie » (Catéchisme de l’Eglise Catholique, nº 1083)








*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 5b23299d




*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Gif-an10

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Deus_abba_omnipotens_pater_gloire_au_pere_et_a_son_amour_mere_eugenie_ravasio*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Trinite-et-marie-5a699c*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 LA%2BSANTA%2BTRINIDAD%2BY%2BMARIA

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !


Je T'aime Dieu ma Force, mon Bonheur et mon Unique Espérance !

Sub tuam misericordiam confugimus, Dei Genitrix !
Lumen
Lumen

Date d'inscription : 09/11/2021
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Empty Re: *Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe

Message par Lumen Jeu 1 Déc 2022 - 10:26

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez
comme est bon le seigneur !
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Am17412


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 F3e10a12debfc8f4c29c1cf8bfed0b16


Eucharistie du Mercredi 30 Novembre 2022
Fête de Saint André, Apôtre et Martyr (+ v. 62).


Samson, Ancien Testament : Dernier
grand juge d'Israël
Saint Frumence, Un des apôtres de l'Ethiopie
au IVe siècle (+ v. 360)
Saint Joseph Marchand, Prêtre, Missionnaire
des Missions étrangères de Paris (m.e.p.)
et Martyr (+ 1835)..
Bienheureux Jean de Verceil
Maître général de l'ordre des frères prêcheurs
(+ 1283)
Vénérable Giustina Schiapparoli, Cofondatrice
des Bénédictines de la Divine Providence de
Voghera (+ 1877)


NOMINIS : Saints, Saintes et Fêtes du Jour
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(h tt p s : // nominis . cef . fr)




Textes de la messe du jour

PREMIÈRE LECTURE :
« La foi naît de ce que l’on entend ; et ce que l’on entend,
c’est la parole du Christ » (Rm 10, 9-18)


Lecture de la lettre de saint Paul
Apôtre aux Romains


Frère,
   si de ta bouche, tu affirmes que Jésus est Seigneur,
si, dans ton cœur, tu crois
que Dieu l’a ressuscité d’entre les morts,
alors tu seras sauvé.
   Car c’est avec le cœur que l’on croit
pour devenir juste,
c’est avec la bouche que l’on affirme sa foi
pour parvenir au salut.
   En effet, l’Écriture dit :
Quiconque met en lui sa foi
ne connaîtra pas la honte.
   Ainsi, entre les Juifs et les païens,
il n’y a pas de différence :
tous ont le même Seigneur,
généreux envers tous ceux qui l’invoquent.
   En effet,
quiconque invoquera le nom du Seigneur
sera sauvé.
   Or, comment l’invoquer,
si on n’a pas mis sa foi en lui ?
Comment mettre sa foi en lui,
si on ne l’a pas entendu ?
Comment entendre
si personne ne proclame ?
   Comment proclamer
sans être envoyé ?
Il est écrit :
Comme ils sont beaux, les pas des messagers
qui annoncent les bonnes nouvelles !
   Et pourtant, tous n’ont pas obéi à la Bonne Nouvelle.
Isaïe demande en effet :
Qui a cru, Seigneur, en nous entendant parler ?
   Or la foi naît de ce que l’on entend ;
et ce que l’on entend, c’est la parole du Christ.
   Alors, je pose la question :
n’aurait-on pas entendu ?
Mais si, bien sûr !
Un psaume le dit :
Sur toute la terre se répand leur message
et leurs paroles, jusqu’aux limites du monde.

   – Parole du Seigneur.


PSAUME :
(Ps 18 (19), 2-3, 4-5ab)

R/ Par toute la terre s’en va leur message.

(cf. Ps 18, 5a)

Les cieux proclament la gloire de Dieu,
le firmament raconte l'ouvrage de ses mains.
Le jour au jour en livre le récit
et la nuit à la nuit en donne connaissance.

Pas de paroles dans ce récit,
pas de voix qui s'entende ;
mais sur toute la terre en paraît le message
et la nouvelle, aux limites du monde.


ÉVANGILE :  
« Aussitôt, laissant leurs filets,
ils le suivirent » (Mt 4, 18-22)


Alléluia. Alléluia.
Venez à ma suite, dit le Seigneur.
Je vous ferai pêcheurs d’hommes.
Alléluia. (Mt 4, 19)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là,
   comme Jésus marchait le long de la mer de Galilée,
il vit deux frères,
Simon, appelé Pierre,
et son frère André,
qui jetaient leurs filets dans la mer ;
car c’étaient des pêcheurs.
   Jésus leur dit :
« Venez à ma suite,
et je vous ferai pêcheurs d’hommes. »
   Aussitôt, laissant leurs filets, ils le suivirent.

De là, il avança et il vit deux autres frères,
Jacques, fils de Zébédée,
et son frère Jean,
qui étaient dans la barque avec leur père,
en train de réparer leurs filets.
Il les appela.
   Aussitôt, laissant leur barque et leur père,
ils le suivirent.

  – Acclamons la Parole de Dieu.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 788b6b74dc70a518e72fb9a232e15654--harry-anderson-fishers-of-men


commentaire du jour.

Venez, suivez-moi
                                                                                                                                 
"Venez, suivez-moi", dit Jésus.

Il dit cela par deux fois, en marchant su bord de la mer de Galilée, et quatre hommes les suivent, quatre hommes qui vivaient de la pêche. Mais l'appel de Jésus nous concerne tous. Dans notre vie à tous et à toutes, Jé­sus est passé et il passe, en disant : "Viens, suis-moi !" Que nous soyons mère de famille ou religieuse, artisan, employé ou moine, l'évangile d'aujourd'hui fait retentir dans notre vie, et donc dans notre cœur, l'appel de Jésus.

Essayons donc de comprendre, à partir de l'exemple des Apôtres, ce que le Maître attend de nous.

  Il est clair, tout d'abord, que c'est Jésus qui appelle.

Les maîtres, les professeurs, les gourous, on les choisit soi-même, parfois entre cent ; mais avec Jésus, c'est différent : il prend l'initiative, il passe, il s'arrête, il invite : "Ce n'est pas vous qui m'avez choisi, dira Jésus lors du dernier repas; mais c'est moi qui vous ai choisis et vous ai établis pour que vous alliez, vous, et que vous portiez du fruit" (Jn 15,26).

Ce n'est pas nous qui avons fait un cadeau à Dieu, qui avons fait à Jésus l'honneur de le suivre, mais lui qui nous a fait suffisamment confiance pour nous prendre à son service.

         Quand Jésus appelle, il nous faut accepter certaines ruptures. C'est là un deuxième enseignement que nous suggère l'exemple des premiers apôtres.

Ils ont quitté les filets, la barque, leur père dans la barque. Ils ont vécu là une rupture avec le métier, les habitudes, le gagne-pain et une certaine forme de sécurité. Ils ont dû accepter de lâcher l'avenir prévu, préparé, et les filets apprêtés pour la pêche selon des techniques longuement éprouvées; et cela pour suivre Jésus.

Suivre Jésus, pour nous comme pour les apôtres, c'est marcher derrière lui, aller où il va, travailler là où il travaille, à son œuvre de rédemption, accueillir ceux qu'il accueille, et chercher ce qu'il cherche: des adorateurs pour le Père.

        Mais si Jésus amène dans nos vies certaines ruptures, il s'occupe, lui, de la continuité.

Nous resterons des hommes de la pêche, mais nous pêcherons avec le Pêcheur d'hommes. Jésus nous demandera souvent une transposition de tout notre agir; il fera servir nos capacités, mais à un autre niveau, celui du Règne de Dieu en marche. Rien ne sera perdu du passé, de l'amour de la mer, du savoir-faire acquis dans la barque de Zébédée, et pourtant il faudra tout réapprendre, à l'école du nouveau Maître.

  À travers les ruptures, c'est bien notre vie qui continue, notre réponse personnelle à Jésus; mais pour chacun/e d'entre nous l'appel de Jésus demeure un mystère.

Parfois nous l'entendons de loin, comme une voix qui n'arrive pas à se faire entendre, couverte qu'elle est par la rumeur du désir; parfois nous la percevons en nous comme un murmure, comme un ruisseau discret, mais inlassable, ou encore il nous parvient comme le souvenir vivant d'un grand oui déjà prononcé, comme le rappel paisible de la première rencontre.

C'est le mystère des choix de Dieu, de Dieu qui est libre, divinement libre, et qui sait à la fois le bonheur qu'il nous offre et le grand raccourci qu'il nous propose.

  Tous nous sommes appelés; nous sommes conviés à travailler à plein temps dans le champ du Père, à moissonner, ou à glaner, dans la moisson de Jésus.

Qui que nous soyons, nous pouvons rendre ce témoignage que les moments où nous sommes le plus fidèles à cet appel sont dans notre vie les instants ou les périodes de plus grande plénitude. Savons-nous, voulons-nous suffisamment offrir ce témoignage à ceux et celles que le Christ met sur notre route, spécialement les jeunes qui veulent donner un sens à leur vie ?

Sans doute ont-ils besoin, plus que jamais, pour répondre à leur tour à l'invitation de Jésus : "Viens, suis-moi!", de voir en nous des appelés heureux, des baptisés qui n'ont pas été déçus dans leur amitié avec le Christ, bref des passionnés de Jésus Seigneur.



Jean Lévêque, carme, de la Province de Paris
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Siteon0-5a7f7


Autre commentaire de ce jour.

Je vous ferai pêcheurs d'hommes.

Aujourd'hui, c'est la Fête de Saint André, Apôtre, Célébrée solennellement par les Chrétiens d'Orient.
André fut l'un des deux premiers jeunes hommes qui firent la connaissance de Jésus sur les berges du Jourdain et qui eurent une longue conversation avec Lui.
Il alla tout de suite chercher son frère Pierre, en lui disant « Nous avons trouvé le Messie » et il l'emmena à Jésus (Jn 2,41).
Peu de temps après, Jésus appela ces deux frères pêcheurs devenus ses amis, comme nous le lisons dans l'Évangile du jour : « Venez derrière moi, et je vous ferai pêcheurs d'hommes » (Mt 4,19).
Dans le même village, il y avait aussi une autre paire de frères, Jacques et Jean, compagnons et amis des premiers, pêcheurs comme eux.
Jésus les appela aussi à sa suite. Il est merveilleux de voir qu'ils laissèrent tout et le suivirent “aussitôt”, mot repris dans les deux cas.
L'on ne doit pas dire à Jésus : “après”, “plus tard”, “maintenant j'ai trop de travail”

À chacun d'entre nous aussi —à tous les Chrétiens— Jésus demande chaque jour de mettre à son service tout ce que nous sommes et tout ce que nous possédons — tout quitter, ne rien avoir en propre —, pour que, vivant avec Lui nos tâches professionnelles et domestiques, nous soyons des "pêcheurs d'hommes".
Et que veut dire “pêcheurs d'hommes” ? Une jolie réponse nous vient d'un commentaire de Saint Jean Chrysostome.
Ce Père et Docteur de l'Église observe qu'André ne savait pas bien expliquer à son frère Pierre qui était Jésus, et c'est pourquoi il «l'emmena à la source même de la Lumière», Jésus.
“Pêcher des hommes” signifie aider ceux qui nous entourent, dans la famille, dans le travail, à trouver Le Christ, unique Lumière pour notre chemin.



Prof. Dr. Mgr. Lluís CLAVELL (Roma, Italie).
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Pensées pour l'évangile d'aujourd'hui

« Pierre et André n’avaient pas vu que Jésus Christ aurait fait des miracles. Ils n’avaient rien entendu dire du prix éternel et, cependant en écoutant la voix du Sauveur ils ont oublié tout ce qu’ils croyaient avoir » (Saint Grégoire le Grand)

« Que l’apôtre André nous enseigne à suivre Jésus avec promptitude, à parler avec enthousiasme de Lui, et surtout à cultiver avec Lui une relation d’une vraie familiarité, conscients que seulement en Lui nous pouvons trouver le sens ultime de notre vie et de notre mort » (Benoît XVI)

« Le Christ Seigneur (...) ordonna à ses apôtres de le prêcher à tous comme la source de toute vérité salutaire et de toute règle morale, en leur communiquant les dons divins : l’Evangile promis par les prophètes, que lui-même a accompli et proclamé de sa propre bouche » (Catéchisme de l’Eglise Catholique, nº75)








*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 5b23299d




*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Gif-an10

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Deus_abba_omnipotens_pater_gloire_au_pere_et_a_son_amour_mere_eugenie_ravasio*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Trinite-et-marie-5a699c*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 LA%2BSANTA%2BTRINIDAD%2BY%2BMARIA

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !


Je T'aime Dieu ma Force, mon Bonheur et mon Unique Espérance !

Sub tuam misericordiam confugimus, Dei Genitrix !

Lumen
Lumen

Date d'inscription : 09/11/2021
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Empty Re: *Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe

Message par Lumen Jeu 1 Déc 2022 - 11:23

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez
comme est bon le seigneur !
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Am17412


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 F3e10a12debfc8f4c29c1cf8bfed0b16


Eucharistie du Jeudi 1er Décembre 2022
Jeudi de la 1ère semaine de l’Avent.


Saint Nahum, Prophète (VIIe siècle av. J.-C.)
Sainte Florence, convertie par Saint Hilaire,
recluse à Comblé (+ 367).
Saint Éloi, Évêque de Noyon (590-660).
Saint Charles de Foucauld, Ermite, Prêtre,
Missionnaire et Martyr (1858-1916).
Bienheureuse Marie Claire de l'Enfant-Jésus
Fondatrice des Franciscaines Hospitalières de
l'Immaculée Conception (+ 1899)


NOMINIS : Saints, Saintes et Fêtes du Jour
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(h tt p s : // nominis . cef . fr)




Textes de la messe du jour

PREMIÈRE LECTURE :
« Elle entrera, la nation juste, qui
se garde fidèle » (Is 26, 1-6)


Lecture du livre du prophète Isaïe

En ce jour-là, ce cantique sera chanté
dans le pays de Juda :
Nous avons une ville forte !
Le Seigneur a mis pour sauvegarde
muraille et avant-mur.
Ouvrez les portes !
Elle entrera, la nation juste,
qui se garde fidèle.
Immuable en ton dessein, tu préserves la paix,
la paix de qui s’appuie sur toi.
Prenez appui sur le Seigneur, à jamais,
sur lui, le Seigneur, le Roc éternel.
Il a rabaissé ceux qui siégeaient dans les hauteurs,
il a humilié la cité inaccessible,
l’a humiliée jusqu’à terre,
et lui a fait mordre la poussière.
Elle sera foulée aux pieds,
sous le pied des pauvres,
les pas des faibles.

– Parole du Seigneur.


PSAUME :
(Ps 117 (118), 1.8, 19-20, 21.25, 26)

R/ Béni soit au nom du Seigneur
celui qui vient !
ou Alléluia !
(Ps 117, 26a)

Rendez grâce au Seigneur : Il est bon !
Éternel est son amour !
Mieux vaut s’appuyer sur le Seigneur
que de compter sur les hommes !

Ouvrez-moi les portes de justice :
j’entrerai, je rendrai grâce au Seigneur.
« C’est ici la porte du Seigneur :
qu’ils entrent, les justes ! »

Je te rends grâce car tu m’as exaucé :
tu es pour moi le salut.
Donne, Seigneur, donne le salut !
Donne, Seigneur, donne la victoire !

Béni soit au nom du Seigneur
celui qui vient !
De la maison du Seigneur,
nous vous bénissons !


ÉVANGILE :  
« Pour entrer dans le royaume des Cieux,
il faut faire la volonté de mon Père »
(Mt 7, 21.24-27)


Alléluia. Alléluia.
Cherchez le Seigneur, tant qu’il se laisse
trouver; invoquez-le, tant qu’il est proche !
Alléluia. (Is 55, 6)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là,
Jésus disait à ses disciples :
« Ce n’est pas en me disant : “Seigneur, Seigneur !”
qu’on entrera dans le royaume des Cieux,
mais c’est en faisant la volonté de mon Père qui est aux cieux.
Ainsi, celui qui entend les paroles que je dis là
et les met en pratique
est comparable à un homme prévoyant
qui a construit sa maison sur le roc.
La pluie est tombée, les torrents ont dévalé,
les vents ont soufflé et se sont abattus sur cette maison ;
la maison ne s’est pas écroulée,
car elle était fondée sur le roc.
Et celui qui entend de moi ces paroles
sans les mettre en pratique
est comparable à un homme insensé
qui a construit sa maison sur le sable.
La pluie est tombée, les torrents ont dévalé,
les vents ont soufflé, ils sont venus battre cette maison ;
la maison s’est écroulée,
et son écroulement a été complet. »

  – Acclamons la Parole de Dieu.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Sand-Castle-1


commentaire du jour.

Ce n’est pas en me disant : “Seigneur, Seigneur !” qu’on entrera
dans le Royaume des Cieux.

« Déploie, Seigneur, ta puissance, soutiens-nous de ta force, afin que le Salut retardé par nos fautes soit hâté par l’indulgence de ta Grâce ».
L’oraison d’ouverture donne le ton à la Liturgie de ce jour. Pour Israël, la puissance est symbolisée par une villa imprenable.
Derrière ses « remparts et avant-mur », le peuple n’a rien à craindre : l’ennemi ne saurait le surprendre.
La prophétie d’Isaïe ne parle cependant pas d’une ville de pierre dans laquelle Israël pourrait trouver abri en temps de guerre.
La « ville forte » que « Le Seigneur construit solidement » est bien plus que cela : elle est la cité de « la Paix », c’est-à-dire un espace dans lequel non seulement la Vie n’est plus menacée, mais où elle peut pleinement s’épanouir.
Tous n’ont pas accès à cette cité : ses portes ne s’ouvrent que « pour ceux qui ont confiance » en Dieu et qui lui « restent fidèles » ; ceux qui s’appuient pleinement et exclusivement sur « Le Seigneur, le Rocher pour toujours ».

Jésus reprend la même image dans son enseignement : « l’homme prévoyant » est celui qui « bâtit la maison de sa Vie sur le roc » de la fidélité de Son Dieu, celui qui « met pleinement sa confiance dans Le Seigneur ».
Or ce n’est pas la simple écoute de la Parole, ni l’invocation du Nom de Dieu qui attestent la confiance, mais l’humble obéissance à ses préceptes, la mise en œuvre généreuse de ses conseils.
Celui qui « fait ainsi la Volonté du Père qui est aux Cieux », aura accès au Royaume, nous certifie Jésus.

On entre donc dans le Royaume, comme on entre dans la « ville forte » ou la cité de la Paix dont parlait Isaïe : par la porte d’une fidélité concrète.
Les éléments peuvent se déchaîner, l’ennemi peut déployer toutes ses stratégies, sa violence s’écrase contre le « rempart » de la « Fidélité » et « l’avant-mur » de la « Justice », c’est-à-dire de l’accomplissement de « la Volonté du Père qui est aux Cieux ».

Notre monde cherche à établir la paix par la dissuasion des armes nucléaires. Mais par cette voie, nous pourrons tout au plus éviter la guerre par peur du désastre qu’elle représenterait. La Paix de Dieu est infiniment plus que l’absence de conflits.
Elle est plénitude de Vie dans l’harmonie de la communion, établie par Le Seigneur dans L’Esprit.

Or cette Paix n’est pas l’œuvre des hommes : elle vient de Dieu ; elle est même le don messianique par excellence, que Jésus, le véritable Salomon (« prince de la Paix ») a instauré par sa Résurrection dans la Jérusalem (« ville de la Paix ») Céleste où il règne pour toujours.
Nous connaissons le chemin qui conduit à cette cité sainte : Notre Seigneur nous l’a tracé tout au long de l’Évangile.
C’est l’humble chemin de l’obéissance à la loi d’Amour qu’il est venu nous révéler au Nom de Dieu Son Père : « Si vous êtes fidèles à mes Commandements, vous demeurerez dans mon Amour; comme Moi j’ai gardé fidèlement les Commandements de Mon Père, et je demeure dans son Amour » (Jn 15, 10).
Et quel est ce Commandement qu’il faut observer pour devenir des « Justes » ? : « Mon Commandement, le voici : Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés » (Jn 15, 12).
Les « citadelles inaccessibles » (1ère lect.) construites par ceux qui ne « comptent que sur les hommes » (Ps 117) seront « jetées à terre, renversées dans la poussière » (1ère lect.).
Mais devant ceux qui ont choisi de « s’appuyer sur Le Seigneur » (Ps 117) pour progresser sur le chemin de la Charité, les portes de la maison du Seigneur s’ouvriront, « Dieu demeurera avec eux » (Ap 21, 3) et il sera Lui-même leur Paix et leur Joie éternelles.

« Seigneur, puissions-nous entendre ton appel à la conversion et amender vraiment notre vie. Ton apôtre Jacques nous avertit : nous contenter d’écouter ta Parole sans la mettre en pratique serait nous faire illusion.
Donne-nous “au contraire de nous pencher sur la loi parfaite, celle de la Liberté, et de nous y tenir; de l’écouter non pas pour l’oublier, mais pour l’appliquer dans nos actes” (cf. Jc 1, 25). Nous connaîtrons alors le Bonheur que tu réserves à tes élus, et nous pourrons te rendre grâce pour ton Amour, qui est de toujours à toujours
. »



Père Joseph-Marie, Moine de la Famille de Saint Joseph.
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 LOGO_FSJ_2017.png


Autre commentaire de ce jour.

« Pour entrer dans le Royaume des Cieux (…) il faut faire la Volonté
de Mon Père qui est aux Cieux »

Aujourd'hui, la Parole évangélique nous invite à méditer sérieusement sur la distance infinie qui sépare le simple “écouter-invoquer” du “faire”, lorsqu'il s'agit du message et de la personne de Jésus.
Et nous disons “simple” car il ne faut pas oublier qu'il y a des façons d'écouter et d'invoquer qui ne nous demandent pas d'agir.
En effet, aucun de ceux qui — ayant écouté l'annonce de l'Évangile — croient en Lui n'aura à le regretter; et, tous ceux qui, ayant cru, invoqueront le Nom du Seigneur seront sauvés : Saint Paul nous l'apprend dans sa lettre aux Romains (10,9-13).
Il s’agit alors de ceux qui croient d'une Foi authentique, celle qui « agit moyennant la Charité », comme l'Apôtre l'affirme encore.

En revanche, c'est un fait qu'il y en a qui croient mais qui ne font pas. La lettre de Saint Jacques nous dit cela d'une manière impressionnante : « Mettez la Parole en application, ne vous contentez pas de l'écouter: ce serait vous faire illusion » (1,22);
« Ainsi donc, celui qui n'agit pas, sa Foi est bel et bien morte » (2,17); « En effet, comme le corps qui ne respire plus est mort, la Foi qui n'agit pas est morte » (2,26).
Saint Matthieu le dit aussi de manière inoubliable, quand il affirme : « Il ne suffit pas de me dire : ‘Seigneur, Seigneur!’, pour entrer dans le Royaume des Cieux; mais il faut faire la Volonté de Mon Père qui est aux Cieux » (7,21).

Il nous faut donc écouter et accomplir; c'est ainsi que nous parviendrons à bâtir sur le roc et non sur le sable.
Comment accomplir ? Demandons-nous : Dieu et le prochain, sont-ils dans ma tête — suis-je croyant par conviction ?
Pour ce qui est de ma poche, est-ce que je partage mes biens dans un esprit de solidarité ? Et quant à la culture, est-ce que je contribue à la consolidation des valeurs humaines dans mon pays ?
Pour l'accroissement du bien, est-ce que je fuis le péché d'omission ?
Dans mon activité apostolique, est-ce que je cherche le Salut éternel de ceux qui m'entourent ? C'est à dire : suis-je une personne sensée qui, par des œuvres, bâtit la maison de ma Vie sur le roc du Christ ?



+ Abbé Antoni ORIOL i Tataret (Vic, Barcelona, Espagne).
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Pensées pour l'évangile d'aujourd'hui

« Veillez ! Car, lorsqu’une torpeur lourde règne sur nos âmes, c’est l’ennemi qui domine l’âme, et la même contre son propre gré. C’est pour cela que notre Seigneur a parlé de la vigilance de l’âme et du corps » (Saint Ephrem)

« L’Evangile d’aujourd’hui (Mt 7,21ss) traite une équation mathématique : je connais la Parole, je la mets en pratique, j’ai été bâti sur un rocher. Comment est-ce que je la mets en pratique ? Comme on construit une maison sur un rocher. Et cette image du rocher se réfère au Seigneur » (François)

« La prière de foi ne consiste pas seulement à dire ‘Seigneur, Seigneur’, mais à accorder le cœur à faire la volonté du Père (Mt 7,21). Ce souci de coopérer avec le dessein divin, Jésus appelle ses disciples à le porter dans leur prière (cf. Mt 9,38) » (Catéchisme de l’Eglise Catholique, nº 2.611)








*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 5b23299d




*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Gif-an10

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Deus_abba_omnipotens_pater_gloire_au_pere_et_a_son_amour_mere_eugenie_ravasio*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Trinite-et-marie-5a699c*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 LA%2BSANTA%2BTRINIDAD%2BY%2BMARIA

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !


Je T'aime Dieu ma Force, mon Bonheur et mon Unique Espérance !

Sub tuam misericordiam confugimus, Dei Genitrix !

Lumen
Lumen

Date d'inscription : 09/11/2021
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Empty Re: *Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe

Message par Lumen Hier à 18:25

Bonjour à vous tous, amis qui aimez la Parole de Vie, goûtez et voyez
comme est bon le seigneur !
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Am17412


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 F3e10a12debfc8f4c29c1cf8bfed0b16


Eucharistie du Vendredi 02 Décembre 2022
Vendredi de la 1ère semaine de l’Avent.


Saint Habacuc, Prophète (VIIe siècle av. J.-C.)
Sainte Bibiane, Vierge et Martyre (+ 363).
Saint Silvère, Pape (58e) de 536 à 537 et
Martyr (+ 537)
Bienheureux Jan Van Ruysbroeck
Chanoine régulier de Saint Augustin (+ 1381)


NOMINIS : Saints, Saintes et Fêtes du Jour
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
(h tt p s : // nominis . cef . fr)




Textes de la messe du jour

PREMIÈRE LECTURE :
« En ce jour-là, les yeux des aveugles
verront » (Is 29, 17-24)


Lecture du livre du prophète Isaïe

Ainsi parle le Seigneur Dieu :
Ne le savez-vous pas ?
Encore un peu, très peu de temps,
et le Liban se changera en verger,
et le verger sera pareil à une forêt.
Les sourds, en ce jour-là,
entendront les paroles du livre.
Quant aux aveugles, sortant de l’obscurité et des ténèbres,
leurs yeux verront.
Les humbles se réjouiront de plus en plus
dans le Seigneur,
les malheureux exulteront
en Dieu, le Saint d’Israël.
Car ce sera la fin des tyrans,
l’extermination des moqueurs,
et seront supprimés tous ceux qui s’empressent à mal faire,
ceux qui font condamner quelqu’un par leur témoignage,
qui faussent les débats du tribunal
et sans raison font débouter l’innocent.
C’est pourquoi le Seigneur, lui qui a libéré Abraham,
parle ainsi à la maison de Jacob :
« Désormais Jacob n’aura plus de honte,
son visage ne pâlira plus ;
car, quand il verra chez lui ses enfants,
l’œuvre de mes mains,
il sanctifiera mon nom,
il sanctifiera le Dieu saint de Jacob,
il tremblera devant le Dieu d’Israël.
Les esprits égarés découvriront l’intelligence,
et les récalcitrants accepteront qu’on les instruise. »

– Parole du Seigneur.


PSAUME :
(26 (27), 1, 4abcd, 13-14)

R/ Le Seigneur est ma lumière
et mon salut.
(26, 1a)

Le Seigneur est ma lumière et mon salut ;
de qui aurais-je crainte ?
Le Seigneur est le rempart de ma vie ;
devant qui tremblerais-je ?

J’ai demandé une chose au Seigneur,
la seule que je cherche :
habiter la maison du Seigneur
tous les jours de ma vie.

J’en suis sûr, je verrai les bontés du Seigneur
sur la terre des vivants.
« Espère le Seigneur, sois fort et prends courage ;
espère le Seigneur. »


ÉVANGILE :  
Croyant en Jésus, deux aveugles
sont guéris. (Mt 9, 27-31)


Alléluia. Alléluia.
Voici qu’il vient avec puissance,
notre Seigneur, pour éclairer
les yeux de ses serviteurs
Alléluia. (Is 55, 6)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là,
Jésus était en route ;
deux aveugles le suivirent, en criant :
« Prends pitié de nous, fils de David ! »
Quand il fut entré dans la maison,
les aveugles s’approchèrent de lui,
et Jésus leur dit :
« Croyez-vous que je peux faire cela ? »
Ils lui répondirent :
« Oui, Seigneur. »
Alors il leur toucha les yeux, en disant :
« Que tout se passe pour vous selon votre foi ! »
Leurs yeux s’ouvrirent,
et Jésus leur dit avec fermeté :
« Attention ! que personne ne le sache ! »
Mais, une fois sortis,
ils parlèrent de lui dans toute la région.

  – Acclamons la Parole de Dieu.



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 5346aaf02781b2aa3d3b6a786fca0025


commentaire du jour.

Jésus leur dit : « Croyez-vous que je peux faire cela ? »
Ils lui répondirent : « Oui, Seigneur. »

Hier, une femme hémorroïsse, aujourd’hui c’est deux aveugles que Jésus vient guérir. A la première lecture, la guérison de ces deux hommes apparaît fort ressemblante avec celle du lépreux du chapitre 8 du même Évangile de Saint Matthieu (Mt 8, 1-4).

Dans les deux épisodes, il est en effet question de la Foi de ceux qui demandent la guérison et dans les deux cas celle-ci s’opère par la parole et par le toucher. De même, Jésus défend aux deux endroits de divulguer le miracle qu’il vient d’accomplir.

Mais, des différences significatives subsistent. Dans notre péricope évangélique, Jésus s’adresse aux deux aveugles de la manière suivante : « Croyez-vous que je peux faire cela ? » Il les interroge sur sa capacité à les guérir.
Le lépreux, lui, interpelait Jésus sur sa volonté de le guérir : « Si tu le veux tu peux me purifier » (Mt 8, 2).

Dans notre récit, Jésus met à l’épreuve le « croire » de ses quémandeurs non sur sa volonté mais sur son pouvoir de réaliser ce qu’ils demandent.
Leur réponse de Foi affirmative est d’autant plus signifiante qu’elle n’est plus dirigée vers celui qu’ils appelaient « fils de David » mais vers celui qu’ils ont reconnu comme « Seigneur ». Une telle Foi ne peut que libérer la puissance du Messie-Seigneur.

Dans un geste quasi sacramentel, Jésus leur touche alors les yeux en disant : « Que tout se passe pour vous selon votre Foi ».
Leurs yeux peuvent s’ouvrir à la même lumière qui au matin de Pâques resplendira sur le visage du « Seigneur » ressuscité.

Suit alors la recommandation ferme de Jésus : « Attention que personne ne le sache ! ». La divulgation d’une guérison peut en effet avoir deux effets contraires : conduire au « croire » ou au « savoir ».
Dans le deuxième cas, c’est l’aspect sensible de la guérison qui retient toute l’attention et qui ne fait qu’engendrer la renommée et le prestige d’un messie guérisseur.

Il importe peu à Jésus que des gens sachent qu’il guérit, l’essentiel est qu’ils le croient. Cela apparaissait déjà dans la question qu’il avait lancée aux deux aveugles.
Il ne s’agissait pas pour eux de savoir si Jésus pouvait les guérir mais de croire s’il pouvait le faire.

Quant à nous, ne nous situons-nous pas trop souvent dans l’ordre du savoir ? Avouons que nous manquons souvent de Foi. « A Dieu tout est possible », nous dit l’apôtre.
Le croyons-nous vraiment ? Croyons-nous vraiment que Jésus peut nous guérir et changer nos vies ?
Certes, nous le savons. Mais le croyons-nous ? Le « savoir » nous garde à distance de Jésus, le « croire », lui, nous engage dans un « oui Seigneur » manifestant notre abandon entre ses mains.
Croire, c’est accepter librement que Dieu intervienne dans notre vie. Alors, sans nous violer, Jésus peut venir toucher notre blessure, toucher ce qui en nous est éteint ou enténébré.
Alors les nuages disparaissent, nos yeux s’ouvrent et la lumière du Seigneur ressuscité peut resplendir, illuminer, guérir et transfigurer nos existences.

« Seigneur, tu es ma Lumière et mon Salut. De qui aurais-je crainte ? Tu es le rempart de ma vie, devant qui tremblerais-je ? (Cf. Psaume 26)
Seigneur merci pour la gratuité de ton Amour qui me guérit, me sauve et me relève. Que mes chutes ne m’entraînent jamais à douter de ta capacité à me sauver.
Seigneur, durant ce temps d’Avent, fortifie ma Foi et mon Espérance en Toi et en ton infinie Miséricorde.
»



Frère Élie, Moine de la Famille de Saint Joseph.
*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 LOGO_FSJ_2017.png


Autre commentaire de ce jour.

« Jésus leur dit : ‘Croyez-vous que je peux faire cela ? ’.
Ils répondirent : ‘Oui, Seigneur’ »

Aujourd'hui, en ce premier Vendredi de l'Avent, l'Évangile nous présente trois personnages: Jésus, au centre de la scène, et deux aveugles qui s'approchent de Lui pleins de Foi, le cœur rempli d'Espérance.
Ils avaient entendu parler de Lui, de sa tendresse envers les malades et de son pouvoir. Ces traits l'identifiaient comme Messie. Qui mieux que Lui pouvait prendre leur malheur en considération?

Les deux aveugles se rejoignent et, ensemble, ils se dirigent vers Jésus. Ils font à l'unisson une prière de demande à l’Envoyé de Dieu, au Messie, auquel ils donnent le titre de "Fils de David". Ils veulent, par cette prière, provoquer la Compassion de Jésus : « Aie pitié de nous, fils de David ! » (Mt 9,27).

Jésus en appelle à leur Foi : « Croyez-vous que je peux faire cela ? » (Mt 9,28). S'ils se sont approchés de l'Envoyé de Dieu, c'est précisément parce qu'ils croient en Lui. D'une seule voix, ils font une belle profession de Foi, en répondant : «Oui, Seigneur » (Ibidem).
Et Jésus accorde la vue à ceux qui voyaient déjà par la Foi. Croire, en effet, c'est voir d'un regard intérieur.

Ce temps de l'Avent est, pour nous aussi, le temps opportun pour chercher Jésus d'un grand désir, comme les deux aveugles, ensemble, bâtissant l'Église.

Avec l'Église, proclamons dans L'Esprit-Saint: «Viens, Seigneur Jésus» (cf. Ap 22,17-20). Jésus vient avec son pouvoir d'ouvrir tout grand les yeux de notre cœur, pour nous permettre de voir et de croire.
L'Avent est un temps fort de prière : temps de prière de demande et, surtout, de prière de profession de Foi. Temps pour voir et pour croire.



Abbé Josep Mª MASSANA i Mola OFM (Barcelona, Espagne).
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Pensées pour l'évangile d'aujourd'hui

« Apprends-moi à te chercher et montre-toi à celui qui te cherche car je ne peux pas aller à ta recherche à moins que tu ne me l’apprennes et je ne peux pas te trouver si tu ne te manifestes pas. En désirant, je te chercherai; en cherchant, je te désirerai; en aimant, je te trouverai et en te trouvant, je t’aimerai » (Saint Anselme)

« Jésus Lui-même, lorsqu’Il enseignait à prier, recommandait de faire comme le ferait un ami inopportun. Prier c’est un peu comme importuner Dieu afin qu’Il nous écoute. C’est attirer le regard, attirer le cœur de Dieu vers nous » (François)

« La demande pressante des aveugles : ‘Aie pitié de nous, fils de David’ (Mt 9, 27) ou ‘Fils de David, Jésus, aie pitié de moi’ (Mc 10, 48) a été reprise dans la tradition de la Prière à Jésus : ‘Jésus, Christ, Fils de Dieu, Seigneur, aie pitié de moi, pécheur !’ Guérison des infirmités ou rémission des péchés, Jésus répond toujours à la prière qui l’implore avec foi : " Va en paix, ta foi t’a sauvé” » (Catéchisme de l’Eglise Catholique, nº 2.616)








*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 5b23299d




*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Gif-an10

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Deus_abba_omnipotens_pater_gloire_au_pere_et_a_son_amour_mere_eugenie_ravasio*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Trinite-et-marie-5a699c*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 LA%2BSANTA%2BTRINIDAD%2BY%2BMARIA

Quand je dis Dieu c'est un poème, c'est une étoile dans ma vie,
du feu qui coule dans mes veines, un grand soleil pour aujourd'hui !


Je T'aime Dieu ma Force, mon Bonheur et mon Unique Espérance !

Sub tuam misericordiam confugimus, Dei Genitrix !

Lumen
Lumen

Date d'inscription : 09/11/2021
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

*Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe - Page 13 Empty Re: *Donne-nous aujourd'hui notre Pain de ce jour : Parole de DIEU* : Homélie et vidéo de la Sainte Messe

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 13 sur 13 Précédent  1, 2, 3 ... 11, 12, 13

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum